Histoire d'un tyran.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Histoire d'un tyran.

Message  kirlim le Jeu 20 Aoû 2009 - 18:38

3ème partie _
Spoiler:
La pièce était sombre : on avait fermé les volets pour ne pas indisposer le Roi. Les bruits semblaient assourdis, étouffés [ ; ] comme si le salon lui-même était malade. Des herbes médicinales, posées un peu partout dégageaient une puanteur atroce. Il régnait dans ce lieu une ambiance malsaine et Adrian ne pouvait que s'en réjouir : il savoura cette odeur si caractéristique que dégageait la mort
Le roi reposait dans un fauteuil : les yeux vitreux, les joues creuses, le teint pâle, pas besoin d'être médecin pour savoir qu'il n'en avait plus pour longtemps. Autour de lui, ses ministres chuchotaient fébrilement, se demandant déjà qui allait succéder à Tibald. Son seul fils, Hearn, était bien trop jeune pour gouverner quant au reste de le famille, mis à part un lointain cousin légèrement demeuré, on ne pouvait pas espérer grand chose.
Le Héraut du Roi s'agenouilla devant son maitre et, après avoir prononcé les paroles d'usage, leva vers lui ses yeux couleurs de sang.

- Vous m'avez demandé ?

- Adrian...

Le vieil homme prononça ce nom comme s'il possédait une quelconque vertu miraculeuse. Il essaya de poser sa main sur l'épaule du garçon, mais déjà les forces lui manquaient pour accomplir un geste aussi simple. Alors Adrian le prit dans ses bras, comme un enfant embrassant son père. Si seulement ce vieux fou savait que son héraut était à l'origine du mal qui le rongeait ! Cette perspective aidait le demi-démon à supporter toutes ses cajoleries. Sans ça, il y a longtemps qu'il aurait quitté cette vie de lèche-botte. Ça, plus le Pacte, évidemment.

- Adrian. Tu sais que mes jours sont comptés, et comme tous les autres, tu veux prendre ma place...

Le Roi n'était pas totalement idiot, et le sous-estimer aurait été une erreur.

- Votre place ne m'intéresse guère, je préfère garder ma liberté[ ], déclara tranquillement Adrian .

...Et j'ai surtout des aspirations plus glorieuse, mais ça, il se contenta de le penser.

A peine eut-il finit de prononcer ces mots, qu'une vive lumière bleue illumina la pièce. Le demi-démon ne put retenir un frémissement de dégout : Tibald avait utilisé un charme de vérité ! C'était une magie Angélique, un des rares charme que l'on avait pu conserver avant que les anges ne disparaissent. Comment une telle chose avait-elle pu arriver dans les mains du monarque ? Heureusement, Adrian avait été assez proche de la vérité pour que le Roi le croit sincère.

-Tout au long de mon règne, tu as été un conseiller très précieux, commença Tibald. »

Il fut interrompu par une toux grasse qui lui déchira la gorge. Un médecin s'approcha de lui pour l'aider, mais le roi le renvoya d'un geste sec.

-C'est bon, c'est bon, il reprit son discours : Mon fils Hearn ne peut prendre ma place et il lui faut un tuteur jusqu'à sa majorité. Ma femme n'est pas capable de tenir le Royaume : depuis quelques années déjà, sa santé mentale est déficiente. C'est donc toi que j'ai choisis : tu seras le régent du royaume. C'est une lourde responsabilité mais ton intelligence et ta ruse seront très utile. Mes ministres seront là pour te seconder.

Les dit ministres semblaient penser que le Roi était devenu trop sénile pour prendre cette décision.

-De plus, nous savons tous que ton pouvoir sur les démons ne peut qu'être profitable à l'empire.

Si seulement ce vieux fou avait ne serait-ce qu'une idée de la véritable étendue de ses pouvoirs...

-Acceptes-tu, Adrian, le titre qui t'es donné ? demanda le Roi d'une voix solennelle.

Malgré son irrésistible envie de rire, le garçon se força à conserver un air grave.

-Je ferais tout pour mon royaume, affirma le jeune homme avec sérieux.

A cet instant, le monde des humains était déjà perdu.

4ème partie _
Spoiler:
Adrian sortit du Salon et aspira à plein poumons un grand bol d'air frais (mouais). L'atmosphère de la pièce était peu à peu devenu irrespirable. Il était content d'en être enfin sortit, de plus, il avait du signer un tas de papiers et sa main s'en trouvait maintenant tout engourdie. Mais au moins, l'accord ne pouvait plus être changé. C'était tout l'intérêt d'une royauté : il suffisait de manipuler le roi avec suffisamment de discrétion pour que tout ce passe comme on le voulait. De ce fait,l'annonce de Tibald n'était pas une surprise, le garçon avait tout fait pour. Il était même allé jusqu'à invoquer une Ombre pour infiltrer les rêves du roi et altérer sa personnalité. Cet opération lui avait couté un an de sa vie, mais cela en valait la peine.

-Orwell, murmura le futur régent du royaume.

Une jeune fille apparut soudainement devant lui, sortant de l'ombre d'un rideau. Elle était d'une pâleur presque irréelle, ses longs cheveux décolorés lui descendaient jusqu'aux épaules et ses yeux noirs fixaient Adrian avec intensité. Seul le rouge de ses lèvres apportait de la couleur dans son apparence car même ses vêtements étaient noirs.

-Oui Adrian ? répondit-elle d'une voix tendre et grave.

-Utilise le réseau d'espionnage, je veux savoir ce que les seigneurs pensent de ma récente... nomination, fais-moi la liste de ceux qui sont pour ou contre.

Après un bref signe de tête, l'espionne disparut aussi mystérieusement qu'elle était venue. Le jeune homme se saisit du téléphone magnétique qu'il avait en permanence sur lui et composa un numéro.

-Adrian !!

L'interpelé se retourna juste à temps pour voir débouler un petit garçon, et esquiva habilement l'enfant avant que celui-ci ne lui saute dessus.

-Prince Hearn, il n'est pas de votre rang d'agir ainsi, le morigéna tendrement le jeune homme qui l'accompagnait.

En tant que Chambellan, et depuis que la reine avait perdu la raison, Wul était chargé de surveiller le prince, évidemment, son rôle de nounou ne lui plaisait guère, mais il aimait tout de même beaucoup le garçon. En soupirant, Adrian rangea son téléphone. Il allait devoir supporter le gosse...

-Bonjour mon prince, dit-il en accompagnant ses paroles d'une révérence.
-Salut Ad', tu viens aux cuisines avec nous ? On va manger. Comme Papa est malade, il n'y pas de protocole.

Adrian soupira, c'est vrai qu'il était déjà midi... Il commençait aussi à avoir faim. Mais la compagnie de ce sale petit morveux ne l'enthousiasmait pas vraiment. Malheureusement, il allait devoir faire avec : le roi n'était pas encore mort et il devait faire bonne figure.

-Ce sera avec joie, si le chambellan le permet.

Woaw, j'aime, il n'y a pas à dire ^^
Ca fait effectivement bien penser à la trilogie de Bartiméus, mais étrangement, ça ne me gêne pas trop. En tous cas, j'aime vraiment beaucoup ^^
Et le truc étrange, c'est que personne n'a brûlé personne encore, tu baisses dans mon estime xD

Une suite ?

PS : Juste une question. Y a-t-il des chapitres ?

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire d'un tyran.

Message  Lou le Ven 21 Aoû 2009 - 22:20

Merci tout le monde. Voui voui, il y a des chapitres et non, ça parle pas de Pacô et oui, il y a des gens qui vont brûler mais bon ça a pas encore commencé.
Et Adrian est pas vraiment un demi-démon.

J'ai pleins de trucs à corriger la...

Et oui il y a une suite. Bientôt.
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire d'un tyran.

Message  kirlim le Ven 21 Aoû 2009 - 22:33

Cool Smile

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire d'un tyran.

Message  Lou le Mer 26 Aoû 2009 - 11:16

Tadaaa, la suite. Le premier qui trouve ma façon de trouver les noms des persos, je lui fait un bisou. ( Cette astuce ne marche pas avec les nouveaux personnages qui vont venir, et elle marche pas non plus avec adrian)

Fin du chapitre :
Spoiler:
Wul acquiesça lentement, presque à contrecœur. Craignait-il déjà pour la vie de son protégé ? Cette réflexion fit sourire le demi-démon. Inconscient de la menace qui le poursuivait, Hearn se dirigea en courant vers l'escalier.
Les deux hommes le suivirent en silence. Entre eux, la tension était presque palpable. Il était d'avis général qu'ils se détestaient.
Le repas fut éprouvant, mais heureusement très court. Alors qu'il devait supporter les vantardises du jeune prince, Adrian reçus un appel très important et du abréger le déjeuner. Juste avant de partir il glissa quelque mot à l'adresse de Wul :

- Ce soir, tu viendras ?

Le regard brûlant qui reçut en réponse signifiait tous les oui du monde. Cela ne dura qu'un infime instant, le chambellan reprit aussitôt son air hostile. Mais ce fut suffisant pour qu'Adrian parte affronter le monde avec un sourire au lèvres.

Chapitre 2 : Que sombre le jour.
Spoiler:
Le loup sauta sur le lit. Il retroussa ses babines et ses crocs blancs captèrent un bref rayon de lune. L'animal était impressionnant, bien plus gros que ceux de son espèce. Il paraissait dans un état d'agitation extrême. Ses yeux argents réclamaient du sang. Le fauve approcha sa tête du garçon endormis et poussa un hurlement effrayant.
Adrian se réveilla en sursaut, la tête encore pleine de délicieux cauchemars.

- Qu'est-ce que ... !

Instinctivement il leva le bras et lança un sort de Mort. Le loup ne du sa survie qu'à ses prodigieux réflexes. Adrian baissa la main. Il fixa pendant quelques instants la créature. Son corps entier le faisait souffrir : il avait été réveillé alors que l'Infiltration le transformait lentement et c'était une expérience extrêmement douloureuse.
Le loup secoua la tête.

- Le roi est mort, gronda-t-il.

Adrian resta quelques instants sans bouger, le temps d'assimiler la nouvelle. Puis il se mit la tête dans les mains. Enfin, depuis le temps qu'il attendait. Le démon en lui poussa un rugissement sauvage. Tout devint plus clair, plus précis. Il pouvait entendre le gémissement étouffé de la reine, il pouvait voir les yeux gonflés du petit Hearn qui pleurait un père qu'il n'avait jamais vu, il pouvait sentir la détresse des ministres.... Tout ce malheur le remplit alors d'une joie immense. Tandis que le château se réveillait peu à peu au son des sanglots, Adrian pleurait de rire.
Il prit tout son temps pour se lever et s'approcha de sa glace.

- Dis moi miroir, qui est le plus démoniaque se soir.
- C'est toi, répondit Wul à sa place.

L'homme avait repris forme humaine. Il se tenait maintenant derrière Adrian, entièrement nu. Il tremblait à cause de sa métamorphose et lorsqu'il sourit, le demi-démon aperçut dans le miroir le reflet de ses crocs.

- Et bien petit loup, chuchota le démon, sais-tu qui es ton maitre maintenant ?
- Oui, je sais.

Wul s'accroupit devant le nouveau régent du royaume. Adrian lui prit les mains et le releva.

- Les gardes viennent me chercher. File avant que l'on découvre que tu as passé la nuit avec moi.

Il embrassa sauvagement le chambellan et ouvrit la porte.

- Vite.

L'homme reprit sa forme animale et se faufila sans un bruit dans les couloirs sombres du château. Adrian eut juste le temps de s'habiller que déjà trois coups discrets étaient frappés à la porte. Il alla ouvrir, s'attendait à découvrir une paire de garde à la mine défaite venus lui annoncer la mort du roi Mais la personne qui lui faisait maintenant face n'avait rien d'un soldat : c'était la reine. Encore en robe de chambre, le maquillage lui coulait sur les joues et ses yeux exorbités le regardaient avec méchanceté.

- Que me vaut cette honneur en ce jour si tragique ? Demanda le nouveau régent, le sourire au coin des lèvres.
- Ainsi tu sais déjà, démon ! Siffla-t-elle, le visage tordu par la douleur.
- Vous savez pertinemment que je suis au courant. Un tel « événement » ne pouvait m'échapper.
- Crois-tu que je te laisserai faire. Je suis plus puissante que tu ne l'imagines et jamais je ne laisserai les démons envahir notre monde.
- Comment... !
La voix cynique d'Adrian se changea en un grondement sourd, et une étrange lueur se mit à brûler dans ses yeux.
- Comment peux-tu être au courant !
Le jeune homme leva son bras comme pour frapper la reine mais se ravisa au dernier moment. La femme affichait un sourire de dément.
- Ce sont les anges. Murmura-t-elle, ils vont revenir pour t'anéantir.
- Les anges vraiment ? J'ai hâte de les rencontrer.
Adrian soupira intérieurement : la reine était une folle douée d'un peu de Prémonition. Juste assez en tout cas pour deviner ses plans, mais personne n'allait la croire avec cette histoire d'anges. La femme tourna les talons et s'enfuit en courant, sans cesser de l'abreuver d'injures et de menaces.

- Quelle dommage que dans sa précipitation, elle tombe malencontreusement dans les escalier.

Le régent se tourna vers celle qui venait de parler.
Tel un fantôme, Orwell s'avança vers lui, les yeux brillants d'une lueur mauvaise.
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire d'un tyran.

Message  Pacô le Mer 26 Aoû 2009 - 20:33

Moi je sais, moi je sais.
Mais j'ai droit à un bisou si j'le savais déjà d'avant ?
Un indice : il faut être calé en littérature !

Lou a écrit:Fin du chapitre :
Spoiler:
Wul acquiesça lentement, presque à contrecœur. Craignait-il déjà pour la vie de son protégé ? Cette réflexion fit sourire le demi-démon. Inconscient de la menace qui le poursuivait, Hearn se dirigea en courant vers l'escalier.
Les deux hommes le suivirent en silence. Entre eux, la tension était presque palpable. Il était d'avis général qu'ils se détestaient.
Le repas fut éprouvant, mais heureusement très court. Alors qu'il devait supporter les vantardises du jeune prince, Adrian reçut un appel très important et dut abréger le déjeuner. Juste avant de partir il glissa quelques mots à l'adresse de Wul :

- Ce soir, tu viendras ?

Le regard brûlant qu'il reçut (répétition. "qui lui fut adressé") en réponse signifiait tous les oui du monde. Cela ne dura qu'un infime instant, le chambellan reprit aussitôt son air hostile. Mais ce fut suffisant pour qu'Adrian parte affronter le monde avec un sourire au lèvres.
Yop !
Dans la continuité du premier chapitre. J'aime plutôt pas mal Wink. A la chuite !

Lou a écrit:Chapitre 2 : Que sombre le jour.
Spoiler:
Le loup sauta sur le lit. Il retroussa ses babines et ses crocs blancs captèrent un bref rayon de lune. L'animal était impressionnant, bien plus gros que ceux de son espèce. Il paraissait dans un état d'agitation extrême. Ses yeux argents réclamaient du sang. Le fauve approcha sa tête du garçon endormis et poussa un hurlement effrayant.
Adrian se réveilla en sursaut, la tête encore pleine de délicieux cauchemars.

- Qu'est-ce que ... !

Instinctivement il leva le bras et lança un sort de Mort. Le loup ne dut sa survie qu'à ses prodigieux réflexes. Adrian baissa la main. Il fixa pendant quelques instants la créature. Son corps entier le faisait souffrir : il avait été réveillé alors que l'Infiltration le transformait lentement et c'était une expérience extrêmement douloureuse.
Le loup secoua la tête.

- Le roi est mort, gronda-t-il.

Adrian resta quelques instants sans bouger, le temps d'assimiler la nouvelle. Puis il se mit la tête dans les mains. Enfin! (manque de ponctuation, c'est pas le bon enfin avec la bonne intonation sinon ^^) Depuis le temps qu'il attendait. Le démon en lui poussa un rugissement sauvage. Tout devint plus clair, plus précis. Il pouvait entendre le gémissement étouffé de la reine, il pouvait voir les yeux gonflés du petit Hearn qui pleurait un père qu'il n'avait jamais vu, il pouvait sentir la détresse des ministres.... Tout ce malheur le remplit alors d'une joie immense. Tandis que le château se réveillait peu à peu au son des sanglots, Adrian pleurait de rires.
Il prit tout son temps (tout le temps nécessaire ? ça fait plus littéraire) pour se lever et s'approcha de sa glace.

- Dis moi miroir, qui est le plus démoniaque ce soir.
- C'est toi, répondit Wul à sa place.

L'homme avait repris forme humaine. Il se tenait maintenant derrière Adrian, entièrement nu. Il tremblait à cause de sa métamorphose et lorsqu'il sourit, le demi-démon aperçut dans le miroir le reflet de ses crocs.

- Et bien petit loup, chuchota le démon, sais-tu qui est ton maitre maintenant ?
- Oui, je sais.

Wul s'accroupit devant le nouveau régent du royaume. Adrian lui prit les mains et le releva.

- Les gardes viennent me chercher. File avant que l'on découvre que tu as passé la nuit avec moi.

Il embrassa sauvagement le chambellan et ouvrit la porte.

- Vite.

L'homme reprit sa forme animale et se faufila sans un bruit dans les couloirs sombres du château. Adrian eut juste le temps de s'habiller que déjà trois coups discrets étaient frappés à la porte. Il alla ouvrir, s'attendait à découvrir une paire de gardes à la mine défaite venue lui annoncer la mort du roi. Mais la personne qui lui faisait maintenant face n'avait rien d'un soldat : c'était la reine. Encore en robe de chambre, le maquillage lui coulait sur les joues et ses yeux exorbités le regardaient avec méchanceté.

- Que me vaut cette honneur en ce jour si tragique ? Demanda le nouveau régent, le sourire au coin des lèvres.
- Ainsi tu sais déjà, démon ! Siffla-t-elle, le visage tordu par la douleur.
- Vous savez pertinemment que je suis au courant. Un tel « événement » ne pouvait m'échapper.
- Crois-tu que je te laisserai faire? Je suis plus puissante que tu ne l'imagines et jamais je ne laisserai les démons envahir notre monde.
- Comment... !
La voix cynique d'Adrian se changea en un grondement sourd, et une étrange lueur se mit à brûler dans ses yeux.
- Comment peux-tu être au courant !
Le jeune homme leva son bras comme pour frapper la reine mais se ravisa au dernier moment. La femme affichait un sourire de dément.
- Ce sont les anges. Murmura-t-elle, ils vont revenir pour t'anéantir.
- Les anges vraiment ? J'ai hâte de les rencontrer.
Adrian soupira intérieurement : la reine était une folle douée d'un peu de prémonition (poruquoi une majuscule ?). Juste assez en tout cas pour deviner ses plans, mais personne n'allait la croire avec cette histoire d'anges. La femme tourna les talons et s'enfuit en courant, sans cesser de l'abreuver d'injures et de menaces.

- Quel dommage que dans sa précipitation, elle tombe malencontreusement dans les escaliers.

Le régent se tourna vers celle qui venait de parler.
Tel un fantôme, Orwell s'avança vers lui, les yeux brillants d'une lueur mauvaise.
Quel dommage en effet x).
Et bah ça me paraît intéressant ... ! Faudrait quand même montrer Adrian légèrement décontenancé, histoire que ça soit pas "trop simple". Mais pourl 'instant, c'est pas choquant.

Suite, suite , suite !!

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire d'un tyran.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum