Présentation de Démon des Airs

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Présentation de Démon des Airs

Message  Démon des Airs le Jeu 15 Juil 2010 - 16:34

Hello Domingo,
Hé, hé, j'aime bien ce style percutant et légèrement provoc. Bon, d'accord, dialoguons.

" Ce n'est pas parce que tu es plus âgé que l'on te respecte. Le respect c'est pas quelque chose qui se mérite c'est un impératif catégorique.
- Ah les mots, les mots ! Nous sommes en train de jouer sur les deux sens du "respect" (impératif catégorique). Celui que tu cites s'appelle "la politesse", oui, je sais, vieux mot ringard qui fait rigoler. Sans regarder le dico, je dirait que la politesse est le respect... des conventions sociales, qui fait que lorsque qu'on a envie de dire à quelqu'un que c'est un con... on se retient. Et ce pour x raisons (dont les conventions sur ID.). Le respect de la personne, lui, ben c'est comme la confiance ou l'amour. Il s'acquiert de façon impalpable par un mérite quelconque que l'on attribue à la personne. Et ça peut changer du jour au lendemain dans un sens ou dans l'autre. Mais lorsque deux personnes ont ce genre de respect mutuellement, eh bien c'est un début d'amitié. Intéressant à méditer, non ?

- Donc en arrivant tu te sentais en danger d'une certaine façon ? C'est marrant, comme si il avait quelque chose à craindre !
- En danger ? Harf harf ! Derrière mon écran ? Nan ! En revanche, quelque chose à craindre, oui : la crainte d'être déçu en arrivant et de décevoir au cas où je reste. (Bon, ça va pas chercher loin, comme déception, du moins au début lorsqu'on n'a pas encore mis trop le doigt sur le clavier).
- En ce qui concerne l'égo je te conseilles vivement de le mettre de côté. Faut savoir prendre du recul sur ce que l'on fait et faut comprendre qu'une critique est avant tout un moyen de s'améliorer quelle soit complaisante ou carrément blessante. En publiant tes textes sur un forum tu acceptes implicitement de te mettre en danger en confrontation donc faut pas pleurer ou crier au scandale lorsque tu ne reçois pas ce que tu attends.
- L'égo parlons-en ! Car s'il y en a bien un qui l'a, c'est l'écrivain ! Et c'est d'ailleurs toute la subtilité de l'écriture, que de pouvoir passer ses tripes dans ses personnages, se foutre à poil, trucider la veuve, violer la vierge, en se disant que, tant que ce sont les personnages, ce n'est pas soi et donc, qu'on ne risque rien : on s'est mis à l'abri derrière. Hé, hé. Fastoche... et vrai. C'est aussi pour ça que quelques hommes publics (je n'ai pas dit célèbres Wink ) ont plus de facilité à parler d'eux-même à la troisième personne. Ils ne mettent pas l'égo de côté, c'est impossible, mais ils prennent du recul avec lui. (à qui tu penses ?('Smile')) En résumé, je pense que l'écrivain joue en permanence avec son égo (ce qui veut bien dire qu'il ne le met pas de côté). Il s'expose à être critiqué comme n'importe quel artiste et il l'accepte (bien obligé : un peintre sans public, tu vois le tableau ?). Mais je pense qu'il y a DEUX chose qui peuvent l'atteindre dans son égo (c à d dans son intégrité, à ne pas confondre avec la vanité), comme n'importe quel artiste d'ailleurs : c'est la bêtise ('affraid'), et la malhonnêteté('Evil or Very Mad'). (STOP! arrêt sur image : qu'est-ce que la bêtise ? Ok, je sais, elle est relative à la personne qui la reçoit. fermons la parenthèse). Tu ne crois pas ?
" Et là asseyez-vous bien reporter Domingo, on aborde égo et vanité. ...Nan ! Vous n'avez pas le temps de fumer une clope !
"L'égo est utile, nécessaire et indispensable (!). Un écrivain qui n'a pas d'égo, c'est un écrivain qui n'existe pas. Donc cet artiste là acceptera que l'on critique son travail. Il acceptera en permanence (même et surtout s'il a réussit) de se remettre en question et de progresser...
"Oui ? Vous avez le doigt ? Vous voulez parler... ?
- Et si on se fout de sa g...?
- Pourquoi accepterait-il qu'on l'agresse personnellement, sous prétexte que son boulot est orienté vers le public ? Il aura raison de ne pas l'accepter et n'importe qui peut comprendre qu'il en soit blessé si le cas se présente. Est-ce que cela répond à votre question ?
-Oui, Démon des Airs. Mais alors, la vanité ?
- Bien vu ! Reporter Domingo. Si notre "écrivain" a de la vanité (la vanité ne se rapprocherait-elle pas de la bêtise ?), Aie! Là ça peut faire très mal. Là, oui, il peut pleurer parce qu'il n'aura pas ce qu'il attend. Mais dans ce cas, il s'inscrit sur un forum de retraité (harf, harf). On le félicitera toujours.
Rires dans le studio.
"Bref, je pense qu'aucun écrivain digne de ce nom acceptera qu'on lui bousille son égo. Il aura raison, à mon avis, car c'est son intégrité qui est en jeu. A moins qu'il soit maso. En revanche sa vanité, alors là oui, il devra se la mettre de côté... si j'ose dire. Oui ?
- Et en ce qui vous concerne, Démon des Airs ?
- Je me suis assis dessus depuis longtemps. Êtes-vous satisfait de la réponse ?

- Si je comprends bien tu es étonné de voir des gens passionnés et intelligents ? veux-tu dire que tu t'attendais à rencontrer des petits cons avec du poison sur le bout de la langue ?
- Ok, là t'es provoc un max, Dom. Ça m'a fait rigoler en te lisant, et puis je me suis attristé tout à coup. Je me suis attristé en pensant au nombre de forums prétendus littéraires dont je me suis retiré sur la pointe des pieds. Et pourtant il n'y avait pas de petits cons avec du poison sur le bout de la langue. Beaucoup de sucreries, au contraire. Je m'y ennuyais. C'est tout. ('Sleep')

- Que ce soit Barbara ou quelqu'un d'autre on cherche tous la même chose : progresser. Certains sont ambitieux et veulent être publiés, d'autres le sont moins et voient l'écriture seulement comme un passe temps.
- Quand on passe des heures à écrire et à rêver de ce qu'on a envie d'écrire, c'est normal d'avoir envie d'être lu. Et d'être apprécié (si quelqu'un me dit le contraire, il est de mauvaise foi ('Evil or Very Mad')). Pour être apprécié, il faut chercher à progresser sans arrêt. C'est aussi simple que ça. En revanche, celui qui VEUT être publié, j'ai bien peur qu'il ne soit trop optimiste. S'il PEUT l'être, c'est déjà pas mal.

- Merci Démon des Airs. Ici France Culture. Vous avez entendu un écrivain en voie de... heu, heu... de progression. C'était un reportage de Domingo. A vous les studios ! Very Happy


Dernière édition par Démon des Airs le Ven 16 Juil 2010 - 9:30, édité 1 fois
avatar
Démon des Airs
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 67
Localisation : Nice
Emploi/loisirs : Ecriture
Votre talent : Écriture
Points : 146
Date d'inscription : 07/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation de Démon des Airs

Message  Pacô le Ven 16 Juil 2010 - 8:52

Justement, sur ID, on évite les sucreries .
Ou du moins, on n'en donne que pour récompenser... non on ne vous prend pas pour du bétail non plus .

Mais il est vrai que dans le premier moment, ça fait très plaisir de se voir dire : "oh j'adore ! Vite la suite ! La suite !" puis au bout de quelques messages, ça lasse.
Pire encore, lorsqu'un professionnel - ou un très grand amateur - te fait part de son franc avis, loin d'être aussi enthousiaste que ceux d'avant, on aurait envie de prendre chaque gens qui nous a dit qu'on était génial pour lui fracasser la tête.
En vrai, ça m'est déjà arrivé quand j'étais tout jeune et que je m'exerçais dans ma plume. J'étais dans un forum où l'on m'ovationnait, où le plus gros commentaire sur mon texte faisait 3 lignes... 3 lignes de fleurs. J'étais heureux, je me voyais déjà dans les bacs et puis un jour... je suis tombé sur l'avis d'un correcteur de CoCy.
Et là ce fut le drame car il m'a détruit complètement le texte et, bizarrement, son commentaire ne faisait pas 3 lignes, mais plutôt 300 ^_^.

Au début, je l'ai haï. Je me suis même vexé (j'avais 11-12 ans xD) puis, peu à peu, j'ai compris qu'il serait plus judicieux de suivre l'avis de ce seul correcteur qui avait pris le temps de décortiquer mon texte, que la ribambelle de gamins qui me disaient que j'étais génial (mais dont je doutais parfois qu'ils lisaient vraiment).
Et depuis lors, j'ai compris tout l'intérêt de me mettre en face de mes erreurs : malgré le choc, je pense que j'en suis ressorti aujourd'hui "amélioré".

Alors, soit, il est vrai que j'aimerais encore parfois qu'on me dise qu'on ait plus rien à m'apprendre. Mais ce serait un petit plaisir éphémère et surtout très dangereux pour ma plume, car elle ne progresserait plus.
Donc, avec du recul, il vaut mieux que l'on m'en foute la pleine tronche. Je saurais que, le choc de la chute du 7 ème étage passé, ma plume sera meilleure. Du moins si l'argumentaire qui déstabilise mon texte est fondé Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum