Le Sang des Loups

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Sang des Loups

Message  lafantasy le Jeu 20 Aoû 2009 - 13:50

Suite au conseil d'un ami (Der Traümer), j'ai décidé de vous présenter mon travail. Ce n'est actuellement qu'un début de roman (je n'en suis qu'au troisième chapitre), mais j'aurais aimé avoir votre avis avant de continuer. En effet, je suis actuellement gagné par le doute en ce qui concerne mon histoire et j'hésite à aller plus loin. Je compte sur vous tous pour me conseiller et m'aider dans ce mot de flou concernant l'avenir de mon travail.

Bref, assez parlé, voici le début du prologue :

Le Soleil venait juste de se lever quand il fut témoin d'événements inhabituels. Tout commença avec une étrange discussion qui avait lieu dans une des salles d'un immense château. Trois hommes richement vêtus se saluaient vivement pendant qu'un quatrième s'installait à une petite table située juste à coté d'un grand fauteuil en bois magnifiquement orné : il s'agissait d'un trône. Les trois hommes cessèrent de parler et l’un d’entre eux se dirigea vers le siège royal et y prit place. Il invita ses deux compagnons à s'installer dans les fauteuils que quatre servants leurs avaient apportés puis il fit signe pour qu’on lui donne un rouleau de papier. Quand il eût déroulé le parchemin et lut brièvement le message qu'il contenait, il regarda le plus vieux des hommes assit face à lui et dit :
- Somiaris, mon cher ami, je vous ai demandé de venir afin que vous m'expliquiez la solution que vous avez envisagée pour résoudre le problème que nous connaissons actuellement. Qu'avez-vous à nous proposer ?
- Grand roi Sirue, répondit alors le dénommé Somiaris, je souhaite tout d'abord vous féliciter pour votre sang-froid face à l'ennemi et pour votre obstination à trouver la meilleure des issues possibles à cette guerre qui n'a que trop duré.
- Je tiens à rappeler au plus grand magicien du pays que j'ai été élu pour cela, n'est-ce pas mon cher Somiaris ?
- Vous n'avez que trop raison sire. Et maintenant, je vais vous expliquer la solution que j'ai envisagée. Sire, vous devez savoir que j'enseigne la magie à un groupe de jeunes gens et que dans ce groupe je trouve parfois de merveilleux magiciens.
- En effet, je suis au courant ! Mais je dois vous dire que cela fait beaucoup parler puisque vos élèves disparaissent mystérieusement pendant deux longues années puis, quand ils resurgissent, ils sont tellement différents que, souvent, leurs familles les reconnaissent à peine. Mais pourquoi donc n'êtes-vous pas plus délicat avec les parents de vos apprentis ?
- Sire, je ne pense pas que ce soit le moment de vous expliquer mes méthodes de travail, je vous dirais plus tard la raison qui ma pousse à les faire disparaître de cette façon. En attendant, je vais reprendre mon explication. D'ailleurs où en étais-je ? Ah oui ! Je disais donc que tout les deux ans, je prends dix élèves qui me semblent assez compétents pour devenir magiciens et j'essaie de faire en sorte qu'ils deviennent les meilleurs. Mais cette année, il semblerait que cinq des élèves aient dépassé le maître et ce qui est le plus étonnant c'est que ce sont cinq jeunes femmes.
- Et alors ! S’exclama joyeusement le Roi Sirue, les femmes n'ont-elles pas le droit d'être meilleures que les hommes, mon cher Somiaris ?
- Bien sûr que si, Sire. Mais ce que je voulais dire c'est que dans plusieurs de mes grimoires, il y a une prophétie qui revient souvent :
Quand l'espoir quitte tous les cœurs,
Et que le pays plonge dans la peur,
Cinq jeunes femmes quitteront les leurs
Pour sauver le monde de la terreur.
Malheureusement, le temps nous manque donc je ne vais pas vous la réciter dans sa totalité car elle est trop longue et assez complexe, Sire. Mais ce qu'il faut retenir de cette prophétie, c'est que, le moment venu, cinq puissantes magiciennes vont s'unir et vaincre l'ennemi.
- Tout cela est très intéressant mon cher Somiaris, mais je ne vois pas où vous voulez en venir. Pensez-vous que la prophétie soit en train de se réaliser ?
- En effet, Sire. Voyez-vous, le pays est au bord de la destruction, la guerre est presque perdue et de nombreux hommes sont morts. Je ne pense pas que le Kraos Luria me contredira si je dis que nous n'avons jamais été aussi proche de la défaite, n'est-ce pas ?


Bonne lecture ! J'attends vos avis avec impatience !!! Wink

lafantasy
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 131
Votre talent : Écriture
Points : 148
Date d'inscription : 19/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Elea le Jeu 20 Aoû 2009 - 14:43

lafantasy a écrit:
Le Soleil venait juste de se lever quand il fut témoin d'événements inhabituels. Tout commença avec une étrange discussion qui avait lieu dans une des salles d'un immense château. Trois hommes richement vêtus se saluaient vivement pendant qu'un quatrième s'installait à une petite table située juste à coté d'un grand fauteuil en bois magnifiquement orné : il s'agissait d'un trône. Les trois hommes cessèrent de parler et l’un d’entre eux se dirigea vers le siège royal et y prit place. Il invita ses deux compagnons à s'installer dans les fauteuils que quatre servants leurs avaient apportés puis il fit signe pour qu’on lui donne un rouleau de papier. Quand il eût déroulé le parchemin et lut brièvement le message qu'il contenait, il regarda le plus vieux des hommes assit face à lui et dit :
- Somiaris, mon cher ami, je vous ai demandé de venir afin que vous m'expliquiez la solution que vous avez envisagée pour résoudre le problème que nous connaissons actuellement. Qu'avez-vous à nous proposer ?
- Grand roi Sirue, répondit alors le dénommé Somiaris, je souhaite tout d'abord vous féliciter pour votre sang-froid face à l'ennemi et pour votre obstination à trouver la meilleure des issues possibles à cette guerre qui n'a que trop duré.
- Je tiens à rappeler au plus grand magicien du pays (Bien joué pour introduire le "rang" de ton personnage.) que j'ai été élu pour cela, n'est-ce pas mon cher Somiaris ?
- Vous n'avez que trop raison Sire. Et maintenant, je vais vous expliquer la solution que j'ai envisagée. (Impression de mal dit... "Laissez-moi vous expliquer" ?) Sire, vous devez savoir que j'enseigne la magie à un groupe de jeunes gens et que dans ce groupe je trouve ("Rencontre" ?) parfois de merveilleux magiciens.
- En effet, je suis au courant (Bouh, sortant de la bouche d'un grand roi, je trouve ça un peu trop familier... Essaye de reformuler)! Mais je dois vous dire que cela fait beaucoup parler puisque vos élèves disparaissent mystérieusement pendant deux longues années (Essaye de reformuler, par exemple : "disparaissent systématiquement pendant deux longues années dans de mystérieuses conditions") puis, quand ils resurgissent, ils sont tellement différents que (Idem, essaye de reformuler >.<), souvent, leurs familles (J'ai un doute mais il me semble qu'il faut mettre tout ça au singulier...) les reconnaissent à peine. Mais pourquoi donc n'êtes-vous pas plus délicat avec les parents de vos apprentis ?
- Sire, je ne pense pas que ce soit le moment de vous expliquer mes méthodes de travail, je vous dirai (Futur + t'as pas un plus beau verbe ?) plus tard la raison qui ma pousse à les faire disparaître de cette façon. En attendant, je vais reprendre mon explication. D'ailleurs où en étais-je ? Ah oui ! Je disais donc que tout les deux ans, je prends ("Sélectionne" ? "Choisis" ?) dix élèves qui me semblent assez compétents pour devenir magiciens et j'essaie de faire en sorte qu'ils deviennent les meilleurs. Mais cette année, il semblerait que cinq des élèves aient dépassé le maître et ce qui est le plus étonnant c'est que ce sont (Tu conviendras que c'est pas très joli) cinq jeunes femmes.
- Et alors ? S’exclama joyeusement le Roi Sirue, les femmes n'ont-elles pas le droit d'être meilleures que les hommes, mon cher Somiaris ?
- Bien sûr que si, Sire. Mais ce que je voulais dire c'est que dans plusieurs de mes grimoires, il y a une prophétie qui revient souvent :
Quand l'espoir quitte tous les cœurs,
Et que le pays plonge dans la peur,
Cinq jeunes femmes quitteront les leurs
Pour sauver le monde de la terreur.

(J'aime beaucoup l'idée de la prophétie)
Malheureusement, le temps nous manque donc (Ca me gêne dans la formulation de la phrase =/) je ne vais pas vous la réciter dans sa totalité car elle est trop longue et assez complexe, Sire. Mais ce qu'il faut retenir de cette prophétie, c'est que, le moment venu, cinq puissantes magiciennes vont s'unir et vaincre l'ennemi.
- Tout cela est très intéressant mon cher Somiaris, mais je ne vois pas où vous voulez en venir. Pensez-vous que la prophétie soit en train de se réaliser ?
- En effet, Sire. Voyez-vous, le pays (A propos, quel pays ?) est au bord de la destruction, la guerre est presque perdue et de nombreux hommes sont morts. Je ne pense pas que le Kraos Luria (Qui est-ce ?) me contredira si je dis que nous n'avons jamais été aussi proches de la défaite, n'est-ce pas ?
Un bon, voire très bon début. Tu fais peu de fautes, le style est assez fluide malgré quelques formulations à revoir. Je t'ai noté les quelques questions qui m'ont traversé l'esprit durant ma lecture, bien entendu, je m'attends à voir les réponses dans la suite de ton roman.

Je t'encourage donc à poursuivre ton travail qui démarre plutôt bien selon moi =)

N'hésite pas à me contredire ou à me demander des précisions sur certaines choses.

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Laumie le Jeu 20 Aoû 2009 - 14:51

Bon, j'suis passée jeter un oeil voire même les 2, vu que j'étais attirée par ton caractère (Razz Razz).

C'est un bon début avec peu de fautes. L'histoire en elle-même a l'air pas mal sympa, faut voir si ça va continuer sur cette bonne voie ^^

En tout cas, on attend la suite avec impatience ^^
avatar
Laumie
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 6329
Age : 31
Localisation : Landes
Emploi/loisirs : PC, Lecture, Vélo, Voiture, Balades, Lèche-vitrine, délires ...
Votre talent : Aucun
Points : 6448
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  der Träumer le Jeu 20 Aoû 2009 - 15:14

Effectivement, ton style est assez fluide comme je te l'ai fait remarqué plusieurs fois déjà. Comme l'a signalé Elea, attention cependant aux tournures parfois un peu trop familières à mon goût (la fantasy est noble, alors utilisons un noble langage)...
Ce n'est que le début donc c'est à peu près tout ce que je peux dire (et de toute façon ce prologue est très bien comme je te l'ai dit il y a quelques mois). Par contre, si je me souviens bien, j'ai été quelques peu déçu par les chapitre suivants (en particulier le 2 et le 3). En effet la forme (le style) s'affaiblissait un peu mais surtout le fond (l'histoire) était trop légère et reprenait trop d'éléments d'autres ouevres (y compris le Jeu des 5 Sphère mais je ne t'en veux par car il n'est pas publié Wink). Bref, je pense que les Imperialdreamerciens (car ils sont vraiment géniaux du verra) viendront compléter mes avis sur les prochains chapitres, nous verrons alors! Very Happy

__________________________________
Un jeu mortel. Une chance rare. Une vie unique.


avatar
der Träumer
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 694
Age : 26
Localisation : Lyon - Villeurbanne
Emploi/loisirs : Licence 2 Histoire de l'art-Archéologie / Histoire (Université Lumière Lyon II)
Votre talent : Écriture
Points : 509
Date d'inscription : 21/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  lafantasy le Ven 21 Aoû 2009 - 14:13

Je vous propose une petite correction que j'ai faite suite aux conseils d'Elea.

- Vous n'avez que trop raison Sire. Et maintenant, laissez-moi vous expliquer la solution que j'ai envisagée. Sire, vous devez savoir que j'enseigne la magie à un groupe de jeunes gens et que parfois certains d'entre eux se distinguent et deviennent de merveilleux et puissants magiciens.
- J'en ai été informé, en effet ! Mais je dois vous dire que cela fait beaucoup parler. Les gens s'interrogent sur vous et vos pratiques. Pourquoi faire disparaître vos élèves aussi soudainement ? Et pourquoi sont-ils aussi différents lorsqu'ils ressurgissent à près deux longues années d'absence ? Nombres de familles ne reconnaissent plus leurs enfants après qu'ils soient passés entre vos mains. Ne pourriez-vous pas être plus délicat avec les parents de vos apprentis ?
- Sire, je ne pense pas que ce soit le moment de vous expliquer mes méthodes de travail. Plus tard, si vous le souhaitez, je vous ferai part des raisons qui me poussent à agir de la sorte. Bien sûr, une fois que je vous aurai révélé toutes ces informations, je serais dans l'obligation de vous tuer pour éviter que vous ne divulguiez ce secret accidentellement. En attendant, reprenons où nous en étions. Je disais donc que tout les deux ans, je réunis dix élèves qui me semblent assez compétents pour devenir magiciens et j'essaie de faire en sorte qu'ils deviennent les meilleurs. Mais cette année, il semblerait que cinq des élèves aient dépassé le maître. Cinq jeunes femmes. Et cela m'a étonné. Je dirais même plus troublé.
- Et pourquoi cela ? S’exclama joyeusement le Roi Sirue, les femmes n'ont-elles pas le droit d'être meilleures que les hommes, mon cher Somiaris ?
- Bien sûr que si, Sire. Mais ce que je voulais dire c'est que dans plusieurs de mes grimoires, il y a une prophétie qui revient souvent :
Quand l'espoir quitte tous les cœurs,
Et que le pays plonge dans la peur,
Cinq jeunes femmes quitteront les leurs
Pour sauver le monde de la terreur.
Malheureusement, le temps nous manque, je ne la réciterais donc pas dans sa totalité puisqu'elle est assez longue et complexe, Sire. Mais ce qu'il faut retenir de cette prophétie, c'est que, le moment venu, cinq puissantes magiciennes vont s'unir et vaincre l'ennemi.
- Tout cela est très intéressant mon cher Somiaris, mais je ne vois pas où vous voulez en venir. Pensez-vous que la prophétie soit en train de se réaliser ?
- En effet, Sire. Voyez-vous, notre pays est au bord de la destruction, la guerre est presque perdue et de nombreux hommes sont morts. Je ne pense pas que le Kraos Luria me contredira si je dis que nous n'avons jamais été aussi proches de la défaite, n'est-ce pas ?

Elea, laisse-moi te remercier pour avoir consacré un peu de ton temps à mon travail. Ensuite, tes questions. Pour ce qui est du pays, on ne sauras le nom dans la suite de l'histoire. Et en ce qui concerne Kraos Luria, c'est le commandant des armées du Roi et il intervient dans la suite que je vais mettre en ligne d'ici peu.
Voilà, j'espère avoir correctement répondu à tes questions. Wink

lafantasy
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 131
Votre talent : Écriture
Points : 148
Date d'inscription : 19/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Elea le Ven 21 Aoû 2009 - 14:30

lafantasy a écrit:
- Vous n'avez que trop raison Sire. Et maintenant, laissez-moi vous expliquer la solution que j'ai envisagée. Sire, vous devez savoir que j'enseigne la magie à un groupe de jeunes gens et que parfois certains d'entre eux se distinguent et deviennent de merveilleux et puissants magiciens.
- J'en ai été informé, en effet ! Mais je dois vous dire que cela fait beaucoup parler. Les gens s'interrogent sur vous et vos pratiques. Pourquoi faire disparaître vos élèves aussi soudainement ? Et pourquoi sont-ils aussi différents lorsqu'ils ressurgissent après deux longues années d'absence ? Nombres de familles ne reconnaissent plus leurs enfants (Encore ce pluriel ? Mais j'ai encore un doute =/ Et je dirais "progéniture", ça a plus de prestance) après qu'ils soient passés entre vos mains. Ne pourriez-vous pas être plus délicat avec les parents de vos apprentis ? (Je sais pas si je te l'avais dit la dernière fois, mais je vois pas trop où tu veux en venir...)
- Sire, je ne pense pas que ce soit le moment de vous expliquer mes méthodes de travail. Plus tard, si vous le souhaitez, je vous ferai part des raisons qui me poussent à agir de la sorte. Bien sûr, une fois que je vous aurai révélé toutes ces informations, je serai dans l'obligation de vous tuer pour éviter que vous ne divulguiez ce secret accidentellement. (Oula, violent le petit xD) En attendant, reprenons où nous en étions. Je disais donc que tout les deux ans, je réunis dix élèves qui me semblent assez compétents pour devenir magiciens et j'essaie de faire en sorte qu'ils deviennent les meilleurs. Mais cette année, il semblerait que cinq des élèves aient dépassé le maître. Cinq jeunes femmes. Et cela m'a étonné. Je dirais même plus troublé. (Y a encore un petit truc qui me gêne.)
- Et pourquoi cela ? S’exclama joyeusement le Roi Sirue, les femmes n'ont-elles pas le droit d'être meilleures que les hommes, mon cher Somiaris ?
- Bien sûr que si, Sire. Mais ce que je voulais dire c'est que dans plusieurs de mes grimoires, il y a une prophétie qui revient souvent :
Quand l'espoir quitte tous les cœurs,
Et que le pays plonge dans la peur,
Cinq jeunes femmes quitteront les leurs
Pour sauver le monde de la terreur.
Malheureusement, le temps nous manque, je ne la réciterai donc pas dans sa totalité puisqu'elle est assez longue et complexe, Sire. Mais ce qu'il faut retenir de cette prophétie, c'est que, le moment venu, cinq puissantes magiciennes vont s'unir et vaincre l'ennemi.
- Tout cela est très intéressant mon cher Somiaris, mais je ne vois pas où vous voulez en venir. Pensez-vous que la prophétie soit en train de se réaliser ?
- En effet, Sire. Voyez-vous, notre pays est au bord de la destruction, la guerre est presque perdue et de nombreux hommes sont morts. Je ne pense pas que le Kraos Luria me contredira si je dis que nous n'avons jamais été aussi proches de la défaite, n'est-ce pas ?

Tu as bien travaillé Wink J'ai hâte de lire la suite !

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  lafantasy le Ven 21 Aoû 2009 - 17:07

Alors au niveau de la correction : le "après", quelle énormité ! Pour ce qui est de "leurs enfants", le singulier serait mieux en effet vu qu'il n'y a qu'un enfant par famille qui suit les cours du magicien et progéniture irait mieux, en effet. Et ce dernier n'est pas violent mais réaliste et franc. Et peut-être un peu blagueur puisqu'il est bien évident qu'il n'irait pas jusqu'à tuer le Roi ! J'ai corrigé toutes les autres petites fautes et j'ai supprimé la phrase "Je dirai même plus troublé". Je finirait en remerciant à nouveau cette chère Elea !!!

Pour la suite, et bien la voilà :

Le troisième homme qui n'avait pas prononcé un mot depuis le début de la conversation, se redressa dans son fauteuil et répondit d'une voix grave :
- En fait Maître Philéa, depuis le début de la guerre nous n'avons pas arrêté de nous battre mais cela ne peut plus durer. La moitié des magiciens de l'armée ont été tués par l'ennemi et mes hommes se font massacrer car ils ne sont plus protégés par ces magiciens. De plus, l'ennemi est très puissant et ses armées sont beaucoup plus nombreuses que les nôtres. Les hommes sont fatigués, la plupart sont blessée et ils n'ont plus d'espoir. Je pense que s'il n'y a rien de nouveau d'ici deux jours, nous serons vaincus et le pays sera détruit.
- Merci Kraos Luria pour cet exposé sur l'état de notre armée. Sire, que vous faut-il de plus ? Le peuple n'a plus d'espoir, l'ennemi sera bientôt à nos portes et j'ai justement parmi mes élèves cinq puissantes magiciennes. De toute façon, vous n'avez plus rien à perdre.
- Mon cher Somiaris, je comprends tout à fait la situation. Mais je ne vois toujours pas ce que vous voulez faire ?
- C'est pourtant simple Sire. Envoyez cinq cavaliers avec un message pour mes élèves dans lequel vous leur demanderez de venir ici car nous avons besoins d'elles. Une fois qu'elles seront ici, je leur expliquerai la situation et je leur dirai ce qu'elles doivent faire. Pour elles, ce sera une sorte d'évaluation de fin de cycle, pour nous, ce sera peut-être une chance de gagner.
- Je ne sais pas. Vous savez mon cher Somiaris, mon père m'a toujours dit de ne jamais faire confiance aux magiciens, surtout lors d'une guerre, car selon lui, ils ne connaissaient rien à l'art de la guerre. Et vous mon cher Félis, qu'en pensez-vous ?
- De toute façon, nous n'avons plus rien à perdre Sire, alors nous pouvons essayer et si cela ne marche pas, nous n'aurons fait que retarder l'inévitable.
- Vous n'avez que trop raison. Bien ! Je pense que notre conversation est terminée donc vous pouvez disposer, Kraos Luria. Et fait venir le scribe.
- Je suis déjà là Sire ! S’exclama l'homme assis devant la petite table.
- Ah oui ! Excusez-moi, je vous avais oublié. Et maintenant, copiez en cinq exemplaires le message que va vous dicter Maître Philéa puis faîtes-le transmettre aux destinataires qu'il vous indiquera.
Le Soleil était déjà haut quand la discussion s'acheva. Ces rayons se reflétaient sur une grande cloche suspendue au-dessus d'une des tours du château. Quelques instants après la fin de l'entretien entre le Roi et Maître Philéa, on fit sonner le bourdon déclenchant une certaine agitation vers les portes du palais qu'on ouvrit pour laisser sortir cinq cavaliers qui se dirigèrent vers le nord puis disparurent dans les bois que la route traversait. Ces messagers étaient vêtus d'une grande cape noire qui les dissimulait aux regards indiscrets. Leurs coursiers étaient de majestueux chevaux d'un noir de jais. Le Soleil était couché depuis peu quand les cinq cavaliers noirs arrivèrent à destination. Chaque message fut remit à la personne à qui il était destiné et qui fut surprise autant par le messager que par le courrier. Mais à la fin de la soirée, chaque destinataire accepta la proposition et se prépara pour le lendemain.
Quand les premiers rayons du Soleil apparurent, dix cavaliers noirs prirent la direction du château du Roi. Ils galopèrent tellement vite qu'un passant n'aurait vu que des ombres filant à toute vitesse. A la mi-journée, les dix cavaliers étaient tous arrivés au château. Ils furent accueillis par une foule de grands seigneurs ainsi que par Maître Philéa qui leur indiqua que le Roi les attendait à l'intérieur.
Les cinq magiciennes, car c'était bien elles, suivirent Somiaris dans une petite salle où elles purent profiter d'un banquet de bienvenue en compagnie du Souverain. Malheureusement, il fut écourté par l'apparition d'un messager venue de la frontière Est du pays. Il annonça que la limite Est du pays venait d'être prise par l'ennemi et que les soldats qui la protégeaient étaient en train de revenir à la grande muraille. Le messager termina en indiquant que le Surif Galèk, chef des soldats de la frontière Est, demandait des renforts dans les plus brefs délais. Il signala aussi que le Surif Rolirsa, chef des troupes de la lisière sud de la contrée, avait été prévenu de la perte de l'extrémité Est du pays.

Razz Smile Razz

lafantasy
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 131
Votre talent : Écriture
Points : 148
Date d'inscription : 19/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Elea le Ven 21 Aoû 2009 - 18:54

lafantasy a écrit:
Le troisième homme[virg] qui n'avait pas prononcé un mot depuis le début de la conversation, se redressa dans son fauteuil et répondit d'une voix grave :
- En fait Maître Philéa, depuis le début de la guerre nous n'avons pas arrêté de nous battre[point] Mais cela ne peut plus durer. La moitié des magiciens de l'armée a été tuée (Ca s'accorde avec "la moitié" ^^") par l'ennemi et mes hommes se font massacrer car ils ne sont plus protégés par ces magiciens. (J'ai comme l'impression que c'est de trop. Ta phrase fait longue. Essaye de reformuler pour alléger) De plus, l'ennemi est très puissant et ses armées sont (C'est pas plus juste de dire "Son armée" ?) beaucoup plus nombreuses que les nôtres (Idem.). Les hommes sont fatigués, la plupart sont blessée et ils n'ont plus d'espoir. Je pense que s'il n'y a rien de nouveau d'ici deux jours, nous serons vaincus et le pays sera détruit.
- Merci Kraos Luria pour cet exposé sur l'état de notre armée.(Essaie d'introduire un "répondit Machin" pour qu'on s'y retrouve un peu plus) Sire, que vous faut-il de plus ? Le peuple n'a plus d'espoir, l'ennemi sera bientôt à nos portes et j'ai justement parmi mes élèves cinq puissantes magiciennes. De toute façon, vous n'avez plus rien à perdre.
- Mon cher Somiaris, je comprends tout à fait la situation. Mais je ne vois toujours pas ce que vous voulez faire ?
- C'est pourtant simple Sire. Envoyez cinq cavaliers avec un message pour mes élèves dans lequel vous leur demanderez de venir ici car nous avons besoins d'elles. (Et si tu essayais quelque chose comme "Envoyez cinq de vos cavaliers délivrer un message à mes élèves où vous les prierai de bien vouloir venir ici puisque nous avons besoin d'elle." ? C'est juste une suggestion pour enjoliver ta phrase) Une fois qu'elles seront ici, je leur expliquerai la situation et (je) leur dirai ce qu'elles doivent faire. Pour elles, ce sera une sorte d'évaluation de fin de cycle, pour nous, ce sera peut-être une chance de gagner.
- Je ne sais pas.("dit-il, indécis" ou autre) Vous savez mon cher Somiaris, mon père m'a toujours dit de ne jamais faire confiance aux magiciens, surtout lors d'une guerre[Point] car Selon lui, ils ne connaissaient rien à l'art de la guerre. Et vous[virg] mon cher Félis, qu'en pensez-vous ?
- De toute façon (T'as pas quelque chose d'un peu plus... Mieux ? xD), nous n'avons plus rien à perdre Sire[point] Alors (Peut-être en trop) nous pouvons essayer et si cela ne marche pas, nous n'aurons fait que retarder l'inévitable.
- Vous n'avez que trop raison. Bien ! Je pense que notre conversation est terminée[point] donc Vous pouvez disposer, Kraos Luria. Et faites venir le scribe.
- Je suis déjà là Sire ! S’exclama l'homme assis devant la petite table.
- Ah oui ! Excusez-moi, je vous avais oublié. Et maintenant, copiez-en cinq exemplaires le message que va vous dicter Maître Philéa puis faîtes-le transmettre aux destinataires qu'il vous indiquera. (Bouh, pas beau !)
Le Soleil était déjà haut (dans le ciel) quand/lorsque la discussion s'acheva. Ces rayons (Mmh... "Ses" non ?) se reflétaient sur une grande cloche suspendue au-dessus d'une des tours du château. Quelques instants après la fin de l'entretien entre le Roi et Maître Philéa, on fit sonner le bourdon déclenchant une certaine agitation vers les portes du palais qu'on ouvrit pour laisser sortir cinq cavaliers qui se dirigèrent vers le nord puis disparurent dans les bois que la route traversait. (Tu fournis les bouteille d'oxygène pour tes lecteurs ? Razz) Ces messagers étaient vêtus d'une grande cape noire qui les dissimulait aux regards indiscrets. Leurs coursiers étaient de majestueux chevaux d'un noir de jais. Le Soleil était couché depuis peu quand les cinq cavaliers noirs arrivèrent à destination. Chaque message fut remit à la personne à qui il était destiné et qui fut surprise autant par le messager que par le courrier. (Impression de mal dit, reformule =) ) Mais à la fin de la soirée, chaque destinataire accepta la proposition et se prépara pour le lendemain.

[Tu changes de jour ? Montre-le dans ta mise en page. Saute une ligne au moins, ou change de chapitre ou je ne sais quoi, mais montre-le. Là ça fait pâté.]

Quand les premiers rayons du Soleil apparurent, dix cavaliers noirs prirent la direction du château du Roi. Ils galopèrent tellement vite qu'un passant n'aurait vu que des ombres filant à toute vitesse. A la mi-journée, les dix cavaliers étaient tous arrivés au château. Ils furent accueillis par une foule de grands seigneurs ainsi que par Maître Philéa qui leur indiqua que le Roi les attendait à l'intérieur.
Les cinq magiciennes, car c'était (J'ai un doute... "C'était" ou "C'étaient" ?) bien elles, suivirent Somiaris dans une petite salle où elles purent profiter d'un banquet de bienvenue en compagnie du Souverain. Malheureusement, il fut écourté par l'apparition d'un messager venu de la frontière Est du pays. Il annonça que la limite Est du pays venait d'être prise par l'ennemi et que les soldats qui la protégeaient étaient en train de revenir à la grande muraille. Le messager termina en indiquant que le Surif Galèk, chef des soldats de la frontière Est, demandait des renforts dans les plus brefs délais. Il signala aussi que le Surif Rolirsa, chef des troupes de la lisière Sud de la contrée, avait été prévenu de la perte de l'extrémité Est du pays.
L'histoire poursuit son cours =) Un peu plus de fautes/maladresses, mais rien de dramatique. Tu as peut-être tendance à ne pas assez habiller ton texte. Surtout dans les dialogues. Fait attention à ne pas perdre ton lecteur au milieu des personnages. On se familiarise seulement avec eux, garde certains repères donc.
Que dire d'autre ? Je ne vois pas pour l'instant, mais je te fais signe si j'ai une illumination Wink
Bon courage =)

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Lou le Ven 21 Aoû 2009 - 23:28

Alors, je pense la même chose que Eleazare. Par contre, je me permettrais d'ajouter ceci : il y a trop de "sire" et trop de "mon cher". Les trois hommes se connaissent ça fait vraiment trop grandiloquent ces marques.
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Pacô le Mar 25 Aoû 2009 - 21:09

lafantasy a écrit:Le Soleil venait juste de se lever quand il fut témoin d'événements inhabituels. Tout commença avec une étrange discussion qui avait lieu dans une des salles d'un immense château. Trois hommes richement vêtus se saluaient vivement pendant qu'un (je te conseille le "tandis que" qui fait beaucoup plus littéraire) quatrième s'installait à une petite table située juste à coté (bof bof aussi. "proche", "tout près" etc ...) d'un grand fauteuil en bois magnifiquement orné (là on rentre dans le problème récurrent de la fantasy et du domaine imaginaire en général: tu es dans une autre réalité, dans un autre univers où les moeurs ne sont pas les nôtres. Qu'appelles-tu "magnifique" là-bas ? Pourquoi une peau de bovin n'égalerait pas du vison chez nous pour eux ? Donc là, tu as besoin de préciser: quels sont ces ornements ? Qu'est-ce que le magnifique chez eux ? Sinon, on ne peut pas "rentrer" dans le contexte merveilleux puisque nous avons un regard provenant de notre propre société) : il s'agissait d'un trône. Les trois hommes cessèrent de parler et l’un d’entre eux se dirigea vers le siège royal et y prit place. Il invita ses deux compagnons à s'installer (répétition => "faire honneur aux fauteuils" pour un beau langage (et vive le Rouge et le Noir u__u") ou "il proposa de s'asseoir à ces deux compagnons sur les fauteuils que quatre servants ...etc". Enfin, tu l'auras compris, il faut reformuler) dans les fauteuils que quatre servants leur (invariable en tant que pronom !) avaient apportés puis il fit signe pour qu’on (qui est ce on ?) lui donne un rouleau de papier. Quand il eût déroulé (quand on a vu le mot "rouleau" dans la phrase d'avant, on a envie de crier au pléonasme, même si c'en n'est pas vraiment un avec "dérouler le rouleau". A éviter ^^) le parchemin et lut brièvement le message qu'il contenait, il regarda le plus vieux des hommes assis face à lui et dit :
- Somiaris, mon cher ami, je vous ai demandé de venir afin que vous m'expliquiez la solution que vous avez envisagée pour résoudre le problème que nous connaissons actuellement (ouah la phrase ! Plus alambiquée, tu meurs. Essaie de lui donner un caractère soutenu, royal, tout en la simplifiant Wink ). Qu'avez-vous à nous proposer ? (et u conviendras que des "que" à tout bout de champs, ça fait parler comme un charretier et non comme une personne de haute qualité)
- Grand roi Sirue, répondit alors le dénommé Somiaris, je souhaite tout d'abord vous féliciter pour votre sang-froid face à l'ennemi et pour votre obstination à trouver la meilleure des issues possibles à ("à" et ce trois fois. Cet homme répond mal au roi, il sera exécuté sur le champs x). Non, plus sérieusement, il faut aussi donner à la phrase un caractère "noble". Ensuite, préfère "désirer" à "souhaiter", ça fait plus classe. "Je désire de prime abord féliciter votre audace contre l'ennemi ainsi que votre obstination singulière pour trouver la meilleure des conjonctures et faire cesser ce conflit qui n'a que trop duré". Essaie de partir avec ça si tu vois vraiment pas comment faire.) cette guerre qui n'a que trop duré.
- Je tiens à rappeler au plus grand magicien du pays que j'ai été élu pour cela, n'est-ce pas (encore assez bof pour un roi ^^) mon cher Somiaris ?
- Vous n'avez que trop raison Sire. Et maintenant, laissez-moi vous expliquer la solution que j'ai envisagée. Sire(tu peux remplacer Sire par Majesté, Votre Seigneurie ... enfin tous ces mots qu'on emploie pour moi sur ce forum quoi u__u"), vous devez savoir que j'enseigne la magie à un groupe de jeunes gens et que parfois certains d'entre eux se distinguent et deviennent de merveilleux et puissants magiciens.
- J'en ai été informé, en effet ! Mais je dois vous dire que cela fait beaucoup parler (phrase à revoir. Le "je dois vous dire" est très peu approprié au personnage). Les gens (pourquoi ne pas dire "Mes gens" puisque c'est un roi ?) s'interrogent sur vous et vos pratiques. Pourquoi faire disparaître vos élèves aussi soudainement ? Et pourquoi sont-ils aussi différents lorsqu'ils ressurgissent (d'où ? sois plus précis même si c'est qu'ils ressurgissent de nulle part, il faut le dire) après deux longues années d'absence ? Nombres de familles ne reconnaissent plus leurs enfants après qu'ils soient passés entre vos mains. Ne pourriez-vous pas être plus délicat avec les parents de vos apprentis ?
- Sire (trop de Sire), je ne pense pas que ce soit le moment de vous expliquer mes méthodes de travail. Plus tard, si vous le souhaitez, je vous ferai part des raisons qui me poussent à agir de la sorte. Bien sûr, une fois que je vous aurai révélé toutes ces informations, je serai dans l'obligation de vous tuer pour éviter que vous ne divulguiez ce secret accidentellement (mouais ... quand on n'est pas prévenu, c'est très inconvenant de sa part et on se demande pourquoi le roi ne réagit pas face à cette injure). En attendant, reprenons où nous en étions. Je disais donc que tout les deux ans, je réunis dix élèves qui me semblent assez compétents pour devenir magiciens et j'essaie de faire en sorte qu'ils deviennent les meilleurs. Mais cette année, il semblerait que cinq des élèves aient dépassé le maître. Cinq jeunes femmes. Et cela m'a étonné. Je dirais même plus troublé.
- Et pourquoi cela ? S’exclama joyeusement le Roi Sirue, les femmes n'ont-elles pas le droit d'être meilleures que les hommes, mon cher Somiaris ?
- Bien sûr que si, Sire. Mais ce que je voulais dire c'est que dans plusieurs de mes grimoires, il y a une prophétie qui revient souvent :
Quand l'espoir quitte tous les cœurs,
Et que le pays plonge dans la peur,
Cinq jeunes femmes quitteront les leurs
Pour sauver le monde de la terreur.
Malheureusement, le temps nous manque, je ne la réciterais donc pas dans sa totalité puisqu'elle est assez longue et complexe, Sire. Mais ce qu'il faut retenir de cette prophétie, c'est que, le moment venu, cinq puissantes magiciennes vont s'unir et vaincre l'ennemi.
- Tout cela est très intéressant mon cher Somiaris, mais je ne vois pas où vous voulez en venir. Pensez-vous que la prophétie soit en train de se réaliser ? (ça me semble clair comme de l'eau de roche \o/)
- En effet, Sire. Voyez-vous, notre pays est au bord de la destruction (de l'anéantissement), la guerre est presque perdue et de nombreux hommes sont morts. Je ne pense pas que le Kraos Luria me contredira si je dis que nous n'avons jamais été aussi proches de la défaite, n'est-ce pas (bof)?

Bon. J'espère que tu vas pas me prendre pour le méchant vilain et terrible correcteur qui veut écraser les autres.
Mais je pense que ton texte mérite une réécriture partielle, voire plus en profondeur même.
Déjà, ça me rappelle un conseil donné à Barbara: fais parler tes personnages à l'égal de leur rang ! Un paysan parlera plus mal qu'un souverain, cela va de soi (sauf cas spécifique comme chez Voltaire, mais c'est dans un but satirique et je ne pense pas que ce soit ton objectif, et encore, le roi parle bien c'est juste qu'il dit de l'absurde et de l'inutile ^^).

En second, va plus lentement pour amener l'intrigue. J'ai encore du mal à digérer la prophétie que tu as balancée. En même pas quinze lignes, ça y'est, on sait déjà presque tout et surtout, une chose assez banale qui peut faire fuir le lecteur à cause du "déjà vu". Je ne dis pas qu'il ne faut plus mentionner de prophétie dans ton histoire, mais essaie de l'énoncer, de l'insérer dans ton histoire, d'une manière plus originale, qui éveille la curiosité du lecteur. Et quitte à ne pas le faire fuir, fais la savoir un peu plus tard une fois que le lecteur est familiarisé avec les persos et l'univers de ta narration.
Donc autant te dire que le passage à propos des 5 femmes qui sont déjà sur-puissantes, c'est l'élément de trop "tout de suite" qui fait mourir toute l'envie de savoir la suite.

Enfin, pour revenir sur le petit truc que je t'ai dit au début, pense à caractériser ton univers et ne pas te caler sur les principes, les préceptes et les mœurs de notre propre société. Un lecteur de fantasy recherche la découverte de nouveaux mondes, de nouvelles réalités ... ce n'est pas pour voir la sienne déguisée sous un costume pseudo-merveilleux Wink.
Ne le prends pas mal, je dis ça pour te faire prendre conscience tout de suite de la faille de ta narration.
Si tu t'améliores de ce côté, si tu arrives à faire perdurer le suspens, à faire naître un certain intérêt et à revoir le discours du roi et du magicien, le texte n'en sera que bonifié.

Ah et aussi, une fois que tu as fait la correction, édite ton premier message. Là j'ai repris ta correction pour la fin du passage, mais la prochaine fois, ce serait bien que je n'ai pas à jongler entre les citations ^^".
Si tu as des questions, n'hésite pas, au contraire, et on peut revoir des passages ensemble (genre pour les dialogues).

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  lafantasy le Mer 26 Aoû 2009 - 18:16

Et bien, ça c'est de la correction ! Comme qui dirait, ça vous assomme aussi sûrement qu'un éléphant lancé à toute allure ! Shocked
Plus sérieusement, je te remercie pour cette correction très détaillée et complète, mais actuellement je ne souhaite pas retravailler ce texte. Vois-tu, je suis en pleine remise en cause au niveau de l'histoire. Plus ça va, plus je pense recommencer du début puisqu'il y a plein de choses qui me dérangent. Mais dés que j'ai retravaillé mes nouvelles idées, je publierai le résultat. Mais en attendant, veux-tu la suite qui, selon Der Traümer, se dégrade de plus en plus ?

lafantasy
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 131
Votre talent : Écriture
Points : 148
Date d'inscription : 19/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Pacô le Mer 26 Aoû 2009 - 19:00

Bah pourquoi pas.
Mais je pense qu'il faudrait surtout penser à parler de l'ensemble de ton histoire. Quelle fin tu veux lui apporter et comment on y parvient. Histoire de savoir s'il faut continuer ou non dans cette voie là Wink.

Bref. Poste lasuite si tu veux, mais si tu comptes tout changer, ça risque de servir un peu à rien.
Et un autre conseil, lis les textes d'autres membres, si possible, ceux qui écrivent dans le domaine de l'imaginaire. Pourquoi pas celui de Barbara ou de céléiane ? Enfin, tous ceux qui jouent avec le fantasy ou avec un univers avec roi et co'. (oui pas le mien qui est pure SF xD).

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Elea le Mer 26 Aoû 2009 - 20:34

S'il compte changer tout ça et que la suite est moins bonne, je vois pas vraiment l'intérêt de la mettre pour une correction T_T"
Si encore il savait pas trop et qu'il voulait un avis, mais là, il a l'air bien décidé à réécrire donc bon...

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  lafantasy le Mer 26 Aoû 2009 - 23:11

Après mûre réflexion et sur les conseils d'Elea, la suite restera dans mes tiroirs ! (j'ai la flemme de tout taper Smile ! Désolé Pacô mais je préfère suivre les conseils d'une jolie fille que ceux d'un tyran tongue )
Pour ce qui est des nouveaux écrits, ils n'avancent pas vite mais sans en bonne voie ! En tout cas, ils me plaisent mieux que ma première tentative !!! Razz Razz Razz

lafantasy
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 131
Votre talent : Écriture
Points : 148
Date d'inscription : 19/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Pacô le Jeu 27 Aoû 2009 - 9:44

C'est tout à ton honneur (tu mourras dignement *-*).
Très bien.
Fais signe quand tu ressortiras la nouvelle version ! En attendant, j't'invite à lire les autres membres Rolling Eyes ...

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Sang des Loups

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum