commentaires sur : l'Elue

Page 4 sur 21 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 12 ... 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Lun 21 Déc 2009 - 17:03

Je m’arrête là parce qu’il y a du boulot sur ce passage. Dans « vos «écrits », tu pourrais faire glisser dans l’extrait suivant, à partir de « Le lendemain matin ». Ça partagerait mieux les séquences.

La scène du resto n’est pas encore au point. Tu as rajouté des choses sur les amies d’Eli et c’est bien, mais du coup, la soirée elle-même est un peu zappée au profit des descriptions. On a l’impression qu’elles s’alignent les unes derrière les autres. Ça ne coule pas. Il faudrait peut-être braquer la caméra sur les pensées d’Eli qui préfèrerait être à cent kilomètres de là et se raccroche à ses souvenirs pour se rassurer.

Je ne sens toujours pas la relation avec le psy ; je t’en parle dans le texte.
Revois aussi la typographie des dialogues, tu t’y perds entre guillemets et tirets.
J'ai dû laisser passer des choses, mais je n'y vois plus rien avec toutes ces parenthèses.


(Guillemet ouvrant) Je ne peux pas mettre cette robe. Et je ne veux pas aller au restaurant. Tu me vois avec des talons. Tu veux finir (que je finisse) aux urgences !

— Qu’est-ce qui te (prend – qu’est-ce qui prend à toi) ! Je veux juste inviter MA FILLE (les majuscules sont un peu fortes pour quelqu’un qui supplie d’une petite voix. Sur le net, ça s’apparente même à un cri. Je mettrais en italique pour marquer) au restaurant, habillée EN FILLE. Tu peux faire un effort non ?, (pas de virgule) supplia-t-elle de sa petite voix. Juste une fois ! S’il te plaît... (guillemet fermant)

Élisabeth en voulait à sa mère de prendre cet air, son arme fatale devant laquelle elle restait (son arme fatale qui la rendait) impuissante. Elle savait qu’elle allait devoir accepter ou faire face à la hargne (un peu fort la hargne – ou faire face à sa mauvaise humeur) de sa mère pour un moment.

— Bon ok, puisque cela te fait tellement plaisir de voir ta fille se ridiculiser ! Allons-y ! Je serai prête dans une demi-heure ! » (Emballez c’est pesé !^^)



Une heure plus tard, (lol) en montant dans la voiture de sa mère, Élisabeth était loin d’être ridicule. A (À) peine s’était-elle reconnue dans le miroir de l’entrée. Grande, élancée dans cette robe cintrée à la taille, (qui affinait sa taille ?) les talons lui donnaient fière allure lorsqu’elle ne se déplaçait pas ! « Il lui faudra un peu d’entraînement »(virgule) observa (mentalement) sa mère.

Un maître d’Hôtel les accompagna au fond de la salle où elle découvrit avec stupeur Laurent, Djamila et Valérie assis autour d’une table présidée par Alain. Hilares, ils (ses amis d’enfance ? Je n’aime pas du tout l’idée que le psy rigole) la regardaient s’approcher alors qu’elle s’acharnait à tenir debout tant bien que mal (alors qu’elle s’évertuait à ne pas se tordre une cheville). Élisabeth lança un regard noir à sa mère. (je dirais plutôt à l’assemblée et quant à faire à toute la salle, parce qu'il y a du monde dans ce resto. On aimerait bien entendre le bruit des conversations, sentir les odeur des cuisines, c'est comme ça qu'on crée des images, il faut que ça vive)

« Le premier qui rigole (ils ont déjà ri) je lui enfonce ma chaussure dans la gorge en guise d’entrée ! » (pas de guillemet)

— Allez, assied-toi avant de te ratatiner par terre, s’esclaffa son amie Djamila. »

Élisabeth prit place entre Laurent et sa mère. Elle rencontra le regard complice de Valérie assise devant elle. Élisabeth la considérait comme sa meilleure amie. Elles se connaissaient depuis maintenant deux ans et avaient (tout) de suite (sympathisé – elles avaient sympathisé, pas de COD). Élisabeth se rappela (il faudrait que tu emploies d’autres verbes pour enrichir – se remémora ou même « se souvint de » serait plus joli) leur première rencontre : c’était la rentrée des classes, sa première année de lycée. Elle avait retrouvé Laurent et Djamila dans la cours de l’établissement bondée d’élèves irrités ou hilares qui se bousculaient dans un brouhaha de jurons ou de saluts. (Youhou ! je ne sais même pas où placer les virgules. Pourtant, il en faudrait) Elle observait effarée ce nouveau monde, se demandant anxieuse, (elle observait ce nouveau monde, effarée, se demandant avec anxiété) comment elle allait pouvoir affronter ces prochaines années. Elle (aperçut) une jeune fille brune, avançant au milieu de la foule (virgule, et) qui paraissait encore plus désemparée qu’elle. Elle la suivit du regard tandis qu’elle titubait (trébuchait) (virgule) ballotée entre les élèves. Arriva ce qui devait arriver, (deux points) un élève la bouscula un peu plus fort et le contenu du sac de la petite brune se déversa à ses pieds. L’élève s’éloigna en riant, sans une excuse, sans un regard et la jeune fille, rouge écarlate, cachée derrière la frange de ses longs cheveux, s’excusait (à qui elle présente ses excuses ?) lamentablement en rassemblant ses affaires. Djamila avait assisté à la scène et avait murmuré : « (Moi) qui pensait que tu détenais le record de la timidité (virgule) (eh) bien tu vas avoir de la concurrence ! Regarde-moi cette godiche (point) » Élisabeth lui avait lancé un regard acerbe avant d’accourir (pour) aider celle qui allait devenir sa meilleure amie. (Bon, il faudrait mettre les verbes du souvenir qui sont au passé simple au plus-que-parfait.)

Ce soir, elle était partagée entre un sentiment de malaise et le plaisir de les retrouver tous ensemble. Au fond, elle était ravie de l’initiative de sa mère.

« Quelle surprise ! J’hésite encore : dois-je vous remercier d’être tous là ou de ne pas m’avoir prévenu du piège organisé par Marie. Bande de traitres !, (pas de virgule) lâcha-t-elle en regardant vers ses trois amis. Et maintenant maman que vas-tu m’annoncer ? Un petit discours debout devant toute la salle peut-être ? » (je le trouve bien ce dialogue. Mais il faut bien tout du long que l’on garde l’idée du sentiment de malaise d’être là, au milieu du monde, ce qui n’est pas facile pour une solitaire, j’en sais quelque chose, et le plaisir de retrouver ses amis. Elle pourrait ensuite s’apprivoiser, en quelque sorte. Le danger devient moins stressant quand il n’est plus un danger justement)

(Guillemet ouvrant) Tu exagères, ça n’est pas si terrible que cela. Tu verras demain tu me remercieras, bougonna Marie.

— Pour fêter ça, j’offre le champagne à tous, annonça Alain (point)

— Fêter quoi ?, (pas de virgule) grogna Élisabeth

— Eh bien, ton entrée dans le monde civilisé (le guillemet fermant est ici) , répondit Alain avec un clin d’œil vers l’assemblée. »

Seule Élisabeth était à l’aise en sa présence. C’était amusant de voir les autres se tortiller sur leur chaise, réfléchissant à chaque parole, choisissant consciencieusement leur mot, leur posture. (Voilà) l’effet que faisait Alain en général ; Les autres ne le considérait pas comme l’ami de la famille (d’abord, ce n’est pas l’ami de la famille, mais celui d’Élisabeth. Ou alors je ne suis pas au courant. Ensuite, je ne vois pas pourquoi les autres ne sont pas à l’aise alors qu’ils sont assez rigolard dans leur genre, jusqu’à avoir entraîné ce psy dans cette affaire louche. Enfin, louche pour Eli) mais comme le psy de service. C’était peut-être la raison pour laquelle ils s’entendaient bien tous les deux ; elle restait naturelle en toute circonstance, pas de faux semblants. Alain n'avait ni femme, ni enfant. (petit ! un cœur à prendre !) Depuis presque deux ans, Élisabeth et lui se voyaient quasiment toutes les semaines (ah, n’oublions pas qu’ils se croisent éventuellement au lycée ; elle ne consulte plus) et si cela au début avait inquiété Marie, aujourd’hui elle semblait accepter cette relation. (ah lala, je la sens mal cette affaire ! Ça fait trop relation de couple, et je sais que tu ne poursuis pas avec dans les chapitres suivants. C’est ambigu tout ça) Élisabeth l’avait (tout) de suite apprécié, son humour, sa culture, sa perspicacité devant le mur de froideur derrière lequel elle se cachait. (là je reconnais bien le psy) Il lui avait fallu deux séances pour la percer à jour, et lui, s’était de suite attachée (pour la percer à jour et s’attacher à) à cette jeune fille hors du commun. (là, il faut que tu glisses quelque chose. De l’impalpable qui fait qu’on est forcément attiré par elle. En même temps, il l’a percée à jour, et c’est paradoxal) Elle s’intéressait à tout, lisait énormément, (point) extrêmement intelligente, elle avait une finesse d’esprit qu’il avait rarement vu chez une jeune fille de son âge. (elle n’en donne pas l’impression pour l’instant) Lorsqu’il avait déclaré qu’elle n’avait pas besoin d’être suivi, il n’avait pu se résoudre à ne plus la voir (aïe). Et c’est presque timidement (boarf !) qu’il lui avait demandé si de temps en temps elle voudrait bien partager son repas du midi pour discuter de littérature, sujet qui les passionnait tous les deux.

Laurent l’observait à la dérobée et Élisabeth crut déceler de l’admiration dans son regard. Elle en éprouva de l’effroi : les relations compliquées, très peu pour elle ! Une alarme s’était déclenchée dans sa tête : « danger, danger ». (ça j’enlèverais. Ça n’a pas sa place ici, surtout après les propos ambigus sur Alain) Laurent c’était son ami de toujours ; ils se fréquentaient depuis la maternelle. C’était le garçon le plus gentil qu’elle connaissait. Le seul de son âge aussi. Une perle de gentillesse (d’amabilité). Déjà à la maternelle il la défendait lorsque les autres enfants se moquaient d’elle (pourquoi ils se moquaient ?). Elle n’imaginait pas que leur relation puisse être différente. (ça brasse grave dans la p’tite tête de la p’tite jeune fille : le psy, le copain d’enfance… elle s’en imagine des choses !)

« Le serveur est plutôt joli garçon !, (pas de virgule) lança soudain Djamila pour combler le silence gêné. Elle se reprit aussitôt, toute rouge devant le regard interrogateur d’Alain. Enfin, je veux dire … jeune… (espace) non ? enfin pour un serveur ». (virgule et pas de majuscule. J’adore cette réplique^^) Hoqueta-t-elle mal à l’aise. (à la ligne) En voici une, à qui Élisabeth réservait la palme de l’impertinence. Elle n’avait jamais bien compris pourquoi elles étaient devenues (amies). Elles étaient si différentes, (complètement à l’opposé). Peut-être le fait d’avoir perdu leur père l’une comme l’autre, (pas de virgule) les avait (vaguement) rapprochées dès la maternelle. C’était la seule chose qu’elles avaient en commun et même si Élisabeth lui trouvait des défauts qu’elle ne supportait pas chez les autres, Djamila restait son amie.

( à partir d’ici, il y a une sacré suite d’ellipse. On saute de la présentation des amis à la fin de la soirée, puis le retour dans la chambre et enfin le lendemain. Il va falloir remplir un minimum ces vides. Tu fais trop l’impasse sur les évènements.) La soirée se passa plus vite que ne l’avait présumée Élisabeth et finalement ce fut agréable, même si au grand jamais elle ne l’avouerait à sa mère ! « Ah ça non ! Manquerait plus que cela pour l’encourager ! »

Lorsqu’elle entra dans sa chambre, la première chose qu’elle fit, (sa première préoccupation fut) fut de ranger consciencieusement sa belle robe au fin fond de son placard avec l’espoir de ne plus jamais la revoir (virgule) ainsi que les objets de torture, (deux points) à savoir les chaussures, (pas de virgule) qui l’accompagnaient.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Lun 21 Déc 2009 - 17:43

Elle observait effarée ce nouveau monde, se demandant anxieuse, comment elle allait pouvoir affronter ces prochaines années. Elle aperçu une jeune fille brune, avançant au milieu de la foule qui paraissait encore plus désemparée qu’elle
Tu aimes bien les "Elle", ça en fait un paquet en peu de temps.

Quelle surprise ! J’hésite encore : dois-je vous remercier d’être tous là ou de ne pas m’avoir prévenu du piège organisé par Marie. Bande de traitres !, lâcha-t-elle en regardant vers ses trois amis. Et maintenant maman que vas-tu m’annoncer ?
Eli appelle sa mère Marie ou bien maman ?

les autres se tortiller sur leur chaise, réfléchissant à chaque parole, choisissant consciencieusement leur mot, leur posture. Voila l’effet que faisait Alain en général
j'aurais préféré le mot soigneusement plutôt que consciencieusement (d'autant que ce dernier mot est répété dans la page un peu plus bas si je ne m'abuse

Il lui avait fallu deux séances pour la percer à jour, et lui, s’était de suite attachée

En entrant dans la cuisine, Marie raccrocha et adressa un grand sourire à sa fille.
C'est Marie qui rentre dans la cuisine, n'est ce pas ? Mais si elle adresse un grand sourire à sa fille, c'est que celle-ci s'y trouve et cela n'a pas été indiqué plus haut dans le texte.

C’était ainsi, cela pouvait durer des heures un monologue de questions, de réponses, pendant lequel Élisabeth ne tentait même pas d’intervenir.
La phrase est bizarrement faite, peut être qu'il manque de la ponctuation mais à revoir

dans le bout de ses doigts
au bout de ses doigts ?

elle avait décidé de prendre un peu d’écart
un peu de recul

Djamila lui sauta littéralement dessus.
c'est un peu familier de sauter sur les gens Very Happy

La plupart du temps elle était seule à sa table, pas qu’on la mettait à l’écart
manque un mot : non pas qu'on la mettait à l'écart

elle se jeta sur la porte
ça doit faire mal ça de se jeter sur la porte ! Elle se précipita vers la sortie (enfin quelque chose dans ce genre serait mieux)

Djamila devenait toute blanche
Djamila blêmissait

Au fait, tu as le bonjour de Deacon d'amour tongue

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Lun 21 Déc 2009 - 18:43

Merci les filles... demain suis en congès, donc je sais ce qu'il me reste à faire au risque de me faire fouetter sec par Azul (Oh, immense déesse) Twisted Evil

Kat : j'ai vu que tu avais posté une correction.... vais aussi aller jeter un p'tit coup d'oeil.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Lun 21 Déc 2009 - 18:52

Azul (oh,Immense déesse) : J'aime bien l'idée du spy scolaire ! j'adopte même si je dois reprendre tout depuis le début... bah ! j'ai bien balançé un prologue arrivée au 18ème chapitre ! j'en suis plus à ça près. (soupirrrrr)

Et oui, à force de faire des rectifs, je me suis perdue un peu : à savoir que l'essentiel de ce repas était de démontrer son malaise en socièté. Merci de l'avoir noté. Smile
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Lun 21 Déc 2009 - 19:21

Azul (oh,Immense déesse)
D'abord on n'écrit pas "Oh" mais "Ô". Et je préfère rester une simple fille de paysans, ça concorde mieux avec mon esprit "Chassez le naturel, il revient au galop". Very Happy

Et arrête de vouloir les marier ces deux-là. Le Alain, c'est juste un ami. Point. Ben ouais, on peut pas coucher avec tout le monde... y'a que Miss Zapping pour se farcir un psy sans sourciller Laughing
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Lun 21 Déc 2009 - 19:40

azul a écrit:
Azul (oh,Immense déesse)
D'abord on n'écrit pas "Oh" mais "Ô". Et je préfère rester une simple fille de paysans, ça concorde mieux avec mon esprit "Chassez le naturel, il revient au galop".

ben Vlan ! et comment se prendre une leçon !
Et d'abord si ça me plaît à moi de t'appeler : Azul ÔÔÔÔ,Immense Déesse ! T'as qu'à poster la suite de ton roman et j'arrêterais de t'agacer ! Na ! Twisted Evil

azul a écrit: Et arrête de vouloir les marier ces deux-là. Le Alain, c'est juste un ami. Point. Ben ouais, on peut pas coucher avec tout le monde... y'a que Miss Zapping pour se farcir un psy sans sourciller

Pourquoi je peux pas écrire un p'tit truc cochon ? (tout p'tit... minuscule ... ça mettrait du sel... lol !) Allez je te laisse le monopole de la "hard attitude". C'est vrai que comparer ta miss à la mienne, ça le fait pas du tout. ÔÔÔ Immense Déesse !!!!! Twisted Evil Boulay Au Grain
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Lun 21 Déc 2009 - 22:29

Élisabeth devint rouge cramoisie
Mais euh rouge est synonyme de cramoisie donc ça fait doublon

j'avais omis de le noter au précédent message.

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Lun 21 Déc 2009 - 22:54

Pourquoi je peux pas écrire un p'tit truc cochon ? (tout p'tit... minuscule ... ça mettrait du sel... lol !) Allez je te laisse le monopole de la "hard attitude". C'est vrai que comparer ta miss à la mienne, ça le fait pas du tout.
Ben lol, y'a pas de comparaison à faire. Si tu voyais ma précédente héroïne, culcul la praline et compagnie albino
Ecris-le ton truc cochon, mais pas avec le psy. Avec... comment il s'appelle déjà l'autre... pas Eric, l'autre, celui que j'aimais bien, tu vois qui je veux dire ?
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Mar 22 Déc 2009 - 10:23

azul a écrit:Ecris-le ton truc cochon, mais pas avec le psy. Avec... comment il s'appelle déjà l'autre... pas Eric, l'autre, celui que j'aimais bien, tu vois qui je veux dire ?

Chiche ! j'en bave d'avance (si tu vois ce que je veux dire ! Couillonne qu'j'suis : bien sur que tu vois, parfaitement même)

ps : je veux bien le lire ton truc cucul la prasline au fait ! Z'aime l'Amouuuuuuuuurrrr)

Kat : bien vu ! lol ! je suis verte kaki de honte... heuuuu ...
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Mar 22 Déc 2009 - 17:46

kat a écrit:ça doit faire mal ça de se jeter sur la porte ! Elle se précipita vers la sortie (enfin quelque chose dans ce genre serait mieux)

Pas autant que Tapez la souris sur le bureau !lol!

Chez nous, c'est une activité commune : moi même, j'ai pratiqué cette activité en classe dès mon plus jeune âge. J'étais la pro du "jetage sur porte".
Y avait pas plus rapide. D'où mon surnom !!!!! Very Happy

kat a écrit:Au fait, tu as le bonjour de Deacon d'amour

Ben, tiens ! qu'est ce qu'il devient mon DeaCon chéri ? I love you
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Mar 22 Déc 2009 - 19:27

Juste comme ça, bien sur que si que l'on peut se jeter sur une porte. C'est une image, très (trop) utilisée, mais c'est tout à fait envisageable de l'écrire.

petitebrise a écrit:
2ème chapitre
Nouvelles amitiés ?


La voix était claire, pénétrante et se faisait (à quoi bon rajouter "et se faisait" ?) envoûtante… Elle rassurait Élisabeth, (jamais d'espace avant la virgule) promettait une prochaine venue, la flattait. Elle savait qu’elle rêvait mais ne voulait pas se réveiller. Elle aurait écouté cette voix pendant une éternité. Doucement, la voix s’atténua pour ne devenir qu’un murmure, laissant Élisabeth sortir de son sommeil (tounures lourde et désagréable pour le lecteur: il est simple de reformuler d'une manière beaucoup plus claire et concise.). Elle resta un moment dans son lit, les yeux grands ouverts, observant le plafond de sa chambre, tentant (attention aux participes présent. Déjà que tu a l'adjectif "grand", ça te transforme ton texte en champs de "an" très peu sympa à l'oreille et à la lecture) de retrouver les intonations de cette voix (répétition de voix. Il faut reformuler de façon à en élaguer un peu). Déjà elle oubliait. Le rêve lui échappait. Avec rage elle sortit de son lit. Elle ne se souvenait même plus des paroles prononcées.

La cuisine était déserte. Comme tous les samedis matin depuis quelques semaines, Marie se rendait à son club de peinture. Elle était rentrée un soir et avait décrété qu’elle avait envie de peindre bien qu’elle n’ait aucun don pour le dessin. Le lendemain, elle était inscrite dans ce club. Ce même soir où Laurent avait tenté d’inviter Élisabeth au cinéma et où elle avait ensuite surpris Éric en train de l’observer derrière la fenêtre de sa chambre. Quelques semaines et pourtant tant de choses avaient changé. À commencer par le nouveau couple : Laurent et Djamila ! Son ami avait bien invité Djamila au cinéma et le lendemain c’est main dans la main qu’ils pénétraient dans le lycée. Cupidon avait encore frappé ! (tu perds des occasions de faire de belles images ! Cupidon exprime la douceur, le destin, la flèche... tu avais mille et une façons de rendre une tournure très poétique à cette phrase u_u". Là tu exprimes plus de la brusquerie et de la violence avec "frapper".) Élisabeth n’avait plus de raison de se méfier de Laurent, très occupé par Djamila (il change de cible comme de chemises alors... enfin, sinon toute personne sensée saurait plutôt qu'il faut encore rester sur ses gardes).

Pour finir, le nouveau voisin (tu mets du "froid" entre lui et ton lecteur: appelle le Éric pour la première fois du passage, et utilise la structure "le nouveau voisin" pour une éventuelle autre mention !) était venu la voir « afin de dissiper un malentendu ». Il avait frappé à la porte de la maison, un dimanche après-midi et, sous l’œil ravi de Marie, avait demandé à parler à Élisabeth. Un autre ami ! Alléluia ! Gênée, la jeune fille l’avait entraîné dans sa chambre, à l’abri des oreilles curieuses. Il souhaitait juste s’excuser, repartir sur de meilleures bases et peut-être devenir son ami, pourquoi pas ? Ils discutèrent un long moment et elle apprécia la compagnie du jeune homme. En fait, elle aimait beaucoup de choses : sa façon de sourire, son regard, son humour, ses goûts musicaux... Elle finit par prendre plaisir à ses visites quotidiennes, le soir après le lycée. Ils rentraient ensemble et commençaient leurs révisions dans la chambre d’Élisabeth. Marie était aux anges !

Ainsi, ce samedi, lorsqu’Alain l’appela pour l’inviter à déjeuner, elle proposa d’emmener Éric avec elle. Elle souhaitait faire passer le test de présentation entre son nouvel ami et son psy préféré ! Qu’allaient-ils penser l’un de l’autre ? Pendant le repas Élisabeth s’amusa beaucoup. Alain et Éric s’observaient curieusement, sur la défensive, comme un chat regarde un chien. (un chat et un chien ne se regardent pas sur la défensive, ils grognent. Tu peux utiliser l'expression des "chats de faïence".)

« Ainsi, lança Alain, tu (sinon le ainsi tout seul ne veut rien dire) es le nouveau voisin d’Élisabeth ? La même Élisabeth qui déserte la bibliothèque pour passer du temps avec toi ?

L’intéressée (tu parles de qui par l'intéréssé(e) ? Parce que ça peut tout aussi bien être Éric, parce qu'il est l'interlocuteur, ou Élizabeth parce qu'on parle d'elle...) avala tout rond son morceau de viande et faillit s’étrangler (redondance: les deux veulent dire la même chose. y'en a juste un qui est plus familier que l'autre). Visiblement Alain s’amusait également.

— Je ne sais pas si c’est à cause de moi qu’Éli ne va plus à la bibliothèque, mais, oui je suis son nouveau voisin. J’espère que cela ne fait pas de moi un névrosé ? »

Élisabeth nota qu’Éric avait fini par adopter son diminutif, ce qui la ravit. Le repas se termina dans la bonne humeur ; apparemment le jeune homme avait passé le test haut la main. Alain les laissa en début d’après-midi pour rejoindre son cabinet. Ils vagabondèrent en ville, visitant les librairies et les magasins de musique.

La fraicheur du mois d’octobre commençait à se faire ressentir, et une ondée vint frapper (c'est un peu fort et un peu inapproprié aussi. Pourquoi pas "vint marteler" ?) les vitres de la librairie où ils se trouvaient. Ils décidèrent de rentrer en courant. A mi-chemin, trop essoufflés, ils se réfugièrent sous un abri bus. Assise sur le banc, Élisabeth frissonnait, aussi Éric enleva sa veste et la lui posa sur les épaules. Élisabeth devint rouge cramoisie("devint toute rouge" ou "devint cramoisie" mais les deux, c'est un pléonasme.).

« Sois pas gênée ! Si tu continues de rougir tu vas fondre sur place !

— Je ne rougis pas ! Tu vas avoir froid. Je ne voudrais pas que tu tombes malade à cause de moi !

— Je n’ai pas froid et pour tout te dire, tu dois rayonner à plus d’un kilomètre à la ronde ! Vraiment, tu ne devrais pas être gênée, c’est ainsi que font les garçons lorsqu’une jeune fille a (du verbe avoir) froid. Genre, on a un carnet avec des règles, et ça c’est le truc en première page. Tu vois, rien à voi (très maladroit le "tu vois/à voir)r avec toi, ce serait... tiens... Djamila ça serait pareil !

En parlant il la bousculait (c'est élégant... enfin bousculer, c'est du "méchant" hein, je suis pas sûr que c'est le verbe adéquat pour la scène) doucement et avait fini pas coller la jeune fille. Comme elle s’obstinait à regarder droit devant elle, il lui prit le menton et tourna son visage doucement dans sa direction.

— De quoi t’as peur ?

Il se pencha davantage et effleura ses lèvres. Élisabeth était pétrifiée, à peine osait-elle respirer. Lorsque les lèvres du jeune homme se posèrent sur les siennes, une vague de chaleur la submergea et ce n’est plus de froid qu’elle frissonna. Son cœur battait la chamade. Le temps parut s’arrêter. Soudain le bruit d’un moteur se fit entendre, ils relevèrent la tête tous les deux et observèrent une voiture de sport noire, vitres teintée stationnée devant l’arrêt de bus. Le conducteur fit vrombir son moteur plusieurs fois avant de démarrer en trombe.

— Il va pas bien, articula Élisabeth, soulagée de la diversion. Pour un peu, elle aurait béni ce conducteur !

Éric regardait encore dans la direction où la voiture avait disparu. Il resta là, le regard fixe, sans dire un mot, ce qui inquiéta la jeune fille. Elle finit par le secouer.

— Hé ho ! tu rêves ou quoi ?

— Excuse-moi… On en était où au fait ? (parole de boulet number one)

— On en était qu’on voulait rentrer chez nous et qu’on allait reprendre notre route !

Élisabeth s’était levée. Elle avança sa main en dehors de l’abri, paume en l’air, constata qu’il ne pleuvait plus. Elle lui tendit sa veste.

— Allez Gentleman ! En route, il ne pleut plus !

— M’est avis que ça t’arrange bien... mais on reprendra notre petite conversation plus tard » (j'ai peut être raté un épisode, mais pour moi, il n'y a pas eu de conversations en fait...)

Élisabeth s’était déjà lancée sur la route.

Analyse linguistique:
C'était mieux !
J'ai trouvé beaucoup moins de choses qui me chiffonnaient ou qui froissaient mon âme littéraire.
Quelques expressions maladroites, elles ne sont certes pas toutes éradiquées, quelques tournures qui ne sont pas à l'avantage du texte, quelques verbes que tu emploies à mauvais escient et du vocabulaire peut être pas encore assez spécifique.
Mais il y a du mieux depuis ma lecture du chapitre un. Un peu moins de gaucherie littéraire, un peu plus de naturelle et de fluide dans le style... ça m'a été plus agréable.
En tout cas, j'en ai une meilleure impression !

Analyse de l'histoire:
Attention à ne pas tomber dans le cucu la praline. C'est la seule réflexion que je me suis faite.
Laurent ne l'emmerde plus (c'est trop simple !) et son Éric est déjà dans ses bras. Flûte, et elle est où la problématique du roman ?

Le rêve du départ ?
Certes, mais il est beaucoup trop effacé et le lecteur n'y prête guère attention. S'il y avait une autre trame, ce serait un bon moyen ensuite de sortir une intrigue de ton chapeau, mais là comme il n'y a rien, on se demande parfois où est l'intérêt du livre.

Place donc cette intrigue un peu plus au centre de ton roman. Ou si tu préfères ne pas trop la faire surgir tout de suite, trouve une autre intrigue qui occupe la faim du lecteur !

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Mar 22 Déc 2009 - 19:44

Avant tout merci.

Pacô a écrit: Analyse de l'histoire:
Attention à ne pas tomber dans le cucu la praline. C'est la seule réflexion que je me suis faite.
Laurent ne l'emmerde plus (c'est trop simple !) et son Éric est déjà dans ses bras. Flûte, et elle est où la problématique du roman ?

Pas dans la relation amoureuse entre Laurent et Éric... c'est ce que tu as pensé ? bah, ça m'inquiète alors. Vais peut-être élaguer tout ça.

Pacô a écrit: Le rêve du départ ?
Certes, mais il est beaucoup trop effacé et le lecteur n'y prête guère attention. S'il y avait une autre trame, ce serait un bon moyen ensuite de sortir une intrigue de ton chapeau, mais là comme il n'y a rien, on se demande parfois où est l'intérêt du livre.
Place donc cette intrigue un peu plus au centre de ton roman. Ou si tu préfères ne pas trop la faire surgir tout de suite, trouve une autre intrigue qui occupe la faim du lecteur !

Pas facile. On doit découvrir doucement la véritable intrigue. D'ailleurs à ce sujet, j'ai balançé un prologue (hihi... je suis un peu maso, mais c'est ta faute ! j'ai lu ton cours : "comment construire l'intro de son roman").

Je suis sur ce forum pour apprendre alors j'apprends.
Merci encore
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Mar 22 Déc 2009 - 20:20

Ah, là il faut faire appel à ton imagination.
Suffit de trouver une petite aventure qui peut arriver à Élisabeth, ou une succession de petites aventures, pour occuper la curiosité du lecteur.

Mais ne lui sert pas un plat froid: c'est un peu comme au restaurant. Si tu veux le faire languir le temps de peaufiner ton plat principal, fait durer un peu l'apéro en y intégrant des petits amuse-gueule. (adepte du dîner presque parfait ? ^^)

Là c'est la même chose: si tu veux faire découvrir peu à peu ton intrigue principale, ta chouchoute, il faut l'entourer de petits amuse gueule.
Tu ne serais pas la première auteur à le faire.

D'ailleurs, ça peut être de mini intrigues qui conduisent à la grande. Bon, vu que je ne connais pas la grosse problématique encore, je peux difficilement te donner de bonnes pistes.
Mais je ne sais pas, tu aurais pu introduire un jeu entre Eric et Elizabeth, un jeu gestuel et de paroles (dans les dialogues).
Un jeu qui aurait fait qu'ils ne s'embrassent pas si vite: un jeu qui attendrit le lecteur et qui fait battre son cœur pour eux.

A toi de voir, c'est toi qui construis cette histoire Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Mer 23 Déc 2009 - 18:24

coucou,

j'ai lu ton nouveau texte. Voici ce que j'ai noté pour le départ.

elle prenait plaisir à apprendre, un besoin, presqu'une nécessité.

Alain, était devenu son ami, presqu’un confident.
répétition à quelques phrases d'écart

Et puis, Élisabeth trouvait qu'elle avait suffisament d'amis
suffisamment

et Valérie plus timide encore qu’ Élisabeth qui cachait ses boutons derrière une frange d’épais cheveux noirs.
juste un problème d'espace en trop

Élisabeth ne fut pas surprise lorsqu’à peine sur le pas de la porte celle-ci s’ouvrit brusquement laissant apparaître sa mère, un visage radieux
j'aurais plutôt dit "le visage radieux"

je trouve que ta nouvelle version est beaucoup plus aisée à lire (même si il a encore beaucoup de Elle Very Happy ).

Je reviens plus tard pour la suite

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Mer 23 Déc 2009 - 20:04

Je retourne de ce pas corriger. Merci Kat.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Ven 25 Déc 2009 - 0:59

Comment avait-telle pu trouver ce garçon délicat
avait-t-elle

Il est pas sympa ce Eric, dis-donc ! Evil or Very Mad

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Ven 25 Déc 2009 - 9:38

1h59 du mat !???! Tu avais mangé trop de dinde et tu n'arrivais pas à dormir ? C'est pas moi qui vais m'en plaindre...

Mais si, il est meugnnonnn Eric. C'est un gentil p'tit gars.




(Du coup ça doit dormir sec ce matin du côté de chez Kat !)
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Dim 27 Déc 2009 - 11:01

Élisabeth avait fini par se détendre et le liquide pétillant qu’elle sirotait commençait doucement à lui chauffer les entrailles. Elle regardait sa mère qui babillait gaiement et elle la trouva jolie avec ses yeux noisette et ses cheveux blonds coupés à la garçonne. Elle semblait monter sur ressort et lorsqu’elle s’exprimait ses mains faisaient des rondes (on a l'impression qu'elle tricote, ses mains s'agitent mais ne font pas des rondes j'imagine)ce qui avait toujours amusé Élisabeth. « Elle doit avoir des origines italiennes pour s’exprimer ainsi avec les mains… ». Soudain le regard de Marie se porta derrière Élisabeth et un plus grand sourire apparut sur son visage.

— Ah oui ? vraiment… Moi je n’avais jamais entendu parler de vous »
Je trouve ce dialogue pas naturel, entre le Ah oui ? et le vraiment. J'aurais plutôt simplement écrit "vraiment ?"

Alors il se pencha vers elle presque à la toucher et lui murmura à l’oreille
je trouve la phrase mal formulée

Lorsque le serveur repartit prendre la commande, il se tourna vers elle, un sourire ironique sur les lèvres.
Pareil, mal formulé. Je lis que le serveur vient prendre la commande puis il repart prendre la commande scratch Toute façon, s'il repart après avoir pris la commande, on se doute bien qu'il va la chercher.

« Alors ? J’ai passé le test ?
Ben où qu'il est passé le tiret ?

— Pardon ? Hoqueta-t-elle surprise.
pas de majuscule

elle apprit que le jeune homme avait 21 ans
écrire en toutes lettres

Élisabeth fut éberluée de sa facilité à se confier mais était littéralement hypnotisée.
Comme précédemment, je trouve que la phrase est mal formulée.

« Marie m’a dit que tu aimais beaucoup les livres, Élisabeth ?
le tiret ?

— Ma grand-mère a la même passion, aussi possède-t-elle une grande collection de livres originaux, des œuvres rares et magnifiques selon elle… moi, je n’y connais pas grand-chose mais tu pourras venir les voir si tu le veux ?
Le dialogue n'est pas très naturel. Je ne sais pas pour toi mais je ne me vois pas dire "aussi possède-t-elle..."

c’est très gentil de ta part Samuel.
En général une virgule avant le nom de la personne.

Elle en rencontre des hommes la petite Eli, ça va devenir dur si en plus elle doit faire des choix. Je trouve ce Samuel relativement antipathique et pédant. Pour cette partie de texte, contrairement aux précédentes, j'ai eu beaucoup moins de plaisir à le lire, il ne "coule" pas tout seul, manque de naturel.

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Dim 27 Déc 2009 - 12:13

Lorsque le serveur repartit prendre la commande, il se tourna vers elle, un sourire ironique sur les lèvres.

Pareil, mal formulé. Je lis que le serveur vient prendre la commande puis il repart prendre la commande Toute façon, s'il repart après avoir pris la commande, on se doute bien qu'il va la chercher.
Elle commence à bien prendre le coup la p'tite Kat Wink

Par contre, je te prie de ne pas dire de mal deSamuel, parce que je me le n'aime I love you
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Dim 27 Déc 2009 - 12:15

tu te le aime le Samuel ? Bon alors je m'excusassionne Smile

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Dim 27 Déc 2009 - 12:19

J'accepte tes excusations, mah que je ne t'y reprennâsse pas hin drunken
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  kat le Dim 27 Déc 2009 - 13:53

coucou, c'est re-moi Smile

Le week-end suivant, Éric la prévint qu’il devait s’absenter avec ses parents. Elle décida donc d’organiser ces deux jours comme elle le faisait avant qu’ Éric (un espace en trop) n’occupe la majeure partie de ses pensées : librairie et bibliothèque. Elle en profiterait également pour rendre une petite visite à Alain qu’elle n’avait pas appelé depuis le déjeuner avec Éric.

Alain fut ravi lorsqu’elle l'’appela pour le prévenir de sa prochaine visite. Il se plaignit d’être « abandonné », laissé pour compte depuis l’arrivée du nouveau voisin. Son ton faussement larmoyant la fit rire et ils décidèrent de déjeuner ensemble le samedi midi.

Ils se retrouvèrent dans leur crêperie habituelle, à leur table habituelle avec leur serveuse habituelle, Nadine. Alain avait la manie des habitudes ce qu’appréciait beaucoup Élisabeth. Cette routine la rassurait.

Je sais que les répétitions dans ce cas sont volontaires mais on pourrait certainement faire passer le message en les évitant.
Est ce que la serveuse est importante ? Si ce n'est pas le cas, peut-être que connaître son prénom n'est pas forcément utile et interessant pour le lecteur.

— Les examens… Mouais, ils ont bons dos !

Élisabeth ne savait plus quoi lui répondre. Il avait l’air si triste soudain. Elle n’avait jamais remarqué à quel point leur relation était importante pour lui. Elle sut alors ce que ressentait une fille devant son père lorsqu’il vient de s’apercevoir que sa petite fille* a grandi.
que son enfant a grandi ?

L’automne était maintenant bien établi. Les arbres, secoués par un souffle froid, perdaient leur couleur flamboyante. Le jour déclinait plus rapidement, aussi Élisabeth décida-t-elle de rentrer de bonne heure.
je ne suis pas sûre que le terme bien établi puisse aller avec une saison.

A l’approche de sa maison, elle remarqua une berline grise garée à proximité. C’était une voiture grise très élégante. Elle détonait dans ce quartier modeste. En passant à côté, elle (Eli ou la jeune fille) jeta un rapide coup d’œil à l’intérieur du véhicule, les sièges en cuir gris, le tableau de bord en bois précieux.

En entrant chez elle, Marie discutait dans le salon.
mal formulé. peut-être "Lorsqu'Eli rentra chez elle" ou Lorsqu'elle entra chez elle...

Habillé d’un jean et d’une chemise noire, toujours très élégant, il souriait en regardant la jeune fille.
Vêtu ?

Bonjour ! Répondit-elle toujours immobile. Tu ne bois jamais de thé,Marie
pas de majuscule

Elle prit le paquet et déchira doucement l’emballage
le verbe déchirer va t'il avec le fait d'aller doucement ?

Pourrisait !? s’exclama-t-elle indignée.
pourrissait

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Pacô le Dim 27 Déc 2009 - 14:21

petitebrise a écrit:suite chapitre 2 : (2ème partie) Nouvelles amitiés ?(un autre héro de l'histoire ne va pas tarder à faire son apparition)
[...]
Elle se réveilla brutalement en pleine nuit. La voix était revenue dans son rêve mais elle n’était plus douce ni charmante, elle grondait et Élisabeth avait ressenti une grande colère. Comme d’habitude elle ne se rappela plus les mots prononcés. Elle décida d’aller prendre un verre d’eau pour évacuer le malaise et se rendit dans la cuisine. L’eau lui fit tout de suite du bien et elle appuya son front contre la fenêtre. Dehors [virgule] une petite brise secouait les dernières feuilles sur les arbres du jardin, que la pleine lune éclairait d’une douce lumière. Élisabeth eut envie de sortir pour profiter de cet instant magique. Rapidement elle enfila sa robe de chambre et sortit sur le perron. Là, elle s’assit sur les marches. Seul le bruissement des feuilles se faisait entendre (c'est une tournure maladroire "faire ci ou ça" "se faire entendre" etc... Pense à formuler plus habilement: "Le bruissement des feuilles caressait l'atmosphère de la nuit." Ou un truc du même type). Ce calme apaisa Élisabeth. Elle ferma les yeux et laissa son esprit vagabonder. Les images défilèrent et les visages de ses amis se succédèrent, le souvenir de la scène sous l’abri bus, le regard d’Éric et son sourire. Un craquement coupa net les rêveries de la jeune fille. Elle regarda dans la direction du bruit et pensa à un chat curieux. Un autre craquement se fit entendre (même chose que précédemment), cette fois plus proche. Elle scruta l’obscurité, anxieuse, mais ne vit rien. Elle s’approcha doucement, persuadée de surprendre un chat en pleine chasse. Soudain un bruit de pas précipités se fit entendre (décidément... ^^. en plus, là tu répètes la même structure). Quelqu'un semblait courir dans la direction opposée, cela ressemblait à une fuite. Elle se figea, terrorisée. Qui pouvait bien être dans son jardin à cette heure tardive ? Que faire ? (inutile puisque tu réponds par d'autres questions ensuite u_u") Devait-elle prévenir Marie ? Appeler la police ? Le silence était retombé dans le petit jardin, si bien qu’Élisabeth se demanda si elle n’avait pas rêvé.
[...]
Le lendemain matin, pour la première fois de sa vie, Élisabeth choisit soigneusement ses vêtements et passa un long moment à s’observer dans la glace. Elle finit par choisir un jean avec un chemisier marron (bleu et marron oO ! Je ne veux pas me la jouer styliste, mais c'est reconnu que ça va pas des masses ensemble \o/), assorti d’un grand collier que sa mère lui avait offert l’été précédent, et attacha ses cheveux en queue de cheval. Elle se maquilla légèrement. Marie écarquilla les yeux lorsque sa fille pénétra dans la cuisine.

« Eh ben mazette ! Je dois encore dormir ! Les extra-terrestres ont dû débarquer cette nuit et remplacer ma fille. Ou alors elle est tombée sur la tête dans la nuit, ou...
[saute une ligne, on ne comprend rien sinon !]
Élisabeth coupa sa mère.

— C’est bon maman ! Arrête ! Les extra-terrestres n’ont pas débarqués et je ne suis pas tombée sur la tête. Si tu veux, je peux aller me changer.

— Tu plaisantes ! Tu aurais pu juste me prévenir avant d’entrer. Causer un tel choc à sa mère... (utilise les suspension, parce que ta phrase n'est pas terminée. Sinon, il y a un problème)

Marie et Élisabeth maintenant riaient pour de bon.

— En parlant de choc, ce soir, tu pourrais m’emmener acheter de nouvelles baskets ? Depuis le temps que tu me bassines.

— ... Un miracle ! C’est un jour béni ! Évidemment ! Ce soir, je prends quelques heures et je passe te prendre au Lycée. Après, on file en ville. Oui, ce sera super.
[saute une ligne ^^]
Marie était euphorique.

— Maman, calme-toi. Je veux juste acheter des chaussures. Ça peut attendre que tu es fini le boulot.

— Laisse ta mère se faire du bien. Tu veux ? Tu finis à quelle heure ?

— Non, ce soir juste après le lycée j’ai déjà prévu quelque chose. On pourra y aller plus tard ? »

Elle n’avait rien prévu mais pour rien au monde elle n’aurait raté une occasion de rentrer avec Éric. Sa mère parut déçue sur l’instant mais elles s’accordèrent pour se retrouver vers dix huit heures à la maison. Elles mangeraient en ville. On cogna à la porte (bouerf ! Cogner ? oO On frappa, on toqua etc... mais pas cogner voyons, c'est familier et ça renvoie à un langage très... ivrogne de comptoir oO). Comme presque tous les matins depuis ces dernières semaines, Éric passait la chercher. Élisabeth le fit entrer et pendant qu’elle enfilait sa veste il en profita pour saluer Marie. Celle-ci était littéralement subjuguée par le jeune homme. Elle ne tarissait pas d’éloges à son sujet et ne manquait jamais de lui faire des compliments. Elle se doutait bien que toutes les transformations de sa fille avaient un rapport avec lui. Elle l’observa en souriant ; il avait un visage franc, des dents parfaitement alignées et étonnamment pour un garçon de son âge n’avait pas une seule trace d’acné. Ses cheveux châtains avaient quelques mèches plus claires. Très grand, les épaules larges, il avait une stature de sportif.

« Tu pratiques un sport Éric ? (elle lui demande ça comme ça, sans préliminaire ? Un peu étrange non ?)

— Avant de déménager, oui Madame. En fait, je pratiquais de la boxe et du hand Ball de façon très régulière. Le tennis à l’occasion et la voile pendant mes vacances. Il m’arrive de temps en temps de faire de l’équitation aussi. J’adore les chevaux...

Au fur et à mesure que le jeune homme énumérait ses exploits sportifs, Marie écarquillait les yeux, comme si devant elle était apparu un ange. « Déplorable » pensa Élisabeth qui attendait maintenant dans l’entrée, son sac sous le bras.

— Tu sais Éric, tu n’es pas obligé de m’appeler MADAME, un Marie suffira !

— Bien Mada... enfin Marie, j’essaierai...

— Je crois que je vais devoir vous laisser partir avant que ma fille m’arrache les yeux, dit-elle en observant Élisabeth qui effectivement la fusillait du regard. Bonne journée à tous les deux ! »

Appréciation linguistique:
Bon. Le souci majeur, c'est encore toutes ces lourdeurs.
Et le pire: "se faire entendre" ^^.
Il faut absolument te débarrasser de tous ses verbes qui s'accrochent à la plume mais qui sont très laids et qui dénotent d'une très mauvaise qualité littéraire.

Ce qu'il faut avant tout, c'est écrire d'une manière simple, sans chercher à alambiquer les phrases en rajoutant des "se faire entendre", "c'est que" etc...
Tu sais, j'ai donné un exercice (dans la partie "Cours") pour kat. Tu peux les faire toi aussi ou m'en demander sur ce genre de maladresses.
Je serais ravi de te donner un sujet à traiter qui serait susceptible de faire travailler ce souci.
Ou quelqu'un d'autre (nos correcteurs sont qualifiés pour ça aussi XD).

Attention à la typographie aussi. La narration doit bien être séparée des passages dialogués. Sinon, on capte plus rien et on s'embrouille entre paroles de personnages et narration.

Bref, il faut encore un peu bosser tout ça en résumé...

Appréciation de l'histoire:


Là, ce qui me dérange: c'est la réaction de la mère. Elle fait très immature, voire plus gamine que sa propre fille. C'est voulu ?
Mais on s'imagine difficilement qu'elle ait pu avoir une situation sociale avec un comportement aussi raz les pâquerettes u_u".

Autre chose: j'aurais aimé que tu exploites plus le côté "nuit et danger" le soir dans son jardin. J'ai l'impression d'avoir effleurer la mini-crainte, mais je n'ai pas ressenti de peur ou d'angoisse.
C'est pourtant ce que tu aurais du faire passer Smile.

Bien sûr, tu peux contester mes critiques. Je n'attends que ça Twisted Evil.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  petitebrise le Dim 27 Déc 2009 - 14:29

kat a écrit:Je sais que les répétitions dans ce cas sont volontaires mais on pourrait certainement faire passer le message en les évitant.
Est ce que la serveuse est importante ? Si ce n'est pas le cas, peut-être que connaître son prénom n'est pas forcément utile et interessant pour le lecteur.

Je veux juste insister sur la routine rassurante. Et Nadine en fait partie même si elle n'est pas importante.


kat a écrit:L’automne était maintenant bien établi. : je ne suis pas sûre que le terme bien établi puisse aller avec une saison..

Ca ne me choque pas. établir veut dire installer, qui a pris place... donc, ça correspond.


kat a écrit:Pourrisait !? s’exclama-t-elle indignée. pourrissait

Bien vu ! et en plus il n'y a qu'un seul R ! lol! : pourissait

Merci Kat pour ces corrections.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  azul le Dim 27 Déc 2009 - 14:32

Bien sûr, tu peux contester mes critiques. Je n'attends que ça
Lol, allez titebrise, prends-le au mot et sors le fouet. À bas la tyranie ! ô_ô

J'vais aller me faire un p'tit coup de Patchiquo, tiens !
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires sur : l'Elue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 21 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 12 ... 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum