commentaires sur : l'Elue

Page 6 sur 21 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Mer 30 Déc 2009 - 15:37

Elle ne savait pas pourquoi
pour écourter ta phrase, j'aurais utilisé : Elle ignorait pourquoi

Élisabeth devint blême, « Bien sur que non ! Je suis invitée par un charmant garçon qui va venir me chercher pour m’emmener dans un super château ! Alors votre match de basket ! ». Elle se reprit et lança un sourire désolé.
Désolée, je ne suis pas là dimanche.
Elisabeth devint blème = Eli blemit
tu utilises 2 fois le mot désolé. Pour éviter la repét, on pourrait lui faire répondre "navrée, je ne suis pas là..."

je dois y aller mais on en reparle demain... Tchao
Tchao s'écrit ciao (madre mia !!) Laughing

Elle raccrocha avant même qu’Élisabeth est pu la remercier
verbe avoir et non pas être

Moi qui croyait être la plus coquine des trois !
je n'aime pas trop le mot coquine parce qu'il fait penser à une petite fille qui parle. Le problème cest que je ne vois pas quel mot plus 'hot' on pourrait mettre en remplacement. J'en ai un sur le bout de la langue mais veut pas sortir Evil or Very Mad

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Mer 30 Déc 2009 - 17:03

kat a écrit: je n'aime pas trop le mot coquine parce qu'il fait penser à une petite fille qui parle. Le problème cest que je ne vois pas quel mot plus 'hot' on pourrait mettre en remplacement. J'en ai un sur le bout de la langue mais veut pas sortir Evil or Very Mad

Allez ! Lâches toi, tu as tellement envie de le dire. Coquine... Very Happy
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Mer 30 Déc 2009 - 17:24

Nan je te jure, c'est pas que je veux pas le dire mais je n'arrive pas à m'en rappeler, tu sais quand il est sur le bout de la langue et malgré tout impossible de se le remémorer... mais t'inquiète, jvas finir par t'en trouver un de mot plus hot. Cassie va me conseiller tongue

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Mer 30 Déc 2009 - 17:50

kat a écrit:mais t'inquiète, jvas finir par t'en trouver un de mot plus hot. Cassie va me conseiller

Pas trop pervers... quand même
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Mer 30 Déc 2009 - 18:05

dans le genre gentil, on peut dire effrontée, frondeuse, débauchée (bof pas top celui-ci)

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Jeu 31 Déc 2009 - 0:05

petitebrise a écrit:suite chapitre 2: (4ème partie) Nouvelles amitués ?

Lorsque la sonnerie retentit [virgule] chacun se dirigea vers sa salle de cours. En classe, Élisabeth et Éric avaient fait en sorte de s’asseoir à côté l’un de l’autre (l'un à côté de l'autre), au grand étonnement de Matt qui n’avait pas manqué de leur décocher une petite vanne du genre de celles qu’on lance en maternelle (assez maladroit). Lors de la première heure de cours, il remarqua de suite le maquillage d’Élisabeth et émit un sifflement.

« Tu nous avais pas habitué à jouer les pots de peinture l’intello ! Remarque bien pince du bec (euh... pas compris ?), à choisir je préfère comme ça !

— Tu es très lourd Matt… Lâche un peu Éli, tu veux ? intervint sèchement Éric.

— Ouh ! le prince charmant défend sa belle !

— C’est bon ! C’est bon ! Toi, la ferme, lança-t-elle à l’adresse de Matt. Et toi, ajouta-t-elle en se tournant vers Éric. Merci, mais jusqu’à maintenant j’ai su me défendre toute seule, surtout devant le plus gros lourdeau (j'aurais dit blaireau, ça fait encore plus clash)de la classe !

— Même pas peur ! », lâcha Matt avant que le professeur ne commence son cours d’histoire.

Tout le reste de la matinée, il (qui il ? Matt ? non, je sais bien que c'est Eli, mais là ton "il" reprend Matt Wink) lui sembla qu’Eric boudait. Il répondait laconiquement (très bof) à ses questions et ne souriait plus ou très peu.
À midi, il trouva une excuse pour ne pas déjeuner avec elle. Elle ne savait plus quoi penser et rejoignit donc Valérie et Djamila à leur table habituelle.

« Tu es seule ?, s’étonnèrent-elles ensemble.

— Enfin ! ajouta Djamila. J’ai bien cru qu’il n’allait jamais te lâcher ! Vous êtes toujours fourrés ensemble et on se voit presque plus, se plaignit-elle. Bon maintenant que je te tiens tu vas tout nous raconter.

— Il n’y a pas grand-chose à raconter Djamila ! On est amis et en plus on est voisins. Voilà tout. Et comme tous les amis, [virgule, si non ta phrase fait non-finie] on passe du temps ensemble. Et toi ? Où est passé Laurent ?

— Et voila, c’est toujours la même chose avec toi ! Tu te défiles, tu changes de conversation ! Tu me dis qu’il n’y a rien entre vous et pourtant vous êtes tout le temps les yeux dans les yeux ! D’abord lui, il te regarde pas : il te dévore ! A croire que tu es la huitième merveille du monde !

— Tu exagères Djamila. Tu vois bien qu’on n’est pas ensemble maintenant et...

— Oh oh ! La coupa Valérie en regardant l’entrée du réfectoire. En effet, y aurait bien de l’eau dans le gaz ! »

Élisabeth suivit son regard et aperçut Laurent et Éric, plateau en main qui se dirigeaient dans le fond de la salle sans même les voir.

« Ils n’ont pas dû nous voir, s’inquiéta Djamila. Elle s’apprêtait à leur signaler leur présence d’un geste de la main. Valérie la retint.

— Ils nous ont parfaitement vus ! Laurent a commencé par venir vers nous mais Éric a hoché la tête ! Je ne sais pas ce qu’il lui a dit mais ils ont fait demi-tour ! Désolée Éli...

Tandis qu’elle parlait doucement, elle observait son amie qui regardait d’un air hébété [pas de virgule] les garçons s’éloigner ! « Ben, ça alors, il me fait vraiment la tête, ce cochon ! ».

— Qu’est-ce qui (normalement, c'est incorrect. Mais comme on est dans une parole, ça passe. Toutefois, afin de montrer que l'auteur sait construire ses phrases, il est conseillé d'écrire comme ceci : "qu'i", comme ça, pas de doute) leur arrivent ? » S’interrogea Djamila à voix haute.

Le ton aigu de sa voix trahissait l’agacement, et Elisabeth sentit que son amie n’allait pas tarder à débarquer à la table des garçons pour leur expliquer les bonnes manières. Aussi, elle raconta l’incident qui s’était produit pendant la première heure de cours avec Matt.

« Tu vois, ça n’a rien à voir avec toi Djamila. Laurent doit rester avec Éric par solidarité entre mâles... Un truc comme ça j’imagine...

— Solidarité, tu parles ! Laurent n’arrête pas de critiquer Éric, à croire qu’il est jaloux ! Bah ! Puisqu’ils veulent jouer à ce petit jeu, laissons-les ! »

Pendant tout le repas, Élisabeth n’arrêta pas de regarder dans la direction de la table des garçons. Pas une fois, il ne tourna la tête vers elle. Il semblait l’avoir tout bonnement oubliée. Laurent paraissait lui déverser un flot de paroles ; il hochait parfois la tête et souriait. Son attitude finit par excéder la jeune fille qui se rangea à l’avis de Djamila. « Puisqu’il a décidé de bouder, qu’il boude ! Et longtemps ! ».

Elle sortit du réfectoire avec les filles, le regard fixé devant elle, raide et droite comme un balai. Mais dès qu’elle fut dehors, assise sur un banc à l’arrière du bâtiment, elle sentit la tristesse la gagner. Doucement elle ferma les yeux et s’enferma dans son cocon. Bientôt elle n’entendit même plus les jérémiades de Djamila consolée par une Valérie pourtant peu encline à jouer l’infirmière des cœurs brisés. Le prochain cours risquait d’être désagréable. Devait-elle s’asseoir à côté de lui ? L’ignorer ou au contraire lui parler comme si de rien n'était (manquait le mot) ? Il lui semblait que la bonne humeur de ce matin faisait partie d’un lointain passé. Comment agit-on lorsqu’un garçon vous ignore ? Voici un guide qu’elle aurait bien voulu avoir en ce moment.
Elle fût tirée de ses pensées par Djamila et ouvrit les yeux. Laurent venait vers elles.

« Tiens donc, Monsieur ne fait plus le fier ! »

Le reste de la conversation fut à peine audible vu que Djamila s’était éloignée avec Laurent pour se disputer plus à son aise loin des oreilles délicates de ses amies. Elle crut juste distinguer le prénom d’Éric dans les explications de Laurent. Valérie était très mal à l’aise et se tortillait sur le dossier du banc.

« Ben dis donc, finit par lancer (le lancer, c'est le genre d'expression à franchement éviter dans un dialogue) cette dernière. Je ne voudrais pas être à la place de Laurent ! »

Élisabeth ne s’intéressait même plus au couple, elle regardait alentours pour tenter d’apercevoir la silhouette d’Éric [pas d'espace]. Au bout d’un moment, les récriminations de Djamila cessèrent et la conversation redevint plus calme. Ils finirent par revenir vers les deux jeunes filles en silence. Djamila ne disait plus rien. Elle fixait ses pieds, semblant réfléchir et pour une fois c’est Elisabeth qui crevait d’envie de lui poser un tas de questions. Mais elle se tût. Finalement c’est Valérie qui perça le silence.

« Éric n’est pas avec toi ? » demanda-t-elle innocemment.

— Non il est parti en classe réviser un truc de dernière minute »

Djamila ne disait plus rien et Valérie finit par faire comme tous les autres : à regarder le bout de ses pieds. Lorsque la sonnerie retentit [virgule] ils se séparèrent avec un vague « salut ». En arrivant en classe, Elisabeth constata qu’effectivement Éric était assis à une table, plongé dans un bouquin de maths. Il ne releva pas la tête lorsqu’elle s’assit à côté de lui. Alors elle décida de tenter le tout pour le tout.

« Tu fais la gueule ? »

Il parut seulement faire attention à sa présence. Pas un sourire, pas un clignement. Élisabeth attendit une réponse qui ne venait pas. Elle finit par soupirer.

« Tu fais la gueule ! »

Il reprit la lecture de son livre et quelques minutes plus tard le professeur commença son cours. Elle n’eut plus l’occasion de lui parler mais la colère couvait en elle. Jamais encore elle n’avait ressenti cette rage, ce sentiment d’injustice. Qu’avait-elle bien pu dire ou faire qui méritait une telle rancœur ? « Comment avait-t-elle pu trouver ce garçon délicat, gentil... ? » Elle tritura son stylo qui ne résista pas aux assauts répétés et finit par se briser en deux. Elle ne voulait plus croiser le regard impassible du jeune homme, aussi fixait-elle le verre d’eau du professeur posé sur le grand bureau. Elle n’écoutait pas non plus l’énoncé du cours et lorsque le professeur se tourna vers elle pour lui poser une question, le verre sur la table éclata en mille morceaux. Une explosion qui arrosa les élèves du premier rang. Chacun à sa façon avait réagi, soit en sursautant, parfois en criant et même certains, dont Matt, en riant. Élisabeth maintenant fixait le vide laissé sur le bureau et n’avait pas bougé d’un pouce. Elle ne semblait même pas se rendre compte que le verre avait éclaté. Éric scrutait le visage de la jeune fille. Il passa vivement d’Élisabeth au verre et vice et versa. Le professeur tentait de ramener le calme tandis qu’il ramassait les morceaux éparpillés. Heureusement, personne n’avait été blessé et le professeur expliqua que parfois les différences de températures ou de pression pouvaient agir sur des masses solides et produire ce genre d’accident. (bien sûr. Ce qui explique pourquoi tous les verres dans les laves vaisselles éclatent Smile. Mieux vaut ne pas lui faire justifier, il passe pour un gros inculte et ça craint pour un prof de matière scientifique xD) Matt déclara en riant que le lycée était hanté et qu’un élève qui détestait les maths tentait de se venger. Les rires fusèrent et c’est sur cette plaisanterie que les élèves quittèrent le cours. La colère d’Élisabeth était retombée en même temps que le verre avait éclaté. C’est avec une certaine lassitude qu’elle assista aux cours suivants, pressée d’en finir avec cette journée.

Analyse linguistique :

Encore beaucoup trop de lourdeurs qui entravent la narration pour moi. Je t'en souligne quelques unes à ma lecture (comme le "lancer" dans le dialogue qui n'est pas fait pour être utilisé tout le temps...).

On dirait aussi qu'il manque un petit peu de ces choses qui font que le texte est fluide. On s'arrête sur certaines phrases : on les comprend, mais y'a quelque chose qui nous rebute parfois.

Mais je dois reconnaître que, par rapport au départ, le style s'arrange. C'est bien, maintenant, il y a encore le vocabulaire qui coince.

Analyse de l'histoire :

La touche de fantastique est enfin arrivée Smile.
Hum... je trouve par contre que les réactions sont mal exploitées : ça fait un peu l'effet du fantastique caché maladroitement, avec une certaine envie de montrer au lecteur quand même : "non mais c'est du fantastique !!".
Du coup, j'ai eu une impression très partagée : comme si on se disait "oh bah mince, tu as loupé un truc là !".

La réaction d'Eric attise la curiosité. Est-il au courant du don de Eli ? Est-ce pour ça qu'il est si distant ?
J'avoue que les questions commencent à se préparer là Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Jeu 31 Déc 2009 - 0:21

petitebrise a écrit:Suite chapitre 2 : (5ème partie) "Nouvelles amitiés ?"


Éric n’avait toujours pas sorti un son (très maladroit : "Eric n'avait toujours pas parlé". Ou au pire, "exécuté un mouvement des lèvres : elles restaient pincées et définitivement closes.") . Elle décida donc qu’elle rentrerait seule. Elle se rappela avec nostalgie que ce matin encore, elle pensait rentrer avec Éric et avait refusé que sa mère vienne la chercher.

Elle était plongée dans ses pensées sur le chemin du retour lorsqu’elle entendit son nom. Elle reconnut la voix mais ne se retourna pas, au contraire elle pressa le pas. « trop tard ! » pensa-t-elle. Elle n’avait plus envie de parler, elle voulait juste rentrer chez elle, s’enfermer dans sa chambre. Éric se rapprochait, elle entendait le bruit de sa course. Bientôt sa main se fit sentir (une tournure à éviter aussi : "sa main se posa sur son épaule") sur son épaule et la freina brusquement. Elle se tourna vers lui déjà prête à battre le fer. Mais au lieu de reproches, de réflexions, ce sont ses lèvres qu’elle rencontra. Il l’embrassa longuement, caressant ses cheveux, sa joue, il prit son visage entre ses paumes. (c'est mignon !)

« Désolé, je suis un imbécile…

Élisabeth retenait son souffle, elle ne savait plus quoi penser. Devenait-elle folle ? Son sac gisait par terre à ses pieds. Doucement, il le ramassa et lui prit la main. Elle sortit de son hébétude (maladroit : "elle se libéra de son air hébété". C'est pas top, mais c'est toujours mieux).

— Donne… Je peux le port...

— Ah ! non tu ne vas pas recommencer. Je sais, tu es une grande fille et tu sais te défendre mais laisse-moi au moins porter ton sac.»

Ainsi donc la cause de toute cette histoire était bien l’incident de ce matin. S’était-elle montrée à ce point sèche ? Maintenant ils marchaient lentement côte à côte en silence. Arrivés devant le portail de sa maison il lui rendit son sac.

« Tu veux qu’on révise ensemble ?

— Pas ce soir, désolée…

— Tu m’en veux ?… tu…

— Ça n’a rien à voir. Marie doit m’emmener faire les magasins. En parlant, elle avait fait une grimace pour traduire la torture qu’elle s’infligeait. Je crois que si je décidais de reporter elle me traînerait de force ».

Il parut soulagé par sa réponse et força un petit sourire.

— Ça n’est pas grave. T’inquiète. Je devais justement me rencarder sur un truc.

La jeune fille arqua ses sourcils.

— Et c’est un secret ton truc ?

— Pas du tout ! Ta mère m’a rappelé ce matin à quel point le sport me manquait. Je vais donc me renseigner pour m’inscrire dans le club de hand du coin. Tu vois, rien de très mystérieux. Je suis plutôt banal comme garçon. (pourquoi il dit ça ? On dirait que tu veux cacher du louche là où on ne se posait aucune question) »

A l’instant où il finissait sa phrase, Marie arrivait et gara son véhicule sur le trottoir.

« Salut les jeunes ! Cria-t-elle par la vitre ouverte au grand dam de sa fille qui haussa les épaules.

Il lui sembla que tout le voisinage avait profité de son arrivée.

— On t’emmène avec nous Éric ?

— Non, mad… Marie… J'avais quelque chose de prévu ce soir.

— Lâcheur... » Siffla Élisabeth avant qu’il ne tourne les talons en riant.

Sur le trajet qui les menait en centre ville, Marie s’inquiéta du mutisme de sa fille et lui demanda si tout allait bien ; ce à quoi elle répondit un banal « Je vais bien, je suis juste un peu fatiguée ».

Elle choisit rapidement une nouvelle paire de basket et des bottes fines, longues et fourrées de couleur marron. (c'est une fin un peu brutale là)

Analyse linguistique :
Ah, mon avis s'arrange au fil des chapitres.
Encore des petites tournures peu sympathiques que j'ai essayées de te reformuler mais... un ensemble plutôt satisfaisant pour le lecteur.
On se laisse attendrir, preuve qu'on ne bute plus sur le style Wink.

Analyse de l'histoire :

C'est très mignon, faut l'avouer.
Mais ce retour brusque de situation me laisse un peu un effet : ça tombe bien dis donc, mais c'est un peu inexpliqué.
Donc bien, mais il faudrait un petit truc qui explique ce revirement de situation.

Tu peux utiliser l'argument de la passion amoureuse, inexplicable elle aussi, mais au moins, c'est un argument valable.
L'idéal, ce serait une petite rétrospection sur les sentiments d'Eli Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Ven 1 Jan 2010 - 13:18

Pacô a écrit:

1 - « Tu nous avais pas habitué à jouer les pots de peinture l’intello ! Remarque bien pince du bec (euh... pas compris ?), à choisir je préfère comme ça ! .

2 - Heureusement, personne n’avait été blessé et le professeur expliqua que parfois les différences de températures ou de pression pouvaient agir sur des masses solides et produire ce genre d’accident. (bien sûr. Ce qui explique pourquoi tous les verres dans les laves vaisselles éclatent . Mieux vaut ne pas lui faire justifier, il passe pour un gros inculte et ça craint pour un prof de matière scientifique xD) [/quote]

Alors pour la remarque n° 1 : "pinçe du bec" remplace "pinçe sans rire".

et pour la n°2 :
Tu peux faire des petites expériences :
Passe un verre sous l'eau bouillante et ensuite sous l'eau très froide... bing...
UN VERRE ORDINAIRE PEUT ECLATER SI ON LE REMPLIT D'EAU CHAUDE.
EN EFFET , LE VERRE SE DILATE TRES RAPIDEMENT SOUS L'ACTION DE LA CHALEUR .
SI L'ON VERSE DE L'EAU BOUILLANTE DANS UN VERRE FROID ,LA PARTIE INTERIEURE DU VERRE SE RECHAUFFE ET SE DILATE IMMEDIATEMENT ALORS QUE LA PARTIE EXTERIEURE RESTE FROIDE ET NE BOUGE PAS.LA TENSION ENTRE LA SURFACE INTERIEURE ET LA SURFACE EXTERIEURE EST SI FORTE QUE LE VERRE , MATIERE FRAGILE, SE FISSURE D'UN SEUL COUP.
SI ON PLACE UN VERRE DANS UNE CASSEROLE D'EAU ET QUE L'ON CHAUFFE CETTE EAU ,LES DIFFERENTES PARTIES DU VERRE SE DILATENT DE LA MEME MANIERE IL N'Y A PAS DE TENSION ET LE VERRE NE SE BRISE PAS .
AVANT DE VERSER DE L'EAU CHAUDE DANS UN VERRE , ON PEUT Y PLACER UNE CUILLERE LA CUILLERE PULVERISE L'EAU CONTRE LES PAROIS DU VERRE . IL SE RECHAUFFE AINSI PLUS DOUCEMENT ET PLUS REGULIEREMENT
DE NOS JOURS , IL EXISTE DES VERRES QUI RESISTENT A DE TRES FORTES TEMPERATURES.

Un transfert thermique, appelé plus communément chaleur, est un transfert d'énergie microscopique désordonnée. Cela correspond en réalité à un transfert d'agitation thermique entre particules, au gré des chocs aléatoires qui se produisent à l'échelle microscopique.
L'exemple le plus courant de situation mettant en jeu un transfert thermique est le système constitué de deux corps en contact et ayant des températures différentes. Le corps le plus chaud cède de l'énergie sous forme de chaleur au corps le plus froid. Il y a transfert thermique entre les deux corps. Il peut se produire des transferts thermiques vers un système dont la température reste constante, par exemple dans le cas d'un changement d'état physique.
L'étude de ces transferts s'effectue dans le cadre de la discipline thermodynamique en s'appuyant sur les deux premiers principes.
À la différence de la thermodynamique, la thermocinétique fournit des informations sur le mode de transfert en situation de non équilibre ainsi que sur les valeurs de flux de chaleur.


2ème expérience :tu tapes d'un coup sec et bref ton verre ...
tu enregistres le son qui est emis,
sur ton ordi tu copie plusieurs fois la séquence la plus régulière plusieurs fois (sound forge par exemple)
Tu te bouches les oreilles, et tu fouts à DONF en boucle...
Là ça casse...



Ensuite, le prof précise "Parfois" et il parle "d'accident"... Il donne une explication succinte pour répondre aux élèves...

Puis, j'ai demandé à un ami étudiant en science qui m' a conseillé cette phrase simple. Parce-que sinon... enfin bref.

Le verre est plus fragile que le cristal et pourtant certains rien qu'avec un son le font éclater :
http://www.imaginascience.com/articles/sciencesphysiques/mecanique/resonance/resonance.php#haut

et enfin, je viens à l'instant de lire cette phrase à un ami (bon, lui est spécialiste dans les matières plastic mais qui a des notions de physiques) et ça ne lui paraît pas incohérent.

En tous les cas, le prof est obligé de donner une explication. Je vais peut-être retravailler la phrase...
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Ven 1 Jan 2010 - 13:33

Pacô a écrit: Elle choisit rapidement une nouvelle paire de basket et des bottes fines, longues et fourrées de couleur marron. (c'est une fin un peu brutale là)
Oui, mais la mode c'est pas trop mon truc. J'ai mis le minimum syndical

Merci pour ton aide. J'ai corrigé et je vais revoir les passages qui t'ont parus maladroits ou incohérents. Notamment pour l'incident du verre dans la classe et le revirement d'Eli par la suite.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Ven 1 Jan 2010 - 16:11

Je suis pas d'accord avec tes deux remarques.

La première : une expression est une expression lorsqu'elle elle est retranscrite dans son individualité. Une expression est donc intouchable.
En d'autres termes, si tu te permets de la modifier, ça ne veut tout simplement plus rien dire.

Le seul moyen en fait pour toi de faire passer cette expression comme une expression commune (et comprise par le lecteur) c'est que tu joues avec depuis le début de ton roman, et non qu'elle tombe en plein milieu du récit parce que tu ne voulais pas utiliser pince sans rire.
Si par exemple, depuis le départ tu fais utiliser le "pince sans bec" au crétin, et que tu soulignes que c'est un crétin qui ne sait pas parler, là oui, tu peux en effet l'employer : le lecteur est complice et il comprendra (et en plus, ça le familiarisera avec ton univers).
Si tu l'as déjà fait, tant mieux. Si non, soit tu changes le pince sans bec, soit tu introduis cette expression plutôt stupide au départ de ta narration, dès la première rencontre avec Matt.

Pour ta seconde remarque, je dis non. Tes copains sont peut être très calés en physique (quoique j'ai quand même du mal à croire qu'ils trouvent cohérent qu'un prof puisse expliquer que si un verre explose dans une salle, c'est parce que ça provient d'une différence de température. Si je te parle du lave-vaisselle, c'est pour rester dans des proportions. Ta salle de classe, sauf réchauffement climatique fort embarrassant, n'atteindra jamais la chaleur de l'eau portée à ébullition, puis ne passera pas en quelques secondes à la température de l'ère glaciaire. Ton expérience est vraie, je ne l'ai pas nié, mais il faut savoir une chose, et c'est là que je comprends mal le raisonnement de tes amis scientifiques, c'est qu'une expérience tient certes en partie sur les faits, mais avant tout sur les circonstances, ce qui ne lui donne donc pas une vérité générale. Or, ici, les circonstances sont : passage à un état chaud supérieur à 100° à un état froid inférieur à 0°, ce qui est totalement impossible pour ta salle de classe), mais ils oublient aussi qu'il faut rester dans un cadre littéraire et du récit.

Ton prof est vraiment ridicule avec cette explication, qui peut effectivement être vraie si nous vivions sur une autre planète où des différences de température de l'ordre de centaines de degrés étaient monnaie courante, et crois-moi, le silence est d'or dans ces cas là.

Personnellement, je te conseille fortement de lui faire jouer la carte de l'incompréhension. A quoi lui sert-il de trouver une explication bidon ? C'est pas sa faute si le verre éclate (c'est pas lui qui veut le faire à l'insu de ses élèves) et s'il est un tantinet calé en sciences, il ne pourra jamais expliqué à des élèves de telles incohérences.


Pour la fin brutale, je ne parlais pas spécialement que tu ne développais pas la mode, mais plutôt que tu termines d'une manière brutale.
On était en pleine action et tu conclus par une phrase, sèche, elle s'achète ça et ça.

Là, c'est une question de rythmique. Le lecteur est mal à l'aise quand il lit ça, parce qu'il a l'impression que l'auteur voulait pas en dire plus (parce qu'il avait autre chose à faire ?) et qu'il a bâclé sa dernière phrase pour éteindre plus vite son PC Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Ven 1 Jan 2010 - 22:12

Samedi arriva à vitesse grand V
c'est pas top dans un roman, faudrait trouver une expression moins familière.

Avant le lycée, elles s’invitaient quasiment tous les week-ends chez l’une ou l’autre. Avec l’arrivée de Valérie, la première année de lycée, les soirées s’étaient prolongées entre confidences et histoires de fantômes.

C’est aussi ce qu’elle appréciait avec Samuel, elle pouvait se confier, elle se sentait bien avec lui. Ils avaient également beaucoup de centres d’intérêts en communs, elle appréciait leurs conversations.

l’invita
Attention dans le même paragraphe (celui cité précédemment). Tu as :
-elles s'invitaient
-les invitations s'étaient espacées
-Elle l'invita à entrer.

Bariolée, des posters collés un peu partout ça et là, un grand lit avec des coussins de toutes les couleurs, un miroir posé contre le mur décoré de bijoux de toutes sortes, des magasines, des vêtements jonchant le sol, sa chambre était à l’image de sa propriétaire.
Je n'aime pas trop cette phrase parce que tu commences par dire bariolée, mais on ne sait même pas ce qui est bariolé, et on ne le comprend qu'à la fin de la phrase.
Des posters collés un peu partout, mais ça et là, ça fait doublons. Pourquoi pas dire des posters répartis sur tous les murs de façon inégale (enfin un truc dans le genre).

c’est rageant, moi à part cet imbécile de Laurent… (sympa la fille !)

C’est un secret pour personne qu’il est amoureux de toi depuis la maternelle.
ce n'est un secret pour personne

Leur bavardage dura jusque tard dans la nuit, entre chips et sodas. Le lendemain, c’est Djamila qui réveilla Élisabeth. Djamila avait tenue à conseiller son amie sur sa façon de se coiffer, de s’habiller et pour la remercier de l’avoir accueille, Élisabeth avait décidé(Elisabeth dédica) de jouer le jeu. Elle se laissa donc faire. Seul exception, le maquillage, Élisabeth ne souhaitait pas être maquillée comme une baby doll. Djamila lui prêta donc un joli chemisier et lui coiffa les cheveux en arrière. L’heure approchait et Élisabeth se sentait de plus en plus nerveuse et le babillage incessant de Djamila n’arrangeait rien. Enfin Élisabeth aperçut la berline grise ( affraid mince la même voiture que Deacon d'amour !) se garer devant la maison. Elle sauta sur son sac attrapa son manteau, embrassa son amie et fila rejoindre Samuel qui attendait devant le véhicule. Dehors il faisait froid, elle resserra son manteau.
On ne saute pas sur un sac !

Djamila collée au vitrage, un sourire béta sur les lèvres. Au chaud dans la voiture la jeune fille se détendit.
béta : faudrait trouver un mot moins enfantin, à la limite un sourire idiot
Elle est au chaud dans la voiture ? ok mais quand est ce qu'elle est montée ?

— Un pique-nique ça te dit ?

— Un pique-nique ? non tu rigoles, il fait trop froid !

— Non je ne rigole pas, répondit-il en riant.
Eli n'a peut etre pas besoin de répéter le mot pique-nique.
Pour rigoler, tu peux utiliser "tu plaisantes" ou "tu n'es pas sérieux"

Elle eut une toute petite pensée pour Éric et son scooter… Une toute petite pensée car alors...
Je sais que la toute petite pensée est volontaire mais je ne la doublerais pas. Après tu peux dire qu'elle eut une petite pensée pour lui mais s'interdit d'y penser plus parce bla bla...

Hors de question qu’elle gâche cette journée même si elle finissait congelée sur une couverture à carreaux rouges et blancs en mangeant du poulet froid. Elle eut un frisson rien à l’idée de manger dehors (la seule idée de manger sous ce froid glacial la fit frissonner ou un frisson lui parcourut l'échine rien qu'à l'idée de ...)

— Il semblait beaucoup s’amuser.
ça fait partie du dialogue ? je ne pense pas

Il stationna la voiture (le véhicule simmobilisa) devant le perron du château et alla ouvrir la portière à la jeune fille. Il prit sa main et la guida sur le coté de la maison. Ils se dirigèrent vers un mur d’enceinte en vieilles pierres dans lequel une petite porte en bois apparaissait. Lorsqu’il l’ouvrit, Élisabeth constata qu’elle donnait accès sur un jardin intérieur. (un patio ? tongue et bah non !)

— Je crois que nous allons pouvoir enlever nos manteaux.

Il l’aida à enlever ...

elle admira les grandes plantes exotiques qui fourmillaient autours d’eux.

— Je te présente, le grand amour de ma grand-mère : les plantes.
tout il est grand Smile

— Je te propose une visite guidée.
Je te fais visiter ?

Il l’entraîna dans ce labyrinthe de plantes, un dédale de couloirs de verdure. Ils s’arrêtaient devant divers plantes et lui, récitait son laïus et reprenaient leur progression dans cette jungle épaisse.

Elle s’était arrêtée devant une fleur en forme de grandes tiges toutes poilues. La forme lui faisait penser à une étoile de mer écartelée.
Moi j'aurais dit Elle s'arrêta devant une fleur... et après elle demande de quoi il s'agit.

Les petits poils que tu vois sont gluants. Les insectes sont attirés par les petites gouttelettes et voilà, le tour est joué.»
et maintenant tout il est petit Smile
les poils : est ce que dans ce cas, on peut appeler cela des cils ?

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Sam 2 Jan 2010 - 22:52

suite chapitre 2 : (2ème partie) Nouvelles amitiés ?

Marie y connaissait le patron qui s’était fait soigner quelques années auparavant dans l’hôpital où elle travaillait et depuis elle était accueillie en véritable reine.
=> enfin, je suppose que Marie l'a soigné directement ? Parce que s'il s'amuse à rincer toutes les infirmières des hosto où il est placé, il a plu qu'à fermer boutique ^^.

Décidément toi et Alain avez décidé de me rendre alcoolique !
=> mouais. C'est ce genre de réflexion que je trouve pas très mature, venant d'une mère.

Elle semblait monter sur ressort et lorsqu’elle s’exprimait ses mains faisaient des rondes ce qui avait toujours amusé Élisabeth.
=> virgule entre "s'exprimait" et "ses mains"

« Elle doit avoir des origines italiennes pour s’exprimer ainsi avec les mains… ».
=> c'est quand même sa mère : ce genre de pensée n'est pas appropriée pour sa fille !

Le fameux Samuel s’était approché de leur table, saluant Marie, il tournait le dos à Élisabeth. Il était grand, brun et elle fut très surprise de constater qu’il se penchait pour embrasser la main de sa mère ! « D’où il sort celui-là ! ». Et elle fut d’autant plus surprise de constater qu’il n’était pas beaucoup plus âgé qu’elle lorsqu’il lui fit face.
=>c'est in cohérent. Tu dis avant qu'il était derrière Eli puis qu'il s'avance jusque pour baiser la main de sa mère. Toute personne normale aurait d'abord remarqué le détail "il est aussi âgé que moi" avant qu'il ne baise la main de sa mère. Passe donc cette pensée avant l'action !

— Ravi enfin de te connaitre Élisabeth, j’ai beaucoup entendu parler de toi. Il semblait susurrer chaque mot.
=> va à la ligne pour "Il semblait susurrer chaque mot" sinon, on ne sait pas si ça fait partie de la narration ou pas.

Élisabeth trouva qu’il avait des yeux verts magnifiques bordés de cils noirs et son sourire ne gâchait rien mais instinctivement elle restait sur ses gardes.
=> bof "et son sourire ne gâchait rien". Yeux verts magnifique non plus d'ailleurs. La beauté, c'est subjectif : chacun ne la voit pas de la même façon. Donc t'es un peu contrainte de préciser Wink.

Cela nous fera très plaisir que tu te joignes à nous.
=> nosu ferait. C'est plus poli et ça sous-entend que ce n'est pas un ordre et qu'il peut décliner l'invitation.

il était d’une élégance raffinée.
=> une élégance non raffiné, c'est pas très courant tu sais ^^.

un sourire ironique sur les lèvres.
=> j'aime pas trop le "sourire ironique". C'est très controversé dirons-nous : certains disent que ça peut le faire avecune grosse métaphore, d'autres disent que c'est complètement stupide x). En tout cas, moi je reste à l'ironie dans la manière de penser, pas dans la manière de gesticuler Smile.

Élisabeth fut éberluée par sa facilité pour se confier mais était littéralement hypnotisée
=> pas "pour" mais "à se confier"

Elle possède-t-elle une grande collection de livres originaux
=> y'a un blem' là...

Appréciation linguistique :
Toujours le même commentaire.
Il faut enrichir, huiler, polir ... etc ton texte.

Là il est pas si mal, mais il pourrait être bien mieux selon moi. Encore des termes qui manquent de force, de portée et pas adaptés.

Appréciation de l'histoire :
Un nouvel arrivant !
C'est un peu malsain si elle s'imagine des trucs avec sa mère. Sinon, tu n'expliques pas pourquoi elle ne peut pas le voir ? Et comment elle vient déjà à ne pas le piffrer ? Smile

Marie me fait toujours l'effet d'une mère immature. C'est vraiment ce que tu recherches ?

Sinon, allons voir la suite Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Dim 3 Jan 2010 - 13:50


Décidément toi et Alain avez décidé de me rendre alcoolique !
Pacô a écrit:=> mouais. C'est ce genre de réflexion que je trouve pas très mature, venant d'une mère.

Aie ! sauf que c'est Eli qui dit cela... bon je vais revoir et corriger le reste. Merci Pacô.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Dim 3 Jan 2010 - 14:17

Oups, bourde .

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Dim 3 Jan 2010 - 14:31

Remarque, une mère et un psy qui essaient de rendre une fille/amie alcoolique, c'est pas très net non plus.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Dim 3 Jan 2010 - 14:36

Pacô a écrit:Oups, bourde .

pas grave... ça m'arrive tout le temps.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Dim 3 Jan 2010 - 14:37

azul a écrit:Remarque, une mère et un psy qui essaient de rendre une fille/amie alcoolique, c'est pas très net non plus.

Ben, c'est de l'humour... à lapetitebrise... heu... j'enlève la blague de l'alcoolo ?
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Dim 3 Jan 2010 - 15:27

Disons que, en y réfléchissant bien, il me viendrait jamais à l'idée de dire ça à ma mère.
Entre potes, oui, mais avec mes parents, c'est pas le genre de sujet qui les fait sourire Laughing .

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  deadbabies77 le Dim 3 Jan 2010 - 16:49

Je viens de lire l'histoire, et franchement je l'ai beaucoup aimée Very Happy une bonne intrigue qui, je trouve, tiens la route (bien qu'effectivement, le début soit un tout petit peu long, mais bon...), moi cela me donne envie de savoir la suite^^
(Mais qu'est ce que cela peut bien etre comme parfum??^^).
Bon courage pour la suite de ton roman Very Happy
avatar
deadbabies77
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 94
Age : 27
Emploi/loisirs : écouter de la musique, le théâtre, lire, inventer des petites histoires^^
Votre talent : Écriture
Points : 101
Date d'inscription : 07/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Lun 4 Jan 2010 - 10:41

Merci beaucoup deadbabies. Ton commentaire m'a donné la pêche pour écrire la suite.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Lun 4 Jan 2010 - 15:02

Ils continuèrent leur chemin, et la serre se révéla encore plus grande que la jeune fille ne l’avait supposée au départ. C’est avec émerveillement qu’elle découvrit l’extrémité de la structure qui se terminait en arc de cercle où trônait une fontaine. L’eau jaillissait de la corne d’une fée, pour ruisseler sur les plis de sa robe finement ciselés et tintait une musique fraîche et délicieuse. Par terre, une couverture était étalée sur laquelle des couverts avaient été soigneusement disposés. Élisabeth battait des mains comme une petite fille lorsqu’elle se retourna vers son ami.
Il faudra revoir ce chapitre, les phrases sont longues et surtout un peu alambiquée. J'ai du mal à suivre surtout la musique qui tintait

Il étala victuailles et boissons et tandis que la jeune fille piochait à droite et à gauche, il lui expliqua le fonctionnement de la serre. Elle l’écouta attentivement. Au bout d’un moment, il garda le silence et]](il se tût) et ils écoutèrent le bruit de l’eau. Repue, Élisabeth ferma les yeux.

Il riait maintenant, il secoua la tête.
A reformuler.

— Ma grand-mère n’est pas un monstre et tu es loin d’être une personne banale… crois moi. Avec le temps tu comprendras...
un tiret

— Ça n’a rien d’énigmatique, au contraire. Et tu as dû aussi te rendre compte que j’éprouve pour toi des sentiments.
J'aurais plutôt inversé. j'éprouve des sentiments pour toi

Aussi, elle décida de [u]dévier de sujet.
changer de sujet

— Et maintenant qu’elle plante vas-tu me présenter ?
quelle plante

A cet instant Élisabeth se contorsionnait autant les mains que le cerveau. Elle savait qu’Éric rentrait de son match vers dix huit heures. Elle se maudissait. Son plan avait merveilleusement fonctionné jusqu’à ce stupide oubli d’heure. Amusé par l’énervement soudain de son amie, Samuel l’observait en souriant.
Les phrases soulignées sont mal tournées. On se contorsionne les mains mais le cerveau...
stupide oubli d'heure : faudrait trouver une autre façon de dire cela

Il ne souriait plus et lafouillait du regard.
il la jaugeait ?

Élisabeth prit un air surpris.
ça fait repétition prit, surpris, même si ça n'en est pas.
Tu pourrais dire "elle arbora un air surpris"

Je ne comprends pas pourquoi toi tu fais une fixette sur lui
une fixation serait mieux

Élisabeth se sentait fondre dans ses bras
se sentit

Quel accueil.T’inquiète, je ne reste pas.
Manque un espace

Mais elle sait déjà que son choix sera douloureux et qu’il ne passera plus par le mensonge.
Pourquoi une phrase au présent alors que tout est au passé ou à l'imparfait ?

Bon, désolée je ne sais pas ce que j'ai bidouillé, du coup il y a des choses soulignées qui ne devraient pas l'être Evil or Very Mad

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Lun 4 Jan 2010 - 20:43

Djamila haussa les épaules et s’éloigna en lançant tout fort.
en lançant à voix haute.

Elle était persuadée qu’il se doutait de quelque chose. Elle en fût persuadée lorsqu’à la fin du cours il se leva rapidement et lui déclara sèchement :
sur la première phrase on pourrait garder persuadée mais sur la seconde, on pourrait dire elle en fût totalement convaincue lorsque...

Elle eut à peine le temps de finir(terminer) sa phrase qu’il avait disparu

Elle n’était pas d’humeur à échanger des pics avec le garçon
J'ai pensé à "elle n'était pas d'humeur pour une joute verbale avec le garçon"

Elle s’en aperçut, lorsqu’en passant rapidement devant lui, il porta sa main à ses narines, huma la mèche tout en fermant les yeux.
Umh, pas bon ça pour la petite Eli, quand on t'arrache des cheveux, ça sent fort les rituels de magie Neutral

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Mar 5 Jan 2010 - 14:42

Elle n’était pas d’humeur à échanger une joute verbale avec le garçon

Je reprends cette phrase, parce que si tu utilises la joute verbale, tu n'as pas besoin du verbe échanger. Puisqu'une joute verbale est un échange de paroles.
On pourrait dire "elle n'était pas d'humeur pour une joute verbale avec le garçon"
ou bien "elle n'était pas d'humeur pour l'affronter dans une joute verbale"

Elle attrapa son sac et son manteau
on pourrait aussi dire qu'elle enfila son manteau et attrapa son sac

Il s’était approché d’elle tandis qu’elle relevait ses cheveux pour en faire un chignon
qu'elle remontait ses cheveux en chignon ?

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Mar 5 Jan 2010 - 21:05

c'est remoi, l'écriteuse incohérente What a Face

—Maintenant il la fusillait du regard.
Pas de tiret, ce n'est pas du dialogue

La nuit fût agitée et remplie de cauchemars. Comme à chaque fois qu’elle faisait des cauchemars

Tout en parlant elle avait attrapé sa veste et son sac et fouraillait à l’intérieur
ça veut dire quoi ce mot ? c'est pas dans mon dictionnaire

Elle sortit à reculons de la cuisine tout en observant le pot qui ne bougeait plus. Elle observa longuement l’objet

La migraine revenait
C'est donc qu'elle avait disparue, tout du moins estompée. Précise le dans les paragraphes précédents.

Il caressa ses cheveux et posa son menton sur sa tête sans rien dire
sans un mot ?

—Avec un long soupir, elle se dégagea de l’étreinte si rassurante.
Pas de tiret puisque pas de dialogue

Un coup tu ne veux pas qu’on t’approche à moins de 100 mètres
cent mètres

doucement son sentiment de dégoût d’elle même revenait doucement la lanciner.

lui le souhaitait-il ?

Je trouve que la petite Eli est trèssssssssssss longue à se décider, là on tourne un peu en rond et on aimerait (enfin moi en tout cas) entrer dans le vif du sujet, à savoir les dons de télékinésie.

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Mer 6 Jan 2010 - 6:27

Holala ... (soupir desespéré) J'ai relu 3 fois avant de poster cette partie pour voir s'il n'y avait pas de répétition... Je dois avoir de la crotte dans les yeux ! Merci Kat, je vais modifier tout cela.

Quant à ta dernière remarque, ton voeux ne va tarder à être éxaucé mais je vais certainement faire de l'élagage dans les derniers passages.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 21 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum