Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Mer 10 Déc 2008 - 21:10

Merci pour la correction! Ca m'énerve de mettre tout le temps des répétitions! J'en supprime une pour en mettre une autre! Heureusement que t'es là! Smile
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Jeu 11 Déc 2008 - 12:41

Maeror tu me disais ne pas réussir à imaginer la maison de la falaise, donc j'ai refait la description. J'ai aussi refait celle d'Ielen. Dites-moi ce que vous en pensez. Moi, je vais continuer à corriger...

Trialon sauta du bateau et l’amarra dans le port. Puis tous deux grimpèrent la falaise où se dressait la demeure. Celle-ci ne se distinguait en rien du mur de roche. Pour ne pas être vue de la mer, disait Vénaparien. Construite à flanc de falaise, elle était pourtant très grande. Un escalier taillé dans le roc descendait jusqu’à l’habitation, construite à mi-hauteur du rempart rocheux. La vue était impressionnante, car à la droite de l‘escalier, c‘était le vide. Une rambarde empêchait la chute mortelle que le vent favorisait. On arrivait alors à l’entrée de la demeure précédée d’un pallier. Une grande porte en forme d’arche de texture très irrégulière permettait d’accéder au grand hall dont une partie était creusée en forme de caverne dans le roc. Dans cette entrée des peintures aux couleurs froides représentant portraits ou scènes du quotidien rayonnaient à côté de sculptures blanches aux lignes épurées représentant des animaux du continent: loups de lumières, licornes gracieuses, phénix, lions gigantesques ou dragons de feu côtoyaient des biches, renards ou chiens. Ces statues, il y en avait dans toutes les pièces, respectant une thématique, pour se retrouver dans ce hall aux dimensions plus qu’impressionnantes. Donnant sur le vide, à droite du hall, se trouvait le bureau de Vénaparien et le grand salon. Le reste des pièces était en enfilade à partir de l’entrée. Le tout donnait une forme courbe le long de la falaise, mais suffisamment cassée pour passer inaperçue depuis le large.
Le fils de Vénaparien, Ielen, était le meilleur ami d’Enaefen. A peine plus jeune que lui, il était né sur l’île. Les cheveux d‘un blond cendré plus court et les yeux plus clairs que lui, il était aussi plus petit, mais tout aussi fin. Ielen était le seul être qui comprenait vraiment Enaefen.

Ca y est j'ai fini de tout corriger! J'ai rallongé mes courtes phrases que Pacô ne parvenait pas à digérer, j'ai corrigé mes fautes d'orthographes (qui me rendent honteuse), et j'ai rajouté des descriptions. j'attends votre avis pour le morceau que je viens de mettre, et je poste la fin de mon chapitre, riche en révélations!
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Maeror le Jeu 11 Déc 2008 - 18:39

Alors alors, effectivement maintenant je vois bien mieux la forme du bâtiment !
Même chose pour les statues Wink
Par contre, il y a quelque chose que je n'ai pas compris :
Puis tous deux grimpèrent la falaise où se dressait la demeure.
Un escalier taillé dans le roc descendait jusqu’à l’habitation, construite à mi-hauteur du rempart rocheux.
Là il y a quelque chos qui ne va pas. Ils montent ... mais l'escalier part du haut de la falaise jusqu'à la demeure. Alors comment montent-ils ? Ils escaladent ?
avatar
Maeror
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 670
Age : 25
Votre talent : Écriture
Points : 256
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Jeu 11 Déc 2008 - 20:17

C'est une colline qui forme une falaise du côté de la mer. C'est pas clair, faut que je reprenne ça?
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Maeror le Jeu 11 Déc 2008 - 20:23

En fait je ne comprends pas bien le fait que l'escalier qui mène à la maison se trouve en haut de la falaise, alors que eux se trouvent en bas. Ils escaladent ? Comment font-ils pour atteindre la demeure ?

Je pense juste que c'est moi qui ait mal compris, attend peut être demain soir que Pacô te dises s'il voit bien de quoi il s'agit, plutôt que de toute chambouler pour un seul lecteur Wink
avatar
Maeror
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 670
Age : 25
Votre talent : Écriture
Points : 256
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Jeu 11 Déc 2008 - 20:43

oki!
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Ven 12 Déc 2008 - 17:47

Trialon sauta du bateau et l’amarra dans le port. Puis tous deux grimpèrent la colline terminée par une falaise abrupte donnant sur la mer, où se dressait la demeure. Celle-ci ne se distinguait en rien du mur de roche.

Et comme ça c'est mieux?
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Maeror le Ven 12 Déc 2008 - 19:07

Euh là je comprends que la maison est de l'autre côté de la colline (par rapport aux personnages). C'est ça ?
avatar
Maeror
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 670
Age : 25
Votre talent : Écriture
Points : 256
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Pacô le Ven 12 Déc 2008 - 20:04

Moi je comprends surtout que la colline est sur la colline Razz.

Bon, je vais re-être chiant, mais il y la rythme que j'aime pas. T'ai-je fais mon couplet du "Je lis à voix haute et j'entends ce que ça donne?" Rolling Eyes.

Marie D a écrit:
Trialon sauta du bateau et l’amarra dans le port./ Puis tous deux grimpèrent la falaise où se dressait la demeure./ Celle-ci ne se distinguait en rien du mur de roche./ Pour ne pas être vue de la mer, disait Vénaparien./ Construite à flanc de falaise, elle était pourtant très grande./ Un escalier taillé dans le roc descendait jusqu’à l’habitation, construite à mi-hauteur du rempart rocheux./ La vue était impressionnante, car à la droite de l‘escalier, c‘était le vide./ Une rambarde empêchait la chute mortelle que le vent favorisait./ On arrivait alors à l’entrée de la demeure précédée d’un pallier./
Est-ce que tu vois le nombre de fois qu'il faut baisser la voix alors qu'elle s'est à peine désenrouée? Oui je suis chiant, mais un texte est plus beau lorsque tout coule tranquillement non?

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Ven 12 Déc 2008 - 20:08

Tout à fait!
Le port est en recul par rapport à la falaise. Peut-être que j'aurais dû le préciser ça aussi...

vallée / vallée __ * port
colline colline | | colline colline colline
___________| |____________________ falaise
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
mer mer mer mer mer mer mer mer mer mer mer mer
En représentation shématique ça donne ça...

Pacô: je te comprends mais comme je te l'ai déjà dit, c'est mon style d'écriture et il faudra certainement que tu me le dises une bonne centaine de fois avant que ça entre dans ma tête! lol!
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Pacô le Ven 12 Déc 2008 - 20:20

Oui, mais là, à la différence de ton style, c'est que c'est beaucoup moins beau et que ça ne convient pas du tout pour une description. Pour une scène d'action, je dis rien, et ça donne au contraire plus de caractère.
Mais pour décrire un palais, ça fait catalogue: "Là y'a ça. Parce que c'est ça. Ensuite on trouve ça. Parce que là c'est comme ça aussi. Et puis ça c'est là. Parce que c'est comme ça."

Donc, pour moi, là c'est comme une faute d'orthographe Razz.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Maeror le Ven 12 Déc 2008 - 21:42

Oula ! Je ne voyais pas du tout ça comme sur ton schéma. Je crois qu'il y a quelque chose à revoir dans la description Wink
avatar
Maeror
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 670
Age : 25
Votre talent : Écriture
Points : 256
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Mer 17 Déc 2008 - 21:35

J'ai presque fini mes corrections, mais en attendant je vous mets la fin du premier chapitre, dont je ne suis pas vraiment satisfaite... (ça fait pas trop gnan gnan?)

Au moment où Trialon s’apprêtait à demander enfin des explications à Enaefen au sujet de ce mystérieux oiseau blanc, la porte s’ouvrit brusquement. Ielen était sur le seuil.
« Enaefen, mon ami!
- Ielen! Mon fidèle compagnon je suis heureux de te voir!
- Moi aussi! Mes salutations Trialon. Mais qu’est-ce qui vous amène de si bon matin ?
- En fait nous venons voir père, dit Trialon.
- Notre seigneur ? Il est avec père. Ils ne veulent pas être interrompus.
- Ils ne nous en voudront pas » dit Trialon en repoussant brusquement le jeune elfe.
Sa patience semblait à bout. Il alla frapper à la porte du bureau de Vénaparien. Deux êtres en sortirent. Le premier, grand, blond comme son fils, une allure très fière et imposante. Le deuxième, plus petit, brun, mais d’une majesté incomparable. Femiren. Le grand seigneur qui depuis deux mille ans régnait sur l’île. Il était le premier et Trialon avait toujours eu le sentiment qu’il serait le seul.
Les deux Anciens portaient une longue robe-manteau de velours vert profond comme la tradition l’exigeait. Leurs visages semblaient soucieux, et ils tentèrent sans grand succès de le cacher. Lorsqu’ils virent Trialon, ils s’interrogèrent du regard. L’attitude de l’elfe les laissait perplexe.
« Qu’y a-t-il, Trialon ? Demanda Vénaparien?
- C’est Enaefen. »
Femiren, qui n’avait pas encore vu le jeune elfe, fut soudain pris d’une curieuse inquiétude.
« Enaefen ? Il lui est arrivé quelque chose ?
- Non, père, répondit le concerné.
- Ah! Enaefen! Tu me rassures. Un instant j’ai cru… mais ce n’est rien. Qu’y a-t-il donc ?
- J’ai une mission.
- Une mission ? »
Enaefen s’approcha alors du seigneur, l’oiseau sur l’épaule, et tendit le message. Les deux vénérables elfes, en voyant l’oiseau, eurent un hoquet de surprise. Ils savaient que cela devait arriver. Mais pas si vite!
« Mes seigneurs ? Que se passe-t-il ?
- Cet oiseau…
- Vous connaissez cet oiseau ? »
Femiren eut un sourire amer.
« Oui, mon garçon, nous connaissons cet oiseau. C’est une colombe.
- Une colombe ?
- Symbole de paix et de liberté, elle est le messager, qui doit nous apporter une bien triste nouvelle.
- Non, Femiren. C’est une heureuse nouvelle qu’elle nous apporte. Enfin notre vie va changer!
- Voulez-vous bien nous expliquer à la fin ?! S’écria Trialon. Je n’y comprends rien!
- Moi non plus, je dois l’avouer, dit Ielen. Qu’est-ce que tout cela signifie ? Je vous trouve bien énigmatiques. »
Vénaparien soupira et fit entrer ses invités dans le grand salon doté d’un mur-baie.
« Il y a beaucoup de faits que nous vous avons cachés. Par crainte, ou par lâcheté. Avant d’ouvrir ce message, nous avons quelques explications à vous fournir… Mais auparavant, Enaefen, as-tu lu le message ?
- Oui, mais c’est un langage que je ne comprends pas.
- C’est normal, cela est sûrement dû au fait que tu ignorais qu’il t’étais destiné.
- Destiné ? A moi ? Êtes-vous sûrs ? »
Les deux Anciens se regardèrent, puis Femiren plongea son regard clair dans celui de son fils adoptif.
« Enaefen, j’ai besoin de savoir. Depuis quelques temps, t’arrive-t-il de faire des… rêves étranges ? D’avoir des visions tellement réalistes que tu pourrais presque les toucher ? Sens-tu un désir immanquable de partir, traverser la Grande Mer pour rejoindre le continent ? »
Enaefen ne savait que répondre. Comment son tuteur savait-il cela ? Il n’eut pas besoin de parler. Tous comprirent. Puis Vénaparien reprit.
« Ce message vient du contient. Nous savions qu’il devait arriver tôt ou tard. Il est porteur à la fois d’une bonne et d’une mauvaise nouvelle.
- Du continent ? Mais que dit-il ?
- Patience, jeune elfe. Ce message vient d’un peuple que nous avons côtoyé, il y a longtemps. C’était un peuple de guerriers invincibles et possédant une magie très puissante. Mais une menace pèse sur lui comme il a pesé sur nous. Il a été convenu que si un jour la menace devenait trop grande et impossible à contenir, notre peuple devrait sortir de son isolement afin de venir en aide à nos anciens amis. De les aider… pour la guerre qui se prépare. Avant que tout espoir ne disparaisse.
- Une guerre ? S’écria Ielen. Les aider ? Mais comment pourrions-nous ? Nous ne savons même pas nous battre!
- Nous battre est dans nos gènes, mon fils. Nous vous apprendrons. C’est une promesse que nous avons faite il y a longtemps et à qu’il nous appartient de tenir.
- Si nous avons fui, c’est à cause d’une prophétie, continua Femiren, silencieux jusque-là. Elle nous annonçait notre perte si nous n’abandonnions pas nos terres, et nos souvenirs. Nous sommes donc partis, mais la peur dans nos cœurs est devenue la plus forte au fur et à mesure du temps, et nous ne sommes pas rentrés.
- Nous avions des ennemis puissants, qui aujourd’hui semblent sur le point de détruire les autres races du continent. Notre devoir est d’aller les aider, c’est notre destinée.
- Ce message, Enaefen, est en fait une autre prophétie, faite le jour de notre départ. Elle dit que l’un de nous permettra le retour des Aefen sur le continent, et aidera à la libération de tous les autres peuples meurtris aujourd’hui. Et cet personne, c’est toi, Enaefen.
- Moi, père ? Mais pourquoi ? Comment ?
- Je t’ai toujours caché le secret de ta naissance, pour te protéger. Mais à présent cela fera ta force. Tu es mon neveu, Enaefen, le fils de mon frère aîné, qui fut le précédent seigneur de notre peuple.
- Ce qui veut dire… dit Ielen, plus pour lui que pour les autres.
- Oui. Enaefen, ou plutôt Enfen, car tel est son vrai nom, est le vrai seigneur. Le seigneur des Fen. »
Le jeune elfe n’en revenait pas. Son passé perdu soudain mis en lumière. Tant de révélations en même temps, c’était trop pour lui. Il déplia le message et le regarda à nouveau. Et soudain, la magie pénétra ses doigts, s’insinua dans tout son être. Le papier se mit à briller, une brume dorée en sortit, et une voix s’éleva. Une voix profonde, lente et douce, mais sûre et ferme. Différente de la voix de ses visions. Elle traduisait le message.
« Un exil forcé sera, mais celui qui a fui son pays reviendra. La colombe arrivera, et le dernier né sur cette terre la verra. Une guerre surviendra, le monde changera. La liberté renaîtra, et l’âge d’or aux âges sombres succèdera. »
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Pacô le Mer 17 Déc 2008 - 21:48

Marie D a écrit:
Au moment où Trialon s’apprêtait à demander enfin des explications à Enaefen au sujet de ce mystérieux oiseau blanc, la porte s’ouvrit brusquement. Ielen était sur le seuil.
« Enaefen, mon ami!
- Ielen! Mon fidèle compagnon je suis heureux de te voir!
- Moi aussi! Mes salutations Trialon. Mais qu’est-ce qui vous amène de si bon matin ?
- En fait nous venons voir père, dit Trialon.
- Notre seigneur ? Il est avec père. Ils ne veulent pas être interrompus.
- Ils ne nous en voudront pas » dit Trialon en repoussant brusquement le jeune elfe.
Sa patience semblait à bout. Il alla frapper à la porte du bureau de Vénaparien. Deux êtres en sortirent. Le premier, grand, blond comme son fils, une allure très fière et imposante (on continue les phrases sans verbe Very Happy). Le deuxième, plus petit, brun, mais d’une majesté incomparable (et encore !). Femiren. Le grand seigneur qui depuis deux mille ans régnait sur l’île. Il était le premier et Trialon avait toujours eu le sentiment qu’il serait le seul.
Les deux Anciens portaient une longue robe-manteau de velours vert profond comme la tradition l’exigeait. Leurs visages semblaient soucieux, et ils tentèrent sans grand succès de le cacher. Lorsqu’ils virent Trialon, ils s’interrogèrent du regard. L’attitude de l’elfe les laissait perplexe.
« Qu’y a-t-il, Trialon ? Demanda Vénaparien. (pas besoin de point d'interrogation ^^)
- C’est Enaefen. »
Femiren, qui n’avait pas encore vu le jeune elfe, fut soudain pris d’une curieuse inquiétude.
« Enaefen ? Il lui est arrivé quelque chose ?
- Non, père, répondit le concerné.
- Ah! Enaefen! Tu me rassures. Un instant j’ai cru… mais ce n’est rien. Qu’y a-t-il donc ?
- J’ai une mission.
- Une mission ? »
Enaefen s’approcha alors du seigneur, l’oiseau sur l’épaule, et tendit le message. Les deux vénérables elfes, en voyant l’oiseau, eurent un hoquet de surprise. Ils savaient que cela devait arriver. Mais pas si vite! (hum... je ne sais pas s'il est bien bon de révéler ça aussi vite. De plus je n'aime pas beaucoup la dernière phrase)
« Mes seigneurs ? Que se passe-t-il ?
- Cet oiseau…
- Vous connaissez cet oiseau ? »
Femiren eut un sourire amer.
« Oui, mon garçon, nous connaissons cet oiseau. C’est une colombe.
- Une colombe ?
- Symbole de paix et de liberté, elle est le messager, qui doit nous apporter une bien triste nouvelle.
- Non, Femiren. C’est une heureuse nouvelle qu’elle nous apporte. Enfin notre vie va changer!
- Voulez-vous bien nous expliquer à la fin ?! (attention, ce style de ponctuation est peu aimée des éditeurs... elle fait beaucoup trop BD) S’écria Trialon. Je n’y comprends rien!
- Moi non plus, je dois l’avouer, dit Ielen. Qu’est-ce que tout cela signifie ? Je vous trouve bien énigmatiques. »
Vénaparien soupira et fit entrer ses invités dans le grand salon doté d’un mur-baie.
« Il y a beaucoup de faits que nous vous avons cachés. Par crainte, ou par lâcheté. Avant d’ouvrir ce message, nous avons quelques explications à vous fournir… Mais auparavant, Enaefen, as-tu lu le message ?
- Oui, mais c’est un langage que je ne comprends pas.
- C’est normal, cela est sûrement dû au fait que tu ignorais qu’il t’était destiné.
- Destiné ? A moi ? Êtes-vous sûrs ? »
Les deux Anciens se regardèrent, puis Femiren plongea son regard clair dans celui de son fils adoptif.
« Enaefen, j’ai besoin de savoir. Depuis quelques temps, t’arrive-t-il de faire des… rêves étranges ? D’avoir des visions tellement réalistes que tu pourrais presque les toucher ? Sens-tu un désir immanquable de partir, traverser la Grande Mer pour rejoindre le continent ? »
Enaefen ne savait que répondre. Comment son tuteur savait-il cela ? Il n’eut pas besoin de parler. Tous comprirent. Puis Vénaparien reprit.
« Ce message vient du continent. Nous savions qu’il devait arriver tôt ou tard. Il est porteur à la fois d’une bonne et d’une mauvaise nouvelle.
- Du continent ? Mais que dit-il ?
- Patience, jeune elfe. Ce message vient d’un peuple que nous avons côtoyé, il y a longtemps. C’était un peuple de guerriers invincibles et possédant une magie très puissante. Mais une menace pèse sur lui comme il a pesé sur nous. Il a été convenu que si un jour la menace devenait trop grande et impossible à contenir, notre peuple devrait sortir de son isolement afin de venir en aide à nos anciens amis. De les aider… pour la guerre qui se prépare. Avant que tout espoir ne disparaisse.
- Une guerre ? S’écria Ielen. Les aider ? Mais comment pourrions-nous ? Nous ne savons même pas nous battre!
- Nous battre est dans nos gènes, mon fils. Nous vous apprendrons. C’est une promesse que nous avons faite il y a longtemps et à qu’il nous appartient de tenir. (ça ne veut pas dire grand chose... "et qu'il nous faut tenir")
- Si nous avons fui, c’est à cause d’une prophétie, continua Femiren, silencieux jusque-là. Elle nous annonçait notre perte si nous n’abandonnions pas nos terres, et nos souvenirs. Nous sommes donc partis, mais la peur dans nos cœurs est devenue la plus forte au fur et à mesure du temps, et nous ne sommes pas rentrés.
- Nous avions des ennemis puissants, qui aujourd’hui semblent sur le point de détruire les autres races du continent. Notre devoir est d’aller les aider, c’est notre destinée.
- Ce message, Enaefen, est en fait une autre prophétie, faite le jour de notre départ. Elle dit que l’un de nous permettra le retour des Aefen sur le continent, et aidera à la libération de tous les autres peuples meurtris aujourd’hui. Et cette personne, c’est toi, Enaefen.
- Moi, père ? Mais pourquoi ? Comment ?
- Je t’ai toujours caché le secret de ta naissance, pour te protéger. Mais à présent cela fera ta force. Tu es mon neveu, Enaefen, le fils de mon frère aîné, qui fut le précédent seigneur de notre peuple.
- Ce qui veut dire… dit Ielen, plus pour lui que pour les autres.
- Oui. Enaefen, ou plutôt Enfen, car tel est son (ton? non?) vrai nom, est le vrai seigneur. Le seigneur des Fen. »
Le jeune elfe n’en revenait pas. Son passé perdu soudain mis en lumière. Tant de révélations en même temps, c’était trop pour lui. (et pour nous aussi peut être...) Il déplia le message et le regarda à nouveau. Et soudain, la magie pénétra ses doigts, s’insinua dans tout son être. Le papier se mit à briller, une brume dorée en sortit, et une voix s’éleva. Une voix profonde, lente et douce, mais sûre et ferme. Différente de la voix de ses visions. Elle traduisait le message.
« Un exil forcé sera, mais celui qui a fui son pays reviendra. La colombe arrivera, et le dernier né sur cette terre la verra. Une guerre surviendra, le monde changera. La liberté renaîtra, et l’âge d’or aux âges sombres succèdera. »

Je suis un peu de ton avis. Le début me plaît, mais la fin pas du tout. Pour tout te dire, il me fait l'effet d'une fin plutôt que d'un début... Tu révèles presque tout, tout à coup, et on a l'impression qu'il n'y a maintenant plus rien à découvrir... Le secret sur son père, tu aurais pu le conserver jusqu'à la fin par exemple, ou en tout cas, bien plus loin dans l'histoire.
Je pense, ou du moins je te conseille, qu'il faudrait que tu changes tout le dialogue... Fais-le plus énigmatique, ne fais pas trop révéler de chose au Seigneur, juste ce qu'il faut pour expliquer pourquoi il part sur le continent. Ou même, fais lui dire que c'est une prophétie qui appelle tout le peuple Fen, et pas seulement l'enfant. Le mystère restera sur: Pourquoi le message est apparu à l'enfant et pas au seigneur...? Tu vois le truc?

Sinon, le style fantaisy, comme toujours, est remarquablement utilisé Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Maeror le Jeu 18 Déc 2008 - 12:46

Je viens de lire, et je n'ai repéré aucune faute (si ce n'est le "?!", très BD), mais en même temps ça aurait été très surprenant Rolling Eyes
Sinon, j'ai été assez déçu par ce passage. Je m'attendais à quelque chose de plus original, là c'est tout de même très classique. Ca ne veut pas dire que ce n'est pas bien, quelque chose de classique peu être très bien, seulement personnellement, je ne suis pas fan de ce genre d'histoire. Je préfère celles qui "casse" justement le côté féérique de la fantasy, mais ça c'est juste une question de gout.
Du coup, je n'ai pas non plus aimé les dialogues, je les trouves trop recherchés, trop plein de manières. Mais c'est compréhensible vu qu'il s'agit d'elfes. C'est d'ailleurs pourquoi je n'ai jamais aimé les elfes (du style Tolkien), beaucoups trop de manières et de manies pompeuses, mais ça aussi c'est mes gouts. On aime ou on aime pas.

Bon, ça n'empêche pas que ce soit agréable à lire, le style est bon, seul le fond me déplait.
Je lirai tout de même la suite Wink
avatar
Maeror
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 670
Age : 25
Votre talent : Écriture
Points : 256
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Jeu 18 Déc 2008 - 12:55

En fait Pacô je ne révèle presque rien ici, c'est vraiment le minimum pour donner un but à la "quête". Mais en fait il y a beaucoup plus de mystères, dont je parle dans mon deuxième chapitre. Mais je suis d'accord avec toi, la fin ne me convient pas, et en fait je crois que vais passer des trucs du deuxième au premier chapitre.
Et Maeror: Ces elfes-là sont effectivement très classiques, c'est le but en fait. Parce que les autres peuples sont très, très différents. Mais mon préféré (celui qui est vraiment opposé aux Fen, mais je ne te révèle rien pour le moment) ne viendra que dans le deuxième tome. C'est vrai que c'est du vu et revu, mais mon but est de suprendre par la suite. Je ne sais pas si tu me suis mais bon...
Voili je vais refaire cette partie avant de poster mon chapitre 2.
Et merci pour vos avis!
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Ven 19 Déc 2008 - 15:05

Bon finalement Pacô j'ai bien réfléchi, et tu as totalement raison. même si je ne dis pas grand-chose, c'est trop, et c'est pas drôle. En plus il va déjà y avoir des révélations au chapitre 2, pas besoin d'en mettre ici. Donc j'ai changé ma fin. Dites-moi si vous préférez.


Au moment où Trialon s’apprêtait à demander enfin des explications à Enaefen au sujet de ce mystérieux oiseau blanc, la porte s’ouvrit brusquement. Ielen était sur le seuil.
« Enaefen, mon ami!
- Ielen! Mon fidèle compagnon je suis heureux de te voir!
- Moi aussi! Mes salutations Trialon. Mais qu’est-ce qui vous amène de si bon matin ?
- En fait nous venons voir père, dit Trialon.
- Notre seigneur ? Il est avec père. Ils ne veulent pas être interrompus.
- Ils ne nous en voudront pas » dit Trialon en repoussant brusquement le jeune elfe.
Sa patience semblait à bout. Il alla frapper à la porte du bureau de Vénaparien. Deux êtres en sortirent. Le premier, grand, blond comme son fils, avait une allure très fière et imposante. Le deuxième était plus petit et brun, mais il possédait une majesté incomparable. Femiren. Le grand seigneur qui depuis deux mille ans régnait sur l’île. Il était le premier et Trialon avait toujours eu le sentiment qu’il serait le seul.
Les deux Anciens portaient une longue robe-manteau de velours vert profond comme la tradition l’exigeait. Leurs visages semblaient soucieux, et ils tentèrent sans grand succès de le cacher. Lorsqu’ils virent Trialon, ils s’interrogèrent du regard. L’attitude de l’elfe les laissait perplexe.
« Qu’y a-t-il, Trialon ? Demanda Vénaparien.
- C’est Enaefen. »
Femiren, qui n’avait pas encore vu le jeune elfe, fut soudain pris d’une curieuse inquiétude.
« Enaefen ? Il lui est arrivé quelque chose ?
- Non, père, répondit le concerné.
- Ah! Enaefen! Tu me rassures. Un instant j’ai cru… mais ce n’est rien. Qu’y a-t-il donc ?
- J’ai une mission.
- Une mission ? »
Enaefen s’approcha alors du seigneur, et montra l’oiseau sur son épaule. Les deux vénérables elfes, en le voyant, eurent un hoquet de surprise.
« Mes seigneurs ? Que se passe-t-il ?
- Cet oiseau…
- Vous connaissez cet oiseau ? »
Femiren eut un sourire amer.
« Oui, mon garçon, nous connaissons cet oiseau. C’est une colombe.
- Une colombe ?
- Symbole de paix et de liberté, elle est généralement utilisé comme messager par un peuple du continent. Et j’ai la mauvaise impression qu’elle est porteuse de malheur pour nous…
- Cet oiseau portait-il un message Enaefen ? Demanda Vénaparien.
- Oui, mais je ne parviens pas à le lire. Il est dans une langue que je ne comprends pas.
- Montre-le nous. »
Enaefen donna le petit bout de papier aux deux vieux elfes, qui ne cachèrent pas leur étonnement.
« Etes-vous capables de le lire? Interrogea Trialon.
- Oui mon fils. Et toi aussi, d’ailleurs. »
L’elfe brun prit le message, et poussa un cri.
« Mais c’est l’écriture des Nymphes!
- De qui ? Voulez-vous bien nous expliquer à la fin! S’écria Ielen. Je n’y comprends rien!
- Moi non plus, je dois l’avouer, dit Enaefen. Qu’est-ce que tout cela signifie ? »
Vénaparien soupira et fit entrer ses invités dans le grand salon doté d’un mur-baie. Femiren s’assit lourdement sur le grand canapé, prenait sa tête entre ses mains. Il semblait ne rien comprendre à tout cela.
« Il s’agit d’une prophétie, révéla le père d’Ielen.
- Une prophétie? Mais de quoi parle-t-elle?
- De nous. Du moins, c’est-ce que nous croyons.
- Vous n’en êtes donc pas sûrs ? 
- A vrai dire, révéla Femiren, cette prophétie nous a été donnée le jour de notre exil, par ce que l‘on nomme une Fée du Destin. Porteuses des messages des dieux, leurs discours sont énigmatiques.
- Et que raconte cette prophétie ?
- Eh bien, commença Trialon, c’est assez étrange. Elle parle de notre retour sur le continent. Elle dit que l‘un de nous verra la colombe, et que ce sera un signe. Il y aura une bataille pour la liberté, et nous gagnerons. Enfin, c’est comme cela que je l’ai comprise.
- Nous aussi, les Anciens, l’avons interprétée ainsi. Il faut dire que cette fée là était plus claire que la plupart des fées du Destin. Je déteste ces femmes, marmonna Vénaparien.
- Et qui est cet être dont parle la prophétie?
- Le dernier né.
- Le dernier né ?
- Sur le continent.
- Mais, s‘exclama Ielen, c‘est Enaefen, le dernier né sur le continent!
- Effectivement.»
Un silence quasi religieux s’installa dans la pièce. Enaefen s’était assis tentant de digérer la nouvelle, ainsi que son ami Ielen. Les deux Anciens et Trialon, eux, scrutaient le jeune elfe, anxieux de sa réaction.
« Cela veut donc dire que c’est moi qui devait trouver la colombe, et le message… Pourquoi ?
- Pourquoi quoi ? S’enquit Trialon.
- Pourquoi moi ? »
Les deux Anciens se regardèrent, une incompréhension totale dans le regard.
« Nous n’en savons rien !
- Seriez-vous en train de me dire que vous ignorez pourquoi ce message m‘est destiné ? Tout de même pas parce que je suis le dernier né ? Il doit y avoir une raison! »
Vénaparien jeta un regard insistant à Femiren, qui fit semblant de ne pas le voir.
« Il n’y a aucune raison plus qu’une autre qui explique cette raison. Nous t’avons toujours caché notre passé, et par là même le tien, afin que tu vives en paix, et heureux. Mais ce passé ne peut à ma connaissance être la raison de cela. Sûrement est-ce sans raison. Ou peut-être es-tu le seul capable de le découvrir…, murmura-t-il. Mon rôle en tant que tuteur serait de dire que tout cela n’est que balivernes, qu’il ne faut pas en tenir compte, mais ce message sonne comme un rappel à l’ordre. La vie de milliers d’êtres sont en jeu sur le continent. On nous rappelle là notre lâcheté, et aussi la menace qui pèse sur nous. Il semblerait… que l’on ait besoin des Aefen là-bas. Sinon, comment expliquer la colombe ? »
Le visage du seigneur s’était creusé en disant cela. Un lourd secret semblait peser sur ses épaules. Mais Enaefen et Ielen, toujours tenus à l’écart, ne comprenaient absolument rien aux paroles de l’Ancien. Ils se regardèrent, les yeux écarquillés et la bouche bée. Cela fit quelque peu rire Trialon, ce qui était très rare, mais il se reprit vite en voyant l’air de mécontentement de son père. Il était au courant d’une partie de la vérité, mais comme tous les non-sages il n’avait pas vécu les évènements tragiques qui se déroulèrent la veille de l’exil de tout son peuple.
« Voulez-vous nous expliquer père ? Demanda Enaefen. Je voudrais comprendre.
- Tu sauras tout, mon enfant. Bientôt. »
Le jeune elfe n’en pouvait plus d’être ignorant de son passé. Il s’apprêtait à répliquer, mais un regard de son frère adoptif l’en dissuada. Femiren semblait plongé dans des souvenirs peu agréables. Il se leva du confortable canapé et déplia le message pour le regarder à nouveau. A ce moment-là, la magie pénétra ses doigts, s’insinua dans tout son être. Le papier se mit à briller, une brume dorée en sortit, et une voix s’éleva. Une voix profonde, lente et douce, mais sûre et ferme. Différente de la voix de ses visions. Elle traduisait le message.
« Un exil forcé sera, mais celui qui a fui son pays reviendra. La colombe arrivera, et le dernier né sur cette terre la verra. Une guerre surviendra, le monde changera. La liberté renaîtra, et l’âge d’or aux âges sombres succèdera. »
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Maeror le Ven 19 Déc 2008 - 16:28

J'ai trouvé ! La voix, à la fin ! C'est Yoda Laughing

J'ai repéré une petite "faute", qui n'en est pas une mais qui fait étrange pendant la lecture :

« Il s’agit d’une prophétie, révéla le père d’Ielen.
J'aurai plutôt "le père de Ielen."
C'est tout ce que j'ai à redire au niveau de la forme Wink

Sinon, je ne suis toujours pas fan de ce genre d'histoire, mais j'ai trouvé ça mieux que l'ancienne version. Pourquoi exactement, je ne sais pas vraiment, peut être est-ce parce que les dialogues font un peu moins "je-raconte-tout-pour-que-le-lecteur-comprenne" Wink
avatar
Maeror
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 670
Age : 25
Votre talent : Écriture
Points : 256
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Pacô le Sam 20 Déc 2008 - 13:25

Marie D a écrit:

Au moment où Trialon s’apprêtait à demander enfin des explications à Enaefen au sujet de ce mystérieux oiseau blanc, la porte s’ouvrit brusquement. Ielen était sur le seuil.
« Enaefen, mon ami!
- Ielen! Mon fidèle compagnon je suis heureux de te voir!
- Moi aussi! Mes salutations Trialon. Mais qu’est-ce qui vous amène de si bon matin ?
- En fait nous venons voir père, dit Trialon.
- Notre seigneur ? Il est avec père. Ils ne veulent pas être interrompus.
- Ils ne nous en voudront pas » dit Trialon en repoussant brusquement le jeune elfe.
Sa patience semblait à bout. Il alla frapper à la porte du bureau de Vénaparien. Deux êtres en sortirent. Le premier, grand, blond comme son fils, avait une allure très fière et imposante. Le deuxième était plus petit et brun, mais il possédait une majesté incomparable. Femiren. Le grand seigneur qui depuis deux mille ans régnait sur l’île. Il était le premier et Trialon avait toujours eu le sentiment qu’il serait le seul.
Les deux Anciens portaient une longue robe-manteau de velours vert profond comme la tradition l’exigeait. Leurs visages semblaient soucieux, et ils tentèrent sans grand succès de le cacher. Lorsqu’ils virent Trialon, ils s’interrogèrent du regard. L’attitude de l’elfe les laissait perplexe.
« Qu’y a-t-il, Trialon ? Demanda Vénaparien.
- C’est Enaefen. »
Femiren, qui n’avait pas encore vu le jeune elfe, fut soudain pris d’une curieuse inquiétude.
« Enaefen ? Il lui est arrivé quelque chose ?
- Non, père, répondit le concerné.
- Ah! Enaefen! Tu me rassures. Un instant j’ai cru… mais ce n’est rien. Qu’y a-t-il donc ?
- J’ai une mission.
- Une mission ? »
Enaefen s’approcha alors du seigneur, et montra l’oiseau sur son épaule. Les deux vénérables elfes, en le voyant, eurent un hoquet de surprise.
« Mes seigneurs ? Que se passe-t-il ?
- Cet oiseau…
- Vous connaissez cet oiseau ? »
Femiren eut un sourire amer.
« Oui, mon garçon, nous connaissons cet oiseau. C’est une colombe.
- Une colombe ?
- Symbole de paix et de liberté, elle est généralement utilisé comme messager par un peuple du continent. Et j’ai la mauvaise impression qu’elle est porteuse de malheur pour nous…
- Cet oiseau portait-il un message Enaefen ? Demanda Vénaparien.
- Oui, mais je ne parviens pas à le lire. Il est dans une langue que je ne comprends pas.
- Montre-le nous. »
Enaefen donna le petit bout de papier aux deux vieux elfes, qui ne cachèrent pas leur étonnement.
« Êtes-vous capables de le lire? Interrogea Trialon.
- Oui mon fils. Et toi aussi, d’ailleurs. »
L’elfe brun prit le message, et poussa un cri.
« Mais c’est l’écriture des Nymphes!
- De qui ? Voulez-vous bien nous expliquer à la fin! S’écria Ielen. Je n’y comprends rien!
- Moi non plus, je dois l’avouer, dit Enaefen. Qu’est-ce que tout cela signifie ? »
Vénaparien soupira et fit entrer ses invités dans le grand salon doté d’un mur-baie. Femiren s’assit lourdement sur le grand canapé, prenait (et prit) sa tête entre ses mains. Il semblait ne rien comprendre à tout cela.
« Il s’agit d’une prophétie, révéla le père d’Ielen.
- Une prophétie? Mais de quoi parle-t-elle?
- De nous. Du moins, c’est-ce que nous croyons.
- Vous n’en êtes donc pas sûrs ?
- A vrai dire, révéla Femiren, cette prophétie nous a été donnée le jour de notre exil, par ce que l‘on nomme une Fée du Destin. Porteuses des messages des dieux, leurs discours sont énigmatiques.
- Et que raconte cette prophétie ?
- Eh bien, commença Trialon, c’est assez étrange. Elle parle de notre retour sur le continent. Elle dit que l‘un de nous verra la colombe, et que ce sera un signe. Il y aura une bataille pour la liberté, et nous gagnerons. Enfin, c’est comme cela que je l’ai comprise.
- Nous aussi, les Anciens, l’avons interprétée ainsi. Il faut dire que cette fée là était plus claire que la plupart des fées du Destin. Je déteste ces femmes, marmonna Vénaparien.
- Et qui est cet être dont parle la prophétie?
- Le dernier né.
- Le dernier né ?
- Sur le continent.
- Mais, s‘exclama Ielen, c‘est Enaefen, le dernier né sur le continent!
- Effectivement.»
Un silence quasi religieux s’installa dans la pièce. Enaefen s’était assis tentant de digérer la nouvelle, ainsi que son ami Ielen. Les deux Anciens et Trialon, eux, scrutaient le jeune elfe, anxieux de sa réaction.
« Cela veut donc dire que c’est moi qui devait trouver la colombe, et le message… Pourquoi ?
- Pourquoi quoi ? S’enquit Trialon.
- Pourquoi moi ? »
Les deux Anciens se regardèrent, une incompréhension totale dans le regard.
« Nous n’en savons rien !
- Seriez-vous en train de me dire que vous ignorez pourquoi ce message m‘est destiné ? Tout de même pas parce que je suis le dernier né ? Il doit y avoir une raison! »
Vénaparien jeta un regard insistant à Femiren, qui fit semblant de ne pas le voir.
« Il n’y a aucune raison plus qu’une autre qui explique cette raison. Nous t’avons toujours caché notre passé, et par là même le tien, afin que tu vives en paix, et heureux. Mais ce passé ne peut à ma connaissance être la raison de cela. Sûrement est-ce sans raison. Ou peut-être es-tu le seul capable de le découvrir…, murmura-t-il. Mon rôle en tant que tuteur serait de dire que tout cela n’est que balivernes, qu’il ne faut pas en tenir compte, mais ce message sonne comme un rappel à l’ordre. La vie de milliers d’êtres sont en jeu sur le continent. On nous rappelle là notre lâcheté, et aussi la menace qui pèse sur nous. Il semblerait… que l’on ait besoin des Aefen là-bas. Sinon, comment expliquer la colombe ? »
Le visage du seigneur s’était creusé en disant cela. Un lourd secret semblait peser sur ses épaules. Mais Enaefen et Ielen, toujours tenus à l’écart, ne comprenaient absolument rien aux paroles de l’Ancien. Ils se regardèrent, les yeux écarquillés et la bouche bée. Cela fit quelque peu rire Trialon, ce qui était très rare, mais il se reprit vite en voyant l’air de mécontentement de son père. Il était au courant d’une partie de la vérité, mais comme tous les non-sages il n’avait pas vécu les évènements tragiques qui se déroulèrent la veille de l’exil de tout son peuple.
« Voulez-vous nous expliquer père ? Demanda Enaefen. Je voudrais comprendre.
- Tu sauras tout, mon enfant. Bientôt. »
Le jeune elfe n’en pouvait plus d’être ignorant de son passé. Il s’apprêtait à répliquer, mais un regard de son frère adoptif l’en dissuada. Femiren semblait plongé dans des souvenirs peu agréables. Il se leva du confortable canapé et déplia le message pour le regarder à nouveau. A ce moment-là, la magie pénétra ses doigts, s’insinua dans tout son être. Le papier se mit à briller, une brume dorée en sortit, et une voix s’éleva. Une voix profonde, lente et douce, mais sûre et ferme. Différente de la voix de ses visions. Elle traduisait le message.
« Un exil forcé sera, mais celui qui a fui son pays reviendra. La colombe arrivera, et le dernier né sur cette terre la verra. Une guerre surviendra, le monde changera. La liberté renaîtra, et l’âge d’or aux âges sombres succèdera. »
En effet c'est déjà mieux. J'ai lu plus rapidement, j'espère ne pas avoir laissé échapper des fautes... mais d'habitude, tu n'en fais que très peu.
Peut être encore une pointe un peu trop classique. Le "Tu sauras tout bientôt" me laisse souvent perplexe dans les livres de ce genre. C'est vrai que ça peut faire revu et corrigé, à toi maintenant de bien le gérer.
Mais contrairement à Maeror, j'apprécie peut être plus que lui ce genre de récit, et j'aime beaucoup la poésie de Tolkien chez les elfes...

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Dim 4 Jan 2009 - 16:06

BONNE ANNEE!!!!!!!!!!!!!!!!


Ne t'inquiète pas Pacô, j'ai l'intention de corriger encore cette partie. Moi aussi je n'aime pas le "tu sauras tout bientôt", surtout que c'est faux^^. Sinon c'est pas drôle.

Bon voilà la suite, et bientôt je vais mettre des images. Je suis très mauvaise dessinatrice mais en m'aidant de la façon de Tolkine pour réaliser ses cartes, j'ai réussi à représenter l'île et le continent. Et j'ai fait le plan du palais et de la maison de Vénaparien. Par contre pour les dessins c'est plus diffcile... pour ne pas dire moche! Mais je les mettrai quand même, car au final ces dessins seront dans le roman (mais c'est une vraie dessinatrice qui les fera^^).
Bon bref j'ai fini de raconter ma vie, voilà le début du chapitre 2, que je risque encore de modifier..;


Chapitre deux : des Fen aux Aefen.

Tous restèrent sans voix après ces paroles. La magie, que les Aefen avaient presque reniée dans leur exil, la croyant responsable de leurs maux, réapparaissait soudain ici, sur une terre que l’on croyait stérile de pouvoirs. On disait que les esprits de la nature étaient les seuls êtres magiques de l’île, et on n’en avait jamais vu aucun.
Mais ce qui intrigua le plus Femiren, ce fut le fait que la voix soit apparue alors qu’Enaefen tenait le papier. Il eut quelques doutes, mais n’en fit part à personne. Car il était le seul à savoir. Et cela resterait ainsi. Même Enaefen ne devait pas être mis au courant. Il n’était pas prêt, et de nombreuses révélations plus importantes lui devaient être faites.
Enaefen, lui, avait pris sa décision. Il voulait savoir de quoi il en retournait. Et pour cela, un seul moyen: répondre à l’appel. Il allait enfin partir.
Tous virent le changement dans son regard. Cette détermination fit frissonner Femiren, qui devinait quelles épreuves attendaient le jeune elfe. Il devait à présent lui raconter. Pas tout, juste ce qu’il avait besoin savoir. Parler de cette terrible nuit affligeait quelque peu le seigneur, mais c’était un mal nécessaire. Peut-être Enaefen pourrait racheter ses propres erreurs…
« Que comptes-tu faire, mon fils ?
- Je crois que vous le savez déjà. Je m’en vais. Je veux découvrir ce monde dans lequel je suis né, mais aussi les raisons pour lesquelles on nous contacte après tant d’années. Et si c’était un appel au secours ? La finalité de la guerre dépend peut-être de nous. C’est cela que veut dire la prophétie. On a besoin de nous. Et vous, père, que comptez-vous faire ?
- Te soutenir, mon fils. Et te révéler certaines choses. J’ai trop attendu. Il est temps que tu mettes un nom sur tes parents, et sur notre ancienne vie…
- Vous ne comptez tout de même pas le laisser partir seul ? Hurla Ielen. Enaefen, dit-il en se retournant vers son ami. Ton destin est le nôtre. Ce message ne concerne-t-il pas tout notre peuple ? Prenez un peu vos responsabilités! Mais quoique vous disiez, ma décision est prise. Je pars moi aussi. »
L’assurance d’Ielen surprit tout le monde, mais fit sourire Femiren et Enaefen.
« Mon cher ami. Je savais que tu refuserais que je te laisse là.
- Et comment! Tu ne comptais tout de même pas voyager et t’amuser sans moi ?
- Et sans moi non plus! »
Trialon avait en disant cela tiré l’oreille de son frère, qui fit une grimace.
« Je sais bien qu’il est impossible de se débarrasser de toi! »
Tout le monde rit à cette remarque. Mais le regard des deux Anciens avait changé. Celui de Vénaparien était inquiet, celui de Femiren brillant de larmes. Un espoir se dessinait, mais en même temps l’angoisse de revivre ce qu’il avait toujours cherché à oublier.
« Je crois bien, Enaefen, que tu ne seras pas seul, finalement. Et il est fort probable que de nombreux autres elfes veuillent vous rejoindre. Vous êtes nombreux à vivre dans l’ignorance. Mais lorsque tout vous sera révélé, je crains que vous n’ayez tous envie de partir… A vrai dire, murmura Femiren, le regard tourné vers le mur-baie, nous devrions tous partir…
- Pourquoi ne pas le faire ? Demanda Enaefen, soudain tout frétillant de joie. Venez avec nous!
- Ce message est peut-être urgent. Et construire suffisamment de navire pour nous tous prendrait trop de temps. De plus, je ne crois pas que nous, les Anciens, soyons prêt à faire à nouveau confiance à la mer. Nous n’oublierons jamais sa trahison, qui fut le pire de nos malheurs.
- Mais ne t’inquiètes pas, Enaefen, si une guerre doit survenir, et que l’aide de Aefen est indispensable, nous répondrons sans attente à votre demande. N’est-ce pas mon seigneur ?
- Oui, oui, répondit l’elfe d’un air distrait. »
Sa vue s’était brouillée, est des images venues d’une autre époque refaisaient surface, tiraillant sa conscience. Au fur et à mesure que les souvenirs ressurgissaient, il triait ceux qu’il montrerait aux jeunes elfes. Sa méditation prit fin brutalement. Il avait beaucoup de choses à faire.

 « A présent, dit le vieil elfe, tous les trois, vous devez connaître notre passé, avant de tracer notre futur. Trialon, tu es au courant de presque tout, mais tu n‘étais pas présent lors de cette nuit où... Mais nous en parlerons plus tard. Tu vas venir avec nous. Ensuite je te chargerai d’une mission de la plus haute importance. Vénaparien je souhaiterais que tu informes les autres membres du Conseil. Ils doivent être chez Séguérid. Puis nous avertirons le reste du peuple, et révèlerons toute l’histoire aux plus jeunes.
- Bien mon seigneur.
- Trialon, viens ici. »
L’Ancien entraîna Trialon dans le bureau de Vénaparien, et referma la porte. La mission devait pour le moment rester confidentielle.

Le père et le fils ressortirent quelques instants plus tard. Trialon n’irait exécuter sa mission qu‘une fois les révélations de Femiren effectuées. Vénaparien, lui, partit chez Séguérid sous les regards curieux de cadets du groupe.
« Si nous y allions ? Demanda Femiren.
- Où cela donc ?
- Mais au palais, Ielen. Au palais. »
Puis il sortit de la demeure et commença à monter les marches très lentement. Il avait le vertige.
Parvenus au sommet de la falaise, les quatre elfes descendirent la pente douce, et repartirent en direction du palais à pied.
Durant le retour, Ielen posa une question à Enaefen, qui inquiéta le seigneur.
« Au fait mon cher ami, et ces rêves ? Les fais-tu encore ?
- Oui, mais surtout celui de la femme dans les bois. Il est plus réaliste que tous les autres.
- De quels rêves parles-tu donc mon fils ? »
Enaefen lui raconta donc ces “visions”. Femiren en déduisit qu’il s’agissait de souvenirs. Sauf pour ce rêve concernant la jeune inconnue à la voix douce. Femiren sut immédiatement de qui il s’agissait, mais il n’en révéla rien au jeune elfe. Celui-ci le découvrirait tôt ou tard. Mais ce rêve l’intrigua beaucoup. Serait-ce une prémonition ? Un message des dieux ? Peu d’êtres ont la capacité de communiquer avec les dieux. Et la prémonition est réservée aux fées du destin. Et si cela avait un rapport avec… Qui sait…
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Pacô le Dim 4 Jan 2009 - 21:17

Marie D a écrit:
Chapitre deux : des Fen aux Aefen.

Tous restèrent sans voix après ces paroles. La magie, que les Aefen avaient presque reniée dans leur exil, la croyant responsable de leurs maux, réapparaissait soudain ici, sur une terre que l’on croyait (répétition) stérile de pouvoirs. On disait que les esprits de la nature étaient les seuls êtres magiques de l’île, et on n’en avait jamais vu aucun.
Mais ce qui intrigua le plus Femiren, ce fut le fait que la voix soit apparue alors qu’Enaefen tenait le papier. Il eut quelques doutes, mais n’en fit part à personne. Car il était le seul à savoir. Et cela resterait ainsi. Même Enaefen ne devait pas être mis au courant. Il n’était pas prêt, et de nombreuses révélations plus importantes lui devaient être faites.
Enaefen, lui, avait pris sa décision. Il voulait savoir de quoi il en retournait. Et pour cela, un seul moyen: répondre à l’appel. Il allait enfin partir.
Tous virent le changement dans son regard. Cette détermination fit frissonner Femiren, qui devinait quelles épreuves attendaient le jeune elfe. Il devait à présent lui raconter. Pas tout, juste ce qu’il avait besoin (de) savoir. Parler de cette terrible nuit affligeait quelque peu le seigneur, mais c’était un mal nécessaire. Peut-être Enaefen pourrait racheter ses propres erreurs…
« Que comptes-tu faire, mon fils ?
- Je crois que vous le savez déjà. Je m’en vais. Je veux découvrir ce monde dans lequel je suis né, mais aussi les raisons pour lesquelles on nous contacte après tant d’années. Et si c’était (s'il s'agissait d') un appel au secours ? La finalité de la guerre dépend peut-être de nous. C’est cela que veut dire la prophétie. On a besoin de nous. Et vous, père, que comptez-vous faire ?
- Te soutenir, mon fils. Et te révéler certaines choses. J’ai trop attendu. Il est temps que tu mettes un nom sur tes parents, et sur notre ancienne vie…
- Vous ne comptez tout de même pas le laisser partir seul ? Hurla Ielen. Enaefen, dit-il en se retournant vers son ami. Ton destin est le nôtre. Ce message ne concerne-t-il pas tout notre peuple ? Prenez un peu vos responsabilités! Mais quoique vous disiez, ma décision est prise. Je pars moi aussi. »
L’assurance d’Ielen surprit tout le monde, mais fit sourire Femiren et Enaefen.
« Mon cher ami. Je savais que tu refuserais que je te laisse là.
- Et comment! Tu ne comptais tout de même pas voyager et t’amuser sans moi ?
- Et sans moi non plus! »
Trialon avait en disant cela tiré l’oreille de son frère, qui fit une grimace.
« Je sais bien qu’il est impossible de se débarrasser de toi! »
Tout le monde rit à cette remarque. Mais le regard des deux Anciens avait changé. Celui de Vénaparien était inquiet, celui de Femiren brillant de larmes. Un espoir se dessinait, mais en même temps l’angoisse de revivre ce qu’il avait toujours cherché à oublier.
« Je crois bien, Enaefen, que tu ne seras pas seul, finalement. Et il est fort probable que de nombreux autres elfes veuillent vous rejoindre. Vous êtes nombreux à vivre dans l’ignorance. Mais lorsque tout vous sera révélé, je crains que vous n’ayez (plus) tous envie de partir… A vrai dire, murmura Femiren, le regard tourné vers le mur-baie, nous devrions tous partir…
- Pourquoi ne pas le faire ? Demanda Enaefen, soudain tout frétillant de joie. Venez avec nous!
- Ce message est peut-être urgent. Et construire suffisamment de navires pour nous tous prendrait trop de temps. De plus, je ne crois pas que nous, les Anciens, soyons prêts à faire à nouveau confiance à la mer. Nous n’oublierons jamais sa trahison, qui fut le pire de nos malheurs.
- Mais ne t’inquiètes pas, Enaefen, si une guerre doit survenir, et que l’aide de Aefen est indispensable, nous répondrons sans attente à votre demande. N’est-ce pas mon seigneur ?
- Oui, oui, répondit l’elfe d’un air distrait. »
Sa vue s’était brouillée, et des images venues d’une autre époque refaisaient surface, tiraillant sa conscience. Au fur et à mesure que les souvenirs ressurgissaient, il triait ceux qu’il montrerait aux jeunes elfes. Sa méditation prit fin brutalement. Il avait beaucoup de choses à faire.

« A présent, dit le vieil elfe, tous les trois, vous devez connaître notre passé, avant de tracer notre futur. Trialon, tu es au courant de presque tout, mais tu n‘étais pas présent lors de cette nuit où... Mais nous en parlerons plus tard. Tu vas venir avec nous. Ensuite je te chargerai d’une mission de la plus haute importance. Vénaparien je souhaiterais que tu informes les autres membres du Conseil. Ils doivent être chez Séguérid. Puis nous avertirons le reste du peuple, et révèlerons toute l’histoire aux plus jeunes.
- Bien mon seigneur.
- Trialon, viens ici. »
L’Ancien entraîna Trialon (comme tu l'as déjà cité dans le dialogue, je lui donnerais une autre façon de le désigner) dans le bureau de Vénaparien, et referma la porte. La mission devait pour le moment rester confidentielle.

Le père et le fils ressortirent quelques instants plus tard. Trialon n’irait exécuter sa mission qu‘une fois les révélations de Femiren effectuées. Vénaparien, lui, partit chez Séguérid sous les regards curieux de cadets du groupe.
« Si nous y allions ? Demanda Femiren.
- Où cela donc ?
- Mais au palais, Ielen. Au palais. »
Puis il sortit de la demeure et commença à monter les marches très lentement. Il avait le vertige.
Parvenus au sommet de la falaise, les quatre elfes descendirent la pente douce, et repartirent en direction du palais à pied.
Durant le retour, Ielen posa une question à Enaefen, qui inquiéta le seigneur.
« Au fait mon cher ami, et ces rêves ? Les fais-tu encore ?
- Oui, mais surtout celui de la femme dans les bois. Il est plus réaliste que tous les autres.
- De quels rêves parles-tu donc mon fils ? »
Enaefen lui raconta donc ces “visions”. Femiren en déduisit qu’il s’agissait de souvenirs. Sauf pour ce rêve concernant la jeune inconnue à la voix douce. Femiren sut immédiatement de qui il s’agissait, mais il n’en révéla rien au jeune elfe (je sais pas... mais moi je ne le dirais pas qu'il le sait... ça casse l'envie de savoir). Celui-ci le découvrirait tôt ou tard. Mais ce rêve l’intrigua beaucoup. Serait-ce une prémonition ? Un message des dieux ? Peu d’êtres ont la capacité de communiquer avec les dieux. Et la prémonition est réservée aux fées du destin. Et si cela avait un rapport avec… Qui sait…

Tout dans la continuité de l'épisode précédent. Je n'ai aps grand chose à redire, il me semble. Sauf encore une fois cette impression d'être coupé dans le suspens par les phrases du genre: "Femiren sut immédiatement de qui il s’agissait, mais il n’en révéla rien au jeune elfe". Donc je ne sais pas pour les autres lecteurs, mais moi ça me gêne.
Donc à revoir peut être Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Lun 5 Jan 2009 - 10:46

ok merci.
De toute façon ce passage ne me plaît pas, je n'arrive pas à rentrer dedans, je ne sais pas pourquoi. Mais je vais l'améliorer, promis.
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Maeror le Lun 5 Jan 2009 - 10:49

Désolé, j'avais dit que je lirai ce passage hier soir, mais je n'ai pas pu me connecter (rentré = interdiction des parents -_-). Je vais tenter de me rattraper ce soir !
avatar
Maeror
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 670
Age : 25
Votre talent : Écriture
Points : 256
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Marie D le Lun 5 Jan 2009 - 16:59

Pas de problème t'inquiète.
avatar
Marie D
Talent Génial
Talent Génial

Féminin Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : A la bibliothèque
Emploi/loisirs : doctorante; en cours de rédaction de thèse, et prof d'archéologie à la fac à l'occasion^^
Votre talent : Écriture
Points : 387
Date d'inscription : 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Maeror le Mar 6 Jan 2009 - 10:01

Voila voila, j'ai eu le temps de lire le texte à l'instant. Par contre Pacô, je n'ai pas encore lu ta nouvelle, j'attendrai ce soir, là je dois repartir en cours (et de toute fçon, il sera pas là avant vendredi ^^).

Alors alors, je me suis un peu embrouillé dans les personnages, je ne me souvenais plus qui était qui avec le temps, mais c'est revenu !
Sinon, je touve ce passage trop rapide. C'est sûrement plus intéressant de l'écrire ainsi pour toi, afin d'avancer plus vite dans l'histoire, mais je trouve que les décisions sont prises un peu vite. J'aurai préféré qu'Enaefen ait été douteux, excité par l'idée de partir en voyage, mais aussi un peu terrifié. Je l'aurai fai rentrer chez lui, je l'aurai fait réfléchir, j'aurai fait passer le temps, histoire que le lecteur connaisse le connaisse plus. Enfin, je l'aurai rendu plus "humain" quoi, même si c'est un elfe ^^
Même chose pour les autres "jeunots" (^^), j'aurai attendu un peu plus longtemps avant de les faire vouloir l'accompagner, pour la meme raison.
Quant à Femiren, je trouve que tu décris trop ses pensées ^^ Enfin ça c'est un avis personnel, même si tu ne décrivais aucune de ses pensées, il aurait gardé son côté énigmatique (côté qui aurait d'ailleurs été augmenté). Il aurait par contre fallut faire quelques phrases pour bien montrer qu'il en sait plus qu'il n'en dit (il fronça les sourcils, resta muet, l'air soucieux, en pleine réflection, etc ^^).

Voilà voila ^^
avatar
Maeror
Talent Génial
Talent Génial

Masculin Nombre de messages : 670
Age : 25
Votre talent : Écriture
Points : 256
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum