La société des écrivains

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La société des écrivains

Message  Pacô le Sam 19 Mar 2011 - 21:40


Nouvelle enquête ImperialDream.

Site internet visité : http://www.societedesecrivains.com

La Société des écrivains est depuis sa création une entreprise éditoriale très controversée. Se distinguant par un nouveau concept, celui du compte d'auteur, cette maison d'édition a creusé sa place sur le terrain de l'édition participative : avec les fonds de l'auteur.
ImperialDream s'est penché sur ce leader européen incontesté du marché de l'édition à compte d'auteur ; une maison qui a pourtant suscité bien des suspicions.

Une brève rétrospection sur l'historique de cette maison :

La société des écrivains a été fondée en 1997 par Sébastien Brancq, père fondateur du concept de l'édition à compte d'auteur. En effet, il lance l'idée comme quoi les auteurs pourraient contribuer au financement de leurs propres ouvrages, en remettant au goût du jour les pratiques des anciens auteurs - Marcel Proust par exemple, son égérie posthume. Très vite, cette société a attiré des suspicions en multipliant les contrats et en dépassant les 300 parutions par an.
Très vite, d'autres structures ont copié son modèle : Bénévent, Thalès, Persée etc.

L'autre élément qui peut faire redresser le sourcil, c'est que très peu de sources - hormis les articles des médias - nous apprennent qui est "La société des écrivains" et comment elle a évolué au cours des années. Une maison vieille de 15 ans mais visiblement, sans histoire et sans passé - comme pourraient le parader fièrement les éditions Gallimard.

Ce sont les articles des médias qui renseignent sur le rachat en 2009 de la maison d'édition par une autre structure, leader actuellement du marché du compte d'auteur : les éditions Publibook. Ces derniers ont usé de la stratégie du monopole et ont souhaité confirmer leur position de leader en acquérant l'entreprise qui lui faisait de l'ombre.
Le groupe Publibook annonce désormais un chiffre d'affaire de 3 500 000 euros, ce qui lui permet d'associer les compétences de la société des écrivains avec les siennes et de parvenir à un total de parutions de 600 ouvrages par an.

L'actuel président directeur général de la "Société des écrivains" est Monsieur Gérard Brodin, qui est donc également président directeur général des éditions Publibook.

Critique formelle à la première approche :

La première tromperie : le nom
En effet, le nom a été minutieusement choisi pour favoriser un certain quiproquo et une communication de confusion entre sa maison, "La société des écrivains" et "La société des gens de lettres", l'organisme d'état qui protège vos écrits, et la "Maison des écrivains", l'association nationale de défense de la littérature et des auteurs français à l'échelle internationale.

Une confusion qui a porté ses fruits car encore aujourd'hui, plus de 15 ans après sa création, une majeure partie d'auteurs amateurs - en quête d'éditeurs - croient encore être sur le site de la protection des manuscrits - ou une sous-rubrique de la SDGL - au lieu d'une maison d'édition à compte d'auteur.

Slogan accrocheur : "votre éditeur en toute liberté."
Ah ! Que la liberté a bon dos ; l'ancien slogan était "le plaisir d'être lu" mais il a été jugé trop amateur et a donc cédé sa place pour ce nouveau. Le tout avec une bannière dynamique et colorée qui donne l'impression à l'auteur qu'il est celui que tout le monde attend et que le succès est à la clef avec une très grande liberté.

Une chose à savoir, et qui est vraie pour toute entreprise de n'importe quelle société, c'est que rien ne peut être entrepris sans un minimum de contraintes. Quand on vous annonce alors une édition en toute liberté, il faut se méfier et commencer à creuser.

Que nous propose-t-il en page d'accueil ?
Votre livre publié, promu et distribué par des professionnels de l'édition, pour un coût abordable... Eh oui, avec la Société des Écrivains, 1er éditeur libre en Europe depuis plus de dix ans, votre rêve d’auteur devient réalité !
Ils annoncent la couleur : ce n'est pas du compte d'éditeur mais bien du compte d'auteur. Mais qu'appellent-ils "prix abordables" ? Nous le verrons plus tard. Wink

Mais une phrase qui devrait vous choquer immédiatement : "votre rêve d'auteur devient réalité".
Cas typique du mensonge libidineux qui flattera l'égo de l'auteur et première secousse pour le faire tomber dans leurs filets.
Je le rappelle sans cesse mais ça ne fait certainement pas de mal : lorsqu'un éditeur commence à vous parler de vos rêves, c'est qu'il ne souhaite pas faire référence à la tâche harassante que sont les corrections d'un manuscrit. Une tâche qui peut vite prendre des allures de cauchemar avec un éditeur qui prend soin de vous passer au crible l'ensemble de votre texte.
Et c'est normal : c'est sûrement qu'il n'y aura pas de corrections et que l'édition va devenir "facile" puisqu'il vous suffira de signer les épreuves qu'ils vous renverront en vous demandant si vous estimez que tout est bon.

Cependant, l'indice flagrant qui doit obligatoirement attirer vos doutes et vous faire prendre de sérieuses précautions - et que l'on ne cessera jamais de vous répéter - c'est lorsque l'éditeur vous invite par maintes formulations à publier chez lui. Quand celui-ci place à toutes les fins de pages, dans la barre du menu de son site web etc. la formule "Envoyez votre manuscrit", c'est que dans 99% des cas, la maison ne vous considère pas en tant qu'auteur comme un potentiel collaborateur mais bien comme un client.
Voyez-vous souvent sur les sites d'entreprises : "Envoyez votre CV : on recrute tout le monde !" ?
C'est la même chose ici : un éditeur traditionnel qui prend à sa charge les frais de publication devient votre collaborateur puisqu'il vous fait signer un contrat l'autorisant à publier et exploiter exclusivement sur un support votre propriété intellectuelle.
Il sera la métaphore du patron qui exploitera vos capacités intellectuelles ; et comme pour toute embauche, il y a un minimum de barrières avant de passer à l'entretien.
Et les demandes ne manquent pas ; inutile pour eux d'en faire la promotion. Ce qui rapporte à l'éditeur à compte d'éditeur, ce sont les ventes des auteurs sur lesquels il a misées. Ce qui rapporte à un éditeur à compte d'auteur, c'est le nombre de contrats qu'il fera signer aux auteurs.

Dernière petite remarque concernant la composition de leur équipe : lorsqu'on visite la page de leur équipe (http://www.societedesecrivains.com/faites-vous-publier/qui-sommes-nous.php) on s'aperçoit que les effectifs ne sont pas tellement à la hauteur de leurs productions.
Une éditrice et une seule correctrice pour 600 parutions.
Je vous laisse juger de la qualité du travail d'édition et, par la suite, de corrections. Wink

Parlons des prix :

Comme très souvent, ils ne sont JAMAIS indiqués sur le site web et il ne faut attendre que la surprise du contrat pour vous forcer la main à sortir le carnet de chèques.
Il m'a fallu partir à la découverte des témoignages du web : et ils sont multiples !

Nous avons par exemple le témoignage crédule de cette jeune demoiselle sur le forum des jeunes écrivains :
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t16224-edition-la-societe-des-ecrivains
Avec un contrat stipulant les 1500 euros.

Nous pourrons néanmoins noter en fin de discussions que lorsque la jeune fille, convaincue par les messages d'alertes des internautes, décide de rompre le contrat, La Société des Écrivains n'a pas cherché à la retenir - preuve toutefois que les clients-pigeons ne manquent pas.

J'ai obtenu un autre témoignage à prendre plus ou moins sérieusement :
http://jeunes-auteurs.positifforum.com/t9-societe-des-ecrivains-arnaque
Avec donc un prix de prestation s'étalant entre 2000 et 5000 euros.

Le forum AuFéminin reste dans la même tendance :
http://forum.aufeminin.com/forum/loisirs2/__f17858_loisirs2-edition-de-manuscrit.html
On annonce des prix s'échelonnant entre 1700 et 3000 euros.

Sur un vieux forum de France 2, où l'on parle encore en franc, à l'époque de la percée du phénomène "édition à compte d'auteur" :
http://forums.france2.fr/france2/livres/utopie-illusion-chimere-sujet_2208_1.htm
La somme énoncée : 10 000 francs soit un peu peu plus de 1500 euros.

Nous pouvons constater, si vous êtes attentifs, que tous ces témoignages avancent des sommes assez lourdes. Mais la boule de poils ne souhaite pas en rester sur un chiffre brumeux : elle veut son propre contrat.

L'enquête de la boule de poils :

Afin d'étudier plus en profondeur cette maison d'édition, la boule de poils a du prendre directement contact avec la structure. Dans un premier temps, elle a envoyé un message poli requérant quelques informations sur leur mode de fonctionnement, si leur politique éditoriale était sûre, sur l'éventuel historique de la maison etc. Bref, le parfait petit auteur innocent en quête d'informations.

Dans un second temps, elle a pris le pli de se porter candidate à la sélection des manuscrits.
Pour se faire, elle s'est faite passée pour un écrivain en herbe qui souhaite publier son nouveau manuscrit SF aux éditions "La société des écrivains" : un ficher de 100 pages Word, format A4 (359 419 signes, espaces compris) avec une rédaction déjà choisie par les éditions Publibook, donc une histoire cohérente - s'ils étaient amenés à la lire attentivement.

Les deux courriers électroniques ont été envoyés cet après-midi - avec deux adresses de messagerie différentes, cela va de soi - et j'attends la réponse - prévue sous moins de deux semaines selon le site web.

Patience ! Les échanges e-mail seront retranscrits et incorporés à l'article, notamment pour mettre en valeur ce que beaucoup de témoignages appellent : "les compliments incessants qui flattent l'égo du jeune auteur".
Nous aurons nos propres sources.

Rappel de la loi :

Pour les plus fébriles en matière juridique, rappelons néanmoins quelques articles concernant les règles d'un contrat d'édition :
Art. L132-1
Le contrat d’édition est le contrat par lequel l’auteur d’une oeuvre de l’esprit ou ses ayants droit cèdent à des conditions déterminées à une personne appelée éditeur le droit de fabriquer ou de faire fabriquer en nombre des exemplaires de l’oeuvre, à charge pour elle d’en assurer la publication et la diffusion.

La loi définit par la même occasion ce qui n'est pas un contrat d'édition :
Art. L132-2
Ne constitue pas un contrat d’édition, au sens de l’article L. 132-1, le contrat dit à compte d’auteur. Par un tel contrat, l’auteur ou ses ayants droit versent à l’éditeur une rémunération convenue, à charge par ce dernier de fabriquer en nombre, dans la forme et suivant les modes d’expression déterminés au contrat, des exemplaires de l’oeuvre et d’en assurer la publication et la diffusion. Ce contrat constitue un louage d’ouvrage régi par la convention, les usages et les dispositions des articles 1787 et suivants du code civil.

Article L132-3
Ne constitue pas un contrat d’édition, au sens de l’article L. 132-1, le contrat dit de compte à demi. Par un tel contrat, l’auteur ou ses ayants droit chargent un éditeur de fabriquer, à ses frais et en nombre, des exemplaires de l’oeuvre, dans la forme et suivant les modes d’expression déterminés au contrat, et d’en assurer la publication et la diffusion, moyennant l’engagement réciproquement contracté de partager les bénéfices et les pertes d’exploitation, dans la proportion prévue. Ce contrat constitue une société en participation. Il est régi, sous réserve des dispositions prévues aux articles 1871 et suivants du code civil, par la convention et les usages.

Cela signifie ni plus ni moins que l'éditeur vous trompe une nouvelle fois : il ne peut pas vous faire signer de contrat d'édition avec ses tarifs. Ce qu'il envoie à ces auteurs n'est qu'un simulacre de contrat d'édition Wink.

Ce que l'association ImperialDream vous conseille :

Ne signez jamais rien sans avoir vu les tarifs ! Première recommandation fondamentale avec ce type de maison d'édition.
Il est nécessaire de comprendre que l'éditeur agit ici plus en qualité d'imprimeur - et encore ! La maison ne fait que louer un bureau, un téléphone et une cafetière pour envoyer votre manuscrit chez un imprimeur, pour ensuite vous le renvoyer sans aucune relecture ni correction de sa part.
Il vous faut donc réfléchir à la manière dont vous procéderez lorsque vous demandez des devis à un entrepreneur/artisan. Ne foncez pas tête baissée et réfléchissez : est-ce que ça vaut le coup ? Est-ce que ce n'est pas une arnaque ?

Nous pouvons presque vous assurer, sans le faire parfaitement au risque de peut-être commettre un certain préjudice que nous ne souhaiterions pas assumer, que la Société des Écrivains ne garantit aucune promotion à la suite de votre publication. Ce qu'elle fera, c'est vous envoyer des listes de salons auxquels il vous faudra payer de votre poche pour réserver un stand.
Il en est de même quant aux relations presse : s'ils envoient effectivement des exemplaires aux médias - qui ne les lisent souvent pas - les livres que vous devrez néanmoins présenter aux libraires seront les vôtres, ceux que vous aurez acheté auprès de l'éditeur... qui exploite votre propriété intellectuelle.

N'oubliez pas non plus que les professionnels - libraires, critiques littéraires, organisateurs de salon etc. - savent pertinemment qui sont les éditeurs à compte d'auteur et donc reconnaître vos ouvrages publiés chez eux. Ces derniers ont très mauvaise réputation, puisque généralement assimilés au "bas de gamme" de la littérature, étant donné que les premiers clients des comptes d'auteurs, au début des années 2000, étaient les auteurs qui ne trouvaient pas d'aval chez les éditeurs à compte d'auteur.

Prudence donc ! Rien ne vous interdit de tenter votre propre expérience et de voir ce qu'il en est ; mais si vous souhaitez vraiment vous lancer dans une carrière d'écrivains, avec l'aventure des séances dédicaces et d'un éditeur aux allures de producteur... passez votre chemin devant la Société des Écrivains. Wink


PS : merci de nous dire si cette critique vous a été utile ou non Wink.


Dernière édition par Pacô le Mer 23 Mar 2011 - 11:51, édité 1 fois

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Liven d'Eleissen le Dim 20 Mar 2011 - 17:54

Pacô a écrit:
Leader européen incontesté sur le marché de l'édition à compte d'auteur, ImperialDream s'est penché sur une maison qui a suscité bien des suspicions.

Euh, juste...dans cette phrase, tu affirmes qu'Imperial Dream est le leader de l'édition à compte d'auteur xD (il reste quelques fautes de frappe ici ou là mais trop HS pour les relever).

Article intéressant au demeurant même si je n'irai jamais vers ces maisons!

__________________________________

*from my book

+Il n'est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime.
+L'écrivain original n'est pas celui qui n'imite personne mais celui que personne ne peut imiter.

+Je déplace ton pion sur ce maudit échiquier. Prends garde à la Reine. Elle te prendra et t'emportera dans cet empire de décadence. Le Fou veille. Le Cavalier te regarde.Échec et mat, trésor. [By a friend, Elilah]
avatar
Liven d'Eleissen
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1865
Age : 26
Localisation : Over the stars, in my dreams...
Emploi/loisirs : Khâgne Lettres Modernes
Votre talent : Écriture
Points : 1766
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Pacô le Dim 20 Mar 2011 - 23:27

C'est surtout un article tourné pour les auteurs qui découvrent le monde de l'édition - et entre nous, le fond de commerce des ces maisons d'édition qui profitent de leur insouciance.

Arf, je vais corriger les deux ou trois tournures ^_^.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Lunathyque le Mar 22 Mar 2011 - 16:12

Très intéressant... le pire c'est que parfois si on veut plus d'ouvrages on doit rallonger la monnaie... car la plupart du temps, le tarif qu'ils proposent est pour un nombre X de volumes, pour les retirages il faut parfois payer à nouveau....

Au salon du livre, un auteur nous a dit que ça frisait l'illégalité.
avatar
Lunathyque
Talent Habitué
Talent Habitué

Féminin Nombre de messages : 184
Age : 49
Votre talent : Graphisme
Points : 219
Date d'inscription : 19/05/2010

http://www.belisamart.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Lunathyque le Mar 22 Mar 2011 - 17:00

On m'a fait remarqué sur Facebook que la manière dont vous aviez tourné votre article pour présenter celui du forum portait à confusion à cause de la tournure de phrase.
avatar
Lunathyque
Talent Habitué
Talent Habitué

Féminin Nombre de messages : 184
Age : 49
Votre talent : Graphisme
Points : 219
Date d'inscription : 19/05/2010

http://www.belisamart.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Pacô le Mar 22 Mar 2011 - 17:36

Lunathyque a écrit:Au salon du livre, un auteur nous a dit que ça frisait l'illégalité.
La raison pour laquelle - peut-être - ils ont de nombreux procès aux fesses, comme ses comparses Bénévent et Persée chizz.
Mais il y a un point sur lequel ils arrivent à rester dans la légalité : c'est que le contrat annonce la couleur, et d'ailleurs je pense que ni toi ni moi ne pourrions signer un de leur contrat - si l'on ne savait pas de qui il provenait - tout simplement parce que nous en savons assez sur les questions de légalité, d'oeuvre de l'esprit (etc.) pour comprendre immédiatement l'anguille sous roche - et la grosse ruine.
Toutefois, les auteurs qui n'ont jamais mis un pied dans la fourmilière, qui ne savent même pas trop distingué ce que sont les droits patrimoniaux, sont souvent les premiers piégés. On dit même entre nous, qu'ils sont le fond de commerce de ces faux éditeurs.

Par contre, je n'ai pas tout compris là :
On m'a fait remarqué sur Facebook que la manière dont vous aviez tourné votre article pour présenter celui du forum portait à confusion à cause de la tournure de phrase.
C'est-à-dire ?

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Lunathyque le Mar 22 Mar 2011 - 19:16

En effet, on a essayé maintes fois de m'arnaquer mais même si je n'ai pas fait de droits, j'épluche les contrats...

En effet c'st la naïveté de ces auteurs qui font leur fond de commerce.

Pour la confusion je te copie la remarque que l'on m'a faite :

l'article rappelle la triste condition d'exploitation des auteurs en quête d'éditeur et l'ensemble des pièges classiques. Le plus révélateur se trouve dans le premier commentaire qui souligne justement un détail en citant l'auteur:
"Leader e...uropéen incontesté sur le marché de l'édition à compte d'auteur, ImperialDream s'est penché sur une maison qui a suscité bien des suspicions."
L'aricle est signé Imperial dream… N'y aurait-il pas là une guerre de l'auto édition?
Si Imperial dream dénonce les 600 titres par an de son concurrent, à comprendre par là, l'impossibilité de gérer, suivre et promouvoir chacun, comme cette société fait-elle si elle est, comme elle le prétend, le leader européen?
avatar
Lunathyque
Talent Habitué
Talent Habitué

Féminin Nombre de messages : 184
Age : 49
Votre talent : Graphisme
Points : 219
Date d'inscription : 19/05/2010

http://www.belisamart.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Pacô le Mar 22 Mar 2011 - 19:43

Arf non, c'est une faute de syntaxe que Liven d'Eleissen m'avait déjà relevée - et que je n'ai bien sur pas corrigée --".
En fait, le leader européen incontesté est la société des écrivains, pas ImperialDream (nous ne sommes pas riches nous, ni même leaders Crying or Very sad )

En fait, la phrase signifie : ImperialDream s'est penché sur ce leader européen Wink.

Et Imperialdream ne s'oppose pas à l'auto-édition ; au contraire les auteurs qui sont déçus par l'édition classique de se tourner plutôt vers l'auto-édition que vers l'arnaque du compte d'auteur Wink.
_________________________________

Je poursuis l'article : j'ai reçu en fin d'après-midi la première réponse de la société des écrivains concernant mon mail innocent.
Je vous le copie/colle et je vous laisse le juger Wink.

Bonjour,

La société des écrivains est une maison d'édition participative, faisant partie du Groupe Le Petit Futé et Publibook, qui a pour vocation de découvrir de nouveaux auteurs. De les accompagner tout au long de la publication de leur ouvrage par un service personnalisé et de qualité.

Nous offrons à nos auteurs un vrai travail d'éditeur : correction du texte, illustration de la couverture et maquette du livre entre autres. La première étape étant l'acceptation de l'ouvrage par notre Comité de Lecture, vous pouvez nous adresser un exemplaire de celui-ci, complet, dactylographié et d’un minimum de 40 pages, par courriel ou par voie postale.

Si notre avis est positif, vous recevrez un contrat en double exemplaire précisant les modalités de notre collaboration, aussi bien en matière d’édition que de promotion ou de diffusion.

Si notre avis est négatif, nous vous en préciserons la raison. Votre manuscrit vous sera alors adressé en retour sur simple demande de votre part.

En ce qui concerne le coût de maquette à votre charge, ce dernier dépend du nombre de signes, du format définitif de l’ouvrage ainsi que du nombre de corrections et des travaux envisagés par notre comité.

Merci d'indiquer également vos coordonnées téléphoniques pour compléter votre dossier.


Nous restons à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire. Dans cette attente, nous vous prions de croire, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.



La Direction.

Je vous copie aussi mon e-mail :
Madame, Monsieur,

Je suis un jeune auteur qui vient de terminer la rédaction d'un manuscrit. Toutefois, je ne sais pas encore vers qui me tourner pour faire éditer mon roman.
Que pouvez-vous me dire sur le fonctionnement de votre maison d'édition ? Qu'est-ce que le compte d'auteur que vous pratiquez ? Quels sont les tarifs que vous proposez ?
Autant de petites questions que je me pose avant de franchir le premier pas et vous envoyer mon manuscrit.

Et par simple curiosité, avez-vous des auteurs connus publiés ?

Je vous remercie par avance pour votre réponse et vous prie de croire, Madame, Monsieur, en ma sincère considération.

Thomas Bregon.
(classe le nom inventé hein ?)

Bon, autant dire qu'ils ne répondent presque pas à mes questions Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Lunathyque le Mar 22 Mar 2011 - 23:29

J'avais bien compris, j'ai précisé qu'ID était une association pas une maison d'édition. en effet l'auto-édition et le compte d'auteur ne sont pas les mêmes choses...
avatar
Lunathyque
Talent Habitué
Talent Habitué

Féminin Nombre de messages : 184
Age : 49
Votre talent : Graphisme
Points : 219
Date d'inscription : 19/05/2010

http://www.belisamart.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Pacô le Mer 23 Mar 2011 - 11:52

Voilà, l'erreur a été corrigée Smile.
C'est vrai que la confusion pouvait être trompeuse... et ça nous donnait une bonne image à nous, tiens Neutral.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Pacô le Dim 27 Mar 2011 - 22:50

Un petit e-mail de la société des écrivains suite à l'envoi du manuscrit :
Cher Monsieur Pallot Théodore,

Tout d’abord merci de votre confiance par l’envoi de votre manuscrit « Le secret de l’Empire Tome 1 » auquel nous allons apporter une attention toute particulière.

La société des écrivains est une maison d'édition participative, faisant partie du Groupe Le Petit Futé et Publibook, qui a pour vocation de découvrir de nouveaux auteurs. De les accompagner tout au long de la publication de leur ouvrage par un service personnalisé et de qualité.

Nous offrons à nos auteurs un vrai travail d'éditeur : correction du texte, illustration de la couverture et maquette du livre entre autres. La première étape étant l'acceptation de l'ouvrage par notre Comité de Lecture. Je transmets donc votre ouvrage à ce dernier, et je me permettrai de vous recontacter dès avis rendu sous 3 à 4 semaines. Durant cette attente, vous pouvez consulter notre site internet et suivre notre actualité sur www.societedesecrivains.com

Si notre avis est positif, vous recevrez une proposition de contrat en double exemplaire précisant les modalités de notre collaboration, aussi bien en matière d’édition que de promotion et de diffusion.

La maison d'édition prend en charge le dépôt légal auprès de la Bibliothèque Nationale de France (B.N.F.), les frais d'impression et de retirage, de logistique et de gestion, de diffusion et de distribution, les frais d’envoi des ouvrages auprès des libraires dépositaires et des sites internet partenaires. Nos publications bénéficient d'une distribution nationale en librairie, en pays francophones, du référencement sur Amazone.fr, sur Fanc.com, sur Google Books, entre autres.

L'auteur, quant à lui, prend en charge le coût de réalisation de la maquette. En ce qui concerne le coût de maquette à votre charge, ce dernier dépend du nombre de signes, du format définitif de l’ouvrage ainsi que du nombre de corrections et des travaux envisagés par notre comité de lecture.

Si notre avis est négatif, nous vous en préciserons la raison.

Nous restons à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire ou toute rencontre éventuelle. Dans cette attente, nous vous prions de croire, cher Monsieur, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

Cordialement.

Christophe Dobrinine
Chargé de relations auteurs
Société des Ecrivains
14 rue des Volontaires - 75015 PARIS
Tél. : 01 77 48 60 78 - Fax : 01 53 69 65 27
www.societedesecrivains.com
christophe@societedesecrivains.com
Je vous laisse juger le message et j'attends la suite des opérations Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Lou le Lun 28 Mar 2011 - 9:20

Haha, ils font la même réponse dans les deux cas c'est du foutage de gueule.
avatar
Lou
Shérif(ette)

Féminin Nombre de messages : 1448
Age : 27
Votre talent : Écriture
Points : 1461
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Pacô le Lun 28 Mar 2011 - 10:03

Oui, on a l'impression de parler à des robots Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Le_conteur le Lun 28 Mar 2011 - 11:16

interssant tous cela
avatar
Le_conteur
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 41
Age : 50
Votre talent : Écriture
Points : 43
Date d'inscription : 27/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Du nouveau depuis 2011 ?

Message  Thoutmes le Jeu 13 Fév 2014 - 20:54

J'ai reçu un accord de cette société pour une publication à compte d'éditeur. Le contrat est clair au niveau des financements : je ne paye rien. Il est prévu 500 exemplaires en base, au tarif de 22,95€. Ils se chargent de la promotion, de la conception de la couverture, etc.
L'ouvrage serait un "coup de coeur" de l'éditeur.
Plusieurs choses me gênent malgré tout :

  1. le tarif, qui me semble élevé.
  2. le nombre de pages : 250 au format 21x14,5. Avec ce format, des têtes de chapitre à droite (pages impaires), du Times 12 et des interlignes normales j'arrive à 350 pages ! (81350 mots)
  3. le nombre d'exemplaires qui me sont remis : 5
  4. le tarif d'achat qui m'est proposé (prix public - 20%) et les droits d'auteur (10%, versés annuellement). En gros lorsque je leur achète un livre ils gagnent plus que lorsqu'ils le vendent par le circuit des distributeurs, et lorsque j'irai faire des séances de dédicaces ce sera à mes frais compte tenu de la marge offerte (un gain de 100€ un an plus tard si je parviens à vendre 50 exemplaires)
  5. le contrat est conclu pour deux ans, pourquoi pas, mais les éventuels droits de traduction ou d'adaptation (ciné, radio, etc.) sont prévus à 50-50 entre l'auteur et l'éditeur.

Un calcul rapide sur la base des devis habituels de copy-media donne un prix de revient unitaire de l'ordre de 4,5€ TTC. L'éditeur investit donc 2250-2500€, plus quelques frais internes, s'il ne fait rien d'autre. Il suffit que j'en vende un peu plus de 100 exemplaires pour qu'il rentre à peu près dans ses frais. Son intérêt est, malgré tout, d'aller très au-delà de ce nombre d'exemplaires.
La difficulté dans ce cas est d'évaluer la stratégie de l'éditeur : absence de risque ou recherche de gain ?
Une seule certitude : l'auteur ne gagne rien ou pas grand chose. Il s'est investi dans un travail puis dans l'aide à l'éditeur, mais une fois les frais amortis et les profits de l'éditeur assuré, lui continue d'investir à perte dans la promotion de son livre.
avatar
Thoutmes
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 207
Age : 69
Localisation : Touraine
Emploi/loisirs : Héhé...
Votre talent : Aucun
Points : 128
Date d'inscription : 07/02/2014

http://cavespainctes.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Pilgrim le Jeu 13 Fév 2014 - 21:57

Bonsoir Thoutmes,
si tu n'as rien à payer et que tu n'as aucune obligation ni d'achat ni de vente, que rien ne t'oblige à faire toi-même la promotion à tes frais, pourquoi y perdrais-tu ?
L'éditeur, c'est son boulot aussi, doit se charger de le vendre ce bouquin et rien manifestement ne t'oblige à le remplacer dans cette tâche...
Alors, certes, peut-être souhaites-tu t'en charger aussi parce que tu sens que l'éditeur ne se foulera pas trop et que tu souhaites diffuser au mieux le bouquin et... c'est normal... Après c'est à toi de voir combien t'es prêt à mouiller la chemise et à y mettre de ta poche pour sillonner les salons, les librairies ou les médiathèques, sachant que (d'après les termes du contrat que tu exposes) tu n'y es pas tenu... Tu peux aussi tabler uniquement sur les manifestations qui ont lieu autour de chez toi et pour lesquelles la participation est gratuite (il y en a toujours !), tes frais alors seront nuls. Tu n'auras que ton temps à donner... une journée entière ou un we, pour ne vendre parfois qu'un ou deux exemplaires... (Ah, la solitude de l'écrivain de fond dans les salons littéraires...)
Et puis de toute façon, il ne faut pas s'attendre à gagner grand chose avec ses droits...
Ce qui est plus gênant, c'est la réputation de la maison d'édition. Si elle est prête à te faire un contrat à compte d'éditeur classique (à vérifier tout de même s'il n'y a pas une embrouille dans un coin du contrat !) alors qu'elle en fait d'habitude à compte d'auteur, c'est que ton manuscrit doit en valoir la peine et dans ce cas-là, il n'y a pas de raison qu'il ne trouve pas preneur ailleurs, chez un éditeur dont les pratiques sont plus claires et reconnues. Parce que ton bouquin risque de pâtir de la réputation de l'éditeur et de son image... et il sera difficile de convaincre qu'il n'a pas été édité à compte d'auteur comme les autres de cette maison... Disons qu'il y aura toujours un peu de suspicion... Tout le monde s'en fout, diras-tu... En fait, oui, mais ça dépend qui... chizz et il y a des cartes de visite un peu encombrantes quand on voudrait ne pas s'arrêter là...
Bref, pour résumer, le contrat tel que tu l'exposes ne paraît pas poser de problèmes mais à vérifier quand même s'il n'y a pas un vice caché. Sur le nombre de pages, oui, c'est un peu bizarre, à voir s'ils l'ont évalué correctement (leur demander des précisions) mais ça, c'est l'affaire de l'éditeur normalement... En revanche, et j'y reviens, méfiance du fait de la réputation et de l'image de la Société des Ecrivains.
J'espère n'avoir pas été trop soûlant ! chizz 
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Merci à toi Pilgrim

Message  Thoutmes le Jeu 13 Fév 2014 - 22:11

Pas soûlant du tout !
J'ai bien lu le contrat, il n'y a pas de piège (j'ai l'habitude d'en lire). Je n'attends pas de gagner ma vie avec un, ni même plusieurs, bouquin(s) bien sûr. Mes seules préoccupations sont celles que j'ai mentionnées et je comprends tout-à-fait que l'éditeur soit rémunéré pour les frais et les risques qu'il prend.
Malgré ça, la réputation de cet éditeur et les quelques points que je souligne me font tout de même hésiter.
La nuit porte conseil et je peux aussi négocier...
Encore merci pour ton avis.
PS : j'avais tenté le "Prix du quai des orfèvres" l'an dernier avec une "mauvaise" version de ce roman policier, nettement amélioré depuis...
 Wink
avatar
Thoutmes
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 207
Age : 69
Localisation : Touraine
Emploi/loisirs : Héhé...
Votre talent : Aucun
Points : 128
Date d'inscription : 07/02/2014

http://cavespainctes.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  MémoireDuTemps le Dim 23 Fév 2014 - 18:19

Je vais dans le sens de Pilgrim : méfiance quand même.

La société des écrivains a eu de très gros problèmes dans la fin des années 2000 et était alors considérée comme le pire de tous les éditeurs (chers, livres payés jamais édités, droits non payés...)
Elle a accumulé les ennuis judiciaires et finalement a été rachetée par Publibook, autre éditeur à compte d'auteur (mais non escroc contrairement à d'autres).

Maintenant un petit souci dans tes posts : tu ne parles pas du tout du travail éditorial sur le texte, est-il prévu dans le contrat ? Si oui, est-ce un correcteur professionnel avec qui tu feras le travail ?

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1516
Age : 46
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

J'ai RV mercredi 26 chez cet éditeur

Message  Thoutmes le Dim 23 Fév 2014 - 18:48

Après avoir contacté un auteur qui en est à son quatrième bouquin chez eux (à compte d'auteur), j'ai pris RV et je serai sur place mercredi.
Plusieurs certitudes : le prix évoqué est trop élevé (mais c'est à eux de le vendre...) et peu de librairies chez lesquels ils diffusent réellement.
Je ferai un petit résumé de tout ça jeudi ou vendredi, je pense que ça intéressera du monde.
à propos, oui, le contrat proposé prévoit les corrections par leur correcteur.
avatar
Thoutmes
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 207
Age : 69
Localisation : Touraine
Emploi/loisirs : Héhé...
Votre talent : Aucun
Points : 128
Date d'inscription : 07/02/2014

http://cavespainctes.com

Revenir en haut Aller en bas

PETITE SYNTHESE - Société des écrivains

Message  Thoutmes le Lun 3 Mar 2014 - 17:06

Un point de situation qui intéressera, je l'espère, d'autres membres du forum.

RAPPEL :

  • j'ai reçu de leur part une offre à compte d'éditeur. Pas de loup ni dans le contrat proposé ni dans les termes du message.
  • je trouvais certains points peu pertinents : tarif du livre trop élevé, droits dérivés à 50-50, nombre de pages mal évalué.
  • je m'inquiétais de leur réputation (différents forums), tout en ayant noté que la plupart des critiques dataient d'avant 2010

CE QUE J'AI FAIT :

  • visite de deux centres "culturels" d'hypermarchés proches de chez moi. J'y ai trouvé deux exemplaires du même livre édité par eux dans l'un, mais aucun dans l'autre ("on ne les approvisionne que sur commande, c'est un petit éditeur il n'y a pas de commercial qui passe" m'a-t-on dit).
  • j'ai pris contact avec l'auteur du livre que j'avais trouvé, ce qui m'a permis de discuter très librement avec lui
  • puis j'ai pris RV à Paris avec le responsable des publications

LES CONSTATS :

  • L'auteur en question en est à 4 volumes publiés par "La société des écrivains". Il est satisfait de leurs prestations et des relations établies.
  • Pourtant il publie à compte d'AUTEUR !
  • il leur reproche seulement d'avoir un réseau commercial trop faible, c'est donc lui qui fait le nécessaire. Par contre la SDE s'occupe de ses séances de dédicaces et de sa présence dans certains salons.


  • Lors du RV à Paris j'ai rencontré un responsable plutôt tonique, assez jeune (la quarantaine ?) et qui n'a pas cherché à me vendre la tour Eiffel ni le prix Goncourt. Il reçoit environ 500 manuscrits par mois.
  • J'ai eu confirmation qu'il ne prend que très peu d'ouvrages à compte d'éditeur. Les critères sont simples : le manuscrit doit présenter un intérêt commercial évident et ne nécessiter qu'un travail éditorial restreint. Le coût et le débouché... rien d'anormal sur cette base.
  • Le prix de vente a été réajusté au montant que je souhaitais après une simple discussion argumentée
  • Le nombre de pages erroné : j'avais envoyé un "pdf" protégé qui interdisait même le calcul du nombre de mots, ils en étaient donc restés aux termes du contrat moyen : 250 pages (il m'en faudra environ 350). Rectification immédiate.
  • Droits dérivés : mention supprimée du contrat après discussion. Je ne pense pas qu'il y en ait un jour, mais on ne sait jamais... Par contre je ne suis pas certain de la pertinence de cette décision de ma part : il vaut mieux un éditeur intéressé à gagner plus...
  • Droits : en dehors des exemplaires gratuits je percevrai (au moins en théorie) 10% sur les exemplaires vendus. Je peux acquérir des exemplaires à -20% pour des ventes directes. Je n'ai pas négocié : il me semble que c'est conforme aux pratiques courantes.

Pour le reste : corrections, graphisme de la couverture, diffusion presse, etc. Ils le prennent en charge (normal) en concertation avec moi, notamment pour la couverture et la diffusion presse régionale. Ils me proposeront également d'autres options pour le titre parce que je ne suis pas très sûr de celui que j'avais retenu.
Bref, à ce stade mes seules hésitations tiennent à la réputation de la société et à sa capacité de commercialiser ce qu'elle édite, mais c'est bien eux qui prennent les risques même s'ils comptent probablement sur moi pour assurer le plus gros des ventes.
avatar
Thoutmes
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 207
Age : 69
Localisation : Touraine
Emploi/loisirs : Héhé...
Votre talent : Aucun
Points : 128
Date d'inscription : 07/02/2014

http://cavespainctes.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Pacô le Mar 11 Mar 2014 - 12:40

La société des écrivains est à présent une filiale du groupe Petit Futé, le même que les guides touristiques.
Je ne saurais donc que m'aligner aux mêmes conseils que Pilgrim et MdT.

Ce n'est pas une société d'édition à proprement parlé, c'est-à-dire qu'ils ont une vision commerciale du marché du livre. La considération de l'auteur est sous forme de clientèle plus que de collaborateur. Et ça peut poser problème pour une relation durable.

Ceci étant dit, et si le contrat semble tout à fait correct, pourquoi pas. Pourquoi pas, jusqu'à ce que tu envisages comme parcours d'auteur : si c'est pour le plaisir, alors oui, vas-y. Si c'est pour vraiment en faire une activité (pas forcément rentable mais où tu aimerais poursuivre) c'est plus fâcheux.
La réputation de la société des écrivains chez les grossistes et les diffuseurs est assez mauvaise, d'une part parce qu'ils utilisent leur réseau du guide pour faire pression et d'autre part parce qu'ils ne sont pas toujours très réglo au niveau des rétributions. Et souvent, ce sont les auteurs - les premières lignes - qui pâtissent de la rancœur des libraires et des acteurs du marché du livre... et de facto, les consommateurs qui s'intéressent un peu à cet univers impitoyable ^_^.

Pour te donner une idée, chez Publibook la maison soeur qui appartient à la même filiale, les salariés ont un turn-over proche de 60% par an... Notamment chez les graphistes, et toute sorte de collaborateur considéré comme des sous-fifres. Et ils n'hésitent pas à t'en faire part si tu les appelles et que tu creuses un peu. Mauvaise ambiance donc, qui rejaillit souvent sur la qualité des prestations avec des contacts qui ne sont jamais les mêmes et qui ne savent jamais qui tu es.

Je crois avoir raté une réponse - ou alors tu n'as pas répondu - mais est-ce que l'on t'a assigné un correcteur ou du moins un directeur d'ouvrage qui te propose plus que des fiches de relecture envoyées en format type ?

Bon courage pour la suite, et suis ton instinct d'entrepreneur Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Thoutmes le Mar 11 Mar 2014 - 15:38

Pacô a écrit:
....
Je crois avoir raté une réponse - ou alors tu n'as pas répondu - mais est-ce que l'on t'a assigné un correcteur ou du moins un directeur d'ouvrage qui te propose plus que des fiches de relecture envoyées en format type ?

Bon courage pour la suite, et suis ton instinct d'entrepreneur Smile.
Le contrat prévoit un relecteur, de même qu'il prévoit des propositions de page de couverture et plusieurs titres (j'en ai un mais je préfère d'autres avis).
Il est certain que la qualité de la relation initiale avec l'auteur ne donne aucune indication sur ce qui se passe avec les distributeurs et les libraires. J'imagine pourtant que le contrat du libraire est établi avec le distributeur plutôt qu'avec l'éditeur (?).
Quoi qu'il en soit c'est parti et je pourrai au moins continuer mon analyse pour l'édification des forumonautes !
J'ai attaqué le tome suivant (c'est une probable trilogie) et je n'ai pas d'autre engagement avec eux pour l'instant. J'aviserai en temps utile.
J'avais deux autres éditeurs (régionaux) possibles mais l'un me demandait de pré-acheter une centaine d'exemplaires et l'autre me proposait une publication courant 2015. J'ai tranché après le RV avec la SDE. Advienne que pourra, mais je serai vigilant.
 What a Face
avatar
Thoutmes
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 207
Age : 69
Localisation : Touraine
Emploi/loisirs : Héhé...
Votre talent : Aucun
Points : 128
Date d'inscription : 07/02/2014

http://cavespainctes.com

Revenir en haut Aller en bas

Suite des relations SDE - pour l'édification des membres !

Message  Thoutmes le Sam 26 Avr 2014 - 8:36

J'ai donc un contrat à compte d'éditeur avec la SDE (ce qui est rare semble-t-il).
J'ai obtenu un prix de vente raisonnable (4€ de moins que ce qu'ils envisageaient) et une mise en librairie en mai au lieu de juin ou septembre.
J'en suis à la lecture de l'épreuve, avec un tableau de corrections à compléter, j'en ai déjà fait 50% et je veux terminer ce week-end pour que le BAT soit émis en fin de semaine, sinon ma date butoir du 20 mai ne tiendra pas.
Mes constats :

  • la mise en page est globalement bonne.
  • Le résumé du livre tel qu'ils me l'ont proposé est meilleur que celui que j'avais proposé mais j'ai été obligé de le remanier (formulation).
  • La couverture me semble sympa mais ils ont utilisé une des photos que j'avais proposées, je n'ai pas eu d'autre suggestion de couverture de la part de leurs graphistes.
  • J'hésitais entre plusieurs titres, ils devaient m'en proposer un. J'attends toujours. Ils ont apparemment retenu celui sous lequel j'avais remis mon manuscrit. Il était bon...
  • Mon manuscrit corrigé et re-corrigé ne comportait probablement que très peu de fautes. Celles qui restaient et les quelques répétitions oubliées sont toujours là (je suppose qu'ils n'en ont pas ajouté). Donc il n'y a probablement pas eu relecture par un correcteur.
  • Il y a beaucoup de mots coupés en bout de ligne avec deux ou trois lettres sur la ligne suivante, et certains mots sont coupés entre deux pages.
  • Il y a des dessins insérés sur une page (page paire à priori), ils me les ont mis sur deux pages et à des échelles différentes. Esthétiquement c'est nul. Ils vont le corriger, mais ça aurait pu être fait avant de me fournir l'épreuve...

La relation avec le responsable de l'édition est bonne. Il fait preuve de réactivité. Par contre j'ai l'impression de faire une bonne partie du travail éditorial qui incombe à SDE/Publibook. Est-ce une impression ou la réalité ? Je penche pour la seconde option.
Ma volonté de sortir ce livre rapidement (il correspond, par hasard, au thème de l'animation 2014 de la forteresse royale de Chinon, je dois donc profiter de la saison touristique) empêche peut-être que tout soit fait dans l'ordre et dans les règles, mais il me semble tout de même que la SDE travaille dans un schéma de coûts minimaux et que l'auteur doit être prêt à faire à peu près tout, que le contrat soit à compte d'auteur ou d'éditeur.
En dehors de ce problème, plutôt agaçant, je découvre cette activité avec beaucoup d'intérêt. J'observe qu'il y a une forte déconnexion (au moins à la SDE) entre ceux qui ont retenu le manuscrit et signé le contrat et ceux qui s'en chargent ensuite. Les fichiers et emails échangés ont bien suivi entre les deux entités, mais ensuite c'est nettement plus flou.
Je comprends aussi pourquoi les deux autres éditeurs intéressés étaient partants l'un pour septembre et l'autre pour 2015 : s'ils font leur travail il faut du temps.
La suite au prochain numéro en espérant que ces informations seront utiles à d'autres.
 clown
http://cavespainctes.com
avatar
Thoutmes
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 207
Age : 69
Localisation : Touraine
Emploi/loisirs : Héhé...
Votre talent : Aucun
Points : 128
Date d'inscription : 07/02/2014

http://cavespainctes.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Pilgrim le Sam 26 Avr 2014 - 9:59

C'est vraiment intéressant ! Merci à toi de partager ton expérience !

En effet, ils semblent se reposer sur ta propre motivation et ton sérieux...

C'est intéressant, aussi, ce que tu dis sur la multiplicité des interlocuteurs. Je n'ai pour ma part eu que des expériences avec des toutes petites structures où l'éditeur suit tout de A à Z (même s'il est aidé...).

Bonne continuation à toi !
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  MémoireDuTemps le Sam 26 Avr 2014 - 14:08

Intéressant.
Le fait d'avoir plusieurs interlocuteurs notamment entre ceux du "CDL" (ou peut-être qu'il n'y a qu'un lecteur par livre ?) et ceux qui suivent après, quand j'avais été contactée pas des éditeurs à compte d'auteur, aucun ne semblait avoir lu le livre... bon bien sûr ils lisent avec une calculette. Il est clair que ton livre avait été lu sinon ils t'auraient envoyé une facture et non un contrat.
Pour les mots coupés, ton texte était justifié ? (oui il y a des choses à savoir sur typographie et édition pour éviter des surprises à l'édition sur papier : cadratins, suppressions de certains automatismes des traitements de texte, espaces insécables, traitements différents des pages paires et impaires... avant de tirer sur papier, j'utilise toujours PDF Creator qui permet d'avoir une vue d'ensemble du résultat).
Oui, le travail éditorial prend plusieurs mois quand il est bien fait.
Il y a aussi un chiffre qui serait intéressant : le nombre d'édités à compte d'éditeur à SDE par rapport à ceux édités "autrement"
Je te conseille de bien suivre toutes les phases, je connais des écrivains édités par ce genre d'éditeur dont le livre comportait bien plus de fautes que le texte envoyé... l'effet antidote passé sans vérification sans doute.

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1516
Age : 46
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La société des écrivains

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum