Seconde Chance

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Seconde Chance

Message  Sø` le Dim 22 Nov 2009 - 20:07

Ici pour les commentaires du roman Seconde Chance.
avatar
Sø`
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 10
Age : 23
Votre talent : Écriture
Points : 16
Date d'inscription : 15/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Kain le Dim 22 Nov 2009 - 21:51

Alors déjà, je dois dire que j'ai beaucoup aimé. C'est vraiment bien écrit, avec ce qu'il faut de description pour qu'on rentre à fond dedans, mais sans lourdeurs ce qui n'est pas évident. Les premières lignes sont très fortes, et tu arrives bien à faire sentir ce que pense ton héroïne, chapeau!

Le début du chapitre 1 en revanche, si c'est toujours très bien, je ne sais pas si c'est mignon, ou vaguement malsain le détournement de mineur. Je suppose que ca dépend de comment tu poursuis.

Quelques corrections, et remarques à prendre ou à laisser, ce ne sont que des avis personnels:

Chaque être, élève, professeur, surveillant, chaque personne était un potentiel danger, une menace.

'être' c'est un peu exagéré, elle va pas à un lycée de créatures surnaturelles. 'chaque personne, élève, professeur, surveillant, était un potentiel danger, une menace.'.

Seul, nous serions plus légers, peut-être pourrions nous remonter chacun de notre côté.

Seuls

Je commençai par un long sprint puis me mis à ralentir progressivement pour arriver à un rythme beaucoup moins soutenu qui me permettait de courir de longues durées.

Deux fois long c'est pas terrible. Si le but d'avoir ralenti c'est de durer plus longtemps faut mettre du conditionnel pour permettre. 'Je commençai par un long sprint puis me mis à ralentir progressivement pour arriver à un rythme beaucoup moins soutenu qui me permettrait de continuer à courir.'

A ce stade-là, je n’avais plus du tout conscience de ce qui m’entourait, et je fus tellement surprise du choc que je reçus à l’épaule droite que ma vitesse diminua instantanément.

Ca c'est un peu léger, tu cognes dans quelque chose ta vitesse diminue de facto, quelque soit ta concentration. Mieux vaut insister sur la surprise que sur la perte de vitesse. 'A ce stade-là, je n’avais plus du tout conscience de ce qui m’entourait, et je fus terriblement surprise quand je reçus un choc dans l’épaule droite.'

Mais cette fatigue n’avait rien à voir avec celle, lourde, que je traînais sur mes épaules chaque jour.

T'as déjà parlé d'épaule, qui n'est pas un mot assez joli pour le répéter trop fréquement. 'Mais cette fatigue n’avait rien à voir avec celle, lourde, que je portais en moi jour après jour.'

il faisait bon chaud dans mon lit,

bon chaud? il faisait bon être au chaud dans mon lit?

Le lieu présentait l’avantage d’être assez loin, ce qui m’occuperait déjà une bonne demi-heure le temps de m’y rendre, et de regrouper des tas de structures intéressantes.

'structures intéressantes', ca fait un peu je vais au Centre Pompidou. 'de présenter des tas de choses à faire'?

Je pris donc sa suite.

Je lui emboîtais le pas? Prendre sa suite cela implique que tu continues une de ses activités, ca ne me parait pas coller au contexte.

Je sus alors instantanément que je reviendrais de nombreuses fois dans cet endroit aussi accueillant que discret.

Ca demanderait peut-etre une description de l'endroit parce qu'on voit pas à quoi il ressemble, donc on comprend pas en quoi il est accueillant et discret.

Même si ce n’était que pour une journée, que pour quelques heures, je désirais entr’apercevoir l’âme de cet homme et me permettre de le juger sans aucun scrupule

'me permettre de le juger sans aucun scrupule', bof. 'me forger sur lui un véritable jugement'?

une curiosité malsaine doublée d’une compassion ironique

La curiosité malsaine on la voit bien, mais la compassion ironique par contre d'où ça sort? C'est pas un clochard ce type non plus, à moins qu'elle compatisse sur son pull détruit à coup de tasse de café...

- Pourquoi m’avoir amené ici ?

amenée



Bref, je dois dire que si t'as 16 ans, le style est impressionnant. J'ai hâte de voir la suite, j'espère que tu lui fais pas vivre des trucs trop glauques à ton héroïne, par contre.
avatar
Kain
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 78
Age : 33
Votre talent : Écriture
Points : 89
Date d'inscription : 01/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Pacô le Dim 22 Nov 2009 - 22:02

Je me lance dans le prologue. Attention à ne pas en mettre trop long par extrait et à ne pas froisser notre toute belle et récente charte du bon écrivain posteur qui pense à ses lecteurs Razz.
On commence donc:

passant la plus grande partie de mes journées
=> "la majeur partie" c'est plus léger et plus fluide.

Il m’arrivait bien sûr de passer des bonnes journées
=> plusieurs répétitions de structures et du verbe "passer". A reformuler comme "Certaines journées étaient plus agréables que d'autres etc."

à rire, même, parfois,
=> supprime moi toutes ces virgules. Peut être que c'est un effet de style pour faire buter sur chaque mot, mais moi ça m'agace et ça rond complètement la rythmique de la phrase.

Nous avions beau tous les deux nager de toutes nos force vers la surface
=> forces

quelque chose nous attirait inexorablement au fond
=> vers le fond

n’ayant bientôt plus la force de faire tant et plus d’efforts
=> répétition de force. "plus le courage, plus la motivation etc ..."

nous ne faisions que nous noyer l’un l’autre.
=> c'était le risque de ta métaphore filée de la noyade. La répétition qui rend finalement l'image moins belle. Noyer, noyade, ça répète et ça casse l'effet prévu initialement. "Nosu couler l'un l'autre" ? (si ce n'est pas déjà employé, je me souviens plus très bien, mais utilise la fonction rechercher de ton traitement de texte)

Seul, nous serions plus légers, peut-être pourrions nous remonter chacun de notre côté.
=> Seuls

Pourquoi me dis-je que sans lui j’allais me noyer encore plus vite ?
=> encore ce "noyer" ? gloups ^^. "sans lui j'allais me perdre encore plus sûrement?"

Pourquoi eus-je le sentiment de commencer à mourir ?
=> il y en a un peu trop de ce genre de questions qui se rapportent toutes à la même notion Wink

inspirant un peu d’espoir à chaque bouffée d’air
=> chaque bouffée d'oxygène, ça le fait encore mieux. J'ai aimé cette image Wink.

de ne plus rien sentir que ses muscles fourbus
=> il faut une virgule entre "sentir" et "muscles"

Et si à ce moment-là j’avais dit autre chose ?
=> là encore, j'ai l'impression que tu en poses un peu trop. Reste sur un rythme ternaire, les romantiques avaient au moins ça de bien \o/.

Appréciation linguistique:
Le style me semble un peu parfois ampoulé, en essayant de jouer un peu trop sur le sentimentalisme et tout pousser à l'extrême.
Il y a aussi un petit manque de vocabulaire certaines fois. Les mots "journées", "bon/bonnes" "bien" "matins" "passer" "faire "être" sont un peu trop nombreux alors que ce sont justement les mots à employer le moins souvent.
Une originalité de structure qui laisse aussi à désirer. Tes phrases sont souvent toujours construites de la même façon et ça affadit ton extrait.

Néanmoins, une métaphore sur la noyade (l'échouement) qui me plaît au niveau du couple. Attention à ne pas te perdre, à ne pas trop chavirer justement dans le surplus de l'image
Mais une belle image, soit dit en passant Smile.

Appréciation de l'histoire:
Pour un prologue, il me fait pas très prologue, mais début de premier chapitre. En fait, pour qu'il soit un bon prologue, soit il doit raconter en détails la vie du héros/héroïne, ou de l'univers dans lequel il vit. Chose que tu abordes au départ mais qui fait plus énumération de ses déboires qu'une vue objective sur sa vie. Soit tu prends un extrait de sa vie qui intrigue. C'est pourquoi, moi, j'enlèverai tout le départ (et le déplacerai plus dans un premier chapitre) et ne laisserait que le passage de son footing.
Tu peux faire un prologue construit de cette manière: elle court, elle pense à ses déboires (ne les énumère pas forcément tout de suite, pense au suspens un peu ^^), elle a des pensées bien placées, qui attirent le lecteur et qui ouvrent son appétit littéraire.

Perso, je choisirai plus la seconde option à ta place, mais ce n'est que mon humble avis.

En résumé, c'est un prologue qui en fait pas tellement prologue. Il est écrit avec une plume aguerrie, certes, mais j'ai peur qu'il ne conquiert pas vraiment la convoitise du lecteur et que, finalement, il rebute un peu. Commencer par une série de déboires avec l'héroïne malheureuse dans sa vie n'a rien de très original. Il faut donc plutôt mettre en avant des points plus particuliers de ton histoire.

Voilà, je n'ai pas le temps de corriger le premier chapitre ce soir. Je remets ça pour mercredi donc. J'espère que d'ici là, d'autres lecteurs auront mis leur grain de sel.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Kain le Dim 22 Nov 2009 - 22:18

Pacô a écrit:
Le style me semble un peu parfois ampoulé, en essayant de jouer un peu trop sur le sentimentalisme et tout pousser à l'extrême.

Juste en passant, ça m'a fait rire, parce que tu me reproches de ne pas être assez ampoulé, c'est à se demander où est ton juste milieu Laughing

Moi j'ai trouvé que ça brossait un bon portrait de l'état émotionnel du perso principal au début, et le sentimentalisme un peu grandiose parait pas vraiment déplacé chez une ado. L'héroïne commence le roman dans un état de grande détresse, pourquoi pas? Et puis le titre c'est seconde chance, donc commencer par décrire ce qu'était la première chance c'est pas vraiment illogique.
avatar
Kain
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 78
Age : 33
Votre talent : Écriture
Points : 89
Date d'inscription : 01/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Laumie le Dim 22 Nov 2009 - 22:23

Bon alors j'ai eu la primeur de l'histoire étant donné que j'suis passée avant vous et je vais redire ce que je disais ici :

J'aime beaucoup ton style, au contraire de Pacô qui le trouve ampoulé, je le trouve assez fluide à lire. Bon après certes, y'a des formules qui sont pas des plus heureuses mais ça nous arrive à tous ^^

Sinon le début en lui-même est pas mal sympa et place bien le contexte de l'histoire et le narrateur/perso principal ^^ Continue comme ça ^^
avatar
Laumie
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 6329
Age : 31
Localisation : Landes
Emploi/loisirs : PC, Lecture, Vélo, Voiture, Balades, Lèche-vitrine, délires ...
Votre talent : Aucun
Points : 6448
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Pacô le Dim 22 Nov 2009 - 22:27

Kain a écrit:
Juste en passant, ça m'a fait rire, parce que tu me reproches de ne pas être assez ampoulé, c'est à se demander où est ton juste milieu Laughing
Nop, ton style n'était pas assez fourni. Je ne te demande pas à rechercher l'ampoulement (oui ça se dit pas, et alors ? \o/). Et on ne touche pas le même problème là ^^.

Là ce que je reproche, c'est que une même idée est tournée parfois sous quatre voire cinq questions différentes autrement dit, quatre voire cinq formulations différentes pour dire un peu la même chose.

Et je n'ai pas vraiment vu qu'elle racontait la première chance, juste qu'elle faisait un constat qui ne suscite pas forcément la curiosité. Comme si on arrive sur une fin, au lieu d'un début d'histoire.

Petit détail: ça a une importance l'homme qu'elle percute pendant son footing ?

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Kain le Dim 22 Nov 2009 - 22:53

Pacô a écrit:Petit détail: ça a une importance l'homme qu'elle percute pendant son footing ?

Sans te gacher la lecture de la suite, la réponse est oui.
avatar
Kain
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 78
Age : 33
Votre talent : Écriture
Points : 89
Date d'inscription : 01/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Laumie le Dim 22 Nov 2009 - 23:13

Réfléchis Pacô, si elle le met c'est que ça a son importance.
avatar
Laumie
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 6329
Age : 31
Localisation : Landes
Emploi/loisirs : PC, Lecture, Vélo, Voiture, Balades, Lèche-vitrine, délires ...
Votre talent : Aucun
Points : 6448
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  azul le Lun 23 Nov 2009 - 8:56

Nan nan, Pacô, tu n'as pas raté ta voie : tu es un vrai scientifique. Le romantisme n'est pas fait pour toi Very Happy

Je vais lire en détail ce prologue que je n'aifait que survoler mais qui me semblait prometteur.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  azul le Lun 23 Nov 2009 - 10:12

Suggestions
Orthographe, grammaire
Ponctuation, frappe, typo
J'enlèverais


C’était l’hiver. Il faisait gris. Gris et froid. C’était aussi l’hiver dans ma vie. Il y faisait gris. Gris et froid, à l’intérieur de moi. J’étais exténuée, et continuellement stressée. Je n’avais plus fait de nuits sans cauchemars depuis des mois. Dormir n’était plus synonyme de se reposer depuis longtemps (ça fait redondance avec "depuis des mois"). J’allais me coucher comme j’allais au front, les poings serrés et espérant en ressortir vivante indemme ?. La journée, j’étais sans cesse sur la défensive. J’avais mal vécu ma rentrée de Terminale, et le lycée était devenu une terre hostile. Chaque être, élève, professeur, surveillant, chaque personne était un potentiel danger, une menace (redondance avec danger potentiel). Je dirais : Chaque personne, élève, professeur, surveillant, était un danger potentiel. J’avais heureusement quelques alliés dans cette masse, mais face à un millier d’ennemis, il était (?) difficile de faire le poids. De plus, nous avions été séparés dans des classes différentes. J’étais donc devenue solitaire, passant la plus une grande partie de mes journées dans un coin, écoutant vaguement les cours qui m’intéressaient. Il y a deux participe présent. Tu devrais pouvoir reconstruire avec deux verbes conjugués. Il m’arrivait bien sûr de passer des bonnes journées de bons moments ?, d’arriver à tout oublier et à sourire, à rire, même, parfois, mais bien souvent mes rares moments instants ? de bien-être étaient torpillés. Car la seule chose à laquelle je tenais encore et qui aurait pu me maintenir à flot tendait elle aussi à prendre le large. Alors, il y a des phrases hachées par des virgules, et d'autres qui en mériteraient. Je mettrais "et qui aurait pu me maintenir à flot" en incise. Mon couple se noyait. Nous avions beau tous les deux nager de toutes nos forces vers la surface, quelque chose nous attirait inexorablement au vers le fond. Et nous nous épuisions tous les deux progressivement, n’ayant bientôt plus la force de faire tant et plus d’efforts. Nos efforts nous épuisaient progressivement. Nous ne pouvions plus nous reposer sur l’autre, puisqu’il était tout aussi fatigué, et en plus de nos boulets aux pieds, un courant nous opposait l’un à l’autre, nous faisant partir chacun dans une direction différente. C'est lourd tout ça. Tu as voulu créer une image et tu n'y es pas parvenue. Il fallait couper le cordon, nous ne faisions que nous noyer l’un l’autre. Seul, nous serions plus légers, peut-être pourrions nous remonter chacun de notre côté. C’était dur, mais c’était sûrement la chose à faire. Alors pourquoi eus-je si mal le soir où la décision fut prise ? Pourquoi eus-je l’impression d’avoir fait une erreur monumentale ? Pourquoi me dis-je que sans lui j’allais me noyer couler encore plus vite ? Pourquoi eus-je le sentiment de commencer à mourir ? Je ne sais pas si on commence à mourir un jour. Par contre : on meurt. Je sentais déjà l’air me manquer, la tête me tourner. Je tentai de le rappeler, d’annuler la décision, mais il était trop tard, il ne répondit pas. Toute cette partie est à revoir, à partir de "Mon couple se noyait".
Le désespoir pantelant laissa bien vite la place à un trop plein d’émotions vives. Je me sentais bouillonner de l’intérieur, j’allais exploser. Ou peut-être était-ce l’extérieur qui m’oppressait trop, et j’allais imploser ? Ce n'est pas plutôt l'inverse ? C'est de l'intérieur qu'on implose, non ? Je savais ce qu’il fallait faire dans ce genre de cas situation. J’attrapai mon MP3, mes baskets, et partis courir dans le quartier. Je commençai par un long sprint puis me mis à ralentir progressivement pour arriver à un rythme beaucoup moins soutenu qui me permettait de courir de longues durées. Ton problème c'est toutes ces informations inutiles que tu rajoutes, comme si tu avais peur que le lecteur ne comprenne pas. Du coup ta phrase est si surchargée qu'elle décourage presque de la relire. Il faut être parcimonieux avec les adjectifs, les adverbes, et les formes passives (je me mis à) Essai : Je commençai par un sprint, puis (je) ralentis pour adopter un rythme d'endurance. Bientôt, je sentis le sang battre dans mes temps et mon souffle, calé sur mes pas, se fit plus fort. J’étais vivante. Je respirais et mon cœur fonctionnait encore. J’avais donc une chance de m’en sortir. Il fallait continuer. Je fis plusieurs fois le tour du pâté de maisons, expirant les toxines qui polluaient mon corps et mon esprit, inspirant un peu d’espoir à chaque bouffée d’air. Quand je fus revigorée, l’esprit un peu calmé, je décidai de terminer par un dernier sprint et puisai dans mes dernières forces pour me pousser au maximum de mes capacités. A À ce stade-là, je n’avais plus du tout conscience de ce qui m’entourait, et je fus tellement surprise du choc que je reçus à l’épaule droite que ma vitesse diminua instantanément. Je dirais plutôt qu'elle a failli se prendre une gamelle Je courais toujours, mais à beaucoup moindre allure. Je pris la peine de tourner la tête pour voir ce que j’avais heurté. Il s’agissait d’une personne. D’un homme. Et le regard noir qu’il dardait sur moi me fit l’effet d’une décharge électrique. Je reportai mon regard devant moi et reparti de plus belle, n’osant même pas me retourner pour tenter un geste d’excuse. J’arrivai en nage à la maison. Je m’affalai sur mon lit, exténuée. Mais cette fatigue n’avait rien à voir avec celle, lourde, que je traînais sur mes épaules chaque jour. Non, cette fatigue était libératrice. Voilà pourquoi j’aimais la course : elle ne laissait derrière elle que cette douce fatigue, que ce néant salvateur, que ce soupir d’éreintement, que cette la délivrance de ne plus rien sentir que ses muscles fourbus, que ce mélange d’épuisement et de soulagement. Je glissai doucement dans un sommeil enfin réparateur.

Les premiers matins furent difficiles. On ne sortait pas d’une relation d’un an et demi sans séquelles. D’autant plus Surtout ? lorsqu’elle était la première relation sérieuse, le premier amour, celui que l’on croit naïvement éternel. Il fallait trouver le courage de se lever et d’avancer. Les premières journées furent longues. Il n’y avait plus rien à attendre. Il fallait vivre au jour le jour. Les premières soirées furent douloureuses. Elles étaient solitaires. Plus personne à qui raconter sa journée, plus personne à réconforter. Plus de sourire sur l’écran de l’ordinateur, il était à présent froid et lisse. Les premières nuits furent blanches. Le sommeil ne daignait pas venir me délivrer du tourbillon incessant des pensées sous forme de « Et si… » Et si je m’étais trompée ? Et si j’étais passée à côté de l’homme de ma vie ? Et si j’avais fait autrement ? Et si j’avais essayé de changer ? Et si j’avais été plus comme ça, moins comme ci ? Et si à ce moment-là j’avais dit autre chose ? Et si, et si, et si…
Il fallut plusieurs semaines pour retrouver un semblant de vie normale. Pour se reconstruire des repères, se faire de nouvelles marques, cesser d’attendre un coup de téléphone qui n’arriverait pas, se créer de nouvelles attentes, de nouvelles envies, de nouveaux rêves. Pour retrouver le goût de vivre. C’était un long processus de guérison, et j’avançais lentement mais sûrement.


À part les redondances, et quelques phrases à reconstruire, je trouve qu'il n'y a rien à changer dans ce prologue. Il est "l'avant deuxième chance". Il plante le décor. On sait que le personnage est une femme, qu'elle est lycéenne et qu'elle vient de subir une rupture. Elle est en pleine phrase de deuil, et sur le point semble-t-il de l'achever.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Sø` le Mar 24 Nov 2009 - 19:47

Tout d'abord, je tiens à vous remercier sincèrement pour votre travail de lecture et de correction. J'ai effectivement remarqué que j'avais quelques défauts au niveau de ce qu'on pourrait appeler la "répétition d'une même idée sous beaucoup trop de phrases" et également l'emploi de verbes "passe-partout" trop fréquemment. Je tâcherai d'y faire particulièrement attention lors de mes prochains écrits.
J'ai bien sûr apporté, sinon toutes, la majorité des corrections proposées.
Je me tâte encore pour savoir si je posterai la suite, étant donné que je sens qu'il y aura de nombreuses "fautes" comme celles que vous avez relevé dans cette première partie, et que je n'ai pas (encore) le courage de retravailler l'ensemble de l'histoire (pour ce qui est de la construction des phrases, etc).
En tout cas, merci énormément pour avoir pointé ces défauts auxquels je ne manquerai pas de penser la prochaine fois que j'écrirai !
avatar
Sø`
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 10
Age : 23
Votre talent : Écriture
Points : 16
Date d'inscription : 15/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  azul le Mar 24 Nov 2009 - 20:29

Aïe ! Là, je sens que tu te décourages, et c'est dommage. Emporte tous ces conseils et colle-les quelque part dans un dossier ; ils te permettront d'y voir plus clair quand tu te remettras à l'écriture. Mais surtout : n'abandonne pas !
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Kain le Mar 24 Nov 2009 - 22:18

Au risque de me répéter, aussi, j'ai trouvé que c'était bien. Honnétement j'aurai pas lu d'une traite prologue et début de chapitre sans cela. J'ai pas trouvé que la redondance de certaines idées nuisait à la lecture.

De toute façon tu n'écriras jamais de textes sans fautes au premier jet, c'est à ça que ça sert la relecture.
avatar
Kain
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 78
Age : 33
Votre talent : Écriture
Points : 89
Date d'inscription : 01/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Laumie le Mar 24 Nov 2009 - 22:46

Ma petite So', comme le dit si bien Azul, ces corrections sont là pour t'aider à avancer. C'est autant pour ça que pour des commentaires sur le fond que tu postes ici Wink
avatar
Laumie
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 6329
Age : 31
Localisation : Landes
Emploi/loisirs : PC, Lecture, Vélo, Voiture, Balades, Lèche-vitrine, délires ...
Votre talent : Aucun
Points : 6448
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  azul le Mer 25 Nov 2009 - 9:18

Bah, ce qui est compliqué dans l'écriture, ce n'est pas de construire des phrases correctes mais de soumettre son enfant chéri à la bêta lecture. C'est là qu'on sait si on va tenir le coup ou pas, si on peut suffisamment "ne pas se passer" de l'écriture. Parce qu'il s'agit bien de ça. L'écriture, c'est quelque chose qui te prend aux tripes, qui t'habite en permanence. L'écriture, c'est les mots qui te viennent quand tu nas rien sous la main pour les noter, c'est ce qui te fait relever la nuit, parfois, parce que tu sais que le sommeil ne te restituera pas ton idée. Pas comme tu es en train de la développer là, à cet instant.

En tout cas, comme le dit très justement Kain, il est impossible de présenter un premier jet parfait, et c'est pour ça que la relecture est si importante. Même les auteurs reconnus n'y échappent pas.
Je vois quelquefois des auteurs qui gagnent des concours de nouvelles et qui viennent sur les forums remercier les correcteurs. Ils avaient l'idée, la manière, le style. Avoir soumis leur texte à la relecture leur a permis de fluidifier, de peaufiner, et c'est bien. J'aime cette idée d'entraide. C'est pour ça que je prends tant de plaisir à corriger. Amour des mots, il n'en faut pas plus pour apprendre à bien écrire.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  MrSonge le Mer 25 Nov 2009 - 13:26

Bah, ce qui est compliqué dans l'écriture, ce n'est pas de construire des phrases correctes mais de soumettre son enfant chéri à la bêta lecture. C'est là qu'on sait si on va tenir le coup ou pas, si on peut suffisamment "ne pas se passer" de l'écriture. Parce qu'il s'agit bien de ça. L'écriture, c'est quelque chose qui te prend aux tripes, qui t'habite en permanence. L'écriture, c'est les mots qui te viennent quand tu nas rien sous la main pour les noter, c'est ce qui te fait relever la nuit, parfois, parce que tu sais que le sommeil ne te restituera pas ton idée. Pas comme tu es en train de la développer là, à cet instant.

C'est un peu idéaliste comme vision de l'écriture, je trouve. Il a fallu la faire passer par plusieurs distillations dans les alambiques des idées romantico-flon-flon pour en arriver là. ^^

En tout cas, comme le dit très justement Kain, il est impossible de présenter un premier jet parfait, et c'est pour ça que la relecture est si importante. Même les auteurs reconnus n'y échappent pas.

Ça, par contre, c'est évidemment très juste et c'est d'ailleurs très intéressant, parfois, de chercher à pouvoir consulter des versions intermédiaires de grands romans, pour prendre conscience de tout le travaille titanesque qui se trouve caché derrière le résultat. Les manuscrits de Proust, par exemple, sont assez incroyables, avec ses fameux collages, des passages entiers réécrits cent fois, une phrase raturée plusieurs fois pour en fin de compte changer de prépositions etc...
Sans parler de Flaubert qui, malheureusement, détruisait très souvent ses brouillons.

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Pacô le Mer 25 Nov 2009 - 18:05

Certes, comme je le dis souvent, je relève beaucoup mais tous ne sont pas forcément bons à prendre. Regarde ce qui convient, ce que tu estimes juste, et laisse le reste.
On commence:

il faisait bon chaud dans mon lit, un rayon de soleil filtrait à travers mon volet et je me sentais bien.
=> bien plutôt non ? Mais bon, ça fait répétition avec le dernier mot. Essaie de reformuler pour éviter le "il faisait ci ou il faisait ça". Du style: "La chaleur de mon lit retenait mon sommeil." Bon, c'est bidon, mais c'est l'idée !

Je me levai, avalai un bon petit déjeuner, filai prendre une longue douche qui détendit chacun de mes muscles, reléguai mes devoirs au lendemain, attrapai un bon bouquin et m’enfouit sous ma couette. Je lis pendant plus de trois heures sans discontinuer.
=> je lus (passé simple, pas de présent)
=> sans discontinuer ? C'est à dire ?
=> et pis, elle sert pas à grand chose la douche u_u". Mais là c'est l'avis du mec qui déteste se recoucher alors qu'il se sent propre ^^.

Quand on m’appela à table, j’achevai ma page et refermai le livre à présent terminé.
=> mais mais mais ... il y avait quelqu'un dans la maison ? oO
=> ça c'est un coup de peau, finir les dernières phrases au moment où on se fait appeler pour partir.

La tête encore pleine d’images délirantes, je descendis manger
=> je suis pas sûr que pour un livre, on puisse parler d'images. Vu qu'elle n'a rien vu. Mais plus parler de "aventures délirantes" ou alors plus concrètement, des lettres, des mots ennivrants.

C’était la première fois que je sortais autrement que pour aller au lycée depuis la rupture.
=> euh si mes souvenirs sont bons: n'a t-elle pas fait un footing dans le prologue ?

je m’empressai d’enfiler mes écouteurs dans mes oreilles et mes mains dans mes poches.
=> trop de possession. Il faut essayer de reformuler ça de façon à faire un peu moins "mmh mh mmh".

Ainsi coupé de l’extérieur, je me sentais moins faible, moins exposée, moins vulnérable.
=> coupée (c'est bien une fille ?)

Mais, contre toute attente, ce ne fut absolument pas ce à quoi je m’attendais.
=> petite lapalissade. Si c'est contre attente, c'est sûr que ce n'est pas ce qu'elle attendait Rolling Eyes .

Ne sachant absolument pas dans quoi j’entrais, je le suivis.
=> il manque un truc. "Ne sachant pourtant absolument pas dans quoi j'entrais, je le suivis." ou "Ne sachant absolument pas dans quoi j'entrais, je le suivis d'un petit pas timide/malgré moi/avec une certaine hésitation/etc." Il faut qqchose.

Une vague de chaleur m’envahit instantanément, ce qui eut pour effet de détendre considérablement mes muscles crispés autant par la fraîcheur de l’extérieur que par l’angoisse. Une odeur douceâtre de café vint emplir mes narines. Je sus alors instantanément que je reviendrais de nombreuses fois dans cet endroit aussi accueillant que discret.
=> répétition instantanément

Ayant commandé son café au bar, il revint vers moi après avoir échangé quelques mots avec le gérant qu’il avait l’air de connaître.
=> structure maladroite de la phrase. Déjà, à qui se réfère le "il". Même si on le sait à peu près, il ne reprend aucun sujet précédent. Après, tu fais un va et vient dans ta phrase: "Ayant commandé son café" = passé du passé. "Il revint" = passé. "après avoir échangé" = re passé du passé. C'est à éviter.

Un silence gênant s’installa et j’eus l’impression qu’il me séparait de lui par un mur blindé.
=> alors là, j'ai eu tout l'inverse comme impression. En plantant son regard dans le sien, tu as plutôt tendance à éloigner tout ce qui est autour de toi très loin pour ne laisser la place qu'aux deux personnes qui se regardent. Le mur blindé peut à la rigueur être autour d'eux, mais sûrement pas entre eux.

- Et un chocolat chaud, un !
=> réplique un peu inutile non ?

Je n’avais jamais pris de café avec qui que ce soit,
=> même avec son ancien petit ami ? OO

toujours est-il que je finis par oublier sa présence.
=> assez incohérent. Tu viens de dire qu'elle est super mal à l'aise, qu'elle ne sait pas quoi dire et, juste en regardant son café, elle l'oublie ?

C’était comme si j’avais soudain eut une révélation. Une illumination.
=> un petit peu fort. Elle a juste posé une question un peu dérivée du sujet. Mais rien d'une illumination, vu que c'est une question justement, et pas un constat ou une révélation.

Je devais être saoule.
=> avec un chocolat chaud ? \o/
Non, à éviter ce genre de réflexion. Soit ça fait pochtron, soit ça fait un peu charretier ...

- Et quelle vision a-t-on, à 17 ans ?
=> pas de virgule

- Une vision fataliste. L’impression que le monde n’a plus rien de bon à vous offrir. L’impression de marcher dans des ténèbres de plus en plus profonds sans possibilité de s’arrêter.
=> profondes.
=> ça c'est une vision de rebelle. Il y a aussi ceux qui ont une vision de peace and love.

Le serveur vint interrompre mon monologue.
=> vocabulaire mal choisi: un monologue, c'est beaucoup plus long. "venant interrompre ma réflexion" ou un truc du genre Smile.

Lui, pas le serveur.
=> le lecteur avait compris je pense. Attention, ça donne l'impression que tu maîtrises mal ta syntaxe.

Fallait-il que j’ai 17 ans et que mes hormones me travaillent pour imaginer de telles choses à propos d’un parfait inconnu.
=> et le point d'interrogation ?
=> très bonne description au passage.

Il se tût également
=> tut.

Il dû le sentir, car il avala quelques gorgées et dit :
=> dut

- C’est vrai qu’il est très agréable. Mais, pourquoi ne pas m’avoir hurlé dessus ?
=> aucune cohérence entre les deux phrases ! oO

je n’aurais pas voulu que tu sois tellement bouleversée que tu te fasses renverser en traversant la rue.
=> maladroit, personne ne souhaite vraiment qu'elle se fasse renversée dans la rue. "J'aurais eu peur que, te voyant ainsi bouleversée, tu te fasses renverser en traversant la rue." Bien que traverser/renverser, c'est pas le top non plus.

J’attrapai mon sac, sorti un crayon, déchirai un morceau de la nappe, notai mon numéro sur ce dernier et lui tendit avec le plus beau de mes sourires.
=> sortis
=> tendis

Je déposai ensuite un billet de 10€ sur la table et tournai les talons.
=> dix (préfère écrire les chiffres en lettres, c'est plus soigneux).
=> chers le chocolat et le café par chez toi oO. Tu en as pour un max de ... quatre euros, et encore, c'est déjà cher. Dans le doute et pour faire le compte rond, un billet de cinq.

Appréciation linguistique:
Toi tu aimes les accumulations d'action dans une même phrase. "Je me levais, me lavais, mangeai, lisais etc ...".
Certes, ça donne une plus grande possibilité d'actions, mais par le même coup, ça empêche de se pencher sur une action en particulier et on élude tout ce qui se rapporte à ses actions. Je m'explique.
Ce qui est bien dans un texte, c'est de vivre avec le héros, c'est à dire, rentrer dans sa peau mais pas seulement que dans ses pensées. Prendre une douche, par exemple, ça peut être l'occasion de rentrer dans son intimité (avec des gants de velours, assurément), faire découvrir ses intérêts et ses passions puisque c'est généralement à ce moment là qu'on se perd un peu à penser n'importe quoi (moi personnellement u_u").
Et c'est là que je te contredis azul: justement, je suis peut être un mec qui aime beaucoup trop le romantisme et ce texte n'est pas un texte romantique. Il est sentimental, et c'est grandement différent ! Le romantique c'est l'épanchement du moi, c'est la poussée au paroxysme des sensations et des émotions. Là, les émotions = niet. Toutes les actions sont dénombrées une à une, mais aucune n'est développée en particulier. Et pour un texte de ce genre (qui n'aborde pas la magie, pas la SF, pas d'intrigue policière, mais bien un moment de la vie intime, le côté romantique, pas forcément à la mode Hugo ou Chateaubriand, me semble incontournable pour donner de la profondeur au récit.

Appréciation de l'histoire:
Quelques incohérences: le fait qu'elle ne soit pas sortie alors qu'en fait, si. Mais bon, je te l'ai dit en commentaire.
J'ai nettement préféré la fin du passage pour deux raisons: par ce souci de profondeur énoncé dans mon appréciation linguistique (les émotions et sensations sont davantage construites et affirmées) et parce que il y a un intérêt croissant qui se met en place.
Au départ, l'univers de la fille me laissait assez indifférent. Elle aime lire, elle lit, elle va manger puis elle cherche un intérêt à son après-midi.
Le dialogue entre l'inconnu et elle est intéressant. J'y rajouterai quelques pensées, mais là, c'est mon imagination d'auteur qui parle et pas mon avis de correcteur.
Et enfin, le coup du baiser est peut être un peu précipité à mon goût: au départ elle est angoissée, après elle arrive à l'oublier rien qu'en regardant une tasse de café et enfin elle l'embrasse. C'est assez incohérent pour moi.


Mais surtout, ne perds pas la foi de la plume. Un texte est sans cesse à modifier, sans cesse à réécrire, à enrichir, à développer. C'est ce qui fait sa dynamique et finalement, toute sa puissance. un texte bon est un texte qui a connu généralement trois, quatre voire cinq versions différentes. Dis-toi que même les plus grands noms ont parfois passé des heures, des jours, des mois ... sur des passages d'une dizaine de lignes.
Pour ne pas le citer: Flaubert qui allait jusqu'à repasser ses mots un à un dans un gueuloir d'église Wink.
Donc ne perds pas patience. Chaque avis de chaque correcteur, chaque correction proposée est un enrichissement de ton texte Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  azul le Mer 25 Nov 2009 - 19:36

Bah, ce qui est compliqué dans l'écriture, ce n'est pas de construire des phrases correctes mais de soumettre son enfant chéri à la bêta lecture. C'est là qu'on sait si on va tenir le coup ou pas, si on peut suffisamment "ne pas se passer" de l'écriture. Parce qu'il s'agit bien de ça. L'écriture, c'est quelque chose qui te prend aux tripes, qui t'habite en permanence. L'écriture, c'est les mots qui te viennent quand tu nas rien sous la main pour les noter, c'est ce qui te fait relever la nuit, parfois, parce que tu sais que le sommeil ne te restituera pas ton idée. Pas comme tu es en train de la développer là, à cet instant.

C'est un peu idéaliste comme vision de l'écriture, je trouve. Il a fallu la faire passer par plusieurs distillations dans les alambiques des idées romantico-flon-flon pour en arriver là. ^^
Beurp Rolling Eyes V'la t'y pas que la jeunesse va m'apprendre ce qu'est l'écriture maintenant !
Ouais Mister Songe, je pense chaque mot que j'ai écrit, je signe et je persiste. Sortez donc un peu de vos manuels scolaires, sortez de vos "copiages" de style à la Proust et à la Flaubert ; ils sont chiant à mourir, surtout Proust avec ses descriptions à n'en plus finir. Aucun éditeur n'en voudrait aujourd'hui, et cette certitude a été prouvée.
Ils sont de belles références certes, ils font partie du patrimoine français, mais aujourd'hu l'écriture a évolué. Ça vous arrive de temps en temps de faire l'effort d'écrire moins propre ? A-t-on besoin d'être Flaubert pour passer des heures sur une seule phrase, jusqu'à ce qu'elle veuille bien se plier à notre volonté ? Ou est votre vrai style ? Parce qu'écrire, c'est s'être nourri de mille lectures et dans tout cela en tirer son style propre.

Bien sûr, vous êtes encore dans le système scolaire, vous êtes formatés pour écrire bien et juste. Un jour, vous serez des adultes, bien loin des préoccupations estudiantines. Un jour, vous aurez envie d'écrire autrement qu'à la Proust et à la Flaubert. Ecrire est un besoin avant d'être un exercice de style ; quand vous en serez là, vous saurez ce qu'est écrire.

Ce dont vous n'avez pas tenu compte, et je répondrais plus en détail à Pacô, c'est qu'il y a ici des gens qui écrivent simplement (ce qui ne rend pas leur histoire moins bonne que la votre). Des gens qui n'ont pas vos facilités ou même l'envie de coller au classique. Pour apporter son aide à ceux-là, on ne prend pas l'écriture de haut, on la prend d'en bas, au niveau de celui qui a des choses à dire, mais ne sait pas comment.

Oui, on dit qu'on ne devrait écrire que lorsqu'on en ressent la nécessité vitale. Tout le monde y va de sa production de nos jours, en s'imaginant être l'écrivain de demain. Mais il n'y a pas de génie méconnu dans la littérature ; les éditeurs sont innondés de tapuscrits et le savent mieux que personne.

Ce que j'ai dit, dans la citation de Mister Songe, était destiné à so. Je n'ai pas eu la chance de faire des études ; j'ai tout juste le BEPC en poche, et encore je l'ai passé dans un collège au milieu des gosses d'une classe de troisième. J'avais 30 ans.
J'ai écrit un premier roman à cette époque-là que j'ai brûlé aussitôt terminé. Je sais ce qu'est l'amour des mots, n'en déplaise à Mister Songe si la formule lui paraît trop romantique. Je sais ce que c'est de peiner sur une phrase, sur un paragraphe, sur une page entière. Et parce que je sais ce que c'est, je suis capable de me mettre au niveau de l'autre.
Maintenant, fouillez un peu sur le net pour savoir ce qui motive les gens à écrire. Cherchez et vous verrez queje ne suispas si loin de la vérité.

Et puis apprenez à vous mettre au niveau des autres, ou dites tout de suite que ce forum est destiné à une élite.

* Post certainement bourré de fautes, mais je n'ai pas envie de me relire.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Pacô le Mer 25 Nov 2009 - 20:03

Sans tomber dans le forum élitiste, ce qui est bien loin d'être le cas d'ID, la communauté s'évertue à faire progresser l'auteur par des conseils linguistiques et stylistiques (bien que généralement, on ne fait que donner notre avis sur le style sans forcément chercher à le changer puisque j'estime, personnellement, qu'un style est propre à l'auteur et que quelqu'un d'extérieur ne peut que lui dire ce qu'il en pense sans chercher à le faire changer).

Cependant, je ne dirais pas que je regarde le tout d'un regard trop scolaire, pour la simple et bonne raison que ça va faire déjà plusieurs mois que je n'ai pas eu un cours de français Rolling Eyes.
Et je pars du principe qu'avant de vouloir se révéler un grand auteur, il faut commencer par se plier aux différentes règles de langue qui existent et surtout connaître ses collègues littéraires sur le bout des doigts. Pas forcément pour les copier et reproduire leur style pompeux et classique. Il s'agit plutôt de puiser dans la mémoire collective pour exprimer authentiquement notre plume.

Tu as cependant tout à fait le droit (et c'est même compréhensible car certains grands noms ne sont pas très emballant) de ne pas apprécier la littérature appelée classique (parce qu'incontournable quand on veut se lancer dans des études de lettres) et préférer une littérature plus contemporaine. Mais comme ceux qui aiment les Proust et les Balzac (quoiqu'il ne me semble pas qu'il y ait de fan ici Razz) ont le droit d'aimer sans avoir entendre que leurs styles "sont chiant à mourir, surtout Proust avec ses descriptions à n'en plus finir.". Wink

On est quand même ici à la base pour le partage et non pour la suprématie d'un goût sur un autre. Certes MrSonge peut parfois être un peu excessif dans ses appréciations personnelles et on lui a souvent fait remarquer son inclination à croire les classiques au-dessus du reste (et c'est discutable, si tout le monde a l'esprit calme ^^) mais à force, on sait tous ici qu'il n'y a pas de méprise réelle, juste une prise de position bien corsée.

Pour en revenir à So, dans mon relevé de commentaires, je ne lui ai jamais conseillé de copier un Flaubert ou un Hugo. Le relevé se contente de corriger les fautes d'orthographes, les syntaxes un peu boiteuses et les maladresses diverses.
Les références d'Hugo et Chateaubriand (et j'ai bien précisé, en plus, "pas forcément à la mode Hugo ou Chateaubriand") étaient là pour différencier le sentimentalisme et le romantisme que l'on utilise parfois avec un peu d'abus.
Celle à Flaubert, c'était juste pour souligner le fait que même les grands noms n'ont pas écrit leur texte en deux jours et que ça leur a demandé un travail colossal (herculéen pour certains d'entre eux même) et qu'il ne fallait donc pas baisser les bras puisqu'elle avait autant ses chances qu'eux.

Et permets-moi par contre de contester le fait qu'un auteur classique ne serait pas édité de nos jours. Un Proust, peut être et encore, mais je doute qu'un Hugo soit si vite refoulé.
Si tu parles des éditeurs qui cherchent la fantasy ou les ventes à tout azimuthe, peut être, mais il existe encore des éditeurs qui regardent la qualité de l'écriture avant l'histoire Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  azul le Mer 25 Nov 2009 - 20:32

Ce n'est pas après toi que j'en avais Pacô, et je tiens à te féliciter pour ta réponse mesurée. C'est vrai que j'étais en colère. Je n'aime pas que l'on décourage les gens qui aiment écrire, quelles que soient leurs difficultés. Je voulais seulement te dire qu'il était inutile, à mon avis, d'en rajouter une couche avec la correction du chapitre suivant : je pense qu'elle a fini d'enfoncer le clou.

Ensuite, je viens de lire deux chapitres du roman de Mr Songe "Un goût amer", et je comprends mieux sa réaction. Je vais prendre le temps de lui démontrer que certains solécismes ne sont pas dûs qu'à son personnage.

Pour ce qui est d'Hugo (dont je suis une inconditionnelle depuis mes années collège), qui n'aurait pas été édité aujourd'hui, tu te trompes, car il s'agit bien de lui justement. Un petit malin s'était amusé à recopier un de ses romans, et l'avait envoyé à un éditeur très connu. Je n'ai pas besoin de te dire que celui-ci l'a refusé. Je n'ai plus les détails ; je vais chercher et te donnerai le lien.

Mouirf, z'êtes ps facile les djeuns. C'est pas demain que je vous soumets un extrait de mon polar jeunesse. J'en horrifierais plus d'un, avec mon style racaille^^
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Pacô le Mer 25 Nov 2009 - 20:45

azul a écrit:
Pour ce qui est d'Hugo (dont je suis une inconditionnelle depuis mes années collège), qui n'aurait pas été édité aujourd'hui, tu te trompes, car il s'agit bien de lui justement. Un petit malin s'était amusé à recopier un de ses romans, et l'avait envoyé à un éditeur très connu. Je n'ai pas besoin de te dire que celui-ci l'a refusé. Je n'ai plus les détails ; je vais chercher et te donnerai le lien.
Déjà, tout dépend de l'éditeur chez qui Hugo a été envoyé. S'il s'agit des éditions Bragelonne, je peux comprendre le refus.

Ensuite, il peut aussi y avoir un refus parce que l'éditeur a compris qu'on se foutait de sa tête. Et dieu sait combien les éditeurs organisent leur temps à la baguette et qu'ils ont rtès peu de temps pour leur service "relation avec les auteurs". Bon nombre de manuscrits sont refusés avec un simple: "Non, vous ne respectez pas notre ligne éditoriale, bon courage pour la suite.". D'autant plus si l'éditeur s'est aperçu que l'on se foutait de sa tête, il n'a pas pris le temps de rentrer dans les détails.

Donc c'est à voir.

Ensuite, pour les corrections, tu es averti que si tu postes ton texte c'est que tu prends sur toi le fait que tu seras critiquée et que tu ne seras pas forcément encenser. Auquel cas si ça ne te plaît pas, il faut retirer son texte.

Mais personnellement, j'ai connu bien pire sur des forums de correcteurs ou de relecture de manuscrits. Et si ton but est bien de faire valoir quelque chose à ton texte, ce n'est pas en citant chaque erreur avec de belles tournures hypocrites que nous y parviendrons.
Toutes les critiques sont réalisées avec un esprit d'aide et de politesse. J'ai bien passé facilement vingt-minutes sur le premier chapitre de So et le correcteur a autant de mérite que l'auteur lorsqu'il sacrifie son temps pour les autres.
Donc le tout c'est de faire sa critique avec politesse, et l'auteur d'honorer cette critique avec humilité et assumer le fait de présenter ses écrits au public.

C'est tout. Concernant ton texte, montre-nous toujours. Ce n'est encore pas une question de style, mais une question de comment est créé le style. Il y a des styles très "libertins" (oui tous ces styles qui sont très olé olé avec l'écriture, c'est comme ça que je les appelle moi \o/) que j'aime beaucoup Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  azul le Mer 25 Nov 2009 - 20:57

Déjà, tout dépend de l'éditeur chez qui Hugo a été envoyé. S'il s'agit des éditions Bragelonne, je peux comprendre le refus.
Ben quoi Pacô, tu me prends pour un jambon là chizz Rien que le nom "Bragelone" me donne l'eau à la bouche, alors je ne risque pas de confondre.

Non, il s'agit bien d'un éditeur ayant pignon sur rue. Et il n'a pas reconnu le texte justement.

Quant à mon "gardien", oui, je peux toujours poster le premier chapitre ; l'avis des jeunes m'intéresse. Par contre, c'est très grossier : âme sensibles s'abstenir.

@ So : tu ne veux pas corriger ton prologue ? Allez, un p'tit effort, t'es là pour bosser Wink
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  MrSonge le Mer 25 Nov 2009 - 20:57

Je n'aime pas que l'on décourage les gens qui aiment écrire, quelles que soient leurs difficultés. Je voulais seulement te dire qu'il était inutile, à mon avis, d'en rajouter une couche avec la correction du chapitre suivant : je pense qu'elle a fini d'enfoncer le clou.
Ma première réaction est pour ces phrases. Si elles s'adressent à moi, j'aimerais que l'on m'explique. Qui ais-je découragé ? J'ai simplement sous-entendu que tu avais une vision un peu romantique de l'écriture, et au paragraphe suivant, j'ai, au contraire, encouragé l'auteur du présent texte en approuvant le fait que même les plus grands ne parviennent pas à la perfection du premier coup.
Je m'interroge donc sur les sous-entendus...
(Si ce paragraphe ne s'adressait pas à moi, je retire tout, je n'ai rien dit, rien écrit)

Ouais Mister Songe, je pense chaque mot que j'ai écrit, je signe et je persiste. Sortez donc un peu de vos manuels scolaires, sortez de vos "copiages" de style à la Proust et à la Flaubert ; ils sont chiant à mourir, surtout Proust avec ses descriptions à n'en plus finir. Aucun éditeur n'en voudrait aujourd'hui, et cette certitude a été prouvée.
Le bleu : j'en ai catalogué pour moins que ça, mais je suis magnanime, après une telle énormité, j'ai lu ton post en entier.
Le rouge : oui, parce qu'il a aussi été prouvé que la grande majorité des éditeurs d'aujourd'hui publient de la merde. Werberk rapporte plus que Proust.

Ce dont vous n'avez pas tenu compte, et je répondrais plus en détail à Pacô, c'est qu'il y a ici des gens qui écrivent simplement (ce qui ne rend pas leur histoire moins bonne que la votre). Des gens qui n'ont pas vos facilités ou même l'envie de coller au classique. Pour apporter son aide à ceux-là, on ne prend pas l'écriture de haut, on la prend d'en bas, au niveau de celui qui a des choses à dire, mais ne sait pas comment.
Oui mais là tu pars dans ton joli délire. ^^
Je ne veux pas parler de moi, mais dans le cas de Pacô, tu as mal visé. S'il y en a bien un ici qui aide et encourage sans relâche, avec un plaisir visible, gentillesse et tact (que moi, je n'aurais pas toujours), c'est bien lui. Donc bon, je pense justement que Pacô tient compte de tout ce dont tu parles, il nous le prouve chaque jour.

Et puis apprenez à vous mettre au niveau des autres, ou dites tout de suite que ce forum est destiné à une élite.
C'est bien parce que tu es un nouveau membre que je te pardonne un truc pareil. Je vais passer pour le gros démago pro-forum mais s'il y a bien un endroit où l'on s'entraide en se "mettant au niveau des autres" (même si avec cette formule, tu fais du tort à ceux dont tu parles), c'est bien ID.

Excusez l'aigreur de ce post, mais j'ai horreur qu'on s'en prenne à Proust, et surtout qu'on sorte les griffes pour un crime que je n'ai pas commis (décourager l'auteur de ce sujet, si je l'ai fais, je veux qu'on me montre où...).

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  azul le Mer 25 Nov 2009 - 21:08

C'est bien parce que tu es un nouveau membre que je te pardonne un truc pareil.
Je te remercie infiniment de ta mansuétude, jeune homme, et n'en dirai pas plus, car nous squattons allègrement un fil qui ne nous appartient pas. Bienvenue
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Pacô le Mer 25 Nov 2009 - 21:20

J'allais le dire \o/.

Mais les débats sont ouverts dans la débandade Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Seconde Chance

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum