Commentaires pour "Où ?"

Aller en bas

Commentaires pour "Où ?"

Message  Rhada le Ven 14 Déc 2012 - 16:32

Mesdames, messieurs,

C'est à vous de jouer.
Lâchez-vous.

Le texte : http://imperialdreamer.forumsline.com/t4306-ou#88749
avatar
Rhada
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 58
Age : 27
Localisation : A côté de Laplack
Emploi/loisirs : Etudiant/Ecrivain
Votre talent : Écriture
Points : 13
Date d'inscription : 19/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  MémoireDuTemps le Ven 14 Déc 2012 - 19:56

J'ai lu les premiers paragraphes.
Je ne sais la destination de ton texte, mais je trouve que ça ne va pas...
OK tu veux retransmettre le répétition "automatique" d'un lever quotidien et d'une vie banale.
Admettons que tu accentues le trait avec ces treize "automatiquement" mais AMHA (à mon humble avis) l'effet est loupé pour plusieurs raisons :
- le trop c'est trop... et là il y en a tant que tu as noyé le reste, c'est tout simplement pénible à lire... tu ferais des phrases construites sur le même modèle et cet adverbe tu le mettrais au même endroit (début, milieu ou fin) ce serait bien moins gênant.
- comme je dis souvent à ceux qui écrivent différemment que l'habituel : oui pourquoi pas (ça m'arrive souvent à moi aussi) mais cela suppose une certaine excellence de l'originalité (par exemple ne pas bafouer notre langue) et du reste et si possible un contexte sinon l'effet ne passe pas... et ton début est hélas à côté :
* parce qu'il y a nombre d'autres répétitions (soulignées d'orange) : "je pris", "sortis" "refis" et surtout "puis".. ce genre d'adverbe doit être réduit dans un texte et 3 fois dans le même paragraphe c'est trop
* il vaut mieux réduire le nombre des adverbes se terminant par "ment" or là il y en a plein d'autres en plus du "automatiquement" (soulignés de noir)

Pour l'instant je n'ai commenté que le début parce que ces défauts me gênent. Ce n'est bien sûr que mon avis et d'autres peuvent bien plus apprécier.
Spoiler:

Rhada a écrit:Je m’extirpai de mon lit et me dirigeai automatiquement vers la cuisine où je pris automatiquement mon petit-déjeuner. Puis j’entrai automatiquement dans la salle de bain où je pris automatiquement une douche. Je sortis automatiquement de la cabine, pris automatiquement la serviette et m’essuyai automatiquement. Je me regardai automatiquement dans le miroir. Je ne vis pas mon reflet. Non. Un automate me faisait face. Je ne vivais pas. J’avançais. Automatiquement. Après cette constatation, je m’habillai automatiquement puis je sortis automatiquement. Escaliers, rue, bouche, métro, changement, métro, bouche, rue, hall d’entrée, ascenseur, couloir, bureau. Je lançai un bonjour automatique à mes collègues et m’assis puis commençai à travailler automatiquement. Les dossiers s’entassaient sur la surface de mon bureau. Voir tous ces papiers attendant sagement d’être traités me donna envie de vomir.
- Ça ne va pas ?
- J’ai fait des constatations assez perturbantes ce matin.
- Comment ça ?
- Tu connais la Complainte
de la serveuse automate, une chanson de Starmania ?
- Ça ne me dit rien. Pourquoi ?
- Un moment, la chanteuse dit « Ma vie ne me ressemble pas ». Et c’est tout à
fait ça pour moi.
- C'est-à-dire ?
- Je ne suis pas un automate à l’origine. Mais les événements m’en ont fait
devenir un.
- Tu vas loin dans tes constatations toi. Tu es vraiment sûr que ça va ?
- Je ne t’ai jamais dit que ça allait ce matin.
- …Je crois que ça ne servira à rien de discuter avec toi pour l’instant.
- C’est ça. Laisse-moi à mes dossiers et, éventuellement, mes constatations.
Je continuai la journée de manière automatique.

Je me couchai et passai une nuit comme les autres. Le lendemain, je m’arrachai difficilement de mon lit.
Pourquoi je me levais pourquoi un imparfait ? ? Rien ne m’obligeait à quitter cet endroit chaud et douillet où je dormais (et le seul où je me sentais véritablement bien).
Rien. Rien à part ces satanés dossiers qui n’en valaient même pas la peine. Néanmoins, je me préparai en vue de les retrouver et de leur fournir l’attention qu’ils voulaient. Je refis le même chemin que tous les jours
et croisai les mêmes personnes. Je refis les mêmes tâches. Seuls les dossiers différaient. Ma vie était d’un ennui.

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1517
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  Rhada le Ven 14 Déc 2012 - 20:49

MémoireDuTemps a écrit:* il vaut mieux réduire le nombre des adverbes se terminant par "ment" or là il y en a plein d'autres en plus du "automatiquement" (soulignés de noir)

On ne doit pas avoir la même conception de "plein". Trois adverbes en -ment, ce n'est pas énorme. Mais je dois faire partie des rares personnes que ça ne dérange pas des masses d'avoir quelques représentant à des -ment à la suite.

MémoireDuTemps a écrit:Pourquoi je me levais pourquoi un imparfait ? ?

Interrogation du personnage sur ses habitudes ?


Enfin bon, la suite importe peu. Le début est raté. Il ne me reste plus qu'à tout refaire.
avatar
Rhada
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 58
Age : 27
Localisation : A côté de Laplack
Emploi/loisirs : Etudiant/Ecrivain
Votre talent : Écriture
Points : 13
Date d'inscription : 19/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  Pacô le Sam 15 Déc 2012 - 13:43

Nous sommes en week end, alors je m'accorde une petite pause dans mes révisions. Ouais j'aurais pu aller faire le marché de Noël, mais il pleut à plein temps.
Du coup, je me suis dit qu'un commentaire de plus ferait plaisir à quelqu'un du forum, et c'est tombé sur toi.
Je me lance :

Spoiler:
Laisse-moi à mes dossiers et, éventuellement, mes constatations.
=> "éventuellement" alourdit le passage déjà blindé d'adverbes. C'est pas génial à lire :/
=> peut-être "à mes constatations", ce serait plus fluide

Je continuai la journée de manière automatique.
=> un imparfait aurait été plus judicieux, puisque ça l'air d'être une action qui perdure

Je me couchai et passai une nuit comme les autres. Le lendemain, je m’arrachai difficilement de mon lit. Pourquoi je me levais ?
=> même chose pour "passai"
=> pourquoi un imparfait par contre à "lever" alors que là c'est plus action unique et instantannée ? (le fait de se lever)

A la recherche de ce qui pouvait combler ce vide
=> accent sur le A

A la fin, j’écoutais un album de mon chanteur favori.
=> accent sur le A

Moi, je me lève pourquoi ?
=> ce serait peut être plus "pour quoi" non ?

La joie du jeune homme me réchauffa le cœur.
=> un jeune homme, ça a minimum 15 ans... est-ce le cas dans cette histoire ? Sinon, plutôt parler de "garçon"
Arf', je ne sais pas trop quoi en penser. D'une certaine façon, ça a suscité mon intérêt, et d'ailleurs je crois peut être voir poindre où tu veux en venir (mais j'en parle après) mais d'une autre façon... c'est hyper "pénible" à lire la multiplication des "automatiquement", et je pense qu'il n'est pas judicieux de rajouter d'autres adverbes. En fait, ce qui me gêne dans l'exercice de style du "automatiquement", c'est qu'ils n'ont pas de position logique. Et donc, ils ne font plus penser à un "exercice de style" mais plus à une "maladresse de style".

Alors je ne peux pas critiquer en l'état leur emploi, surtout en n'ayant pas encore lu la nouvelle en entier - oui parce qu'il me faut la suite tongue.
Mais disons que les "automatiquement", bah il leur manque du charme pour bien s'intégrer au message du texte que tu veux faire passer à ton lecteur. C'est un peu... ouais, désolé du terme (^^), mais c'est un peu "surjoué".

Par ailleurs, et à mon regret, je retrouve cet effet "surjoué" dans la réplique au patron vers la fin :
Vous savez, vous devriez installer une caméra ici, vous verriez que nous parlons mais, en même temps, nous faisons le travail qui nous incombe.
Et notamment la fin de cette phrase. C'est pas très naturel comme façon de répondre à son patron dans la vie de tous les jours, tu admettras Razz.
Parce que sinon, j'ai plutôt aimé les dialogues. Disons que partir du point de vue de la chanson "The world is stone" de Starmania est un angle qui a émoustillé ma curiosité.

D'ailleurs, pour en venir un peu au contenu de ce récit, ton personnage souffre du "métro/dodo/boulot". Si j'avais un tout premier conseil à te donner... là tu en fais pas assez ^^". Pour susciter l'ennui - sans ennuyer le lecteur - il faut pas hésiter, selon moi, à utiliser l'imparfait, à s'accrocher à des détails insignifiants de l'environnement du personnage, de lui faire penser à des trucs sans importance... mais qui font sourire. D'une part, tu donnes du charme à ton texte, tu crées de l'intérêt et tu le démarques, d'autre part, tu transmets mieux le message "mon personnage a une vie plate".
Je te jure que ça aura plus d'impact que les "automatiquement" balancés les uns derrière les autres, parce que là tu auras tendance à ennuyer aussi le lecteur - disons que moi par exemple, tu aurais poursuivis sur une phrase ou deux les automatiquement, et je ne sais pas si j'aurais pas été tenté d'aller jeter un oeil sur une autre nouvelle.
C'est pour te dire à quel point il ne faut pas négliger l'importance du contenu, et ne pas s'attarder que sur la forme pour créer un effet. Je dirais que la forme accompagne l'effet, mais l'effet en lui-même - et en particulier pour l'ennui - doit être inspiré par du contenu qui nous fait dire "ah oui ce mec, sa vie est un peu minable". Wink

Et au contraire, l'emploi des passés simples, qui sont des verbes d'action, aura tendance à dynamiser le texte. Ce qui va en contre-sens des "automatiquement"... et ce qui est je pense la cause du malentendu, entre le lecteur qui n'accroche pas trop, mais l'intérêt de créer cet effet pour la suite de l'histoire.

Après, je ne sais pas ce que tu en penses toi-même. J'ai peut-être une vision assez négative de l'adverbe en -ement dans une prose littéraire (voire très très très négative ^^) et ça fausse sûrement un peu mon jugement.
Et en conclusion je dirais : c'est vraiment dommage que la forme abîme l'histoire de fond. Parce que l'analyse de cet ennui, de ce sentiment de ne plus être "soi" et de faire des choses sans intérêt... aurait beaucoup plus d'impact si tu lui apportais un peu plus de matière et une forme un tantinet plus travaillée Smile.

J'attends ta réaction tongue.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Commentaire Où

Message  JDR le Sam 15 Déc 2012 - 14:24

Bonjour,
J'ai lu attentivement ce texte dont je livre un avis sans prétention aucune :

En premier lieu le premier paragraphe sensé introduire la sensation du robot automate est une très bonne idée, mais les répétitions d'"automatique" et d'"automatiquement" sont lourdes et sans intérêt. À mon sens, pour préserver l'effet désiré, il faudrait reconstruire les phrases en jouant sur le rythme et l'accumulation des actes répétitifs sans utiliser la répétition d'un même mot. Par exemple ou aurait pu écrire :
" Le réveil sonna, je me levai, avançai sans réflexion dans la cuisine où suivit l'habituel petit-déjeuner au rythme d'une mastication mécanique pour s'achever par l'éternel bip de la cafetière et le café noir sans saveur qui glissa d'une traite dans le réservoir stomacal en mal de carburant. Puis ce fut l'entrée programmée dans la salle de bain ; la douche machinale avec son mouillage, savonnage, rinçage ; la sortie de la cabine et son essuyage avant la fin du programme. Enfin le cycle s'achevait devant la glace, un automate se présentait devant moi. Ce fut le constat." etc.
Ce n'est qu'un exemple bien sûr.

Deuxième point, dans le troisième dialogue le patron s'intègre dans la conversation sans être introduit :
"- Mouais. Je ne suis pas sûr.
- Je veux bien vous laisser un peu plus de souplesse mais ce n’est pas une raison pour en abuser. Par respect pour vos collègues."

C'est maladroit. Cela impose une mauvaise rupture dans la lecture et la compréhension du texte. Il faudrait entre ces deux phrases, une phrase d'introduction, par exemple : "Le patron intervint soudain pour nous rabrouer" ou autre chose. C'est une question de lisibilité de l'histoire.

Troisième point sur la forme orthographique :
- Dans le troisième dialogue à trois reprises, il n'y a pas de virgule avant "mais". On met habituellement une virgule à gauche de la conjonction"mais". L’absence de virgule est cependant permise si les éléments coordonnés par ce mot sont très brefs.
- Dans la phrase" Mais l’essentiel de la conversation fut tournée...", "tourné" s'écrira plutôt sans "e" car c'est un masculin participe passé employé avec « être » qui s’accorde avec son sujet : "l’essentiel" plutôt que "conversation". C'est "l'essentiel" qui est tourné vers des hypothèses. "La conversation" est le complément du nom de "l'essentiel".
- "cet après-midi là" s'écrit "cet après-midi-là". La particule adverbiale là prend un trait d’union puisqu’elle suit directement après-midi, qu’elle modifie.
- Dans le dernier paragraphe les phrases : " Nous entrâmes et c’est là que je La vis. Une robe blanche tigrée de marron et noir, les yeux bleus, des courbes gracieuses. Je La voulus. Elle me regarda. Je lus ce qu’Elle désirait : ...". Les majuscules pour "la" et "elle" ne sont pas requises ici. Je suppose que les majuscules ont été volontairement mises pour mettre en valeur le nom qu'ils désignent en la transformant en un nom commun, mais grammaticalement ce n'est pas correct.

Voili, voilou mes réflexions.
Je tiens toutefois à ajouter que je trouve le thème bien choisi et digne d’intérêt. Globalement, la structure de l'histoire invite à la lecture indépendamment des remarques faites. De plus les quelques remarques orthographiques n'enlèvent pas la maîtrise de l'écrit, bien au contraire.
Mais cet avis n'engage que moi.

À lire la suite de l'histoire.
avatar
JDR
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 8
Localisation : Partout, ailleurs, mais surtout en France
Emploi/loisirs : Sans intéret, mais il faut bien manger
Votre talent : Inutile
Points : 1
Date d'inscription : 21/11/2012

http://lescontesdelasemaine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  MémoireDuTemps le Sam 15 Déc 2012 - 19:11

Je vois quand même que les commentaires convergent vers un avis assez commun : le début est lourd, et c'est dommage...

L'ambiance, l'idée sont bonnes : montrer à quel point une vie peut être monotone, on pense aussi à "un jour sans fin" ou à la monotonie du début de l'observateur du roman de Ionesco (sisi il a écrit un roman) "le solitaire"...
Mais le début est à revoir.
Je crois que la répétition des mots, surtout ceux choisis, ne passe pas. Je ne pense pas que ce soit insurmontable à réécrire ce début et je pense que ça vaut le coup.

Au fait j'en profite pour saluer JDR... bienvenue ici cheers... j'approuve quelqu'un qui arrive dans le but de lire avec en plus une vision très pertinente, mais peut-être peux-tu passer par la case présentation qu'on te connaisse mieux Very Happy ici http://imperialdreamer.forumsline.com/f13-presentations-ou-desertions
et puis signer les chartes.
et une petite, toute petite remarque : je sais parfois quand on lit un texte on a une bom et on voudrait donner l'image à l'auteur et un peu réécrire à sa place....
le principe de la bêta-lecture consiste à remarquer ce qui ne colle pas dans un texte, aider l'auteur en le lui disant, en lui faisant remarquer que la forme ou même le fond du texte ne colle pas, même lui suggérer d'orienter son écrit vers quelque chose qui passerait mieux... mais pas à réécrire le texte
Cette tentation existe, mais le but d'une bêta-lecture n'est pas d'améliorer un texte précis mais de donner les moyens à un auteur d'améliorer son texte lui-même à la fois pour ce texte, mais aussi qu'ainsi il constate qu'en suivant les conseils de plusieurs lecteurs, il se rendra compte qu'il s'améliorera et souvent bien plus vite qu'il ne pouvait l'espérer.
Et parce que des regards extérieurs (non complaisants comme ceux d'amis ou de la famille, mais pas forcément critiques à tout prix... il est toujours conseillé de souligner aussi ce qui plaît) permettent à l'auteur de progresser... sans pour autant se normaliser mais de vraiment se créer un style personnel... sans les défauts que tout auteur connaît...
J'ai testé (et pourtant mon style est très perso), Pacô ou d'autres ont testé et tous nous nous améliorons par ces aides.
Je conseille de lire le sujet ici :
http://imperialdreamer.forumsline.com/t4214-discussion-sur-la-beta-lecture

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1517
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  Rhada le Dim 16 Déc 2012 - 11:21

Pacô a écrit:
Je me couchai et passai une nuit comme les autres. Le lendemain, je m’arrachai difficilement de mon lit. Pourquoi je me levais ?
=> même chose pour "passai"
=> pourquoi un imparfait par contre à "lever" alors que là c'est plus action unique et instantannée ? (le fait de se lever)
Comme je l'ai dit, dans mon précédent post, le personnage s'interroge sur ses propres habitudes.

A la recherche de ce qui pouvait combler ce vide
=> accent sur le A

A la fin, j’écoutais un album de mon chanteur favori.
=> accent sur le A
Je ne savais pas les faire à ce moment-là. Mais je n'ai pas pris le temps de corriger. Mais je sais très bien qu'il y a un accent ici.

Moi, je me lève pourquoi ?
=> ce serait peut être plus "pour quoi" non ?
C'est possible. Je ne savais plus trop au moment où j'ai écrit ce passage.

La joie du jeune homme me réchauffa le cœur.
=> un jeune homme, ça a minimum 15 ans... est-ce le cas dans cette histoire ? Sinon, plutôt parler de "garçon"
Qui te dit qu'il a moins de 15 ans ? Juste après l'intervention du patron, la collègue du narrateur-personnage dit qu'ils sont anciens dans le cabinet. Il faut comprendre que ce ne sont plus des jeunes gens. D'où la situation du personnage principal.

Parce que sinon, j'ai plutôt aimé les dialogues. Disons que partir du point de vue de la chanson "The world is stone" de Starmania est un angle qui a émoustillé ma curiosité.
Tu te trompes de chanson. Je ne parle pas de "The world is stone" ("Le Monde est stone" dans la version française) mais de "La Complainte de la serveuse automate" (la moins connue de ce personnage) qui parle justement du train-train automatique dont je me sert.

D'ailleurs, pour en venir un peu au contenu de ce récit, ton personnage souffre du "métro/dodo/boulot". Si j'avais un tout premier conseil à te donner... là tu en fais pas assez ^^". Pour susciter l'ennui - sans ennuyer le lecteur - il faut pas hésiter, selon moi, à utiliser l'imparfait, à s'accrocher à des détails insignifiants de l'environnement du personnage, de lui faire penser à des trucs sans importance... mais qui font sourire. D'une part, tu donnes du charme à ton texte, tu crées de l'intérêt et tu le démarques, d'autre part, tu transmets mieux le message "mon personnage a une vie plate".
C'est noté. Je vais modifier ça.

JDR a écrit:- Dans le dernier paragraphe les phrases : " Nous entrâmes et c’est là que je La vis. Une robe blanche tigrée de marron et noir, les yeux bleus, des courbes gracieuses. Je La voulus. Elle me regarda. Je lus ce qu’Elle désirait : ...". Les majuscules pour "la" et "elle" ne sont pas requises ici. Je suppose que les majuscules ont été volontairement mises pour mettre en valeur le nom qu'ils désignent en la transformant en un nom commun, mais grammaticalement ce n'est pas correct.
Elles n'ont justement pas été mise pour les transformer en nom commun mais en être hors du commun. Quand on parle de Dieu, on met toujours une lettre capitale. Ça donne "Lui", "Il",... Pour comprendre la relation entre le personnage et sa chatte, il aurait fallu avoir la fin (qui d'ailleurs est disponible).
avatar
Rhada
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 58
Age : 27
Localisation : A côté de Laplack
Emploi/loisirs : Etudiant/Ecrivain
Votre talent : Écriture
Points : 13
Date d'inscription : 19/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  Pacô le Mar 8 Jan 2013 - 12:58

Je ne reprends que des petits détails pour compléter mes informations ou corriger mon avis Wink.
Rhada a écrit:
Pacô a écrit:
Je me couchai et passai une nuit comme les autres. Le lendemain, je m’arrachai difficilement de mon lit. Pourquoi je me levais ?
=> même chose pour "passai"
=> pourquoi un imparfait par contre à "lever" alors que là c'est plus action unique et instantannée ? (le fait de se lever)
Comme je l'ai dit, dans mon précédent post, le personnage s'interroge sur ses propres habitudes.
Certes, mais il ne le fait justement qu'une seule fois. Le fait de s'interroger sur des habitudes ne justifie pas que ce soit une habitude. Et dans le sens de cette phrase j'aurais tendance à employer plutôt un passé simple qui conviendrait plus correctement à la situation énoncée.
A toi de voir Smile.

Rhada a écrit:
La joie du jeune homme me réchauffa le cœur.
=> un jeune homme, ça a minimum 15 ans... est-ce le cas dans cette histoire ? Sinon, plutôt parler de "garçon"
Qui te dit qu'il a moins de 15 ans ? Juste après l'intervention du patron, la collègue du narrateur-personnage dit qu'ils sont anciens dans le cabinet. Il faut comprendre que ce ne sont plus des jeunes gens. D'où la situation du personnage principal.
Je n'en sais justement rien, s'il a plus ou moins de 15 ans. Mais cette précision m'a intrigué et je me suis rendu compte que je ne savais pas quel âge avait le personnage - pour lequel je m'étais fixé une image juvénile.
Raison pour laquelle je t'ai communiqué mon interrogation et la précision quant à la définition du "jeune homme".

Rhada a écrit:
Parce que sinon, j'ai plutôt aimé les dialogues. Disons que partir du point de vue de la chanson "The world is stone" de Starmania est un angle qui a émoustillé ma curiosité.
Tu te trompes de chanson. Je ne parle pas de "The world is stone" ("Le Monde est stone" dans la version française) mais de "La Complainte de la serveuse automate" (la moins connue de ce personnage) qui parle justement du train-train automatique dont je me sert.
Oui oui, pardon, je parlais en pensant à la serveuse automate, parce que même si elle est moins connue que les autres, toute une génération de collégiens l'a apprise en 5ème ou 4ème je crois =P.


Dans l'ensemble, je voudrais juste clarifier un petit point : peut-être me fourvoie-je mais j'ai senti comme une empreinte d'agacement dans ta réponse.
Toutes les remarques que je te fais ou que les autres te font ne sont que des suggestions, des avis extérieurs, des critiques spontanées etc. qui sont presque volontairement un peu dérangeantes et qui bousculent le petit cocon de l'auteur. Parce qu'on voit toujours mieux les erreurs sur les copies des autres que sur la sienne tongue

Il faut donc prendre ces remarques à leur juste valeur et bien jouer le jeu du "pourquoi je fais lire mes textes au fait ?" Wink
Voilà, juste histoire qu'il n'y ait pas de malentendus par la suite Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  Rhada le Mar 8 Jan 2013 - 21:45

Pacô a écrit:Certes, mais il ne le fait justement qu'une seule fois. Le fait de s'interroger sur des habitudes ne justifie pas que ce soit une habitude. Et dans le sens de cette phrase j'aurais tendance à employer plutôt un passé simple qui conviendrait plus correctement à la situation énoncée.
A toi de voir Smile.
En y réfléchissant bien, tu as raison, ce n'est pas très clair. Une précision de temps du genre "tous les matins" ou "chaque jour" ou autre serait peut être utile pour arranger tout ça, non ?


Dans l'ensemble, je voudrais juste clarifier un petit point : peut-être me fourvoie-je mais j'ai senti comme une empreinte d'agacement dans ta réponse. [...]
Voilà, juste histoire qu'il n'y ait pas de malentendus par la suite Smile.
Il n'y a pas de malentendu de mon côté. J'ai très bien compris les intentions. C'est juste que depuis quelques temps, je suis assez irritable. Il est fort possible que ça se ressente dans mes mots alors que ça n'a rien à voir avec vous. Je suis vraiment désolé pour ceux qui ont pensé que c'était dirigé contre eux. Vraiment désolé. I love you flower
avatar
Rhada
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 58
Age : 27
Localisation : A côté de Laplack
Emploi/loisirs : Etudiant/Ecrivain
Votre talent : Écriture
Points : 13
Date d'inscription : 19/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  JDR le Jeu 10 Jan 2013 - 19:02

Rhada a écrit:
JDR a écrit:- Dans le dernier paragraphe les phrases : " Nous entrâmes et c’est là que je La vis. Une robe blanche tigrée de marron et noir, les yeux bleus, des courbes gracieuses. Je La voulus. Elle me regarda. Je lus ce qu’Elle désirait : ...". Les majuscules pour "la" et "elle" ne sont pas requises ici. Je suppose que les majuscules ont été volontairement mises pour mettre en valeur le nom qu'ils désignent en la transformant en un nom commun, mais grammaticalement ce n'est pas correct.

Elles n'ont justement pas été mise pour les transformer en nom commun mais en être hors du commun. Quand on parle de Dieu, on met toujours une lettre capitale. Ça donne "Lui", "Il",... Pour comprendre la relation entre le personnage et sa chatte, il aurait fallu avoir la fin (qui d'ailleurs est disponible).

Je comprends l'objet de la majuscule, mais je ne trouve pas cela pertinent. Suspect
L'expression "en être hors du commun" par ce procédé fait plus penser à un "raccourci" stylistique qu'à une expression littéraire ne serait-ce que parce qu'il faut lire la fin pour comprendre la valeur que l'on veut donner au personnage de la chatte. Neutral
Par ailleurs, la majuscule mise pour "Dieu" est utilisée parce qu'il s'agit avant tout d'un nom commun. L'aspect "hors du commun" du personnage de "Dieu" est dans la définition du mot, dans sa représentation, mais pas dans sa graphie. Wink
Donc dans ce passage, si l'on veut donner à la chatte cette représentation d'être"hors du commun" dans sa relation avec le personnage du récit, il serait plus pertinent de qualifier cette déesse féline avec un mot (nom, adjectif ou autre... ) qui lui confère, par son sens, cette qualité de Vénus pour le personnage. sunny

Je maintiens que l'emploi de la majuscule dans ce passage est impropre. chizz
avatar
JDR
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 8
Localisation : Partout, ailleurs, mais surtout en France
Emploi/loisirs : Sans intéret, mais il faut bien manger
Votre talent : Inutile
Points : 1
Date d'inscription : 21/11/2012

http://lescontesdelasemaine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  azul le Jeu 10 Jan 2013 - 19:32

JDR a écrit:
Rhada a écrit:
JDR a écrit:- Dans le dernier paragraphe les phrases : " Nous entrâmes et c’est là que je La vis. Une robe blanche tigrée de marron et noir, les yeux bleus, des courbes gracieuses. Je La voulus. Elle me regarda. Je lus ce qu’Elle désirait : ...". Les majuscules pour "la" et "elle" ne sont pas requises ici. Je suppose que les majuscules ont été volontairement mises pour mettre en valeur le nom qu'ils désignent en la transformant en un nom commun, mais grammaticalement ce n'est pas correct.

Elles n'ont justement pas été mise pour les transformer en nom commun mais en être hors du commun. Quand on parle de Dieu, on met toujours une lettre capitale. Ça donne "Lui", "Il",... Pour comprendre la relation entre le personnage et sa chatte, il aurait fallu avoir la fin (qui d'ailleurs est disponible).

Je comprends l'objet de la majuscule, mais je ne trouve pas cela pertinent. Suspect
L'expression "en être hors du commun" par ce procédé fait plus penser à un "raccourci" stylistique qu'à une expression littéraire ne serait-ce que parce qu'il faut lire la fin pour comprendre la valeur que l'on veut donner au personnage de la chatte. Neutral
Par ailleurs, la majuscule mise pour "Dieu" est utilisée parce qu'il s'agit avant tout d'un nom commun. L'aspect "hors du commun" du personnage de "Dieu" est dans la définition du mot, dans sa représentation, mais pas dans sa graphie. Wink
Donc dans ce passage, si l'on veut donner à la chatte cette représentation d'être"hors du commun" dans sa relation avec le personnage du récit, il serait plus pertinent de qualifier cette déesse féline avec un mot (nom, adjectif ou autre... ) qui lui confère, par son sens, cette qualité de Vénus pour le personnage. sunny

Je maintiens que l'emploi de la majuscule dans ce passage est impropre.
Je ne suis pas d'accord avec ton point de vue, JDR.

D'abord, sur ce point de majuscules, il ne s'agit pas de grammaire, mais de typographie. Je ne vois pas où est la faute de grammaire en écrivant LA en majuscules. L'auteur, pour mettre en avant ce personnage, utilise le mode qu'il veut. Il aurait pu écrire :

– C'est là que je la vis.
– C'est là que "la" vis.
– C'est là que je vis Mistigri.

Qu'ensuite il existe d'autres façons de mettre cette chatte en avant, c'est une autre histoire, mais la majuscule ici n'est pas plus impropre que ne l'aurait été l'italique si l'auteur en avait fait le choix.

C'est mon avis, bien sûr.
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 60
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  Pacô le Ven 11 Jan 2013 - 0:24

Selon le Code de typographie de l'Imprimerie nationale (que j'ai bouffé tout au long de mes partiels) il n'est pas pertinent voire incorrect de mettre une majuscule à "Lui" pour rappeler "Dieu".
C'est une règle qui s'est faite à la suite de connotation religieuse, comme ceux qui se sentent obligés de mettre un "p" majuscule à "président de la République" ou au "pape".

Juste pour ajouter mon grain de sel et dire que, académiquement il n'y a pas de majuscule, mais subjectivement, l'auteur peut se le permettre s'il n'est pas à cheval sur les codes tongue


Dernière édition par Pacô le Ven 11 Jan 2013 - 11:13, édité 1 fois

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  azul le Ven 11 Jan 2013 - 9:46

En réalité, j'avais les yeux un peu brouillé hier soir et je n'ai pas vu La mais LA.

Ensuite, le Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale est certes une référence en matière de typographie (et d'orthotypographie ici) mais il ne faut pas oublier qu'ils ont leur propre marche, comme certains éditeurs ont la leur et certains journaux (le Monde, par exemple qui écrit "premier ministre").

Maintenant, nous sommes ici dans un roman ou dans une nouvelle, dans un écrit de fiction et non dans un texte formel. Et s'il est bon d'écrire Premier ministre dans un roman, l'auteur a tout à fait le droit d'écrire La ou LA ou la en parlant de sa chatte. Il lui faudra juste signaler qu'il tient à cette graphie (ponctuelle ici d'après ce que j'ai pu voir).


Mais bon, tout ça c'est du "pinaillage" Very Happy
avatar
azul
Talent Suprême
Talent Suprême

Féminin Nombre de messages : 1557
Age : 60
Localisation : Lot et Garonne
Votre talent : Écriture
Points : 1556
Date d'inscription : 19/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

petit com.

Message  nayladream le Mer 6 Mar 2013 - 10:30

Bonjour Rhada!
Je n'ai pas vu les commentaires précèdent, comme ça je me fierai à mon seul jugement sans être influencer par les remarques.
Avant de te livrer mes impressions, j'aimerai connaître les raisons qui t'ont pousser à écrire cette jolie histoire?
Non, tout compte fait, je vais comme même de te donner mes impressions. Ce qui j'ai appréciée, et ce que j'ai moins retenue. Je vais plutôt traiter le fond.
J'aime
beaucoup la façon dont tu as dressée le portrait du personnage
principal. Une femme seule, qui souffre de sa solitude et que rien ne
peut combler, sauf l'arrivée d'un animal par la suite, puis le cher
monsieur fantôme. Tu décris les longues journées de travail ennuyeuses,
cela donne au personnage une certaine nostalgie, je le vois comme un
mélomane.
J'aime beaucoup cette phrase:
L’homme n’est pas fait pour le bonheur. Les sages ne sont pas heureux.
Il leur manque toujours quelque chose qui les empêche d’y accéder.
Je
rajouterais même, que l'homme est un éternel insatisfait. L'idée me
plaît plus que de raison. Ce serait sympa de creuser la dessus dans ton
récit, et beaucoup moins décrire ses faits et gestes. Comme le début. La
scène de la douche peut rapidement être expédiée. (Je sors, je me
sèche...) Et tu remarqueras que tu répète à plusieurs reprises le mot "
Automatiquement". J'ai beugué la dessus. Peut être plus insister sur
l'ennui de sa chienne de vie! Non, je m'écarte un peu
Very HappyLe personnage en lui même est intéressant. L'histoire est intéressante et peut même faire l'objet d'une belle nouvelle.

Maintenant,
ce qui a gêné ma lecture et c'est un peu handicapant pour celui qui va
te lire, et je vais relever juste quelques points:
— Les dialogues. On ne sait pas qui fait quoi. Moi ça m'a perturbé et gêné ma lecture.
— Les descriptions. "Il prend sa douche, prend la serviette pour se sécher etc..." Qui se souci de savoir combien de sucre il prend dans son café à part le personnage lui-même? Je ne sais pas si tu me comprends?
Very Happy
Ce qui ressort dans ton texte, c'est la solitude du personnage et ses longues journées d' ennuie, il cherche un sens à sa vie, ou un bonheur, ou peut être qu'il n'a même pas conscience de ce qu'il recherche. A voir, je ne sais pas, je le ressens comme ça.
— Le chat! ah le chat, comme c'est mignon! j'aurai apprécier que tu le mettes en avant ce petit bout de poil. Il a une valeur pour le personnage (affectif), il comble un manque en lui. Ce serait intéressant de lui accorder une place dans ton récit.
— La fin. Il m'a manqué quelque chose. Une petite explication sur ce qui s'est passé. J'ai décroché et ça m'a laissé perplexe. Tu parles d'un homme, mais je l'ai ressenti comme s'il était invisible. Un homme de passage, ou un coup à la va vite??? Je n'ai pas très bien compris de quoi il s'agit. Est-ce l'amour? Le coup de foudre? Je pencherai pour la dernière mais n'en suis pas certaine. "Love at first site"
Si c'est ce qu'elle a ressenti pour cet homme au réveil, ce serait intéressant de lui accorder un paragraphe, tout en gardant la chute. Où là tu peux creuser la description de ses traits, nous dresser son portait, pour finir avec cette note en reprenant ton idée de départ "C'est lui qui manquait à ma vie"

ça reste mon point de vue Rhada, il se peut que tu ne puisses pas le partager, aussi rien ne t'empêche de discuter de ses points. Maintenant, ton idée est pas mal, bien que ton texte a besoin d'être mieux cadré. J'ai vu...(attends je reviens, je vais survoler les com.) que tu as été corrigé. Pourquoi ne pas le remettre en place avec les conseils qu'on t'a donné. Où peut être tu l'a déjà fait et que j'ai zappé le sujet. Quoiqu'il en soit, ton idée est bonne. Very Happy
Bonne journée en espérant t'avoir présenté quelques pistes où creuser...
avatar
nayladream
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Féminin Nombre de messages : 263
Age : 37
Localisation : Ile de France
Votre talent : Écriture
Points : 87
Date d'inscription : 27/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  Rhada le Jeu 7 Mar 2013 - 16:49

nayladream a écrit:— La fin. Il m'a manqué quelque chose. Une petite explication sur ce qui s'est passé. J'ai décroché et ça m'a laissé perplexe. Tu parles d'un homme, mais je l'ai ressenti comme s'il était invisible. Un homme de passage, ou un coup à la va vite??? Je n'ai pas très bien compris de quoi il s'agit. Est-ce l'amour? Le coup de foudre? Je pencherai pour la dernière mais n'en suis pas certaine. "Love at first site"
Si c'est ce qu'elle a ressenti pour cet homme au réveil, ce serait intéressant de lui accorder un paragraphe, tout en gardant la chute. Où là tu peux creuser la description de ses traits, nous dresser son portait, pour finir avec cette note en reprenant ton idée de départ "C'est lui qui manquait à ma vie"

Si le chat n'a pas plus d'importance dans le récit, c'est parce qu'il n'a pas autant d'importance dans le vie du personnage qu'on pourrait le penser. Il n'est qu'un moteur pour le personnage pour garder en vue et aller vers son véritable désir : la compagnie d'un homme.
En parlant de cet homme, si tu n'as pas compris la fin, c'est que je me suis planté dans l'introduction de cet homme justement. (Il est vrai qu'en y repensant, c'est un peu confus ce passage.) A vrai dire, c'est une ancienne connaissance (un ex) du personnage principal qui le recroise par hasard et qui se souvient que leur histoire n'a pas abouti à l'époque. Et c'est de là que vient son malaise de début d'histoire.


Depuis les conseils des autres, j'ai un peu retravaillé le début (avec les "automatique(ment)") mais je n'ai pas vraiment retouché mon récit. Plus par manque de temps (et par fatigue physique) qu'autre chose. Mais je vais essayer de m'y remettre avec tous vos conseils en tête.


S'il y en a d'autres, je suis preneur. Je prends toute critique constructive.
avatar
Rhada
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 58
Age : 27
Localisation : A côté de Laplack
Emploi/loisirs : Etudiant/Ecrivain
Votre talent : Écriture
Points : 13
Date d'inscription : 19/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re/

Message  nayladream le Jeu 7 Mar 2013 - 19:39

Bonsoir Rhada
Le chat prend pourtant de la place dans la nouvelle. Il apparaît assez souvent, et entre l'homme de sa vie et le chat, il y a une inégalité sur la répartition du texte qui penche pour le chat. Je ne sais pas si tu vois où je veux en venir? Wink
C'est bien que tu penses à remettre de l'ordre dans tous ça. Moi aussi on m'a lu et corrigé. Du coup, à chaque fois, je corrige ce qui ne va pas. Écrire est un vrai métier de punaise; tu crois les avoir tous exterminer mais ils sont toujours là, il faut fouiller tous les recoins et passer partout pour en venir à bout. (hors sujet) Laughing
Bon courage et Bonne soirée.
avatar
nayladream
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Féminin Nombre de messages : 263
Age : 37
Localisation : Ile de France
Votre talent : Écriture
Points : 87
Date d'inscription : 27/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  MémoireDuTemps le Mer 12 Juin 2013 - 6:58

Spoiler:
Rhada a écrit:Le réveil sonna mais je n’avais pas spécialement envie de sortir de mon lit. Bella vint me lécher le visage pour me forcer à me lever. Elle me fit comprendre qu’il fallait que je la suive. Je compris qu’elle m’avait tiré du lit pour que je lui donne sa pâtée. La friponne. Au moment de partir je m’aperçus que je n’avais ni collier ni laisse pour elle. Je la pris donc dans mes bras, entrai dans la première boutique d’accessoires pour animaux que je vis et achetai les deux articles dont j’avais besoin dans l’immédiat puis filai au bureau. Les collègues furent béats d’admiration pour Bella. Un bon point. Je pus la laisser le temps de filer au déjeuner avec des clients. Un peu de pratique me changea des dossiers. Utiliser ce à quoi ils m’avaient servi me fut bénéfique. Servir d’intermédiaire entre des Américains et des Français dans une discussion sur des contrats entre laboratoires me changeait de mon morne quotidien. Ils tombèrent d’accord sur le contenu du contrat que le cabinet fut chargé de traduire pour les compatriotes de l’oncle Sam.
Je les quittai satisfait de moi. Le travail que j’avais accompli ce jour-là me rendait joyeux. Je rentrai au bureau en sautillant et sifflotant. Bon allez, remet-toi à ton travail si tu ne veux pas être
viré.



Nous reprîmes le cours de nos tâches. Quelques minutes plus
tard, elle me demanda pourquoi j’étais si joyeux.
- J’ai entendu dire que le ronronnement des chats apaisait, rendait plus
heureux et permettait de mieux guérir.
- Vraiment ?
- Oui. C’est peut être dû à Bella. Ou alors c’est la satisfaction du travail
accompli ce midi. Quand les clients s’entendent sur un contrat grâce à toi, ça
fait toujours plaisir.
- En tout cas, tu as meilleur mine qu’hier. C’est bien.
- Je ne sais toujours pas où trouver mon bonheur. Ni même un sens à ma vie.
- Tu cherches encore le bonheur ?
- Pas toi ?
- Le véritable bonheur, à savoir celui qui durera jusqu’au bout et que rien ni
personne ne troublera, je ne le cherche pas. Il implique de ne plus connaître
des émotions auxquelles je ne veux pas renoncer. Donc je ne le cherche pas
vraiment. Je recherche le bonheur fugace. Celui fait de petits instants de
gaité.
- Tu crois encore au Bonheur ? pourquoi une
majuscule ? je comprends bien sûr "le Bonheur avec un grand B… en
réalité, ce qui me gêne dans ce dialogue est l’absence d’incise et donc on s’y perd,
voilà, tu en mettrais quelqu’unes, ça passerait mieux, par exemple "
- Tu crois encore au Bonheur ? interrogea-t-elle en appuyant
son B." par exemple, bien sûr. J’en
profite aussi pour remarquer que la typographie actuelle des dialogues est de
séparer chaque intervention par un retour à la ligne et ensuite un cadratin
suivi d’un espace insécable, le tiret ne convient pas

- Pourquoi je n’y croirais pas ?
- L’homme n’est pas fait pour le bonheur. Les sages ne sont pas heureux. Il
leur manque toujours quelque chose qui les empêche d’y accéder.
- Mouais. En attendant, je cherche moins le bonheur qu’un sens à ma vie.

Le samedi, Bella me réveilla pour la même raison que la veille : sa pâtée.
C’est ce que je crus. Elle cherchait simplement à me faire des câlins. Je lui
grattais la tête pendant qu’elle ronronnait. Je profitai de ne pas avoir à aller au
travail
un peu lourd pour rester tranquillement au lit. D’autant
plus que mon meilleur ami avait prévu de m’emmener en boîte ce soir-là. Je ne
savais pas comment occuper ma journée. Je réfléchis pendant un moment. Pour
m’aider, j’allumai la télévision. Rien d’intéressant. Je pris un livre. Il
suscita un léger intérêt en moi. Bella ronronnait répétition sur mes genoux. La matinée passa lentement. Je
déjeunai un peu plus tôt que d’habitude. Par ennui. Puis je décidai d’aller
faire les courses. Bella allait avoir besoin de nourriture et de tout un tas de
choses. Comme moi. Je l’emmenai avec moi.
Elle avançait comme une princesse, la queue fièrement dressée. Cependant, je
pus constater qu’un animal était un bon atout de séduction. Je fus plusieurs
fois accosté par des jeunes femmes qui étaient, comme mes collègues, béates
d’admiration pour cette magnifique boule de poils. Un homme qui devait avoir
dans les quarante ans vint me voir parce qu’il me trouvait mignon et que mon «
chat sublime ma beauté ». J’en fus interloqué mais enchanté. Ce qui me
paraissait étrange c’est qu’il venait me voir sans complexe à l’heure où les
gays ne sont pas encore si bien vus. je ne comprends pas trop la fin de ta phrase ? Enfin ce
que tu veux dire : ça se passe quand ? Il y a une heure où les gays
sont bien vus… et pourquoi une telle remarque suggère que le complimenteur est
gay ?

Je continuai ma promenade et rencontrai par hasard mon meilleur ami qui était
avec sa sœur. Une fois les présentations faites, nous marchâmes ensemble. Je
lui fis
part de mes constatations de la semaine. Il me fit répétition la même réponse que
ma collègue : je devrais peut être aller voir un psy. tu devrais varier
un peu tes verbes, par exemple il vaut mieux éviter le verbe fourre-tout faire,
enfin le plus possible,, ensuite "était avec ma sœur " : ils se
baladent ensemble ou ils vivent ensemble… il faut se méfier des verbes dits
"faibles" car avec leurs sens multiples, souvent d’autres verbes
décrivent bien mieux et puis ça enrichit un peu le vocabulaire utilisé

- Moui. Mais bon, je vais attendre un peu avant de consulter. Ce n’est peut
être qu’un petit coup de déprime. Sans conséquence.
- Ne tarde pas trop non plus. Parce que plus on attend plus c’est dur à
soigner.
- En admettant qu’il y ait quelque chose à soigner.
Il concéda à cette idée. La discussion changea de sujet. Nous passâmes chez moi
pour déposer Bella et mes courses pour elle. Je ne savais pas trop dans quel
état je retrouverais l’appartement en rentrant le soir mais je la laissai seule
quand même. Les discothèques n’admettaient pas les animaux.
Nous passâmes une excellente soirée. Je revis une ancienne connaissance avec
qui j’aurais pu suivre une relation si son travail ne l’avait pas obligé
à quitter le pays pour trois ans. Lui et moi discutâmes énormément. Mon
meilleur ami et sa sœur rentrèrent vers quatre heures. Je restai encore un
moment puis partis
avec ce charmant jeune homme. Nous allâmes chez moi.

Comme les autres jours, Bella me réveilla. Elle me fit la fête. Quand je le vis
se réveiller et me regarder puis me sourire, je compris ce qu’il me manquait.
Ma vie avait enfin un sens.


Bon, la fin explique le sujet des gays… j’ai quand même l’impression que tu as un peu surajouté la phrase sur l’heure des gays, car tu ne savais pas trop amener vers la conclusion.
C’est bien plus lisible que le début, le sujet est intéressant, je pense qu’il manque surtout de travail, essaie de varier ton vocabulaire, brise un peu la monotonie, peut-être au début, plutôt que ces "automatiquement" varie, utilise des "comme hier" ou des pauses où ton personnage se pose la question "mais pourquoi je fais ça chaque jour ?" ou "je lace mes chaussures toujours ainsi, habitude quotidienne mais nouvelle depuis 3 semaines"… Ce n’est pas parce que cette vie est monotone que ton lecteur doit ressentir que ton texte l’est dans sa rédaction.

Le plus : peu de fautes, de lourdeurs, dialogues réalistes, on se met bien dans le personnage central
Le moins : trop d’adverbes surtout au début du premier extrait, la fluidité pourrait être améliorée, certains passages contenant trop de verbes faibles ou fourre-tout, attention aux temps.

Une ultime question : es-tu sûr qu’une chatte puisse se promener en laisse comme ça sans un long apprentissage ? Moi, j’ai essayé 3 fois : le premier marchait à reculons, le second rampait au sol, quant au dernier il a massacré la laisse…

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1517
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  Rhada le Mer 12 Juin 2013 - 21:15

MémoireDuTemps a écrit:ce qui me gêne dans ce dialogue est l’absence d’incise et donc on s’y perd,
J’avoue que ça n’est pas forcément clair. Quand je me relis, j’ai moi-même du mal à me souvenir qui dit quoi.
Ce qui me paraissait étrange c’est qu’il venait me voir sans complexe à l’heure où les gays ne sont pas encore si bien vus. je ne comprends pas trop la fin de ta phrase ? Enfin ce que tu veux dire : ça se passe quand ? Il y a une heure où les gays sont bien vus… et pourquoi une telle remarque suggère que le complimenteur est gay ? 
J’ai dit « à l’heure » en voulant dire « à une époque ». Il ne faut pas se leurrer, les gays ne sont pas encore totalement bien vus. Le contexte sociétal en est une preuve flagrante (le pire c’est que j’ai écrit ce récit il y a deux ans…). Ce que je voulais dire par cette phrase c’était que le narrateur était étonné qu’un homme l’aborde dans la rue et qu’il le complimente sans que cet homme sache si le narrateur était ouvert sur le sujet ou pas. Je ne sais pas si je suis clair ou pas.
Bon, la fin explique le sujet des gays… j’ai quand même l’impression que tu as un peu surajouté la phrase sur l’heure des gays, car tu ne savais pas trop amener vers la conclusion
Et pourtant je sais très bien où je veux en venir. Mais comme je n’ai pas beaucoup posté ici, il te manque des informations sur ce que je fais. Ce qui est tout à fait normal.

C’est bien plus lisible que le début, le sujet est intéressant, je pense qu’il manque surtout de travail, essaie de varier ton vocabulaire, brise un peu la monotonie, peut-être au début, plutôt que ces "automatiquement" varie, utilise des "comme hier" ou des pauses où ton personnage se pose la question "mais pourquoi je fais ça chaque jour ?" ou "je lace mes chaussures toujours ainsi, habitude quotidienne mais nouvelle depuis 3 semaines"… Ce n’est pas parce que cette vie est monotone que ton lecteur doit ressentir que ton texte l’est dans sa rédaction.

Pour ce qui est du début, j'ai pris en compte les posts précédents et je l'ai réécrit en enlevant les "automatiquement". Je vais poster la nouvelle version du début dans quelques temps. Après avoir modifié le reste en ayant pris en compte tes remarques sur la deuxième partie Smile
Le moins : trop d’adverbes surtout au début du premier extrait, la fluidité pourrait être améliorée, certains passages contenant trop de verbes faibles ou fourre-tout, attention aux temps.
Je ne vois pas où est le souci avec les temps. (Pas encore assez de recul par rapport à mon texte pour le voir XD) Ils sont où les incriminés ?
Une ultime question : es-tu sûr qu’une chatte puisse se promener en laisse comme ça sans un long apprentissage ? Moi, j’ai essayé 3 fois : le premier marchait à reculons, le second rampait au sol, quant au dernier il a massacré la laisse…
C'est une fiction. Un monde qui ressemble au nôtre mais qui diffère quelque peu XD Pour être sérieux, je n'ai pas eu vraiment un souci de réalité pour la laisse. J'ai cherché la facilité. Et puis c'est secondaire. Le principal c'est le rôle de la chatte pour le narrateur. Le fait qu'elle s’accommode de la laisse n'est qu'un détail. Mais c'est bien de l'avoir souligné. Je verrai si je modifie le passage ou pas.


Edit : il y a un gros bin's sur la mise en page là...

Edit 2 : C'est quoi un cadratin ?
avatar
Rhada
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 58
Age : 27
Localisation : A côté de Laplack
Emploi/loisirs : Etudiant/Ecrivain
Votre talent : Écriture
Points : 13
Date d'inscription : 19/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires pour "Où ?"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum