Question de mètres ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Question de mètres ?

Message  Plasmides le Lun 9 Jan 2012 - 15:33

Est-ce votre Premier roman ? Non.
Souhaitez-vous être publié ? Là, non.
Vous connaissez-vous des faiblesses en écriture sur lesquelles vous souhaitez que les correcteurs s’attardent ? Oui.
Résumé du roman & thèmes abordés ? En cinq mots : La vie.
Quel lectorat visez-vous ? Amateur de poésie française
Dans quel genre sévissez-vous et quels sont vos auteurs de références ? Je ne "sévis" dans aucun genre. Je viens de découvrir Arthaud. Mon auteurs de références est : David Hilbert.
Quelle est votre intention littéraire ? Alourdir légèrement le rayon poésie de la FNAC et devenir anarchiste.

Et sinon plus sérieusement je me posais les questions suivantes :

-Le "e" avant la virgule doit-il nécessairement se prononcer ? Sa prononciation dépend elle du phonème qui la suit ?

-Quels sont les "e" que l'on ne doit pas prononcer par obligation ?
avatar
Plasmides
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 234
Age : 29
Localisation : Milieu bactérien
Emploi/loisirs : Plasmide
Votre talent : Aucun
Points : 101
Date d'inscription : 25/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Métrique

Message  El Desdichado le Jeu 21 Mar 2013 - 9:41

Bonjour Plasmide.

Je ne sais pas si tu as trouvé la réponse à tes préoccupation métriques, mais dans le doute, je vais tenter d'éclairer ta lanterne, dans la mesure de mes humbles capacités.

L'apocope (élision dictionnelle à une césure (fin d'hémistiche ou de portion de vers) suivie d'une consonne d'un 'e' normalement prononcé) est utilisée depuis Apollinaire, voire Verlaine (je te trouverai des vers ou vers blancs qui le font si tu le souhaites). C'est donc bien une possibilité et une pratique.

Cependant, n'oublie jamais que l'apocope est un frein à la diction, qu'elle arrête et met ton lecteur face à une petite difficulté de scansion (à moins qu'il ne connaisse à ce point ton style qu'il puisse anticiper la figure). Garde la donc (notamment dans le ronronnement alexandrin ou dans l'octosyllabe agile) pour des occasion particulières où tu veux arrêter ton lecteur et lui dire quelque chose (the meter must inact the meaning comme disait le poète), que cela reste exceptionnel et non normatif, à moins que ce ne soit une caractéristique explicite de ton écriture.

Je pense qu'une grande partie la poésie réside dans l'usage du 'e', muet ou prononcé. C'est une des plus belles caractéristique de notre langue, fais en bel usage.

Quelques exemples d'usage du 'e'

"Sans cesse à mes côtés s'agite le Démon ;
Il nage autour de moi comme un air impalpable ;
Je l'avale et le sens qui brûle mon poumon
(il aurait pu écrire : "qui brûle en mon poumon)
Et l'emplit d'un désir éternel et coupable."
(Baudelaire, "La Destruction", "Vin", Les Fleurs Du Mal)

Ou encore un mien vers (non pas que je me compare à Baudelaire, mais simplement pour illustrer un usage significatif du 'e' prononcé, je me trouve court en temps et en autre vers à 'e' avant virgule prononcé)

"Heure lourde(,) mais heure belle"

("Automne", dans Le Chant Du Mort)
La légèreté de "belle" est exprimé par son caractère monosyllabique, en contraste avec la difficulté et la souffrance de l'heure dans sa lourdeur (oui, je parle aussi de "vie", bien que 'je' soit un autre).
(j'ai mis la virgule entre parenthèses, car j'ai choisi de déponctuer mon vers, mais je te montre ainsi que la virgule n'élide pas naturellement le 'e', même à l'hémistiche. La virgule changera la diction dans son rythme, mais pas dans sa prononciation majeure).

Pour résumer, on ne prononce par les 'e' en fin de vers (blanc ou non), on ne les prononce pas avent une voyelle, et on peut les apocoper par choix stylistique (à titre exceptionnel j'ai envie de dire). Je pense avoir fait le tour de la deuxième question.



"En cinq mots : La vie."
(je suis très très fan, très spirituel, même si c'est programmatiquement très vague. Toute notre expérience commence avec la vie et la majeure partie de notre discours s'y rapporte : pourrais-tu préciser ?)

Fort bien, relance-moi sur la métrique quand tu le souhaites, et rapporte-toi à plaisir à des ouvrages tels que Dire le Vers, de Milner et Regnault.
J'ai hâte de te lire, et c'est dans cet espoir que je me déclare, Plasmide,
ton contemporain,

El Desdichado


Dernière édition par El Desdichado le Jeu 21 Mar 2013 - 9:44, édité 2 fois (Raison : (oubli mineur sur la deuxième question, envie de synthétiser))
avatar
El Desdichado
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 29
Age : 24
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Khâgne
Votre talent : Écriture
Points : 13
Date d'inscription : 20/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum