commentaires sur : l'Elue

Page 20 sur 21 Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  nico4g le Mar 1 Juin 2010 - 1:05

Chapitre 1 - extrait 9 et fin du premier chapitre :

Valérie et Djamila enchaînèrent sur les prochaines soldes et Élisabeth écouta leur conversation d’une oreille distraite. Mais les regards moqueurs des garçons, les chuchotements des autres élèves autour d’eux revenaient sans cesse dans son esprit. Elle détestait être le centre d’intérêt. Soudain, un élève virguleen passant près de leur tablevirgule accrocha la carafe d’eau qui bascula dans le vide. Élisabeth virgulesans même tourner la tête virguletendit le bras et rattrapa le pichet avant qu’il ne s’écrase au sol. L’incident n’avait duré que quelques secondes j'enlèverai la fin de la phrase puisque tu as déjà mis "sans même tourner la tête"et la jeune fille avait son regard figé droit devant elle. Le pichet trônait maintenant sur la table et pas une goutte d’eau n'était tombéen’avait coulé. L’élève disparut en marmonnant quelques excuses tandis que les deux filles observaient leur amie d’un air ahuri. Pour une fois, Djamila ne disait rien, elle fixait son amie tentant vraisemblablement de trouver une explication logique à ce qu’elle venait de voir. Élisabeth regardait ce fameux pichet et ne paraissait pas comprendre. Dans sa tête, comme un film au ralenti, elle l'avait vuavait vu ce pichet s’écraser au sol. Et le bruit de verre brisé résonnait encore à ses oreillesLe bruit des éclats de verre brisés sur le carrelage du réfectoire, pas de virgulerésonnait encore. Elle savaitavait su ce qui allait se produire. point virgule; cette réflexion fut ponctuée par un long frisson qui lui parcourut le dos.Elle fut secouée par un long frisson. À l’autre bout de la salle quelqu'un d’autre l’observait attentivement pareil, j'enlèverais la suite, on s'en douteet n’avait rien raté de la scène.

Ce soir là, à la sortie du Lycée, elle marchait rapidement, pressée de rentrer chez elle lorsque Laurent l’interpella. Élisabeth n’avait pas ralentine ralentit pas, elle fuyait littéralement le lycée ; elle avait besoin d’être seule. Laurent finit par la rejoindre légèrement essoufflé.

— T’as vu un fantôme ou c’est moi que tu veux pas voir ?

Sans interrompre sa course pour autant, Élisabeth lui sourit.

— T’es bête. J’te fuis pas. Je suis pressée de rentrer voilà tout.

— Ah, j’y suis ! T’as peur de rater Les feux de l’Amour, hum...

— Tu m’as grillée !

Elle rit et aligna son pas sur celui plus modéré de son amidiminua le rythme de son pas. Tandis que Laurent lui rendait son sourire, elle eut l’étrange impression que son ami avait changé. Il avait l’air plus mature et elle le trouva aussi plus grand, moins vouté. Elle avait toujours apprécié le calme et la gentillesse du garçon. Ils se connaissaient depuis la maternelle et n’avaient jamais cessé de se voir. Cependant, à cet instant précis, elle le trouvait changé, comme si elle ne l’avait pas vu depuis plusieurs mois.

— Je ne t’ai pas vu à midi... En ce moment j’trouve qu’on se voit plus beaucoup. Enfin plus autant qu’avant...

Laurent semblait embarrassé et au fur et à mesure qu’il parlait le visage d’Élisabeth se fermait.

— J’étais avec les filles, comme d’hab. J’me cachais pas Caliméro !

— Mouais. Ok, drapeau blanc. J’voulais te demander un truc aussi...

« Nous y voilà. Que va-t-il bien me demander ? » Le malaise reprenait ses droits.

— Eh bien, samedi je voulais aller au cinéma et... enfin ... j’voulais savoir si tu voulais venir ? avec moi ? Tous les deux... au ciné...

Élisabeth ne répondit pas tout de suite. Elle fit mine de réfléchir cherchant un prétexte quelconque et surtout valable pour ne pas accepter l’invitation. Il lui sembla qu’il fallait mettre les choses au clair avant que leur amitié ne soit abîmée.

— Tu me dragues ou quoi Laurent ? s’amusa-t-elle.

— Oui, pourquoi pas ! Ça te gêne ?

— Évidemment que ça me gêne ! Tu es mon ami ! Celui avec lequel je faisais des châteaux de sable. Celui qui piquait mes coloriages pour gribouiller dessus ! Je suis Élie, Laurent ! Tu ne peux pas me draguer ! Désolée.

Au fur et à mesure qu’elle parlait, le sourire de Laurent s’effaçait. et le jeune homme ralentit jusqu'à s'arrêter, le regard penaud. Elisabeth stoppa sa marche, affichant un sourire contrit. Elle eut envie... Ils s’étaient arrêtés complètement. Laurent semblait perdu. Élisabeth eut de la peine pour lui. Elle eut envie soudain de lui prendre la main, mais elle s’interdit ce geste anodin : elle ne voulait pas lui donner de faux espoirs.

— Laurent, tu es mon ami, mon meilleur ami. Et j’aimerais que ça reste comme ça... toujours, dit-elle doucement.

Soudain Laurent releva la tête et afficha un sourire contrit.

— Tans pis pour moi je n’aurais qu’à inviter Djamila

— Pauvre de toi !

Ils riaient maintenant et en arrivant devant chez Élisabeth, Laurent finissait de singer son prof de maths, Monsieur Carvisse. Ils avaient retrouvé leur complicité. En guise de salut elle osa une bise sur sa joue. Elle regarda son ami s’éloigner avant de chercher ses clefs de maison dans son sac. C’est alors qu’elle se sentit observée par la fenêtre de la maison voisine. « Maintenant, pensa Élisabeth, je peux au moins lui donner un prénom : Éric ».

Elle rentra. un peu brute comme fin : elle rentra, le visage du jeune homme à l'esprit.

Sincèrement, une lecture... douce, on se laisse porter par l'histoire. Essaye de bien lier tes phrases car, parfois, j'ai une impression de coupure (je pense que tu essaies d'éviter les phrases à rallonge et les "et".)
avatar
nico4g
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 469
Age : 40
Localisation : GUADELOUPE
Emploi/loisirs : COMMERCIAL
Votre talent : Écriture
Points : 562
Date d'inscription : 13/01/2010

http://www.atramenta.net/authors/merci-nemascope/3981

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Mar 1 Juin 2010 - 9:51

Chapitre 1 - extrait 9 et fin du premier chapitre :

Valérie et Djamila enchaînèrent sur les prochaines soldes et Élisabeth écouta leur conversation d’une oreille distraite (Eli écouta d’une oreille distraire Valérie et Djamila discuter des prochaines soldes ?). Mais les regards moqueurs des garçons, les chuchotements des autres élèves autour d’eux (d’elles) revenaient sans cesse dans son esprit. Elle détestait être le centre d’intérêt. Soudain, un élève (virgule) en passant près de leur table (virgule) accrocha la carafe d’eau (la carafe d’eau posée sur leur table. Celle-ci bascula dans le vide ?) qui bascula dans le vide. Élisabeth sans même tourner (j'inverserais : Sans tourner la tête, Eli tendit le bras et…) la tête tendit le bras et rattrapa le pichet avant qu’il ne s’écrase au sol. L’incident n’avait duré que quelques secondes et la jeune fille avait son regard figé droit devant elle (je trouve cette phrase mal formulée). Le pichet trônait maintenant (à présent ou de nouveau ?) sur la table et pas une goutte d’eau n’avait coulé. L’élève disparut en marmonnant (bredouillant ?) quelques excuses tandis que les deux filles (les deux amies d’Eli parce que là on se demande qui sont les deux filles vu qu’elles sont trois) observaient leur amie d’un air ahuri. Pour une fois, Djamila ne disait rien (pour une fois Djamila ne trouva rien à dire ?), elle fixait son amie tentant (beaucoup de participe présent depuis le début) vraisemblablement de trouver une explication logique à ce qu’elle venait de voir. Élisabeth regardait ce fameux pichet et ne paraissait pas comprendre. Dans sa tête, comme un film au ralenti, elle avait vu ce pichet s’écraser au sol. Le bruit des éclats de verre brisés sur le carrelage du réfectoire, résonnait encore. Elle savait ce qui allait se produire. Elle fut secouée par un long frisson. À l’autre bout de la salle quelqu'un d’autre (d’autre est peut-être en trop, il me semble que dire quelqu’un l’observait attentivement suffit) l’observait attentivement et n’avait rien raté de la scène.

Ce soir là(soir-là) (cela dit, la fin des cours c’est plutôt fin d’après-midi) , à la sortie du Lycée, elle marchait rapidement, pressée de rentrer chez elle lorsque Laurent l’interpella. Élisabeth n’avait pas ralenti, elle fuyait littéralement le lycée ; elle avait besoin d’être seule. Laurent finit par la rejoindre légèrement essoufflé. (Eli ressentait le besoin irrépressible de fuir cet endroit. Au lieu de ralentir, elle accéléra le pas et Laurent dut courir pour la rejoindre.)
— T’as vu un fantôme ou c’est moi que tu veux pas voir ?

Sans interrompre sa course pour autant, Élisabeth lui sourit.

— T’es bête. J’te fuis pas. Je suis pressée de rentrer voilà tout.

— Ah, j’y suis ! T’as peur de rater Les feux de l’Amour, hum...

— Tu m’as grillée !

Elle rit et diminua (ralentit ?) le rythme de son pas. Tandis que Laurent lui rendait son sourire, elle eut l’étrange impression que son ami avait changé. Il avait l’air plus mature et elle le trouva aussi plus grand, moins vouté. Elle avait toujours apprécié le calme et la gentillesse du garçon. Ils se connaissaient depuis la maternelle et n’avaient jamais cessé de se voir (fréquenter ?). Cependant, à cet instant précis, elle le trouvait changé, comme si elle ne l’avait pas vu depuis plusieurs mois.

— Je ne t’ai pas vu à midi... En ce moment j’trouve qu’on se voit plus beaucoup. Enfin plus autant qu’avant...

Laurent semblait embarrassé et au fur et à mesure qu’il parlait le visage d’Élisabeth se fermait. (laurent semblait embarrassé. Au fur et à mesure qu’il parlait, il voyait le visage de son amie se fermer)
— J’étais avec les filles, comme d’hab. J’me cachais pas (virgule) Caliméro !

— Mouais. Ok, drapeau blanc. J’voulais te demander un truc aussi...

« Nous y voilà. Que va-t-il bien me demander ? » Le malaise reprenait ses droits.

— Eh bien, samedi je voulais aller au cinéma et... enfin ... j’voulais savoir si tu voulais venir ? avec moi ? Tous les deux... au ciné...

Élisabeth ne répondit pas tout de suite. Elle fit mine de réfléchir cherchant (encore un participe passé) un prétexte quelconque et surtout valable pour ne pas accepter (pour décliner son invitation ?) l’invitation. Il lui sembla qu’il fallait mettre les choses au clair avant que leur amitié ne soit abîmée.

— Tu me dragues ou quoi (virgule) Laurent ? s’amusa-t-elle. (c'est une impression ou tu me dragues ?)

— Oui, pourquoi pas ! Ça te gêne ? (c'est possible, pourquoi, ça te dérange ?)

— Évidemment que ça me gêne ! Tu es mon ami ! Celui avec lequel je faisais des châteaux de sable. Celui qui piquait mes coloriages pour gribouiller dessus ! Je suis Élie, Laurent ! Tu ne peux pas me draguer ! Désolée.

Au fur et à mesure qu’elle parlait, le sourire de Laurent s’effaçait. Ils s’étaient arrêtés complètement. Laurent semblait perdu. Élisabeth eut de la peine pour lui. Elle eut envie soudain de lui prendre la main, mais elle s’interdit ce geste anodin : elle ne voulait pas lui donner de faux espoirs.

— Laurent, tu es mon ami, mon meilleur ami. Et j’aimerais que ça reste comme ça... toujours, dit-elle doucement.

Soudain (ouh la, y’a bcp de soudain dans le texte, tu peux aussi utiliser brusquement) Laurent releva la tête et afficha un sourire (beaucoup de sourires aussi) contrit.

— Tans pis pour moi je n’aurais qu’à inviter Djamila

— Pauvre de toi !

Ils riaient maintenant et en arrivant devant chez Élisabeth, Laurent finissait de singer son prof de maths, Monsieur Carvisse (c’est pas monsieur Cravisse normalement ?). Ils avaient retrouvé leur complicité. En guise de salut elle osa une bise sur sa joue (elle se risqua à lui faire une bise sur la joue)(cela dit, elle vient de le jeter donc la bise est un peu mal venue si elle ne veut vraiment pas lui donner de faux espoir). Elle regarda son ami s’éloigner avant de chercher ses clefs de maison dans son sac. C’est alors qu’elle se sentit observée par la fenêtre de la maison voisine. « Maintenant, pensa Élisabeth, je peux au moins lui donner un prénom : Éric ».

Elle rentra. (elle rentra ? Comme ça, sans ajout… mouais) Elle poussa la porte et s’engouffra dans le couloir de sa maison bla bla…

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Mar 1 Juin 2010 - 20:13

Valérie et Djamila enchaînèrent sur les prochaines soldes et Élisabeth écouta leur conversation d’une oreille distraite.
Une virgule avant le deuxième « et »
les chuchotements des autres élèves autour d’eux
D’elles ? Tu veux dire autour des filles à leur table ?
et rattrapa le pichet avant qu’il ne s’écrase au sol
J’ai toujours du mal avec la forme « au sol ». Il me semble qu’un objet s’écrase sur le sol et non au sol.
Pour une fois, Djamila ne disait rien, elle fixait son amie tentant vraisemblablement de trouver une explication logique à ce qu’elle venait de voir.
Ta deuxième virgule n’est pas assez forte, il vaudrait mieux un point virgule ou un point.
Tentant vraisemblablement, ça fait un participe présent et un adverbe à rallonge côte à côte. Peut-être « sans doute »
Dans sa tête, comme un film au ralenti, elle avait vu ce pichet s’écraser au sol. Le bruit des éclats de verre brisés sur le carrelage du réfectoire, résonnait encore.
On a deux fois pichet et une fois de plus « au sol ». Peut-être que tu pourrais faire une seule phrase avec les deux. « Dans sa tête, comme un film au ralenti, elle avait vu l’objet se fracasser sur le carrelage du réfectoire. Le bruit des éclats de verre résonnait encore dans son esprit. »
Elle savait ce qui allait se produire. Elle fut secouée par un long frisson.
Que veut dire « elle savait ce qui allait se produire » ? Elle l’avait vu avant que le pichet soit bousculé par le garçon, ou est-ce relié à la phrase suivante « l’autre » qui l’observe et les conséquences qui peuvent découler de ce qu’il a vu ?
Ce soir là, à la sortie du Lycée, elle marchait rapidement, pressée de rentrer chez elle lorsque Laurent l’interpella. Élisabeth n’avait pas ralenti, elle fuyait littéralement le lycée ; elle avait besoin d’être seule. Laurent finit par la rejoindre légèrement essoufflé.
Ce soir-là (je dirais même en fin d’après-midi)
Il y a un problème de temps dans la deuxième phrase. Dans la première il y a un imparfait et un passé simple : ok (elle marchait – durée dans le temps – lorsque Laurent l’interpella – action immédiate). Donc Élisabeth ne ralentit pas – réponse immédiate à l’interpellation.
Sans interrompre sa course pour autant
Sa course c’est un peu beaucoup
— T’es bête. J’te fuis pas. Je suis pressée de rentrer voilà tout.
J’ai remarqué que tu contractais les mots pour les deux personnages. Peut-être que tu ne devrais le faire que pour un seul, histoire qu’on les différencie.
Dans ce dialogue, tu répètes le verbe fuir et le « pressé de rentrer ». Elle pourrait dire « Mais non ! Qu’est-ce que tu vas chercher ? J’ai quelque chose d’urgent à faire, c’est tout » Ce qui collerait d’ailleurs avec la réplique suivante. Enfin, c’est une idée comme une autre, hein ?
Elle rit et diminua le rythme de son pas. Tandis que Laurent lui rendait son sourire, elle eut l’étrange impression que son ami avait changé. Il avait l’air plus mature et elle le trouva aussi plus grand, moins vouté. Elle avait toujours apprécié le calme et la gentillesse du garçon. Ils se connaissaient depuis la maternelle et n’avaient jamais cessé de se voir. Cependant, à cet instant précis, elle le trouvait changé, comme si elle ne l’avait pas vu depuis plusieurs mois.
Je crois que tu peux améliorer ce passage. Plutôt que de diminuer son pas, elle pourrait le réduire, ce qui aurait pour effet de rendre son sourire à Laurent (qui est quand même en train de courir à côté d’elle).
Voûté
Il lui sembla qu’il fallait mettre les choses au clair avant que leur amitié ne soit abîmée.
Altérée plutôt qu’abîmée ?
Tans pis pour moi je n’aurais qu’à inviter Djamila
Aurai (futur)
je peux au moins lui donner un prénom : Éric ».
le point est à l’intérieur du guillemet
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Jeu 3 Juin 2010 - 10:44

Merci à vous trois.

Nico : je pense que j'ai repris TOUTES tes suggestions.

Kat : merci pour les répétitions ! j'avais même pas vu ... soupir ! tu es le meilleur détecteur de répet. que je connaisse.
Pour Carvisse ou Cravisse, je ne sais plus.... je pense que je vais me mettre aux fiches, comme Azul.

Azul : encore merci. J'ai également repris toutes tes suggestions et j'ai corrigé les erreurs de ponctuation
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  B. le Jeu 3 Juin 2010 - 11:40

kat a écrit:Wow, je te trouve un peu raide sur ce coup. Déjà je ne vois pas trop à quel endroit on a envie de rire dans ce prologue. Ensuite, si je suis désolée, quand on agonise on peut avoir le temps de dire quelque chose, tu dis toi-même que c'est une scène usée par les films, c'est donc qu'elle est crédible. Et faire du jamais vu, ça me parait impossible dans la mesure ou tout à été déjà fait dans l'écriture ou la cinématographie. Je crois donc que petite brise a le droit d'avoir son libre arbitre que la scène plaise ou non, elle a le droit de l'utiliser.
Me concernant, ton prologue me convient tout à fait petite brise.
hélas, ce n'est pas parce qu'un film use d'un procédé qu'il est crédible, au contraire.
Certes, tout a été maintes fois dit et écrit, mais tout le talent d'un auteur, justement, est de briser les clichés, d'aborder un sujet connu avec un oeil nouveau, une approche différente, une façon originale de prendre la problématique.
arwen a écrit:Kat, on a envie de rire parce que c'est utilisé jusqu'à plus soif dans les mauvais films et que ça n'a rien de crédible. Non seulement c'est pas crédible, mais en plus c'est usée comme méthode, pas original pour deux sous.
Et c'est dommage de commencer un récit par une vieille ficelle usée jusqu'à la trame. C'est tout.
En gardant l'idée de promesse, de meurtre, y'a moyen de trouver une situation moins cliché et donc plus intriguante... parce qu'un prologue qui part sur un cliché plus gros qu'une maison, ça augure mal de la suite ( que cela soit vrai ou pas, ça donne une mauvaise impression) c'est tout ce que je dis. C'est pas pour être désagréable. Je ne remets pas en cause l'idée de promesse, etc, juste la mise en scène.
Je suis exactement de cet avis. Et c'est à cause de cela que je n'ai pas poursuivi la lecture de L'Elue.

Ceci dit, et je me vois dans l'obligation de le répéter :
quand on poste un texte sur un forum, surtout sur ID, il faut s'attendre à avoir des commentaires CONSTRUCTIFS. C'est-à-dire pas forcément positifs envers le texte, mais qui sont donnés avec un regard autant que possible objectif, avant tout dans le but d'aider l'auteur, de le faire progresser, de mettre le doigt sur des défauts. Arwen n'est pas venue pour te vexer, mais bien pour donner un avis. Et je dois dire qu'il est fondé et que je le partage.
Maintenant, il faut savoir accepter les critiques et savoir se remettre en question, si on veut progresser. Et ce dans n'importe quel domaine, et précisément dans l'écriture.

Je vous dis au passage que ce sujet est désormais surveillé.

PS : je sais, je réagis trois jours en retard, comme d'habitude... Rolling Eyes Mais bon, je voulais aussi donner mon avis, voilà.


Dernière édition par Barbara le Jeu 3 Juin 2010 - 18:32, édité 3 fois

B.
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 4396
Votre talent : Écriture
Points : 4555
Date d'inscription : 23/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Gavroche le Jeu 3 Juin 2010 - 13:18

En même temps, je comprends la réaction de petite brise. c'est dur, de se faire dire qu'une scène entière, surement une scène qu'elle a pris plaisir à écrire, est à revoir entièrement.
Personnellement, il m'arrive de m'arcbouter sur un passage auquel je suis très attachée. Puis, avec le temps, au calme, très souvent je conviens que les gens ont raison.
C'a été le cas sur la scène de toilette dans les Yeux de Nouria. J'adorais ce que j'avais écrit... Sauf que beaucoup de gens m'ont dit "pas crédible". Je l'ai défendue cette scène pis finalement ben je l'ai réécrite. Parce qu'en effet, ça posait problème. et pourtant j'avais des gens à bien l'aimer cette scène aussi.
Mais ça fait partie du travail d'écriture. C'est surement ce qu'il y a de plus désagréable : tirer un trait sur des passages qu'on aime. J'en ai été longtemps incapable... mais on apprend à le faire.
Alors petite brise, je te suggère un petit défi. Tu gardes ton prologue, mais tu nous en écris un autre, juste par jeu, juste pour t'amuser. Y'a jamais une seule façon d'écrire une histoire, y'en a dix mille. trouves en une deuxième. Prends ça comme un exercice. Crois moi, c'est hyper formateur de faire ça.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  B. le Jeu 3 Juin 2010 - 13:24

Tu es la voix de la raison. Je n'aurais pas su mieux dire.
Et moi aussi, j'ai du mal à réécrire des passages de mes textes qui m'ont plu. Mais une fois le mur franchi, il faut bien reconnaître que la version retravaillée est toujours bien meilleure que la précédente.
Tenez, par exemple, je viens de recevoir par mail les avis d'un correcteur sur mon roman. J'hésite à aller y jeter un coup d'oeil, de peur de lire ses remarques ! pale
On passe tous par là.
Petitebrise, je t'encourage à faire l'exercice suggéré par Arwen. Wink

B.
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 4396
Votre talent : Écriture
Points : 4555
Date d'inscription : 23/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Ven 4 Juin 2010 - 5:51

arwen a écrit:Alors petite brise, je te suggère un petit défi. Tu gardes ton prologue, mais tu nous en écris un autre, juste par jeu, juste pour t'amuser. Y'a jamais une seule façon d'écrire une histoire, y'en a dix mille. trouves en une deuxième. Prends ça comme un exercice. Crois moi, c'est hyper formateur de faire ça.

Je te remercie Arwen ! tu sais trouver les mots. Je vais suivre ton conseil et écrire un autre prologue. Après tout...
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  POp' le Ven 4 Juin 2010 - 11:12

C'est parti Razz

(1er chapitre, 1er extrait)
petite brise a écrit:ses longs cheveux châtains dessinaient un contour en forme de fraise à son visage, ses yeux étaient d'un vert lumineux et sa bouche qu'elle (oubli d'un mot non? "Trouvait"?) trop grande à son goût,

J'ai lu jusqu'à l'extrait 5, et je viendrais rapidement lire la suite (:
Pour l'instant, je trouve l'écriture très fluide. Fait peut-être juste attention à certaines phrases un peu longues.
Pour l'histoire sinon, j'aime bien, tu plantes le décor pour l'instant. On commence bien à s'habituer à la situation de la jeune fille..
Je viendrais lire la suite (:

A pluch'
POp'
avatar
POp'
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 24
Age : 21
Localisation : Là-Bas.
Votre talent : Écriture
Points : 38
Date d'inscription : 30/05/2010

http://pop-l3a.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Ven 4 Juin 2010 - 11:24

[quote="POp'"]
petite brise a écrit:ses longs cheveux châtains dessinaient un contour en forme de fraise à son visage, ses yeux étaient d'un vert lumineux et sa bouche qu'elle (oubli d'un mot non? "Trouvait"?) trop grande à son goût,

ah bah voui !!! effectivement ! merci Pop's.

Merchich' et à plusch'
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 13:27

Chapitre 1 - extrait 2 :

Marie craignait que ne pas élever sa fille au sein d’une famille modèle, avec un père, des frères, des sœurs, des grands parents et tout le tralala des foyers traditionnels l’ait perturbée.
tralala c'est un vocabulaire trop familier à l'écrit.

Marie était persuadée qu’Élisabeth n’était pas épanouie et le caractère renfermé de sa fille n'aidait pas non plus Marie à se convaincre du contraire. Alors presque désespérément, elle cherchait mille moyens de réparer ce manque, ce vide. Pourtant, Élisabeth était loin d’être une enfant difficile, au contraire. Élève studieuse, d’une nature curieuse, elle prenait plaisir à apprendre, presqu'une nécessité, mais son manque de sociabilité avait inquiété Marie qui avait fait appel au service d’un psychologue, Alain MARTINEZ. Au bout de quatre séances, ce dernier avait rassuré la mère inquiète, encouragé l’enfant terrible et affirmé qu'il n'avait décelé aucun trouble psychologique.
Quatre lignes sur l'inquiétude d'une mère, un possible problème psy et une résolution de ce possible problème ? C'est vraiment très court.... Tu en restes à des généralités. illustre tes propos par des évènements précis qui auraient alerté la mère, par exemple...


En s’approchant de la maison, Élisabeth aperçut Marie derrière l’une des fenêtres de la maison. Elles vivaient là depuis toujours et la jeune fille adorait sa mère. Ce petit bout de femme, blonde comme les blés, sous ses airs extravertis, menait son monde à la baguette. Son caractère entier laissait des empreintes partout, surtout à l’hôpital dans le service de pédiatrie où elle exerçait son métier d’infirmière depuis plus de vingt ans. Elle s’y était forgée une réputation mêlant douceur et obstination.
Idem, illustre...
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Gavroche le Jeu 17 Juin 2010 - 9:47

coucou,

Chapitre 1 - extrait 4 :


Un maître d’Hôtel les accompagna au fond de la salle où elle découvrit avec stupeur tous ses plus proches amis :
J'aime pas le "avec stupeur". D'abord c'es tune image toute faite, très pauvre qui ne nous dit quasi rien de sa réaction au fond. Ensuite, tu n'expliques pas pourquoi cette réaction...


Laurent, Djamila et Valérie étaient autour d’une table présidée par Alain et la regardaient s'approcher, hilares, alors qu’elle s’acharnait à garder l'équilibre tant bien que mal.
Faut éviter l'emploi de être et avoir comme verbe. Trouve autre chose... Tu peux par exemple commencer par Alain présidait la tablée. Et ah, ta phrase est trop longue. Tu peux facilement la couper.


Soudain bousculée par un garçon, le contenu de son sac s'était déversé à ses pieds.
Ca t'a déjà été dit, je crois, mais vraiment la fille bousculée par le garçon, non, s'il te plait ! Fais pas ça ! Outre que je me demande comment en étant bousculée, sons ac peut s'ouvrir ( d'ailleurs c'est un sac à dos, un cartable, une besace ? elle le tient à la main, sur l'épaule ? Parce que là, tu vois tu donnes si peu de descriptions de la scène que je reste avec le cliché américain des séries pour ados : la jeune fille, ses cours dans les bras qui lui échappent...)
Vraiment trouve autre chose pour décrire qu'elle est déboussolée la fille ( dans un lycée, y'a quand même 36 000 autres manières de pas être à l'aise, non ? se paumer dans les couloirs, etre pas douée au self, fumer dans les toilettes ( ah non, maintenant le slycéens fument devant le bahut, c'est vrai ! ) que sais-je ? Et décris ! Décris ! C'est ton principal défaut, je crois. Tu as une écriture agréable globalement. elle est juste trop sèche. j'ai vu que tu avais fait des corrections en suivant un peu les indications que je t'avais donnée sur l'extrait précédent. C'est mieux, mais c'est encore trop sec. Tu vois le coup des 36 discussions, etc, c'est une bonne idée ( à part le chiffre 36, où on se demande si c'est le cliché ou le nombre exacts) mais développe. Pourquoi elle connait ces chiffres ? elle les compte ? Tiens, c'est bizarre ! C'est une obsession ? D'où ça vient, depuis quand ?
Tu comprends ce que je veux dire ? Donner du corps à tout ça. T'en es capable, tu écris très bien. Là c'est plus histoire de quitter un récit raconté de façon un peu scolaire (machin fait ci, ça et ça et puis il arrive ça) et d'écrire un véritable roman avec des personnages bien campés. C'est pas grand chose...
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Gavroche le Jeu 17 Juin 2010 - 9:59

Chapitre 1 - extrait 5 :


C’était amusant de voir les autres se tortiller sur leur chaise, réfléchir à chaque parole, choisir consciencieusement leurs mots, leur posture.
Encore une fois évite d'utiliser être comme verbe. là, tu pouvais démarrer directement :" elle s'amusait de voir..."

Voilà l’effet que produisait Alain en général ;
Très maladroit. Tu utilises la voix passive, qui est la plupart du temps à bennir dans un récit. Passe à la voix active, que diable ! C'est Alin le sujet central donc, par exemple "Alain produisait souvent cette réaction"


C’était peut-être la raison pour laquelle ils s’entendaient bien tous les deux ; elle restait naturelle en toute circonstance, pas de faux semblants. Depuis presque deux ans, Élisabeth et lui se voyaient quasiment toutes les semaines. Elle avait de suite apprécié, son humour, sa culture, sa perspicacité devant le mur de froideur derrière lequel elle se cachait. Il lui avait fallu deux séances pour la percer à jour et s’attacher à cette jeune fille. Les séances s'étaient transformées en longues conversations. D'une nature curieuse, elle s’intéressait à tout et lisait énormément. Lorsqu’il avait déclaré qu’elle n’avait pas besoin d’être suivie, il n’avait pu se résoudre à ne plus la voir. Cette tendresse innée, ce besoin de la protéger, Alain ne se l'expliquait pas lui-même. Il lui avait demandé si parfois elle accepterait de partager son repas du midi pour discuter de littérature, sujet qui les passionnait tous les deux.
Alors là, j'accroche. comment ça se fait que son psy soit là, au restaurant ? C'est le genre de choses qu'un bon professionnel refuserait. C'est une rupture de sa déontologie... Si ça justifie, faut que tu nous l'expliques et que tu ne l'évacues pas en deux lignes !



— Le serveur est plutôt joli garçon ! s’esclaffa soudain Djamila pour combler le silence gêné. Elle se reprit aussitôt, toute rouge devant le regard interrogateur d’Alain. Enfin, je veux dire… jeune… non ? enfin pour un serveur, hoqueta-t-elle mal à l’aise.
Ah, y'avait un silence ? On ne s'en rend pas compte parce que tu es dans la description et que tu ne parles pas du tout de ça, plus haut...


En voici une à qui Élisabeth réservait la palme de l’impertinence.
Pas joli du tout le "en voici une" Je verrais plus un truc du genre :
"Elisabeth réservait la palme de l'impertinence à cette jeune fille..."

Elle n’avait jamais bien compris pourquoi elles étaient devenues amies. Elles étaient si différentes. Peut-être le fait d’avoir perdu leur père l’une comme l’autre les avait rapprochées dès la maternelle. C’était la seule chose qu’elles avaient en commun et même si Élisabeth lui trouvait des défauts qu’elle ne supportait pas chez les autres, cette métisse, issue d’un père africain et d’une mère française, restait son amie. Ses bavardages incessants et souvent futiles n'en demeuraient pas moins une dose de bonne humeur pour Élisabeth à chaque fois qu'elles se rencontraient.
Encore beaucoup de verbes être... fais gaffe.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Gavroche le Jeu 17 Juin 2010 - 10:19

Chapitre 1 - extrait 6 :



En s'allongeant sur son lit, la jeune fille attrapa le cadre qui trônait sur sa table de nuit.
La jeune fille s'allongea et attrapa le cadre...


Sur la photo, Élisabeth, alors âgée de trois ans, était perchée sur les genoux de sa mère et tendait les bras vers le photographe.
pause ! Elisabeth c'est elle, non ? Donc, dis "elle", on comprendra. On suit toujours son point de vue, si tu mets son prénom ici, on a l'impression de parler d 'un autre personnage.

Marie arborait un sourire éclatant.
ultrabright ? l'adjectif ne nous renseigne en rien là...


Elle se redressa pour éteindre sa lampe mais découvrit avec horreur que les murs de sa chambre avaient disparus.
Le "avec horreur", ça ne le fait pas du tout. Il faut montrer et ne pas dire. C'est le secret pour exprimer les sentiments de tes personnages. Donc pose toi la question : que ressent-elle à cause de cette horreur, ça se manifeste comment ? Les mains moites, la bouche sèche, la chair de poule, envie de faire caca, de vomir ? Et décris tout ça.


L'angoisse la paralysa entièrement et l'empêcha même de hurler.
inutile le entièrement et maladroit le empêcha même de hurler.


Quand enfin elle parvint à surmonter sa terreur, elle se retourna, persuadée qu'un monstre était tapi derrière elle. Au même moment, les murs volèrent en éclats comme pulvérisés par une formidable pression. Terrorisée, les mains sur la tête pour se protéger, Élisabeth attendit que le calme revienne avant d'oser se redresser.
Terreur, terrorisée...

Cette fois, la pièce était perdue dans un univers sans étoiles.
Inutile le "cette fois".

Une ombre grandissait et avançait, doucement, rongeant le plancher puis le reste du mur pour gagner son lit. La marée noire rampait vers la jeune fille, toujours tétanisée par la peur.
On le saura qu'elle a peur ! Inutile de le repréciser.

Et comme l'ombre était prête à l'engloutir, la sonnerie du téléphone libéra Élisabeth de l'horrible vision.
mouais horrible vision, c'est comme sourire éclatant. Ça ne nous dit rien.

Elle se réveilla en sueur, haletante, la peur encore au ventre.
on sait qu'elle a peur ! Ne te sens pas obligée de le préciser à chaque paragraphe comme si tu craignais qu'on l'oublie !


et c'était l'une des raisons pour laquelle sa mère avait décidé de l'envoyer voir un psy.
Décidément tu aimes ce genre de tournure passive ( c'est normal, on a tous fait ça au début) Eradique les ! Passe à la voix active. "Sa mère l'envoyait voir un psy à cause de ces cauchemars", par exemple


Lorsqu'elle était petite, ces cauchemars la réveillaient régulièrement. Bien des fois, Marie avait tenté de calmer les sanglots et tremblements de sa fille. Puis en grandissant, la jeune fille avait décidé de les lui cacher pour éviter que sa mère ne s'inquiète inutilement

Bien des fois ? Parce que parfois, elle ne le faisait pas ? Drole de mère... et si c'est le cas faut expliquer.

Lorsque la jeune fille entra dans la cuisine, Marie raccrochait et lui adressa un grand sourire.

— Bonjour ma chérie. Comment vas-tu aujourd’hui ?

Sans attendre de réponse elle poursuivit.

— Je crois que nous avons de nouveaux voisins.

Tout en parlant, elle se dirigea vers la fenêtre et tira le rideau pour regarder dehors.

— Ils sont arrivés ce matin. Je ne savais pas qu’ils avaient réussi à vendre la maison de Madame Mailler.
Dialogues inutiles sous cette forme. En deux phrases, en style indirect, tu donnerais les mêmes informations. Il faut réserver les dialogues à ce qui est vraiment utile, pas aux discussions banales.

Pas mal de maladresses dans ce passage, mais rien de méchant. Par contre, j'ai beaucoup de mal avec l'intrusion brutales du fantastique. J'aime quand il apparait peu à peu. Là, en fait, on n'y croit pas quand ça arrive. Tu parviens à rattraper un tout petit peu ça avec ta description de la chambre qui se transforme et qui est plutôt pas mal, malgré les maladresses. Mais, tu vas trop vite à mon gout, encore une fois. Ça mériterait de prendre plus ton temps pour amener cet élément.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Jeu 17 Juin 2010 - 18:01

Je te remercie Arwen; je vais (re)travailler le premier chapitre en tenant compte de tes remarques et m'appliquer pour éviter les phrases passives...
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Itzpapalotl le Dim 20 Juin 2010 - 10:55

Je n'avais pas vu que tu avais autant posté, zut, va falloir que je m'y colle quand j'aurai un peu plus de temps.
Sinon, petite question un peu hors sujet mais qui cela m'a intriguée, qu'est-ce qu'un sujet surveillé par un admin? Ca veut dire quoi?

__________________________________
No matter what we do, at the end of the day... life is too short.
http://valamaldoran.wordpress.com
avatar
Itzpapalotl
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Nombre de messages : 389
Votre talent : Écriture
Points : 401
Date d'inscription : 08/03/2010

http://valamaldoran.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Dim 20 Juin 2010 - 14:25

Itzpapalotl a écrit:Sinon, petite question un peu hors sujet mais qui cela m'a intriguée, qu'est-ce qu'un sujet surveillé par un admin? Ca veut dire quoi?

c'est une menace ! genre, j'ai fait quelque chose de mal (j'ai répondu à une remarque ! oh my god !) et si je continue à dépasser les bornes, je serais impitoyablement guillotinée.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Laumie le Dim 20 Juin 2010 - 15:12

petitebrise a écrit:
Itzpapalotl a écrit:Sinon, petite question un peu hors sujet mais qui cela m'a intriguée, qu'est-ce qu'un sujet surveillé par un admin? Ca veut dire quoi?

c'est une menace ! genre, j'ai fait quelque chose de mal (j'ai répondu à une remarque ! oh my god !) et si je continue à dépasser les bornes, je serais impitoyablement guillotinée.

Sans exagérer, c'est un sujet où il y a eu des discussions un peu vives et que les admins ne veulent pas voir partir en live.
avatar
Laumie
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 6329
Age : 32
Localisation : Landes
Emploi/loisirs : PC, Lecture, Vélo, Voiture, Balades, Lèche-vitrine, délires ...
Votre talent : Aucun
Points : 6448
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Dim 20 Juin 2010 - 16:00

Laumie a écrit:
Sans exagérer, c'est un sujet où il y a eu des discussions un peu vives et que les admins ne veulent pas voir partir en live.

Tu trouves ma réaction exagerée Laumie ? Autant que moi par cette remarque ! qu'est ce qui vous permet de penser que le sujet partait en live ? Concrétement. Il y a des sujets où c'est parti en live justement et pourtant...

enfin bref, je n'aurais de toute façon pas raison ! Parfois vous êtes EXTREMEMENT OBTUS. Quoi que je dis-je, je serais la méchante qui n'accepte pas les remarques. N'est ce pas ? (c'est couru d'avance!)
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  EvaDevilleroy le Mar 22 Juin 2010 - 15:45

Bonjour,

Je me suis permise de réécrire le prologue.
De manière générale, tu devrais peut-être faire des chapitres plus courts. Certains ne font que quelques mots et sont pourtant très intenses.
Si je puis me permettre, je trouve également que tu mets peut être trop de détails peut être pas tout à fait utiles.
Il faut avant tout que le lecteur puisse le lire d'une traite sans accoup.
Je te donne ma technique : je lis tout haut mon texte, et je sens tout de suite si c'est fluide. Si je soupire ou je bloque c'est que je n'ai pas assez allégée ou que je n'ai pas mis les liens suffisants pour que les idées s'enchainent agréablement.
De plus je trouve qu'à chaque conversation, placer les "dit-il", "souffle-t-il" etc.. au milieu de la phrase est plus agréable a lire sinon on a vient vite à une conversation du genre :
oui, répond-til.
Pourquoi ? questionna-t-elle.
Ben parceque, répondit-il.
Bon d'accord je caricature, c'est pas du tout ce que tu as écris, mais c'est pour te donner l'idée...
Sinon tu peux peut-être donner des synonymes pour Sarhia, genre le vieil homme (je ne sais pas trop son âge) ou le professeur (je ne sais pas sa profession, à toi d'adapter)

Alors je te laisse découvrir les changements que j'ai apportés (c'est plus facile à lire je trouve qu'avec toutes ses couleurs, enfin c'est mon point de vue Very Happy ) :

Sarhia s'écroula. Sa canne tomba dans un bruit métallique sur le sol du laboratoire.
Devant sa table de travail, la photo d’une fillette était agrafée sur le mur. Agée d'à peine deux ans, elle se tenait assise sur les genoux d'une jeune femme blonde et toutes deux regardaient l'objectif en riant.
Sentant sa fin proche, Sarhia tendit ses muscles à l’extrême et réussit à relever la tête vers la photo. C'était le visage de l'enfant qu'il voulait voir avant de partir. Malgré la douleur qui le tenaillait, il leur sourit une dernière fois.
Des bruits de pas résonnèrent derrière lui. C’était Merhia, son ami, qui se précipitait pour l'aider.
Les deux hommes se ressemblaient à tel point qu’on aurait pu les prendre pour des frères. Aussi grand l’un que l’autre, ils étaient pourvus d’une abondante chevelure blonde quasi identique. Seuls la maigreur et le teint pâle dus à la maladie de Sarhia les différenciaient. Derrière eux, quelques individus en blouse blanche s'étaient regroupés en cercle, scrutant avec angoisse le visage tordu par la douleur de celui qui était leur guide, leur chef.
Qu’adviendrait-il de leurs recherches, de leurs expériences si lui, le principal moteur de ce laboratoire, venait à disparaître ?
Chacune des personnes présentes savait pertinemment que ce moment était inévitable, et pourtant, tous avaient espéré un miracle, une rémission.
— Non, mon ami, souffla Sarhia. C’est inutile... C'est la fin cette fois.
Il plongea son regard bleu dans celui de Merhia accroupi à ses côtés. Ce dernier lui soutenait la tête presque avec tendresse.
— Tu ne dois pas renoncer !
— Je vous quitte... avant d'avoir trouvé la solution... N'abandonnez pas les recherches.
Il retint un cri tant la douleur devenait insupportable.
— Sans toi, nous n'avons aucune chance !
— Merhia, lâcha-t-il entre ses dents serrées. Tu ne dois pas céder au désespoir... Ils comptent sur toi maintenant.
Il respira profondément avant de murmurer à l'oreille de son ami :
— Promets-moi encore une fois de veiller sur elles... et... n'oublie pas ta promesse.
Merhia hocha tristement la tête, la gorge trop nouée pour prononcer une parole. Des larmes brillaient dans ses yeux. Il tenait son ami dans ses bras quand celui-ci, le regard toujours rivé sur la photo, rendit son dernier souffle.

Merhia perçut alors une voix dans sa tête qui murmurait : "Elisabeth."


La dernière phrase est très bien sur une ligne, là c'est intense.
J'aurai même mis quelques chose comme :

Merhia perçut alors une voix dans sa tête.
Légère comme un souffle, elle murmurait : "Elisabeth."


Je lirais les autres chapitres après, mais c'est déjà plein de promesses Very Happy
avatar
EvaDevilleroy
Talent Habitué
Talent Habitué

Féminin Nombre de messages : 160
Localisation : France, 92
Votre talent : Écriture
Points : 179
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  B. le Mar 22 Juin 2010 - 16:42

petitebrise a écrit:
Laumie a écrit:
Sans exagérer, c'est un sujet où il y a eu des discussions un peu vives et que les admins ne veulent pas voir partir en live.

Tu trouves ma réaction exagerée Laumie ? Autant que moi par cette remarque ! qu'est ce qui vous permet de penser que le sujet partait en live ? Concrétement. Il y a des sujets où c'est parti en live justement et pourtant...

enfin bref, je n'aurais de toute façon pas raison ! Parfois vous êtes EXTREMEMENT OBTUS. Quoi que je dis-je, je serais la méchante qui n'accepte pas les remarques. N'est ce pas ? (c'est couru d'avance!)
C'est ce genre de réaction épidermique qui fait qu'un sujet "part en live" : quand on met des phrases en gras ou qu'on écrit en majuscule pour appuyer ses propos.
Maintenant, reconcentre-toi sur ton roman.
Et si tu acceptais les remarques, tu ne jetterais pas de nouveau de l'huile sur le feu
Mais bon, il y a des gens qui se sentent mal aimés quoi qu'on leur dise. Rolling Eyes
Et tu vois, j'avais enlevé la surveillance de ton sujet, et j'ai raté tes dernières remarques depuis le 20 juin. Comme quoi, tu as besoin d'une surveillance, ma belle.

B.
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 4396
Votre talent : Écriture
Points : 4555
Date d'inscription : 23/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  EvaDevilleroy le Mar 22 Juin 2010 - 16:43

Chapitre 1 extrait 1

Et bien Re, je trouve que tu devrais faire des chapitres plus courts, cela dynamise la lecture.
De plus tu devrais utiliser plus de "lien" entre les idées, il existe toute une gamme de mots genre "cependant" "lorsque" "tandis que" qui permettent de relier les idées entre elle, et proposer une cohérence, genre action, réaction ; cause, conséquence, et cela rassure le lecteur.
J'aime beaucoup la fraicheur qui émane de ton récit, la forme de coeur du visage mais attention à ne pas paraitre un peu naif quand tu parles "du soleil qui joue à chien et chat" .
Un dernier commentaire avant de te laisser lire ma correction, je trouve que tu devrais mettre un peu plus de poésie, genre "le soleil pâle", les romans fantastiques sont en général assez poétiques. J'entendais Katherine Pancol l'autre jour qui a pris des cours d'écriture et qui disait qu'il faut décrire pas écrire. Genre au lieu de dire "il neige", tu dis que "les voitures laissent des sillons dans la neige". Tu vois ?

Assis dans la voiture luxueuse aux vitres fumées, le vieil homme observait depuis un moment la jeune fille qui marchait sur le trottoir, tête légèrement inclinée.
Attendri, il sourit. Cette adolescente au corps élancé lui semblait si fragile et pourtant...
Il laissa échapper un long soupir tandis que son regard bleu acier se posait sur la canne ornée d’une tête de tigre dorée.
"Mon ami, pensa-t-il, je ferai le maximum pour tenir ma promesse".
Il savait que le moment était venu pour eux de réapparaître dans la vie d'Élisabeth car elle ne tarderait pas à montrer les premiers signes. Personne n'y pouvait plus rien. Il ferait toutefois le nécessaire pour la préserver.
Déterminé, il tapa sur le dossier du conducteur et la voiture démarra lentement.

Nous étions à la mi-septembre et le soleil pâle s’amusait à se cacher derrière les nuages.
Élisabeth passa devant une boutique et observa un instant son reflet dans la vitrine. Ses longs cheveux châtains dessinaient un contour en forme de fraise à son visage, ses yeux étaient d'un vert lumineux et sa bouche, qu'elle trouvait trop grande à son goût, découvrait de petites dents blanches. Un ensemble que beaucoup trouvait harmonieux, même si elle se considérait comme "juste pas moche".
Après le lycée, elle se rendait habituellement à la bibliothèque, mais ce soir elle rentrerait directement chez elle.
Elle vivait avec sa mère Marie dans une petite maison située à six cent mètres du lycée. Cette dernière lui avait demandé de ne pas rentrer tard et la jeune fille se doutait qu’une surprise l’attendait car sa mère lui en faisait régulièrement.
Au souvenir de la dernière « surprise », Élisabeth grimaça.
Un dimanche matin, aux aurores, Marie avait débarqué dans sa chambre, l’avait sortie du lit sans ménagement et poussée littéralement dans la voiture. Au bout d’une heure, la jeune fille encore endormie avait découvert avec effarement un parc d’attractions. Super ! Elle qui vomissait dès qu’elle avait les yeux bandés ! Une idée saugrenue de plus à ajouter au palmarès de sa mère.


avatar
EvaDevilleroy
Talent Habitué
Talent Habitué

Féminin Nombre de messages : 160
Localisation : France, 92
Votre talent : Écriture
Points : 179
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Mar 22 Juin 2010 - 17:01


Il faudrait aussi savoir si je modère toujours cette partie, et enlever mon pseudo si ce n'est pas le cas.

Alors je te laisse découvrir les changements que j'ai apportés (c'est plus facile à lire je trouve qu'avec toutes ses couleurs, enfin c'est mon point de vue
EvaDevilleroy, juste une remarque qui n'est que mon avis. Je trouve tes commentaires fort intéressants, mais je ne suis pas persuadée qu'une réécriture soit pertinente pour l'auteur. En général, ce sont les commentaires justement qui aide l'auteur à modifier son texte, en soulignant les faiblesses, les incohérences, etc. Tu as peut-être l'habitude de procéder ainsi ?
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  B. le Mar 22 Juin 2010 - 17:13

Il faudrait aussi savoir si je modère toujours cette partie, et enlever mon pseudo si ce n'est pas le cas.
Faudra voir ça avec Pacô. Wink


EvaDevilleroy, je trouve, comme Azul, qu'une réécriture d'un texte n'est pas ce qui aide le mieux un auteur à progresser... Wink

B.
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 4396
Votre talent : Écriture
Points : 4555
Date d'inscription : 23/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Mar 22 Juin 2010 - 19:44

EvaDevilleroy a écrit:
J'aime beaucoup la fraicheur qui émane de ton récit, la forme de coeur du visage mais attention à ne pas paraitre un peu naif quand tu parles "du soleil qui joue à chien et chat" .Un dernier commentaire avant de te laisser lire ma correction, je trouve que tu devrais mettre un peu plus de poésie, genre "le soleil pâle", les romans fantastiques sont en général assez poétiques. J'entendais Katherine Pancol l'autre jour qui a pris des cours d'écriture et qui disait qu'il faut décrire pas écrire. Genre au lieu de dire "il neige", tu dis que "les voitures laissent des sillons dans la neige". Tu vois ?

Merci Eva ! je trouve tes commentaires très frais et je vais essayer de suivre tes conseils notamment pour intégrer de la poésie dans mes descriptions. Pourquoi pas ?
sincèrement, merci pour ton intêret et le temps que tu as passé.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 20 sur 21 Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum