Requiem de Venise

Page 16 sur 17 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  domingo le Mer 30 Juin 2010 - 20:17

Me revoilou !

J'ai commencé le chapitre VI. J'ai une petite question tout d'abord : que signifie Kyrie ? Est-ce un prénom ou un mot italien ?

Le contexte est bien planté, même si j'attendais de ta part plus .... d'information "musicale" dirais-je.
Je trouve que le dialogue arrive de manière trop brutale, tu nous fais une bonne description de la foule et de l'ambiance générale mais je regrette qu'à un moment tu ne te sois pas concentré sur un personnage en particulier. Un personnage qui vadrouillerais dans la foule et qui, finalement, prend par à une conversation, tu vois ce que je veux dire ? Je ne sais pas comment s'appelle cet effet dans le cinéma mais j'aurai bien vu un truc du genre pour introduire le dialogue ( à moins que cela ne fasse trop cliché ?)

Sinon j'aime bien le changement de classe (?), on passe des ecclésiastiques aux aristocrates ça nous permet d'avoir un panorama de la population et c'est appréciable.
Au niveau de la luxure je m'attendais à quelque chose de plus poétique, de plus charnel mais je suppose que la pudeur était de mise dans ce genre de bal !^^
Bon par contre je vais faire le lourd et répéter ce que je t'ai déjà dit : "Le phrasé des personnages est trop moderne !" Je me doute bien qu'à l'époque les ne s'exprimaient pas qu'en alexandrins mais je sais pas... les dialogues manquent de personnalité. Ils ne sont pas mauvais, hein, mais peut-être qu'utiliser des formulation plus d'époque ajouterai de l'immersion pour le lecteur que je suis. ^^ J'aimerais pouvoir te donner un exemple mais je n'ai pas assez de connaissance sur cette époques pour pouvoir t'en fournir. Désolé...

Bon je te laisse je vais m'empresser de lire la suite !
avatar
domingo
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 757
Age : 32
Localisation : Gard
Emploi/loisirs : Dormir
Votre talent : Inutile
Points : 826
Date d'inscription : 06/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  domingo le Mer 30 Juin 2010 - 20:26

Voilà je viens de lire la suite du Chapitre VI.

Bon je trouve que le dialogue entre l'aristocrate et son laquais et parfait ! Les mots en italiens ça pète quand même !
Sinon j'ai repéré une coquille je crois, vers la fin : "L'ambiance était pensante." => L'ambiance était pesante, non ?

ha les intrigues, les ragots, les médisances... Tout ce que j'adore ! Cet extrait est bien meilleur que le précédent !

Que veux dire la phrase en italien :

- Sì signore. Farò secondo i vostri ordini. »

Oui, Monsieur. Je ferais selon vos exigences. C'est ça ?
avatar
domingo
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 757
Age : 32
Localisation : Gard
Emploi/loisirs : Dormir
Votre talent : Inutile
Points : 826
Date d'inscription : 06/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Jeu 1 Juil 2010 - 9:12

Est-ce un prénom ou un mot italien ?
Ni l'un ni l'autre ! ^^
C'est en fait un terme latin, sauf erreur qui désigne un chant liturgique des Églises catholique et orthodoxe. "Kyrie eléison" = « Seigneur, prends pitié ». Il est le second texte des messes de requiem dans la liturgie catholique, d'où son emplacement dans mon texte.

Un personnage qui vadrouillerais dans la foule et qui, finalement, prend par à une conversation, tu vois ce que je veux dire ?
En fait, j'avais peur de trop m'étaler sur ce début de chapitre. Le dialogue lui-même ne sert qu'à planter le décors, comme la description d'avant, mais d'un point de vue plus psychologique que visuel. Du coup, je me suis dit que si je tartinais déjà ces deux niveaux de description coup sur coup, ajouter une vadrouille d'un personnage alourdirait considérablement ce début. Mais si tu l'as ressenti comme un manque, alors je vais peut-être essayer de pallier cette négligence. Razz

Au niveau de la luxure je m'attendais à quelque chose de plus poétique, de plus charnel mais je suppose que la pudeur était de mise dans ce genre de bal !^^
Oui, à mon avis, même à Venise, en début de soirée, à l'étage des festivités, ça ne devait pas être l'orgie. Du moins peut-être pas tout de suite (certains convives n'ont pas encore dîné)... Et en fait, je trouvais plus amusant, voir peut-être plus subtil, de montrer uniquement des débuts de débordements lascifs comme il devait y en avoir dans ce genre de soirée. Du moins c'est ce que j'ai essayé de faire avec les « coquines œillades », les jeunes femmes qui « se pâmaient déjà devant de jeunes aristocrates hâbleurs ». Et puis, pour montrer justement le dynamisme de ce genre d'entreprises, j'ai terminé la description des lieux par : « Dissimulés dans des alcôves, quelques séducteurs plus audacieux, ou moins patients, tentaient déjà, de leurs mains câlines, d'explorer décolletés et jupons. Leurs proies, de petites comtesses aux yeux pétillants, riaient de ces agréables hardiesses, tout en feignant sans conviction de ne céder qu'à la force physique. »

Quant aux phrases d'époque, je sais, je sais, mais en fait je me rends compte que quand je me laisse aller à du pittoresque d'époque, je tombe dans la caricature du langage du Moyen-Âge (donc pas du tout de l'époque de ce roman), façon "Les Visiteurs". Mais en fait, je crois que je vais profiter de mon immersion prochaine à la faculté de lettres pour prendre contact avec un professeur d'histoire qui pourra peut-être m'indiquer deux-trois ouvrages qui m'aideraient à faire basculer le verbiage de mes personnages dans la bonne direction ^^

Oui, Monsieur. Je ferais selon vos exigences. C'est ça ?
Oui, exactement. « Je ferai selon vos ordres », littéralement.

Une fois de plus, merci de ta lecture et de tes commentaires toujours aussi enrichissants pour moi !! Very Happy

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  Démon des Airs le Sam 31 Juil 2010 - 17:26

Je découvre ton univers : scotché !
Bon, comme tu as déjà 26 pages de commentaires, je vais me contenter de lire avec délectation.
Bravo. Bienvenue Very Happy
avatar
Démon des Airs
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 67
Localisation : Nice
Emploi/loisirs : Ecriture
Votre talent : Écriture
Points : 146
Date d'inscription : 07/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Dim 8 Aoû 2010 - 7:25

Merci beaucoup ! Very Happy
(Ne t'attache pas trop à la forme des premiers extraits. J'ai relu tout mon début pendant mes vacances et je crois qu'il va falloir que je le révise phrase par phrase, mais évidemment... Je suis pris d'une flemme terrible. Du coup, j'attends d'avoir mis le point final avant de replonger dans le marais infini des corrections formelles.^^)

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  Pacô le Lun 9 Aoû 2010 - 22:28

Troisième partie.
I

Mes remarques :

Lorsqu'il est assez distinct, on se rend compte qu'il s'agit d'un masque au rictus tragique,
=> le "on se rend compte" fait un peu maladroit. Peut être à cause du terme "on", peut-être parce que c'est un peu étrange comme approche de la scène...
=> pour moi un rictus, c'est malsain, petit, vicelard etc. mais ne peut être aussi profond et puissance que la tragédie.
=> Lorsqu'il est assez distinct, il ne s'agit en fait que d'un masque à la mine tragique"

apparait de temps à autres
=> orthographe : de temps à autre

des formes indéfinies
=> maladroit. Des "formes" sont par définition définies... sinon, tu ne les verrais pas. C'est ce qu'elles représentent qui ne l'est pas, défini (est-ce un carré ? Un cercle ? une silhouette ?)

et une nausée soudaine l'obligea à se plier en deux sur le côté pour déverser sur le sol humide un flot de liquide bilieux
=> pas facile de faire ça avec chevilles et poignets liés. Essaie de te tourner complètement (de manière à vomir au sol) allongé sur ton lit et sans bouger tes bras ou tes jambes... (fais-le de préférence quand personne n'est chez toi, sinon les commérages iront bon train ^^)

Ce dernier fixait ses yeux noirs
=> on ne fixe pas plutôt le regard ?

Instinctivement, elle s'en éloigna le plus possible et se recroquevilla dans un angle de la pièce, les membres agités de tremblements ininterrompus dus au froid autant qu'à la peur.
=> alors si je comprends bien, elle n'est pas attachée à un socle, mais attachée "entre elle" si j'ose dire.
=> bien très bien. Mais pas facile de se déplacer tout de même ?

un sourire carnassier aux lèvres
=> il avait déjà un sourire carnassier aux lèvres...

Appréciation linguistique :

Tu as toujours tendance à compliquer tes phrases, à rendre la compréhension d'une chose ardue alors qu'elle est simple.
On peut le voir ici :
Lorsqu'il est assez distinct, on se rend compte qu'il s'agit d'un masque au rictus tragique, le long de la joue duquel coule une larme rouge scintillante. Tout autour, volent de noirs papillons crachés par la bouche béante et immobile. Au milieu de ce flot de volatiles agités, apparait de temps à autres un spécimen aux ailes nimbées de clarté mais qui éclate comme une bulle de savon au bout de quelques secondes. Dans les recoins sombres de ce sinistre tableau, des formes indéfinies, sortes de grosses larves sans tête ni queue, se tordent comme sous l'effet d'atroces douleurs. Certaines, dans un tressaillement désespéré, vomissent de tous leurs pores un liquide blanchâtre et visqueux qui s'écoule de leur corps tandis que celui-ci se recroqueville, rétrécit, se dessèche pour finalement disparaître dans un ultime spasme. De la substance laiteuse s'élève des fumeroles dont les arabesques s'étirent jusqu'au vol de lépidoptères qui y restent prisonniers comme des mouches au milieu d'une toile d'araignée. Au bout d'un moment dont la durée incertaine semble être proche de l'infini, les paupières du masque blanc cillent quelques fois, avant que ses lèvres se mettent à s'agiter sans qu'aucun son n'en sorte.
Et l'on pourrait en citer encore d'autres.

Toutefois, c'est aussi un caractère étrange qui nous attire. Ou en tout cas qui m'attire personnellement. Car je crains que tous ne soient pas aussi prompts à s'enliser dans des descriptions très nébuleuses, très saupoudrées de mysticisme et très imagées.

Texte prenant, somme toute, à condition d'aimer le compliqué !

Appréciation du récit :

Arrête-moi si je me trompe, mais ce premier paragraphe me semble être une description horrible d'un acte sexuel. Mieux encore, à l'instant de l'éjaculation.
Est-ce que je me trompe ?

C'est sordide, c'est effrayant... mais comme dit au-dessus, c'est parfois un peu trop compliqué et on en oublierait d'avoir froid dans le dos tant on cherche, en certains moments, à saisir le "truc".

On se demande bien pourquoi la femme fut capturée. Les troubles mnésiques lui font-elles aussi oublier sa captivité dans les geôles de l'Inquisition ?
Enfin jusqu'à quand les troubles mnésiques peuvent altérer les souvenirs d'un individu ? Il me semble que la fille était enfermée depuis un petit moment... ça ne s'oublie pas ! Ou alors, ça oublie tout, jusqu'à son propre nom.

Pourquoi démarrer avec un masque ? Puis ensuite dire que c'était bel et bien un visage ?

Texte toujours apprécié. J'apprécie cet univers pesant, ces cellules sordides, ces personnages malicieux et vicieux... mais ça en deviendrait un roman !

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Mar 10 Aoû 2010 - 18:43

Un grand merci pour ton attentive lecture !! Very Happy

=> le "on se rend compte" fait un peu maladroit. Peut être à cause du terme "on", peut-être parce que c'est un peu étrange comme approche de la scène...
=> pour moi un rictus, c'est malsain, petit, vicelard etc. mais ne peut être aussi profond et puissance que la tragédie.
=> Lorsqu'il est assez distinct, il ne s'agit en fait que d'un masque à la mine tragique"
Mon Robert chéri me dit : « Ouverture de la bouche avec contraction des muscles peauciers, donnant l'aspect de rire forcé. » Donc je ne crois pas qu'il y ait une connotation nécessairement malsaine ou vicieuse.
La proposition est pas mal, mais sémantiquement il y a un bug. Ce n'est pas "lorsqu'il est distinct" qu'il s'agit soudain d'un masque, puisqu'avant qu'il ne soit distinct, c'était déjà un masque.
Bref, je vais retravailler cette phrase. ^^

=> maladroit. Des "formes" sont par définition définies... sinon, tu ne les verrais pas. C'est ce qu'elles représentent qui ne l'est pas, défini (est-ce un carré ? Un cercle ? une silhouette ?)
Encore une fois, mon Robert me donne : Des formes imprécises. Sauf que je ne sais pas trop si "imprécis" peut être réellement synonyme de "indéfinie". J'ai un petit doute.

=> pas facile de faire ça avec chevilles et poignets liés. Essaie de te tourner complètement (de manière à vomir au sol) allongé sur ton lit et sans bouger tes bras ou tes jambes... (fais-le de préférence quand personne n'est chez toi, sinon les commérages iront bon train ^^)
En fait elle est attachée, mais comme un prisonnier pas comme un mec sur un lit de torture. Elle est donc libre de faire des mouvements, jusqu'à ce que les chaînes se tendent et l'immobilisent. Je vais essayer de clarifier ce point pour qu'il n'y ait aucun malentendu là-dessus. ^^

=> on ne fixe pas plutôt le regard ?
Pour moi ça revient au même, puisque pour fixer le regard sur quelque chose, on doit user de ses yeux, et donc les fixer également sur l'objet. Enfin je pense.

Arrête-moi si je me trompe, mais ce premier paragraphe me semble être une description horrible d'un acte sexuel. Mieux encore, à l'instant de l'éjaculation.
Est-ce que je me trompe ?
Je ne l'avais absolument pas envisagé sous cet angle, mais après tout, pourquoi pas ? ^^

Il me semble que la fille était enfermée depuis un petit moment... ça ne s'oublie pas !
Non, elle a été enlevé la veille, si la chronologie de mon texte est cohérente, du moins... Donc là, elle se réveille après de longues heures d'un sommeil inexplicable (pour elle). Elle se sent un peu comme après une grosse cuite, qui peut provoquer chez certaines personne un blanc total de quelques heures dans leur passé proche.

En fait, la longue description nauséeuse du début, faite au présent, n'est rien d'autre qu'une plongée "directe" dans l'esprit de Lucia qui nage encore dans les brumes de son long évanouissement (faisant suite à son enlèvement dans les geôles de l'Inquisition). Rien de ce qui est décrit n'est réel (c'est le pourquoi de mon changement de temps), excepté le masque qui se métamorphose, lorsque Lucia ouvre les paupières en visage humain. C'est comme si elle émergeait d'un rêve graduellement. Le masque qui devient progressivement le visage d'une personne réelle qui se tient debout à ses côtés est une façon de montrer comment la réalité s'introduit dans son esprit au milieu de ses songes et de son évanouissement, pour finalement reprendre le dessus au moment où Lucia sort définitivement de sa torpeur.

Texte toujours apprécié. J'apprécie cet univers pesant, ces cellules sordides, ces personnages malicieux et vicieux... mais ça en deviendrait un roman !
C'en est un ! ^^
Je crois qu'il faudrait envisager de le déplacer carrément dans l'autre section, pour qu'il cesse de polluer celle-ci. ^^

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  Pacô le Mer 11 Aoû 2010 - 10:11

MrSonge a écrit:
Mon Robert chéri me dit : « Ouverture de la bouche avec contraction des muscles peauciers, donnant l'aspect de rire forcé. » Donc je ne crois pas qu'il y ait une connotation nécessairement malsaine ou vicieuse.
La proposition est pas mal, mais sémantiquement il y a un bug. Ce n'est pas "lorsqu'il est distinct" qu'il s'agit soudain d'un masque, puisqu'avant qu'il ne soit distinct, c'était déjà un masque.
Bref, je vais retravailler cette phrase. ^^
Certes, je fais peut être un amalgame trop facile.
Toutefois, je reste convaincu qu'un aspect tragique est plus profond qu'un simple rictus...

MrSonge a écrit:
Encore une fois, mon Robert me donne : Des formes imprécises. Sauf que je ne sais pas trop si "imprécis" peut être réellement synonyme de "indéfinie". J'ai un petit doute.
Imprécis et indéfini n'ont pour moi pas du tout le même sens.
"imprécis" se rapporte davantage à ce que le trait est hasardeux et ne suivant pas la précision, c'est-à-dire, ne suivant pas une certaine rigueur.
"indéfini" se rapporte à quelque chose d'inconnu, de nouveau.

Ce n'est pas la même chose pour moi.

MrSonge a écrit:
En fait elle est attachée, mais comme un prisonnier pas comme un mec sur un lit de torture. Elle est donc libre de faire des mouvements, jusqu'à ce que les chaînes se tendent et l'immobilisent. Je vais essayer de clarifier ce point pour qu'il n'y ait aucun malentendu là-dessus. ^^
Oui m'enfin "libre de ses mouvements" tout de même.
Je ne suis pas sûr qu'elle puisse tellement se déplacer aisément ; sinon à quoi serviraient les chaines ?

MrSonge a écrit:
Pour moi ça revient au même, puisque pour fixer le regard sur quelque chose, on doit user de ses yeux, et donc les fixer également sur l'objet. Enfin je pense.
Hum... pas tellement.
Quand on fixe le regard, c'est qu'on se fait l'image que le regard (comme une onde, comme si l'on concrétisait le regard par un faisceau) est attaché sur la chose à contempler.
Tandis que les yeux... c'est plus dégueu d'attacher des yeux sur la chose à regarder. De plus, on voit moins bien si on met les yeux directement sur la chose à voir.

Je me suis fait cette réflexion parce que... moi aussi j'avais tendance à employer "fixer les yeux". Puis en lisant des auteurs comme Hugo, récemment, j'ai remarqué qu'il employait toujours l'expression "fixer le regard".
Et cette expression m'est confirmé dans le petit larousse des expressions françaises.

MrSonge a écrit:
Je ne l'avais absolument pas envisagé sous cet angle, mais après tout, pourquoi pas ? ^^
Mais alors ?
A quoi se rapporte donc cette scène visqueuse avec ce jet blanchâtre ?

MrSonge a écrit:
Non, elle a été enlevé la veille, si la chronologie de mon texte est cohérente, du moins... Donc là, elle se réveille après de longues heures d'un sommeil inexplicable (pour elle). Elle se sent un peu comme après une grosse cuite, qui peut provoquer chez certaines personne un blanc total de quelques heures dans leur passé proche.
Non, pas enfermée depuis un petit moment dans la cellule du mec au masque blanc, mais enfermée par contre depuis longue date dans la cellule de l'Inquisition.
Elle devrait tout de même se souvenir qu'elle était en mauvaise posture vis à vis de l'Inquisition.

MrSonge a écrit:
En fait, la longue description nauséeuse du début, faite au présent, n'est rien d'autre qu'une plongée "directe" dans l'esprit de Lucia qui nage encore dans les brumes de son long évanouissement (faisant suite à son enlèvement dans les geôles de l'Inquisition). Rien de ce qui est décrit n'est réel (c'est le pourquoi de mon changement de temps), excepté le masque qui se métamorphose, lorsque Lucia ouvre les paupières en visage humain. C'est comme si elle émergeait d'un rêve graduellement. Le masque qui devient progressivement le visage d'une personne réelle qui se tient debout à ses côtés est une façon de montrer comment la réalité s'introduit dans son esprit au milieu de ses songes et de son évanouissement, pour finalement reprendre le dessus au moment où Lucia sort définitivement de sa torpeur.
Oui, la métamorphose du masque, oui ça j'avais saisi.
Mais c'est ce passage visqueux avec ce jet blanchâtre qui me perturbe.
Et comme tu es dans une histoire glauque, ça ne m'aurait pas étonné qu'on la viole un peu...

MrSonge a écrit:
C'en est un ! ^^
Je crois qu'il faudrait envisager de le déplacer carrément dans l'autre section, pour qu'il cesse de polluer celle-ci. ^^
Ce sera fait Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Mer 11 Aoû 2010 - 21:03

Imprécis et indéfini n'ont pour moi pas du tout le même sens.
"imprécis" se rapporte davantage à ce que le trait est hasardeux et ne suivant pas la précision, c'est-à-dire, ne suivant pas une certaine rigueur.
"indéfini" se rapporte à quelque chose d'inconnu, de nouveau.
Pas faux, Pacô.
Je me laisse convaincre et je corrige !

Oui m'enfin "libre de ses mouvements" tout de même.
Je ne suis pas sûr qu'elle puisse tellement se déplacer aisément ; sinon à quoi serviraient les chaines ?
Bah disons que quand même, avec 50 centimètres de chaînes tu peux te tordre un peu pour vomir sur le côté, ou te recroqueviller par peur d'un inconnu. Enfin je pense, je t'avoue que je n'ai jamais essayé. Mais il faut de toute façon que je modifie le passage pour faire comprendre la présence de chaînes assez longues. ^^

Et cette expression m'est confirmé dans le petit larousse des expressions françaises.
Ahhh, si tu me prends par les sentiments, alors, je cède ! ^^ Va pour le regard.

Mais alors ?
A quoi se rapporte donc cette scène visqueuse avec ce jet blanchâtre ?
Au moment de la rédaction, à rien de précis, mais maintenant que tu le dis, on pourrait rapprocher cela de la tentative de viol dont elle a été victime juste avant de s'évanouir.

Non, pas enfermée depuis un petit moment dans la cellule du mec au masque blanc, mais enfermée par contre depuis longue date dans la cellule de l'Inquisition.
Elle devrait tout de même se souvenir qu'elle était en mauvaise posture vis à vis de l'Inquisition.
Ah, oui, tout cela va lui revenir très rapidement (dans l'extrait suivant), mais là, elle est vraiment en train d'émerger donc son esprit est encore nébuleux. Mais oui, tout va lui revenir assez vite, enfin surtout sa situation dans les geôles de l'Inquisition et les derniers instants avant son évanouissement.

Merci beaucoup pour le transfert !!!
Very Happy

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  Pacô le Mar 17 Aoû 2010 - 9:27

MrSonge a écrit:
Oui m'enfin "libre de ses mouvements" tout de même.
Je ne suis pas sûr qu'elle puisse tellement se déplacer aisément ; sinon à quoi serviraient les chaines ?
Bah disons que quand même, avec 50 centimètres de chaînes tu peux te tordre un peu pour vomir sur le côté, ou te recroqueviller par peur d'un inconnu. Enfin je pense, je t'avoue que je n'ai jamais essayé. Mais il faut de toute façon que je modifie le passage pour faire comprendre la présence de chaînes assez longues. ^^
Ah oui, te tordre tu peux.
Mais ne se réfugie-t-elle pas à un moment dans le coin de la cellule ?
(où j'extrapole un peu ? ^^)

MrSonge a écrit:
Mais alors ?
A quoi se rapporte donc cette scène visqueuse avec ce jet blanchâtre ?
Au moment de la rédaction, à rien de précis, mais maintenant que tu le dis, on pourrait rapprocher cela de la tentative de viol dont elle a été victime juste avant de s'évanouir.
Oui mais un "on pourrait rapprocher", ça ne me convient pas.
Tu dois être certain de ce que tu as voulu exprimer, sinon tu n'es plus maître de ton écrit.

Ce n'est pas Pacô qui doit donner un sens à ta narration Smile.

MrSonge a écrit:
Non, pas enfermée depuis un petit moment dans la cellule du mec au masque blanc, mais enfermée par contre depuis longue date dans la cellule de l'Inquisition.
Elle devrait tout de même se souvenir qu'elle était en mauvaise posture vis à vis de l'Inquisition.
Ah, oui, tout cela va lui revenir très rapidement (dans l'extrait suivant), mais là, elle est vraiment en train d'émerger donc son esprit est encore nébuleux. Mais oui, tout va lui revenir assez vite, enfin surtout sa situation dans les geôles de l'Inquisition et les derniers instants avant son évanouissement.
D'accord.
Mais c'est une sacré amnésie si elle arrive à oublier le trouble de l'Inquisition qui a duré pendant plusieurs mois !
(à ce stade, elle ne devrait même plus se souvenir de son propre nom en fait...)

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Mar 17 Aoû 2010 - 16:50

Ah oui, te tordre tu peux.
Mais ne se réfugie-t-elle pas à un moment dans le coin de la cellule ?
Non, en fait elle se blottit contre le mur, au bout du banc de pierre sur lequel elle est enchainée. Mais visiblement, ce passage est douteux, donc : à retravailler, histoire de clarifier tout cela. Razz

Oui mais un "on pourrait rapprocher", ça ne me convient pas.
Tu dois être certain de ce que tu as voulu exprimer, sinon tu n'es plus maître de ton écrit.
Ben en fait, à la base, je ne cherchais qu'à décrire une scène onirique sans queue ni tête, histoire de montrer le passage -dans l'esprit de Lucia- du délire qui fait suite à son évanouissement et de la réalité qui s'y infiltre jusqu'à l'éveil complet. Mais finalement, je me suis aperçu que le sens que tu voulais donner à ce liquide blanchâtre était effectivement assez proche d'une espèce de réminiscence inconsciente de la tentative de viol dont elle a été victime. Mais ce n'était pas voulu.

D'accord.
Mais c'est une sacré amnésie si elle arrive à oublier le trouble de l'Inquisition qui a duré pendant plusieurs mois !
(à ce stade, elle ne devrait même plus se souvenir de son propre nom en fait...)
C'est pas faux !
(c'est quoi qu'tas pas compris ? C'est côtelette que t'as pas compris ?)(ça c'était pour Laumie)

Je vais tâcher de me renseigner un peu sur l'amnésie provoquée par un choc physique, et je tâcherai d'en clarifier un peu les effets histoire de ne pas faire sauter au plafond tous les médecins qui pourraient lire ce passage. ^^

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  der Träumer le Dim 22 Aoû 2010 - 16:52

Conscient que tes premiers chapitres ont dû être corrigés et commentés de nombreuses fois, je ne vais pas rentrer dans le détail. Je le ferai seulement pour ton dernier passage. En attendant, je donne mes avis rapides sur les premiers chapitres.

REQUIEM DE VENISE

Introitus.

I.
L'entrée en matière m'a plutôt plu. D'un classicisme indiscutable, elle est pourtant bien menée. La description de Venise à l'aube est particulièrement réussie et elle plonge le lecteur immédiatement dans le cadre spatial. Le moine et l'inconnu, quant à eux, libèrent aussitôt une atmosphère mystérieuse qui vient nous assaillir comme à l'accoutumée.
I. (suite).
L'action suit son cours et l'ensemble est plutôt haletant !
I. (fin).
Fin de ce premier chapitre un peu déroutant, presque immoral. Le tout est très bien narré et décrit. Tout en suggestions et en délicatesse, rien de trop obscène fort heureusement. Le fait se suffit à lui-même.

II.
L'ambiance noircit à grands pas au fil du récit. J'ai particulièrement adoré la présentation de l'Enfer de la Divine Comédie !
Le comte est d'ores et déjà un personnage qui m'intéresse.
Allez, je ne peux m'en empêcher :
"Per me si va ne la città dolente,
per me si va ne l'etterno dolore,
per me si va tra la perduta gente.

Giustizia mosse il mio alto fattore :
fecemi la divina podestate,
la somma sapienza e 'l primo amore.

Dinanzi a me non fuor cose create
se non etterne, e io etterno duro.
Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate".

II. (suite)
Rien a ajouté, toujours aussi bon. La description des lieux est vraiment réussie.
II. (suite)
R.A.S. Le mystère gagne en intensité et le récit suit son cours.
II (fin).
Une scène peut-être un peu trop convenue et des paroles trop peu claires. Enfin, on s'en contente largement !

Voilà, je m'arrête là pour ce soir car Domingo vient de poster son avis sur l'histoire des Terres Anciennes et je veux apporter quelques précisions. Dès demain je m'occupe de la suite, sois-en sûr ! Wink

__________________________________
Un jeu mortel. Une chance rare. Une vie unique.


avatar
der Träumer
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 694
Age : 26
Localisation : Lyon - Villeurbanne
Emploi/loisirs : Licence 2 Histoire de l'art-Archéologie / Histoire (Université Lumière Lyon II)
Votre talent : Écriture
Points : 509
Date d'inscription : 21/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Dim 22 Aoû 2010 - 17:05

Merci beaucoup d'être passé, Der Träumer ! Very Happy

Je prends note pour la fin du chapitre II. Le plus agaçant, dans ce genre de scène, c'est que la difficulté majeure est de ne pas dire les choses. Alors qu'on passe son temps à formuler celles qu'ont veut faire lire au lecteur, quand on se retrouve à devoir ne pas formuler les choses dont on voudrait rendre l'absence palpable, on commence à galérer. Enfin, moi en tous cas j'ai galéré. xD
Mais je vais reprendre ce passage, histoire de voir si je ne peux pas clarifier la situation, sans toutefois la rendre trop claire non plus... Wink

Si ça peut t'encourager, le comte est un personnage qui réapparaitra souvent. Malheureusement, Dante, c'était sa première et dernière apparition, mais bon, puisses-tu te consoler avec le comte. ^^

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  Liven d'Eleissen le Dim 22 Aoû 2010 - 17:12

Juste une rectification à apporter... J'ai vu les premiers commentaires de cette page, ça remonte un peu mais bon, j'aime les précisions. Kyrie eleison, c'est du grec et non du latin Wink Aucun mot latin -à ma connaissance très imparfaite- autre que certaines villes ne prennent de "y"; ça se voit aussi à la traduction. "Seigneur, prends pitié", en latin, ce serait "Dominus miserere nobis".

Bref, il faudrait que je reprenne ce texte, il me plaisait bien... Permission de recopier les extraits sur mon ordi pour pouvoir les lire tranquillement?

__________________________________

*from my book

+Il n'est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime.
+L'écrivain original n'est pas celui qui n'imite personne mais celui que personne ne peut imiter.

+Je déplace ton pion sur ce maudit échiquier. Prends garde à la Reine. Elle te prendra et t'emportera dans cet empire de décadence. Le Fou veille. Le Cavalier te regarde.Échec et mat, trésor. [By a friend, Elilah]
avatar
Liven d'Eleissen
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1865
Age : 26
Localisation : Over the stars, in my dreams...
Emploi/loisirs : Khâgne Lettres Modernes
Votre talent : Écriture
Points : 1766
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  der Träumer le Dim 22 Aoû 2010 - 17:18

MrSonge a écrit:Merci beaucoup d'être passé, Der Träumer ! Very Happy

Je prends note pour la fin du chapitre II. Le plus agaçant, dans ce genre de scène, c'est que la difficulté majeure est de ne pas dire les choses. Alors qu'on passe son temps à formuler celles qu'ont veut faire lire au lecteur, quand on se retrouve à devoir ne pas formuler les choses dont on voudrait rendre l'absence palpable, on commence à galérer. Enfin, moi en tous cas j'ai galéré. xD
Mais je vais reprendre ce passage, histoire de voir si je ne peux pas clarifier la situation, sans toutefois la rendre trop claire non plus... Wink

Je comprends amplement la difficulté majeure de ce genre de situation, y ayant de nombreuses fois recours en fantasy ! Je pense cependant que tu pourrais gagner en clarté non pas en en disant plus, mais plutôt en allant à l'essentiel. Des phrases concises, après tout, les personnages veulent eux aussi mettre les choses au clair ! ^^

Si ça peut t'encourager, le comte est un personnage qui réapparaitra souvent. Malheureusement, Dante, c'était sa première et dernière apparition, mais bon, puisses-tu te consoler avec le comte. ^^
Fort bien pour le comte. Son personnage est pour le moment un peu stéréotypé mais j'apprécie plutôt cela (mes personnages le sont aussi) ! Quant à Dante, je ne m'en plains pas. Son apparition est peut-être unique mais elle grandiose ! Smile
avatar
der Träumer
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 694
Age : 26
Localisation : Lyon - Villeurbanne
Emploi/loisirs : Licence 2 Histoire de l'art-Archéologie / Histoire (Université Lumière Lyon II)
Votre talent : Écriture
Points : 509
Date d'inscription : 21/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Dim 22 Aoû 2010 - 17:20

Diantre, oui, évidemment, tu as mille fois raisons. Je ne sais pas d'où j'ai tiré que c'était du latin. Sauvons mon honneur et disons que j'ai simplement fait un (vache de) lapsus. Pour me faire pardonner, je fournis même la version en caractère grecs : Κύριε ἐλέησον. Vala vala... ^^
Remarques, c'est logique puisque c'est un chant partagé par les Églises orthodoxes et catholique. Je commis un contre-sens impardonnable.

Oui, bien entendu, permission accordée et re-accordée !! Very Happy

Fort bien pour le comte. Son personnage est pour le moment un peu stéréotypé mais j'apprécie plutôt cela (mes personnages le sont aussi) ! Quant à Dante, je ne m'en plains pas. Son apparition est peut-être unique mais elle grandiose !
En fait, tous les personnages, ou presque, sont stéréotypés. À la base, j'avais commencé ce texte pour une cousine à qui, je le savais, il fallait du stéréotype (qui tienne la route) pour que le texte lui plaise. Et puis par la suite, je me suis dit que tant qu'à faire, puisque les personnages étaient déjà tous chaud dans les mythologies populaires (le méchant inquisiteur, le comte énigmatique et aristocratique, le prêtre lubrique, la nonne sanglante, etc...) j'allais pouvoir en profiter pour me concentrer (presque) uniquement sur l'écriture elle-même. Ce qui m'a amené à revoir toute la première partie qui était rédigée à la va-comme-je-te-pousse mode "feuilleton" pour la susmentionnée cousine.

Enfin bref, tout cela pour dire qu'il est "normal" que l'on ressente cette impression de cliché au début de ce texte, et même par la suite (la scène de la torture de l'Inquisition est un amas de stéréotype post-médiévaux). J'ai essayé de garder ce genre de personnage afin de parvenir (ou pas, d'ailleurs) à leur modeler un relief par l'écriture, et uniquement par l'écriture.


Dernière édition par MrSonge le Dim 22 Aoû 2010 - 17:26, édité 1 fois

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  der Träumer le Dim 22 Aoû 2010 - 17:22

Liven d'Eleissen a écrit:Juste une rectification à apporter... J'ai vu les premiers commentaires de cette page, ça remonte un peu mais bon, j'aime les précisions. Kyrie eleison, c'est du grec et non du latin Wink Aucun mot latin -à ma connaissance très imparfaite- autre que certaines villes ne prennent de "y"; ça se voit aussi à la traduction. "Seigneur, prends pitié", en latin, ce serait "Dominus miserere nobis".

Bref, il faudrait que je reprenne ce texte, il me plaisait bien... Permission de recopier les extraits sur mon ordi pour pouvoir les lire tranquillement?

Tout à fait d'accord. J'avais aussi remarqué ce commentaire. La consonance est indiscutablement plus grecque que latine. Cependant, je dois bien admettre que du point de vue du vocabulaire, je n'identifie rien du tout. De plus, la prononciation serait : kurié éléïsone. Alors qu'a l'église, les fidèles prononcent : Kirié élisone... En perdraient-ils leur latin... euh... leur grec ? ^^
avatar
der Träumer
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 694
Age : 26
Localisation : Lyon - Villeurbanne
Emploi/loisirs : Licence 2 Histoire de l'art-Archéologie / Histoire (Université Lumière Lyon II)
Votre talent : Écriture
Points : 509
Date d'inscription : 21/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  der Träumer le Dim 22 Aoû 2010 - 17:23

Hé bien voilà. Par contre, attention à la transcription de la lettre "η" qui se transpose par "è" (en grec ancien du moins...)
avatar
der Träumer
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 694
Age : 26
Localisation : Lyon - Villeurbanne
Emploi/loisirs : Licence 2 Histoire de l'art-Archéologie / Histoire (Université Lumière Lyon II)
Votre talent : Écriture
Points : 509
Date d'inscription : 21/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  Liven d'Eleissen le Dim 22 Aoû 2010 - 17:26

On dit bien éléïsone, mais en effet, le "u" de kyrie a changé de prononciation, sans doute avec l'évolution du "y" dans la langue française qui a fini par se confondre avec le "i" latin.

Honneur sauf, MrSonge ^^ Et merci beaucoup pour la permission!

__________________________________

*from my book

+Il n'est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime.
+L'écrivain original n'est pas celui qui n'imite personne mais celui que personne ne peut imiter.

+Je déplace ton pion sur ce maudit échiquier. Prends garde à la Reine. Elle te prendra et t'emportera dans cet empire de décadence. Le Fou veille. Le Cavalier te regarde.Échec et mat, trésor. [By a friend, Elilah]
avatar
Liven d'Eleissen
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1865
Age : 26
Localisation : Over the stars, in my dreams...
Emploi/loisirs : Khâgne Lettres Modernes
Votre talent : Écriture
Points : 1766
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Dim 22 Aoû 2010 - 17:28

Oui, tu as raison. Je crois que c'est en grec moderne que ces mêmes mots, Κύριε ελέησον, se transcrivent par Kírie eléison. Mais je ne suis pas un spécialiste de la chose. ^^

Pour ceux qui voudraient vérifier la prononciation : Petite Messe Solennelle, Rossini


Dernière édition par MrSonge le Dim 22 Aoû 2010 - 17:32, édité 1 fois

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  der Träumer le Dim 22 Aoû 2010 - 17:30

En fait, tous les personnages, ou presque, sont stéréotypés. À la base, j'avais commencé ce texte pour une cousine à qui, je le savais, il fallait du stéréotype (qui tienne la route) pour que le texte lui plaise. Et puis par la suite, je me suis dit que tant qu'à faire, puisque les personnages étaient déjà tous chaud dans les mythologies populaires (le méchant inquisiteur, le comte énigmatique et aristocratique, le prêtre lubrique, la nonne sanglante, etc...) j'allais pouvoir en profiter pour me concentrer (presque) uniquement sur l'écriture elle-même. Ce qui m'a amené à revoir toute la première partie qui était rédigée à la va-comme-je-te-pousse mode "feuilleton" pour la susmentionnée cousine.

Enfin bref, tout cela pour dire qu'il est "normal" que l'on ressente cette impression de cliché au début de ce texte, et même par la suite (la scène de la torture de l'Inquisition est un amas de stéréotype post-médiévaux). J'ai essayé de garder ce genre de personnage afin de parvenir (ou pas, d'ailleurs) à leur modeler un relief par l'écriture, et uniquement par l'écriture.

Voilà une démarche très intéressante ! J'ai vraiment hâte de poursuivre la lecture et de découvrir un peu plus tes talents !! xD

__________________________________
Un jeu mortel. Une chance rare. Une vie unique.


avatar
der Träumer
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 694
Age : 26
Localisation : Lyon - Villeurbanne
Emploi/loisirs : Licence 2 Histoire de l'art-Archéologie / Histoire (Université Lumière Lyon II)
Votre talent : Écriture
Points : 509
Date d'inscription : 21/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Dim 22 Aoû 2010 - 17:33

J'ai vraiment hâte de poursuivre la lecture et de découvrir un peu plus tes talents !!
Hum, reste à savoir si j'y suis parvenu... Embarassed

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  der Träumer le Dim 22 Aoû 2010 - 17:37

Je verrai une fois la lecture achevée mais pour le moment, en toute franchise, cela ne fait presque déjà aucun doute ! ^^
avatar
der Träumer
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 694
Age : 26
Localisation : Lyon - Villeurbanne
Emploi/loisirs : Licence 2 Histoire de l'art-Archéologie / Histoire (Université Lumière Lyon II)
Votre talent : Écriture
Points : 509
Date d'inscription : 21/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  MrSonge le Dim 22 Aoû 2010 - 17:45

Si je parviens à quelque chose, en tous cas, la seule chose de sûre, c'est que ce sera grâce au travail. Parce que si je devais compter sur mes talents, je pourrais me gratter jusqu'aux calendes grecques ! Razz

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  Nérouje le Mer 25 Aoû 2010 - 17:58

Hé... salut ! Wink

Je viens de lire le premier extrait et le début du second. Assez classique comme départ mais bien sympa, on accroche de suite, ce qui est le plus important. Bon, on retrouve un peu tes boulets (quelques adverbes Rolling Eyes , pépés et Dédés, répétitions de sons) et je pense que tu y gagnerais d'améliorer encore la forme. (et puis, tout n'est pas d'une importance vitale bien entendu, mais ça fait travailler...)

Alors, on envoie l'éplucheuse :


Lentement, les brumes qui nimbaient la Sérénissime se dissipaient, perforées par les premiers rayons du soleil de septembre.
=> Forme passive et pronominale (Dédé). Essaye l'actif, histoire de voir. Les rayons d'un soleil automnal perforaient les brumes qui nimbaient la Sérénissime... etc.
C'était l'heure incertaine où la nuit traînante laisse ses derniers relents se mélanger au jour naissant.
=> Deux pépés et un pronominal, de nouveau. Pas que je fasse la chasse mais il y a "ses" juste avant.
Les pigeons qui régnaient en maîtres sur la Place Saint-Marc sortaient de leur torpeur nocturne, tandis que les mouettes de la lagune s'ébrouaient déjà près des quais. A (alt 0192) l'intérieur de la cité, seul le Grand Canal commençait à voir poindre les premières activités humaines diurnes.
=> pas très beau, un peu clinique, dirais-je, surtout ajouté au nocturne ci-dessus. Peut être un autre qualificatif évoquant le travail ?
Nombre de rues et de ruelles demeuraient obscures, comme si la lumière ne s'infiltrait qu'avec difficulté dans cet entrelacs de canaux et de venelles qui constituait les différents quartiers de la ville.
=> Suggestion qui supprime l'une des conjonction et la négation : Nombre de rues et de ruelles demeuraient obscures, comme si la lumière peinait à s'infiltrer dans l'entrelacs de canaux et de venelles que constituait les différents quartiers de la ville.
Alors que le premier coup de cinq heures du matin
=> Je trouve cette formulation maladroite car fausse. La bonne formulation me semble le premier des cinq coups (de Mâtines). Cinq heures, c'est mâtines, non ?
sonnait au campanile de l'église Santa Maria Gloriosa dei Frari, un moine pénétrait furtivement, par la porte du monastère, dans la cathédrale elle-même. L'intérieur du bâtiment était particulièrement enténébré.
=> Suggestion : L'intérieur du bâtiment était obscur.
Il progressait avec lenteur et tâchait de faire le moins de bruit possible. Il s'immobilisa devant le maître-autel, derrière lequel il parvenait à distinguer les contours vagues de l'Assomption de Titien, installée là cent-deux ans auparavant. Avec toujours autant de discrétion, il traversa le transept et se glissa dans un confessionnal qui grinça de toutes ses pièces lorsqu'il y prit place.
=> Forme / avis perso : Je n'emploie jamais "lorsque" en fin de phrase pour une action non instantanée. Ça me paraît bizarre.
=> Fond : Le moine pénètre furtivement, lenteur, le moins de bruit possible, discrétion... Est-il possible que ça soit autrement ? Enfin, rien d'étonnant, après tout. ce qui n'a pas l'air d'être le cas quand on lit la suite.

Il cessa de respirer jusqu'à ce que l'écho se fût dissipé parmi les croisées d'ogives. Lorsque le silence se fit à nouveau, il s'essuya le front et se mit à prier fiévreusement, en bredouillant et en mangeant les mots.
Au bout d'un instant (sugg : soudain) , des pas réguliers se firent entendre dans la cathédrale.
=> Un exemple frappant où la forme pronominale est inutile passive. Mes goûts personnels m'inclinerais à la rayer.
Quelqu'un venait visiblement d'y pénétrer par une porte latérale. Cette intrusion ne sembla pas surprendre le franciscain qui continuait à réciter (sugg : plasmodier) son oraison. Le bruit se rapprocha du confessionnal, puis il y eut quelques secondes de silence avant que l'isoloir de bois n'émette à nouveau des grincements (sugg : grinça) de contestation. Le moine n'était plus seul. Il sentait une respiration dans le compartiment adjacent, cessa de murmurer et se raidit imperceptiblement.
=> N'y a-t-il pas un problème de temps ? Il sentit, non ?
Le nouveau venu parla le premier, d'une voix basse d'homme mûr.
=> Dédé, le retour Wink
« Alors, Fra Ambrosio, qu'avez-vous à me dire ?
- Elle ne voulait pas, fit le religieux d'une voix implorante. J'ai dû agir dans l'urgence, tout s'est passé si vite... Je n'ai pas eu le temps de réfléchir.
- Vous avez été d'une imprudence qui défie toute imagination. Sachez que si cela venait à mal tourner, je n'hésiterais pas un instant à sacrifier à ma sécurité votre misérable personne.
=> J'aurais mis l'inverse : votre misérable personne à ma sécurité.
- Pardon, maestro, pardon. Je vous jure sur les Saintes-Ecritures (alt 0201) que cela ne se reproduira plus.
- Allons, pas de cela avec moi, trancha l'inconnu d'une voix sarcastique. Je sais très bien que ces écrits n'ont pas plus de valeur pour vous que pour moi-même.
- Alors, peut-être...
- Il suffit, Fra Ambrosio ! Voilà comment j'envisage la suite : vous allez vous tenir coi, et vous attacher à rester le prieur efficace de San Polo, intègre et vertueux que vous êtes pour tout le monde. Je m'occuperai personnellement de cette regrettable affaire et je vous contacterai en temps utile. Je tiens cependant à ce que vous sachiez que si pareil fourvoiement devait se reproduire, il serait bon que vous vous mettiez à prier - avec ferveur, pour une fois - pour le salut de votre âme après ce que je vous ferais subir. »
avatar
Nérouje
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 546
Age : 52
Localisation : alpes du sud
Votre talent : Aucun
Points : 593
Date d'inscription : 28/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem de Venise

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 16 sur 17 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum