Commentaire Graziella

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Commentaire Graziella

Message  Pacô le Mar 21 Déc 2010 - 13:39

Ferdi, je te crée ton fil de commentaires, mais normalement c'est à l'auteur de le faire. Conformément à la charte des écrits, les romans et les nouvelles sont soumis dans la rubrique "Vos Ecrits" et les commentaires dans la rubrique "Commentaires" de manière à séparer "texte" et "commentaires".
Ceci rend la lecture plus agréable à ceux qui arrivent après la bataille et qui n'ont pas à jongler entre les textes et les commentaires.
Il te faut ensuite lier les deux sujets par un lien URL que tu copies/colles dans chacun des sujets "écrits" et "commentaires".
Un lien vers le sujet des écrits dans la rubrique des commentaires et un lien vers le sujet des commentaires dans la rubrique des écrits.

Comme ici par exemple, il te faut faire le lien vers le sujet des écrits, puisque nous nous trouvons dans la rubrique des commentaires. Comme ceci : http://imperialdreamer.forumsline.com/t3097-graziella

Ce lien URL tu le trouves dans la barre de ton navigateur, là où tu tapes les adresses d'une page (sous fichier, édition, affichage etc.).

Ceci dit, je vais m'atteler à ton commentaire maintenant. Pense juste à le faire pour les prochaines fois Smile.

Comment était-elle venue dans le verger, je n'en sais rien ; elle était immobile, nos regards se sont longuement croisés.
=> je vois un petit souci au niveau de la ponctuation selon moi. J'aurais plus conseillé : "Comment était-elle venue dans le verger ? Je n'en sais rien. Elle était immobile ; nos regards se sont longuement croisés."
Ce n'est qu'une suggestion...

Une petite recherche m'a appris que ma nouvelle amie est une girafe femelle
=> attention à la concordance des temps : tu emploies du passé simple dans le premier paragraphe et là tu passes au passé composé ; ce qui marque une certaine incohérence.
Suggestion : "Une petite recherche m'apprit que ma nouvelle amie était une girafe femelle."

mais c'est elle qui fait les choix définitifs, nous avons ainsi élaboré ensemble un régime qui lui convient à merveille.
=> A la place de la virgule, j'aurais privilégié un point.

Quand je lis, elle se couche près de moi, pose sa tête sur mes genoux, je caresse son pelage si doux.
=> huhu... encore un souci avec la ponctuation selon moi. J'aurais mis un point-virgule entre "genoux" et "je caresse".

de communiquer avec moi..
=> si tu voulais les "trois points de suspension"... il t'en manque un Wink.

et quitta la pièce dès que je l'allumai.
=> je ne sais pas pourquoi, mais la formulation me dérange ici dans les temps employés. C'est le "dès" qui implique une certaine répétition du geste, ce qui me ferait donc prévoir une construction "condition au passé simple une conséquence à l'imparfait" ce qui donnerait : "et quittait la pièce dès que je l'allumai."

Sur les routes, dans les rues elle se tient soit à mon côté soit derrière moi ;
=> sur les routes ou dans les rues en ce cas ? Smile

Appréciation linguistique :

Je crois que tu l'auras compris, le plus gros problème rencontré ici est la ponctuation. Visiblement, tu essaies d'utiliser les point-virgules et les virgules... mais parfois pas de la bonne façon. Ce n'est pas bien grave. Il faut juste comprendre le "truc", et souvent ça s'acquiert avec une certaine sensibilité lors de nos différentes lectures. Personnellement, l'auteur qui m'a initié aux point-virgules, c'est Stendhal. Il n'y a pas que lui, certes, mais il fut l'un des premiers que j'ai lus et qui se servait avec brio de la ponctuation au fil de ses phrases. De manière à nous faire languir, de manière à organiser savamment ses phrases etc. bref de manière à très bien faire passer sa prose Wink.

Le vocabulaire employé est assez simple et dénote d'une certaine innocence au fil du texte. Est-ce que c'est ce que tu as voulu faire passer tout au long de ton écrit ? On dirait que ton personnage retombe dans une certaine insouciance de la jeunesse, dans la fougue d'un premier amour avec cette girafe. C'est très étrange d'ailleurs.
Ce que je regrette toutefois, c'est un certain manque au niveau de la profondeur du sentiment. Mais là, ça rentre dans un domaine très subjectif et il faudra comparer avec la sensibilité d'autres auteurs. Personnellement, j'ai l'impression que tu nous dis à plusieurs reprises que l'homme est très proche de sa girafe, qu'ils sont complices mais on ne le ressent pas.

Je veux dire par là que si à un moment tu dis que la girafe passait sous un camion, je n'aurais pas une forte émotion. Oui ma technique pour juger de mon attachement aux personnages, je pense souvent à une fin tragique.
Il y a un exemple qui me vient à l'esprit, c'est Simetierre de Stephen King. Le roman est divisé en deux tomes et tout au long du premier, l'auteur installe son intrigue mais construit et renforce le lien qui unit le père de famille avec son enfant. Et ce par plusieurs scènes, notamment celle du cerf-volant. On ressent l'amour du père pour son fils.
Et il termine son premier tome de façon très brutale : "tout ça était très beau jusqu'à ce que Gage (= le fils) meurt". Puis il débute son second tome avec le môme allongé dans un cercueil puis le souvenir de la journée de sa mort.

Si tu es un petit peu sensible, tu as les larmes qui te viennent aux yeux tout le long du premier chapitre, parce que c'est très poignant.
L'auteur s'amuse souvent avec ce procédé : il a une facilité admirable de lier son lecteur avec ses personnages, avec leur psychologie surtout, et de créer une certaine ambiance qui nous fait vivre avec eux, ou pire, en eux.

Je te raconte tout cela pour te dire que c'est ce lien que je ne retrouve pas forcément entre ton personnage et cette girafe. Bien sûr, l'on me dira que la nouvelle est bien trop courte pour tisser les liens ; et pourtant, il est possible en quelques lignes de créer une certaine familiarité avec les personnages.
Pour moi, dans ton texte, nous en sommes dans le récit formel : il faut rajouter de la chaleur à l'écrit. Du moins, si tu veux que ton lecteur s'attache à la girafe. Si ce n'est pas le but recherché (par exemple : Camus ne voulait pas qu'on se sente proche de son personnage dans l'Etranger) alors non, bien évidemment.

Mon dernier petit reproche se portera sur la vision d'ensemble du texte. Autant l'on peut reprocher à certains auteurs de faire de gros pavé sans aérer, autant toi l'on pourrait chipoter sur la trop grande aération de ton texte. Beaucoup trop de paragraphes, et des paragraphes de deux lignes parfois... ça donne un effet très disparate et ça peut renforcer le sentiment de non-proximité avec la lecture.

Sinon, je le redis, la lecture est plutôt fluide et l'information est très bien amenée à l'auteur. Tu ne nous embrouilles pas sous des termes farfelues ou dans des constructions de phrases biscornus (à l'exception de la ponctuation parfois douteuses). Maintenant, selon moi, il faudrait enrichir le contexte du récit : plus d'éléments qui renforcent la complicité personnage-girafe, plus d'approfondissement sur leur relation, plus de détails et d'anecdotes... c'est ça qui tissent les liens entre lecteurs et la fiction. Il faut lui donner l'impression qu'il est le seul à pénétrer l'intimité des protagonistes.

Si tu veux des informations complémentaires, n'hésite pas à reprendre ou défendre quelques points de cette appréciation. Elle est bien entendu ouverte à la critique.

Appréciation du récit :

Le récit est court mais il y a plusieurs éléments.
J'aime beaucoup l'introduction : la rencontre. Au début, je croyais que tu voulais nous faire durer un peu le "suspens" pour savoir qui était cette nouvelle venue dans son verger. Puis finalement non, dès le second paragraphe tu nous indiques sa nature.

Alors pourquoi ne pas développer un peu plus cette rencontre et ne pas la faire tenir en deux lignes maximum ? Ce serait peut être l'occasion de créer un petit sentiment d'intimité non ?

Ensuite, il y a des précisions que je voudrais te demander : une girafe ça mesure bien plus que 2 m, ça peut atteinte parfois 4 voire 5 mètres de haut. Alors, c'est quoi ta girafe pour qu'elle ne fasse "que" 40 centimètres de plus que ton bonhomme ? Tu n'aurais pas une photo d'elle ?
Et quitte à faire, tu peux aussi nous raconter un peu plus ses recherches : c'est là que pourrait naître son amour pour la bête.

Je te donne plusieurs pistes sur lesquelles travailler.

Là où il manque aussi peut être de développement, c'est le passage où tu racontes qu'elle a l'air chagrinée. Tu nous dis que ça lui arrive souvent et que c'est banal : sauf que sa décision à lui n'est pas banale. Donc il serait peut-être judicieux d'indiquer ce qui n'est pas banal ici, qu'est-ce qu'il a pu voir dans son regard qui l'incite à l'emmener dans la savane.
Par exemple, il pourrait voir dans ses yeux la chaleur de l'Afrique, ou l'exotisme de ses origines etc. Ce serait à creuser tu ne crois pas ?

Sinon, ton histoire me fait très penser à un livre pour enfant ; avec son air très innocent et très mignon. Si c'est le but, ne change rien.
Si tu veux faire quelque chose plus profond, suis mes conseils.

Mais je pense que ce texte serait encore mieux s'il était accompagné d'illustrations Wink.


Là encore, mon commentaire est ouvert au débat, à la critique, à l'opposition, au lynchage etc. tongue
Il est là pour te guider, pour te remettre en question et surtout pour améliorer ou fortifier ton écriture.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  ferdi le Ven 24 Déc 2010 - 10:16

Merci Pacô pour ton commentaire riche et argumenté. Me livrer à un lynchage ? Sûrement pas. Je suis venu ici pour que mes faiblesses soient détectées, je ne vais donc pas me plaindre.
Tu me suggères des illustrations. Hélas pour le moment, j'en suis techniquement incapable.
Je n'ai rien à redire sur des remarques relatives à la ponctuation et aux paragraphes. Je suis un maniaque de l'aération des textes et il me faudra corriger cela.

"et quitta la pièce dès que je l'allumai."
Pacô dit
=> je ne sais pas pourquoi, mais la formulation me dérange ici dans les temps employés. C'est le "dès" qui implique une certaine répétition du geste, ce qui me ferait donc prévoir une construction "condition au passé simple une conséquence à l'imparfait" ce qui donnerait : "et quittait la pièce dès que je l'allumai."
En effet je préfèrerais:
""Et quitta la pièce la première fois que je l'allumai"

"Sur les routes, dans les rues elle se tient soit à mon côté soit derrière moi ;"
Pacô dit:
=> sur les routes ou dans les rues en ce cas ?
Dans mon esprit, la virgule avait valeur de "et"
APPRÉCIATION LINGUISTIQUE
Pacô dit:
Le vocabulaire employé est assez simple et dénote d'une certaine innocence au fil du texte. Est-ce que c'est ce que tu as voulu faire passer tout au long de ton écrit ? On dirait que ton personnage retombe dans une certaine insouciance de la jeunesse, dans la fougue d'un premier amour avec cette girafe. C'est très étrange d'ailleurs.
Oui, mon narrateur a une certaine innocence et c'était bien mon intention qu'il soit perçu ainsi. Je précise qu'il est considère comme un doux excentrique.
J'ai frétillé de contentement quand j'ai lu "C'est très étrange d'ailleurs" car je voulais que l'histoire contienne de l'étrangeté malgré les petits détails réalistes.
Pacô dit:
"Ce que je regrette toutefois, c'est un certain manque au niveau de la profondeur du sentiment" " iIl faut rajouter de la chaleur à l'écrit"
Je suis d'autant plus d'accord que le texte à peine envoyé, j'ai vu des points à développer, à étoffer et je veux que le lecteur s'attache à la girafe.

Grazielle mesure deux mètres de haut parce qu'elle appartient à une race naine que j'ai inventée. Il me semblait qu'avec un animal de cinq mètres de haut, la proximité avec le narrateur serait plus difficile.
Pacô dit:
"Là où il manque aussi peut être de développement, c'est le passage où tu racontes qu'elle a l'air chagrinée. Tu nous dis que ça lui arrive souvent et que c'est banal : sauf que sa décision à lui n'est pas banale. Donc il serait peut-être judicieux d'indiquer ce qui n'est pas banal ici, qu'est-ce qu'il a pu voir dans son regard qui l'incite à l'emmener dans la savane."
La décision de partir est aussi provoquée par les rêves consécutifs aux moments de spleen. Mais je pense qu'il serait bon de donner plus d'importance à cet épisode.
Pacô dit:
"Sinon, ton histoire me fait très penser à un livre pour enfant ; avec son air très innocent et très mignon. Si c'est le but, ne change rien.
Si tu veux faire quelque chose plus profond, suis mes conseils."
J'aimerais faire quelque chose de plus profond, je vais donc suivre les pistes que tu me proposes et remanier mon texte.
Ce premier commentaire a comblé mes attentes. C'est ainsi que je conçois ce genre d'échanges, avec une amicale rigueur.
Merci Pacô et joyeux Noël ! Smile cheers
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Pacô le Ven 7 Jan 2011 - 17:15

Retour sur le texte après les modifications :

Ses hautes jambes fines, son port de tête altier, ses grands yeux doux aux longs cils recourbés m'ont paru irrésistibles.
=> peut être qu'à la place de la dernière virgule, j'aurais plus vu un "et" Wink.

Comment était-elle venue dans le verger en pleine floraison printanière?
=> espace entre "printanière" et le point d'interrogation.
=> est-ce que le "en pleine floraison printanière" est bien utile ? Ou ne faudrait-il pas le préciser dans une autre phrase ? Parce que... est-ce une information judicieuse à interaler en même temps que l'interrogation sur sa venue ?
Il faut que tu te poses la question à toi-même ; pour ma part, je ne peux que te montrer les sources de certaines maladresses. Mais je ne prends aucune décision à ta place... (même les fautes d'ortho tu peux les laisser si tu veux ^^).

En quelques secondes, tout fut joué
=> Arf', mais quel est ce "tout" justement ?

Une petite recherche par Internet m’apprit que ma nouvelle amie est une girafe femelle
=> pourquoi "être" est au présent ? Il faudrait normalement de l'imparfait, puisque apprendre est au passé simple.

Graziella fut le seul nom qui me semblait lui convenir.
=> voilà... là tu es bien au passé... alors pourquoi pas pour le verbe "être" au-dessus ?

La consultation d'ouvrages spécialisés m'a permis de trouver la nourriture recommandée ; mais c'est elle qui fait les choix définitifs.
=> c'est étrange ce mélange de passé simple, d'imparfait, de passé composé et de présent. Je pense qu'il faut faire un choix : passé simple/imparfait ou passé composé/présent. Même si e n'est pas obligatoire, ça trouble la lecture !

Elle montra une sagesse absente chez bien des hommes. J'ai débranché l'appareil qui ne me manque pas du tout.
=> j'ai l'impression que tu emploies le passé simple dans une logique de passé dans le passé. Or ce n'est pas le bon temps : pour faire du passé dans le passé, c'est le passé antérieur ou à la rigueur le plus-que-parfait. Mais tu ferais mieux de dire "Elle avait montré"...

elle pique un galop
plein de pétulance.
=> oulah... retour à la ligne intempestif !

mon
livre ; je sais qu'elle éprouve le besoin de bouger et sans me faire prier me prépare pour sortir.
=> Idem. Mais je pense que c'est à cause du forum ! Laughing

hautaine ma Graziella ? Bien sûr que non, elle a un port de tête noble
=> tu l'as déjà dit au début : son port de tête altier,

De temps à autre, elle revient vers moi et me donne quelques caresses. Peu à peu, nos promenades s'allongent, ou, pour être franc, elle m'incite à aller de plus en plus loin. Elle prend de l'avance, s'arrête, tourne la tête vers moi pour me faire comprendre qu'elle m'attend. Je ne peux qu'obéir. Pour le retour, comme si elle sentait ma fatigue, elle vient tout près de moi pour que je m'appuie sur son dos ou m'accroche à son cou.
=> attention à pas trop mettre de "moi" (vers moi (x2) et près de moi etc.)

Bon.
Je suis désolé de te dire (encore une fois Embarassed) que pour moi, la magie de la complicité n'est pas encore au rendez-vous.
Toutefois, je crois comprendre la raison de ce phénomène et pouvoir t'aiguillonner. Je ne te conseillerai pas de rajout ou de développement - comme initialement - mais plus des transformations.
En fait, je crois avoir distingué deux traits de caractéristique de ton texte qui aboutissent à ce sentiment de non-affection :

  • trop de paraître, de sembler, d'avoir l'impression bref. Trop de termes qui restent avec un certain degré d'écart vis-à-vis de la situation dépeinte.
  • enfin, un manque cruel de situations concrètes
Prenons les une par une :

1er point :
J'ai un exemple sous la main :
j'ai l'impression d'être en face d'une divinité de la nature qui s'efforce de communiquer avec moi
Ce que j'ai souligné aura tendance à ne pas donner de puissance à ce que tu décris. Pourquoi ? Parce que le protagoniste n'en est pas convaincu lui-même (=> premier point). Parce que les verbes ou expression comme "sembler" paraître" "avoir l'air" (ou avoir l'impression de) sont considérés comme des verbes "faibles". Ils sont très utiles dans la langue courante car justement ils permettent de "ne pas se mouiller". Mais dans un texte, ils produisent exactement le même effet : ils ne teintent pas le texte de la conviction de l'auteur.
Autrement dit... ils rendent l'écrit plus superficiel.

Comment parer à ce phénomène ?
D'une manière très simple. Il faut faire "du rentre dedans" et viser la formulation la plus simple. Chez beaucoup d'auteurs novices, on rencontre ceci par exemple :
Il ne semble pas avoir d'appétit.
Or, la phrase a moins de puissance que si l'on formule ainsi :
Il n'a pas d'appétit.

Tu me diras : mais ça change le sens ? C'est exact. Mais bien souvent, les auteurs voulaient dire "ne pas avoir d'appétit" mais ils ont le sale tic de glisser un verbe faible pour engourdir un peu leur texte.

Le secret, c'est donc d'aller droit au but : ne pas lésiner sur les qualités d'expression, bien s'imaginer la scène et la retranscrire telle qu'on la voit !
Par exemple, pour reprendre ton propre passage :
Une étrange force se dégage de cette girafe et me contraint à l'adorer, comme le ferait un fidèle envers sa divinité
Certes, ça peut paraître exagérer mais c'est surtout pour te donner une idée. Je t'enjoins cependant à formuler de toi-même... parce que c'est toujours mieux.
Je risquerai d'apporter une touche désagréable à ton univers littéraire Wink.

2sd point :
Là, c'est visible dans l'ensemble du texte : tu te contentes bien souvent d'une description formelle, d'une explication visant à nous faire découvrir ton histoire comme dans un manuel scolaire.
Qu'est-ce qui est bien plus intéressant pour captiver l'attention d'un élève ? Du concret ! Parle-leur de la guerre en leur faisant ouvrir leur manuel ou en prenant un casque de poilu ou encore mieux, avec un vieillard l'ayant vécu qui raconte son histoire... tu n'auras pas du tout le même impact.
Prenons un exemple au hasard de ton récit :
Pendant que je fais mes courses, elle m'attend tranquillement à la porte du magasin. Maintenant qu'elle est connue, on lui offre de petits cadeaux : salade, carotte qu'elle accepte avec dignité.
Ceci est une description plutôt formelle de la chose ; description basée sur une régularité et sans aucun point distinctif du scénario.
Je te conseille alors de concrétiser l'évènement, pas en racontant toutes les fois où il va aux courses mais en racontant une seule et unique. Comme on le ferait pour des élèves, en ne parlant pas de la guerre pour figurer les tranchées, mais en parlant d'une bataille donnée. Donne un trait de caractère... donne vie à tes personnages, fais les parler, fais les interagir : donne de la dynamique !

Je pense que c'est ça qui manque le plus.
C'est le conseil que je peux te donner : travaille sur ses deux points :
=> la formulation plus directe
=> la concrétisation du récit

Sinon, pour en revenir à un aspect plus formel de ton récit, veille au passage des temps. Je ne suis pas particulière LE spécialiste de la grammaire mais attention tout de même.
Notamment par exemple ici :
Dès le premier coup d'œil, j'ai été frappé par sa beauté. Ses hautes jambes fines, son port de tête altier, ses grands yeux doux aux longs cils recourbés m'ont paru irrésistibles. Comment était-elle venue dans le verger en pleine floraison printanière?
Tu commences avec le passé composé, qui s'allie généralement avec le présent parce qu'il a une connotation de passé proche, puis ensuite tu emploies l'imparfait qui éloigne davantage la situation dans le passé.
Plus loin, tu parles au passé simple "tout fut joué".

Je pense que tu es beaucoup plus à l'aise avec le passé composé/présent... alors reste avec eux et transforme tous les autres temps.
Si tu veux du passé dans le passé, comme ici :
Elle montra une sagesse absente chez bien des hommes.
Emploie le plus que parfait : elle avait montré.

Mais je préfère te laisser entre les mains de azul ou à celles de Barbara, nos grands gourous de la grammaire, parce que je ne veux pas m'entraîner dans des chemins glissants.
Et puis moi, mon domaine, c'est l'analyse ! tongue

Aussi, veille à ne pas trop employer le terme "marcher". La structure se repère 4 fois dans ton texte :
j'ai marché vers elle.
la regarder marcher ou courir m'enchante toujours tant sa démarche est élégante.
(attention ici, c'est redondant dans la même phrase)
Quand nous marchons en ville


J'espère t'avoir été utile Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  ferdi le Ven 7 Jan 2011 - 19:05

Pacô, tu m'as été tout à fait utile. De toute façon, je suis désireux de recevoir des critiques, des conseils.
Quelle panade pour les temps!
Tu me dis:
"C'est le conseil que je peux te donner : travaille sur ses deux points :
=> la formulation plus directe
=> la concrétisation du récit"

Le conseil me semble judicieux ; mais là, mon écriture doit faire un saut qualitatif .
Mais je vais tenter une troisième version.
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Pacô le Ven 7 Jan 2011 - 20:01

Tu as tout ton temps Wink.
Pour ce qui est des temps... après ça joue beaucoup à l'oreille. Personnellement, quand je lis un passé simple à côté d'un passé composé - je ne dis pas que c'est incorrect ! - ça me la titille et j'ai l'impression qu'il y a l'un ou l'autre qui n'est pas à sa place Wink.

Et si tu veux me faire plaisir... tu peux faire un petit passage sur mon roman ? drunken
(ou sur l'une de mes nouvelles huhu).

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Elemsis B. Lotguth le Dim 16 Jan 2011 - 20:54

J'ai lu cette deuxième version, et j'ai été surpris.
Malgré les imperfections qu'a souligné Pacô, je me suis bien laissé prendre par le texte.
Le début du second paragraphe a l'effet d'une chute ne nouvelle réussie, alors qu'on en est qu'à quelques lignes à peine.
Rien que pour ça je dis "bien joué".

Pour finir, je ressens bien cette affection du vieil homme pour la girafe, qui sort de l'habituel "animal de compagnie" non pas par son originalité (on a pas tous une girafe chez nous) mais par cette relation, qui a l'air plus profonde, presque humaine.
A quelques détails près, on penserait qu'il parle de sa femme.

Bonne chance pour cette troisième version si tu la fais donc. Ce texte est déjà en très bonne voie.

Et désolé de ne pas relever de points faibles pour t'aider, je dois dire qu'à partir du moment ou un texte est aussi correct que celui-ci, j'ai du mal à les trouver, alors je préfère dire à l'auteur ce qu'il a réussi plutôt que ce qu'il a potentiellement loupé. ^^
avatar
Elemsis B. Lotguth
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 141
Age : 26
Localisation : Prades (66)
Emploi/loisirs : Ecrivain (dans mes rêves)
Votre talent : Écriture
Points : 156
Date d'inscription : 16/01/2011

http://elemsischronicles.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  ferdi le Dim 16 Jan 2011 - 21:15

Merci Elemsis pour ton commentaire. Tu as saisi mon intention, Graziella est plus qu'un animal.
Je suis en train de faire la troisième version, Pacô a l'art de pousser les auteurs dans leurs retranchements. Very Happy
Je profite de l'occasion pour te souhaiter la bienvenue.
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Pacô le Dim 16 Jan 2011 - 22:13

Ah je ne dis pas que ferdi est un raté littéraire ! tongue

Non, la qualité intrinsèque de ce texte reste - et restera je pense - la clarté du récit. Ce serait presque une rigueur scolaire, aurais-je envie de souligner.
Mis à part pour les temps Rolling Eyes

Mais dans l'absolu, le texte n'est pas mauvais du tout. Je dis juste ce qui pourrait le rendre encore meilleur ! tongue

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  malaulau le Lun 17 Jan 2011 - 9:41

Coucou, c'est moi... ^^
Petite lecture...

Premier truc : tu ne respectes pas les espaces insécables en typo (just a detail ^^)

Comment était-elle venue dans le verger en pleine floraison printanière? Je n'en sais rien. Elle était immobile, nos regards se sont longuement croisés. Elle s'est lentement approchée, En quelques secondes, tout fut joué, chacun adopta l'autre, et nous ne nous sommes plus quittés.
Beaucoup de être (auxiliaires + verbes), cela se ressent à la lecture...

Une petite recherche par Internet m’apprit que ma nouvelle amie est une girafe femelle
Cela m'a fait sourire, on dirait que c'est le fait qu'elle soit girafe ou femelle qui nécessite une recherche sur le net.

J'ai débranché l'appareil qui ne me manque pas du tout.
L'appareil casse un peu le rythme, je trouve.
Pendant que je lis, elle se couche près de moi, pose sa tête sur mes genoux
J'ai beaucoup souri, ici. C'est une gymnaste ^^
mais sait manifester son attachement en me passant délicatement sa langue noire sur le visage.
beuark ! ^^
qui s'efforce de communiquer avec moi, de me transmettre une sagesse inconnue de moi.
Le "inconnue de moi", n'est pas beau du tout !
elle me dépasse d'une quarantaine de centimètres.
Fichtre !

elle a un port de tête noble, sans rien de méprisant.
Le "sans rien" est aussi un peu moyen ! Le sans est-il utile, déjà ?

Mignon, ce texte. La fin est trop rapide. L'idée du voyage arrive trop vite par rapport au rythme du récit.
À la lecture, le texte est simple sans vocabulaire trop recherché. On joue plus sur les sentiments que sur les mots. Je suppose donc que le texte est destiné à des enfants, non ?

Remarques, il y a deux d'adverbe en "ement" trop rapproché dans le premier paragraphe et dans un autre un peu plus loin, (les trucs que n'aiment pas Pacô, ni Arwen ^^). Je te le signale. Nos regards... longuement croisés... lentement approchée.
rapidement, entre ce gracieux animal et... j'avais machinalement allumée et quitta la pièce.
Voir si tu peux modifier cela.
Ensuite tu utilises aussi pas mal être en tant que verbe, cela est peut-être voulu mais du coup le texte parait un peu pauvre en vocabulaire. Elle était immobile Il est vrai que c'est elle, que je suis, elle est silencieuse, pour être franc, Est-ce une hallucination etc.
De la même façon, quelques verbes faibles peuvent être éviter comme "sembler" par exemple.
En dehors de cela, le texte est joli, l'idée est amusante. J'ai bien aimé.

avatar
malaulau
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 360
Localisation : Pas loin du volcan
Emploi/loisirs : Roller en ce moment
Points : 175
Date d'inscription : 24/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Gavroche le Lun 17 Jan 2011 - 14:05

Je ne reviens pas sur les détails. Ton texte est agréable à lire.
Cependant, je regrette que tu nous livres le pot aux roses : une girafe, si vite. J'aurais bien vu une montée en douceur, vers une chute surprenante à ce sujet. Parce que là, en dehors de ton écriture, agréable, je ne vois pas trop l'intérêt de ton texte... ça ressemble à un exercice un tout petit peu scolaire ( dans le sens où cela ne semble pas avoir réellement de contenu plus que cela, enfin j'en pressens un, mais ce n'est pas exploité comme ça pourrait l'être) Enfin, c'est pas exactement le mot. disons qu'à mon gout, ça manque un peu de profondeur, ça reste trop superficiel... Enfin,c 'est mon ressenti.
avatar
Gavroche
Talent Génial
Talent Génial

Nombre de messages : 769
Votre talent : Écriture
Points : 1036
Date d'inscription : 30/05/2010

http://gavrochetcie.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  malaulau le Lun 17 Jan 2011 - 15:04

Il n'est pas fini peut-être ^^, je l'ai vu comme cela moi.
avatar
malaulau
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 360
Localisation : Pas loin du volcan
Emploi/loisirs : Roller en ce moment
Points : 175
Date d'inscription : 24/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Réponse à Malaulau

Message  ferdi le Mer 19 Jan 2011 - 6:05

Malaulau, j’ai lu avec intérêt tes remarques et vais en tenir compte dans la troisième mouture en cours.
La surabondance des adverbes en -ement et du verbe être, des verbes faibles m'avait échappé, la correction pour les verbes sera peut-être difficile.
" Une petite recherche par Internet m’apprit que ma nouvelle amie est une girafe femelle ":
Cette phrase avait pour but de préciser que Graziella appartient à une race de girafes naines que j'ai inventée pour permettre plus de proximité avec le narrateur.
Pendant que je lis, elle se couche près de moi, pose sa tête sur mes genoux
C'est une gymnaste, dis-tu. J'ai supposé que la souplesse extrême de son cou permet cette position qui veut exprimer l'affection.
" mais sait manifester son attachement en me passant délicatement sa langue noire sur le visage. » Beuark !
Les girafes se manifestent leur affection en se léchant, les chiens font de même avec les humains. Le narrateur a un lien affectif tel avec Graziella qu'il apprécie cette manifestation ; il n'a plus les réactions humaines habituelles
« Elle me dépasse d'une quarantaine de centimètres " Grazielle dépasse légèrement deux mètres, ce qui est peu pour une girafe mais suffit pour montrer le caractère incongru de ce couple.
Le texte est fini. À l'origine, il n'était pas destiné aux enfants ; je voulais créer une situation insolite avec un peu de fantastique dans le cadre des rapports entre humains et animaux. Mais le caractère " récit pour enfants » s'est imposé malgré moi.
Merci pour ton commentaire.
Bonne journée
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Réponse à Arwen

Message  ferdi le Mer 19 Jan 2011 - 6:35

Arwen tu dis " à mon goût, ça manque un peu de profondeur, ça reste trop superficiel "
J'ai apprécié la franchise de ton commentaire et je crains que tu aies mis le doigt sur mes limites actuelles.
Je suis en train de faire une troisième version, je vais essayer de donner plus de profondeur à mon texte, mais
ne suis pas sûr d'y arriver. Je suis un débutant et aurai sans doute du mal à surmonter des erreurs de jeunesse . Very Happy
Bonne journée
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  malaulau le Mer 19 Jan 2011 - 7:27

Le cou de la gymnaste, c'était une plaisanterie ^^ Je voyais la scène avec un long cou de grandes jambes et une girafe de 4 m ! Ce n'était pas une remarque destinée à te faire changer la phrase. Pour les adverbes, il n'y en a pas trop mais ils sont tous au même endroit Very Happy Le beuark, c'était pour rire ^^
J'aime bien mettre les coms qui me viennent à l'esprit en lisant. Pour moi, faire réagir le lecteur est le top pour un auteur. Je te montrais que cela avait marché en te donnant une idée de ma tête à la lecture. J'ai trouvé la scène très drôle. Il ne faut pas la changer, c'était vraiment pour rire.
Pour le reste :
J'aurais préféré une fin où tu nous dis sa taille, car là heureusement que tu le précises dans tes coms. Ensuite, comme le dit Arwen, il faudrait, à mon avis, ouvrir une porte sur la fin pour que la nouvelle ne nous laisse sur notre faim.

Je débute aussi ^^ Je me suis essayée aux nouvelles que dernièrement et les miennes font toujours plus de 10 pages (pour le moment). Ce sont des histoires avec tout un contexte et une ouverture à la fin, je n'arrive pas à faire autrement. J'essaie de me soigner mais le vaccin prend pas ^^. C'est pour cela que je ne réponds qu'aux AT qui acceptent les longs textes. Je n'aime pas les textes qui ne me permettent pas d'entrer dans la vie des personnages à fond. Sans empathie, je ne lis pas. J'aime les nouvelles longues de Brown mais les courtes me font juste sourire et c'est le cocasse qui m'amuse pas l'histoire. Je ne sais pas si je suis claire ?!
Du coup le format nouvelle courte ( ~ 5pages) ne me plait pas trop. Ici, je reste trop sur ma faim, en gros.
avatar
malaulau
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 360
Localisation : Pas loin du volcan
Emploi/loisirs : Roller en ce moment
Points : 175
Date d'inscription : 24/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  ferdi le Mer 19 Jan 2011 - 8:12

Mea culpa ! Je n'avais pas compris qu'une partie de tes réponses étaient humoristiques. Embarassed
Il faut que je fasse connaissance avec les commentateurs, cela viendra peu à peu.
Pour la longueur des textes, nous sommes opposés : j'écris des nouvelles courtes; j'ai du mal à dépasser deux pages, tout en sachant que la brièveté augmente la difficulté. Il faudra que je me soigne, mais ce sera difficile, car cette brièveté correspond à mon tempérament; à l'oral c'est encore pire. Very Happy
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Pacô le Mar 25 Jan 2011 - 10:34

J'ai vu que tu avais mis une nouvelle version de Graziella, c'est bien ça ?
Alors c'est un petit message pour te prévenir que je compte la corriger ce soir.

(mais c'est aussi pour m'assurer que c'est bien la nouvelle version ^^).

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  ferdi le Mer 26 Jan 2011 - 7:09

En effet, Pacô, c'est bien une nouvelle version, la troisième.
Bonne journée.
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Pacô le Mer 26 Jan 2011 - 17:56

D'accord.
Bon ce soir, je suis vraiment désolé, je suis trop crevé. Je vais voir si je me mets dessus ce soir quand même - mais parfois mes conseils sont moins bons ^^ - ou si j'attends demain après-midi.

Mais je ne t'oublie pas Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Pacô le Mer 26 Jan 2011 - 19:47

Bon, pour ce soir je te fais juste l'état de mes remarques prises sur le vif.
Pour le commentaire approfondi, ce sera demain (il faut de la concentration pour que ce soit un commentaire efficace).

En quelques secondes, tout fut joué : un lien s'établit entre nous, chacun adopta l'autre et nous ne nous sommes plus quittés. Les jours suivants, je me suis interrogé sur la nature d'un tel phénomène, puis ce souci m'a quitté.
=> répétition de "quitter"
=> je n'aime toujours pas plus le "tout fut joué" ^^

apprendre qu'on la recherchait.
=> répétition de "apprendre"
=> suggestion : "et craignait qu'on la recherchait".

Rapidement, entre ce gracieux animal et le retraité peu sociable que je suis, une vie commune s'est instaurée.
=> c'est étrange, parce que du simple fait que les deux dorment sous le même toit, on parle de vie commune : que ce soit colocataire ou un petit couple u_u".

Elle avait montré une sagesse absente chez bien des hommes.
=> je mettrais une virgule entre "sagesse" et "absente"

de me transmettre une sagesse inconnue.
=> attention à la répétition : tu emploies déjà "sagesse" pour le passage de la télévision.
=> suggestion : un savoir inconnu ?

Ses yeux me évoquent pour moi ceux de la princesse Néfertiti ou des déesses égyptiennes, hindoues.

=> "ses yeux m'évoquent" et retire le "pour moi"
=> pourquoi égyptiennes et hindoues ?

Elle est toujours d'accord se promener avec moi ;
=> "pour" se promener avec moi. (mot oublié)

Sur les routes ou dans les rues elle se tient à mon côté
=> je mettrais une virgule entre "rues" et "elle se tient"

Le long des sentiers,dans les bois
=> espace après la première virgule.

Je suis devenu une sorte de célébrité dans le canton
=> un canton... c'est pas très grand ^^

Parfois elle semble prise de langueur, ses yeux s'emplissent de nostalgie. Elle réagit peu à mes mots, à mes caresses, mais plonge son regard dans le mien. Est-ce une hallucination ? Dans ses prunelles fauves apparaissent des fleuves immenses, des paysages brûlés par le soleil, des arbres inconnus, des crépuscules flamboyants. Ces moments intenses sont de plus en plus longs. Après chacun d'entre eux, je rêve de vastes plaines herbeuses, de baobabs, d'acacias, de troupeaux innombrables de buffles, de gnous, de folles courses, de nuits odorantes éclairées par une lune énorme. Ces visions deviennent de plus en plus fréquentes, de plus en plus fortes. Les paysages verdoyants, harmonieusement vallonnés qui m'entourent me semblent banals, étriqués, ternes. Et je redoute pour mon amie la mauvaise saison qui s'annonce.
=> pas mal du tout le passage ! Smile
=> attention cependant aux redondances de "plus en plus"... que tu devrais accoler les unes au autres, pour faire un effet de style.
=> si les paysages sont vallonnés et qu'il le reconnaît lui-même... comment peuvent-ils être à la fois étriqués ?

je cours sur une terre rouge où mes sabots soulèvent de la poussière
=> ouh... abrupte comme transposition ! Ce serait presque risible les "sabots". Il faut au préalable que tu nous prépares au fait que le personnage rêve la nuit d'être dans le corps de Graziella Razz.

Bah pour te donner un avis premier, je trouve cette troisième version bien plus satisfaisante Smile.
Mais je développerai dans mon prochain commentaire.

(tu peux déjà discuter de mes remarques cela dit).

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  ferdi le Ven 28 Jan 2011 - 17:46

Encore des répétitions, des virgules oublié, un mot absent : la relecture reste un de mes points faibles. Cette fois, je corrigerai dans le texte.

"Rapidement, entre ce gracieux animal et le retraité peu sociable que je suis, une vie commune s'est instaurée."

Pacô : => c'est étrange, parce que du simple fait que les deux dorment sous le même toit, on parle de vie commune : que ce soit colocataire ou un petit couple u_u".

Réponse : j'ai voulu marquer que très vite une communication particulière s'est établie entre l'homme et l'animal, communication qui n'est pas due à la cohabitation.

"je cours sur une terre rouge où mes sabots soulèvent de la poussière."

Pacô=> ouh... abrupte comme transposition ! Ce serait presque risible les "sabots". Il faut au préalable que tu nous prépares au fait que le personnage rêve la nuit d'être dans le corps de Graziella .

Réponse : on est ici dans le domaine du rêve où tout est possible. Mais pour la cohérence du texte, je suis d'accord avec toi.

"Je suis devenu une sorte de célébrité dans le canton"

Pacô=> un canton... c'est pas très grand ^^

Réponse : Le narrateur met ici une touche d'auto-ironie

"Ses yeux me évoquent pour moi ceux de la princesse Néfertiti ou des déesses égyptiennes, hindoues."

Pacô : => "ses yeux m'évoquent" et retire le "pour moi"
Réponse : En effet, c'est mieux.

Pacô; Pourquoi égyptiennes, hindoues ?

Réponse J'ai toujours été sensible à la beauté de leurs représentations. fantasme de collégien )

Merci pour tes remarques et suggestions; ce sont elles avec celles de Malaulau, Arwen, Elemsis qui
ont fait évoluer le texte
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Natasha le Ven 28 Jan 2011 - 23:16

Ton texte est super génial car pendant un petit moment on rêve, on reste suspendu à tes phrases, tu as su tenir en haleine pendant le premier paragraphe mais après on a le sentiment que tu n'avais plus d'imagination pour continuer à nous tenir e haleine, dommage que l'on sache très rapidement que ce soit une girafe.
C'est un texte rempli de douceur et de tendresse. Penses le à le transcrire pour les enfants, vois ca avec peut être la section "Illustrateurs".
avatar
Natasha
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 29
Localisation : ANGOULEME SAINTES
Votre talent : Écriture
Points : 21
Date d'inscription : 27/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  ferdi le Sam 29 Jan 2011 - 10:45

Merci Natasha pour ton commentaire. Après le début, ton intérêt a baissé; tu trouves qu'il y a moins d'imagination; j'ai voulu montrer une relation qui devient de plus en plus en forte. Ta remarque me fait cogiter, mais pour le moment je ne vois pas comment y répondre. Est-ce que le dénouement t'a semblé souffrir du même défaut ?
Tu aurais préféré apprendre plus tard qu'il s'agit une girafe ce qui aurait créé un effet de surprise ; je n'ai pas choisi cette ligne narrative pour la raison donnée plus haut.
Pour le moment, je ne pense pas faire une adaptation pour enfants; après la troisième version, j'ai une légère overdose
de girafe. Very Happy
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Natasha le Sam 29 Jan 2011 - 11:07

On sent bien qu'il y a une complicité qui s'est créée entre la girafe et l'homme mais je trouve que ca pourrait être encore plus trépignant si on découvrait que plus tard que c'est une girafe. Je peux comprendre que tu es une overdose de girafe pour le moment.
avatar
Natasha
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 29
Localisation : ANGOULEME SAINTES
Votre talent : Écriture
Points : 21
Date d'inscription : 27/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Pacô le Sam 29 Jan 2011 - 22:18

ferdi a écrit:
"Rapidement, entre ce gracieux animal et le retraité peu sociable que je suis, une vie commune s'est instaurée."

Pacô : => c'est étrange, parce que du simple fait que les deux dorment sous le même toit, on parle de vie commune : que ce soit colocataire ou un petit couple u_u".

Réponse : j'ai voulu marquer que très vite une communication particulière s'est établie entre l'homme et l'animal, communication qui n'est pas due à la cohabitation.
Ce que je voulais surtout dire, c'est que l'affirmation prenait des tournures de pléonasme puisque, évidemment, si l'on vit sous le même toit, nous avons une vie plus ou moins commune avec l'autre.
Pour mieux marquer cette communication particulière, je te conseille une nouvelle fois l'exemple. Je reviens dessus dans mon plus gros commentaire promis.

ferdi a écrit:
"je cours sur une terre rouge où mes sabots soulèvent de la poussière."

Pacô=> ouh... abrupte comme transposition ! Ce serait presque risible les "sabots". Il faut au préalable que tu nous prépares au fait que le personnage rêve la nuit d'être dans le corps de Graziella .

Réponse : on est ici dans le domaine du rêve où tout est possible. Mais pour la cohérence du texte, je suis d'accord avec toi.
Je ne remets pas en cause le rêve en lui-même, puisque oui tout est possible dans un rêve.
Nonobstant cette évidence, je reproche davantage l'absence de préparation à ce rêve que le rêve lui-même. C'est-à-dire que c'est annoncé d'une manière très abrupte, sans conditionnement ou même, un simple saut de paragraphe. Mais là encore, ça rejoint la même idée que je développerais dans mon commentaire général.

ferdi a écrit:
"Je suis devenu une sorte de célébrité dans le canton"

Pacô=> un canton... c'est pas très grand ^^

Réponse : Le narrateur met ici une touche d'auto-ironie
Arf', mais j'ai peur qu'on ne la sente pas cette auto-ironie...

ferdi a écrit:
Pacô; Pourquoi égyptiennes, hindoues ?

Réponse J'ai toujours été sensible à la beauté de leurs représentations. fantasme de collégien )
Ah peut-être, sauf que leurs divinités n'ont pas grand chose à voir et on ne peut pas visualiser car on ne sait pas sur quel "culture" se baser.
Là, il va falloir trancher, ou donner de plus amples détails sur quels aspects en particulier de ces deux religions tu souhaites mettre le doit (mais entre nous, ce serait faire compliqué pour quelque chose de sans importance).

Avis général :

Donc nous y voilà enfin. Pardonne-moi pour ce petit délais de retard mais ma semaine a été un peu occupée, surtout en sa fin u_u".

Cette nouvelle à l'état actuel des choses peut être considérée comme terminée du point de vue de son introduction puisqu'elle remplit sa vocation première :

  • présenter brièvement les protagonistes de la trame : le retraité et la girafe
  • contextualiser la trame : la rencontre des deux protagonistes et l'amitié qui les lie
  • introduire la problématique qui va faire vaciller le petit trin-trin : la girafe veut revenir à ses origines
Et l'on peut finalement se dire : tout est bon, passe à la suite.

Mais moi, je suis un correcteur chiant, voire très chiant, et je souhaite te définir à nouveau ce qui me manque dans ce texte pour donner une consistance encore bien meilleure.
Je préviens toutefois : ce commentaire est très subjectif et peut ne pas être au goût de tous.

Depuis le début des versions, je te parle de mise en concret. Et je constate que tu as tenté de mettre en application mon conseil, notamment à travers ces quelques exemples :
Il nous arrive de nous déplacer dans ma Deux Chevaux dont j'ai enlevé le siège arrière et enroulé la capote.
Ou encore :
Des passants s'arrêtent pour parler, elle les regarde gravement. Certains lui trouvent l'air hautain, dédaigneux ; hautaine ma Graziella ? Bien sûr que non, elle a un port de déesse sereine. On la jalouse.
Ce sont des exemples, mais pas des mises en contexte.

En fait, pour contextualiser le récit, il faut cesser de prendre un style généraliste et rentrer concrètement dans le scénario.
Par exemple, pour le premier passage cité :
Une fois, alors que je m'apprêtai à quitter la maison pour aller au marché, Graziella souhaita m'accompagner. Je comptai néanmoins me rendre en ville en Deux Chevaux, puisque la distance était tout de même assez conséquente. Il était impossible qu'elle vienne. Pourtant, à force de regards attendris, je ne pus lui dire "non" et je me résignai à l'emmener, tant elle me fit fondre avec ses petits yeux ronds et brillants. Un véritable exercice de contorsionniste s'imposa à nous : comment faire rentrer une telle girafe dans un si petit véhicule ? Après différentes positions, nous trouvâmes celle qui parût lui donner un certain confort et j'enclenchai le contact de la voiture. A plusieurs reprises, je m'assurai que Graziella ne souffrait d'aucune gêne mais son regard épanoui me réconforta. Puis, brusquement, alors que nous passions sur une route bordée par une forêt de chênes, elle redressa son cou pour happer les feuillages et transperça la toile du plafond. La surprise passée, nous rîmes beaucoup de cette anecdote.
Depuis lors, je retirais le siège arrière et repliais la capote à chacun de nos voyages en Deux Chevaux.

Est-ce que tu sens la différence, lorsque je dis : "mettre en contexte" ?
Pour moi, il ne s'agit pas de citer un élément qui pourrait être collé à toute situation, mais bien de saisir le détail au hasard - pas tant que ça remarque ! - et le développer.
Ainsi, tu enrichis ton texte, tu améliores et contextualises le lien d'amour qui unit les deux protagonistes et tu donnes un cachet au scénario (parfois, il faut penser comme à un film : quelle scène tournerais-tu si tu devais projeter à l'écran ? Tu serais bien obligé de rajouter quelques détails et surtout d'entourer tes scènes d'un décors, sans te contenter d'un "on roule avec le siège retiré et la capote repliée.")

Voilà pour moi ce que je t'explique depuis le début et la seule chose qui me manque éventuellement dans ton récit.
J'ai volontairement rédigé mon exemple avec le passé simple et l'imparfait pour qu'il ne puisse pas "coller" avec ton propre récit tel quel. Ceci n'est qu'à titre d'exemple, mais c'est à toi de rédiger proprement ta nouvelle.
Je ne veux pas ajouter ma "patte" dans ta nouvelle Wink.

Est-ce que tu comprends mieux et surtout, est-ce que tu es d'accord avec moi sur le fait que mon exemple attire plus le lecteur dans le contexte que ton passage cité ?

Note : ne change pas non plus les temps de mon exemple, mais réécris-le bien à ta sauce. De un, il sent trop le Pacô (et ça peut dénaturer ton texte), de deux, il y a pas mal de clichés et ce n'est pas écrit avec une concentration d'écrivain, mais celle d'un correcteur qui cherche à te souligner un point, pas à "bien rédiger cette nouvelle". Wink


Pour ce qui est de l'analyse linguistique, c'est nettement mieux. Quelques fautes corrigées, des virgules mieux placées... mais l'oeil d'un correcteur t'aide à tout remettre ça en place.
C'est fluide et agréable à lire.

Non, pour moi, il n'y a vraiment que cette absence de contextualisation qui dérange. Wink

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  ferdi le Dim 30 Jan 2011 - 8:40

Pacô : "Mais moi, je suis un correcteur chiant, voire très chiant, et je souhaite te définir à nouveau ce qui me manque dans ce texte pour donner une consistance encore bien meilleure.
Je préviens toutefois : ce commentaire est très subjectif et peut ne pas être au goût de tous. "

Réponse : Pacô, si tu n'étais pas chiant, je serais déçu. Cela ne veut pas dire que je serai toujours d'accord avec toi, mais j'arrive ici avec des faiblesses dans ma narration, donc j'ai besoin de critiques sans concessions.

Pacô : "…pour moi, il n'y a vraiment que cette absence de contextualisation qui dérange."
Réponse : Il y a là une technique dans le récit que j'ai des difficultés à appliquer. Je crois que mes neurones sont formatés pour des textes courts, elliptiques. (lol) L'exemple que tu me donnes est lumineux, je suis d'accord avec toi sur
le " plus " qu'il apporte au texte mais il me faudra des efforts particuliers pour suivre tes conseils dans les prochains textes. D'ailleurs, je crois que je vais passer par la rubrique "Brouillons"
Merci pour le travail que tu as fourni sur ce texte et pour le temps que tu y a passé.


avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire Graziella

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum