Les Maîtres de Pierre

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Maîtres de Pierre

Message  Kwelly le Sam 8 Juin 2013 - 17:25

Et bien si le cœur vous en dit, n'hésitez pas et merci par avance ;
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  MémoireDuTemps le Lun 10 Juin 2013 - 9:05

Spoiler:
Kwelly a écrit:
† Abreuvée du
sang des dieux, de simple pierre, elle devint Joyau.

Sa surface grise et froide se couvrit de cristaux et en son
sein battit le Cœur du Monde.

Des royaumes des dieux, faut-il une virgule ? à la terre
entière, tout ce qui fut vie connut son nom.

Nul ne peut la
contempler sans en éprouver le merveilleux.

Hommes, Pliez majuscule ? genoux devant celui qu’elle
choisira pour Maître.

L’éternité sous ses
pas, il règnera. †

Livre de l’Ordrium

Extrait 6 du verset 15
Chapitre 1 Le Cœur de Pierre

Un filet de bave s’écoulait de leurs bouches faut-il un pluriel puisqu’on a qu’une bouche, surtout que tu as indiqué un filet de bave ? de soiffards, gouttait mollement sur les paillasses empuanties de vinasse et d’oubli des plus jeunes oui, mais oubli peut avoir plein de sens (abus d’alcool, incontinence ou plus
psychologique ?
. Son regard de qui ? sombre pesait sur les corps endormis, trouvant dans leurs traits relâchés une raison de plus à partir de plutôt ?. Des gosses qui n’avaient rien d’innocents, qui maniaient lames et jurons avec dextérité, mais qui, dans l’abandon, regagnaient une fragilité désarmante.

Ils se ressemblaient.
Ils se ressemblaient tous. pourquoi un passage à la ligne qui donne à penser que la répétition est involontaire ? je mettrais plutôt "Ils se ressemblaient… [ils se ressemblaient ] tous." Et tu peux même enlever la répétition puisqu’ainsi tu renforces l’affirmation.

Les orphelins marchaient creux, sans amarres, avides de combler l’incomblable ce mot n’est pas dans la référence des dicos ( http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv4/showps.exe?p=combi.htm;java=no ), combler lui a des synonymes. Drayne connaissait cette douleur et cela lui suffisait à tout leur pardonner.

— Alors, tu vas y aller…

Drayne porta son attention sur son ami qui aiguisait sa lame comme on caresse une femme. ♥♥♥ De larges épaules, un cou massif, le crâne rasé, Valmont une référence aux "liaisons dangereuses" ? dégageait une force brutale.

— Je suis revenu pour ça, lui dit-il, alors qu’il vérifiait de son pouce le tranchant de son couteau.

Valmont déplia sa longue carcasse, rangea son arme dans son fourreau, un sourire énigmatique sur les lèvres. ♥♥♥

— « Quand on a rien à perdre, tout est à gagner » est ton crédo, non ?
Son compagnon hocha de la tête lentement :
— C’est la mort que tu vas gagner une répétition dans un dialogue ainsi n’est pas du tout gênante, mais tu peux gagner en force avec un synonyme axé par exemple sur le jeu ou l’effort , Drayne. Je te la souhaite douce mon ami. Douce et rapide. Si tu tombes entre leurs mains, tu risques de découvrir l’enfer sur terre. Bon sang, laisse le passé au passé ♥♥♥, ne risque pas tout pour cette folie !

Drayne eut un rire rauque, insolent.

— Tout ? Qu’est-ce que tu entends par là ? Quelques roublons je suppose une monnaie ? tirés du fond d’une poche ? Un morceau de viande pris sur un étal ? Tu as fait de ta bande d’orphelins des écumeurs de
rue, des voleurs qui ne sauront jamais gagner leur pain autrement qu’en l’arrachant à la volée ♥♥♥. Des
condamnés en puissance.
— Je vous ai donné une maison où vous retrouver, une famille. Les Petits Seigneurs c’est ça Drayne, une famille ! Aurais-je dû vous laisser crever la faim ? Et puis que fais-tu d’Artémus ? Il t’a élevé, appris à lire, à écrire, il t’a donné une éducation ! Ne sois pas méprisant, tu as eu une meilleure vie que ceux-là !
— Sans doute as-tu raison, mais à quoi cela pourra me servir ? Je reste un sang-mêlé, un parjure, une
abomination. Où que j’aille, il n’y a de place pour moi dans ce monde. Venger ma mère est la force qui m’a aidé à tenir et grandir. Je veux prendre le Cœur du Monde à ce vaurien de Fabian pour qu’il connaisse la détresse de perdre ce qu’il a de plus cher…
Valmont abandonna dans un soupir, se saisit d’une cruche remplie de vin pour y boire sans soif.
— Bah… dit-il en s’essuyant la bouche de sa manche, j’aurai ici, c’est un conditionnel passé (tu conjugues
à la deuxième personne du singulier et, là, pas de risques de se tromper !)
dû te laisser sur ton muret, en pâture à la furie de la foule.
Drayne enfila son cache-poussière et disposa sa caissette en bandoulière.
— Peut-être, mais tu ne l’as pas fait, rétorqua-t-il un sourire sur les lèvres.
Valmont éclata d’un rire gras, aux relents avinés.
— Tu m’es apparu héroïque ! T’en as pas idée ! Un bonhomme de huit ans debout sur ses pierres, son arc à la main, bravant de son regard furieux la foule et ses gardes ! Un tableau, une œuvre d’art. Tu avais
déjà du courage Drayne, un courage que j’ai toujours admiré, mais là, c’n’est pas courageux, c’est suicidaire…
— Quoi que tu en dises, je dois le faire. C’est une promesse que je me suis faite et que je ne peux oublier, cet assassin doit petite répétition, mais c’est un dialogue,
donc ça passe
payer !
— C’est toi le meurtrier de ta mère.
Drayne blêmit brutalement, ses traits se figèrent dans la stupéfaction et la colère.
— Même si tu réussissais ton coup, est-ce que cela apaisera Problème de temps réussissait est au passé, le futur du passé est le conditionnel donc apaiserait ta haine ? Qui hais-tu le plus, si ce n’est, toi ? Comment peux-tu encore te reprocher ce qui était la plus belle preuve d’amour qu’un fils puisse donner à sa mère ? Tu as abrégé ses souffrances, bon sang, je n’oublierai jamais ça et tu ne dois pas l’oublier non
plus.
— Comment le pourrais-je ? Son image me hante chaque nuit. Je me vois encocher ma flèche, visé à l’infinitif en priant Aédès de la sauver et devant son abandon, tirer la vue trouble. Lorsque ses cris se sont éteints, j’ai remercié ce dieu sans vergogne de m’avoir permis de viser juste.
— On a tous nos fantômes, oui, on a tous nos fantômes, ♥♥♥ marmonna Valmont en buvant une nouvelle rasade. Bonne chance l’ami.
Drayne se saisit du loquet de la porte pour l’ouvrir. Peut-être plus simple, là : "se saisit du loquet pour ouvrir la porte" ?
— Fait leurs mes adieux.
— Qui sait… peut-être nous reverrons-nous… Plutôt un ? ???
En première lecture, je n’ai vu que les deux fautes signalées. Le ton, les mots, l’ambiance… ça m’a énormément plu… C’est très fort, très cru, un langage recherché en plus. Bien sûr en disséquant le détail, ici ou là des choses sont peut-être améliorables, ce ne sont que mes conseils et c’est toi qui vois, bien sûr… "Bravo" ☺
Le plus : entrée en matière forte, captivante, intrigante, on est tout de suite dans l’ambiance
Le moins : tu peux faire encore mieux !

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1516
Age : 46
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Kwelly le Lun 10 Juin 2013 - 11:40

MémoireDuTemps a écrit:
Spoiler:
Kwelly a écrit:
† Abreuvée du
sang des dieux, de simple pierre, elle devint Joyau.

Sa surface grise et froide se couvrit de cristaux et en son
sein battit le Cœur du Monde.

Des royaumes des dieux, faut-il une virgule ? à la terre
entière, tout ce qui fut vie connut son nom.

Nul ne peut la
contempler sans en éprouver le merveilleux.

Hommes, Pliez majuscule ? genoux devant celui qu’elle
choisira pour Maître.

L’éternité sous ses
pas, il règnera. †

Livre de l’Ordrium

Extrait 6 du verset 15
Chapitre 1 Le Cœur de Pierre

Un filet de bave s’écoulait de leurs bouches faut-il un pluriel puisqu’on a qu’une bouche, surtout que tu as indiqué un filet de bave ?
Tout à fait Mémoire, erreur de ma part Shocked

de soiffards, gouttait mollement sur les paillasses empuanties de vinasse et d’oubli des plus jeunes oui, mais oubli peut avoir plein de sens (abus d’alcool, incontinence ou plus
psychologique ?
Je me suis tâtée longtemps et je ne trouvais pas de meilleur mot, je vais essayer de cogiter encore...

. Son regard de qui ? Là je laisse, Drayne est cité plus loin et cela ne me gênait pas en relecture.

sombre pesait sur les corps endormis, trouvant dans leurs traits relâchés une raison de plus à partir de plutôt ? (j'ai pas compris) . Des gosses qui n’avaient rien d’innocents, qui maniaient lames et jurons avec dextérité, mais qui, dans l’abandon, regagnaient une fragilité désarmante.

Ils se ressemblaient.
Ils se ressemblaient tous. pourquoi un passage à la ligne qui donne à penser que la répétition est involontaire ? je mettrais plutôt "Ils se ressemblaient… [ils se ressemblaient ] tous." Et tu peux même enlever la répétition puisqu’ainsi tu renforces l’affirmation. (tout à fait jouable, j'essaierai ta proposition )

Les orphelins marchaient creux, sans amarres, avides de combler l’incomblable ce mot n’est pas dans la référence des dicos ( http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv4/showps.exe?p=combi.htm;java=no ), combler lui a des synonymes. incomblable : http://www.le-dictionnaire.com/definition.php?mot=incomblable

Drayne connaissait cette douleur et cela lui suffisait à tout leur pardonner.

— Alors, tu vas y aller…

Drayne porta son attention sur son ami qui aiguisait sa lame comme on caresse une femme. ♥♥♥ De larges épaules, un cou massif, le crâne rasé, Valmont une référence aux "liaisons dangereuses" ? Non mais pourquoi pas !! Laughing dégageait une force brutale.

— Je suis revenu pour ça, lui dit-il, alors qu’il vérifiait de son pouce le tranchant de son couteau.

Valmont déplia sa longue carcasse, rangea son arme dans son fourreau, un sourire énigmatique sur les lèvres. ♥♥♥

— « Quand on a rien à perdre, tout est à gagner » est ton crédo, non ?
Son compagnon hocha de la tête lentement :
— C’est la mort que tu vas gagner ( changeable avec trouver par exemple, bien vu !) une répétition dans un dialogue ainsi n’est pas du tout gênante, mais tu peux gagner en force avec un synonyme axé par exemple sur le jeu ou l’effort , Drayne. Je te la souhaite douce mon ami. Douce et rapide. Si tu tombes entre leurs mains, tu risques de découvrir l’enfer sur terre. Bon sang, laisse le passé au passé ♥♥♥, ne risque pas tout pour cette folie !

Drayne eut un rire rauque, insolent.

— Tout ? Qu’est-ce que tu entends par là ? Quelques roublons je suppose une monnaie ? (tout à fait ) tirés du fond d’une poche ? Un morceau de viande pris sur un étal ? Tu as fait de ta bande d’orphelins des écumeurs de
rue, des voleurs qui ne sauront jamais gagner leur pain autrement qu’en l’arrachant à la volée ♥♥♥. Des
condamnés en puissance.
— Je vous ai donné une maison où vous retrouver, une famille. Les Petits Seigneurs c’est ça Drayne, une famille ! Aurais-je dû vous laisser crever la faim ? Et puis que fais-tu d’Artémus ? Il t’a élevé, appris à lire, à écrire, il t’a donné une éducation ! Ne sois pas méprisant, tu as eu une meilleure vie que ceux-là !
— Sans doute as-tu raison, mais à quoi cela pourra me servir ? Je reste un sang-mêlé, un parjure, une
abomination. Où que j’aille, il n’y a de place pour moi dans ce monde. Venger ma mère est la force qui m’a aidé à tenir et grandir. Je veux prendre le Cœur du Monde à ce vaurien de Fabian pour qu’il connaisse la détresse de perdre ce qu’il a de plus cher…
Valmont abandonna dans un soupir, se saisit d’une cruche remplie de vin pour y boire sans soif.
— Bah… dit-il en s’essuyant la bouche de sa manche, j’aurai ici, c’est un conditionnel passé (tu conjugues
à la deuxième personne du singulier et, là, pas de risques de se tromper !)
(merci pour l'info et tout à fait d'accord pour la faute ) dû te laisser sur ton muret, en pâture à la furie de la foule.
Drayne enfila son cache-poussière et disposa sa caissette en bandoulière.
— Peut-être, mais tu ne l’as pas fait, rétorqua-t-il un sourire sur les lèvres.
Valmont éclata d’un rire gras, aux relents avinés.
— Tu m’es apparu héroïque ! T’en as pas idée ! Un bonhomme de huit ans debout sur ses pierres, son arc à la main, bravant de son regard furieux la foule et ses gardes ! Un tableau, une œuvre d’art. Tu avais
déjà du courage Drayne, un courage que j’ai toujours admiré, mais là, c’n’est pas courageux, c’est suicidaire…
— Quoi que tu en dises, je dois le faire. C’est une promesse que je me suis faite et que je ne peux oublier, cet assassin doit petite répétition, mais c’est un dialogue,
donc ça passe
payer ! (là je pense que j'aurai du mal à changer, mais c'est à voir !)
— C’est toi le meurtrier de ta mère.
Drayne blêmit brutalement, ses traits se figèrent dans la stupéfaction et la colère.
— Même si tu réussissais ton coup, est-ce que cela apaisera Problème de temps réussissait est au passé, le futur du passé est le conditionnel donc apaiserait (Pas photo, grrrr tout ce qui nous échappe !!!) ta haine ? Qui hais-tu le plus, si ce n’est, toi ? Comment peux-tu encore te reprocher ce qui était la plus belle preuve d’amour qu’un fils puisse donner à sa mère ? Tu as abrégé ses souffrances, bon sang, je n’oublierai jamais ça et tu ne dois pas l’oublier non
plus.
— Comment le pourrais-je ? Son image me hante chaque nuit. Je me vois encocher ma flèche, visé à l’infinitif en priant Aédès de la sauver et devant son abandon, tirer la vue trouble. Lorsque ses cris se sont éteints, j’ai remercié ce dieu sans vergogne de m’avoir permis de viser juste.
— On a tous nos fantômes, oui, on a tous nos fantômes, ♥♥♥ marmonna Valmont en buvant une nouvelle rasade. Bonne chance l’ami.
Drayne se saisit du loquet de la porte pour l’ouvrir. Peut-être plus simple, là : "se saisit du loquet pour ouvrir la porte" ? (tu as raison)
— Fait leurs mes adieux.
— Qui sait… peut-être nous reverrons-nous… Plutôt un ? ???
En première lecture, je n’ai vu que les deux fautes signalées. Le ton, les mots, l’ambiance… ça m’a énormément plu… C’est très fort, très cru, un langage recherché en plus. Bien sûr en disséquant le détail, ici ou là des choses sont peut-être améliorables, ce ne sont que mes conseils et c’est toi qui vois, bien sûr… "Bravo" ☺
Le plus : entrée en matière forte, captivante, intrigante, on est tout de suite dans l’ambiance
Le moins : tu peux faire encore mieux !
(heu... je me décarcasse, donc, je ne suis pas certaine ! mais avec de l'aide, on ne peut que s'améliorer encore !!! )

Mille merci Mémoire pour tes exellents conseils et aussi ton oeil de lynx pour les fautes I love you I love you
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  nayladream le Mar 11 Juin 2013 - 14:28

Tu écris très bien Very Happy
Bon, moi je trouve qu'il n'y a pas grand chose à améliorer, mais c'est mon avis.
Par contre, si le dialogue en ouverture passe bien pour certains; moi, ça a coincé. J'ai toujours besoin dans mes lectures d'avoir une petite introduction, ou présentation sur les personnages et le lieu, voir le décor, un minimum ( à moins que ce ne soit un prologue), sinon, il m'aurait fallu une suite pour essayer de m'imprégner un peu plus dans ton histoire. Mais ça reste un avis lectrice, je ne te fais pas de bêta ici, mais un avis lecture. Très difficile de juger un début de chapitre qui est bien écrit cependant I love you . Et tu as un beau style I love you
J'espère que tu posteras une suite ?
avatar
nayladream
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Féminin Nombre de messages : 263
Age : 37
Localisation : Ile de France
Votre talent : Écriture
Points : 87
Date d'inscription : 27/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Rhada le Mar 11 Juin 2013 - 16:07

Petite erreur que Mémoire n'a peut être pas vue :
Kwelly a écrit:— Fait leurs mes adieux.
Deuxième personne du singulier donc "Fais".

Spoiler:
Kwelly a écrit:Hommes, Pliez genoux devant celui qu’elle choisira pour Maître.La majuscule sur le P n'est peut être pas utile.[...] Extrait 6 du verset 15Il n'est pas nécessaire. On peut aussi le remplacer par une virgule.[...] Il t’a élevé, appris à lire, à écrire, il t’a donné une éducation ! Ne sois pas méprisant, tu as eu une meilleure vie que ceux-là !Je couperais en plusieurs phrases. Ça fait un peu long à la lecture.[...] Un bonhomme de huit ans debout sur ses pierres Je n'ai pas bien compris la phrase. Ses pierres à lui ou ces pierres où il se trouvait ?[...] Un tableau, une œuvre d’art. J'aurais plutôt mis un point d'exclamation pour souligner l'admiration de Valmont envers Dayne à ce moment-là de leur histoire.[...] C’est une promesse que je me suis faite et que je ne peux oublier, cet assassin doit payer !Ce serait mieux de couper cette phrase en deux. La vengeance étant apparemment le fil conducteur du roman, ça mettrait la deuxième partie en relief. [...] Drayne blêmit brutalement, ses traits se figèrent dans la stupéfaction et la colère. Pareil. Ca donnerait plus de poids aux deux phrases.[...] Même si tu réussissais ton coup, est-ce que cela apaisera ta haine ?Mémoire l'a souligné. La concordance des temps n'est pas au rendez-vous. Tu peux garder le passé mais comme c'est un dialogue et une idée future, tu peux aussi utiliser le présent pour réussir et garder le futur pour apaiser. [...] Tu as abrégé ses souffrances, bon sang, je n’oublierai jamais ça et tu ne dois pas l’oublier non plus. Plusieurs phrases seraient bien ici aussi. Là on ne sait pas quelle idée le "bon sang" souligne. Est-ce le fait qu'il ait abrégé les souffrances de sa mère (auquel cas, c'est un bon sang qui rappelle un acte peu ordinaire) ou est-ce pour souligner qu'il ne l'oubliera jamais (donc un bon sang admiratif) ? Le "et tu ne dois pas l'oublier non plus" gagnerait à être séparé du reste pour souligner l'importance du propos.[...] On a tous nos fantômes, oui, on a tous nos fantômes,La répétition est-elle utile ici ?

Pour le fond, rentrer directement dans le vif du sujet comme tu l'as fait est vraiment une bonne idée. Ça évite de perdre ton lecteur avec des descriptions interminable (comme le fait Jules Verne dans certains de ses romans).
Bonne rentrée en matière donc. Début accrocheur. A quand la suite ?
avatar
Rhada
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 58
Age : 26
Localisation : A côté de Laplack
Emploi/loisirs : Etudiant/Ecrivain
Votre talent : Écriture
Points : 13
Date d'inscription : 19/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Pacô le Mar 11 Juin 2013 - 17:27

Agréable première lecture Smile.
Pour commencer, un petit récapitulatif de mes remarques prises au cours de ma lecture :
gouttait mollement sur les paillasses empuanties de vinasse et d’oubli des plus jeunes.
=> je n'ai pas compris la fin de phrase ?

Je me vois encocher ma flèche, visé en priant Aédès de la sauver et devant son abandon, tirer la vue trouble.
=> il manque une virgule après "et" et devant "devant son abandon".

— Fait leurs mes adieux.
=> Fais (1ère personne de l'impératif)

Je n'ai pas repris les vers de l'introduction, puisque MémoireDuTemps s'en était déjà chargée.
Aussi bien dans le ton que dans le style, ce premier chapitre s'ouvre sur un univers qui semble à première vue bien travaillé. A voir si cela continue Wink.

Dans le détail, pour la forme, j'aurais relevé ceci par exemple :
Un filet de bave s’écoulait de leurs bouches de soiffards
Le début est un peu plus complexe à saisir à cause des différents compléments du noms que tu attaches les uns derrière les autres. Si tu regardes bien, la phrase se construit en "cascade" (de...de...de) ce qui peut induire une certaine confusion dans la compréhension générale du passage.

Cette succession de compléments du nom est en plus alourdie par l'utilisation d'un verbe pronominal (s'écoulait), ce qui rend la phrase d'autant plus "stratifiée" ou "accrocheuse" - utilise le vocabulaire que tu veux ^_^. Je veux dire par là que lors de la lecture, ces détails forcent l'arrêt sur chaque "de" mais aussi sur le verbe.
Tu peux tenter par exemple de les éviter en reformulant ta phrase.

Je te fais cette remarque car, bien que ce ne soit pas flagrant pour ce passage, le passage s'appuie surtout sur un dialogue. Donc on ne voit pas trop encore ce que ça donne dans une narration classique au discours indirect.

Pour ce qui est du scénario, les autres l'ont déjà dit avant moi. Ce genre de roman a presque l'obligation aujourd'hui de s'ouvrir sur un élément "fort", pas forcément une action, mai une immersion brutale dans l'univers du récit ; avant de revenir sur une vision plus globale et "reculée" ensuite.
Là, tu accroches bien ton lecteur et, mine de rien, on se demande ce que Drayne a vécu - avec sa mère notamment - pour en arriver à vouloir partir d'un groupe qui l'aurait accueilli dans son enfance.

Affaire à suivre donc Wink.

PS : petit bémol cependant, je ne suis pas friand des "poèmes légendaires" en ouverture. Je trouve que ça fait kitch', que ce n'est pas très original ni attrayant et, surtout, que ça donne une lourdeur au scénario qui n'est pas bienvenue quand on ne sait pas dans quoi l'on s'embarque. Mais c'est un avis tout à fait personnel Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Kwelly le Mar 11 Juin 2013 - 18:12

Tout d'abord merci Pacô pour ta bêta et pour ta lecture attentive. Je vais retravailler avec toutes vos indications, cela est précieux Razz

Spoiler:
Pacô a écrit:Agréable première lecture Smile. I love you merci
Pour commencer, un petit récapitulatif de mes remarques prises au cours de ma lecture :
gouttait mollement sur les paillasses empuanties de vinasse et d’oubli des plus jeunes.
=> je n'ai pas compris la fin de phrase ?
Cela reste un point soulevé par Mémoire, je dois palier à cela
Je me vois encocher ma flèche, visé en priant Aédès de la sauver et devant son abandon, tirer la vue trouble.
=> il manque une virgule après "et" et devant "devant son abandon". Bien vue ! Very Happy

— Fait leurs mes adieux.

=> Fais (1ère personne de l'impératif) Ce sera corrigé

Je n'ai pas repris les vers de l'introduction, puisque MémoireDuTemps s'en était déjà chargée.
Aussi bien dans le ton que dans le style, ce premier chapitre s'ouvre sur un univers qui semble à première vue bien travaillé. A voir si cela continue Wink.

Dans le détail, pour la forme, j'aurais relevé ceci par exemple :
Un filet de bave s’écoulait de leurs bouches de soiffards
Le début est un peu plus complexe à saisir à cause des différents compléments du noms que tu attaches les uns derrière les autres. Si tu regardes bien, la phrase se construit en "cascade" (de...de...de) ce qui peut induire une certaine confusion dans la compréhension générale du passage.

Cette succession de compléments du nom est en plus alourdie par l'utilisation d'un verbe pronominal (s'écoulait), ce qui rend la phrase d'autant plus "stratifiée" ou "accrocheuse" - utilise le vocabulaire que tu veux ^_^. Je veux dire par là que lors de la lecture, ces détails forcent l'arrêt sur chaque "de" mais aussi sur le verbe.
Tu peux tenter par exemple de les éviter en reformulant ta phrase.

Je te fais cette remarque car, bien que ce ne soit pas flagrant pour ce passage, le passage s'appuie surtout sur un dialogue. Donc on ne voit pas trop encore ce que ça donne dans une narration classique au discours indirect.

Pour ce qui est du scénario, les autres l'ont déjà dit avant moi. Ce genre de roman a presque l'obligation aujourd'hui de s'ouvrir sur un élément "fort", pas forcément une action, mai une immersion brutale dans l'univers du récit ; avant de revenir sur une vision plus globale et "reculée" ensuite.
Là, tu accroches bien ton lecteur et, mine de rien, on se demande ce que Drayne a vécu - avec sa mère notamment - pour en arriver à vouloir partir d'un groupe qui l'aurait accueilli dans son enfance.

Affaire à suivre donc Wink.

PS : petit bémol cependant, je ne suis pas friand des "poèmes légendaires" en ouverture. Je trouve que ça fait kitch', que ce n'est pas très original ni attrayant et, surtout, que ça donne une lourdeur au scénario qui n'est pas bienvenue quand on ne sait pas dans quoi l'on s'embarque. Mais c'est un avis tout à fait personnel Wink.
En fait, chaque petit verset, ou texte en haut, me sert à dévoiler des choses importantes, ainsi le Coeur du Monde est un élément très important pour la suite, c'est peut être une facilité, mais pour l'instant, je ne vois pas trop comment y échapper. Moui...
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Kwelly le Mar 11 Juin 2013 - 18:28

Merci Rhada pour ta lecture et ton travail, j'ai copier l'ensemble des bêtas et je vais me mettre au travail geek

Spoiler:
Rhada a écrit:Petite erreur que Mémoire n'a peut être pas vue :
Kwelly a écrit:— Fait leurs mes adieux.
Deuxième personne du singulier donc "Fais". Vu ok Smile

Spoiler:
Kwelly a écrit:Hommes, Pliez genoux devant celui qu’elle choisira pour Maître.La majuscule sur le P n'est peut être pas utile.[...] Tout à fait, erreur de ma part Embarassed Extrait 6 du verset 15Il n'est pas nécessaire. On peut aussi le remplacer par une virgule.[...] Il t’a élevé, appris à lire, à écrire, il t’a donné une éducation ! Ne sois pas méprisant, tu as eu une meilleure vie que ceux-là !Je couperais en plusieurs phrases. Ça fait un peu long à la lecture.[...] Un bonhomme de huit ans debout sur ses pierres Je n'ai pas bien compris la phrase. Ses pierres à lui ou ces pierres où il se trouvait ?[...] Un tableau, une œuvre d’art. J'aurais plutôt mis un point d'exclamation pour souligner l'admiration de Valmont envers Dayne à ce moment-là de leur histoire.[...] C’est une promesse que je me suis faite et que je ne peux oublier, cet assassin doit payer !Ce serait mieux de couper cette phrase en deux. La vengeance étant apparemment le fil conducteur du roman, ça mettrait la deuxième partie en relief. [...] Drayne blêmit brutalement, ses traits se figèrent dans la stupéfaction et la colère. Pareil. Ca donnerait plus de poids aux deux phrases.[...] Même si tu réussissais ton coup, est-ce que cela apaisera ta haine ?Mémoire l'a souligné. La concordance des temps n'est pas au rendez-vous. Tu peux garder le passé mais comme c'est un dialogue et une idée future, tu peux aussi utiliser le présent pour réussir et garder le futur pour apaiser. [...] Tu as abrégé ses souffrances, bon sang, je n’oublierai jamais ça et tu ne dois pas l’oublier non plus. Plusieurs phrases seraient bien ici aussi. Là on ne sait pas quelle idée le "bon sang" souligne. Est-ce le fait qu'il ait abrégé les souffrances de sa mère (auquel cas, c'est un bon sang qui rappelle un acte peu ordinaire) ou est-ce pour souligner qu'il ne l'oubliera jamais (donc un bon sang admiratif) ? Le "et tu ne dois pas l'oublier non plus" gagnerait à être séparé du reste pour souligner l'importance du propos.[...] On a tous nos fantômes, oui, on a tous nos fantômes,La répétition est-elle utile ici ?
Je retiens ton idée de bien couper mes phrases, plus courtes donc plus d'impact Very Happy
Pour le fond, rentrer directement dans le vif du sujet comme tu l'as fait est vraiment une bonne idée. Ça évite de perdre ton lecteur avec des descriptions interminable (comme le fait Jules Verne dans certains de ses romans).
Bonne rentrée en matière donc. Début accrocheur. A quand la suite ?
Je travaille dessus Moui... ; disons que pages sont à peu près terminées ! Faire des bêtas en cours d'écriture est formateur et me permets d'améliorer directement la suite, donc, MILLE MERCI !
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Kwelly le Mar 11 Juin 2013 - 18:33

Merci Nayladream pour ta lecture et ton appréciation.

[quote="nayladream"]Tu écris très bien Very Happy I love you merci
Bon, moi je trouve qu'il n'y a pas grand chose à améliorer, mais c'est mon avis.
Par contre, si le dialogue en ouverture passe bien pour certains; moi, ça a coincé. J'ai toujours besoin dans mes lectures d'avoir une petite introduction, ou présentation sur les personnages et le lieu, voir le décor, un minimum ( à moins que ce ne soit un prologue) (j'avais envie de rentrer dans le vif, j'espère avoir su créer une ambiance, un fond assez sombre pour éviter de trop décrire, c'est un choix qui a sans doute ses revers)

, sinon, il m'aurait fallu une suite pour essayer de m'imprégner un peu plus dans ton histoire. Mais ça reste un avis lectrice, je ne te fais pas de bêta ici, mais un avis lecture. Très difficile de juger un début de chapitre qui est bien écrit cependant I love you . Et tu as un beau style I love you
J'espère que tu posteras une suite ? Bien sur !!
Encore merci à tous pour votre soutien I love you
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  nayladream le Mar 11 Juin 2013 - 18:47

Moi, j'attends d'en lire plus, avant de te donner un avis plus détaillé sur le fond. ( normal tu me diras tongue )
L'as-tu fini ? combien de chapitres tu comptes poster ici ? Peux-tu nous expliquer un peu de quoi il s'agit ? Pour qui il est destiné ? ( même si j'ai ma petite idée )
Peux-tu poster un résumé, ou tu préfères garder le "suspens" XD ?
Bon, j'arrête de te cuisiner tongue
avatar
nayladream
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Féminin Nombre de messages : 263
Age : 37
Localisation : Ile de France
Votre talent : Écriture
Points : 87
Date d'inscription : 27/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  nayladream le Dim 23 Juin 2013 - 11:28

Bon! ça suffit les bugs informatiques Evil or Very Mad; Trois fois que je poste ce commentaire sans succès. 
Bon, voici ma bêta Kwelly. 
Je finirai ton chapitre ce soir♥


Bêta lecture proposée:


Un filet translucide suintait de leurs bouches de soiffards♥♥♥ Le début est top, j'adore♥, gouttait mollement sur les paillasses empuanties de vinasse et d’urine. Son regard sombre pesait sur les corps endormis, trouvant dans leurs traits relâchés une raison de plus à partir. Des gosses qui n’avaient rien d’innocents, qui maniaient lames et jurons avec dextérité, (mais)tu peux supprimer celui là qui, dans l’abandon, regagnaient une fragilité désarmante. ( Pronoms relatifs trois fois répétés, en retirer un peut être ?)
Ils se ressemblaient... Tu peux trouver mieux comme verbe pour être à la hauteur de ton récit déjà soutenu ♥
Ils se ressemblaient tous.
Les orphelins marchaient creux, sans amarres, avides de combler l’incomblable (tu peux aussi trouver mieux que l'incomblable: insatiable, parce que ça ne se dit pas, enfin, je ne trouve pas ce mot dans le dico). Drayne connaissait cette douleur et cela lui suffisait à tout leur pardonner. 
— Alors, tu vas y aller… 
Drayne porta son attention sur son ami qui aiguisait sa lame comme on caresse une femme♥♥♥. De larges épaules, un cou massif, le crâne rasé, Valmont dégageait une force brutale. ( il émanait de Valmont une force... ça n'aura pas plus d'impact ? selon le rythme de ta phrase ? Ou peut être pour rendre l'effet plus flippant, tu peux dire ... Il transpirait la force... par tous les pores... ♥ Mais à toi de voir ma belle♥)
— Je suis revenu pour ça, lui dit-il, alors qu’il vérifiait ( examiner, inspecter, j'aurais mis pour donner plus d'impact sur le tranchant de sa lame, qu'en penses-tu ?) de son pouce le tranchant de son couteau. 
Valmont déplia sa longue carcasse, rangea son arme dans son fourreau, (manque une liaison ici ou à la fin... un sourire... flotta sur ses lèvres. Je pense, mais c'est toi qui apprécie le récit) un sourire énigmatique sur les lèvres. 
— « Quand on a rien à perdre, tout est à gagner » est ton crédo, non ? ( ne serait-ce pas ton crédo ?)
Son compagnon hocha de la tête lentement : 
— C’est la mort que tu vas gagner, Drayne. Je te la souhaite douce mon ami. Douce ( la répétition me gêne ici) et rapide. Si tu tombes entre leurs mains, tu risques de découvrir l’enfer sur terre. Bon sang, laisse le passé au passé, ne risque pas tout pour cette folie ! ( ne va pas risquer tout pour...) Juste une appréciation de ma part puisque c'est un conseil tourné de façon à faire ressortir un ordre, tu me diras ce que tu en penses !?
Drayne eut un rire rauque, insolent. 
— Tout ? Qu’est-ce que tu entends par là ? Quelques roublons tirés du fond d’une poche ? Un morceau de viande pris sur un étal ? Tu as fait de ta bande d’orphelins des écumeurs de rue, des voleurs qui ne sauront jamais gagner leur pain autrement qu’en l’arrachant à la volée. Des condamnés en puissanceJe ne trouve pas cette fin éloquente.
— Je vous ai donné une maison où vous retrouver, une famille. Les Petits Seigneurs c’est ça Drayne, une famille ! Aurais-je dû vous laisser crever la ? "de" tu veux dire ? faim ? Et puis que fais-tu d’Artémus ? Il t’a élevé, appris à lire, à écrire. Il t’a donné une éducation ! Ne sois pas méprisant, tu as eu une meilleure vie que ceux-là. 
— Sans doute as-tu raison, mais à quoi cela pourra me servir ? Je reste un sang-mêlé, un parjure, une abomination. Où que j’aille, il n’y a de place pour moi dans ce monde. Venger ma mère est la force qui m’a aidé à tenir et grandir. Je veux prendre le Cœur du Monde à ce vaurien de Fabian pour qu’il connaisse la détresse de perdre ce qu’il a de plus cher… ( Je pensais à... Je veux prendre le Monde à ce vaurien ! Fabien devra connaitre la détresse de perdre...)
Valmont abandonna (? abandonner quoi ?) dans un soupir, se saisit d’une cruche remplie de vin pour y boire sans soif♥♥♥
— Bah… dit-il en s’essuyant la bouche de sa manche, j’aurai dû te laisser sur ton muret, en pâture à la furie de la foule. 
Drayne enfila son cache-poussière et disposa sa caissette en bandoulière. 
— Peut-être, mais tu ne l’as pas fait, rétorqua-t-il un sourire sur les lèvres. 
Valmont éclata d’un rire gras, aux relents avinés. ♥♥♥ Très recherché, j'aime beaucoup, beaucoup d'originalité Nath♥
— Tu m’es apparu héroïque ! T’en as pas idée. Un bonhomme de huit ans debout sur ces pierres, son arc à la main, bravant de son regard furieux la foule et ses gardes ! Un tableau, une œuvre d’art ! Tu avais déjà du courage Drayne. Un courage que j’ai toujours admiré. Mais là, c’n’est pas courageux, c’est suicidaire… 
— Quoi que tu en dises, je dois le faire. C’est une promesse que je me suis fait et que je ne peux oublier. Cet assassin doit payer ! 
— C’est toi le meurtrier de ta mère. 
Drayne blêmit brutalement,( soudain, ou tout à coup irait mieux qu'un adverbe, évite tant que tu peux les adverbes avec -ement, ça sonne creux je pense ) ses traits se figèrent dans la stupéfaction et la colère. ♥♥♥ Jadore!!!
— Même si tu réussissais ton coup, est-ce que cela apaiserait ta haine ? Qui hais-tu le plus, si ce n’est, toi ? Comment peux-tu encore te reprocher ce qui était la plus belle preuve d’amour qu’un fils puisse pas le bon mode je pense. donner à sa mère ? Tu as abrégé ses souffrances ! Bon sang,( Tu peux le retirer ici, et puis-je te suggérer plutôt... Sacré courage, Bonté divine ! Enfin, une bricole de ce genre que Bon sang ! Trop commun peut être ? 
"... Jamais, je n'oublierai... "Est-ce que cette tournure te parle ? ça rend le texte plus vivant, plus réelle je pense, mais loin de moi Embarassed l'idée de t'imposer ma vision !♥) je n’oublierai jamais ça ( Tu peux préciser sans utiliser "ça", pas très élégant), et tu ne dois pas l’oublier non plus. 
— Comment le pourrais-je ? Son image me hante chaque nuit. Je me vois encocher ma flèche, ajuster ( ici je butte sur le mot ajuster, y a rien derrière, pas de cod, ça me gêne, l'ajuster ? )en priant Aédès de la sauver et, devant son abandon, tirer la vue trouble. Lorsque ses cris se sont éteints, j’ai remercié ce dieu sans vergogne de m’avoir permis de viser juste. ♥♥♥♥♥♥ Mille fois j'adore!
— On a ( Nous avons tous des démons qui nous hantent ? Wink , une suggestion simplement... tous nos fantômes, oui, on a tous nos fantômes, marmonna Valmont en buvant une nouvelle rasade. Bonne chance l’ami. 
Drayne se saisit du loquet pour ouvrir la porte. 
— Fais leurs mes adieux. 
Tu peux ajouter ici une expression de son ami, genre, il darda sur lui un regard triste, ou peiné, avant d'ajouter en guise d'adieu:

— Qui sait… peut-être nous reverrons-nous… 


Ce que j'ai beaucoup aimé:

Le style particulier
L'originalité
La petite note explicative à la tête du récit
La vivacité du récit
L'ambiance et l'immersion dans ton univers
Les personnages attachants, intriguants aussi dès le départ
Le... Bon j'arrête làI love you

Ce que j'ai moins aimé :

Pas grand chose, juste que selon ma vision des choses, j'aime commencer un livre avec un univers descriptif, savoir où je mets les pieds. Mais ça, ça reste subjectif et tout à fait personnel, n'en tient pas compte,Very Happy même si je te le signal.
Si je peux me permettre juste une petite note. Pour l'intrigue, je pensais que tu pourrais creuser un peu plus pour lui détailler une ambiance autour, lui consacrer un paragraphe sans trop révéler.  On sait que Drayne a tué sa mère, mais peut être créer une ambiance intrigante en laissant planer le mystère, et ne pas nous révéler tout de suite, à nous lecteurs comment il l'a tué. Tu peux le révéler plus tard. Tu as largement assez de pages pour lui consacrer une partie, et nous révéler ça. Mais par contre, comme c'est un élément important, peut être y consacrer plus de temps, et approfondir ce sujet, à mon avis. J'ai envie d'en savoir plus sur Aédès. Qui est-il ? D'où mon besoin de compréhension sur ces étranges personnages que tu décris. C'est assez sympa, et tu sais, la plus part des livres manquent un peu de descriptifs sur les perso. C'est dommage, mais une simple ligne suffit à renseigner sur la direction où tu nous emmènes, de ce fait, on glisse facilement dans ton univers. Le petit plus quoi ♥

Voili voilou:cheers:

Avis général :
Début prometteur, très bon, et ... Vivement la suite je dirai bounce
avatar
nayladream
Talent Expérimenté
Talent Expérimenté

Féminin Nombre de messages : 263
Age : 37
Localisation : Ile de France
Votre talent : Écriture
Points : 87
Date d'inscription : 27/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Merci

Message  Kwelly le Dim 23 Juin 2013 - 15:27

Merci Nayla pour ta bêta Very Happy, je vais poster ma V2, euh... j'espère que ce sera au bon endroit Razz
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Kwelly le Dim 23 Juin 2013 - 15:36

Merci Mémoire, c'est fait Smile


Dernière édition par Kwelly le Dim 23 Juin 2013 - 16:28, édité 1 fois
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  MémoireDuTemps le Dim 23 Juin 2013 - 15:41

Kwelly a écrit:Merci Nayla pour ta bêta Very Happy, je vais poster ma V2, euh... j'espère que ce sera au bon endroit Razz
Le plus simple : tu édites ton post, qui est ici :
http://imperialdreamer.forumsline.com/t4476-les-maitres-de-pierre#89966
tu mets la V1 en spoiler (ou tu l'effaces)  et la V2 en clair (si possible entre quotes, c'est plus lisible sur fond blanc)... voilà ☺

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1516
Age : 46
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Pilgrim le Dim 23 Juin 2013 - 19:25

Félicitations pour cette belle entrée en matière. La lecture est fluide et agréable. Tu captives ton lecteur. On sent le travail, le souci du détail et ta langue est très bien maîtrisée. Et la construction du passage est réussie : pas de temps mort, des informations dispensées sans accabler le lecteur, tout juste de quoi aiguiser l'intérêt... Bravo !
J'ai pensé à Oliver Twist et à la bande d'enfants voleurs que dirige le vieux Fagin. Je suis curieux d'ailleurs d'en savoir plus sur cet Artemus, pendant du Fagin de Dickens. Je ne sais si c'est voulu de ta part...
En revanche, j'ai eu un petit souci avec l'âge des protagonistes. Pour moi Drayne et Valmont (réf aux Liaisons dangereuses ?) sont de jeunes hommes ou tout au plus des adolescents déjà assez âgé (mini 15, 16 ans). Leurs façons de se comporter et de s'exprimer me portaient à le croire. De plus tu fais allusion à une scène passée, la première rencontre des personnages, et tu donnes l'âge de Drayne à l'époque (8 ans). L'on est amené à croire que cette rencontre a eu lieu, il y a un certain nombre d'années déjà, puisque depuis, Drayne a rejoint la troupe d'Artemus qui lui a enseigné un certain nombre de choses. Et à la fin, l'on apprend que Valmont est à peine plus âgé que lui et qu'il a au moment de leur discussion entre 8 et 9 ans. Alors là, pour moi, il y a comme quelque chose qui coince... Je ne peux pas croire après avoir lu ce que j'ai lu (d'après leur façon de parler (par sous-entendu, allusions et avec une certaine distanciation) leur façon de se comporter, leurs expériences...) que les personnages en scène sont des enfants de 8 ou 9 ans maximum. Je ne trouve pas ça crédible. Je sais bien qu'on est dans la SFFF, et que tout est permis, mais là j'ai un peu de mal à y croire...
C'est à peu près ma seule véritable réserve.
 
Dans la suite, quelques remarques de forme (des détails) prises à la lecture de l'extrait :
Spoiler:

Un filet translucide (pourquoi ne pas écrire : un filet de bave, puisque c'est de cela qu'il s'agit, non?) suintait de leurs bouches de soiffards, gouttait mollement sur les paillasses empuanties de vinasse et d’urine. Son regard sombre pesait sur les corps endormis, trouvant dans leurs traits relâchés une raison de plus à partir (une raison de partir et non une raison à, pour éviter la répétition de de : une raison supplémentaire de partir). Des gosses qui n’avaient rien d’innocents (rien d'innocent : pas de s, innocent se rapporte à rien), qui maniaient lames et jurons avec dextérité, mais qui, dans l’abandon, regagnaient (peut-être trouver un autre terme que regagner, puisqu'ici en retrouvant leur fragilité, ils deviennent vulnérables, ils sont à nu (donc pas vraiment un gain)) une fragilité désarmante.

Ils se ressemblaient.

Ils se ressemblaient tous.

Les orphelins marchaient creux (marcher creux est une trouvaille, pourquoi pas ? Mais je ne vois pas trop ce que tu veux dire par là, disons que ça ne me parle pas vraiment, du coup ça me détourne de ton texte, ça nuit à tes efforts pour embarquer le lecteur), sans amarres, privés d’un amour nourricier. Drayne connaissait leur douleur et cela lui suffisait à tout leur pardonner. Mieux, il les aimait.

Les Petits Seigneurs vivaient nombreux dans cette maison. Ses fenêtres, oblitérées de résidus noirâtres, ne laissaient plus passer la lumière crue. Elles la bistraient, donnant au mobilier bancal, un patinage usé (patinage est l'action de donner une patine, donc redondance (donner l'action de donner...) dire plutôt : donnant une patine ou patinant le mobilier bancal, par ailleurs usé est également redondant avec le sens de patine (voire pléonasmatique !)). Les paillasses empilées dans un coin le jour, s’éparpilleraient au retour du reste de la troupe. Le ciel dégagé, permettrait de les poser au gré de l’envie. Par temps de pluie, il en allait autrement. Il fallait ruser pour éviter les gouttières et, c’est dans un concert de bruit de ferraille martelée, que chacun essayait alors de trouver le sommeil.

Ainsi, tu vas y aller…

Drayne porta son attention sur son ami qui aiguisait sa lame comme on caresse une femme. De larges épaules, un cou massif, le crâne rasé, Valmont dégageait (voir répétition avec ciel dégagé plus haut, mais c'est vraiment pour chercher la petite bête) une force brutale.

Je suis revenu pour ça, lui dit-il, alors qu’il vérifiait de son pouce le tranchant de son couteau.

Valmont déplia sa longue carcasse, rangea son arme dans son fourreau, un sourire énigmatique sur les lèvres.

« Quand on a rien à perdre, tout est à gagner »… tu le dis toi-même, non ?

Son compagnon hocha de la tête (hocha la tête, hocher est transitif) lentement :

...

Quoi que tu en dises, je dois le faire. Il me faut m’honorer de ma promesse (il me faut honorer ma promesse). Cet assassin doit payer !

...

Comment le pourrais-je ? Son image me hante chaque nuit. Je me vois encocher ma flèche, ajuster mon tir en priant Aédès de la sauver et, devant son abandon, tirer la vue trouble (ça fait bizarre : tirer la vue trouble (avec la vue trouble ?)) . Lorsque ses cris se sont éteints, j’ai remercié ce dieu sans vergogne de m’avoir permis de viser juste.

...
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Pilgrim le Dim 23 Juin 2013 - 20:07

Oups... J'ai relu encore et je crois que c'est moi qui ai dû mal comprendre. Le personnage de Valmont a 8 ou 9 ans de plus que Drayne, n'est-ce pas ? Et, en fait, ils ne sont plus des enfants. Ce qui serait en effet plus admissible. Peut-être le dire de façon qu'il n'y ait pas d'ambiguïtés... et au passage, ne pas oublier le ne négatif : Valmont n'était guère plus âgé que lui.
Désolé pour cette réserve qui n'en était donc pas une...
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

merci Pilgrim

Message  Kwelly le Lun 24 Juin 2013 - 19:48

Je te remercie sincèrement pour tes commentaires très pertinents, je n'avais pas du tout tilté sur la redondance par exemple, donc, ton aide m'a beaucoup apportée. I love you 

Pour Les orphelins marchaient creux.... Cette image c'était imposée à moi pour parler de leur manque affectif, mais à priori, elle n'était parlante que pour moi tongue, vous êtes trois à avoir buté dessus ; donc je vais retravailler la phrase, en me sortant de cette idée, qui n'a pas l'effet souhaité...
Pour la différence d'âge, car il s'agit bien de ceci, je n'ai pas été assez claire je pense, en tout cas, merci d'avoir relu, j'en reviens pas, c'est vraiment cool cyclops

Il est évident que tes encouragements et compliments me touchent et m'encouragent dans mon  travail I love you
Ta référence à Oliver Twist  m'a ramenée à ma lecture de près ado, j'avais terriblement aimé cette histoire, alors, peut être que c'est une suggestion inconsciente qui m'a conduite à imaginer Valmont et ses Petits Seigneurs, je n'y avais pas pensé, mais c'est possible, on reste marqué par des histoires que l'on a aimées. 

Encore merci de ton aide
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Pilgrim le Mar 25 Juin 2013 - 19:09

Pas de quoi !!! C'était un plaisir de te lire ! Very Happy
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  MémoireDuTemps le Mar 23 Juil 2013 - 8:27

La bêta du second extrait est en cours... en tout cas, et déjà, bravo pour tes mots rares !

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1516
Age : 46
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  MémoireDuTemps le Jeu 25 Juil 2013 - 17:10


Kwelly:

 Baignée des clartés blafardes d’une lune ronde, la rue des tanneurs On met une majuscule au nom des rues donnait au silence une aura  sinistre. Attention aux espaces, ici il y en a deux entre aura et sinistre dont le second, insécable, est à supprimer, d'autres erreurs après aussi  
Des relents de sang se mêlaient aux émanations des chairs putrides. Des remugles habituels, virgule inutile qui, dans la chaleur anormale de cette fin d’été, saturaient l’air.  Les mouches tourbillonnaient encore, leur profusion était verbe faible qui rend la phrase un peu maladroite parfois à la limite du soutenable.
Survivre dans ce cloaque constituait un défi quotidien. Ici plutôt:suivi d'une minuscule ?  Maladies endémiques, règlements de comptes à coups de drayoir, une géhenne où les veuves, nombreuses, commerçaient leur ventre  tiède.   Les gosses  grouillaient en vermines autour des tanneries, arrachaient aux bisquins des lambeaux de chair oubliés pour les dévorer crus. Leurs visages émaciés, tavelés de mouches, donnaient à leurs yeux une immensité dantesque.
 
            Armé de ses deux dagues fétiches, l’une dans sa botte et l’autre plaquée à sa hanche, Drayne redoutait moins les soudards des bas quartiers que les hommes de main de Zhara. Croiser un de ces Guetteurs, ici, une nuit de Cassandre  pourquoi Cassandre ? , relèverait de l’infortune. Pourtant, Drayne scrutait la sorgue de son regard perçant. Le moindre frémissement lui picotait l’échine d’une nervosité de pucelle. ♥
 
Arrivé à une fontaine en pierre, il s’engouffra dans une ruelle adjacente. Les maisons à étages formaient un mur compact aux lézardes brunâtres. Des volets barricadaient les échoppes qui remplaçaient les portails des tanneries.  Même voilée des faveurs de la nuit,  la Zinque  gardait un air pathétique de désolation. 
 
Le bourdon royal déchira le silence de son souffle rauque.  Par sept fois, le sonneur fit cogner le battant sur la panse de bronze puis se fut au tour des  cornemuses de la garde royale d’entamer la « marche du roi ».
 
            En ce jour de Cassandre répétition et pourquoi Cassandre ?, les Trois Royaumes fêtaient le sacrement de leur roi, deuxième Maître de Pierre depuis la création. Des châteaux  à leurs fanges Intéressante expression, imagée, à part, mais pourquoi un pluriel ? , du lever au coucher du soleil, nobles et traine-misères  l'accent ^ sur le i est autorisé ☺ festoyaient, farandolaient  et buvaient jusqu’à plus soif.
 
Il fallait peu de chose pour que les gueux  oublient leur rancune. Un peu de vin, de pain, et le tour était joué.  Fabian le savait bien. Ce jour là, il faisait offrandes généreuses. Le Seigneur des Trois Royaumes voulait sa plèbe heureuse ♥, lorsque sous la lune, il se tiendrait sur les remparts et lèverait haut le Cœur du Monde sous leurs yeux fascinés. 
 
Venue du château, la clameur de la foule en liesse parcourut rues et impasses pour faire répétition de faire grimacer Drayne : le peuple acclamait son roi en représentation.
 
Il  pénétra dans l’arrière-boutique d’une  poterie désaffectée, se saisit d’une lanterne et en alluma la bougie. Sous les lueurs de la flamme, tour, arantèles et étagères, virgule inutile prenaient des allures d’outre-tombe. Le potier retrouvé pendu, son atelier resta sans repreneur.   Aussi, figé dans ses habits de poussières, évoquait-il un lointain passé dont Drayne n’avait rien oublié. 
 
Poursuivant son but, il observa le jambage de la cheminée. Sa main glissa sur les pierres apparentes, s’arrêta sur l’une d’entre elles pour y exercer une pression légère. Un rouage intérieur se mit en branle et le fond de l’âtre libéra un souffle froid de caveau. ♥
 
Il  se pencha, éclaira l’ouverture des lueurs vacillantes de la flamme.  L’idée de se glisser dans l’étroitesse du sous-terrain  pourquoi un mot composé, souterrain existe ? lui donna la nausée. Sans autre choix, Drayne  ravala sa phobie, serra les dents, et  s’enfonça dans l’antre ténébreux.
 
Après de longs mètres oui, mais là cela paraît un peu maladroit, même si on comprend bien  il parvint enfin dans une salle étayée  où il put  se redresser et redonner de la lumière. En véritable souricière, le sous-terrain répétition  de fuite ouvrait l’accès à six tunnels. Drayne sortit le plan qu’il avait tracé en compagnie d’Artemus. Il repéra celui qui le  conduirait loin derrière les remparts de Kenata. A À  son opposé, se trouvaient ceux qui menaient au château. L’un aux appartements du roi et l’autre, celui qu’il emprunta, dans la chapelle royale.


Que dire, si ce n’est que tu maîtrises parfaitement ton style, une élégance d’écriture guère habituelle dans la fantasy… à part des détails, je ne vois rien à redire.
À la limite, je dirai que parfois – quand il n’y a aucun risque de répétition de mots ou autre, certains termes choisis pourraient être plus communs, ce n’est bien sûr pas moi que cela gêne, mais des lecteurs peuvent ne pas apprécier à la juste valeur ton originalité.
J’y trouve même un plaisir alors que bien souvent la platitude de beaucoup de récits de fantasy ne me donne pas envie d’en lire autrement que pour les bêtas… ben avec toi, si je ressens un vrai plaisir à découvrir tes écrits !

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1516
Age : 46
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Kwelly le Dim 28 Juil 2013 - 15:50

MémoireDuTemps a écrit:


 Baignée des clartés blafardes d’une lune ronde, la rue des tanneurs On met une majuscule au nom des rues (tout à fait raison) 
Des relents de sang se mêlaient aux émanations des chairs putrides. Des remugles habituels, virgule inutile (ok) qui, dans la chaleur anormale de cette fin d’été, saturaient l’air.  Les mouches tourbillonnaient encore, leur profusion était verbe faible qui rend la phrase un peu maladroite (devenait  insoutenable)  parfois à la limite du soutenable.

Survivre dans ce cloaque constituait un défi quotidien. Ici plutôt:suivi d'une minuscule ? (tu veux dire sans doute de faire une phrase unique ? Pourquoi pas, elle sera un peu longue, mais tu c'est vrai que cela coule mieux Laughing )  Maladies endémiques, 
             une nuit de Cassandre  pourquoi Cassandre ? (je ne comprends pas vraiment ta question... Pourquoi pas Cassandre ? C'est comme un jour férié, c'est le jour où l'on fête le couronnement du roi Fabian comme expliqué plus loin, dis moi ce qui te tracasse que je vois ce que je peux faire )  
 
 
            En ce jour de Cassandre répétition et pourquoi Cassandre ?(ici la répétition ne me gêne pas, elle ouvre justement à l'explication de la signification de ce jour particulier) , les Trois Royaumes fêtaient le sacrement de leur roi, deuxième Maître de Pierre depuis la création. Des châteaux  à leurs fanges Intéressante expression, imagée, à part, mais pourquoi un pluriel ? (parce que j'avais pas envie du singulier Twisted Evil  non je rigole Razz ) , du lever au coucher du soleil, nobles et traîne-misères  l'accent ^ sur le i est autorisé  (fait !) ☺ festoyaient, farandolaient  et buvaient jusqu’à plus soif.
 
, il faisait offrandes généreuses.
 
Venue du château, la clameur de la foule en liesse parcourut rues et impasses pour faire répétition de faire grimacer Drayne : 
Sous les lueurs de la flamme, tour, arantèles et étagères, virgule inutile (ok) 
 
Il  se pencha, éclaira l’ouverture des lueurs vacillantes de la flamme.  L’idée de se glisser dans l’étroitesse du sous-terrain  pourquoi un mot composé, souterrain existe ?à j'avoue que je ne sais pas ce qui m'est passé par la tête Razz Moui...  
 
Après de longs mètres oui, mais là cela paraît un peu maladroit, même si on comprend bien   (oui je comprends, je vais corriger )  


Que dire, si ce n’est que tu maîtrises parfaitement ton style, une élégance d’écriture guère habituelle dans la fantasy… à part des détails, je ne vois rien à redire. I love you 
À la limite, je dirai que parfois – quand il n’y a aucun risque de répétition de mots ou autre, certains termes choisis pourraient être plus communs, ce n’est bien sûr pas moi que cela gêne, mais des lecteurs peuvent ne pas apprécier à la juste valeur ton originalité. (certainement, mais je dois écrire comme je le sens, je ne pense écrire dans le soutenu, je pense que les mots sont compréhensibles ; pour exemple j'ai choisi (arentèle au lieu de toile d'araignée ou encore bisquin à la place de peau de mouton parce que cela donnait de la vitesse à la phrase, je cherche avant tout à décrire une ambiance et j'espère garder de la fluidité, ça c'est important, toutefois trop de platitude peut endormir et un petit mot qui surprend, empêchera peut être mes lecteurs de ronfler à la fin de la page I-Dey infirmière Sleep geek 
J’y trouve même un plaisir alors que bien souvent la platitude de beaucoup de récits de fantasy ne me donne pas envie d’en lire autrement que pour les bêtas… ben avec toi, si je ressens un vrai plaisir à découvrir tes écrits ! I love you I love you I love you  Merci Mémoire, pour ton aide et ton soutient I love you I love you I love you 
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Plume le Mer 9 Oct 2013 - 8:46

Bonjour,

Ton passage sur mon texte a éveillé ma curiosité, et me voilà.

Tout d'abord quelques petites remarques.

Spoiler:

Jaune : orthographe/grammaire. Vert : répétition.
---


Baignée des clartés blafardes d’une lune ronde, la rue des tanneurs donnait au silence une aura  sinistre. (Dans un premier temps, j’aurai plutôt dit : « Mais non, c’est la rue, la victime, tout ça c’est à cause de la lune ! Sauf que j’avais tort. L’acteur est bien la rue. Tu le démontres parfaitement dans la suite du paragraphe. Bravo.)
 Des relents de sang se mêlaient aux émanations des chairs putrides. Des remugles habituels, qui, dans la chaleur anormale de cette fin d’été, saturaient l’air.  Les mouches tourbillonnaient encore, leur profusion était parfois à la limite du soutenable.
Survivre dans ce cloaque constituait un défi quotidien.  Maladies endémiques, règlements de comptes à coups de drayoir, une géhenne où les veuves, nombreuses, commerçaient leur ventre  tiède.  Les gosses  grouillaient en vermines autour des tanneries, arrachaient aux bisquins (c’est une bête ?) des lambeaux de chair oubliés pour les dévorer crus. Leurs visages émaciés, tavelés de mouches, donnaient à leurs yeux une immensité dantesque.
 
            Armé de ses deux dagues fétiches, l’une dans sa botte et (Ce « et » ne me semble pas indispensable. Une simple virgule ferait aussi bien l’affaire et rythmerait cette  phrase. Ce n’est pas absolument nécessaire, juste une préférence, pour moi.)  l’autre plaquée à (de même, ici, j’aurai préféré « sur » ou « contre ») sa hanche, Drayne redoutait moins les soudards des bas quartiers que les hommes de main de Zhara. Croiser un de ces Guetteurs, ici, une nuit de Cassandre, relèverait de l’infortune. Pourtant, Drayne scrutait la sorgue (qu’est-ce que c’est ?) de son regard perçant. Le moindre frémissement lui picotait l’échine d’une nervosité de pucelle.
 
Arrivé à une fontaine en pierre, il s’engouffra dans une ruelle adjacente. Les maisons à étages formaient un mur compact aux lézardes brunâtres. Des volets barricadaient les échoppes qui remplaçaient les portails des tanneries.  Même voilée des faveurs de la nuit,  la Zinque (une maison particulière ?)  gardait un air pathétique de désolation. 
 
Le bourdon royal déchira le silence de son souffle rauque.  Par sept fois, le sonneur fit cogner le battant sur la panse de bronze puis se (ce) fut au tour des  cornemuses de la garde royale (Pourquoi préciser ? Veux-tu mettre l’accent sur le fait qu’il s’agit d’une troupe d’élite ? Quoi qu’il en soit, il y a trop de déclinaison de roi, royal, royaume.) d’entamer la « marche du roi ».
 
            En ce jour de Cassandre, les Trois Royaumes fêtaient le sacrement de leur roi, deuxième Maître de Pierre depuis la création. Des châteaux  à leurs fanges, du lever au coucher du soleil, nobles et traine-misères festoyaient, farandolaient  et buvaient jusqu’à plus soif.
 
Il fallait peu de chose pour que les gueux  oublient leur rancune. Un peu de vin, de pain, et le tour était joué.  Fabian le savait bien. Ce jour là, (jour-là) il faisait offrandes généreuses. Le Seigneur des Trois Royaumes voulait sa plèbe heureuse, lorsque sous la lune, il se tiendrait sur les remparts et lèverait haut le Cœur du Monde sous leurs yeux fascinés. 
 
Venue du château, la clameur de la foule en liesse parcourut rues et impasses pour faire grimacer Drayne : le peuple acclamait son roi en représentation.
 
Il  pénétra dans l’arrière-boutique d’une  poterie désaffectée, se saisit d’une lanterne et en alluma la bougie. Sous les lueurs de la flamme, tour, arantèles et étagères,  (la virgule ralentit la lecture) prenaient des allures d’outre-tombe. Le potier retrouvé pendu, son atelier resta sans repreneur.   Aussi, figé dans ses habits de poussières, évoquait-il un lointain passé dont Drayne n’avait rien oublié. 
 
Poursuivant son but, il observa le jambage de la cheminée. Sa main glissa sur les pierres apparentes, s’arrêta sur l’une d’entre elles pour y exercer une pression légère. Un rouage intérieur se mit en branle et le fond de l’âtre libéra un souffle froid de caveau.
 
Il  se pencha, éclaira l’ouverture des lueurs vacillantes de la flamme.  L’idée de se glisser dans l’étroitesse du sous-terrain lui donna la nausée. Sans autre choix, Drayne  ravala sa phobie, serra les dents, et  s’enfonça dans l’antre ténébreux.
 
Après de longs mètres, il parvint enfin dans une salle étayée  où il put  se redresser et redonner de la lumière. En véritable souricière, le sous-terrain de fuite ouvrait l’accès à six tunnels. Drayne sortit le plan qu’il avait tracé en compagnie d’Artemus. Il repéra celui qui le  conduirait loin derrière les remparts de Kenata. A (majuscule accentuée.) son opposé, se trouvaient ceux qui menaient au château. L’un aux appartements du roi et l’autre, celui qu’il emprunta, dans la chapelle royale.

En synthèse :
Très beau style. Dès le premier mot, on entre dans la ruelle, il ne reste qu'à la suivre.
Je n'ai pas trouvé le début du texte, et  certaines de tes références m'échappent (Pfff, je ne sais même pas si j'aime les bisquins Wink). Tu ne souhaites pas qu'il soit lu ? Dans le cas contraire, je suis preneuse.
Un bon parfum de fantasy, du coup, tu as trouvé ton public. J'ai beau m'en éloigner, il n'y a que dans ces venelles sinueuses, lorsque le vent étouffe le feulement de la dague, que je me sens chez moi.
J'aurai grand plaisir à lire la suite.
Merci pour ce moment.
avatar
Plume
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 17
Localisation : Paris
Votre talent : Écriture
Points : 9
Date d'inscription : 05/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Kwelly le Jeu 10 Oct 2013 - 18:52

Bonsoir plume, 
Merci d'avoir pris le temps de me lire et d'avoir relevé des choses qui ont été rectifiées Very Happy 
Pour Bisquin ? et bien je crois pas que tu vas aimé (c'est une peau de mouton... Perso pas friande de la bête Evil or Very Mad )
La sorgue est un synonyme de nuit. 
En fait, je travaille beaucoup avec Crisco tu connais ? Je bosse en permanence avec mes deux dicos. 
Pour la première partie, ce n'est pas que je ne veux pas qu'on la lise, c'est plutôt que je l'ai supprimée en faisant une fausse manip Embarassed , mais c'est avec grand plaisir que je vais te la remettre, ainsi que ma version corrigée de l'extrait que tu as lu. 
Tu aimes la Fantasy ? écris-tu aussi des romans ? 
Bon re-merci pour tout et aussi pour tes encouragements qui me vont droit au I love you
avatar
Kwelly
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 385
Localisation : Drome
Votre talent : Écriture
Points : 309
Date d'inscription : 02/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Plume le Jeu 10 Oct 2013 - 19:31

Bonsoir Kwelly,


Pour Bisquin ? et bien je crois pas que tu vas aimé (c'est une peau de mouton... Perso pas friande de la bête  )
En effet : Twisted Evil


En fait, je travaille beaucoup avec Crisco tu connais ?
Non, je ne connais pas. Un correcteur, type Antidote ?

Je lirai la première partie avec plaisir, et du coup, je relirai la seconde, histoire de mettre les choses dans l'ordre.

Oui, j'aime la fantasy, je trouve que c'est le genre où le rêve s’épanouit le mieux. J'aime aussi le fantastique, mais le fantasy porte en soi une partie de fantastique. Par contre, il faut que ce soit bien écrit, ce qui n'est pas toujours le cas et qu'il ne s'agisse pas uniquement d'une succession de boules de feu et de coup d'épées. J'aime les mondes un peu fouillés, qui ont une âme et la petite rue qu'on aperçoit au début de ton passage me laisse penser que tu sais le faire.

Sinon, oui, je travaille sur un roman, un roman fantasy et qui me pose quelques problèmes. Plus les textes sont longs, plus mes phrases sont longues et complexes. J'enrage ! Pour moi, la nouvelle est un bon exercice qui m'impose d'être précise en un minimum de mot. Dans quelques temps, des extraits seront sans doute en ligne.

Mais d'ici là, j'aurai sans doute eu le plaisir de te lire.

Bonne soirée.
avatar
Plume
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 17
Localisation : Paris
Votre talent : Écriture
Points : 9
Date d'inscription : 05/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Oceanywenty le Jeu 10 Oct 2013 - 20:36

J’ai beaucoup aimé ton texte, pour son style, l’ambiance et les descriptions. Je n’ai pas grand-chose à ajouter sauf peut-être que j’ai envie de lire la suite Smile



La seule chose et c’est bien pour émettre une critique (^^) c’est l’utilisation de certains mots plus compliqués qui du coup, en ce qui me concerne, m’a obligé à relire par deux fois certaines phrases (car je ne connaissais pas le mot) : drayoir, géhenne, bisquins...autant de mots ou j'ai du prendre mon dico Smile

L'expression grouiller en vermine m'a parue aussi bizarre....Est-ce une tournure correcte?
avatar
Oceanywenty
Talent Habitué
Talent Habitué

Nombre de messages : 119
Localisation : New Jersey, USA
Votre talent : Écriture
Points : 66
Date d'inscription : 29/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Maîtres de Pierre

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum