Commentaires Andrew Warren à la découverte d'Héméra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Commentaires Andrew Warren à la découverte d'Héméra

Message  Kazuki le Ven 17 Fév 2012 - 22:39

Bonsoir à vous tous, j'attend de vous des critiques sincères pour que je puisse améliorer mon histoire, j'espère que vous serez objectif et que vous n'irez pas par quatre chemin. Razz
avatar
Kazuki
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 21
Age : 23
Localisation : Toulon
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 1
Date d'inscription : 05/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires Andrew Warren à la découverte d'Héméra

Message  Pacô le Sam 18 Fév 2012 - 13:23

Bonjour en ce joli samedi matin ensoleillé.
J'ai commencé ton prologue et je me suis arrêté à :
Il traversa le salon et remonta à toute vitesse les escaliers pour atterrir à nouveau dans la chambre ou il avait quitté sa femme quelques minutes plus tôt.
Fais attention d'ailleurs à rédiger des extraits d'environ 70 lignes - selon la charte - non pas à cause d'une quelconque règle tyrannique, mais surtout que tu t'apercevras que plus les extraits sont courts, plus les internautes auront tendance à te lire plus facilement. Il vaut mieux deux extraits de 80 lignes, qu'un seul de 160.
Petit conseil à la volée, mais passons aux corrections.

Pour information, je fais partie des bêta-lecteurs minutieux, attaché à la pureté de la langue et de ce fait, je suis très pointilleux et je relève tout. Bien entendu, cela ne veut pas dire que tu dois TOUT changer, mais je te fais part de mon avis.
La première partie de ce commentaire concernera un relevé sur le vif (les fautes principalement) tandis que l'autre partie propose une analyse littéraire et du scénario.
Let's go !

qui n'est pour le moins pas des plus commun
=> communs (accord pluriel)

Ils avaient tout d'eux vingt-huit ans
=> tous deux (puisque c'est sous-entendu "tous les deux")

A l'intérieur de la maison, il y avait une cuisine
=> accent sur le "A"

Brandon avait choisi la chambre la éloignée
=> la "plus" éloignée non ? (manque un mot)

la beauté de la mer se fracassant sur les rochers, la beauté d'un monde qui n'était pas figé. Depuis celle-ci, on pouvait voir le soleil se coucher sur la mer
=> répétition de "mer". Pourquoi pas "étendue azurée" comme remplaçant ?

lors des grandes fêtes magique d’Héméra.
=> magiques (accord pluriel)

Elle avait décidé de faire un enfant avecson mari,
=> espace manquant entre "avec" et "son"

et pour partager son amour à quelqu'un d'autre que lui.
=> on partage "avec" et non "à"

- A quoi réfléchis-tu si ardemment?
=> accent sur le "A"
=> espace insécable avec le "ardemment"
=> est-ce que le "ardemment" est nécessaire ?

Ce qui lui permit de voir les centaines d'étoiles brillées
=> briller (infinitif)

- Es-tu sérieux !?
=> ce genre de ponctuation est à bannir du roman. Les "!?" peuvent être exprimés par des mots ; ce n'est bon que pour la bande dessinée.

Tout le reste de la famille ont étés décimé.

=> "a été décimé"

Nous n'avons plus aucuns pouvoirs de déc
ision,
=> aucun pouvoir (pas de "s" puisqu'ils n'en ont plus aucun !

elle sera toujours là alors que nous nous vieillissons et nous finirons comme tous ceux qui nous ont précédé
=> précédés (accord pluriel)

Je ne laisserais pas ce monde détruire absolument tout ce que les Anciens Mages ont construit.
=> laisserai (futur et non conditionnel, sauf s'il n'en est pas sûr ^^)

Il restera toujours de l'espoir dans nos cœurs et quelque part enfui dans nos entrailles, la joie de vivre.
=> enfoui : toutefois, je n'arrive pas à savoir si c'est l'espoir ou la joie de vivre (ou les deux) qui sont dans les entrailles. En ce cas, c'est soit "enfoui", "enfouie" voire "enfouis". A toi de voir Wink

lorsqu'ils ont massacrés ma Famille,
=> ont massacré

Là où seul les plus puissants Hémériens ont pu revenir en vie.
=> seuls (accord pluriel)

autrement dit par le Portail D'Héméra elle-même
=> "lui-même" plutôt, puisque que c'est LE portail ?

celle qui nous permis d'avoir le Pouvoir ...
=> "celle qui nous a permis" ou "celle qui nous permit" (choix)

Les membres de la famille Warren vous resterons toujours fidèles
=> resteront

L'intérieur renfermait une boite nacré verte avec un "W" gravé dessus.
=> nacrée

Appréciation linguistique :

La lecture n'est pas désagréable mais je la trouve un peu trop emphatique. Par "emphatique", j'entends que le style d'écriture se veut altier, peut-être un tantinet "précieux" et que cela nuit au contexte. En effet, pour donner un effet noble à ton récit, tu n'es pas obligé d'en faire des tartines, ni d'utiliser des adverbes qui, contrairement à leur allure, ridiculise plus le récit qu'il ne le rend de qualité. Je pense par exemple à :
- A quoi réfléchis-tu si ardemment?
L'adverbe n'est pas utile. Pire encore, il nuit à la crédibilité du propos. Est-ce les hommes politiques parlent comme ça ? Non. Est-ce que les intellectuels parlent comme ça ? Non.
Si tu veux donner de la prestance au propos d'un personnage, pour le rendre cultivé, puissant (etc.) ce n'est pas avec les adverbes qu'il faut jouer, mais avec le vocabulaire et la construction syntaxique. Un protagoniste me donnera l'impression d'être très cultivé s'il utilise dans une même phrase un "nonobstant" et un subjonctif passé dans son discours. Laughing
Pour enfoncer le clou jusqu'au bout, l'adverbe a même tendance à être en disgrâce dans la langue : c'est une invention du langage oral, effectuée dans le seul but d'appauvrir l'expression et faciliter la communication entre les individus. Mais l'ennui d'un adverbe, c'est qu'il est accroché à son contexte sociologique, à son époque et bien d'autres conditions. Un exemple tout bête :
"Une voiture roule rapidement" ne renvoie pas la même notion aujourd'hui avec une Lamborghini qu'il y a 50 ans avec une Deux Chevaux. Pourtant, dans les deux époques, on utilisait le terme "rapidement". Wink
Pour conclure, l'adverbe est très utile dans la vie de tous les jours, pour les manuels de bricolage, pour les cours magistraux, pour les bêta-lecture... mais pas dès l'instant où il faut créer de la littérature.

Parfois, tu as aussi un peu de mal à définir et à décrire pleinement tes situations.
Prenons des exemples :
Elle possédait deux immenses grilles en métal et lorsqu'on les ferme entièrement on voyait apparaitre au centre un immense "W" signe de l'appartenance à la famille Warren.
Selon moi, ce qui n'est donc peut être pas vrai, tu cherches à faire une description "type cinéma" avec les portes qui se referment et qui forment la griffe "W". Et bien dis toi que c'est toujours le cinéma qui copie la littérature, et jamais l'inverse. Les techniques du cinéma restent propre au cinéma ; la littérature a l'avantage d'avoir des mots, de ne pas avoir un timing précis etc.
N'essaie pas de faire un effet visuel - comme au cinéma - et décrit cette particularité tout simplement.
Du genre :
Un "W" était formé par les deux battants du portail lorsqu'il était fermé.
Bien entendu, c'est un minimum. Tu peux enrichir ce propos, le tourner autrement. Mais c'est plus pertinent je pense.

Même chose ici :
et une ouverture fit son apparition dans la cheminée
"faire son apparition" c'est une expression générique qui veut tout et rien dire.
Mais en profondeur, ça n'exprime rien. Déjà, on a envie de dire "comment fait-elle son apparition ?" Cette question te poussera à mieux décrire et donc, à remplacer "faire son apparition" par une explication bien plus précise.

mais qui avait un énorme avantage, la vue qu'elle apportait, la beauté de la mer se fracassant sur les rochers, la beauté d'un monde qui n'était pas figé.
Ce qui me perturbe le plus, c'est le "apporter". La chambre "n'apporte" pas une vue sur un plateau ; c'est assez maladroit je trouve. Une vue, ça s'exprime, on l'apprécie... mais on ne peut pas tellement dire qu'elle s'apporte.
Tu comprends ?

il en avait jusqu’à éprouver de la nausée jusqu’au bord de ses lèvres.
Même chose ici... la nausée ne s'éprouve pas tellement. Du moins, la phrase tournée ainsi, je la trouve maladroite. Puis l'image n'est pas des plus ravissantes : j'ai l'impression qu'il a du vomi plein la bouche, dit comme ça ^^".
Tu peux à la rigueur dire que la nausée lui soulève le coeur. Un truc dans ce genre là.

Elle avait des contractions qui durant les derniers mois d’après un médecin hémérien, apparaissaient de plus en plus importantes, et pour permettre l’accouchement, vont devoir s’organiser en salves régulières, poussant le bébé vers le bas, participant ainsi à son expulsion.
Dans cette phrase, tu cherches à fournir trop de données condensées. Par exemple, tu parles de la médecine hémérienne, des habitudes d'accouchement des femmes, de la situation particulière de Olivia.
Il faudrait que tu partages ta phrase, que tu travailles bien ce que tu veux dire et que tu essaies de le dire... plus simplement.
Et aussi, trouver des termes plus adaptés : l'expulsion du bébé, je pense à un boulet de canon. L'image me fait assez sourire ^^".

Et enfin, il y a aussi quelques maladresses dans le discours des personnages. J'en ai relevé une en particulier :
-Et comment, dis-moi comment Brandon, nous sommes les poings liés ... Ils essaieront de le tuer, ils ne le laisseront pas vivre !
Là en fait, ce serait plus un souci de ponctuation. La partie soulignée se lit très mal. Je n'arrivais pas à comprendre ce qu'elle voulait dire, notamment avec le "dis-moi comment Brandon". J'ai envie de dire que c'est un peu le même problème qu'avec le cinéma : tu cherches des répliques de film - de théâtre - plus que de littérature. Ce ne sont pas les mêmes.
Cette remarque recoupe ce propos souligné dans mon relevé au-dessus :
- Es-tu sérieux !?
L'avantage d'un livre, c'est que tu peux décrire dans la narration l'aspect du personnage, le ton de sa voix, les émotions qui l'assènent etc. Profite de cette opportunité de l'écrit !

Bref, voilà tout ce que je pourrais dire sur cette première partie, concernant mon analyse linguistique. Le texte se lit, mais je le trouve assez maladroit à plusieurs endroits... peut-être parce que tu cherches à trop coller à une situation de "film" plus qu'à une situation de littérature. Même si tu peux évidemment imaginer dans ta tête la situation comme dans une salle de cinéma, à l'écrit... il faut que tu t'en détaches. "Ressens" plus la littérature qu'une caméra. C'est le seul conseil que je peux te donner pour que tu t'améliores Wink.

Appréciation du récit :

Parlons un peu de l'histoire - ce qui t'intéresse sûrement plus dans ce commentaire Laughing.
Au début, j'ai trouvé l'introduction un peu clichée. Notamment avec ce passage :
Brandon et Olivia Warren étaient mariés depuis maintenant dix ans, dix années qui se passèrent dans le plus merveilleux des mondes jusqu’à aujourd’hui...
Tu vas me dire que c'est le schéma classique de toute histoire merveilleuse : tout se passe bien jusqu'à un déclencheur qui fait virer le contexte dans un gros problème, voire dans les ténèbres.
Mais ça peut être fait avec plus d’apparat, moins de "gros sabots"... plus déguisée en somme. Pourquoi ne pas décrire ce qui était merveilleux plutôt que de dire que "c'était merveilleux" ? Tu sais, ça marche toujours plus dans l'inconscient du lecteur. Si tu lui dépeins une situation merveilleuse, il s'en rendra plus compte et le comprendra toujours mieux que... s'il doit croire l'auteur sur parole puisque celui-ci lui dit "avant c'était merveilleux"... tu comprends ?

Et puis, ce que je ne comprends pas... c'est que ça ne me semble pas aussi merveilleux puisque durant ce laps de temps, toute la famille a été massacrée et il y a eu de fortes tensions du "Pouvoir" pour que ça en vienne à une telle tragédie. Non ?

Dans le contexte global, j'ai eu du mal à tout saisir la géopolitique de ce monde. Tu fais beaucoup d'allusion à un Conseil, à des tribus adverses, au peuple d'Héméra... mais là, on ne saisit pas tout de "comment ça marche". Qu'est-ce que ce Conseil ? Le gouvernement actuel ? Que représente la famille Warren dans tout ça ?
Par exemple, un truc que je trouve maladroit dans le scénario, c'est ceci :
Elle appartenait au père de Brandon avant que lui et toute sa famille ne perdent la vie dans des circonstances tragiques.
Tu nous annonces une tragédie passée... mais tu ne dis rien dessus. Alors soit tu commences à expliquer ce qu'est cette tragédie... soit tu n'en fais pas mention et tu n'en parles qu'au moment venu. En gros, soit tu dresses un paysage d'horizon, et tu nous fais rentrer dans le contexte, soit tu nous laisses volontairement dans le flou géopolitique mais alors en ce cas, tu n'en fais pas mention d'une manière aussi vague.
A la rigueur, tu pourrais nous dire qu'ils ont été assassinés par des rebelles de la région voisine, un soir de pleine lune, pendant que Brandon et Olivia étaient absents. TOut ça dans un même paragraphe... et ça suffit à mettre une première pierre du contexte géopolitique.
Là, ça reste très flou, très vague... ça en dit sans en dire, et c'est un facteur qui me pousse à refermer un livre - pour ma part. Parce que "des circonstances tragiques"... ça colle à n'importe quelle histoire, et donc ça ne donne aucune identité à ton propre récit.

Je dirais que pour l'instant, je trouve que ton récit manque de contextualisation, et que tu ne fais que "effleurer" de manière trop superficielle le sujet, ton monde. Soit tu rentres dedans, soit tu nous donnes de vrais indices concrets... mais il ne faut pas que tu restes dans des termes génériques, qui pourraient aussi très bien coller à Harry Potter - puisque ses parents sont aussi morts dans des circonstances tragiques. S'ils se sont fait tuer par Voldemort, il faut au moins que tu le dises, que tu mentionnes quelque chose inhérent à ton histoire. Même si tu ne veux pas encore dire pourquoi Harry a été épargné (grâce à l'amour de sa mère) : tu dois faire le constat, et prouver qu'on est bien dans ton monde.

Sinon, j'ai aussi relevé une petite chose amusante dans ton scénario :
Son mari était non loin d'elle, il entra dans la chambre puis sur le balcon et s'assit sur une chaise près de l’être qui lui était chère.

- A quoi réfléchis-tu si ardemment?

Elle fuyait le regard de son mari et le dirigea vers la mer qui scintillait de toute part avec l'éclat de la lune. Brandon se leva et se rapprocha d'elle,
En fait, si on suit le parcours de ton personnage, il vient d'arriver au balcon, de s'asseoir et de se relever automatiquement. On dirait presque la chaise vient de lui piquer les fesses, c'est assez marrant.
Je mettrais cette petite anomalie sur le souci de "remplir" la scène, de les faire bouger... mais parfois, on les fait bouger de manière un peu absurde.
C'est peut-être à revoir.

Bon. Voilà tout ce que j'avais à dire sur ma lecture.
N'aies pas peur de la longueur du commentaire : plus j'en écris, plus je crois en l'auteur et je veux le faire progresser. Sinon, je ne m'embête pas avec lui, et soit il est trop mauvais pour être à la hauteur, soit il est déjà excellent ^^".
Bien entendu, toutes mes remarques sont contestables, dès l'instant où tu peux rétorquer des arguments valables sur lesquels on peut discuter.
Et je suis aussi disponible pour répondre à toutes les questions éventuelles Wink.

Je lirais la suite prochainement - quand tu auras déjà corrigé cette première partie !






__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires Andrew Warren à la découverte d'Héméra

Message  Jaellia le Sam 18 Fév 2012 - 15:05

Bonjour

Pour commencer je précise que je n'ai lu que le prologue.

Par rapport à ton écriture, tu fais hélas beaucoup de fautes ; t'es tu déjà relu? La base d'une bonne histoire est selon moi sa grammaire, et elle est dans ton cas plutôt défaillante. Tu devrais penser à travailler là-dessus. Tu utilises aussi beaucoup de verbe vide (être, avoir, sembler, etc) ce qui démontre une certaine lacune au niveau de la richesse de ton vocabulaire. Ta syntaxe serait aussi à revoir.

Une âme charitable prendra sûrement le temps de mentionner tes fautes et tes répétitions ; je n'ai pas la patience ou la capacité de le faire, mais portes-y une attention particulière la prochaine fois que tu écris. C'est toujours plus agréable de lire un texte qui contient un minimum d'erreurs.

Par rapport à la trame de ton histoire... Comme mentionner plus haut, je n'ai lu que ton prologue. Ton idée n'est pas si mal, je suis curieuse de savoir ce qui leur arrivera désormais qu'ils sont sur Terre. Par contre, tu abuses un peu de la magie ; j'ai l'impression que tu l'utilises quand bon te semble pour régler les problèmes de tes personnages. Il faut le doser, parce que des personnages invincibles deviennent vite inintéressant.

Aussi, il va falloir à un moment que tu développes l'histoire de cette famille, les raisons de son massacre, pourquoi cette soirée précisément ils doivent partir, pourquoi les sorciers refusent qu'ils aient un enfant. C'est pas très clair, va falloir étayer un peu leur histoire.

Une description physique de tes personnages seraient aussi pertinente, pour que l'on puisse mieux les imaginer. Développes leur caractère, fais ressortir leurs traits de personnalité. Ce sont des personnages plutôt lisses, peu approfondis.

Par rapport à ton récit en général, tu ne rentres pas beaucoup dans les détails ; ce que je veux dire, c'est que tu résumes beaucoup. Par exemple la rapide bataille contre les sorciers, tu aurais intérêt à détailler cette altercation, parce que pour l'instant c'est plutôt vague, on ne ressent pas de peur ou autres sentiments pour les personnages, autant à ce moment que lorsque la maison brûle et même quand ils se font happer par une auto. On se s'identifie pas au récit, ne s'attache pas aux personnages ; ça me fait décrocher de ma lecture.

Le plus important à travailler, selon moi, c'est tes fautes d'orthographes et de syntaxe, qui rebutent lors de la lecture.

Bon courage!
avatar
Jaellia
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 94
Age : 21
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Étudiante
Votre talent : Dessin
Points : 28
Date d'inscription : 15/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

RE: Andrew Warren à la découverte d'Héméra.

Message  Allison Fyre le Lun 20 Fév 2012 - 15:26

Hey!
Malgré les fautes d'orthographe ( nous en faisons tous), je trouve l'histoire originale, intéressante et bien écrite. Les personnages sont vivants, les situations et les émotions sont retranscrites avec justesse. Je trouve cependant le prologue long, j'aurais aimé que tu mette juste le début plus un extrait du chapitre 1. Quelques phrases maladroites, mais ça n'enlève pas l'intérêt de ton histoire, du moins c'est mon humble avis Smile
Je serais vraiment ravie de lire la suite bounce
avatar
Allison Fyre
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 17
Age : 22
Localisation : Colombes, 92
Emploi/loisirs : Lycéenne, volley-ball, danse et surtout écriture.
Votre talent : Écriture
Points : 1
Date d'inscription : 05/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Cmmentaire du début

Message  ferdi le Sam 25 Fév 2012 - 20:06


Ma lecture et mon commentaire s’arrêtent à : «L es Warren sont presque morts et je ne veux pas d'un tel avenir pour notre enfant...» Je n'ai pas lu les autres commentaires.

Voici d’abord quelques remarques de détail :
« dans cet endroit qui n'est pour le moins pas des plus commun. »
Moins…plus. Cette construction peut-elle être allégée ?
« Brandon et Olivia Warren étaient mariés depuis maintenant dix ans, dix années qui se passèrent…»
L’emploi du passé simple me gêne ici.
« Elle possédait deux immenses grilles en métal et lorsqu'on les ferme…»
Concordance des temps.
« La maison abritait également une cour qui l'encerclait …»
Encerclait me semble mal choisi.
« A l'intérieur de la maison, il y avait une cuisine immense…»
-Est-ce nécessaire de préciser : à l’intérieur de la maison
-Il y avait : tournure terne.
« un très grand plan de travail pour faire de grande réunion avec d’énormes buffets lorsque la famille se réunissait pour parler de tout et de rien, …»
-Répétition de grand
-de grande réunion ? singulier ou pluriel
-‘Pour faire de grandes réunions’ venant après ‘Un très grand plan de travail’ me gêne.
« Brandon avait choisi la chambre la éloignée, loin de toutes les autres …»
-Pléonasme ?
-Il manque un mot
« lors des grandes fêtes magique …»
Accord de l’adjectif.
« un enfant avecson mari »
Espace ?
« près de l’être qui lui était chère.»
Accord de l’adjectif.
« Elle fuyait le regard de son mari et le dirigea vers la mer…

- Le temps de ‘fuyait’ me semble mal choisi.

- -Le pronom ‘le’ remplace quel nom ?

« Il devra vivre comme tous les habitants du continent et comme tous les habitants d'Héméra. Pour cela il sera forcément amené à faire de grandes choses, tout comme ses prédécesseurs… Il aura la charge de rétablir l'honneur des Warren, une charge bien lourde je te l’accorde mais qui en vaut la chandelle. Si ce n’est pas possible il devra vivre exilé de tous...»
Répétition de tout/tous

« Si ce n’est pas possible il devra vivre exilé de tous…»
‘exilé de tous’ me gêne.

« Tout le reste de la famille ont étés décimé. »
-Ont : accord avec le sujet
- été : invariable ici
****************************

Ton récit présente le cadre, mais laisse les deux parents dans le flou.
Tu donnes des indices qui accrochent l’attention du lecteur. Malgré cela, j’ai trouvé ce début assez lent, il lui faudrait plus de rythme.
Donner d’un bloc un long passage ne facilite pas les commentaires. Je crois que tu aurais intérêt
à découper ton texte en extraits ou chapitres numérotés.
Malgré ces remarques, j’ai lu ton texte avec intérêt.
avatar
ferdi
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Masculin Nombre de messages : 229
Age : 80
Localisation : jura
Emploi/loisirs : Lecture- écriture- jardinage- photo
Votre talent : Aucun
Points : 222
Date d'inscription : 08/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires Andrew Warren à la découverte d'Héméra

Message  Kazuki le Jeu 1 Mar 2012 - 13:48

Tout d'abord je tiens à vous remerciez tous pour vos critiques qui sont toutes constructives et qui je l'espère me feront avancer!

Pacô a écrit:Fais attention d'ailleurs à rédiger des extraits d'environ 70 lignes - selon la charte - non pas à cause d'une quelconque règle tyrannique, mais surtout que tu t'apercevras que plus les extraits sont courts, plus les internautes auront tendance à te lire plus facilement. Il vaut mieux deux extraits de 80 lignes, qu'un seul de 160.

J'en prend note, faut il dans ce cas que je modifie mon post ?

Pâco a écrit:Pour information, je fais partie des bêta-lecteurs minutieux, attaché à la pureté de la langue et de ce fait, je suis très pointilleux et je relève tout. Bien entendu, cela ne veut pas dire que tu dois TOUT changer, mais je te fais part de mon avis.

Pas de problème, j'apprécie le fait que tu te sois penché sur mon texte.
Merci pour toutes les corrections grammaticale et orthographique.

Pâco a écrit:Appréciation linguistique :

La lecture n'est pas désagréable mais je la trouve un peu trop emphatique. Par "emphatique", j'entends que le style d'écriture se veut altier, peut-être un tantinet "précieux" et que cela nuit au contexte. En effet, pour donner un effet noble à ton récit, tu n'es pas obligé d'en faire des tartines, ni d'utiliser des adverbes qui, contrairement à leur allure, ridiculise plus le récit qu'il ne le rend de qualité. Je pense par exemple à :
Kazuki a écrit:- A quoi réfléchis-tu si ardemment?

L'adverbe n'est pas utile. Pire encore, il nuit à la crédibilité du propos. Est-ce les hommes politiques parlent comme ça ? Non. Est-ce que les intellectuels parlent comme ça ? Non.

Oui, tu as raison, on ma déjà fait la réflexion sur cet adverbe, il est lourd et à l'oral il ne s’emploie pas. Tu as tout à fait raison, je vais rectifié la phrase tout de suite.

Pâco a écrit:Parfois, tu as aussi un peu de mal à définir et à décrire pleinement tes situations.
Prenons des exemples :
Kazuki a écrit: Elle possédait deux immenses grilles en métal et lorsqu'on les ferme entièrement on voyait apparaitre au centre un immense "W" signe de l'appartenance à la famille Warren.
Selon moi, ce qui n'est donc peut être pas vrai, tu cherches à faire une description "type cinéma" avec les portes qui se referment et qui forment la griffe "W". Et bien dis toi que c'est toujours le cinéma qui copie la littérature, et jamais l'inverse. Les techniques du cinéma restent propre au cinéma ; la littérature a l'avantage d'avoir des mots, de ne pas avoir un timing précis etc.
N'essaie pas de faire un effet visuel - comme au cinéma - et décrit cette particularité tout simplement.
Du genre :
Kazuki a écrit:Un "W" était formé par les deux battants du portail lorsqu'il était fermé.
Bien entendu, c'est un minimum. Tu peux enrichir ce propos, le tourner autrement. Mais c'est plus pertinent je pense.

Oui, exact. Il est vrai que lorsque j'écris je me visualise la scène dans ma tête et que je reproduis ce que je m'imagine sur la feuille. Donc tu n'as pas du tout tord en disant que j'utilise les techniques du cinéma.

Pâco a écrit:Et aussi, trouver des termes plus adaptés : l'expulsion du bébé, je pense à un boulet de canon. L'image me fait assez sourire ^^".


J'étais mort de rire en voyant ton commentaire Razz Mais tu n'as pas tord du tout...

Pâco a écrit:Bref, voilà tout ce que je pourrais dire sur cette première partie, concernant mon analyse linguistique. Le texte se lit, mais je le trouve assez maladroit à plusieurs endroits... peut-être parce que tu cherches à trop coller à une situation de "film" plus qu'à une situation de littérature. Même si tu peux évidemment imaginer dans ta tête la situation comme dans une salle de cinéma, à l'écrit... il faut que tu t'en détaches. "Ressens" plus la littérature qu'une caméra. C'est le seul conseil que je peux te donner pour que tu t'améliores Wink.

Je vais essayer, de toute façon en y réfléchissant je ne peux que m'améliorer Rolling Eyes

Pâco a écrit:Mais ça peut être fait avec plus d’apparat, moins de "gros sabots"... plus déguisée en somme. Pourquoi ne pas décrire ce qui était merveilleux plutôt que de dire que "c'était merveilleux" ? Tu sais, ça marche toujours plus dans l'inconscient du lecteur. Si tu lui dépeins une situation merveilleuse, il s'en rendra plus compte et le comprendra toujours mieux que... s'il doit croire l'auteur sur parole puisque celui-ci lui dit "avant c'était merveilleux"... tu comprends ?

Encore une fois, tu as raison ^^ , je pourrais même trouver un meilleure début, éventuellement en coupant ce passage et en passant directement au moment de la fuite. On ma dit à plusieurs reprise que le prologue en disait trop sur l'histoire, qu'il fallait que je réduise les répliques des deux personnages, en essayant d'en dire le moins possible.

Pâco a écrit:Et puis, ce que je ne comprends pas... c'est que ça ne me semble pas aussi merveilleux puisque durant ce laps de temps, toute la famille a été massacrée et il y a eu de fortes tensions du "Pouvoir" pour que ça en vienne à une telle tragédie. Non ?

Les deux personnages, n'étaient pas sur Héméra lors du massacre. Ils étaient sur Terre et sont revenus peu de temps après le massacre etc...

Pâco a écrit:Dans le contexte global, j'ai eu du mal à tout saisir la géopolitique de ce monde. Tu fais beaucoup d'allusion à un Conseil, à des tribus adverses, au peuple d'Héméra... mais là, on ne saisit pas tout de "comment ça marche". Qu'est-ce que ce Conseil ? Le gouvernement actuel ? Que représente la famille Warren dans tout ça ?
Par exemple, un truc que je trouve maladroit dans le scénario, c'est ceci :
Elle appartenait au père de Brandon avant que lui et toute sa famille ne perdent la vie dans des circonstances tragiques.
Tu nous annonces une tragédie passée... mais tu ne dis rien dessus. Alors soit tu commences à expliquer ce qu'est cette tragédie... soit tu n'en fais pas mention et tu n'en parles qu'au moment venu. En gros, soit tu dresses un paysage d'horizon, et tu nous fais rentrer dans le contexte, soit tu nous laisses volontairement dans le flou géopolitique mais alors en ce cas, tu n'en fais pas mention d'une manière aussi vague.
A la rigueur, tu pourrais nous dire qu'ils ont été assassinés par des rebelles de la région voisine, un soir de pleine lune, pendant que Brandon et Olivia étaient absents. TOut ça dans un même paragraphe... et ça suffit à mettre une première pierre du contexte géopolitique.
Là, ça reste très flou, très vague... ça en dit sans en dire, et c'est un facteur qui me pousse à refermer un livre - pour ma part. Parce que "des circonstances tragiques"... ça colle à n'importe quelle histoire, et donc ça ne donne aucune identité à ton propre récit.

Ok, je comprend ton avis, donc en somme soit j'explique le pourquoi du comment, soit je ne dis rien. Frustré en prison
Je pense qu'étant donné que c'est un prologue, il vaudrait mieux en dire le moins possible. Ce qui veut dire que je ne devrais pas mentionner la tragédie. En ce qui concerne le Conseil, Héméra etc... je pensais l'expliqué plus tard lorsque le héros de l'histoire sera amené à venir sur Héméra.

Pâco a écrit:Je dirais que pour l'instant, je trouve que ton récit manque de contextualisation, et que tu ne fais que "effleurer" de manière trop superficielle le sujet, ton monde. Soit tu rentres dedans, soit tu nous donnes de vrais indices concrets... mais il ne faut pas que tu restes dans des termes génériques, qui pourraient aussi très bien coller à Harry Potter - puisque ses parents sont aussi morts dans des circonstances tragiques. S'ils se sont fait tuer par Voldemort, il faut au moins que tu le dises, que tu mentionnes quelque chose inhérent à ton histoire. Même si tu ne veux pas encore dire pourquoi Harry a été épargné (grâce à l'amour de sa mère) : tu dois faire le constat, et prouver qu'on est bien dans ton monde.

Je vois, bel exemple. Je vais y réfléchir.

Pâco a écrit:Sinon, j'ai aussi relevé une petite chose amusante dans ton scénario :
Son mari était non loin d'elle, il entra dans la chambre puis sur le balcon et s'assit sur une chaise près de l’être qui lui était chère.

- A quoi réfléchis-tu si ardemment?

Elle fuyait le regard de son mari et le dirigea vers la mer qui scintillait de toute part avec l'éclat de la lune. Brandon se leva et se rapprocha d'elle,
En fait, si on suit le parcours de ton personnage, il vient d'arriver au balcon, de s'asseoir et de se relever automatiquement. On dirait presque la chaise vient de lui piquer les fesses, c'est assez marrant.
Je mettrais cette petite anomalie sur le souci de "remplir" la scène, de les faire bouger... mais parfois, on les fait bouger de manière un peu absurde.
C'est peut-être à revoir.

Encore une fois, je dois m'incliné devant ta sagesse, il est vrai que sa sonne faux... Je vais devoir modifié tout sa.

Désolé de la pauvreté de mes commentaires. A chaque instants tu as su trouvé les exemples et les arguments pour appuyer tes dires, donc que dire à part que ta critique est excellente !

Merci pour les autres commentaires, je vais y répondre prochainement, désolé du retard, j'avais pas mal de boulot et pas beaucoup de temps Smile
avatar
Kazuki
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 21
Age : 23
Localisation : Toulon
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 1
Date d'inscription : 05/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires Andrew Warren à la découverte d'Héméra

Message  Pacô le Dim 4 Mar 2012 - 19:31

Kazuki a écrit:J'en prend note, faut il dans ce cas que je modifie mon post ?
C'est à toi de juger.
Mais je conseille effectivement une édition de ton post pour attirer un maximum de lecteurs Wink.

Kazuki a écrit:
Encore une fois, tu as raison ^^ , je pourrais même trouver un meilleure début, éventuellement en coupant ce passage et en passant directement au moment de la fuite. On ma dit à plusieurs reprise que le prologue en disait trop sur l'histoire, qu'il fallait que je réduise les répliques des deux personnages, en essayant d'en dire le moins possible.
En fait, le prologue peut avoir plusieurs fonctions.
  • soit un historique documentaire du récit
  • soit celle d'une immersion antérieure ou postérieure dans le récit
  • soit une contextualisation d'un évènement marquant du récit - l'évènement déclencheur d'une histoire, ou le crime dans un polar

Pour ton type de récit... il est vrai que beaucoup d'auteurs se laissent aller à la première option. Cependant, mon esprit "commercial" me fait dire que c'est un mauvais calcul et qu'aujourd'hui ne fonctionne plus comme hier. Les longs prologues descriptifs à la Tolkien sont lassants parce qu'il manque de l'originalité. Tolkien avait le bénéfice la création d'un monde merveilleux ; on n'avait rarement vu ça depuis les mythes antiques. Maintenant, la création de ce monde ne bénéficie plus autant de ce caractère exclusif du récit, et j'ai peur que les lecteurs voient ça comme un déjà vu.

Aussi, je recommande la deuxième ou troisième option.
Soit tu racontes un fait bien antérieur ou postérieur au récit, qui aura éventuellement une incidence sur la trame de ton roman. Ce genre de prologue sert à mettre le contexte en bouche, à palper l'atmosphère d'un récit etc. : raconter quelque chose qui est "habituel" dans la fiction - notamment pour les fictions de l'imaginaire. Par exemple, une histoire qui comprend un régime dictatorial, pourquoi ne pas raconter en prologue une arrestation d'un personnage, ou montrer une scène d'interrogatoire etc. Ce moment n'aura pas nécessaire la fonction de déclencher le récit, mais plutôt de mettre en bouche l'atmosphère.

Ou alors, tu peux aussi raconter l'élément déclencheur du récit en prologue. Par exemple, si le roman se base sur un conflit entre deux peuples, raconter ce qui a provoqué ce conflit et pourquoi les deux nations en sont aujourd'hui à se combattre. Ou encore, détailler la scène de crime avant d'annoncer l'arrivée des enquêteurs.

Kazuki a écrit:Les deux personnages, n'étaient pas sur Héméra lors du massacre. Ils étaient sur Terre et sont revenus peu de temps après le massacre etc...
Oh !
Je dois t'avouer que je n'avais pas saisi que ton roman avait un lien avec notre monde, la planète Terre... Embarassed

Kazuki a écrit:
Ok, je comprend ton avis, donc en somme soit j'explique le pourquoi du comment, soit je ne dis rien. Frustré en prison
Je pense qu'étant donné que c'est un prologue, il vaudrait mieux en dire le moins possible. Ce qui veut dire que je ne devrais pas mentionner la tragédie. En ce qui concerne le Conseil, Héméra etc... je pensais l'expliqué plus tard lorsque le héros de l'histoire sera amené à venir sur Héméra.
Tu peux raconter les faits de manière empirique. Sans porter de jugement, faire mention d'éventuels corps d'état... mais en ce cas, juste en faire mention. Et ne pas les pointer du doigt comme en étant la cause.

Et je pense qu'effectivement, il vaut mieux nous présenter tout ça dès qu'ils auront à "jouer" dans ton récit.

Kazuki a écrit:Désolé de la pauvreté de mes commentaires. A chaque instants tu as su trouvé les exemples et les arguments pour appuyer tes dires, donc que dire à part que ta critique est excellente !
Excellente, peut-être pas... sinon je serais aussi un excellent auteur T_T.
En tout cas, bon courage pour les corrections. Wink

Et édite bien tes passages corrigés, histoire que les nouveaux bêta-lecteurs ne relèvent pas les mêmes erreurs et ne fassent pas les mêmes remarques que moi !

Bonne soirée !

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires Andrew Warren à la découverte d'Héméra

Message  Kazuki le Jeu 26 Avr 2012 - 10:27

Bonjour, merci Pâco encore une fois pour ton commentaire.

J'ai été très peux présent sur le forum, en 2 mois et je suis sincèrement désoler. J'avais le BAC Blanc ainsi que de nombreux contrôles. Enfin bon bref, maintenant j'ai plus de temps libre pour venir sur le forum et corriger mes multiples erreurs. Cela fait 2 mois également que je n'ai pas ouvert Word dans lequel est mon histoire, j'espère reprendre vite du poil de la bête et écrire à nouveau.

Encore merci pour vos commentaires Razz

Kazu
avatar
Kazuki
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 21
Age : 23
Localisation : Toulon
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 1
Date d'inscription : 05/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires Andrew Warren à la découverte d'Héméra

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum