commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 10:11

MrSonge a écrit:
En fait, l’un et l’autre furent réveillés par de fréquents cauchemars.
Pourquoi ce "en fait" ?
Ils essayent de dormir mais n'y arrivent pas très bien.

Lorsque des détonations éclatèrent à plusieurs kilomètres, dans une vallée voisine,
Je ne suis pas très sûr qu'on puisse parler "d'éclater" pour des détonations qui sont des bruits.
Je crois que si...


Nouria l’avait aidé à rincer ses cheveux poissés de sang et d’urine, lui tirant des plaintes de douleur lorsque ses doigts malmenèrent la plaie au cuir chevelu qu’un soldat lui avait fait d’un coup de crosse énervé.
Il me semble un peu redondant de dire que le coup de crosse était énervé. Je vois mal un soldat mettre un coup de pied poli à une victime.
Ca peut etre un coup donné de sang-froid ( rien à voir la politesse le fait d'être énervé, au fait) mais en effet c'est inutile et surtout c'est pas le cas, donc poubelle.


Son frère l’avait tuée, poignardée.
Cette formule fait un drole d'effet. S'il la poignarde, autant préciser "à mort", comme cela tu économises un verbe superflus.
Mais ça ferait très moche...

Certes, ces attributs féminins commençaient à l’intéresser et il lui arrivait parfois un étrange phénomène sous sa ceinture lorsqu’il y pensait, mais cela restait secondaire dans son affection pour la jeune fille.
Tu utilises déjà la même formule "étrange phénomène sous la ceinture", sauf erreur.
Je ne crois pas, "réaction inattendue" dans le précédent chapitre ( bon je sais des périphrases pour ne pas dire érection... Embarassed )

Oui, deux jours plus tôt, Khalil aurait éprouvé de la pitié, de la compassion, mais égale-ment ce dégout inculqué à force d’années d’éducation.
J'aurais mis "par ses années d'éducation", afin de bien souligner que c'est son éducation propre qui pousse à penser de la sorte, et pas l'éducation en tant que valeur.
Je comprends la nuance que ça apporterait mais ça fait moche. Et puis, si c'est l'éducation telle qu'il l'a reçue qui est en cause.


alors le temps des jugements, de la moralité et de l’honneur était mal venu
Bancal. "le temps de... est mal venu" ne veut pas dire grand chose. Je mettrais "le temps n'est pas à"
Désolée, je trouve ça encore très moche Embarassed Mal venu ça veut dire quelque chose

Il la serra un peu plus contre lui, posa un baiser sur son front et murmura
Il a déjà murmuré quelques lignes plus haut. ^^
Mes personnages murmurent toujours beaucoup Laughing

Ce n’était peut-être pas très glorieux, mais être deux rendait les évènements moins effrayants.
Ces "glorieux" qui se promènent, c'est voulu je pense... ?
Voui !
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  petitebrise le Ven 4 Juin 2010 - 10:38

suite partie 2 :

...
Nouria hésita à comprendre de quoi il s’excusait ainsi. D’avoir respecté son corps ou que d’autres hommes l’aient profané. Elle ne répondit pas et frissonna plus violemment.
« J’ai froid. »
Khalil passa un bras protecteur autour de ses épaules. Le geste, pourtant affectueux, provoqua un premier réflexe de peur.
« Nouria. C’est moi. »
La jeune fille leva des yeux affolés sur ce garçon qui, devant sa crainte, se contentait de poser une main légère sur sa nuque. Son dos se creusa malgré elle sous le poids de ces doigts masculins, mais elle accepta ce premier contact (j'ai vraiment du mal... je me dis que sa réaction colle pas. Quelques instants avant, il la touchait intimement sans difficulté et là ça pose problème...). Silencieux, Khalil commença à masser les muscles contracturés (il me semble que tu peux "contracturer" quelque chose mais quelque chose ne peut pas être contracturé... )sous la peau humide, comme il le ferait sur le dos d’un chat errant et craintif acceptant pour la première fois la caresse humaine. Il avait ce don avec les animaux, leur inspirer confiance par ses gestes calmes.
Lorsque, au bout d’une longue minute, son bras glissa autour des épaules grelottantes, Nouria ne réagit pas. Après une dernière hésitation, elle se laissa aller contre l’adolescent et poussa un profond soupir.
« Ça va mieux ?
– Oui. Merci, tu es gentil, même si tu pues. »
Il sourit. Il avait besoin lui aussi de se laver.

Toute cette douceur, ces gestes précautionneux accentuent le côté ignoble du début. Le début est horrible et violent, la suite, douce et calme. C'est un changement de rythme plutôt intéressant (comme une balade en vélo : un coup la pente et après la ligne droite...).
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  MrSonge le Ven 4 Juin 2010 - 10:40

Mais ça ferait très moche...
À mon goût, moins que ce double verbe inutile, mais là c'est subjectif. ^^

Je ne crois pas, "réaction inattendue" dans le précédent chapitre
Je parlais plutôt de "sous la ceinture". Tu pourrais varier en mettant "dans son pantalon", par exemple.

Je comprends la nuance que ça apporterait mais ça fait moche
Peut-être, sauf que ta phrase, en l'état, ne veut pas dire ce qu'elle devrait. Elle sous-entend que c'est l'éducation, dans l'absolu, qui est la raison de ce mode de pensée. Ce n'est pas le cas, pourtant.

Désolée, je trouve ça encore très moche. Mal venu ça veut dire quelque chose
Oui, cette formule veut dire quelque chose mais elle ne s'utilise pas du tout dans le sens que tu as choisi. Le temps de quelque chose ne peut pas être mal venu. C'est les choses elles-mêmes qui sont bienvenues ou pas. Le temps, lui est à quelque chose, ou n'est pas. "Le temps n'est pas à la plaisanterie", ou "Cette plaisanterie serait malvenue", mais jamais "le temps de la plaisanterie est malvenu", qui ne veut plus rien dire.

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 10:59

Mr songe, oui pas faux sur l'expression, vais y réfléchir pour voir comment remplacer ça ( merde, j'étais contente de moi là dessus ! )

Ah vi, sous la ceinture, deux fois.
Mais vraiment, " dans son pantalon" c'est moche... Je suis désolée Embarassed ( j'en fais pas exprès, promis ! J'ai juste pas la même façon d 'écrire, on dirait.)
Tant qu'à utiliser une périphrase, autant ne pas la faire lourdingue. ( bon,c 'est subjectif complètement ce que je dis là à propos de ta proposition, et c'est surtout le "dans" que je trouve moche) Sinon, autant utiliser le mot direct.
En tout cas, j'ai supprimé le premier "sous la ceinture" du chapitre précédent qui était un peu inutile.

Par contre, nan sur la question de l'éducation, je crois que tu surinterprètes là... éducation est utilisé comme un terme générique qui regroupe les valeurs qu'on lui a apprises. Qui plus est ta proposition alourdit drôlement la phrase.


Petitebrise, tu as raison de souligner " 1er contact". C'est pas franchement un premier contact, en effet.
Sinon, hum, il ne lui a lavé que les pieds et les mains et un peu la gorge. c'est pas franchement intime (même si c 'est beaucoup pour leur culture, on est d'accord )
Et elle ne se laissait pas toucher intimement sans difficulté avant : elle a déjà eu une réaction violente de retrait quand il a essayé de faire plus, ses jambes tremblaient, elle s'est mise à pleurer...

Il me semble que contracturés se dit ( et pas justement le verbe ! ) on ne dit pas "je me suis contracturé un muscle", mais "j'ai les muscles du dos contracturés". Je crois...
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  petitebrise le Ven 4 Juin 2010 - 11:15

Suite 2 : (un conseil : numérote tes extraits. C'est plus facile de s'y retrouver par la suite)
Les deux adolescents passèrent la journée à l’abri de fourrés, blottis l’un contre l’autre et sommeillant comme ils le pouvaient. En fait, l’un et l’autre (c'est fait exprès ?) furent réveillés par de fréquents cauchemars. L’une revivait les exactions sexuelles dont elle avait été la victime, l’autre les meurtres qui avaient eu lieu le long de ce mur.
Lorsque des détonations éclatèrent à plusieurs kilomètres, dans une vallée voisine, Nouria éclata en pleurs contre le garçon qui la tenait dans ses bras. Anxieux, ils écoutèrent les rafales de tirs automatiques et le bruit des explosions. Ils décidèrent de ne reprendre leur marche qu’une fois la nuit tombée. La chaleur était étouffante et ils n’avaient pas eu la présence d’esprit (t'es dure avec eux !) d’emporter de quoi boire ou manger. Il leur fallait s’économiser et marcher de nuit leur éviterait de mauvaises rencontres. (Y a un truc qui va pas dans ta phrase...)
Khalil se leva et tâta son pantalon puis sa chemise étendus à plat sur un buisson. Le tissu de coton séchait rapidement, mais il fronça les narines. L’odeur d’excrément était toujours présente, juste un peu atténuée. Se retournant, il surprit le regard intéressé de la jeune fille (j'aime pas cette réaction. Elle cadre pas avec ce que J'IMAGINE de la fille traumatisée par un viol.). Elle baissa des yeux gênés et rougit. Le garçon qui se tenait debout devant elle était nu.
Après qu’elle se soit lavée, il s’était attaqué à sa propre toilette et avait retiré ses vêtements souillés. Elle l’avait aidé à rincer ses cheveux poissés de sang et d’urine, lui tirant des plaintes de douleur lorsque ses doigts malmenèrent la plaie au cuir chevelu qu’un soldat lui avait fait d’un coup de crosse. En sous-vêtement, il avait commencé une lessive sommaire, sans savon, sous les yeux intrigués de sa voisine, peu habituée à voir un garçon occupé à cette activité féminine. Posant son pantalon et sa chemise à sécher, Khalil avait hésité et, finalement, avait fait subir le même sort à son slip.
Nouria avait fixé l’entrejambe masculine avec curiosité. (à plusieurs reprises, j'ai remarqué que tu exposais une situation de façon "rapide" pour y revenir une nouvelle fois, un peu plus loin. Comme le fait qu'elle regarde le sexe de Khalil... ça me donne parfois l'impression de faire du "sur place". Ca pourrait être la vision de l'un pour commencer et ensuite de l'autre, mais comme tu ne developpes pas leurs sentiments respectifs, je trouve ça un peu redondant) L’obscurité la lui avait cachée lorsqu’il était revenu s’allonger près d’elle, mais ce midi, elle avait tout le loisir de l’observer, avec un mélange de répulsion et de fascination. De répulsion pour ce qui ressemblait à ce qui l’avait salie une journée plus tôt, mais également de fascination pour un sexe qui, dans son imaginaire, était resté celui d’un petit garçon qu’elle avait vu un matin d’été courir nu dans la rue du village, sa mère criant à ses trousses pour lui faire enfiler une culotte.(ah bah, tu décris ses sentiments à elle mais pas à lui... sinon l'image du petit garçon coursé par sa mère est super touchante et drôle) Le petit garçon avait bien grandi depuis, tout comme elle.
Cette idée était étrange et séduisante, inquiétante aussi.

Khalil, inconscient des vieux souvenirs qu’éveillait sa nudité, renfila son sous-vêtement. Il se rallongea, bougea un peu pour trouver une position à peu près confortable avant de s’immobiliser, les yeux fermés.
Nouria l’observa un moment. Le garçon avait grandi l’été dernier. En quelques mois, il avait quitté cet état de gamin gringalet qui l’avait caractérisé durant des années pour devenir presque un jeune homme. Grand et mince, sa barbe de deux jours restait toutefois clairsemée et trahissait l’adolescent qu’il demeurait encore (ça, tu l'as pas déja dit au tout début ?). Ses flancs étaient tachés de marques de coups qui prenaient une teinte violacée. Ses bras étaient fins, mais les muscles se dessinaient sous la peau mate, longs et solides. Son torse, sans être imberbe, n’était pas très poilu. Une raie noire remontait de son nombril et traversait l’abdomen pour s’élargir sur sa poitrine en une tache peu fournie.

désolée. je n'ai pas encore eu le temps de finir ce passage. Le midi passe trop vite... à bientôt
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  petitebrise le Ven 4 Juin 2010 - 11:20

arwen a écrit:Sinon, hum, il ne lui a lavé que les pieds et les mains et un peu la gorge. c'est pas franchement intime (même si c 'est beaucoup pour leur culture, on est d'accord )

si un ami, même mon meileur, venait à me nettoyer avec un linge humide les mains, les pieds et ma gorge, je trouverais ce geste intime.
avatar
petitebrise
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 709
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : dessin, peinture
Votre talent : Écriture
Points : 796
Date d'inscription : 28/11/2009

http://petitebrise.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 11:30

Suite 2 : (un conseil : numérote tes extraits. C'est plus facile de s'y retrouver par la suite)
oki


En fait, l’un et l’autre (c'est fait exprès ?) furent réveillés par de fréquents cauchemars.
Voui mais ça colle pas trop.


et ils n’avaient pas eu la présence d’esprit (t'es dure avec eux !) d’emporter de quoi boire ou manger.
beh, ils partent sans provisions et surtout sans eau en pleine canicule !

Il leur fallait s’économiser et marcher de nuit leur éviterait de mauvaises rencontres. (Y a un truc qui va pas dans ta phrase...)
En effet.


Se retournant, il surprit le regard intéressé de la jeune fille (j'aime pas cette réaction. Elle cadre pas avec ce que J'IMAGINE de la fille traumatisée par un viol.).
Possible que le mot intéressé soit pas le plus adapté. Après, il se fout à poil devant elle sans se cacher. Elle ne va pas rester sans regarder.


Nouria avait fixé l’entrejambe masculine avec curiosité. (à plusieurs reprises, j'ai remarqué que tu exposais une situation de façon "rapide" pour y revenir une nouvelle fois, un peu plus loin. Comme le fait qu'elle regarde le sexe de Khalil... ça me donne parfois l'impression de faire du "sur place". Ca pourrait être la vision de l'un pour commencer et ensuite de l'autre, mais comme tu ne developpes pas leurs sentiments respectifs, je trouve ça un peu redondant)
Plus que parfait, c'est un flash-back...


(ah bah, tu décris ses sentiments à elle mais pas à lui... )
Ca pose problème ?

Grand et mince, sa barbe de deux jours restait toutefois clairsemée et trahissait l’adolescent qu’il demeurait encore (ça, tu l'as pas déja dit au tout début ?).
Non, j'ai dit qu'il hésitait encore entre l'enfant qu'il était et l'adulte qu'il devenait...


désolée. je n'ai pas encore eu le temps de finir ce passage. Le midi passe trop vite... à bientôt

Merci encore !
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  MrSonge le Ven 4 Juin 2010 - 15:17

Par contre, nan sur la question de l'éducation, je crois que tu surinterprètes là... éducation est utilisé comme un terme générique qui regroupe les valeurs qu'on lui a apprises. Qui plus est ta proposition alourdit drôlement la phrase.
Alors il faudrait mettre un qualificatif pour le terme éducation. Parce que "années d'éducation", cela voudrait dire que toute éducation apporte les mêmes résultats. Il faudrait préciser "années d'une éducation ***", afin que l'on comprenne que tu parles bien de son éducation et non pas de L'éducation. Very Happy

C'est un détail, mais si je le relève c'est que ton texte est vraiment bon et qu'il n'y a que des détails à relever. ^^

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 15:37

Tout éducation mène à un certain nombres de valeurs, différentes selon les milieux. Je ne vois toujours pas le problème.
Le lecteur est pas idiot, il sait que ça se passe en 1948, en Palestine dans un milieu, une culture, une éducation donc qui n'a rien à voir avec aujourd'hui en France par exemple.
Et je ne veux pas qualifier cette éducation, parce que ce sera forcément apporter un jugement moral dessus.

Mais je peux concéder que la phrase et l'idée que je veux faire passer est pas très claire, formulée ainsi, puisque tu butes dessus, et qui plus est pas très jolie à l'oreille.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  MrSonge le Ven 4 Juin 2010 - 15:44

Non bien sûr que le lecteur comprend, mais disons que le problème c'est qu'il doit extrapoler pour restreindre le terme utilisé à la mesure que tu as voulu lui donner. Évidemment, hein ce n'est pas tragique, comme je l'ai dit, mais au niveau auquel se trouve être ton texte, c'est vraiment les seules choses qui m'ont un peu dérangées, donc je te les signale mais là on est vraiment dans des questions de détails où c'est le jugement subjectif de l'auteur qui aura le dernier mot, donc le tien.
Moi, je ne fais que mettre le doigt sur ce qui m'a fait ralentir un peu la lecture, mais encore une fois, si ton texte n'avait pas été aussi bon, je n'aurais sans doute même pas remarqué cela. Razz

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 15:46

T'inquiète pas, je me vexe pas ! Disons que je suis aussi têtue que toi ! Wink ( et merci Embarassed )
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  azul le Ven 4 Juin 2010 - 16:42

Bonjour Arwen !

Je viens de lire ton premier chapitre, et je dois dire que sa lecture en était plaisante. Beaucoup d’émotion passe dans ton écrit.
Tu as quelques petits défauts d’écriture, comme tout un chacun, mais rien que tu ne puisses corriger. Les participes présents sont… (trop) présents ; il y a, il me semble, un petit cafouillage dans les temps vers la fin, et un changement de point de vue qui m’a laissée perplexe (peut-être seulement moi d’ailleurs).

Mes commentaires sont en dessous ; on peut en reparler si tu veux.

Khalil poussa un long soupir, soulagé. Il n’était plus seul.
Si le fait de ne plus être seul est à l’origine de son soulagement, peut-être pourrais-tu mettre deux points après « soulagé ».
il essuya le sang qui coulait encore de son nez blessé
J’enlèverais « encore ». Tu en as un autre en dessous « il tremblait encore », et celui-ci me semble plus important que le premier
dans la maison à présent silencieuse.
C’est aussi le deuxième « silencieuse ». Ils sont éloignés l’un de l’autre, mais peut-être que le premier pourrait être remplacé par « muette »
Comprenant que ses réactions alimentaient leur jeu sadique, l’adolescent était resté stoïque durant les humiliations suivantes.
Deuxième participe présent. Ce n’est jamais bon de commencer une phrase par l’un de ces oiseaux de mauvais augure. Tu pourrais inverser : l’adolescent était resté… ; il avait compris…
mais il voulait rassurer sa voisine
Comment ça sa voisine ? Ils habitent l’un à côté de l’autre ? L’information tombe un peu tard, je trouve.
Il soupira et jeta son dévolu sur une chemise d’homme abandonnée dans un coin de la petite pièce.
J’enlèverais « petite ». L’information n’est pas utile et le mot se trouve répété à la phrase suivante.
Nouria hocha la tête comme une petite fille et s’assit sur le mauvais matelas, gardant le drap en protection devant sa poitrine.
Tu utilises beaucoup de participes présents
Elle avait souvent joué, enfant, avec Khalil.
Bizarre construction. « Enfant, elle avait souvent joué avec Khalil. » « Elle avait souvent joué avec Khalil lorsqu’elle était enfant. »
Mais à dix-sept ans, il était presque un homme, une barbe de quarante-huit heures noircissant ses joues le lui rappelait.
Ta deuxième virgule manque de « poids ». Il faudrait au minimum un point virgule.
La barbe de quarante-huit heures qui noircissait ses joues le lui rappelait.
S’ils étaient restés proches malgré la réprobation générale entourant une telle amitié
Encore un participe présent
Elle sursauta lorsque les mains du garçon posèrent la chemise sur ses épaules et gémit
Qui est-ce qui gémit ? Si c’est le garçon ok ; si c’est la fille, il faut une virgule avant « et ».
Elle dut pourtant se résoudre à accepter son aide pour se rhabiller, tremblant tant et si bien qu’elle ne pouvait y parvenir seule.
Elle dut pourtant se résoudre à accepter son aide pour se rhabiller ; elle ne pouvait y parvenir seule tant elle tremblait ( ?)
que ses narines bouchées ne percevaient pas encore.
Je me suis demandée depuis quand la fille avait les narines bouchées. Puis je me suis souvenue que le garçon saignait du nez. Ce qui m’a trompée, c’est que tu changes trop souvent de point de vue. Ici, je n’avais pas l’impression d’être dans celui de Khalil ; je pensais que Nouria regardait le sang couler du cuir chevelu du garçon et teindre le col de sa chemise. De plus, il émane de lui une odeur qu’il ne peut pas sentir. Difficile donc de se « transporter » dans son point de vue. Ou alors, nous sommes dans un point de vue externe, et là ça complique encore plus la chose.
Lorsque Nouria eut renfilé ses jupons, il déposa un baiser spontané sur son front pâle, un baiser qui hésitait encore entre celui de l’enfant
Tiens, je croyais qu’elle avait une jupe, et là il s’agit de ses jupons.
Je mettrais un point virgule après « pâle »
Et je trouve que tu emploies beaucoup de « encore »
Nouria le prit pour celui d’un ami et éclata en pleurs
On éclate en sanglots, mais je ne suis pas sûre pour les pleurs.
elle chancela et dut s’appuyer à son épaule.
Sur son épaule
Ils approchaient de la sortie du hameau, mais là-haut, près de la petite mosquée, le long d’un mur de pierres où se prélassaient d’ordinaire les lézards à midi…
Je ne comprends pas cette phrase. En réfléchissant, je te dis ce que j’en saisis. Ils ont quitté la maison, descendu une rue en pente. Khalil se retourne et regarde l’endroit qu’ils viennent de quitter. Qu’il la voie ou non, la maison où ils ont été torturés est près d’une mosquée, aux abords d’un mur de pierres. C’est ça ? Parce que ce que je saisis mal, ce sont les points de suspension. Il faudrait peut-être qu’ils soient suivis d’un indice, style… avant ce jour fatidique. Quelque chose qui nous ramènerait à la maison et à ce qu’ils ont vécu.
la première fois qu’une petite queue tressaillant encore lui était restée entre les doigts.
Je pense que tu peux enlever « encore »
Sa mère avait hurlé lorsqu’il lui avait ramené cet étrange trophée
Je dirais « ce trophée dégoûtant », ou quelque chose dans le genre. Tu as tendance à faire pas mal de répétitions
Accaparé par ces vieux souvenirs, il n’entendit pas la jeune fille poser sa question.
Je crois aussi qu’il faudrait préciser que Khalil fuit, en quelque sorte, dans ses souvenirs pour échapper à l’horreur du présent
L’adolescent ne répondit pas.
Encore ? ! ;-)
et vomit le contenu de son estomac, un peu de bile amère.
Alors, je suppose que le contenu de l’estomac est la bile ? Je mettrais donc deux points après estomac. Et je dirais même « le seul contenu »
Les hommes… son petit frère âgé de dix ans
Je pense que tu peux mettre une majuscule à « son », tu n’es pas dans la continuité du début de la phrase.
Khalil attendit la mort
Tiens, bizarre ce passé simple au milieu des plus-que-parfait
Tremblant, debout devant le corps d’un cousin
Ici, ce n’est pas le participe présent qui m’arrête, mais cette forme que tu utilises souvent : un adjectif, un participe passé… placés en début ou en fin de phrases (soulagé, laconique, de peur, inexorable…)
Khalil y avait passé une bonne partie de la nuit, traînant, seul, chacun des trente-quatre cadavres, dont son père et ses trois frères dans ce trou béant. Exténué, il s’agenouilla devant le charnier
Il faut que tu fasses quelque chose pour ces changements de temps.
Tu vois ton participe passé en début de phrase ?
Une migraine frappait contre ses tempes trempées de sueur.
Ah ! Il faudrait trouver autre chose ; les tempes trempées de sueur c’était pour le moment fatidique
Les larmes jaillirent de ses yeux secs
Je comprends ce que tu veux dire : il n’a pas pleuré jusque-là. Mais je n’oublie pas que ses yeux sont rougis par l’urine, qu’ils le brûlent, ce qui laisserait supposer même qu’ils coulent peut-être. Entout cas, je ne dirais pas que ses yeux sont secs. Soit ils sont douloureux, soit ils sont secs, mais des larmes de chagrin par rapport à ce qu’il a précédemment vécu.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Pacô le Ven 4 Juin 2010 - 16:50

Histoire de revenir sur l'histoire du "après que" une dernière, je rejoins l'avis de MrSonge et je te conseille très sincèrement de le changer arwen.

Personnellement, un "après qu'il soit" à la place de "après qu'il est", ça me choque. Et ça choque tous ceux un temps soit peu rigoureux sur l'écriture. Comme un "les lampe" à la place de "les lampes" ou pire encore, un "malgré que".

Tout ce que ça peut t'apporter, entre nous, c'est une crédibilité réduite sur ton art de l'écriture. Certes, la masse populaire (les journalistes, les médias en tout genre etc.) utilisent cette forme incorrecte : est-ce pour autant bien si les médias et le peuple le font ?
(ah sinon la télé réalité serait tellement cool Razz).

Ce que je veux dire par là, c'est que tu peux te faire sabrer par un éditeur tatillon (alors qu'à l'inverse, non, un éditeur ne te recalera pas pour l'emploi de "après que + indicatif"). Je sais que je connais cette règle sur le bout des doigts parce que ma mère ne cessait jamais de me dire dans mes premiers écrits que ce genre de faute était intolérable (du genre les "qui" à la place des "qu'il" aussi Razz).
Et pour répondre à l'argument "oui mais la langue évolue", il faut savoir qu'une langue pour al faire évoluer, il faut être un génie et analyser toutes les conséquences qu'engendreront ces modifications. Et je ne crois pas qu'ici l'un de nous peut prétendre à cela.

Pire que le "malgré que", le "après que + subjonctif" est intolérable. Tu peux demander à tous les professeurs de français que tu côtoies ; c'est une erreur aussi grave que de ne pas accorder le COD placé avant. Après tout, pourquoi l'accorder lorsqu'il est placé avant alors qu'on ne le fait pas lorsqu'il est après le verbe ? Avec ce genre de philosophie, on pourrait révolutionner le monde de la langue française et, par la même occasion, dilapider toute sa richesse.

Mais après, c'est ton choix de vouloir conserver quelque chose d'abominable dans ton texte.
Je me suis juste permis cette parenthèse parce que tes réflexions sur "non je le garde parce que je l'aime", elles m'ont faites tiquer Wink.

(Pour info, je lirais ton extrait posté dans la soirée).

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 17:18

Pacô a écrit:

Tout ce que ça peut t'apporter, entre nous, c'est une crédibilité réduite sur ton art de l'écriture. Certes, la masse populaire (les journalistes, les médias en tout genre etc.) utilisent cette forme incorrecte : est-ce pour autant bien si les médias et le peuple le font ?
(ah sinon la télé réalité serait tellement cool Razz).
Faisant partie des médias par mon métier et me considérant comme appartenant à la masse populaire par idéologie, je ne peux être qu'en désaccord sur ce point... mais j'ai dit que je changerai la phrase ( faut que je trouve par quoi ! )


Pire que le "malgré que", le "après que + subjonctif" est intolérable. Tu peux demander à tous les professeurs de français que tu côtoies ; c'est une erreur aussi grave que de ne pas accorder le COD placé avant.
Je demanderai à ma mère,e x prof de français, justement. Laughing

Je me suis juste permis cette parenthèse parce que tes réflexions sur "non je le garde parce que je l'aime", elles m'ont faites tiquer Wink.
(Pour info, je lirais ton extrait posté dans la soirée).
Tu n'as pas lu mes dernières réponses où je disais que je changerai la phrase entière. Tu trouves peut-être le subjonctif abominable, moi je trouve l'indicatif abominable à l'oreille... Et pour que ce soit le cas, faut vraiment que ça le soit vu que je prete très peu d 'attention aux sonorités d'habitude ( d'où mes participes présent à foison d'ailleurs parce qu'ils ne choquent pas )
merci
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 17:35

Merci beaucoup azul de ce commentaire si détaillé.
Je crois que je n'y ai quasi rien à redire sauf sur un ou deux points où tu me suggères de "macher" le travail du lecteur par des précisions que je juge un peu inutiles.

Les participes présent, ben en fait, le souci c'est que moi, ça ne me gêne pas ( mais j'ai l'oreille musicale d'un cochon égorgé... ) d'où leur profusion. Vais essayer d'en réduire le nombre.

Les répétions... J'en vois une sur dix. Quand je corrige mon texte, j'en refais encore. Y'a de quoi s'arracher les cheveux ( le truc des tempes trempées, c'est ça ! ).

La ponctuation, j'avoue être fâchée avec les deux points et point virgule... pas l'habitude de les utiliser et c'est un tort.

Sinon, le problème de temps. En fait c'est mon problème avec les flash-back que tu soulignes là ! Je sais que je dois passer au plus que parfait ( action antérieure) mais voilà sur la longueur je trouve ça pesant le plus que parfait et je bascule dans le passé simple... Faudrait que je reste au plus que parfait, donc ?


Je ne comprends pas cette phrase. En réfléchissant, je te dis ce que j’en saisis. Ils ont quitté la maison, descendu une rue en pente. Khalil se retourne et regarde l’endroit qu’ils viennent de quitter. Qu’il la voie ou non, la maison où ils ont été torturés est près d’une mosquée, aux abords d’un mur de pierres. C’est ça ? Parce que ce que je saisis mal, ce sont les points de suspension. Il faudrait peut-être qu’ils soient suivis d’un indice, style… avant ce jour fatidique. Quelque chose qui nous ramènerait à la maison et à ce qu’ils ont vécu.
Oui, c'est ça. les trois petits points sont pour introduire le flash-back...



Encore une fois, merci, très instructif. ( mon ordi s'en est pas remis ! Il a planté après que je t'ai lu ! hi ! )
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Pacô le Ven 4 Juin 2010 - 17:48

Ok pour le changement.
J'avoue ne pas être aller plus loin dans la lecture des commentaires suivant quand j'ai vu que les commentaires traditionnels reprenaient le quotidien de la discussion.
Mais pour clore le souci, que tu aimes ou n'aimes pas... ce n'est pas la question. Il y a des mots que je trouve pas joli : hétéroclite. Pourtant, je ne me dis pas que je le rendrais plus élégant en le modifiant un peu.
La règle est simple : subjonctif quand c'est incertain, indicatif quand ça l'est.
Tout ce qui est "avant que" et co', c'est par définition incertain : subjonctif.
Tout ce qui est de la forme "après que" ou "lorsque", c'est certain : indicatif.

Il n'y a rien de plus logique. Ce que je reproche à ceux qui veulent "réduire les subtilités du français" (et donc pas à toi personnellement Wink) c'est qu'ils veulent avant tout changer les règles qu'ils ne comprennent pas (ou qu'ils n'ont jamais acquises ?). Du coup, ils disent qu'elles sont illogiques : or au contraire, il n'y a rien de plus logique là-dedans ; surtout pour une langue dérivée du latin, dialecte on ne peut plus adepte de la rigueur Wink.


Envoi n°4 :

la journée à l’abri de fourrés
=> Étourderie : des fourrés

alors qu’ils n’avaient pas eu la présence d’esprit d’emporter de quoi boire ou manger.
=> peut-être qu'aussi il n'y avait rien à boire ou à manger après le passage des israëliens...

Nouria hésita et demanda d’une toute petite voix, les yeux baissés, honteuse.
=> tu répètes plusieurs le terme "yeux"

un peu las d'être in-compris,
=> tiens, un trait d'union oublié

mais égale-ment ce dégout inculqué à force d’années d’éducation.
=> encore un
=> j'aime peu la tournure de la fin de la phrase : lourd.

Une femme violée salissait l’honneur de sa famille.
=> on n'a pas l'impression de tourner un peu en rond ?

et posa un bras sur la hanche de la jeune fille, fraternel, avant de murmurer.
=> le "fraternel" fait un peu "incongru" ainsi placé...

Ce n’était peut-être pas très glorieux
=> obligatoire de répéter "glorieux" ?

rendait la situation un peu moins insupportable.
=> ou "un peu plus supportable" ; je trouve que c'est une formulation moins lourde.

Appréciation linguistique :

Un passage toujours aussi fluide et agréable à lire.
Seul bémol persistant : les répétitions. Quel dommage de buter sur quelques termes parce que l'on se dit : "bon sang, c'est la quatrième fois que je le croise !".
Je dirais ici que c'est le mot "yeux" (petite référence au titre maybe ?) qui devient récurrent. Trop !

Mais sinon, je répète, franchement très agréable à lire.

Appréciation du récit/scénario :

A force de se mater chacun de leur côté, on se demande quand est-ce qu'ils se grimperont dessus ces deux tourtereaux Razz.

L'analyse des désirs, ou plutôt des attirances, est bien vue : on sent qu'ils ont envie mais qu'ils n'osent pas, comme s'ils étaient encore plus ou moins solidement attachés aux énormes piliers des principes de leur religion/famille.

Ce qui me manque un peu quand même, et qui est pour un tantinet superficiel, c'est la présence de la guerre, le traumatisme etc.
Lorsqu'ils entendent des coups de feu, ça devrait être plus explicite : après ce qu'ils ont vécu, il est logique qu'ils soient traumatisés.

Non ?

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 18:05

C'est peut-être logique mais c'est moche. J'ai droit de ne pas vouloir utiliser quelque chose que j'estime moche ?
Tu ne me verras pas mettre vagin ou clitoris dans une scène érotique, bon, ben je ne mettrais pas une expression qui me déplait à l'oreille si la règle la rend moche.
Fin du truc, on va pas y passer 107 ans, ça commence à m'agacer. Je veux bien que vous soyez à cheval sur la grammaire (j'ai toujours été fâchée avec, perso) mais acceptez un point de vue différent... J'ai dit que je changerai. Basta.
Fin du coup de gueule. On passe à autre chose ?

Comme je disais, les répétitions, je dois avoir des lunettes pas adaptées à ma vue parce que je ne les vois pas et pire j'en rajoute durant les corrections... Neutral


Ce qui me manque un peu quand même, et qui est pour un tantinet superficiel, c'est la présence de la guerre, le traumatisme etc.
Lorsqu'ils entendent des coups de feu, ça devrait être plus explicite : après ce qu'ils ont vécu, il est logique qu'ils soient traumatisés.
T'inquiète, ça va venir ! Je ne peux pas tout aborder d'un coup ! Razz
Là, je voulais les faire souffler un peu. Parce que physiquement, ils ne peuvent pas encaisser beaucoup plus. Et ils sont pour l'instant un peu à l'abri donc oui la guerre s'éloigne.
C'est aussi l'instinct de survie qui ressurgit. Se laver, dormir, boire...
Quant au traumatisme, Nouria en a montré un bon je crois, dans le chapitre précédent. J'vais pas renfoncer le clou sans cesse. Khalil encaisse c'est vrai. Pour l'instant...

Merci
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  azul le Ven 4 Juin 2010 - 19:25

arwen a écrit:Les participes présent, ben en fait, le souci c'est que moi, ça ne me gêne pas ( mais j'ai l'oreille musicale d'un cochon égorgé... ) d'où leur profusion. Vais essayer d'en réduire le nombre.
Je ne pense pas qu'il faille éradiquer les participes présent, sinon, qu'est-ce qu'ils ficheraient dans la langue française. Il faut juste essayer de les limiter, et même de les éviter en début de phrases. Souvent, on trouve moyen de les contourner carrément en reconstruisant.

arwen a écrit:Sinon, le problème de temps. En fait c'est mon problème avec les flash-back que tu soulignes là ! Je sais que je dois passer au plus que parfait ( action antérieure) mais voilà sur la longueur je trouve ça pesant le plus que parfait et je bascule dans le passé simple... Faudrait que je reste au plus que parfait, donc ?
Oui, et je vois que tu l'as fait (j'ai relu). Le plus-que-parfait et le passé composé sont deux temps que j'aime bien, mais ils ne sont pas facile à manier car ils entraînent la répétition des auxiliaires. Et c'est ça qui fait lourd à la longue.


arwen a écrit:Je ne comprends pas cette phrase. En réfléchissant, je te dis ce que j’en saisis. Ils ont quitté la maison, descendu une rue en pente. Khalil se retourne et regarde l’endroit qu’ils viennent de quitter. Qu’il la voie ou non, la maison où ils ont été torturés est près d’une mosquée, aux abords d’un mur de pierres. C’est ça ? Parce que ce que je saisis mal, ce sont les points de suspension. Il faudrait peut-être qu’ils soient suivis d’un indice, style… avant ce jour fatidique. Quelque chose qui nous ramènerait à la maison et à ce qu’ils ont vécu.
Oui, c'est ça. les trois petits points sont pour introduire le flash-back...
J'ai bien compris le flash-back. J'ai juste été surprise par les points de suspension. Comme il s'était retourné, j'ai cru qu'il voyait quelqu'un arriver : les soldats par exemple.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 59
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Ven 4 Juin 2010 - 19:35

oki. merci beaucoup ! Very Happy
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Sam 5 Juin 2010 - 7:55

Juste pour clore le débat, modification réalisée sur la question du après que ! Et là, l'indicatif ne me gêne pas !

Sinon, je tenais à tous vous remercier vraiment. J'ai l'impression d 'avoir progressé d'un coup dans la correction de mes petits romans grace à vos remarques (particulièrement sur les participes présents et les répétitions). J'avoue que je tournais enr ond dans mes relectures sans avoir l'impression d'améliorer grand chose. Là, j'y vois vraiment plus clair.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  B. le Sam 5 Juin 2010 - 14:20

Tu verras : c'est super bien, pour progresser, de confronter ses écrits sur ID !

Je viens de lire la fin du premier chapitre. Je le trouve d'une grande profondeur et d'une grande puissance : l'émotion, les souvenirs, tout est relativement bien dosé.
Cela dit - et c'est un avis personnel qui ne m'empêchera pas de poursuivre la lecture - je n'aime pas les textes qui parlent de ce genre de violence.
La guerre, la haine, la mort et le caractère sadique des hommes, je le connais bien, et je n'ai pas particulièrement envie de le retrouver dans un texte. Moi, je lis pour me détendre, pour le plaisir, pour m'informer, pour apprendre, pour découvrir. Pas pour assister, impuissante, aux horreurs du monde.
Cependant, il faut bien en parler de ces horreurs ; ne pas les négliger pour ne pas les reproduire...
Enfin bref.
Tu me diras que, si je n'aime pas lire ça, alors que je ne le lise pas, tout simplement : logique.
Le hic, c'est qu'avec une telle problématique, j'aimerais bien savoir ce qui va arriver à Nouria et à Khalil ! Razz
Et là je dis : bravo, tu as su poser une forte accroche dès le début du roman.

Corrections maintenant :
bleu ciel : répétitions (ici, des verbes "traîner/entraîner")

Lorsque Nouria eut renfilé ses jupons, il déposa un baiser spontané sur son front pâle, un baiser qui hésitait encore entre celui de l’enfant qu’il restait >>> qu'il était encore et celui de l’homme qu’il devenait. Nouria le prit pour celui d’un ami et éclata en pleurs dans les bras du garçon qui, surpris, l’enlaça maladroitement.
« Faut pas rester là. Viens. »
Khalil aida la jeune fille à se lever et à marcher. Prise d’un vertige, elle chancela et dut s’appuyer à son épaule. Ils sortirent. Le soleil de cette fin d’après-midi les aveugla sur le pas de la porte. Ils empruntèrent l’unique rue étroite et ombragée qui dévalait le coteau, entre quelques maisons et bâtiments de forme cubique, virgule ici faits de pierres de couleur ocre. Un silence étrange régnait dans le village désert, écrasé par la canicule. Même les chiens s’étaient tus.
« Ils sont où, tous ? »
Khalil frissonnait sous sa chemise, virgule ici malgré la chaleur de cette journée estivale, virgule ici et se retourna vers le haut de la pente qu’ils venaient de négocier. >>> on négocie un virage, pas une pente, et pas quand on est à pied. Je suggère : "parcourir". Ils approchaient de la sortie du hameau, mais là-haut, près de la petite mosquée, le long d’un mur de pierres où se prélassaient d’ordinaire les lézards à midi…
>>> alors, je trouve qu'ici il y a un souci au niveau de la narration. d'après la phrase, on pense que Khalil, en se retournant, voit quelque chose au sommet de la pente, près de la mosquée. On imagine un souci, quelque chose, ou quelqu'un qui va s'opposer à leur fuite du village, à cause du "mais" qui est un signe d'opposition. Il n'est pas évident de comprendre qu'en observant la mosquée, il plonge dans ses souvenirs. Je pense que, pour ce faire, il faut écrire la phrase autrement. Soit enlever le "mais", soit dire que les souvenirs jaillissent d'un seul coup...
Enfant, il s’amusait à chasser ces petits animaux qui disparaissaient entre les pierres disjointes. Il se souvenait de sa surprise écœurée la première fois qu’une petite queue tressaillante lui était restée entre les doigts. Sa mère avait hurlé lorsqu’il lui avait ramené cet étrange trophée. Il n’avait pas eu le temps de lui demander comment le reptile avait réussi ce tour de sorcellerie : elle avait jeté le moignon et lui avait fait se laver les mains. >>> l'avait obligé à se laver les mains / lui avait ordonné de se laver les mains.

« Khalil ? Tu m’écoutes ? »
Accaparé par ces vieux souvenirs, il n’entendit pas la jeune fille poser sa question. Depuis longtemps, il laissait les lézards en paix sur ce mur ensoleillé, mais son petit frère, virgule ici Jamil, virgule ici avait fait lui aussi cette expérience déroutante l’été dernier. Khalil avait souri devant la question de l’enfant. Il n’avait pas su lui expliquer le phénomène. Il faudrait qu’il se renseigne un jour sur ce mystère pour pouvoir lui répondre, songeait-il lorsque, livide, il vacilla à son tour et dut s’asseoir, victime d’un violent vertige.
« Khalil ? Qu’est-ce qui t’arrive ? »
L’adolescent ne répondit pas. Il se pencha sur le côté et vomit le contenu de son estomac : de la bile amère. Nouria s’accroupit devant lui et posa une main légère sur sa nuque couverte de sang. Il releva des yeux rougis par l’ammoniaque de l’urine.
Les militaires israéliens étaient arrivés dans le village la veille au soir. Regroupant la population désarmée, hurlant des ordres en hébreu, ils avaient séparé les hommes des femmes et des enfants. Les premiers avaient été entraînés vers le cimetière, les seconds poussés vers la sortie du village, vers l’Est.
Les hommes… Son petit frère âgé de dix ans avait été considéré comme un homme et aligné comme les autres le long du mur, les mains sur la tête. Au bout de la file, terrorisé, Khalil avait assisté à l’assassinat lent et méthodique de chacune des personnes qu’il connaissait. Trente-quatre coups de feu. Il les avait comptés, virgule ici alors que les détonations se rapprochaient, inexorables. Paniqué, il s’était fait dessus lorsque le militaire s’était arrêté derrière lui et avait rechargé son arme aux munitions épuisées. >>> pléonasme : s'il recharge son arme, c'est forcément qu'il n'y a plus de munitions.
Tremblant, debout devant le corps d’un cousin à peine plus âgé que lui, les pieds nus trempant dans ce sang chaud qui lui chatouillait les orteils, Khalil attendait la mort, sans même songer à prier. Allah semblait s’être désintéressé de l’affaire, virgule ici pour permettre ce genre de choses.
L’Israélien avait pris son temps devant l’adolescent. Il échangeait des paroles badines avec deux autres militaires. Khalil comprenait l’hébreu. Les hommes parlaient du repas du soir. Le garçon avait adressé une prière muette. Allah pouvait bien servir à ça : s’il devait mourir que cela soit fait rapidement et que ces hommes cessent leur bavardage inutile. Concentré sur cette dernière volonté et persuadé de recevoir à son tour une balle dans la nuque, il n’avait pas réagi à l’ordre. Un violent coup de crosse dans les reins l’avait fait tomber à genou alors qu’une voix furieuse lui hurlait dessus.
« Toi, le chien ! Tu balances tout ça dans la fosse, là-bas. »
Khalil y avait passé une bonne partie de la nuit, traînant, seul, chacun des trente-quatre cadavres, dont son père et ses trois frères dans ce trou béant. >>> inutile de répéter qu'il les met dans un trou, vu que c'est ce qu'il doit faire, et que ça a été dit à la ligne au-dessus. Exténué, il s’était agenouillé devant le charnier et était resté là, sans songer à s’enfuir. Deux militaires étaient arrivés. L’un d‘eux avait appuyé le canon d’un pistolet sur la tempe du garçon immobile et sans réaction. Le doigt avait pressé la détente. Khalil avait levé des yeux effarés, ne comprenant pas ce qui venait de se passer. Ne comprenant pas pourquoi le tir n’était pas parti. Les Israéliens avaient éclaté de rire.

« Khalil ? Ça va ? »
Nouria s’inquiétait du teint livide du garçon, mais surtout de l’éclat terne de ses yeux. Khalil retint une nouvelle nausée et fronça les sourcils, sans répondre. Une migraine frappait contre ses tempes trempées de sueur.
Au lieu de l’abattre, les militaires l’avaient traîné dans cette maison. Il ne comprenait pas la raison qui les avait poussés à l’épargner. Il était presque un adulte, il avait même failli prendre les armes ; il n'y avait renoncé que devant les larmes de sa mère. Pourquoi lui avait-on laissé la vie sauve et pris, au contraire, celle de Jamil, son petit frère ? Il ne comprenait pas.
Son regard tomba sur une tache blanche dans l’herbe grillée. Ses traits se décomposèrent en reconnaissant la fourrure d’un chat au crâne fracassé. Le sang avait giclé sur le pelage immaculé.
« Oh non ! »
Les larmes jaillirent de ses yeux secs devant le petit cadavre. Il connaissait l’animal. Celui-ci savait profiter de l’hospitalité de ses voisins, virgule ici et rendait visite de temps en temps à la famille de l’adolescent. Peu méfiant, le félin avait payé cher sa familiarité avec les êtres humains. Le garçon, virgule ici qui n’avait pas pleuré devant l’assassinat des hommes du village, qui n’avait pas pleuré en accomplissant la macabre tâche que lui avaient assignée les Israéliens, qui n’avait pas pleuré sous les coups et les injures, ce garçon-là éclata soudain en sanglots pour un petit animal de compagnie. >>> bof. Je ne trouve pas cette tournure très heureuse.
La chute est très bien menée.

B.
Talent Divin
Talent Divin

Féminin Nombre de messages : 4396
Votre talent : Écriture
Points : 4555
Date d'inscription : 23/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Sam 5 Juin 2010 - 21:11

Merci Barbara.
Je préviens, je ne pourrais pas trop commenter jusqu'à mercredi (boulot, boulot, avec des journées bien chargées demain et lundi au moins...)

J'espère que la suite te plaira quand même. il y ait beaucoup questiond e la guerre et de ses atrocités, en effet, mais pas seulement.


Dernière édition par arwen le Dim 6 Juin 2010 - 11:41, édité 1 fois
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  MrSonge le Dim 6 Juin 2010 - 10:56

Les yeux baissés, elle prenait garde où elle posait ses pieds, mais elle manqua de se fouler une cheville une nouvelle fois.
"Une nouvelle fois" sous-entend que tu as déjà parlé d'une fois précise auparavant. Or là, tu as simplement dit qu'elle trébuchait. Donc je verrais plutôt "une fois de plus", qui mettrait plus l'accent sur le fait que ce n'est qu'une fois parmi d'autres.

« J’suis désolée, je te retarde ! Tu irais plus vite, sans moi. »
Je ne vois pas trop l'utilité de la virgule après "vite".

Nouria eut un petit sourire et renifla ses dernières larmes.
Je crois qu'on ne peut pas "renifler quelque chose", en français. On renifle dans l'absolu.

Depuis plusieurs semaines, les échos de combats, de massacres, de pillages dans les campagnes voisines parvenaient jusqu’au petit village isolé, effrayants.
Placer cet adjectif en fin de phrase me parait peu judicieux. Tout d'abord j'ai cru que tu parlais du village avec une faut d'accord, puis j'ai du remonter toute la phrase pour retrouver "les échos". Je le placerais soit comme ça "les échos effrayants de combats", soit "parvenaient, effrayants, jusqu'au petit" à la rigueur.

Il avait donc repoussé cette décision.
Tu as déjà utilisé "repousser cette décision" deux phrases plus haut

Mais à dix-sept ans, il savait se servir d’un fusil et avait le désir de se battre, pas celui d’attendre en priant que la tempête ne passe au-dessus d’eux.
La négation me semble de trop.

Têtu, il était revenu sur le sujet et avait émis le désir de partir se battre.
Déjà utilisé "le désir de se battre"

Les échos qui leur parvenaient ne laissaient aucun doute sur le sujet.
J'ajouterai quelque chose à cette phrase. Ne laissaient planer, ne laissaient persister...

Son désir de se battre était honorable, rester et s’occuper de sa famille l’était tout autant.
Troisième occurrence du "désir de se battre". ^^

qu’il valait mieux mourir une arme à la main qu’alignés à un mur.
(Mourir pour mourir, je ne vois pas la différence, je t'avoue. Razz)

Il faisait nuit noire et les larmes brouillaient ses yeux.
"Lui brouillaient les yeux", me semble plus élégant.

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Gavroche le Dim 6 Juin 2010 - 11:35

Merci, j'ai fait quelques corrections.

beh, mourir pour mourir, ça c'est ton point de vue, pas le sien ! Razz

Ah, elle manque juste de se faire une entorse, elle trébuche donc encore une fois ! Razz
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  MrSonge le Dim 6 Juin 2010 - 11:43

beh, mourir pour mourir, ça c'est ton point de vue, pas le sien !
Tout à fait, c'est pour cela que j'ai mis mon commentaire entre parenthèses. C'est une petite remarque perso. ^^

Ah, elle manque juste de se faire une entorse, elle trébuche donc encore une fois !
Oui mais tu mets "une nouvelle fois", ce qui voudrait dire que tu as déjà parler d'une fois précise. Par exemple "Elle avait déjà trébuché trois fois depuis leur départ (...) Elle trébucha une nouvelle fois" (quatrième fois).
Bon la nuance est assez fine, mais ça m'a fait un peu bizarre à la lecture.

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
avatar
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: commentaires pour "Les yeux de Nouria"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum