roman fantastique -- premier chapitre

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  Pacô le Mer 8 Juil 2009 - 20:19

kapouhee a écrit:
Chapitre IIIème
Réveil


Matt se réveilla en sursaut. Il transpirait à grosse goutte; (obligatoire) la lumière que laissaient filtrer ses volets fermés et la chaleur oppressante qui régnait dans sa chambre lui indiquèrent que la matinée devait être déjà bien avancée (entamée aussi ... comme t'aimes bien ce mot.). Cette pensée fut confirmée quand il regarda son réveil qui indiquait (répétition => "affichait") 13h30, il avait loupé son rendez-vous chez le coiffeur et il lui faudrait l’appeler pour s’excuser.
Il se leva et se dirigea vers la cuisine. Ne voyant pas le petit déjeuner préparé comme d’habitude il alla voir dans la chambre de sa mère et vit que le lit n’était pas refait et les volets pas levés. Il retourna sur ses pas et en passant devant la porte d’entrée il vit que les chaussures que sa mère mettait d’habitude pour aller travailler étaient encore là. Bien sûr elle avait d’autres paires de chaussures [pas de point] mais sa mère se complaisait dans sa routine et c’est pourquoi Matt trouvait tout cela étrange. D’habitude sa mère ne quittait pas sa maison tant que tout n’était pas parfaitement à sa place et le petit déjeuner de son fils préparé. On aurait dit que sa mère était partie tout à coup… ou même d’un seul coup… (ce qui revient au même, mis à part le registre plus familier employé) cette pensée fit sourire Matt qui la rejeta pour aller déjeuner. Matt ne se posa pas plus de question car il savait que sa mère n’était pas dans son assiette, plus exactement il savait que sa mère n’était jamais dans son assiette depuis quelques années. (il est mignon le ptit gars de pas s'en faire autant ... Enfin, ça reste tjrs injustifié.)

La mère de Matt était une femme ayant perdu toute joie de vivre, elle aimait son fils mais Matt ne l’aimait pas beaucoup, il avait plutôt pitié d’elle. Avant ils étaient une famille unie, mais depuis la faillite de l’entreprise de son père cinq ans plus tôt, celui-ci avait dû se trouver un boulot rapidement et s’était donc fait engager en tant que routier, il n’était présent chez lui plus que quelques jours par mois pendant lesquelles il passait son temps à se lamenter sur son sort ou à boire jusqu'à l’inconscience (ond it aussi et surtout: boire jusqu'à plus soif. Boire jusqu'à l'inconscience, ça ne veut rien dire) au « bistro d’a côté ». Sa mère, auparavant femme au foyer, avait également du trouver un job, elle classait maintenant des dossiers pour une entreprise quelconque (il serait bon de préciser quel genre d'entreprise). Elle qui aimait son mari plus que tout, l’avait vu progressivement s’enfoncer dans l’alcoolisme. Au final, ils étaient tous les deux devenus dépressifs. Au lieu de devenir alcoolique, sa mère s’était installé dans une routine déconcertante ; sa vie ne consistait plus qu’à se lever, faire le ménage, aller au travail, rentrer pour faire le ménage et à manger, et se coucher pour recommencer la même chose le lendemain.
Enfin d’habitude…

Il prit donc son petit déjeuner et alla sur l’ordinateur. Il n’y avait personne sur MSN, mais Matt ne releva pas l’étrangeté de la chose sachant que c’étaient les vacances et que la journée était déjà bien entamée. Il se connecta donc sur world of warcraft, wow pour les intimes (euh .. mouais), l’un des mmorpg (massively multiplayer online role-playing game ou jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs) les plus joués au monde, mais se trouva confronté à un événement pour le moins… inhabituel ; personne ne jouait à wow, le serveur était désert. Il visita toutes les grandes villes de la carte mais ne trouva personne nulle part. Il regarda l’historique du chat (la fenêtre de discussions) mais toutes les conversassions s’étaient arrêtés à un peu plus de quatre heure trente du matin. Il alla sur le forum qu’il fréquentait régulièrement mais ne trouva pas de sujets ou de commentaires postés après quatre heure trente !
Matt commençait à se poser des questions : « mais où ont-ils bien pu passer ? » ou « pourquoi internet est-il désert ? » Il courut prendre le téléphone, il fallait absolument qu’il prévienne Gaël. Le téléphone sonna une fois…puis deux…trois…quatre… « Bîîîp nous ne sommes pas là pour le mome… » Matt raccrocha, son ami ne devait pas encore être rentré chez lui. Il prit le carnet d’adresses, trouva le numéro de son coiffeur et l’appela. Même résultat ; le salon de coiffure ne répondit pas, il devait avoir fermé pour la journée pour une quelconque raison se dit-il. (mouais, c'est un peu trop prévisible et on a envie de te dire: bon dis-le que c'est surnaturel et qu'il lui est arrivé un truc paranormal)
Matt mis ses chaussures prit ses clés et sorti de chez lui.

Bon je reprends ma dernière remarque. C'est trop facile.
On a vraiment envie de te dire: abrège ! Il faut peut être voir à dissimuler un peu plus les faits, faire un peu plus de mystère. Là, c'est trop prévisible que y'a qqchose de pas rond et on sait déjà que toutes ses réflexions du genre "oh bah le salon de coiffure est ptètre fermé aujourd'hui", que c'est faux.
C'est comme si tu regardais un film où tu sais déjà la fin ... c'est pas top.
Je pense qu'il faut retravailler ce côté là.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  Elea le Mer 8 Juil 2009 - 20:22

Très juste... Pourtant, on se demande quand même "Pourquoi ?".

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  Pacô le Mer 8 Juil 2009 - 20:28

Ah oui, on se demande pourquoi.
Mais on voudrait qu'il vienne plus subtilement. Parce que là, le mystère arrive un peu avec de gros sabots ...

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  Elea le Mer 8 Juil 2009 - 20:34

C'est vrai qu'il y a des moyens plus subtils d'introduire cela. Il y a peut-être de trop gros indices... Matt fait peut-être trop vite le rapprochement avec les heures et tout.

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  kapouhee le Jeu 9 Juil 2009 - 0:00

oué ssvrai... j'verrais sske jpe faire! ^^
avatar
kapouhee
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 137
Age : 26
Votre talent : Écriture
Points : 149
Date d'inscription : 02/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  kapouhee le Lun 13 Juil 2009 - 17:04

voila le chapitre suivant, je précise que j'ai enlevé le fait qu'il fasse le rapprochement avec l'heure plus tôt!!!


Chapitre IV
Dehors.


Matt claqua sa porte d’entrée, qui ne s’ouvrait que de l’intérieure et ne pris même pas le temps de la verrouiller. Il dévala les escaliers et sortit de son immeuble. Il s’arrêta net. Un étrange pressentiment l’envahit. Quelque chose n’allait pas… il n’entendait rien. Non pas qu’il soit devenu sourd car les murmures du vent d’été dans les arbres du parc et les gazouillis des oiseaux lui parvenaient. Mais bien que sont immeuble eût été situé de façon a ce que les bruit de la civilisation ne lui parviennent que peut, c’était ce « peut » qu’il manquait à Matt ; aucun bruits de voiture, aucune personne en vue. « A cette heure il devrait y avoir au moins un passant, quelqu'un qui se rend au parc, qui promène son chien, un coureur, n’importe ! » se récria Matt.

Il parti donc en direction du centre ville pour voir si il aurait plus de succès, se disant qu’il avait sans doute oublié qu’il y avait une grande fête, un carnaval, un défilé ou autre événement du même genre, et dans ce cas s’aurait lieu là-bas. « On a pas du tout entendu la fête de la music qui a eût lieu en centre-ville, donc pourquoi pas ? » se raisonna-t-il.
Matt avait coupé par le parc pour arriver directement dans une résidence, puis en traversa une autre. Il marchait maintenant depuis presque dix minutes, mais n’avait toujours croisé âme qui vive. Matt était maintenant sur les « passerelles », un semblent de galerie marchande au dessus de parking ou de magasins. Les commerces devant lesquels il était passé étaient tous fermés, mais c’étaient de petits magasin habituellement tenu par une seule famille, une fête en ville expliquerait leur fermeture pour la journée. Il commença à douter de cette hypothèse lorsqu’il passa devant Franprix dont le rideau de fer était abaissé. Il se mit donc à courir sur les deux-cent mètres qu’il lui restait à parcourir pour arriver à son but. Il passa devant le cinéma Jacques-Prévert, fermé. Puis, lorsqu’il passa devant une poste tout feux éteint et déserte, son hypothèse ne tenait plus.
Il s’arrêta net. La mairie lui faisait face, une vingtaine de mètres devant lui, elle surplombait la place qui les séparait, de taille modeste, assez grande tout de même pour un petit concert lors de la fête de la musique. Chaque année celle-ci avait lieu ici ainsi que plusieurs autres événements festifs. « Sauf que là, il n’y a personne ! » s’alarma-t-il. En effet la place était déserte et toujours aucun bruit habituel de la ville ne lui parvenait. « Mais oui ! S’écria-t-il, le carnaval et la nuit du roller partent d’en bas ! ». Il fit donc demi-tours et se dirigea vers l’escalier le plus proche qui lui permettrait d’atteindre le parking de franprix qui servait également de place de marcher les mardis et vendredis matin. Il dévala les marches à toute vitesse et ne put s’empêcher de grimacer quand il vit des voitures garées sur le parking, lors d’événements ou lors des marcher le parking était vidé de ses voitures et fermé a la circulation.
Matt ne savait plus quoi penser, il ne savait plus où aller. Il se rendit conte qu’il avait oublié son portable chez lui et ne pouvait donc pas essayer d’appeler quelqu'un. Il regarda en direction de la route, au coin du parking il y avait un rond point qui permettait d’aller dans les quartes direction, deux routes longeaient le parking et les deux autres dans des sens opposés, en effet depuis qu’il était sortie il n’avait emprunté aucune route, en coupant par le parc, par les résidences puis en montant sur les passerelles il n’avait qu’une seule route à traverser et elle n’était pas très passante.
Il avança donc en direction du rond point, il y avait une voiture en travers de la route avec une roue sur le trottoir. Il en fit le tour, c’était une des premiers polos, il passa derrière et vit en dessous du pot d’échappement une petite flaque assez important tout de même pour qu’il eût fallu que le moteur soit en marche pendant un certains temps. En regardant a l’intérieure il aperçut les clefs sur le contacte. Il regarda au tour de lui, « ça fait une heure que je n’ai vu personnes, je ne voie pas pourquoi il y aurait quelqu'un maintenant… » Se dit-il. Il tira donc sur la poignée de la portière qui s’ouvrit sans protester, Matt s’assit sur le siège conducteur et tourna la clef. La voiture ne ronronna qu’un bref instant avant de s’arrêter, après un deuxième essai et un résultat pas plus concluent que le premier il jeta un coup d’œil au reste du tableau de bord et vit que la commande des fars était enclenchée, « pas étonnant qu’elle ne démarre plus…
Matt sortit de la voiture, son humeur se détériorait grandement ; il s’arrêta au milieu de la route : « Est-ce qu’il y a quelqu'un dans cette putain de ville ? » hurla-t-il. Aucune réponse. « La ville est définitivement déserte, pensa-t-il. Je suis tout seul… » Il se détourna d’un coup, se penchât et se mit à vomir. « Ça ne peut pas être la réalité, pensa-t-il en s’essuyant la bouche d’un révère de la manche, je dois rêver ! » Matt tendis la main, tourna la tête sur le coté puis se gifla de toutes ses forces. Il rouvrit les yeux à moitié sonné, mais toujours dans la même ville silencieuse et vide. « Il y a forcement un rapport avec ça », grogna-t-il en regardant le tatouage sur son avant bras gauche, puis il se mit a le gratter de toute ses forces en grognant avec l’espoir de le faire disparaitre tel un chien qui aurait un tic planté dans sous la peau. Quand sa peau devint rouge sang il s’arrêta tomba a genoux et pleura, cela faisait près de dix ans qu’il n’avait pas pleuré mais la fatigue et la peur qui lui tailladait le ventre l’avait achevé.
Quand ses hoquets se calmèrent il se releva et pris la direction de son appartement.
avatar
kapouhee
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 137
Age : 26
Votre talent : Écriture
Points : 149
Date d'inscription : 02/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  kapouhee le Mer 29 Juil 2009 - 19:22

Chapitre V
Tout seul.

Pour le coup et grâce au choc émotionnel Matt dormis comme une masse pour ne se réveiller qu’a neuf heure le lendemain. Il émergeait de son réveil quand il se rappela le tatouage, sa journée d’hier, le fait qu’il n’y avait plus personne. « Étai-ce un rêve ?» Il se leva d’un bond et courut dans la chambre de sa mère. Absolument rien n’avait changé, personne, n’était venu dans cette chambre depuis la veille. Matt se rendit à l’évidence : il était tout seul, il faillit se remettre a vomir mais se reteint a temps.
Il alla petit-déjeuner, se brossa les dents, et pris sa douche puis il alla sur l’ordinateur dans l’espoir de voire quelque chose, un signe de vie. Sans vraiment savoir ce qu’il cherchait et sans grande conviction il se mit à surfer sur internet. Il regarda divers sites de discussion en ligne, les forums sur lesquels il était inscrit, d’autres forums, des blogs, des sites de rencontres etc. « rien…rien du tout, toute les conversations se terminent tard dans la nuit, se dit-il pour lui même. Elles ne se terminent même pas, pour la plupart elle son coupé en plein milieu d’un sujet, et puis…, Matt ouvrit plusieurs fenêtres internet en même temps et sur chacune d’elles divers sites de discussions « on-line » et ça le frappa ; toutes les conversations ne dépassaient pas quatre heure et demi du matin. Puis il eut un flash, l’image de la soirée lui revint en tête, son départ, le moment où il regarde sa montre : quatre heure trente, l’éclaire, la douleur, le tatouage puis plus personne. « Tout cela doit forcément avoir un lien » se raisonna-t-il. Il regarda la suite de chiffres qui étaient apparut sur son bras la veille, elle avait forcément une signification. Il prit un morceau de papier sur lequel il l’inscrivit puis réfléchit.
« Faut-il les regarder un par un ou bien faut-il voir une suite de nombres plutôt que de chiffres ? » se questionna-t-il. Il essaya donc divers combinaisons de suite de chiffres et de nombres quand tout a coup il compris, voila ce qu’il avait écrit sur sa feuille :
30/06/2009/04/35/20/000N1
Les trois premiers numéros correspondant à la date du jour, les trois suivants à l’heure exacte ou le phénomène s’était opéré. Cependant il n’avait pas encore compris la signification des trois zéro et du « N1 », il pouvait toujours spéculer sur le fait que ce ne soit qu’une précision de l’heure.
Puis il eut une idée, il ouvra la page internet ouverte sur son compte « facebook », dans la fenêtre recherche il entra « Alexandre », le premier prénom assez rependu auquel il pensa puis il entreprit d’ajouter tout les Alexandre de « facebook », quelques heures plus tard il changea pour le prénom clément puis Thomas et enfin Maxime. La prochaine fois qu’une de ces personnes se connecterait sur son compte « facebook », elle serait directement prévenue qu’elle n’était pas seule. A quatorze heure quand il commença a avoir des crampes a force de répéter la même opération de puis le matin il changea de tactique.
Il envoya a tout ses contactes et sur son « mur » le message suivant :
« Si vous faisiez parti de mes amis vous me connaissez, si vous êtes l’un d’entre ceux que j’ai ajouté aujourd’hui, comme vous avez pu le constater, je m’appelle Matt et je me suis réveillé hier, seule.
Si vous lisez ceci c’est que tout le monde n’a pas disparut et j’en suis heureux. S’il vous plait répondez-moi ! »
avatar
kapouhee
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 137
Age : 26
Votre talent : Écriture
Points : 149
Date d'inscription : 02/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  Pacô le Lun 3 Aoû 2009 - 20:52

kapouhee a écrit:Chapitre IV
Dehors.


Matt claqua sa porte d’entrée, qui ne s’ouvrait que de l’intérieur et ne prit même pas le temps de la verrouiller. Il dévala les escaliers et sortit de son immeuble. Il s’arrêta net. Un étrange pressentiment l’envahit. Quelque chose n’allait pas… il n’entendait rien. Non pas qu’il soit devenu sourd car les murmures du vent d’été dans les arbres du parc et les gazouillis des oiseaux lui parvenaient. Mais bien que son immeuble eût été situé de façon à ce que les bruits de la civilisation (expression très maladroite ...) ne lui parviennent (répétition) que peu, c’était ce « peu » qu’il manquait à Matt ; aucun bruit de voiture, aucune personne en vue. « A cette heure il devrait y avoir au moins un passant, quelqu'un qui se rend au parc, qui promène son chien, un coureur, n’importe quoi ! » se récria (se récrier ? ^^ S'écria plutôt nan ?) Matt.

Il partit donc en direction du centre ville pour voir s'il aurait plus de succès (c'est pas vraiment du succès ... plutôt s'il retrouverait les nuisances urbaines, et là, tu pourrais faire un truc marrant avec le fait qu'il ait jamais autant souhiaté être emmerdé par le klaxon d'un bus ou d'un couillon d'automobiliste pressé), se disant qu’il avait sans doute oublié qu’il y avait une grande fête, un carnaval, un défilé ou un autre événement du même genre, et dans ce cas s’aurait lieu là-bas (beuh ... ça veut rien dire ... et pis c'est pas très utile, parce qu'on a compris ^^). « On a pas du tout entendu la fête de la musique qui a eu lieu en centre-ville, donc pourquoi pas ? » se raisonna-t-il.
Matt avait coupé par le parc pour arriver directement dans une résidence (une résidence ... un immeuble ? Parce que ça c'est le jargon citadin, mais dans celui littéraire ... jsais pas trop), puis en traversa une autre. Il marchait maintenant depuis presque dix minutes, mais n’avait toujours croisé âme qui vive. Matt était maintenant sur les « passerelles », un semblant de galeries marchandes (voui puisque ce sont LES passerelles) au dessus de parkings ou de magasins. Les commerces devant lesquels il était passé étaient tous fermés, mais c’étaient de petits magasin habituellement tenus par une seule famille, une fête en ville expliquerait leur fermeture pour la journée. (ouais euh ça fait très lourd ... on a envie de te dire: mais crache le morceau !) Il commença à douter de cette hypothèse lorsqu’il passa devant Franprix dont le rideau de fer était abaissé. Il se mit donc à courir sur les deux [pas de trait d'union] cents mètres qu’il lui restait à parcourir pour arriver à son but. Il passa devant le cinéma Jacques-Prévert, fermé. Puis, lorsqu’il passa devant une poste tous feux éteints et déserte, son hypothèse ne tenait plus.
Il s’arrêta net. La mairie lui faisait face, une vingtaine de mètres devant lui, elle surplombait la place qui les séparait, de taille modeste, assez grande tout de même pour un petit concert lors de la fête de la musique. Chaque année celle-ci avait lieu ici ainsi que plusieurs autres événements festifs. « Sauf que là, il n’y a personne ! » s’alarma-t-il. En effet la place était déserte (répétition) et toujours aucun bruit habituel de la ville ne lui parvenait. « Mais oui ! S’écria-t-il, le carnaval et la nuit du roller partent d’en bas ! ». Il fit donc demi-tour et se dirigea vers l’escalier le plus proche qui lui permettrait d’atteindre le parking de Franprix qui servait également de place de marché les mardis et vendredis matins. Il dévala les marches à toute vitesse et ne put s’empêcher de grimacer losqu'il vit des voitures garées sur le parking, lors d’événements ou lors des marchés le parking était vidé de ses voitures et fermé à la circulation.
Matt ne savait plus quoi penser, il ne savait plus où aller. Il se rendit compte qu’il avait oublié son portable chez lui et ne pouvait donc pas essayer d’appeler quelqu'un (cabine téléphonique ?). Il regarda en direction de la route, au coin du parking (pas mal de répétitions de ce mot) il y avait un rond point qui permettait d’aller dans les quatre directions, deux routes longeaient le parking et les deux autres dans des sens opposés. En effet depuis qu’il était sorti il n’avait emprunté aucune route, en coupant par le parc, par les résidences puis en montant sur les passerelles il n’avait qu’une seule route à traverser et elle n’était pas très passante.
Il avança donc en direction du rond point, il y avait une voiture en travers de la route avec une roue sur le trottoir. Il en fit le tour, c’était une des premières polos, il passa derrière et vit en dessous du pot d’échappement une petite flaque assez importante tout de même pour qu’il eût fallu que (maladroit) le moteur soit en marche pendant un certain temps. En regardant à l’intérieur il aperçut les clefs sur le contact. Il regarda autour de lui, « ça fait une heure que je n’ai vu personne, je ne vois pas pourquoi il y aurait quelqu'un maintenant… » Se dit-il. Il tira donc sur la poignée de la portière qui s’ouvrit sans protester (en même temps ... j'ai rarement vu une portière protester xD), Matt s’assit sur le siège conducteur et tourna la clef. La voiture ne ronronna qu’un bref instant avant de s’arrêter, après un deuxième essai et un résultat pas plus concluant que le premier il jeta un coup d’œil au reste du tableau de bord et vit que la commande des phares était enclenchée, « pas étonnant qu’elle ne démarre plus…
Matt sortit de la voiture, son humeur se détériorait grandement ; il s’arrêta au milieu de la route : « Est-ce qu’il y a quelqu'un dans cette putain de ville ? » hurla-t-il. Aucune réponse. « La ville est définitivement déserte, pensa-t-il. Je suis tout seul… » Il se détourna d’un coup, se pencha et se mit à vomir. « Ça ne peut pas être la réalité, pensa-t-il en s’essuyant la bouche d’un revers de la manche, je dois rêver ! » Matt tendit la main, tourna la tête sur le coté puis se gifla de toutes ses forces. Il rouvrit les yeux à moitié sonné, mais toujours dans la même ville silencieuse et vide. « Il y a forcement un rapport avec ça », grogna-t-il en regardant le tatouage sur son avant bras gauche, puis il se mit à le gratter de toutes ses forces (tu répètes l'expression) en grognant avec l’espoir de le faire disparaitre tel un chien qui aurait un tic planté dans sous la peau (oh généralement les tiques sont sur la peau x) ). Quand sa peau devint rouge sang il s’arrêta tomba à genoux et pleura, cela faisait près de dix ans qu’il n’avait pas pleuré mais la fatigue et la peur qui lui tailladait le ventre l’avaient achevé.
Quand ses hoquets se calmèrent il se releva et prit la direction de son appartement.

Bon.
Très franchement, question suspens, c'est pas top. Depuis le début on sait qu'il est seul, depuis l'extrait précédent même. Là, tu fais le truc qu'il ne faut jamais faire en tant qu'auteur: le lecteur en sait plus que le narrateur ! Parce que là on a envie de lui dire: bon, tu te rends pas compte que t'es tout seul et que t'es paumé mon gars ?
Enfin, ça, c'est pas bon du tout quoi u__u".

Après question forme, c'est mieux que les autres fois, mais tu as tendance à être répétitif (surtout le parking \o/) et user de tournures assez maladroites.
A rectifier donc !

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  kirlim le Jeu 20 Aoû 2009 - 11:58

J'ai tout lu donc, j'apporte mon petit commentaire.
Comme pacô et Elea, pas de suspens, bien qu'on s'interroge. En fait, tu lèves tout doute à cette phrase là :
Spoiler:
Il n’y avait personne sur MSN, mais Matt ne releva pas l’étrangeté de la chose sachant que c’étaient les vacances et que la journée était déjà bien entamée.
Le fait n'a rien de particulièrement étrange, mais pourtant, tu utilises ce mot. Et à ce moment là, on sait. On sait tout ce que tu vas dire dans le paragraphe qui suit.
Autre chose, inclure wow dans un roman ne me plait pas, c'est wow tout de même. Ca me parait être une précision inutile même. Et puis bon, franchement, personne sur wow, on s'en rend compte dès qu'on se connecte, pas la peine d'aller à Hurlevent ou à Shattrath... u_u'

Mais sinon, c'est intrigant, on s'interroge, pourquoi n'y a-t-il personne ? Ca a de gros risques de reprendre un thème bien connu, celui du dernier homme sur terre confronté aux zombies 4 h 30, tout en recherchant d'autres survivants. Mais peut-être pas, j'attends donc la suite Smile

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: roman fantastique -- premier chapitre

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum