Bleu comme le ciel d'Espagne

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  azul le Jeu 10 Juin 2010 - 8:05

Salut Kat !
Merci pour les répétitions qu'on ne voit jamais si bien que lorsqu'elles sont en couleur. Je vais y remédier, et tenir compte aussi de tes reformulation.
Et si l'héroïne t'énerve encore... eh ben continue à le dire.
Oh, et puis je tiens à ma tornade/tourbillon volubile Wink
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Jeu 10 Juin 2010 - 10:22

Coucou, j'ai commencé à lire ton roman.
Niveau style, écriture, quasi rien à redire. Tuas une écriture agréable, très facile à lire. Je n'ai repéré que deux petites anicroches qui m'ont perturbé.


J’étais à quelques pas du chapiteau lorsque la silhouette de ma belle-sœur scintilla vers moi.


Puis le cercle se disloqua et rayonna bruyamment vers le buffet, me laissant seule avec le couple.

Je trouve ces deux images un peu maladroites. Une silhouette ne peut scintiller. Bon, je devine que tu veux parler de la luminosité au tour d'elle, mais c'est vraiment pas clair et on a dû mal à se représenter la scène.

Pareil pour un cercle qui rayonne. Non, un cercle ne rayonne pas. là encore, on comprend ce que tu veux dire, mais on accroche.

Sinon, j'avoue que le thème de ton récit n'est pas de ceux qui m'accrochent... Les relations interpersonnelles, ça me lasse assez vite. Et tu nous imposes quantité de noms d'un seul coup. Il aurait été peut-être plus habile d'y aller progressivement. Déjà de commencer juste avec le personnage et ses enfants, par exemple... et de continuer sur plusieurs chapitres, en nous les présentant un à un ... (ou deux par deux pour les couples ! ) Tu as bien une dizaine de personnages, je crois. Les indications que tu donnes ne suffisent pas à nous familiariser facilement avec eux.
Bon,c e n'est qu'un avis sur un seul chapitre, peut-être que les choses s'éclaircissent par la suite, mais c'est un petit handicap de ton récit d'emblée.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  azul le Jeu 10 Juin 2010 - 11:42

Salut Arwen !

Tu as raison pour scintiller et rayonner ; je vais les remplacer.

Le problème que tu soulèves quant aux nombres de personnages et à la difficulté de les identifier a déjà été évoqué par d'autres lecteurs. Je redis donc que c'est un peu normal puisqu'il s'agit ici d'une suite et que je me vois mal refaire tout l'historique. Il me faudra sans doute rajouter quelques notes de bas de pages pour se référer au premier volume.

Ensuite, oui, traiter des "relations interpersonnelles" comme tu dis est un choix de ma part qui intéresse ou pas. J'aime assez parler de ce qui est, et non de ce qui paraît être. Du moins démontrer que ce qui paraît être n'est pas forcément ce qui est^^. Déformation professionnelle. Ce qui ne veut pas dire que j'y parviens. C'est en ce sens que j'aimerais être aidée ; seulement voilà, cette histoire est écrite sur fond d'histoire d'amour, et ça aussi ça accroche pour certains. Je n'ai pas dû bien choisir mon sujet, mais il se trouve que maintenant j'y tiens.

J'aime ce qui est sous-jacent et ne sera pas forcément explicité, j'aime les ellipses mais je reconnais que je ne sais pas toujours les traiter et que certains passages peuvent être quelquefois obscurs. Dans le premier roman, j'ai tissé une ambiguïté qui a été décelé par peu de personnes, mais certains l'ont vue et m'ont posé la question. Bingo ! chizz

Bref, il me faut aller au bout de cette histoire pour me défaire de cette sensation d'inachevé.

Merci pour ta lecture et tes impressions Arwen.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Pacô le Ven 11 Juin 2010 - 19:28

Chapitre V
Nathalie
(extrait 1)

ignora superbement son appel.
=> son ou mon appel plutôt ?

plus qu’il n’avait voulu le laisser paraître.
=> ou plutôt, n'avait voulu l'admettre.

— Rien ne sert d’y aller maintenant, me cria-t-il, je te dis qu’ils sont passés sous la clôture. Ce n’est pas la première fois, et puis il va bientôt faire nuit.
=> c'est qui "me" ? Frédéric ? Mario ? Ou le cheval ? Razz

Il grommela une bordée de jurons où le diable prenait toute la place.
=> boah... je la trouve pas top l'expression.

Attend de savoir de quoi il retourne avant de te lancer tête baissée.
=> Attends (impératif)

Il tourna bride
=> c'est une expression ça ?

par une tornade qui m’enveloppa d’un tourbillon volubile.
=> sympa... mais ça me gêne. Je ne saurais dire exactement pourquoi... mais peut-être du "tourbillon" et "envelopper" qui font redondant.

qui nous avait opposés la veille.
=> dis, j'y reprense, il n'y a pas une règle du "nous" qui s'applique comme le "moi", c'est à dire si le nous est exclusivement féminin (ce qui est le cas) il y a accord au féminin dans cette situation ; c'est-à-dire "opposées" ?

— Eh bien ! Cet homme n’est autre que…
=> ahah... T_T

Ah ! J'espère que tu jubiles de nous laisser sur les dents ainsi T_T.

L'histoire prend un caractère mystérieux, encore un peu plus. Peut-être saga de l'été (bon ok, c'est pas un compliment ce que je te fais là...) mais ça tient en haleine.
On a envie de savoir ce que cache Frédéric, ce qui attend Nathalie, ce qu'il va encore se produire, si Alonzo va céder, si Lou va s'expliquer sur sa bagarre et si les moutons vont revenir dans la nuit (Razz).

Une écriture fluide et sans trop de fioritures ; pas forcément de grands accès à la littérature, mais pas non plus de la littérature de gare.

Bref, j'apprécie le passage et je suis toujours friand de savoir la suite Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Sam 12 Juin 2010 - 11:56

Bon, j'ai lu le deuxième envoi

bouh, j'ai peur de pas être très constructive;
quasi rien à redire
deux trucs : la première personne de l'imparfait prends un S. Tu l'oublies deux ou trois fois ( ce s ne disparait qu'au futur)
j'adore le passage sur le cheval ( bon, je suis une amoureuse des chevaux) mais j'ai du mal à comprendre : c'est le poulain qu'il a vu naitre ?
j'aime beaucoup aussi le flashback, les sentiments qui y sont exprimés.Les émotions y passent très bien.
Peut-être un peu plus de mal sur les dialogues. Pas qu'ils soient mal écrits. non. Mais peut-être que certaines infos ne nécessitent pas de passer par le dialogue. je ne sais pas. C'est juste une impression.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  azul le Dim 13 Juin 2010 - 18:41

Me v'là ! Désolée pour le retard, je suis un peu crevée en ce moment.

Pacô a écrit:

ignora superbement son appel.
=> son ou mon appel plutôt ?
son : celui de Frédéric

plus qu’il n’avait voulu le laisser paraître.
=> ou plutôt, n'avait voulu l'admettre.
Non, il l'a admis mais ne veut pas le laisser paraître

— Rien ne sert d’y aller maintenant, me cria-t-il, je te dis qu’ils sont passés sous la clôture. Ce n’est pas la première fois, et puis il va bientôt faire nuit.
=> c'est qui "me" ? Frédéric ? Mario ? Ou le cheval ? Razz
Elle ne parle que de Frédéric précédemment (en que sujet capable d'énoncer des mots, évidemment)

Il grommela une bordée de jurons où le diable prenait toute la place.
=> boah... je la trouve pas top l'expression.
Possible mais je la garde

Attend de savoir de quoi il retourne avant de te lancer tête baissée.
=> Attends (impératif)
Exact

Il tourna bride
=> c'est une expression ça ?
Oui c'en est une. Il fait faire demi-tour à sa monture

par une tornade qui m’enveloppa d’un tourbillon volubile.
=> sympa... mais ça me gêne. Je ne saurais dire exactement pourquoi... mais peut-être du "tourbillon" et "envelopper" qui font redondant.
Possible ; tornade et tourbillon aussi remarque

qui nous avait opposés la veille.
=> dis, j'y reprense, il n'y a pas une règle du "nous" qui s'applique comme le "moi", c'est à dire si le nous est exclusivement féminin (ce qui est le cas) il y a accord au féminin dans cette situation ; c'est-à-dire "opposées" ?
Yes ! J'ai laissé traîner plein de fautes d'accord de toute façon. Honte à moi

Peut-être saga de l'été (bon ok, c'est pas un compliment ce que je te fais là...)
C'est pas dramatique non plus. Je n'ai jamais eu l'intention que ce roman traverse les siècles sans une ride^^

Une écriture fluide et sans trop de fioritures ; pas forcément de grands accès à la littérature, mais pas non plus de la littérature de gare.
Oui, juste une saga de l'été, donc pas prise de tête, et donc sans grande prétention littéraire ô_ô

avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  azul le Dim 13 Juin 2010 - 19:03

arwen a écrit:
deux trucs : la première personne de l'imparfait prends un S. Tu l'oublies deux ou trois fois ( ce s ne disparait qu'au futur)
T'as encore changé de tête Arwen Shocked

Ben oui, je sais pour l'imparfait et... le passé simple tu veux dire ? Le "s" disparaît au passé simple. Le futur, c'est avec le conditionnel qu'on peut le confondre. J'ai cherché mais je n'ai pas vu de fautes. Si tu as un exemple.

j'adore le passage sur le cheval ( bon, je suis une amoureuse des chevaux) mais j'ai du mal à comprendre : c'est le poulain qu'il a vu naitre ?
Oui, c'est Estrella. Ken l'a vue naître trois ans auparavant, lorsque sa mère (Nathalie) et lui sont venus passer six mois en Espagne. C'est pourquoi elle voulait lui en faire cadeau. C'est peut-être pas clair. Au début c'est la "surprise" de Ken, ensuite "elle" qui est née du croisement d'un PRE avec un Arabe, enfin "la jument". Je vais voir ça.

Peut-être un peu plus de mal sur les dialogues. Pas qu'ils soient mal écrits. non. Mais peut-être que certaines infos ne nécessitent pas de passer par le dialogue. je ne sais pas. C'est juste une impression.
Je suppose que tu parles de celui-ci :

— Encore des questions sans réponses à ce que je vois.
— Des milliers…
— Une seule me suffira.
— Pourquoi les retours sont-ils plus douloureux chaque fois ?
— Ici ou là-bas ?
— Ici et là-bas ! Je voudrais rester…
— Alors reste, rien ne t’oblige à repartir si tôt.
— Je parlais d’un retour définitif, Frédéric.

C'est vrai que j'ai enchaîné les dialogues et qu'en plus j'ai souvent la manie de ne pas les renseigner. J'ai écourté à plein d'endroit mais je n'ai pas trop envie de toucher à certains, dont celui-ci. Il contient tout le dilemme de cette fille attachée à la terre qui l'a vu grandir.

Merci pour ton appréciation Arwen

Very Happy
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Dim 13 Juin 2010 - 19:13

— Ma chérie ! Laisse-moi te présenter la raison de mon empressement tout à l’heure, déclara Catalina en s'inclinant sur sa gauche. Voici Manuela Cortes, la nièce de Maria. Cette charmante jeune fille se propose…
Je ne suis pas fana de ce genre d'incise. Ça alourdit les dialogues, je trouve. Je préfère les sortir du dialogue et les insérer dans la narration, avant ou après.


Je levai les yeux vers lui.
on a du mal à savoir à qui fait référence le "lui". Là, j'ai l'impression que ça fait reférence à l'enfant ( dans le dialogue qui précède) le préciser serait pas mal, je trouve.


Ils étaient une bonne dizaine à chahuter en s’envoyant divers projectiles à la figure.
P'tre possible de se passer de ce participe présent (tu n'en mets pas autant que moi, ceci dit ! )



Je laissai le petit monde reprendre sa bataille amicale et me dirigeai vers la table qu’occupait mon frère. Il était fin soul et n’essayait déjà plus de se lever. Cela me faisait mal au cœur de le voir ainsi s’abîmer la santé. À bientôt quarante ans, Tony n’était plus que l’ombre de lui-même, terrassé bien avant l’âge par toutes sortes d’excès qui ne pourraient avoir qu’une issue fatale. Frédéric avait renoncé à l’aider, Tony avait trop de démons à combattre. Seul un travail sur lui-même aurait pu l’y aider, mais il s’y refusait obstinément. Il ne voulait pas remuer le passé et préférait se laisser engloutir lentement dans les sables mouvants de ses rêves utopiques. Personne ne ramènerait son père à la vie et ne lui offrirait l’occasion de lui avouer tous ses regrets.
Je n'aime pas du tout ce passage. Ca fait très analytique et en fait ça sonne un peu faux. Ou bien, si on se laisse aller à l'idée que c'est vraiment les pensées de la narratrice, je la trouve d'un coup très froide et pour tout dire antipathique. Et en plus, ça ne va pas du tout avec le reste de la narration qui est très différente, beaucoup plus chaleureuse.


Le vin était léger et sucré, je l’appréciai avec la parcimonie des gens qui ont un compte à régler avec l’alcool.
C'est bien dit, mais c'est redondant avec le dialogue précédent que, du coup, je supprimerai et insérerais dans la narration "elle me proposa un verre, etc"
Sans compter que je trouve étrange qu'elle accepte de boire un verre de vin, si elle a dit qu'elle voulait un jus de fruit et qu'elle a un souci avec l'alcool... C'est contradictoire.


Le sujet semblait passionner Nicolas au point d’oublier sa fille en pleine ascension de son épaule.
maladroit la fin de ta phrase...

C'est tout !
Sinon, tu peux relire tout ton roman pour rajouter des S à tous les imparfait à la première personne !
Laughing
Un peu plus de maladresses dans ce passage, mais ça reste très agréable à lire. On découvre les personnages assez progressivement. je suis !
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Dim 13 Juin 2010 - 19:18

[quote]
azul a écrit:
arwen a écrit:
deux trucs : la première personne de l'imparfait prends un S. Tu l'oublies deux ou trois fois ( ce s ne disparait qu'au futur)
T'as encore changé de tête Arwen Shocked

Ben oui, je sais pour l'imparfait et... le passé simple tu veux dire ? Le "s" disparaît au passé simple. Le futur, c'est avec le conditionnel qu'on peut le confondre. J'ai cherché mais je n'ai pas vu de fautes. Si tu as un exemple.

Tous ceux où tu as oublié le s, parce que ce ne sont pas des passé mais des imparfait... il me semble. enfin, à chaque fois, ça m'a choqué ( c'est vrai que j'ai pas l'habitude de lire des romans à la 1ere personne au passé... ) Bon, faut que je relise. J'dis p'tre des bêtises.


j'adore le passage sur le cheval ( bon, je suis une amoureuse des chevaux) mais j'ai du mal à comprendre : c'est le poulain qu'il a vu naitre ?
Oui, c'est Estrella. Ken l'a vue naître trois ans auparavant, lorsque sa mère (Nathalie) et lui sont venus passer six mois en Espagne. C'est pourquoi elle voulait lui en faire cadeau. C'est peut-être pas clair. Au début c'est la "surprise" de Ken, ensuite "elle" qui est née du croisement d'un PRE avec un Arabe, enfin "la jument". Je vais voir ça.
on devine, mais faut se poser la question quand même...



C'est vrai que j'ai enchaîné les dialogues et qu'en plus j'ai souvent la manie de ne pas les renseigner. J'ai écourté à plein d'endroit mais je n'ai pas trop envie de toucher à certains, dont celui-ci. Il contient tout le dilemme de cette fille attachée à la terre qui l'a vu grandir.

Very Happy
Je n'aime pas quand on renseigne trop les dialogues. Ca alourdit drôlement. Mais là, c'est vrai que l'enchainement est un peu long. Il y a certainement moyen de repasser au style indirect pour certaines répliques qui sont pas super utiles en tant que dialogue, je trouve. (Tu sais c'est comme faire dire bonjour ou au revoir en style direct, aucun intérêt. Un "ils se saluèrent" suffit...
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  kat le Dim 13 Juin 2010 - 19:38

je la trouve d'un coup très froide et pour tout dire antipathique.
Tiens tiens, c'est bizarre ça Laughing elle n'a pas le côte en ce moment Laughing

kat
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 829
Votre talent : Écriture
Points : 1000
Date d'inscription : 17/12/2009

http://www.thebookedition.com/go-to-hell-de-oxanna-hope-p-40057.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  azul le Dim 13 Juin 2010 - 20:06

Sinon, tu peux relire tout ton roman pour rajouter des S à tous les imparfait à la première personne !
Encore ? Very Happy Tu veux dire comme ici : Le vin était léger et sucré, je l’appréciai avec la parcimonie des gens qui ont un compte à régler avec l’alcool. ? Parce qu'il s'agit d'un passé simple, pas d'un imparfait.

Et pour en venir au sens de cette phrase, le compte qu'elle a à régler avec l'alcool n'est pas dans le fait de le boire, mais dans celui de l'abus qu'en fait son frère. Ensuite, elle demande du jus de fruits, et son neveu (Lou) lui tend un verre de "jus de raisin" (boutade). Elle y trempe les lèvres pour lui faire plaisir.
— Ma chérie ! Laisse-moi te présenter la raison de mon empressement tout à l’heure, déclara Catalina en s’inclinant sur sa gauche. Voici Manuela Cortes, la nièce de Maria. Cette charmante jeune fille se propose…

Je ne suis pas fana de ce genre d'incise. Ça alourdit les dialogues, je trouve. Je préfère les sortir du dialogue et les insérer dans la narration, avant ou après.
C'est si lourd que ça ? C'était une occasion de situer Manuela sans alourdir la narration justement.
Je laissai le petit monde reprendre sa bataille amicale et me dirigeai vers la table qu’occupait mon frère. Il était fin soul et n’essayait déjà plus de se lever. Cela me faisait mal au cœur de le voir ainsi s’abîmer la santé. À bientôt quarante ans, Tony n’était plus que l’ombre de lui-même, terrassé bien avant l’âge par toutes sortes d’excès qui ne pourraient avoir qu’une issue fatale. Frédéric avait renoncé à l’aider, Tony avait trop de démons à combattre. Seul un travail sur lui-même aurait pu l’y aider, mais il s’y refusait obstinément. Il ne voulait pas remuer le passé et préférait se laisser engloutir lentement dans les sables mouvants de ses rêves utopiques. Personne ne ramènerait son père à la vie et ne lui offrirait l’occasion de lui avouer tous ses regrets.

Je n'aime pas du tout ce passage. Ca fait très analytique et en fait ça sonne un peu faux. Ou bien, si on se laisse aller à l'idée que c'est vraiment les pensées de la narratrice, je la trouve d'un coup très froide et pour tout dire antipathique. Et en plus, ça ne va pas du tout avec le reste de la narration qui est très différente, beaucoup plus chaleureuse.
Moi je ne sens pas de froideur dans ce passage mais plutôt de la détresse. Après, il est vrai que c'est dit de façon assez carrée. Même si le frère et la soeur sont très unis (il a quatre ans de plus qu'elle), leur relation comporte de nombreux non-dits. À la mort de leurs parents, c'est Tony qui a hérité du domaine et qui a refusé cet héritage. Il était déjà porté sur l'alcool bien avant leur mort. Il a laissé sa soeur se débrouiller seule avec le domaine. Elle n'y serait jamais parvenue sans l'aide de Frédéric et de mario (elle avait 17 ans). Mais tout ça est dit dans le premier tome.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  azul le Dim 13 Juin 2010 - 20:07

kat a écrit:
je la trouve d'un coup très froide et pour tout dire antipathique.
Tiens tiens, c'est bizarre ça Laughing elle n'a pas le côte en ce moment Laughing
Ouais, faut croire que cette fille est incurablement antipathique Sad
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Dim 13 Juin 2010 - 20:11

Et pour en venir au sens de cette phrase, le compte qu'elle a à régler avec l'alcool n'est pas dans le fait de le boire, mais dans celui de l'abus qu'en fait son frère. Ensuite, elle demande du jus de fruits, et son neveu (Lou) lui tend un verre de "jus de raisin" (boutade). Elle y trempe les lèvres pour lui faire plaisir.
C'est pas clair tout ça... la boutade du "verre de vin" est pas évidente à saisir (on la saisit, mais on fronce les sourcils) et le lien n'est pas franchement fait avec l'alcoolisme de son frère...
Enfin, je ne sais pas quelqu'un qui veut éviter d'avoir affaire à l'alcool, (même sans etre alcoolique soi même mais par dégout de voir quelqu'un dans son entourage l'etre) en général, il n'apprécie pas ce genre de plaisanterie... Enfin, j'ai un exemple dans ma famille. Un cousin qui a vu son père trop boire. Quand il demande du jus de fruit, si ons 'amuse à lui donner un verre de vin, il se fache... Sans aller jusqu'à la fâcherie, parce que ce n'est pas peut-être le caractère de ton personnage, faut quand même la faire réagir intérieurement, je pense pour que ce soit crédible : un agacement, une réflexion intérieure.


Moi je ne sens pas de froideur dans ce passage mais plutôt de la détresse. Après, il est vrai que c'est dit de façon assez carrée. Même si le frère et la soeur sont très unis (il a quatre ans de plus qu'elle), leur relation comporte de nombreux non-dits. À la mort de leurs parents, c'est Tony qui a hérité du domaine et qui a refusé cet héritage. Il était déjà porté sur l'alcool bien avant leur mort. Il a laissé sa soeur se débrouiller seule avec le domaine. Elle n'y serait jamais parvenue sans l'aide de Frédéric et de mario (elle avait 17 ans). Mais tout ça est dit dans le premier tome.

C'est extrêmement froid, comme un diagnostic médical. Il ne serait pas mauvais de rappeler dans ce passage, leur passé, même succinctement (on s'en fiche de ce qui a été dit dans le tome 1, vu qu'on l'a pas lu... ), pour qu'on comprenne. et apporter p'tre un peu d'affect, parce que là c'est hyper distant comme passage. Et vraiment, d'un coup, ça me la rend très antipathique, limite moralisatrice et en train de juger son frangin.
Je ne sens absolument aucune détresse. Je te dis une froideur antipathique.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  azul le Dim 13 Juin 2010 - 20:58

Ok, merci Arwen, tes deux réflexions sont très intéressantes et je pense que tu as raison. Je vais voir comment arranger ça. Wink
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Sam 19 Juin 2010 - 15:26

Suite du chapitre II
recoucou, ai continué à lire. de manière surprenante ( car c en'es tpas mon thème préféré, ons elaisse prendre à l'histoire) un peud e mal à repérer qui est qui encore. Peut-être serait-il judicieux de rappeller de temps ent emps les liens entre chaque personnage ( sans trop en faire bien sur)


J’allais tirer ma chaise lorsqu’un cri déchirant domina le brouhaha. Pendant un court instant, le bruit des voix se réduisit à un murmure, élevant au premier plan l’agitation qui montait crescendo du côté de la table des enfants.
J'suis pas super sensible aux sonorités mais là l'avalanche de sons "an" est pas super joli. tu pourrais certainement éliminer le participe présent déjà, ainsi que "court instant" qui n'es tpas franchement utile.

Frédéric se leva en bousculant sa chaise. Je clôturai les hostilités en m’élançant derrière lui.
Deux participes présent qui se suivent... à éviter, surtout que là ils sont facilement remplaçables.

La vue de mon fils, le teint cireux et le devant de sa chemise trempée de ses propres vomissures me glaça le sang.
Tiens, c'est rare chez toi les expressions "clichés". tu dois pouvoir trouver autre chose que de glacer le sang.

Frédéric amena son visage en pleine lumière et souleva une paupière récalcitrante. Son geste déclencha un éclat de rire nerveux, puis un jet malodorant éclaboussa les chaussures de Mario. Un « Oh ! » de dégoût général souleva l’assemblée, tandis qu’une expression moins orthodoxe fleurissait sur les lèvres de mon chef d’équipe.

— Il est ivre mort, laissa tomber calmement Frédéric.
— Comment ça, ivre ? m’exclamai-je en m’accroupissant près de lui. Comment est-ce… ? Ken ! Répond-moi… !
— Il ne t’entend pas. Et ce n’est pas la peine de t’affoler, il faut le porter dans sa chambre, il n’y a rien d’autre à faire.

— Je vais rester un moment avec lui, décida fermement Nicolas en déposant ken sur son lit. Retourne auprès de tes invités.
— Je crois que nous devrions redescendre tous les deux ; Manuela peut très bien s’occuper de lui. La surprise de Ken est gâchée, mais Catalina aura probablement une attaque si tu lui gâches aussi la tienne.
Alors là, j'ai du mal avec la réaction de tes personnages. Un jeune enfant dans cet état, qui vomit, amorphe, des parents seraient très très inqueits, penseraient à un possible coma éthylique et fileraient à l'hosto ou au moins appeleraient un médecin...
Il faudrait soit minorer son état ( le rendre simplement joyeux) soit accentuer la réaction des parents, à mon avis. Quand ton gosse risque un coma éthylique, tu te fiches de la fête du plus grand, je pense... et si ce n'est pas le cas, faut expliquer pourquoi...
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  petitebrise le Sam 19 Juin 2010 - 18:07

arwen a écrit:
Il faudrait soit minorer son état ( le rendre simplement joyeux) soit accentuer la réaction des parents, à mon avis. Quand ton gosse risque un coma éthylique, tu te fiches de la fête du plus grand, je pense... et si ce n'est pas le cas, faut expliquer pourquoi...

je m'incruste : moi ça ne m'a pas choqué, notamment parce que Fred est médecin. Il aurait jugé si le cas du petit était critique et tout monde le veille chacun son tour. Pas besoin d'explication : ça coule de source.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Sam 19 Juin 2010 - 18:09

ben, nan, c'est encore plus choquant vu l'état du petit tu vois.
un coma éthylique, c'est un risque mortel Shocked
Le gamin serait juste pompette je dis pas, mais là, prostré, vomissant, ça colle pas...
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  petitebrise le Sam 19 Juin 2010 - 19:26

arwen a écrit:ben, nan, c'est encore plus choquant vu l'état du petit tu vois.
un coma éthylique, c'est un risque mortel
Le gamin serait juste pompette je dis pas, mais là, prostré, vomissant, ça colle pas...

Evidemment qu'il vomit, prostré, c'est un gamin. Sérieux, tu penses qu'on emmène tous les gamins qui finissent les verres en fin de soirée, à l'hosto ?
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Sam 19 Juin 2010 - 20:48

Alors, j'ai p'tre mal lu, mais il me semble que le gosse a 5 ans... donc un gosse de cet age dans cet état, on s'inquiète ! oui ! C'est pas la question d'avoir fini les verres, c'est que l'état décrit, n'est pas une simple ivresse, c'est pas loin du stade de coma ethilique et chez un tout petit gamin c'est une urgence, ni plus ni moins ! Je sais que la conso d'alcool est banalisée chez les jeunes aujourd'hui mais là quand même... c'est ignorer le danger que ça représente. Maintenant, azul a p'tre juste voulu dire qu'il était juste pompette et le souci est autre. J'aimerais bien que ce soit elle qui réponde, s'il te plait... Je pense qu'elle y est allée un peu fort sur les symptomes, c'est tout (d'ailleurs le rire décrit colle mal avec le reste. quand on est amorphe après avoir trop bu, on ne rit pas comme ça. c'est soit l'un, soit l'autre, pas les deux à la fois ). Mais seule elle peut le dire.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Pacô le Sam 19 Juin 2010 - 22:39

J'aurais tendance à être de l'avis de arwen.
Vu la description de azul et vu l'âge en effet, que j'ai mal pris en considération, il serait plus prudent de l'emmener à l'hôpital.

Mais on peut aussi considérer que ce sont des parents imprudents.
Ou des parents qui éduquent à la dure (Laughing).
Ou alors, que l'état n'est pas aussi grave que ça Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  azul le Lun 21 Juin 2010 - 16:44

Yo les gens !

Désolée pour ma légère tendance au silence en ce moment. J'ai la tête prise par pas mal de choses et je n'arrive même plus à reprendre ce roman. Je suppose qu'il faudrait que je ne pense plus qu'à ça, et ce n'est pas le cas.

Arwen, j'ai repris certaines phrases que tu me signales (les participes présents par exemple).

En ce qui concerne Ken, je rectifie tout de suite : il a neuf ans et non cinq. Il est loin du coma éthylique aussi ; disons qu'il est pompette. J'ai enlevé le "mort" du dialogue de Frédéric "Il est ivre mort". Peut-être devrais-je même dire "Il a bu", tout simplement.

Ensuite, je ne vois pas pourquoi on ne vomirait pas quand on est pompette ; ça me paraît presque aller avec, surtout pour un enfant, mais peut-être que je vois trop "grand". Le rire bête plus que nerveux me semble aller avec aussi. Je suppose que je n'ai pas choisi les bons mots et que j'ai aggravé une situation qui ne l'était pas tant que ça dans ma tête. Il faut dire que : recroquevillé, prostré, le teint cireux n'est pas fait pour alléger la chose.

Frédéric est effectivement médecin, comme l'a précisé Brisette (merci Brisette). Il est donc à même de juger de la gravité ou pas de la situation. Un rapide examen lui permet de constater qu'elle ne l'est pas.

En ce qui concerne la réaction des parents, je pense que l'inquiétude de Nathalie se voit ; celle de Nicolas un peu moins, mais s'il reste auprès de son fils quand il le ramène dans sa chambre au lieu de le confier à la surveillance de Manuela, l'acte parle de lui-même. C'est vrai que Nicolas est un peu dur avec son fils, comme son père l'a été avec lui. Puis Ken a été l'enfant de la discorde, et la raison d'une première séparation du couple (doute de paternité).

Cependant, quand je me relis, je suis plus étonnée par les réactions de Nathalie que par celles de Nicolas. Je trouve que cette fille a quelque chose de linéaire dans ses comportements, quelque chose d'aseptisé qu'il me faudrait retravailler. Il faut dire que je n'ai pas envie d'en faire une mijaurée qui verserait des larmes à tout propos. Du coup, elle donne des impressions de non réaction qui peuvent étonner. C'est le constat que je fais.

Voilà, merci pour votre passage à tous les trois Very Happy
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Lun 21 Juin 2010 - 17:01

azul a écrit:

Ensuite, je ne vois pas pourquoi on ne vomirait pas quand on est pompette ; ça me paraît presque aller avec, surtout pour un enfant, mais peut-être que je vois trop "grand". Le rire bête plus que nerveux me semble aller avec aussi. Je suppose que je n'ai pas choisi les bons mots et que j'ai aggravé une situation qui ne l'était pas tant que ça dans ma tête. Il faut dire que : recroquevillé, prostré, le teint cireux n'est pas fait pour alléger la chose.

Frédéric est effectivement médecin, comme l'a précisé Brisette (merci Brisette). Il est donc à même de juger de la gravité ou pas de la situation. Un rapide examen lui permet de constater qu'elle ne l'est pas.
Ben, c'est pas le probleme qu'il vomisse, mais l'impression générale que ton texte donne : moi je vois le gosse amorphe, très amorphe, pas pompette, c'est tout. C'est juste une question de dosage dans ton texte. Et oui tu mets le doigt sur le passage gênant.

Cependant, quand je me relis, je suis plus étonnée par les réactions de Nathalie que par celles de Nicolas. Je trouve que cette fille a quelque chose de linéaire dans ses comportements, quelque chose d'aseptisé qu'il me faudrait retravailler. Il faut dire que je n'ai pas envie d'en faire une mijaurée qui verserait des larmes à tout propos. Du coup, elle donne des impressions de non réaction qui peuvent étonner. C'est le constat que je fais.
oui, c'est vrai, elle semble assez insensible,( je te l'avais souligné sur le passage sur son frère) sauf en ce qui concerne la nan qui s'occupe de son mari... mais c'est facilement réversible, sans faire grand chose.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Ven 25 Juin 2010 - 19:42


Chapitre III


Coucou, j'ai donc lu le début du chapitre 3.
J'ai pas de remarques particulières à faire sur l'écriture, mais plus globales.
D'abord, je trouve que tu donnes trop de places aux dialogues, et de plus en plus...
C'est pas que tes dialogues soient mauvais, je les trouve très bons, mais il manque la façon dont elle les perçoit, il manque du contexte.
Tu devrais te forcer à revenir au discours indirect. Tu as pris le point de vue de ton personnage, utilise le ! L'usage de la 1ere personne dans un récit, est là pour ça.

Je n'ai pas compris l'enjeu de la bagarre et... quand je lis ces passages, je ne trouve pas justement le point de vue de ton personnage. C'est décrit de façon extérieure, et c'est assez gênant. Du coup, on en a encore cette impression de personnage un peu glacial, sans sentiment. On ne sait pas ce qu'elle pense de la bagarre. Tu l'exprimes juste en une ou deux phrases. C'est pas suffisant.

Enfin,ça rejoint ce que tu disais déjà plus haut.
En fait, j'ai l'impression d 'être devant un squelette, un squelette solide qui tient debout mais à qui il manquerait de la chair, des muscles, une enveloppe charnelle, que tu as su donner dans les tous débuts, en plus.
Voilou ! J'espère que tu ne le prends pas mal.

avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Gavroche le Dim 4 Juil 2010 - 19:49

Coucou
j'ai fini de lire le 3eme chapitre.
Je réitère les mêmes critiques que précédemment : trop de dialogues, pas assez de narration alors que tu utilises la 1er personne et que donc tu devrais t'en servir pour nous permettre de plonger dans les pensés de ton personnage. Hors là, tu reste complètement à l'extérieur et nous aussi.
La critique qu'on te faisait d'un personnage froid et antipathique est je pense du coup infondée. Le problème, c'est pas ça, c'est qu'on ne sait pas ce qu'elle pense au fond. Tu décris des actions et pas des sentiments, pas des pensées. Bon sang, elle voit un mec se faire étendre d'un coup de poing ( son fils, son frère ? je sais plus j'avoue. bon, le fait que ce soit une suite et que je lise de manière hachée, n'arrange rien, c'est vrai ) et rien ? pas une ligne sur ce que ça lui fait de voir ça ?

Je voulais aussi te demander, outre la description des relations entre tes personnages, y a t-il une intrigue ? ( bon pas un polar, j'entends, mais un truc qui tienne un peu en tension ton roman ? ) parce que là à part le frère saoul, je ne vois rien... Bon c'est que le début de l'histoire, ce n'est pas un problème si ça arrive plus tard, mais je ne crois pas qu'un roman entier puisse tenir ainsi. (je m'en suis rendue compte sur l'un de mes romans ou durant toute la deuxième partie, je ne faisais que parler des relations entre mes deux personnages. J'avais adoré écrire ça, car ça décrivait toute la société dans laquelle ils étaient plongés, mais c'était chiant à lire pour les gens, en fait...)

Je vois que tu change de narrateur dans le chapitre suivant, je lirai donc la suite avec attention. Je me souviens que tu m'as dit que tu étais plus à l'aise avec les personnages masculins !
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bleu comme le ciel d'Espagne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum