Dragontown

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dragontown

Message  Pacô le Lun 6 Juil 2009 - 13:40

Hisha a écrit:
Chapitre 1 : Arya


Ils marchèrent deux jours avant d’arriver en vue du grand dôme de la cité natale d’Eva. Si le sommet était transparent afin de laisser passer la lumière du Soleil - qui, se reflétant, ne laissait voir de cette partie qu’une tache aveuglante - (soit dit en passant, tu peux aussi l'intégrer directement dans la phrase hein) la base ne montrait aux yeux des voyageurs que d’immenses plaques de métal aux jonctions envahies de grains de sables. Mais comme pour toutes les cités-états qui se dressaient sur ce qu’était devenue la Terre, le dôme ne constituait que la partie émergée de l’iceberg (là tu ne peux pas placer cette expression puisqu'elle ne s'applique que pour un problème. Toutefois, tu peux garder l'image de l'iceberg, mais en fabriquant toi-même la métaphore ou une comparaison. Là, sinon, c'est incorrect). En sous-sol se trouvaient notamment les épurateurs d’eau, les cultures hors-sol et les élevages de poulets et autres animaux qui ne prenaient pas beaucoup de place. Comme toutes les villes.
Mais celle-ci en particulier était la seule à arborer une croix gammée gravée sur toute la surface de sa lourde porte de fer à double battant. Cette dernière était assez grande et large pour laisser passer un camion. Et juste au-dessus brillait l’éclat discret (oxymore involontaire hein? Sauf que là dans le contexte, bof. Un éclat et discret ... y'a pas plus opposé) d’une caméra de surveillance.
« Je ne vais pas devoir garder cette capuche tout le temps, j’espère, râla Vic.
-Je t’ai déjà expliqué, rappela l’aryenne. Il ne faut pas que la caméra voit tes cheveux noirs. Quand on nous aura fait entrer, tu pourras l’enlever.
-Pourquoi tu me donnes des ordres ?
-Je ne te donne pas d’ordres, j’expose les faits, c’est tout.
-Ça ressemble beaucoup à des ordres, quand même.
-On ne peut pas discuter avec toi… soupira Eva.
-Tu l’apprendras vite : j’ai raison, tu as tort. Et une fois à l’intérieur, ils ne vont pas me jeter dehors ?
-Tu m’as sauvé la vie ; ils devraient au moins te laisser vivre…
-Moi ça ne me dit rien de bon, déclara le jeune homme. Surtout que tu ne m’as toujours pas dit ce que tu veux découvrir exactement.»
Elle soupira. (répétition => Elle grogna. Elle gémit. Elle hocha du chef. Etc ...)
«Tu dois penser que je me sers de toi parce que personne chez moi ne m’aiderait… Mais… Tu comprends, Vic, il faut absolument que je sache. Oui, je dois savoir si les nomades ont dit vrai.
-Et moi je voudrais bien savoir comment Arya peut tenir debout, informa l’amnésique. C’est pour ça que je te suis depuis deux jours.
-En tout cas c’est certain que ce n’est pas là qu’on retrouvera les tiens.
-Tu tiens vraiment à m’aider pour ça ? demanda-t-il.
-Bien sûr, répondit-elle. Sinon, je serais restée avec les nomades.»
Ils parlaient tout en marchant ; les portes se rapprochaient.
Après un court silence, Vic déclara :
-Tu n’es pas obligée de voyager avec moi, Eva. On ne sait pas pourquoi je ne suis plus chez moi…
-Si, je suis obligée. Je me suis promise à moi-même de te faire retrouver la mémoire.
-Eva…
-Quoi ?
Il secoua la tête.
-Non, rien. »
Une fois arrivés devant la porte, celle-ci s’ouvrit dans un grand bruit de pistons (un bruit de pistons? ho ho) devant eux.
« Tiens, une revenante, railla l’un des gardes, des armoires à glaces toutes identiques: cheveux rasés, treillis militaire, mine patibulaire.
-Et qui ose nous amener un étranger, ajouta son collègue.
-Toutes mes excuses à notre vénéré Guide… J’ai pris peur, expliqua Eva. Ça peut se comprendre. Et cet étranger m’a sauvé la vie.»
Les deux hommes s’entre-regardèrent (verbe mal choisi... "s'observèrent", "se regardèrent" tout simplement) comme pour se consulter mutuellement, puis indiquèrent à la jeune femme d’entrer, ce qu’elle fit aussitôt, suivie de Vic. Ce dernier rabattit sa capuche en arrière sitôt les battants refermés derrière eux. Les armoires à glaces restèrent bouche bée plusieurs minutes.
« Alors ça existe vraiment ?
-Pas comme ton cerveau », répliqua l’intéressé.
Le garde de droite leva la crosse de son fusil sur l’étranger, qui esquiva, posa la main sur la poignée de son katana dépassant de son dos, prêt à dégainer ; Eva s’interposa.
-Fais profil bas si tu veux survivre, Vic. Tu es un non-aryen, un impur ; ils n’hésiteraient pas à te tuer comme on écrase un moustique.
-Hum.
-C’est parfaitement interdit d’amener ce genre d’animal ici, rappela l’autre garde.
-Je vous l’ai déjà dit : il m’a sauvé la vie. J’allais me faire attaquer par des nomades, mentit-elle. Il s’est interposé et m’a donné l’une de ses gourdes.
-Et d’où sort-il ?
-On ne sait pas, informa la jeune femme. Il a perdu la mémoire. Par contre, j’ai toujours voulu avoir un animal de compagnie, comme dans les livres d’Histoire. Vous croyez que le Guide l’acceptera ?
-Ne me dis pas que tu es sérieuse ! s’exclama Vic.
-Qu’est-ce que tu préfères : la laisse ou la chambre à gaz ? lui demanda Eva. (euh ouais, et ça faut peut être préciser que les gardes n'entendent pas)
-C’était donc vrai cette histoire de gaz ?
-Pouvons-nous entrer dans la ville ? Nous sommes fatigués ; nous avons marché deux jours pour venir ici. »

Un peu maladroit tout de même. Trop simple quoi. Les gardes sont benêts et butés. L'étranger ne joue pas le jeu ce qui ferait tout pour qu'il échoue et pourtant non.
Dans une réalité aussi sinistre, il n'aurait pas fait plus de trois pas.

Mais ça se laisse lire avec un certain plaisir. Je pense qu'il faut approfondir et donne plus de "réalisme" aux situations. Tu ne crois pas ?

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dragontown

Message  Hisha le Mer 8 Juil 2009 - 13:07

J'ai édité un truc ou deux.
Je voyais mal Vic s'écraser tout de suite face aux gardes (ou face à qui que ce soit, d'ailleurs), donc j'ai imaginé la petite altercation... De toute façon, comme tout mes textes, Dragontown est un brouillon permanent ; dans la prochaine version, Eva le brifera mieux que ça avant d'arriver à la citée blonde aux yeux bleus^^'
avatar
Hisha
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 383
Age : 25
Localisation : devant mon ordi, derrière je vois rien!
Emploi/loisirs : écrire, lire, écouter de la musique
Votre talent : Écriture
Points : 335
Date d'inscription : 23/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dragontown

Message  Pacô le Dim 12 Juil 2009 - 17:15

Okay Smile ...

Bah tant que ça reste cohérent, c'est ce qu'il me faut Wink .

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dragontown

Message  kirlim le Dim 19 Juil 2009 - 21:29

Hisha a écrit:
Chapitre 1 : Arya


Ils marchèrent deux jours avant d’arriver en vue du grand dôme de la cité natale d’Eva. Si le sommet était transparent afin de laisser passer la lumière du Soleil qui, se reflétant, ne laissait voir de cette partie qu’une tache aveuglante (bof), la base ne montrait aux yeux des voyageurs que d’immenses plaques de métal aux jonctions envahies de grains de sables. Mais comme pour toutes les cités-états qui se dressaient sur ce qu’était devenue la Terre, le dôme ne constituait que la partie émergée de la ville. En sous-sol se trouvaient notamment les épurateurs d’eau, les cultures hors-sol et les élevages de poulets et autres animaux qui ne prenaient pas beaucoup de place. Comme toutes les villes.
Mais celle-ci en particulier était la seule à arborer une croix gammée gravée sur toute la surface de sa lourde porte de fer à double battant, assez grande et large pour laisser passer un camion, et surplombée d’une caméra de surveillance.
« Je ne vais pas devoir garder cette capuche tout le temps, j’espère, râla Victor (il s'appelle bien victor ? en ce cas, il faut l'écrire en entier).
-Je t’ai déjà expliqué, rappela l’aryenne. Il ne faut pas que la caméra voit tes cheveux noirs. Quand on nous aura fait entrer, tu pourras l’enlever.
-Pourquoi tu me donnes des ordres ?
-Je ne te donne pas d’ordres, j’expose les faits, c’est tout.
-Ça ressemble beaucoup à des ordres, quand même.
-On ne peut pas discuter avec toi… soupira Eva.
-Tu l’apprendras vite : j’ai raison, tu as tort. Et une fois à l’intérieur, ils ne vont pas me jeter dehors ?
-Tu m’as sauvé la vie ; ils devraient au moins te laisser vivre…
-Moi ça ne me dit rien de bon, déclara le jeune homme. Surtout que tu ne m’as toujours pas dit ce que tu veux découvrir exactement.
-Tu dois penser que je me sers de toi parce que personne chez moi ne m’aiderait… Mais… Tu comprends, Vic, il faut absolument que je sache. Oui, je dois savoir si les nomades ont dit vrai.
-Et moi je voudrais bien savoir comment Arya peut tenir debout (pourquoi ?), informa l’amnésique. C’est pour ça que je te suis depuis deux jours.
-En tout cas c’est certain que ce n’est pas là qu’on retrouvera les tiens.
-Tu tiens vraiment à m’aider pour ça ? demanda-t-il.
-Bien sûr, répondit-elle. Sinon, je serais restée avec les nomades. »
Ils parlaient tout en marchant ; les portes se rapprochaient.
Après un court silence, Vic déclara :
« Tu n’es pas obligée de voyager avec moi, Eva. On ne sait pas pourquoi je ne suis plus chez moi…
-Si, je suis obligée. Je me suis promise à moi-même de te faire retrouver la mémoire.
-Eva…
-Quoi ?
Il secoua la tête.
-Non, rien. »
Une fois arrivés devant la porte, celle-ci s’ouvrit devant eux.
« Tiens, une revenante, railla l’un des gardes, des armoires à glaces toutes identiques : cheveux rasés, treillis militaire, mine patibulaire.
-Et qui ose nous amener un étranger, ajouta son collègue.
-Toutes mes excuses à notre vénéré Guide… J’ai pris peur, expliqua Eva. Ça peut se comprendre. Et cet étranger m’a sauvé la vie. »
Les deux hommes s’observèrent comme pour se consulter mutuellement, puis indiquèrent à la jeune femme d’entrer, ce qu’elle fit aussitôt, suivie de Victor. Ce dernier rabattit sa capuche en arrière sitôt les battants refermés derrière eux. Les armoires à glaces restèrent bouche bée plusieurs minutes.
« Alors ça existe vraiment ?
-Pas comme ton cerveau », répliqua l’intéressé.
Le garde de droite leva la crosse de son fusil sur l’étranger, qui esquiva, posa la main sur la poignée de son katana dépassant de son dos, prêt à dégainer ; Eva s’interposa.
-Fait profil bas si tu veux survivre, Vic. Tu es un non-aryen, un impur ; ils n’hésiteraient pas à te tuer comme on écrase un moustique.
-Hum.
-C’est parfaitement interdit d’amener ce genre d’animal ici, rappela l’autre garde.
-Je vous l’ai déjà dit : il m’a sauvé la vie. J’allais me faire attaquer par des nomades, mentit-elle. Il s’est interposé et m’a donné l’une de ses gourdes.
-Et d’où sort-il ?
-On ne sait pas, informa la jeune femme. Il a perdu la mémoire. Par contre, j’ai toujours voulu avoir un animal de compagnie, comme dans les livres d’Histoire. Vous croyez que le Guide l’acceptera ?
-Ne me dis pas que tu es sérieuse ! s’exclama Victor.
-Qu’est-ce que tu préfères : la laisse ou la chambre à gaz ? lui chuchota Eva.
-C’était donc vrai cette histoire de gaz ?
-Pouvons-nous entrer dans la ville ? Nous sommes fatigués ; nous avons marché deux jours pour venir ici. Muselez-le s'il la ramène un peu trop. »

Sympa, ça se laisse lire j'ai envie de dire Smile
Sinon, pas de surnom dans la narration..

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dragontown

Message  Pacô le Dim 19 Juil 2009 - 21:51

kirlim a écrit:Sinon, pas de surnom dans la narration..
Oh si on peut pour ce genre de roman là.
Tu écrirais avec un style assez emphatique, proche du Proust ou du Balzac, je te dirais non.
Mais là au contraire, ça rapproche le lecteur des personnages, et c'est le but de ce genre d'écrit Wink ...
Non ?

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dragontown

Message  kirlim le Dim 19 Juil 2009 - 23:28

Boarf, moi je n'aime pas, sauf si l'on s'y est bien familiarisé avant, mais là, ce n'est pas le cas... Déjà, je préférais machin à victor, et je préfère victor à vic alors bon ^^

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dragontown

Message  Hisha le Sam 7 Nov 2009 - 16:10

"Machin" demande lui-même "appelle-moi Vic", donc ce sera Vic Razz

Sinon, un 'tit bout de la suite :





Après de longues négociations et un coup de téléphone au Guide, on fit amener un collier et une laisse de cuir du petit zoo de la ville pour attacher l’étranger ; ensuite seulement Eva put sortir du sas d’entrée avec lui et une escorte de quatre gardes.
« Tu me le payeras, souffla l’amnésique à la jeune femme.
-C’était le seul moyen de te faire entrer vivant, répliqua cette dernière sur le même ton tout en agitant légèrement la laisse qu’elle tenait.
-Tu me le payeras quand même.
-Qu’est-ce que vous marmonnez avec cette bestiole, Mademoiselle ? demanda un des gardes.
L’interpellée prit un ton faussement naïf pour répondre :
-Ben… Il sait parler, donc il doit me comprendre, non ?
-Le perroquet du zoo parle aussi.
-Pourquoi les gorilles ne s’adressent pas à moi directement ? pensa Vic tout haut.
-Pour la même raison qu’ils n’hésiteraient pas à t’envoyer à l’incinérateur si tu ne tiens pas à carreaux, Vic.
-Je ne t’ai pas sonnée. »
Les passants se retournaient sur le passage du « convoi », ou plutôt sur celui de l’étrange créature aux cheveux noirs qui venait d’entrer dans leur cité. Une chose si incroyable qu’ils ne remarquaient la future épouse de leur chef incontesté qu’après elle.
Le jeune homme s’était préparé psychologiquement à la haine des aryens ; seulement ils ne l’estimaient pas même assez pour le haïr. Une bête curieuse, voilà ce qu’il était à leurs yeux.

« Eva, te revoilà enfin ! Nous étions morts d’inquiétude ! Mais que t’est-il donc passé par la tête ?
-Je suis désolée, maman, papa… »
On frappa trois coups à la porte avant de l’ouvrir sans plus de cérémonie.
Les parents d’Eva et elle-même levèrent leur main droite bien haut pour saluer le dirigeant de la cité.
On ne pouvait le voir sans que la pensée d’un fil de fer ne fasse irruption dans son esprit. Très grand, maigre, mais un regard qui trahissait une volonté et des nerfs d’acier trempé. Il répondit aux saluts puis scruta longuement la jeune femme de ses yeux bleus aciers avant de déclarer :
« On peut dire que ton retour a été remarqué, Eva.
Le ton de reproche s’appliquait-il vraiment à la phrase qu’il venait de prononcer ou à ce qu’elle sous-entendait (qu’elle s’était enfuie) ? Probablement la deuxième solution.
-Je… je suis vraiment désolée, je crois que je ne suis tout simplement pas prête… s’excusa-t-elle en fixant intensément ses pieds.
-C’est bien dommage : quand j’ai su que tu étais revenue, j’ai annoncé la cérémonie pour dans une semaine, histoire que tu puisses quand même te reposer un peu. »
Vic se fit violence pour ne pas intervenir dans la conversation et faire remarquer que la semaine de délais offerte à Eva était tout, sauf un cadeau…
La jeune aryenne, quant à elle, alla s’asseoir dans le canapé comme si cela pouvait l’aider à mieux encaisser la nouvelle.
Une semaine, c’était tout ce dont elle disposait.

« Bon… Où est-ce qu’on va le mettre, ton impur ? demanda le père d’Eva, plus pour rompre le pesant silence qui s’était installé après le départ du Guide que pour autre chose.
-Il peut dormir sur le canapé, répondit sa fille, ravie de pouvoir penser à autre chose.
-Non, il va salir. il dormira par terre.
-Il a un nom ? demanda la mère de la jeune femme.
-Ouais, et je comprends ce que vous dites, aussi, intervint Vic.
-Il s’appelle Victor, ajouta Eva.
Sa génitrice se figea.
-Quel nom tu as dit ?
-Victor.
Le mari se leva de son fauteuil et alla prendre sa femme dans ses bras.
-Tu sais bien qu’il ne faut pas prononcer ce nom devant ta mère.
L’étranger haussa un sourcil. Visiblement, son nom provisoire évoquait un passé douloureux pour cette famille.


Dernière édition par Hisha le Dim 8 Nov 2009 - 13:05, édité 2 fois
avatar
Hisha
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 383
Age : 25
Localisation : devant mon ordi, derrière je vois rien!
Emploi/loisirs : écrire, lire, écouter de la musique
Votre talent : Écriture
Points : 335
Date d'inscription : 23/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dragontown

Message  Pacô le Sam 7 Nov 2009 - 16:56

Oulah, je pense qu'il serait quand même bon que tu nous fasses un petit résumé ... c'est que ça remonte pas mal Wink.
Mais bon, let's go !

Hisha a écrit:
Après de longues négociations et un coup de téléphone au Guide, on fit amener un collier et une laisse de cuir du petit zoo de la ville pour attacher l’étranger ; ensuite seulement Eva put sortir du sas d’entrée avec lui et une escorte de quatre gardes.
« Tu me le payeras, souffla l’amnésique à la jeune femme.
-C’était le seul moyen de te faire entrer vivant, répliqua cette dernière sur le même ton tout en agitant légèrement la laisse qu’elle tenait.
-Tu me le payeras quand même.
-Qu’est-ce que vous marmonnez avec cette bestiole, Mademoiselle ? demanda un des gardes.
L’interpellée prit un ton faussement naïf pour répondre :
-Ben… Il sait parler, donc il doit me comprendre, non ?
-Le perroquet du zoo parle aussi.
-Pourquoi les gorilles ne s’adressent pas à moi directement ? pensa Vic tout haut.
-Pour la même raison qu’ils n’hésiteraient pas à t’envoyer à l’incinérateur si tu ne tiens pas à carreaux, Vic.
-Je ne t’ai pas sonnée. »
Les passants se retournaient sur le passage du « convoi », ou plutôt sur celui de l’étrange créature aux cheveux noirs qui venait d’entrer dans leur cité. Une chose si incroyable qu’ils ne remarquaient la future épouse de leur chef incontesté qu’après elle.
Le jeune homme s’était préparé psychologiquement à la haine des aryens ; seulement ils ne l’estimaient pas même assez pour le haïr. Une bête curieuse, voilà ce qu’il était à leurs yeux.

« Eva, te revoilà enfin ! Nous étions morts d’inquiétude ! Mais que t’est-il donc passé par la tête ?
-Je suis désolée, maman, papa… »
On frappa trois coups à la porte avant de l’ouvrir sans plus de cérémonie.
Les parents d’Eva et elle-même levèrent leur main droite bien haut pour saluer le dirigeant de la cité.
On ne pouvait le voir sans que l’image d’un fil de fer ne fasse irruption dans son esprit (lol je vois ... mais essaie avec "sans que la pensée" parce que c'est assez maladroit). Très grand, maigre, mais un regard qui trahissait une volonté et des nerfs d’acier trempé. Il répondit aux saluts puis scruta longuement la jeune femme de ses yeux bleus aciers avant de déclarer :
« On peut dire que ton retour a été remarqué, Eva.
Le ton de reproche s’appliquait-il vraiment à la phrase qu’il venait de prononcer ou à ce qu’elle sous-entendait (qu’elle s’était enfuie) ? Probablement la deuxième solution.
-Je… je suis vraiment désolée, je crois que je ne suis tout simplement pas prête… s’excusa-t-elle en fixant intensément ses pieds.
-C’est bien dommage : quand j’ai su que tu étais revenue, j’ai annoncé la cérémonie pour dans une semaine, histoire que tu puisses quand même te reposer un peu. »
Vic se fit violence pour ne pas intervenir dans la conversation et faire remarquer que la semaine de délais offerte à Eva était tout, sauf un cadeau…
La jeune aryenne, quant à elle, alla s’asseoir dans le canapé comme si cela pouvait l’aider à mieux encaisser la nouvelle.
Une semaine, c’était tout ce dont elle disposait.

« Bon… Où est-ce qu’on va le mettre, ton impur ? demanda le père d’Eva, plus pour rompre le pesant silence qui s’était installé après le départ du Guide que pour autre chose.
-Il peut dormir sur le canapé, répondit sa fille, ravie de pouvoir penser à autre chose.
-Il a un nom ? demanda la mère de la jeune femme.
-Ouais, et je comprends ce que vous dites, aussi, intervint Vic.
-Il s’appelle Victor, ajouta Eva.
Sa génitrice se figea.
-Quel nom tu as dit ?
-Victor.
Le mari se leva de son fauteuil et alla prendre sa femme dans ses bras.
-Tu sais bien qu’il ne faut pas prononcer ce nom devant ta mère.
L’étranger haussa un sourcil. Visiblement, son nom provisoire évoquait un passé douloureux pour cette famille.
Cela va s'en dire !

Je n'aurais peut être pas fait intervenir le Guide. J'aurais même préféré qu'il reste mystérieux, dans l'ombre, et que ce ne soit qu'une idée. Que ce soit l'un de ses émissaires qui annonce la cérémonie à Eva. Parce que en plus, pour un chef de cité, ça fait un peu gros qu'il arrive directement. A croire que la cité ressemble à un village de 3oo habitants ^^.

Y'a quelques tournures maladroites aussi qu'il faudrait revoir. Les dialogues forment un sentiment de complicité entre les deux protagonistes mais ... en même temps ... on a la légère impression qu'ils ne sont pas très évolués. A revoir aussi je pense.

Et j'aurais imaginé la réaction des Aryens un peu plus violente. Ne serait-ce par qu'il dort sur le canapé (ça va salir, c'est impropre à son espèce etc ... enfin tous des trucs d'Aryen quoi).
Non ?

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dragontown

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum