commentaires sur : l'Elue

Page 3 sur 21 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 12 ... 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  MrSonge le Dim 13 Déc 2009 - 12:41

Heu... oui mais je connais mon Douanier Rousseau, hein. Quand je dis que je n'aime pas, c'est que j'ai un peu plus creusé que l'article de Wiki !! xD
D'ailleurs non, Baudelaire a lui-même avoué que s'il était peintre, il tenterait d'égaler soit Delacroix, soit Daumier, soit Ingres. Tout sauf du naïf, donc. ^^
Pour moi, le style naïf est juste ennuyeux, chaque fois que je vois du Douanier Rousseau, j'ai envie de lui crier post mortem que la perspective, ce n'est pas pour les chiens. Wink

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Dim 13 Déc 2009 - 12:52

Ouvre ton esprit...
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  MrSonge le Dim 13 Déc 2009 - 12:55

Ce n'est pas un problème d'ouverture. Je connais le style naïf, je n'y suis pas fermé. Je n'aime pas, c'est tout. Comme certains n'aiment pas Cézanne ou Picasso, les surréalistes ou les impressionistes, moi je n'aime pas les peintres naïfs, tout simplement. ^^

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Dim 13 Déc 2009 - 13:05

crotte ! tu es buté comme une mûle.

http://fineart.elib.com/fineart.php?showpic=1&prev=Alphabetical&dir=Alphabetical%2FRousseau_Henri&name=Alphabetical%2FRousseau_Henri%2Frousseau_surprise.jpg&srow=1
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Dim 13 Déc 2009 - 13:14

Ah cha ché vrai cha qu'elle dit la mère Denis !

Mister Songe, un jour, il te faudra apprendre à écouter ce que l'autre te dit au lieu d'étaler ta science comme si elle venait de toi. Tu manques de souplesse d'esprit mon gars Wink
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  MrSonge le Dim 13 Déc 2009 - 13:44

Mais vous y tenez, mon Dieu ! Je vous dis que je n'aime pas le Douanier Rousseau, c'est mon droit non ? xD
Est-ce que j'oblige Azul à aimer Proust ? Non. De quel droit tenez-vous à considérer que le fait que je n'aime pas la peinture naïve soit une forme de fermeture d'esprit.
Si la souplesse d'esprit ça consiste à tout aimer, eh bien, non, je ne suis pas souple d'esprit.

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Dim 13 Déc 2009 - 14:05

En même temps, ce n'est pas parce que j'aime pas le chocolat blanc que je suis fermé d'esprit.

Pour une fois Mr Songe a fait preuve de retenue \o/.
Mais personne n'a qualifié l'art naïf de sous-genre: moi non plus je ne l'apprécie pas pour les raisons mentionnées plus haut. Mais ce n'est pas pour autant que je dénigre ceux qui l'aiment Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Sam 19 Déc 2009 - 19:04

Bon alors, où t'en es ma p'tite brisette, parce que dans la partie "vos écrits", je ne vois rien qui change. Y'a juste quelques morceaux réécrits dans les commentaires. On s'y met ou pas ?
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Sam 19 Déc 2009 - 19:31

Tu plaisantes ! j'ai remis la suite. J'attends sagement vos commentaires : veux pas être lourde surtout que ça peut vite se transformer en synécure mes corrections ! me fait plutot discrète
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Sam 19 Déc 2009 - 19:46

J'ai bien vu que tu avais mis la suite, c'est juste que je n'aime pas poursuivre en laissant de l'inachevé derrière moi. Mon perfectionnisme me perdra, d'autant plus que je n'atteints jamais mon but, forcément.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Sam 19 Déc 2009 - 19:52

??Il faut que je change encore le 1er chapitre ? ben oui, mais quoi alors ? Shocked
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Sam 19 Déc 2009 - 20:05

Berdel, j'va t'montrer !
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Sam 19 Déc 2009 - 20:16

J'voulais point t'agacer... lol ! surtout que je te rappelle que tu as BEAUCOUP de choses à faire de ton côté il me semble !!! (hum, hum...). il y a un escalier qui attend d'être lustré. Very Happy
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Sam 19 Déc 2009 - 20:40

il y a un escalier qui attend d'être lust
Il attend surtout d'être monté Very Happy Sans jeu de mots, bien entendu. Le "montage" est au prochain épisode. chizz
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Sam 19 Déc 2009 - 20:48

azul a écrit:Il attend surtout d'être monté Very Happy Sans jeu de mots, bien entendu. Le "montage" est au prochain épisode. chizz

Ouch ! j'en suis toute émoustillée ! allez allez ! j'me répète, mais au boulot !
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Sam 19 Déc 2009 - 21:02

salut

J'ai lu ton 1er chapitre. L'histoire est agréable à lire, je te dresse ici ce que j'ai relevé.

On était à la mi septembre et le soleil jouait au chat et à la souris avec les nuages. Elle passa devant une boutique et pendant un instant s’observa dans le reflet de la vitrine ; ses longs cheveux châtains formaient un barrage autour de son visage en forme de fraise ; ses yeux qu’elles trouvaient trop allongés, sa bouche trop grande qui découvrait de petites dents blanches. Un ensemble qui semblait plaire à beaucoup de personnes sauf à elle. Bien entendu, elle ne se trouvait pas jolie. "Juste pas moche !"
j'ai un peu de mal à imaginer un visage en forme de fraise sans voir vraiment une fraise dans ma tête Surprised . L'image pour moi n'est pas très flatteuse.
Ses yeux qu'elles trouvaient : mais c'est Elisabeth qui trouve donc pas de pluriel.

Elle reprit son chemin. Après le lycée en général elle aimait bien se rendre à la bibliothèque, mais ce soir elle rentrerait chez elle directement. Sa mère, Marie, avec qui elle vivait lui avait promis une surprise. Ce n’était pas pour son anniversaire ; elle n’aurait dix sept ans que dans quelques mois mais sa mère lui faisait régulièrement des petits cadeaux. Elle disait que c’était pour la remercier de son travail au lycée. Elisabeth avait toujours été une élève studieuse, d’une nature curieuse elle prenait plaisir à apprendre, c'était chez elle un besoin, presqu'une nécessité. Cette passion pour les études, le manque de sociabilité de sa fille avaient inquiété Marie qui s'était alors tournée vers un psychologue. Au bout de deux séances, ce dernier avait rassuré la mère inquiète, encouragé l’enfant terrible et affirmé que rien ne clochait chez Elisabeth. Il avait affirmé qu’il n’avait plus besoin de la suivre mais pourtant ils continuaient de se voir. Le psychologue était devenu son ami, presqu’un confident… Et puis ce n’était pas vrai, Elisabeth avait des amis, pas beaucoup c’est vrai, mais ils lui étaient tous chers, à commencer par Laurent, l’ami de toujours qui avait partagé son bac à sable, l’intrépide Djamila qui l’appelait dès qu’elle tombait amoureuse et Valérie plus timide encore qu’Elisabeth qui cachait ses boutons derrière une frange d’épais cheveux noirs. Voila le cercle restreint d’amis qu’elle avait.
Je trouve qu'il y a énormément (trop) de Elle dans le texte pour désigner Elisabeth.
j'ai souligné la dernière phrase pour te signaler sa longueur... un peu trop je trouve.

Un maître d’Hôtel les accompagna au fond de la salle où elle découvrit avec stupeur Laurent, Djamila et Valérie assis autour d’une table présidée par Alain. Hilares, ils la regardaient s’approcher alors qu’elle s’acharnait à tenir debout tant bien que mal. Elisabeth lança un regard noir à sa mère.
J'ai pourtant lu depuis le début et je n'arrive pas à comprendre qui est Alain !!

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Sam 19 Déc 2009 - 21:06

Lol, décidément, ce pauvre Alain est un inconnu pour tout le monde. Va falloir voir à arranger ça.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Sam 19 Déc 2009 - 21:41

Oui, certes, certes, j'ai un léger problème avec Alain. C'est mon inconnu !lol! Effectivement après maintes corrections j'ai dû supprimer un passage où j'expliquais un peu (lol) en lourdeur (d'où l'abbolition de ce passage) qui était Alain. Du coup on savait plus ! bon, j'ai rectifié.

Merci pour ces nouvelles corrections.

Pour le visage en forme de fraise, j'y tiens assez en fait. Cette image m'inspire un petit visage lutin.

Quant aux "elle", crotte, c'est pas la première fois qu'on me le dit mais je parviens pas à faire autrement.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Sam 19 Déc 2009 - 21:56

Pour les Elles, tu peux peut être jouer sur Elle, Elisabeth, la jeune fille en les alternant, ou trouver des mots pour simplifier les phrases. (ouais je sais, facile à dire...)

mais ce soir elle rentrerait chez elle directement
Mais ce soir, elle rentrerait directement à la maison.

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Sam 19 Déc 2009 - 22:24

Merci Kat : correction effectuée ! rapide hein ?
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Sam 19 Déc 2009 - 22:38

Ok ! On dit que tu as corrigé ce passage du premier chapitre. On dit aussi que je n’en suis pas du tout certaine, et que je n’ai que ma parole pour le prouver mouahah ! é_é

Bon, le chapitre commence bien, d’autres te l’ont dit. Si je me souviens bien, il va falloir un certain temps avant d’entendre parler de nouveau du vieux monsieur. Il faut que tu fasses quelque chose pour ce brave Alain, parce que s’il y a un personnage « cheveu sur la soupe » c’est bien lui. Sa relation avec Eli n’est pas claire du tout, et surtout peu professionnelle. La description de l’héroïne est aussi à revoir. Ce sont, je pense, les deux points marquants à retravailler.
Le reste est dans le texte, ce qui veut dire qu’il ne te reste plus qu’à te mettre au taf. Si tu rectifies tout ça, on y verra plus clair (ce qui veut dire que je n’en ai pas fini avec toi, mais tu l’auras compris^^).

Suggestions
Orthographe grammaire
Ponctuation, typo
J'enlèverais


1er chapitre

Le nouveau

----


Assis dans la voiture luxueuse aux verres fumés, le vieil homme observait la jeune fille. Elle marchait depuis un long moment, sa tête inclinée légèrement de l’avant et ses longs cheveux recouvrant une partie de son visage ;(point) il sourit, il connaissait le moindre de ses traits, ses tocs, (les tocs (troubles obsessionnels compulsifs) se traduisent, entre autre, par des gestes répétitifs que la personne ne peut contrôler (je schématise) Tu es sûre qu’elle en a, et si c’est le cas, qu’il la connait à ce point-là ? Ce ne sont peut-être que des manies, ce qui est différent. Cela dit, il pourrait connaitre les moindres de ses traits, ses manières, ses habitudes) ses manières, elle semblait si fragile et pourtant…. (pas de point après les points de suspension) Un long soupir lui échappa. Avec sa canne ornée d’une tête de tigre dorée (virgule) il tapa sur le dossier du conducteur et la voiture démarra lentement sans que la jeune fille s'en soit rendu (sans que la jeune fille ne s’en rende compte) compte. (Si tu rectifies ce passage, nous avons un début honorable, ponctuation comprise.)

Elle s’aperçut que son lacet était défait alors elle s’accroupit (paf ! Le « alors » est incongru ici. Ça fait très langage parlé de seconde zone. Ça peut même faire enfantin à un moment où on ne connait encore rien de l’histoire. En bref, il détonne avec le style du début. J’ai vu que Pacô avait relevé le verbe s’acharner. Il ne me choque pas plus que ça quand on sait qu’il s’agit de vieilles baskets que l’on accuserait presque se délacer toutes seules, même si elles sont adorées par leur propriétaire. À toi de refaire la phrase maintenant) et s’acharna sur ses vieilles baskets, qu’elle adorait d’ailleurs. Sa mère depuis des semaines la suppliait d’acheter de nouvelles chaussures et pour une fois (j’ai mis longtemps à comprendre ce que tu voulais dire par « et pour une fois ». Je pense que ça signifie « et pour une fois mets autre chose que des baskets » C’est mal amené. Je dirais simplement : Sa mère depuis des semaines la suppliait d’acheter de nouvelles chaussures. « Pour l’amour du ciel prends autre chose que des baskets ! ») (Élisabeth accentue tes majuscules, c’est une faute d’orthographe comme une autre. Il faut prendre de bonnes habitudes quand on écrit) sourit à ce souvenir ; elle adorait (tu pourrais choisir un autre verbe, car Éli adore aussi ses baskets) sa mère.

On était à la (mi-septembre toujours un trait d’union avec mi) et le soleil jouait au chat et à la souris avec les nuages. Elle passa devant une boutique et pendant un instant s’observa dans le reflet de la vitrine ; ses longs cheveux châtains formaient un barrage autour de son visage en forme de fraise ; ses yeux qu’elles trouvaient trop allongés, sa bouche trop grande qui découvrait de petites dents blanches. (c’est vrai qu’il faut que tu revois cette description, elle n’est pas flatteuse du tout) Un ensemble qui semblait plaire à beaucoup de personnes sauf à elle. Bien entendu, elle ne se trouvait pas jolie. "Juste pas moche !" (il vaut mieux éviter le cumul des guillemets et de l’italique. C’est l’un ou l’autre. Soit c’est une pensée et tu peux choisir l’italique (par exemple, il n’y a pas de règles précises, sinon l’uniformité), soit tu peux dire : Juste « pas moche ».)

Elle reprit son chemin. Après le lycée (virgule) en général (virgule) elle aimait bien se rendre à la bibliothèque, mais ce soir elle rentrerait chez elle directement. Sa mère, Marie, avec qui elle vivait (virgule) lui avait promis une surprise. Ce n’était pas pour son anniversaire ; elle n’aurait (dix-sept) ans que dans quelques mois mais (fais attention aux conjonctions « mais » « et », c’est comme les « elle », ça se reproduit comme des lapins ces petites bêtes) sa mère lui faisait régulièrement des petits cadeaux. Elle disait que c’était pour la remercier (récompenser ?) de son travail au lycée. Élisabeth avait toujours été une élève studieuse, (point virgule ou point) d’une nature curieuse (virgule) elle prenait plaisir à apprendre, (point) c'était chez elle un besoin, presqu'une nécessité. Cette passion pour les études, (allié au) le manque de sociabilité de sa fille (avait le sujet est passion) inquiété Marie qui s'était alors tournée vers un psychologue. Au bout de deux séances, ce dernier avait rassuré la mère inquiète (de quelle façon ?), encouragé l’enfant terrible et affirmé que rien ne clochait chez Élisabeth. Il (avait affirmé qu’il) n’avait plus besoin de la suivre mais pourtant ils continuaient de se voir. Le psychologue était devenu son ami, presqu’un confident… (c’est là que ce personnage devient peu crédible, je pense. Qu’est-ce qui fait sortir cette fille du lot pour qu’un psychologue se lie d’amitié avec une ancienne patiente ? Il est si important que ça pour la suite le Alain ?) Et puis ce n’était pas vrai, Élisabeth avait des amis, pas beaucoup c’est vrai (ah lala p’tite brisette, je vois les mêmes erreurs que la premières fois où je t’ai corrigée ! C’est pas vrai, c’est vrai… ) mais ils lui étaient tous chers, à commencer par Laurent, l’ami de toujours qui avait partagé son bac à sable, l’intrépide Djamila qui l’appelait dès qu’elle tombait amoureuse et Valérie plus timide encore qu’Élisabeth qui cachait ses boutons derrière une frange d’épais cheveux noirs. (Voilà) le cercle restreint d’amis qu’elle avait.

En s’approchant de la maison, il lui semblait déjà sentir le chèvrefeuille lui chatouiller les narines. Sa mère, (pas de virgule, elle est fautive ici, tu sépares le verbe de son sujet) adorait le chèvrefeuille, alors elle en avait planté partout dans le jardin ! (pas de point d’exclamation) Marie était ainsi, excessive et entêtée. Son caractère entier laissait des empreintes partout (virgule) surtout à l’hôpital dans le service (de) pédiatrie où elle exerçait son métier d’infirmière depuis plus de vingt ans. Elle s’y était (forgé) une réputation mêlant douceur et obstination. Élisabeth ne fut pas surprise lorsqu’à peine sur le pas de la porte celle-ci s’ouvrit brusquement laissant apparaître sa mère, un visage radieux . « Toujours très excessive ». (« Élisabeth ne fut pas surprise lorsqu’à peine sur le seuil la porte s’ouvrit sur sa mère, le visage radieux. » Je n’en dirais pas plus, elle a déjà dit qu’elle était excessive.)

(Je rectifie la typo des dialogues sans plus de commentaires.)

« Salut ma chérie !

— Bonjour maman. Qu’est ce qui t’arrive ?

— Rien ! Je t’accueille ! Tu n’as pas oublié ?

— Non (virgule)maman, je n’ai pas oublié. Comment le pourrais-je ? Ce matin tu m’as répété deux fois de ne pas rentrer tard parce qu’une surprise m’attendait et tu as laissé deux messages sur mon portable … »

Un gros soupir lui échappa, (point) elle se rattrapa aussitôt avec un sourire pour ne pas vexer sa mère.

« Bon alors cette surprise ? »

Sa mère (Marie ?) lui lança un regard qui se voulait mystérieux et lui indiqua le couloir (où se trouvait sa chambre) d’un mouvement du menton.

« Va voir dans ta chambre, tu veux ? »

En ouvrant la porte, sa mère juste derrière elle, Élisabeth aperçut sur le lit une tenue délicatement étalée composée d’une robe bleue, d’un gilet (cache-cœur) assorti et d’une paire de chaussures. Élisabeth grimaça (point) « Elle n’a pas osé la traitresse… pas ça ! (Une robe … Oh mon dieu ! des chaussures à talons), elle veut ma mort ! ». Elle se retourna doucement pour faire face à sa mère.

« Merci… mais fallait pas. Tu sais (virgule) moi et les robes … Enfin (virgule) c’est gentil (point)

— Eh bien ! Cache ta joie ! Elle ne te plaît pas ?

— Si, si très jolie… Merci. Je vais la ranger (virgule) comme ça elle me servira pour une grande occasion ! »

Élisabeth avait déjà pris sa robe, prête à la ranger bien au fond dans sa penderie déjà certaine de l’oublier pendant un bon moment. (Élisabeth s’était déjà saisi de la robe, décidée à la cacher dans un endroit de sa penderie où elle était sûre de l’oublier.)

« Justement (virgule) en parlant d’occasion … Ma surprise de ce soir ne s’arrête pas là !

— Ah bon ? »

Cela sentait le piège à plein nez !

« J’ai réservé une table au restaurant pour vingt heures. Tu as encore un peu de temps pour te préparer … et tu peux mettre ta robe : l’occasion fait le larron ! » s’exclama-t-elle, apparemment très fière d’elle. Devant le regard bouillant de sa fille, son sourire malicieux s'agrandit ! (pas de point d’exclamation)
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Sam 19 Déc 2009 - 22:56

Ok j'avoue je suis coupable et surtout pas très consciencieuse ... Mais si tu te souviens bien, ta première correction faisait le triple de celle-ci... Ok, ok, je cherche des excuses...meuhhhh quand même...
merci Azul. Je vais ressortir tes premières corrections et les suivre à la lettre... adieu (j'en ai pour un moment là !)

En attendant, toi, n'oublies pas de finir de monter cet escalier !!!

bonne nuit
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Sam 19 Déc 2009 - 23:20

Mais non tu n'en as pas pour longtemps ! C'est trois fois rien à faire ! Allez courage ! Very Happy
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Lun 21 Déc 2009 - 12:11

J'ai lu le cours de Paco, sur les manières de commencer un roman et notamment sur le prologue. Du coup, j'ai eu envie d'en écrire un ; donc voici ce que j'ai pondu :

Prologue


Sarhia s'écroula. Sa canne dont le pommeau représentait une tête de tigre, roula sur le sol dallé. Il tendit tous ses muscles pour relever un peu sa tête et regarder la photo agraphée sur le mur. Une fillette d'à peine deux ans, se tenait assise sur les genoux d'une jeune femme blonde. Elles regardaient l'objectif. Elles souriaient. Il leur rendit son sourire une dernière fois malgrè la douleur qui se faisait de plus en plus forte. C'était son visage qu'il voulait voir avant de partir.

Merhia se précipita vers lui pour l'aider à se relever. Derrière lui, quelques individus en blouse blanche s'étaient regroupés, prêts à intervenir. Chacune des personnes présentes dans le laboratoire savait pertinemment que ce moment était inévitable. Et pourtant, tous ici avaient esperé. Ils croyaient en lui.

"non, mon ami. Inutile. C'est la fin cette fois, souffla Sarhia allongé par terre

- Tu ne dois pas renoncer !

- Je vous quitte malheureusement avant d'avoir trouvé la solution. Mais vous ne devez pas abandonner les recherches. Vous finirez par trouver.

Il retint un cri, la douleur devenait insupportable.

- Sans toi, nous n'avons aucune chance !

- Ne dis pas cela Merhia ! Tu ne dois jamais céder au désespoir. Ils comptent tous sur toi maintenant. N'oublie pas... lacha-t-il entre ses dents serrées. Il respira profondément avant de murmurer à l'oreille de son ami : Promets moi encore une fois de veiller sur elles, ... et n'oublies pas ta promesse ".

Merhia hoca tristement la tête, la gorge trop nouée pour sortir un son. Des larmes brillaient dans ses yeux. Il tenait son ami dans ses bras quand celui ci, le regard toujours rivé sur la photo, lâcha son dernier souffle.

Merhia entendit alors une voix résonner dans sa tête qui murmurait : "Elisabeth"
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Lun 21 Déc 2009 - 13:19

Voilà t'y pas qu'elle me flanque un prologue alors que je suis en plein chapitre I !
Merhia serait-il le vieux monsieur à la canne à tête de tigre ? Il l'aurait donc hérité de Sarhia ? Je ne vais pas me pencher là-dessus pour l'instant.

Chapitre I


Bien ! Plus grand-chose ne me choque dans ce début de chapitre, à part ce que j’ai pu noter dans le texte. Dès le premier paragraphe, avec le vieux monsieur, on pressent déjà la particularité d’Élisabeth. Pas forcément en rapport avec ce qui est sous entendu, puisque cette jeune fille s’isole surtout pour des raisons due à son âge : lecture, nature rêveuse, qui la tiennent à l’écart des autres. Classique.
Pour l’instant, Alain me fait moins l’effet du pervers qui court après la fifille. Cependant, on peut encore se demander comment un psy qui reçoit une ado durant seulement deux séances peut entamer une relation suivie avec elle une fois le pronostic annoncé à la mère. Je n’arrive pas trop à m’y faire. Tu pourrais avancer la particularité d’Élisabeth (qui pourrait « séduire » son monde sans en avoir conscience à travers son don), mais nous ne savons pas encore grand-chose à ce sujet. Ce qui est normal à ce stade de l’histoire.
Et si tu en faisais un psychologue scolaire ? Elle pourrait à ce moment-là le croiser tous les jours au lycée. Sans bénéficier de consultations suivies, un bonjour et quelques mots échangés auraient pu les rapprocher. Dans ce cas, nous ne serions plus dans le domaine professionnel mais amical. À voir.
Ensuite, ça se tient : les petits cadeaux régulier, la surprise, la robe et le resto. Jusqu’ici, pour moi, tout va bien.

Assis dans la voiture luxueuse aux verres fumés, le vieil homme observait la jeune fille. Elle marchait depuis un long moment, sa tête inclinée légèrement de l’avant et ses longs cheveux recouvrant une partie de son visage. Il sourit, il connaissait le moindre de ses traits, ses manières, ses habitudes, elle semblait si fragile et pourtant… Un long soupir lui échappa. Avec sa canne ornée d’une tête de tigre dorée, il tapa sur le dossier du conducteur et la voiture démarra lentement.

Elle Élisabeth (rappelle le prénom, on pourrait croire qu’il s’agit de la voiture) s’aperçut que son lacet était défait, (point ou point virgule. La virgule ne marque pas assez le passage à l’action) elle s’accroupit et s’acharna sur ses vieilles baskets. Sa mère depuis des semaines la suppliait d’acheter de nouvelles chaussures (deux points) « Pour l’amour du ciel, prends autre chose que des baskets ! » Élisabeth sourit à ce souvenir ; elle adorait sa mère.

On était à la mi-septembre et le soleil jouait au chat et à la souris avec les nuages. Elle passa devant une boutique et pendant un instant s’observa dans le reflet de la vitrine (ou : observa son reflet dans la vitrine ; ce qui allège la phrase) ; ses longs cheveux châtains formaient un barrage autour de son visage en forme de fraise, ses yeux verts, sa bouche qu'elle trouvait trop grande, découvrait de petites dents blanches. (ah lala que je n’aime pas cette description ! Elle me paraît contradictoire en plus. Le barrage m’évoque quelque chose de carré, de bien délimité, alors que la fraise a plutôt une forme de cœur) Un ensemble qui semblait plaire à beaucoup de personnes sauf à elle. Bien entendu, elle ne se trouvait pas jolie, juste "pas moche !" (Le point d’exclamation est plutôt à l’extérieur du guillemet.)

Elle reprit son chemin. Après le lycée, en général, elle aimait se rendre à la bibliothèque mais ce soir elle rentrerait directement. Sa mère, Marie, avec qui elle vivait, lui avait promis une surprise. Ce n’était pas pour son anniversaire ; elle n’aurait dix-sept ans que dans quelques mois mais (Les « mais » c’est mon grand défaut. C’est te dire si je sais bien les repérer dans les textes des autres !^^) sa mère lui faisait régulièrement des petits cadeaux. Marie disait que c’était pour la récompenser de son travail au lycée. Élisabeth avait toujours été une élève studieuse ; d’une nature curieuse, elle prenait plaisir à apprendre, (point. C’était) un besoin, presqu'une nécessité. Cette passion pour les études (virgule) alliée au manque de sociabilité de sa fille (virgule) (avait) inquiété Marie qui s'était alors tournée vers un psychologue. Au bout de deux séances, ce dernier avait rassuré la mère inquiète, encouragé l’enfant terrible et affirmé que rien ne clochait chez Élisabeth. Il n’avait plus besoin de la suivre mais pourtant ils continuaient de se voir. (Le psychologue,) Alain, était devenu son ami, presqu’un confident. (Et puis,) (Contrairement à ce que pensait sa mère,) Élisabeth trouvait qu'elle avait (suffisamment) (d'amis) (de connaissances) : à commencer par Laurent, l’ami de toujours qui avait partagé son bac à sable, l’intrépide Djamila qui l’appelait dès qu’elle tombait amoureuse et Valérie plus timide encore qu’Élisabeth qui cachait ses boutons derrière une frange d’épais cheveux noirs.

En s’approchant de la maison, il lui semblait déjà sentir le chèvrefeuille lui chatouiller les narines. Sa mère adorait le chèvrefeuille, alors elle en avait planté partout dans le jardin. (Sa mère adorait cette plante et en avait répandu, dispersé… et en avait ensemencé le jardin...) Marie était ainsi, excessive et entêtée. Son caractère entier laissait des empreintes partout, surtout à l’hôpital dans le service de pédiatrie où elle exerçait son métier d’infirmière depuis plus de vingt ans. Elle s’y était (forgé) une réputation mêlant douceur et obstination. Élisabeth ne fut pas surprise lorsqu’à peine sur le pas de la porte celle-ci s’ouvrit brusquement laissant apparaître sa mère, un (le) visage radieux. « Toujours très excessive (, maman.) »

« Salut ma chérie ! » (pas de guillemets fermant)

— Bonjour maman. (Qu’est-ce) qui t’arrive ?

— Rien ! Je t’accueille ! Tu n’as pas oublié ?

— Non, (maman, je n’ai) pas oublié. Comment le pourrais-je ? Ce matin tu m’as répété deux fois de ne pas rentrer tard parce qu’une surprise m’attendait et tu as laissé deux messages sur mon portable … (guillemet fermant)

Un gros soupir lui échappa. Elle se rattrapa aussitôt avec un sourire pour ne pas vexer sa mère.

— Bon alors cette surprise ? (je ne sais plus ce que je t’avais dit ici ; je n’ai pas l’habitude de cette typographie pour les dialogues. Je ne me sers que du tiret, ce qui me permet d’user des guillemets pour d’autres fonctions. Pour des dialogues isolés, il te faut garder le guillemet français « ». Sinon, guillemet ouvrant en début de dialogue, tiret pour les suivants, guillemet fermant.)

Marie lui lança un regard qui se voulait mystérieux et lui indiqua le couloir d’un mouvement du menton.

— Va voir dans ta chambre, tu veux ?

En ouvrant la porte, sa mère juste derrière elle, Élisabeth aperçut sur le lit une tenue délicatement étalée composée d’une robe bleue, d’un gilet cache-cœur assorti et d’une paire de chaussures. Élisabeth grimaça. « Elle n’a pas osé la traitresse… pas ça ! Une robe... Oh mon dieu ! des chaussures à talons, elle veut ma mort ! ». Elle se retourna doucement pour faire face à sa mère.

— Merci… mais fallait pas. Tu sais, moi et les robes… Enfin, c’est gentil.

— Eh bien ! Cache ta joie ! Elle ne te plaît pas ?

— Si, si très jolie… Merci. Je vais la ranger, comme ça elle me servira pour une grande occasion !

Élisabeth s’était déjà (saisie) de la robe, décidée à la cacher dans un endroit de sa penderie où elle était sûre de l’oublier.

— Justement, en parlant d’occasion… Ma surprise de ce soir ne s’arrête pas là !

— Ah bon ?

Cela sentait le piège à plein nez !

— J’ai réservé une table au restaurant pour vingt heures. Tu as encore un peu de temps pour te préparer … et tu peux mettre ta robe : l’occasion fait le larron !, (pas de virgule) s’exclama-t-elle, apparemment très fière d’elle.

Devant le regard bouillant de sa fille, son sourire malicieux s'agrandit.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 21 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 12 ... 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum