La voix des morts

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Lou le Jeu 8 Oct 2009 - 18:34

Je ne crois pas que ce soit la vrai raison. C'est plutôt lié à une certaine tranche d'âge. Quand tu as 14 ans ( et un peu plus) tu veux du rêve et de l'aventure. Un beau garçon ou une jolie fille font parties de ce rêve.


AAAAH. J'ai pas de chance. J'ai écris cette histoire depuis un bon moment, et j'arrivais pas à me souvenir du nom que j'avais donné au "bogoss" de service... Je viens de me relire.. Je l'avais appelé Jasper. Ce nom me paraissait génial à l'époque, et il le serait toujours si une certaine stephanie meyer avait pas sorti un PUTAIN de livre avec un Jasper dedans.
Je vais devoir changer sinon tout le monde va m'enquiquiner avec ça.
Mais jasper ça lui allait trop bien à mon perso.
Snif.
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  MrSonge le Jeu 8 Oct 2009 - 18:36

Bah moi, quand on me dit Jasper, loin de me faire penser à cette tourte de Meyer, je pense aux "101 Dalmatiens" de Disney ! ^^

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Lou le Jeu 8 Oct 2009 - 18:40

( T'inquiète pas, les : hiiii Edward vont y penser à Jasper).

Y a un jasper dans les 101 dalmatiens ?
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  MrSonge le Jeu 8 Oct 2009 - 18:41

Horace et Jasper, c'est les deux méchants sous-fifres de Cruella ! xD

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Cyrus le Ven 9 Oct 2009 - 10:11

C'est vrai que c'est bien différent de l'éclat de la lune. Toujours aussi agréable à lire en tous cas ! Mais comme l'a dit Mr Songe, cette histoire-ci est plus crédible et mieux menée...

Horace et Jasper, c'est les deux méchants sous-fifres de Cruella ! xD
Oui, on fait mieux comme bogoss ! Mais si "Jasper" lui allait bien comme prénom, tu peux le laisser, maintenant que tout le monde sait que tu ne pensais pas au Jasper Twilightien quand tu l'a créé.
avatar
Cyrus
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 463
Age : 27
Localisation : A côté de la plaque
Emploi/loisirs : regrimper sur ladita plaque
Votre talent : Écriture
Points : 370
Date d'inscription : 10/09/2008

http://theblackcyrus.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Pacô le Ven 9 Oct 2009 - 21:03

Lou a écrit:
Chapitre 1 : ( qui sera en fait le chapitre 2 parce que j'écoute les conseilS (et ce conseil là, il te le donne ? XD) de Mr songe ^^)

Rapport n°1
Sujet masculin repéré dans le secteur 9/8, niveau 2 avec possibilité de 37% d’évolution en niveau 6. Bonne relation avec les animas. Rouge envoyé sur place pour le tester.
Fin du rapport.


Dans le calendrier révolutionnaire, le mois de février est appelé Pluviose. La pluie glacée qui tombait en ce moment semblait en illustrer parfaitement le nom. Cachés sous un porche ou sous un parapluie, les passants observaient les nuages avec appréhension, se demandant à quel moment ils pourraient reprendre leur route. Parfois, on voyait passer (des passants qui passent ... pas fameux hein. => "on voyait courir") quelques courageux qui bravaient la tempête, capuche relevée et regard obstinément tourné vers le lointain. Les gens souriaient, contents de ne pas être à leur place, un peu inquiets aussi, parce que le temps ne semblait pas vouloir s’améliorer et qu’il leur faudrait peut-être s’élancer également sous la pluie.
Les mains dans les poches et les cheveux bruns dégoulinant (on accorde pas les participes présents), Tristan avançait rapidement : il avait bien évidemment oublié son imperméable, ses chaussures étaient trempées et l’eau glacée commençait à s’infiltrer dans ses chaussettes. Il allait sûrement tomber malade, mais cela aurait au moins le mérite de lui éviter le lycée. Déjà, les murs gris du bâtiment se profilaient à l’horizon. Le garçon réprima tant bien que mal son envie de faire demi-tour. Après tout, qu’avait-il à faire là-bas ? Personne ne l’attendait et il n’avait rien à apprendre. En cas de problème, il pouvait toujours demander à Catherine. Elle était très intelligente et l’aidait souvent… du moins quand elle en avait envie. Il ne faut pas oublier que même fantôme, elle n’en était pas moins une femme, et donc assez susceptible (pardonnez-moi mesdames). Cathy… Tristan eut un petit pincement au cœur : la dernière fois qu’il l’avait vue (enfin entendue pour être précis), c’était il y a deux semaines. Une éternité pour lui, quelques instants pour un fantôme. C’est vrai qu’ils s’étaient un peu disputés, mais pas assez pour qu’elle parte ainsi sans l’avertir.

- Hé Mathieu !!

Oh non, comme si cette journée n’était pas assez horrible…

- Tristan, je m’appelle Tristan, soupira-t-il en levant les yeux au ciel.
- C’est ce que j’ai dit. Tu viens à la soirée ghost ?

Tristan jeta un coup d’œil au garçon qui le suivait en trottinant. Franck-Albert, appelé Francky par ses rares amis, était le stéréotype même du passionné de sciences occultes. Pantalon noir, long manteau en faux cuir noir, multiples piercings et tatouages pas tous permanents, sa tenue était parsemée de petites babioles rouges et violettes. Il ressemblait à un rat échappé d’un laboratoire de cosmétique, phénomène accentué par le chewing-gum à la menthe qu’il mâchait en permanence. Pour dire vrai, et aussi étonnant que cela puisse paraître, Tristan ne l’aimait pas beaucoup. Malheureusement pour le jeune homme, Francky s’était mis en tête d’en faire un membre permanent de son club d’ésotérisme et le harcelait chaque jour pour qu’il assiste à leurs réunions.
- Non, je ne pourrai pas, j’ai beaucoup de travail.
- Allez ! Le supplia Francky, la dernière fois était géniale non ?

Tristan se permit de sourire à l’évocation de ce souvenir : Catherine et lui avaient terrifié toute l’assemblée en leur prédisant une mort atroce. Ce jour-là, ils s’étaient vraiment amusés. Sa joie disparut aussi vite qu’elle était venue : la fantôme lui manquait plus qu’il ne l’aurait cru. Il s’arrêta brusquement devant la porte de sa classe. Pas besoin de se retourner pour savoir que le petit rat l’avait suivi.

- Écoute Franck, je t’ai dit non et je n’ai pas l’intention de changer d’avis. Peut-être une prochaine fois, d’accord ?

Son interlocuteur hocha la tête avec vigueur

- Je sais, je sais. Mais ne parle pas trop vite, quand tu verras ceux qui vont venir…

Il se pencha en avant et dit d’un ton conspirateur : on aura besoin de toi, le potentiel spirituel sera à son plus haut point et il nous faudra l’aide de médiums comme toi et moi.

Puis il tourna les talons et partit en trottinant… exactement comme un rongeur. Tristan fronça les sourcils : ce petit crétin pensait vraiment qu’il avait un don spirituel. Le jeune homme étouffa un ricanement, s’il savait. Cependant, un autre détail le chiffonnait, il ne voyait pas qui pourrait le faire changer d’avis. La sonnerie fit retentir son cri strident et il dut rentrer en cours. Il oublia vite tous ses soucis et somnola tout le reste de la matinée.
La journée promettait d’être aussi morne que les précédentes. Mais la pause de midi allait sérieusement chambouler ses projets de soirée…

J'aime la comparaison tout au long du passage au rongeur \o/.
Je sais pas, je sens comme une drôle de trame avec ce gosse, en rapport avec le rapport du début de chapitre.
C'est à voir.

Sinon, il pose peut être un contexte pas très original: le garçon rejeté de tous, qui n'a pas tellement d'amis et qui doit s'en sortir par lui-même ... surtout à son âge, ça se la fait à la harry potter ou à un peu tous ces héros éponymes qu'on rencontre souvent dans la littérature jeunesse.

Mais bon, je ne dirais pas non à la suite !

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  céléiane le Sam 10 Oct 2009 - 15:27

J'aime bien ce texte, au tout début je me demandais à qui il parlait, si c'était à la peluche ou à quelqu'un caché mais je trouve ça plutot original comme manière de présenter le fantôme. Je dirais quand même attention à ne pas tomber dans la guimauve des histoires d'amour d'ado mais pour le moment le texte a attiré mon attention.
Par contre je me suis interrogée sur cette phrase: "Il ressemblait à un rat échappé d’un laboratoire de cosmétique, phénomène accentué par le chewing-gum à la menthe qu’il mâchait en permanence." Ma première pensée a été " mais depuis quand les rats de laboratoire mâchent ils du chewing-gum?" en fait je cherchais le lien entre l'un et l'autre et je n'ai pas trouvé.

ah oui, est ce que tu es au courant que le titre est celui d'un film?
avatar
céléiane
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 83
Age : 32
Localisation : Lille
Votre talent : Écriture
Points : 87
Date d'inscription : 17/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Lou le Dim 11 Oct 2009 - 16:19

Oui, je suis au courant que le titre est celui d'un film, m'enfin en même temps, ça change rien.

Pour le chewing gum, c'est juste le mouvement de mastication qui fait penser à un rat. Mais c'est vrai que je l'ai super mal dit.

Francky aura un certain rôle à jouer en fait ^^ Mais chuuut.
Et pacô tu m'énerves ! arrête de soulever des points tout à fait fondés ^^ Tristan a un profil à la harry potter .... Arg, c'est exact. Surtout qu'après, au niveau clichés ça s'arrange pas. Snifouille.

Suite :

Comme environ 56,8 % des élèves du lycée Napoléon, Tristan était DP. Derrière ces initiales mystérieuses se cachait la douloureuse vérité : quatre jours sur sept, il était condamné à manger dans l’endroit le plus affreux qui soit sur terre. Pour certains, cette description de la cantine scolaire sera peut-être trop exagérée. Mais qui sont-ils donc pour résister à une telle torture ? La cantine, c’est une longue file d’attente, avec des cris, des bousculades, où se mélange odeurs de sueur et parfum. Quand, au bout de trente minutes de station debout avec un sac de vingt kilos sur les épaules on saisit enfin son plateau c’est pour le voir se remplir peu à peu de nourriture grasse, insipide et probablement achetée au rabais dans une grande surface. Ce n’est même pas la peine de parler du manque de place ou de la rapidité d’ingurgitation du contenu de l’assiette. Pour ceux qui sont en groupe, la cantine est bien plus facile à supporter : au moins on peut discuter. Tristan, lui, était seul. Comme toujours. Ce n’est pas un garçon solitaire, bien au contraire, mais qui donc aurait pu manger avec le dingue ? Les seuls candidats étaient Franky et sa bande, et ceux-là, Tristan tenait avant tout à les éviter. D'habitude il y avait Catherine. Il ne pouvait pas lui répondre quand il y avait du monde, mais cela ne l’empêchait pas de parler tout le temps pour ne rien dire et de faire des commentaires idiots sur les autres élèves. Tristan n’avait pas peur qu’elle soit en danger : qu’un fantôme puisse subir des dommages physiques lui paraissait totalement ridicule. Cela le rendait encore plus triste car si elle n’était pas là, c’est qu’elle ne voulait plus venir. Il n’avait pourtant rien fait pour que Cathe s’en aille ainsi… Elle avait tout simplement décidé de partir, comme ça du jour au lendemain, disparue comme le fantôme qu’elle était. Le jeune homme se frotta les yeux : il pleurait presque, ridicule ! Il devait absolument sortir cette fille de sa tête. Pour se détendre, il tendit l’oreille vers un groupe de jeunes filles en pleine discussion - très animée :
- Nan mais franchement, ce type il craint.
- C’est clair, en plus il est vraiment âgées.
- Il est quand même mignon.

Caché dans un coin, l’espion retint un soupir : il avait reconnu le stupide, mais ténébreux, redoublant de Terminale Charles Simon. Que ce type ait autant de succès l'avait toujours étonné.
- Paraît qu'il a blessé un prof dans son ancien lycée.
- Tu parles ! C'est un mytho ce mec.
- Excusez-moi, sommes nous toujours en zone occupée ?

Tristan sursauta : d’abord parce que la phrase avait été prononcée avec une voix d’homme et surtout parce qu’elle n’avait rien à voir avec le sujet de la conversation. Il risqua un rapide coup d’œil vers les filles : elles continuaient leur débat à grand renfort de gestes inutiles. Il n’y avait aucun homme parmi elles. La voix surgit de nouveau, plus près cette fois.

- Mais dites donc, faites comme si je n’étais pas là ! Quelqu’un pourrait me dire si Pétain est toujours notre président ?

Le problème, c’est qu’il n’y avait effectivement personne. Tristan comprit enfin : un Errant. Il se demanda comment le fantôme avait pu s’égarer dans cette cantine, un hasard ? Il n’y croyait pas trop… Les Errants étaient une sorte d’esprit un peu particulière. En fait, ils les avaient baptisés ainsi parce que ces fantômes continuaient de faire comme s'ils étaient toujours en vie. D’ailleurs, ils ne se rendait même pas compte qu’ils étaient morts. Une fois, le garçon avait essayé de le leur dire, mais ils étaient tellement encrés dans leur réalité qu’ils ne l’écoutaient même pas.
Tristan tourna rapidement la tête : la voix se rapprochait dangereusement. Il chercha à s’enfuir, mais la foule le repoussa vers l’avant. Sans qu’il puisse le voir, le jeune médium sut qu’on le regardait : il avait été repéré.

- Eh petit ! Tu m’écoutes toi au moins, je le sens.

Et le fantôme se mit à parler, d’un débit lent et monocorde, le pire, c’est qu’il n’éprouvait même pas le besoin de reprendre son souffle puisqu’il n’avait même plus besoin de respirer. Tristan faillit se donner des baffes, il connaissait la règle pourtant : ne jamais, jamais montrer à un Errant que l’on connaissait son existence. Une fois que l’un d'eux vous avait trouvé, il ne vous lâchait plus. Certain médiums étaient morts pour moins que ça.
« Et je ne peux même pas lui répondre ou me boucher les oreilles, pensa Tristan, je passe déjà bien assez pour un dingue. »
Ainsi, il était condamné à écouter l’esprit jusqu’à ce qu’il se lasse, et cela pouvait être très long.

D’un geste qui démontrait autant l’habitude que le la lassitude, Tristan passa sa carte magnétique dans la machine. Après un petit bip, celle-ci régurgita son plateau. Il ne fit même pas attention à ce qu’il prenait, au final tout aurait le même goût. Alors qu’il cherchait une place tranquille dans un coin, il fut surpris par le silence assourdissant qui régnait dans la salle. Pourtant les groupes continuaient de parler, il y avait autre chose… L’Errant était parti ! Il avait beau tendre l’oreille, il n’entendait plus la voix du fantôme. Si vite ? C’était pour le moins étonnant, mais le jeune homme savoura cet instant de silence, sans même prendre garde aux élèves qui se moquaient de lui.

Quelqu’un cria.
Un mélange d’hurlement et de sanglot, un appel à l’aide rempli de désespoir. Tristan sentit son cœur se serrer : une telle plainte ne pouvait venir que d’un être horriblement torturé. Sans raisons, il pensa à Catherine, et si c’était elle ? Il se retourna pour voir et… c’est ainsi qu’il rencontra son destin.
En fait, le destin se présenta sous la forme de la plus jolie fille qu’il ait jamais rencontrée. Et dans ce cas-là, jolie était un euphémisme : une longue chevelure rousse, une regard vert qui semblait vous transpercer, des formes des plus avantageuses, cette fille était carrément sublime. Le seul problème, c’est qu’un abruti lui avait renversé son plateau dessus. Et cet abruti, c’était Tristan.


Je trouve que le nom d'Errant est très mal choisi, quelqu'un a une idée ?
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Pacô le Dim 11 Oct 2009 - 20:04

Lou a écrit:
Comme environ 56,8 % des élèves du lycée Napoléon, Tristan était DP. Derrière ces initiales mystérieuses se cachait la douloureuse vérité : quatre jours sur sept, il était condamné à manger dans l’endroit le plus affreux qui soit sur terre. Pour certains, cette description de la cantine scolaire sera peut-être trop exagérée. Mais qui sont-ils donc pour résister à une telle torture ? La cantine, c’est une longue file d’attente, avec des cris, des bousculades, où se mélangent odeurs de sueur et parfum. Quand, au bout de trente minutes de station debout (bof => "Quand, lorsque les jambes flageolent après trente minutes de patience imposée") avec un sac de vingt kilos sur les épaules on saisit enfin son plateau c’est pour le voir se remplir peu à peu de nourriture grasse, insipide et probablement achetée au rabais dans une grande surface. Ce n’est même pas la peine de parler du manque de place ou de la rapidité d’ingurgitation du contenu de l’assiette. Pour ceux qui sont en groupe, la cantine est bien plus facile à supporter : au moins on peut discuter. Tristan, lui, était seul. Comme toujours. Ce n’est pas un garçon solitaire, bien au contraire, mais qui donc aurait pu manger avec le dingue ? Les seuls candidats étaient Franky et sa bande, et ceux-là, Tristan tenait avant tout à les éviter. D'habitude il y avait Catherine. Il ne pouvait pas lui répondre quand il y avait du monde, mais cela ne l’empêchait pas de parler tout le temps pour ne rien dire et de faire des commentaires idiots sur les autres élèves. Tristan n’avait pas peur qu’elle soit en danger : qu’un fantôme puisse subir des dommages physiques lui paraissait totalement ridicule. Cela le rendait encore plus triste car si elle n’était pas là, c’est qu’elle ne voulait plus venir. Il n’avait pourtant rien fait pour que Cathe s’en aille ainsi… Elle avait tout simplement décidé de partir, comme ça du jour au lendemain, disparue comme le fantôme qu’elle était. Le jeune homme se frotta les yeux : il pleurait presque, ridicule ! Il devait absolument sortir cette fille de sa tête. Pour se détendre, il tendit l’oreille vers un groupe de jeunes filles en pleine discussion - très animée :
- Nan mais franchement, ce type il craint.
- C’est clair, en plus il est vraiment âgée.
- Il est quand même mignon.

Caché dans un coin, l’espion retint un soupir : il avait reconnu le stupide, mais ténébreux, redoublant de Terminale Charles Simon. Que ce type ait autant de succès l'avait toujours étonné.
- Paraît qu'il a blessé un prof dans son ancien lycée.
- Tu parles ! C'est un mytho ce mec.
- Excusez-moi, sommes nous toujours en zone occupée ?

Tristan sursauta : d’abord parce que la phrase avait été prononcée avec une voix d’homme et surtout parce qu’elle n’avait rien à voir avec le sujet de la conversation. Il risqua un rapide coup d’œil vers les filles : elles continuaient leur débat à grand renfort de gestes inutiles. Il n’y avait aucun homme parmi elles. La voix surgit de nouveau, plus près cette fois.

- Mais dites donc, faites comme si je n’étais pas là ! Quelqu’un pourrait me dire si Pétain est toujours notre président ?

Le problème, c’est qu’il n’y avait effectivement personne. Tristan comprit enfin : un Errant. Il se demanda comment le fantôme avait pu s’égarer dans cette cantine; (au moins) un hasard ? Il n’y croyait pas trop… Les Errants étaient une sorte d’esprit un peu particulière. En fait, ils les avaient (tu es sûr du pluriel ? C'est bien Tristan le sujet là non ?) baptisés ainsi parce que ces fantômes continuaient de faire comme s'ils étaient toujours en vie. D’ailleurs, ils ne se rendait même pas compte qu’ils étaient morts. Une fois, le garçon avait essayé de le leur dire, mais ils étaient tellement ancrés dans leur (propre) réalité qu’ils ne l’écoutaient même pas.
Tristan tourna rapidement la tête : la voix se rapprochait dangereusement. Il chercha à s’enfuir, mais la foule le repoussa vers l’avant. Sans qu’il puisse le voir, le jeune médium sut qu’on le regardait : il avait été repéré.

- Eh petit ! Tu m’écoutes toi au moins, je le sens.

Et le fantôme se mit à parler, d’un débit lent et monocorde, le pire, c’est qu’il n’éprouvait même pas le besoin de reprendre son souffle puisqu’il n’avait même plus besoin de respirer. Tristan faillit se donner des baffes, il connaissait la règle pourtant : ne jamais, jamais montrer à un Errant que l’on connaissait son existence. Une fois que l’un d'eux vous avait trouvé, il ne vous lâchait plus. Certain médiums étaient morts pour moins que ça.
« Et je ne peux même pas lui répondre ou me boucher les oreilles, pensa Tristan, je passe déjà bien assez pour un dingue. »
Ainsi, il était condamné à écouter l’esprit jusqu’à ce qu’il se lasse, et cela pouvait être très long.

D’un geste qui démontrait autant l’habitude que le la lassitude, Tristan passa sa carte magnétique dans la machine. Après un petit bip, celle-ci régurgita son plateau. Il ne fit même pas attention à ce qu’il prenait, au final tout aurait le même goût. Alors qu’il cherchait une place tranquille dans un coin, il fut surpris par le silence assourdissant qui régnait dans la salle. Pourtant les groupes continuaient de parler, il y avait autre chose… L’Errant était parti ! Il avait beau tendre l’oreille, il n’entendait plus la voix du fantôme. Si vite ? C’était pour le moins étonnant, mais le jeune homme savoura cet instant de silence, sans même prendre garde aux élèves qui se moquaient de lui.

Quelqu’un cria.
Un mélange de (on peut pas faire la liaison à cause du h aspirant) hurlement et de sanglot, un appel à l’aide rempli de désespoir. Tristan sentit son cœur se serrer : une telle plainte ne pouvait venir que d’un être horriblement torturé. Sans raisons, il pensa à Catherine, et si c’était elle ? Il se retourna pour voir et… c’est ainsi qu’il rencontra son destin.
En fait, le destin se présenta sous la forme de la plus jolie fille qu’il ait jamais rencontrée. Et dans ce cas-là, jolie était un euphémisme : une longue chevelure rousse, une regard vert qui semblait vous transpercer, des formes des plus avantageuses, cette fille était carrément sublime. Le seul problème, c’est qu’un abruti lui avait renversé son plateau dessus. Et cet abruti, c’était Tristan.

LoL, c'est un peu un boulet quand même non ? \o/
Enfin, si ça va devenir sa moitié après ... chacun sa méthode de drague.

Ce style toujours aussi olé olé (oui j'aime cette expression) commence à me plaire. Il me fait sourire je dirais même.

Un petit truc: j'ai repéré une incohérence: si les Errants vivent dans leur propre réalité, qu'ils y croient encore ... pourquoi le Errant de la cantine demande si Pétain existe toujours ? Au contraire, il faudrait plutôt le faire déterminé et qu'il demande un truc plus du genre:
"Pourquoi les juifs mangent à la même table que les autres ?"
Enfin, une question qui aurait bien le profil de l'époque et qui le montre bien persuadé que le régime néo-nazi est encore bien présent.

Bref. Sinon, Errant j'aime bien moi, ça définit bien ce que c'est en même. Si vraiment tu cherches autre chose ... un oublié ? un égaré ? un illuminé ? un spectre ? (ouais bof le dernier).

Non mais Errant le fait bien tu sais Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Elea le Lun 12 Oct 2009 - 10:52

Ômondieu ômondieu ômondieu !
Mais le fantasme de la rousse canon quoi >.<

Sinon, le passage est beaucoup plus intéressant et dynamique que le précédent =) J'aimerais bien quand même savoir ce qui arrive à Catherine ! J'suis sûre elle va être comme une furie quand Tristan va tomber amoureux de la rousse canon x3 Elle va tout faire péter les fenêtres itouw. Muarf x)

Et moi aussi j'aime bien "Errant".

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Lou le Lun 12 Oct 2009 - 11:44

La rousse canon c'est un peu mon fantasme je dois avouer. et encore, t'as pas vu le mec huhu.
En fait, on va voir que tristan a pas beaucoup le choix au niveau du je tombe amoureux ^^

Pour catherine... J'hésite à faire un passage rien qu'à elle, parce que la elle disparait pendant un moment, et j'ai peur que ça fasse trop pouf me revoila et que le lien entre tristan et cathe s'en retrouve affaiblit.
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Elea le Lun 12 Oct 2009 - 12:05

Ca serait pas mal en effet, le passage pour Cathe, parce que là on s'demande ce qui s'est passé, où elle est itouw, donc si on la revoit pas avant un moment, ça va nous larguer. Surtout que quand tu commences à lire, tu te dis que c'est un personnage super important qu'on va voir souvent, et là, pof!, pu personne >.<

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  MrSonge le Lun 12 Oct 2009 - 12:09

Comme environ 56,8 % (pourquoi environ, si le chiffre est si précis ?) des élèves du lycée Napoléon, Tristan était DP. Derrière ces initiales mystérieuses se cachait la douloureuse vérité : quatre jours sur sept, il était condamné à manger dans l’endroit le plus affreux qui soit sur terre. Pour certains, cette description de la cantine scolaire sera peut-être (trop) exagérée. Mais qui sont-ils donc pour résister à une telle torture ? La cantine, c’est une longue file d’attente, avec des cris, des bousculades, où se mélange odeurs de sueur et parfums. Quand, au bout de trente minutes de station debout avec un sac de vingt kilos sur les épaules on saisit enfin son plateau c’est pour le voir se remplir peu à peu de nourriture grasse, insipide et probablement achetée au rabais dans une grande surface. Ce n’est même pas la peine de parler du manque de place ou de la rapidité d’ingurgitation du contenu de l’assiette. Pour ceux qui sont en groupe, la cantine est bien plus facile à supporter : au moins on peut discuter. Tristan, lui, était seul. Comme toujours. Ce n’est pas un garçon solitaire, bien au contraire, mais qui donc aurait pu manger avec le dingue ? Les seuls candidats étaient Franky et sa bande, et ceux-là, Tristan tenait avant tout à les éviter. D'habitude il y avait Catherine. Il ne pouvait pas lui répondre quand il y avait du monde, mais cela ne l’empêchait pas de parler tout le temps pour ne rien dire et de faire des commentaires idiots sur les autres élèves. Tristan n’avait pas peur qu’elle soit en danger : qu’un fantôme puisse subir des dommages physiques lui paraissait totalement ridicule. Cela le rendait encore plus triste car si elle n’était pas là, c’est qu’elle ne voulait plus venir. Il n’avait pourtant rien fait pour que Cathe s’en aille ainsi… Elle avait tout simplement décidé de partir, comme ça du jour au lendemain, disparue comme le fantôme qu’elle était. Le jeune homme se frotta les yeux : il pleurait presque, ridicule ! Il devait absolument sortir cette fille de sa tête. Pour se détendre, il tendit l’oreille vers un groupe de jeunes filles en pleine discussion - très animée :
- Nan mais franchement, ce type il craint.
- C’est clair, en plus il est vraiment âgé
- Il est quand même mignon.

Caché dans un coin, l’espion retint un soupir : il avait reconnu le stupide, mais ténébreux, redoublant de Terminale Charles Simon. Que ce type ait autant de succès l'avait toujours étonné.
- Paraît qu'il a blessé un prof dans son ancien lycée.
- Tu parles ! C'est un mytho ce mec.
- Excusez-moi, sommes nous toujours en zone occupée ?

Tristan sursauta : d’abord parce que la phrase avait été prononcée avec une voix d’homme et surtout parce qu’elle n’avait rien à voir avec le sujet de la conversation. Il risqua un rapide coup d’œil vers les filles : elles continuaient leur débat à grand renfort de gestes inutiles. Il n’y avait aucun homme parmi elles. La voix surgit de nouveau, plus près cette fois.

- Mais dites donc, faites comme si je n’étais pas là ! Quelqu’un pourrait me dire si Pétain est toujours notre président ?

Le problème, c’est qu’il n’y avait effectivement personne. Tristan comprit enfin : un Errant. Il se demanda comment le fantôme avait pu s’égarer dans cette cantine, un hasard ? Il n’y croyait pas trop… Les Errants étaient une sorte d’esprit un peu particulière. En fait, ils les avaient baptisés ainsi parce que ces fantômes continuaient de faire comme s'ils étaient toujours en vie. D’ailleurs, ils ne se rendait même pas compte qu’ils étaient morts. Une fois, le garçon avait essayé de le leur dire, mais ils étaient tellement encrés dans leur réalité qu’ils ne l’écoutaient même pas.
Tristan tourna rapidement la tête : la voix se rapprochait dangereusement. Il chercha à s’enfuir, mais la foule le repoussa vers l’avant. Sans qu’il puisse le voir, le jeune médium sut qu’on le regardait : il avait été repéré.

- Eh petit ! Tu m’écoutes toi au moins, je le sens.

Et le fantôme se mit à parler, son débit était lent et monocorde, le pire, c’est qu’il n’éprouvait même pas le besoin de reprendre son souffle puisqu’il n’avait même plus besoin de respirer. Tristan faillit se donner des baffes, il connaissait la règle pourtant : ne jamais, jamais montrer à un Errant que l’on connaissait son existence. Une fois que l’un d'eux vous avait trouvé, il ne vous lâchait plus. Certain médiums étaient morts pour moins que ça.
« Et je ne peux même pas lui répondre ou me boucher les oreilles, pensa Tristan, je passe déjà bien assez pour un dingue. »
Ainsi, il était condamné à écouter l’esprit jusqu’à ce qu’il se lasse, et cela pouvait être très long.

D’un geste qui démontrait autant l’habitude que le la lassitude, Tristan passa sa carte magnétique dans la machine. Après un petit bip, celle-ci régurgita son plateau. Il ne fit même pas attention à ce qu’il prenait, au final tout aurait le même goût. Alors qu’il cherchait une place tranquille dans un coin, il fut surpris par le silence assourdissant qui régnait dans la salle. Pourtant les groupes continuaient de parler, il y avait autre chose… L’Errant était parti ! Il avait beau tendre l’oreille, il n’entendait plus la voix du fantôme. Si vite ? C’était pour le moins étonnant, mais le jeune homme savoura cet instant de silence, sans même prendre garde aux élèves qui se moquaient de lui.

Quelqu’un cria.
Un mélange de hurlement et de sanglot, un appel à l’aide rempli de désespoir. Tristan sentit son cœur se serrer : une telle plainte ne pouvait venir que d’un être horriblement torturé. Sans raison, il pensa à Catherine, et si c’était elle ? Il se retourna pour voir et… c’est ainsi qu’il rencontra son destin.
En fait, le destin se présenta sous la forme de la plus jolie fille qu’il ait jamais rencontrée. Et dans ce cas-là, jolie était un euphémisme : une longue chevelure rousse, une regard vert qui semblait vous transpercer, des formes des plus avantageuses, cette fille était carrément sublime. Le seul problème, c’est qu’un abruti lui avait renversé son plateau dessus. Et cet abruti, c’était Tristan.

Bon, j'avoue, le paragraphe final est quand même assez dégoulinant, avec les formules toutes faites du genre "c'est ainsi qu'il rencontra son destin" etc... Ça fait d'ailleurs un peu tâche avec le reste du passage qui est tout à fait original, avant de s'aplatir avec l'apparition de la rousse d'enfer face à un héros qui -évidemment- se ridiculise.

Ce petit point négatif soulevé, c'est toujours aussi constant, au temps au niveau du style que de l'histoire, l'intérêt ne retombe pas et le texte est égal à lui-même. Very Happy

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Liven d'Eleissen le Lun 12 Oct 2009 - 14:00

Heeeey, je ne savais pas que le Merlin de TD était ton frère xD
Je savais que j'avais déjà lu cette histoire quelque part et je suis allée voir sur le forum ^^ Il t'a refilé son histoire ou vous travaillez tous les deux ensemble? et il devient quoi au fait, ça fait quasiment un an qu'il n'est pas venu?

__________________________________

*from my book

+Il n'est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime.
+L'écrivain original n'est pas celui qui n'imite personne mais celui que personne ne peut imiter.

+Je déplace ton pion sur ce maudit échiquier. Prends garde à la Reine. Elle te prendra et t'emportera dans cet empire de décadence. Le Fou veille. Le Cavalier te regarde.Échec et mat, trésor. [By a friend, Elilah]
avatar
Liven d'Eleissen
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1865
Age : 26
Localisation : Over the stars, in my dreams...
Emploi/loisirs : Khâgne Lettres Modernes
Votre talent : Écriture
Points : 1766
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Lou le Lun 12 Oct 2009 - 18:32

En fait... C'était pas mon vrai frère ^^" Je suis désolée de vous avoir fais croire ça, c'était un ami à moi a qui j'avais demandé de publier mon histoire parce que j'avais peur de le faire toute seule. Comme c'était mon voisin, on partageait la même connexion internet, d'où la même ip en fait.
Désolée

En vrai moi j'ai que deux petits frères.
Merlin est parti à science po Paris où il s'amuse à critiquer tous les profs et draguer toutes les filles ( bon, c'est même pas vrai, il est fiancé maintenant mais bon)
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Liven d'Eleissen le Lun 12 Oct 2009 - 19:40

Ah d'accord ^^ C'est pas grave ^^
Sciences Po? Ben, chapeau à lui! Very Happy

__________________________________

*from my book

+Il n'est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime.
+L'écrivain original n'est pas celui qui n'imite personne mais celui que personne ne peut imiter.

+Je déplace ton pion sur ce maudit échiquier. Prends garde à la Reine. Elle te prendra et t'emportera dans cet empire de décadence. Le Fou veille. Le Cavalier te regarde.Échec et mat, trésor. [By a friend, Elilah]
avatar
Liven d'Eleissen
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1865
Age : 26
Localisation : Over the stars, in my dreams...
Emploi/loisirs : Khâgne Lettres Modernes
Votre talent : Écriture
Points : 1766
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Lou le Lun 12 Oct 2009 - 19:55

Ouf, j'ai eu peur que tu m'en veuilles pour le restant de mes jours * respire *

Bha en même temps, ce petit con il a deux parents profs ( histoire et allemand). Pis il revise beaucoup aussi. Et il est très fort ^^
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Pacô le Mer 14 Oct 2009 - 18:11

J'avoue que la remarque de Mr Songe n'est pas mauvaise. Mais en même temps, tu peux jouer sur le stéréotype de la canon en le tournant dans ton style (une mini-caricature quoi).
Enfin je dis ça, je dis rien >_<.

Sinon, qui c'est Merlin ? Qui c'est TD ? XD

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Elea le Mer 14 Oct 2009 - 18:14

Merlin, c'est le voisin de Lou, qui s'est fait passé pour son frère, sur le blog/forum de TD > Tara Duncan. Si j'ai bien tout suivi.

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Lou le Jeu 15 Oct 2009 - 9:19

Exactement ^^
Pour la nana, vous verrez bien comment je traite son cas ^^ Héhé
Suite

Evidemment, il avait fallu qu’on serve des spaghettis. Parfois, la malchance s’accroche à vos pas basque et ne vous lâche plus. Tristan se sentit brusquement très nul, son plateau vide encore en main. Il aurait dû tomber à genou, supplier la magnifique créature de lui pardonner et au diable son honneur. Mais si son esprit fonctionnait à cent à l’heure, son corps, lui, refusait de bouger. Le garçon n’arrivait pas à détacher son regard de la tâche rouge qui s’étalait peu à peu sur le tee-shirt. Un habit qui, d'ailleurs, soulignait à merveille les formes féminines de sa voisine. Au moins s'il ne passait pas pour un abruti, on le prendrait pour un macho.

- Jesuisdésoléjenevousavaitpasvue.

Miracle, il avait réussi à parler !
Pendant le silence qui suivit, Tristan se rendit compte que les conversations avaient cessé, le lycée entier l’écoutait. On dit que le ridicule ne tue pas, c’est bien dommage.
Il ne faudrait pas plus de quelques secondes pour qu’un beau garçon se lève et l’assomme, pour se faire bien voir. Une fille aussi jolie, on n’en voit que dans les magazines. Peut-être était-elle mannequin ? Le rouge lui monta aux joues. Enfin, il parvint à relever la tête pour la regarder. Contre toute attente, elle se mit à rire. Tristan faillit en lâcher son plateau (heureusement, maintenant il n’y avait plus rien dessus).

-Eh bien, c’est ce qu’on peut appeler une rencontre percutante, dit-elle, indifférente à l’émoi que sa présence provoquait dans la cantine.

Elle observa la tache avec une moue charmante.

- Au moins, tu as fait le travail pour moi, je voulais le jeter ce tee-shirt.

Tristan ne put s’empêcher de soupirer, il venait d’éviter une catastrophe planétaire. Derrière lui, les conversations avaient repris, même si la communauté masculine jetait de fréquents coups d’œil dans sa direction. Qu’est-ce qui lui avait pris de se retourner aussi vite ? Il ne se souvenait plus… il y avait eu.. un bruit, non.. autre chose. Il était sur le point de se rappeler lorsque…

- Ca va ?
- Oui bien sûr, il tenta de sourire mais échoua lamentablement, c’est plutôt à moi de te demander ça.
- Je vais très bien, mes vêtements par contre...

Nouvelle petite moue, tout aussi adorable que la première.
- J’ai des affaires de rechange si tu veux.

Silence interloqué. Non, il n’avait pas fait ça, tout de même. Lui, le petit crétin, proposer à une fille qui devait être mannequin professionnel d'enfiler ses vêtements démodés... Un rêve, ça ne pouvait être qu’un rêve. Ou un cauchemar plutôt.

-D’accord.

Il fallait qu’il se réveille, vite, sortir de ce cauchemar… mais ! Une minute :

-Tu as dit quoi ?
-J’ai dit oui. Mais si tu restes planté là, on va devoir tout ramasser, et je ne suis pas très motivée.

Et sans attendre la réponse, elle le débarrassa de son plateau, prit sa main et l’entraîna vers la sortie.
Tristan n’avait plus autant envie de se réveiller.
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  MrSonge le Jeu 15 Oct 2009 - 9:25

Evidemment, il avait fallu qu’on serve des spaghettis. Parfois, la malchance s’accroche à vos pas basque (faut choisir xD) et ne vous lâche plus. Tristan se sentit brusquement très nul, son plateau vide encore en main. Il aurait dû tomber à genou, supplier la magnifique créature de lui pardonner et au diable son honneur. Mais si son esprit fonctionnait à cent à l’heure, son corps, lui, refusait de bouger. Le garçon n’arrivait pas à détacher son regard de la tâche rouge qui s’étalait peu à peu sur le tee-shirt. Un habit qui, d'ailleurs, soulignait à merveille les formes féminines (bof, tu as déjà précisé que c'était une rousse canon, inutile d'ajouter qu'elle est "féminine", je trouve ^^) de sa voisine. Au moins s'il ne passait pas pour un abruti, on le prendrait pour un macho.

- Jesuisdésoléjenevousavaitpasvue.

Miracle, il avait réussi à parler !
Pendant le silence qui suivit, Tristan se rendit compte que les conversations avaient cessé, le lycée entier l’écoutait. On dit que le ridicule ne tue pas, c’est bien dommage.
Il ne faudrait pas plus de quelques secondes pour qu’un beau garçon se lève et l’assomme, pour se faire bien voir. Une fille aussi jolie, on n’en voit que dans les magazines. Peut-être était-elle mannequin ? Le rouge lui monta aux joues. Enfin, il parvint à relever la tête pour la regarder. Contre toute attente, elle se mit à rire. Tristan faillit en lâcher son plateau (heureusement, maintenant il n’y avait plus rien dessus).

-Eh bien, c’est ce qu’on peut appeler une rencontre percutante, dit-elle, indifférente à l’émoi que sa présence provoquait dans la cantine.

Elle observa la tache avec une moue charmante.

- Au moins, tu as fait le travail pour moi, je voulais le jeter ce tee-shirt.

Tristan ne put s’empêcher de soupirer : il venait d’éviter une catastrophe planétaire. Derrière lui, les conversations avaient repris, même si la communauté masculine jetait de fréquents coups d’œil dans sa direction. Qu’est-ce qui lui avait pris de se retourner aussi vite ? Il ne se souvenait plus… il y avait eu.. un bruit, non.. autre chose. Il était sur le point de se rappeler lorsque…

- Ça va ?
- Oui bien sûr, il tenta de sourire mais échoua lamentablement, c’est plutôt à moi de te demander ça.
- Je vais très bien, mes vêtements par contre...

Nouvelle petite moue, tout aussi adorable que la première.
- J’ai des affaires de rechange si tu veux.

Silence interloqué. Non, il n’avait pas fait ça, tout de même. Lui, le petit crétin, proposer à une fille qui devait être mannequin professionnel d'enfiler ses vêtements démodés... Un rêve, ça ne pouvait être qu’un rêve. Ou un cauchemar plutôt.

-D’accord.

Il fallait qu’il se réveille. Vite, sortir de ce cauchemar… mais ! Une minute :

-Tu as dit quoi ?
-J’ai dit oui. Mais si tu restes planté là, on va devoir tout ramasser, et je ne suis pas très motivée.

Et sans attendre la réponse, elle le débarrassa de son plateau, prit sa main et l’entraîna vers la sortie.
Tristan n’avait plus autant envie de se réveiller.

En voilà une qui ne perds pas son temps, dis donc.^^ Soit c'est une dinde, soit elle est pas nette. Je penche pour la seconde solution.

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Lou le Jeu 15 Oct 2009 - 9:45

Tristan est un crétin, une jolie fille lui tombe dans les bras toute chaude, et il se doute de rien...
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  MrSonge le Jeu 15 Oct 2009 - 9:59

"Toute chaude" me semble visiblement le terme adéquat... xD

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Laumie le Jeu 15 Oct 2009 - 14:54

Et "crétin" est également adéquat XD
avatar
Laumie
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 6329
Age : 32
Localisation : Landes
Emploi/loisirs : PC, Lecture, Vélo, Voiture, Balades, Lèche-vitrine, délires ...
Votre talent : Aucun
Points : 6448
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Elea le Jeu 15 Oct 2009 - 16:16

C'est une garce ? Nan parce que je l'aime <3 Mais comment qu'elle s'appelle ?

Haha, j'aime de plus en plus =D T'as pas intérêt de me lâcher en cours de route parce qu'y a pas de suite et que tu comptes pas l'écrire è_é"

Elea
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1824
Votre talent : Écriture
Points : 1880
Date d'inscription : 23/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix des morts

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum