Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Ven 22 Mai 2009 - 13:56

Et voilà !!

7.L'aura des cieux.

Aucune rencontre à part ces hommes. Ce qui était sans surprise vu la saison. L'hiver, peu de courageux se risquaient aux déplacements d'un lieu à un autre ; même pour les courts trajets de grandes précautions étaient prises.

Jhad ? Velk ? C'était différent... Les Maraudeurs semblaient développer des capacités de résistance face au froid, aux maladies, et à la fatigue. De manière très inégale d'ailleurs.

A la fin de la troisième journée, il fut décidé d'un accord commun, qui ne nécessitait aucun dialogue, qu'il était temps de reprendre des forces, de dormir...
Malgré la confiance qui s'était instaurée silencieusement entre les deux individus, Velk commençait doucement à s'inquiéter. Il n'y avait aucun abri possible à l'horizon, ce dernier s'étendait à perte de vue, et c'est cette nuit qu'ils devraient récupérer. Impossible donc d'aller beaucoup plus loin, sans compter qu'une nuit immobile sans abri, même pour un Maraudeur c'était la mort assurée.

“ Notre abri est là “, lui confia Jhad, en désignant à une cinquantaine de mètres un rocher de forme triangulaire, comme on en voyait beaucoup sur l'est de Rëdona.

Mais l'idée était ridicule aux yeux de Velk, les vents tourneraient plusieurs fois dans la nuit, et ce rocher n'offrirait pas une protection suffisante, même pour un animal à fourrure épaisse.

“ Tu remets en doute mes connaissances, gamin, n'est-ce pas ? C'est une qualité qu'il te faut conserver, croire aveuglement en quelque chose ou quelqu'un est ridicule, et réservé aux sots. Rappelle t'en, dit-il sur un ton presque solennel.
- Vous lisez aussi dans les pensées ? Je ne voulais pas être... rétorqua Velk, gêné.
- N'en dis pas trop, c'est uniquement ton aura qui t'a trahi. Je t'apprendrai bientôt ce que c'est, comment t'en servir et le plus important, comment la camoufler... Maintenant réfléchis intelligemment, notre monde n'est construit que sur les débris d'un autre. Notre ciel était le leur, mais notre sol n'existait pas pour eux. Où se trouvait donc les toits de leurs abris... ? “

Jhad se mit à nouveau à esquisser un sourire, au moment même où Velk comprit où il voulait en venir. L'élégant compagnon avait dû encore le percevoir grâce à cette histoire d'aura... Ceci rassura le gamin dans sa déduction et l'incita à agir.
L'enfant se mit à frapper le sol de ses pieds, frénétiquement. Du moins les premières minutes car rapidement la fatigue accumulé se fit ressentir. Impassible, Jhad ne remuait pas un membre, les yeux clos il semblait être en attente de quelque chose...
Un son creux se répercuta sur le rocher suite à un des coups du gamin sur le sol. Jhad ouvrit soudainement les yeux et murmura d'une voix légère, satisfaite et rassurante.

“ Ici... “

Velk regardait le sol avec une énergie semblable à celle d'un affamé devant un plat chaud.
Il gratta le sol pour dégager la poussière à moitié givrée, et découvrit aisément un anneau d'un diamètre d'une vingtaine de centimètres. Complètement glacé.

“ Attend avant de te jeter dessus... dit Jhad pour calmer les ardeurs du jeune l'accompagnant.
- Et vous allez me dire pourquoi ? Enfin, avant que l'on meurt de froid à la surface ? grommela Velk, trahissant son impatience.
- Le métal gelé se brise comme du verre. Ton ignorance sur les lois de l'Hiver n'a d'égal que ton insolence apparemment. Tu vas devoir uriner dessus si tu ne désires pas briser la poignée et nous condamner à une mort certaine... “, répliqua-t-il sans attendre, sur un ton indifférent.

Velk s'exécuta, se plaignant qu'il faisait froid et qu'il ne comprenait pas pourquoi c'était à lui de se geler les extrémités plutôt qu'à Jhad. Ce dernier répondit simplement qu'il était bien trop élevé pour risquer qu'on le voit dans une situation aussi improbable, alors que Velk lui était un rustre qui remplirait sans risque moral cette tâche ingrate.
Malgré le fait que l'explication ne convenait pas du tout au gamin, il finit de s'exécuter en tremblotant. Puis tenta en vain de soulever la plaque lié à l'anneau.

“ Ta force physique est limitée par la puissance de tes muscles, ton aura peut t'aider à surmonter ce détail.
- Un ... détail ? cria Velk complètement essoufflé.
- Oui un détail. Tu es un Maraudeur, tu possèdes « L'aura des cieux », comme nous autres. Il t'appartient de la développer, et de la respecter. Si tu est humble dans tes efforts, elle te servira toujours fidèlement. Elle a sa conscience propre, et est unique. Chaque Maraudeur en possède une complètement différente de ses compagnons. Je t'en dirai plus une fois à l'intérieur...
- « L'aura des cieux... » “, répéta pour lui même le jeune Velk, complètement abasourdi par les révélations de Jhad.

Pendant que le gamin tentait de mettre de l'ordre sans sa tête, pour digérer ce qu'il venait d'entendre, le Maraudeur du 6 ème rang s'approcha de la trappe, saisit la poignée et la souleva sans le moindre effort.

Velk sortit de ses pensées et remarqua ce qui pour lui relevait du miracle... Il répéta à nouveau à voix basse « L'aura des cieux... ». Car il voyait distinctement autour de Jhad, cette lueur qui commençait à lui être familière, mi fade mi colorée. Elle diminuait lentement pendant que Jhad empruntait l'échelle que dissimulait la trappe, il fredonnait cet air de musique classique entendu quelques jours plus tôt.

Le gamin le suivit machinalement, se retenant à son tour de fredonner cet air si apaisant...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Aléanore le Ven 22 Mai 2009 - 19:55

J'ai tout lu, avec un certain retard sur les autres je ne me lancerai pas dans une critique poussée de chacun des textes, tant que rien ne me choque je ne le fais pas souligner, c'est 21h40, je suis crevée, alors j'ai pas fait attention à l'orthographe je te fais confiance pour ça.
J'aime bien le style moderne l'écriture crue du 21e siècle qui ne doit plus choquer mais faire sourire, il y a juste quelques passages ou tu mélanges classique et moderne (bon désolée pour la richesse des termes que j'utilise mais je suis crevée) et là je tilte un peu.
Sinon l'histoire est bien même si comme je te l'ai dit je ne me suis plongée vraiment dans ton bouquin qu'au niveau du chapitre 2, j'ai toujours du mal à rentrer dans les histoires futuristes.
C'est facile à lire, pas prise de tête, ça j'aime, après je ne m'étends pas sur les détails car de 1 j'ai un chat qui court sur le clavier et qui supprime ou modifie tout ce que je marque et de 2 je supporte moi même très peu la critique (au moins je l'avoue ^^) alors l'infliger aux autres.... XD
J'espère que ça t'a aidé, en tout cas J'AIME, sache le Smile
avatar
Aléanore
Talent Habitué
Talent Habitué

Féminin Nombre de messages : 179
Age : 26
Localisation : Quelque part entre Salluste et Tite Live
Emploi/loisirs : Lire, apprendre, écrire...
Votre talent : Écriture
Points : 156
Date d'inscription : 02/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Ven 22 Mai 2009 - 20:01

Je te remercie Smile

Que tu n'ai accrochée qu'a partir du MINI-chapitre 2 ne me dérange pas outre mesure vu qu'ils ne seront plus divisés par la suite.

Et merci pour tout ça Wink Tout était dit. Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  kirlim le Ven 22 Mai 2009 - 21:47

Bon j'avais promis pour aujourd'hui, mais le temps de la correction, il sera sûrement minuit passée, donc désolé encore Very Happy

Encrier_virtuel a écrit:6.Explications

“ Mon prénom est Jhad et je suis du 6ème rang, dit le sombre compagnon de Velk, avec un certain orgueil non mesuré.
- Vous n'avez pas de nom vous non plus, et vous êtes un Maraudeur tout comme moi... C'est une constante (mouais, je ne suis pas sûr que se soit le mot approprié... "C'est un manie chez vous, l'absence de nom ?") l'absence de nom ? Et c'est quoi cette putain d'histoire de rangs ? ”, lâcha le jeune d'une seule traite.

Jhad, avant de répondre, avait infligé ("infligea ?" c'est tout de même moins lourd) un coup de genou rapide dans les côtes de Velk, le propulsant sur le sol, composé de terre sans couleur et de rochers abruptes. Il était rare que les réflexes du gamin lui fassent défaut, mais apparemment, et pour la première fois de sa vie, il n'était qu'un enfant faible devant un adulte solide. Ce geste agressif lui faisait finalement autant de mal que de bien...

“ Mais... ? cracha-t-il à terre, titubant en accusant le choc.
- Il va falloir corriger ton langage si tu comptes obtenir des réponses, et ainsi vivre quelques hivers de plus ; et pourquoi pas obtenir un meilleur rang, répondit Jhad, en attisant ouvertement la curiosité de l'impoli.
- C'est une blague ? En quoi cela va-t-il me servir à survivre ! dit-il avec une colère non dissimulée.
- L'homme incapable de retenue dans son langage ou dans ses actes, sera tout aussi incapable d'être excellent dans l'extrême de ceux là. (j'aime beaucoup l'idée, mais je reformulerais à ta place) C'est valable pour tout, et si tu ne t'y plies pas, je ne pourrais rien pour toi... “

Alors que Velk se relevait, il prit une décision simple. Il prendrait son temps pour poser chaque question, même s'il faudrait des jours avant d'en reposer une nouvelle. C'était une chance inouïe qu'il avait d'accompagner un de ses semblables. S'il fallait se plier (se soumettre) à des exigences particulières tel que le fait de mieux choisir ses mots, et d'agir dans la mesure, il en était capable...
Et ce, même au milieu d'un monde incapable d'en faire autant...

Trois jours ils marchèrent, à nouveau sans un mot, se nourrissant exclusivement de viande sèche, fournie par Jhad, qui semblait, sous son habit large, posséder quelques caches plutôt bien fournies.
Le deuxième jour, alors qu'un vent glacial recouvrait la terre et les roches d'une meurtrière couche de givre ; un groupe de pèlerins vint à leur rencontre. Ils transportaient un cadavre, rongé par le froid. Ils s'éternisèrent en explications futiles, et Velk se surprit à ressentir distinctement les sentiments de son compagnon, tant ils étaient réciproques aux siens. L'inutilité des détails fournis par les pèlerins, désirant uniquement s'assurer que leur direction était bien la bonne, ennuyait profondément les deux Maraudeurs.

Et pour la première fois, il vit son nouveau mentor sourire, du moins légèrement. Cela se produisit lorsque l'un des hommes transportant le corps, expliqua qu'ils se dirigeaient sur Rëdona pour rencontrer l'Embaumeur. Un mince sourire s'affichait sur son visage, ce qui posa un sacré souci au Maraudeur sans rang.

Il s'était décidé à ne poser qu'une question de temps en temps à son compagnon de route, et maintenant une myriade d'interrogations l'envahissait, concernant l'Embaumeur et ce qui s'était passé. Qu'est-ce qui prendrait le dessus ? Sa curiosité immédiate, ou bien les questionnements que Jhad lui avaient volontairement suggérés... ?

Hmm, pas assez de descritions, notamment sur leur départ, c'est bien que tu ne traînes pas en longueur dans des explications tordues genre eragon par exemple. Mais là, c'est vraiment trop rapide à mon goût. Depuis le début de l'histoire, en environ cinq pages word (je présume), tu as montré la fuite de Velk, tu as expliqué la situation actuelle très rapidement, et le héros a déjà trouvé son mentor (qui pourtant, ne semble pas être d'une importance minime. Et, en à peine quelques lignes, ils sont déjà partis à l'aventure (deux jours d'aventure même)...
Tout s'enchaîne, et j'ai parfois l'impression que tu t'attardes sur tes tournuresde phrases tout en résumant l'histoire plutôt que de la raconter. Mais après, ce n'est qu'un avis personnel, si je suis le seul à le penser, laisse ton texte comme ça Smile

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Ven 22 Mai 2009 - 21:55

Je l'ai dis au moins 3 fois depuis le début, les descriptifs y auras des rajouts, j'ai conscience de cette lacune.

Mais au delà de ça, tu apprécie l'univers, le style et tout et tout? Surprised

Je sais par contre que cela semble rapide tout ça, je pense que les descriptifs diminueront cette sensation un peu. Mais après c'est un rythme différent de vos lectures habituelles peut-être?

Merci en tout cas Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  kirlim le Ven 22 Mai 2009 - 22:31

Non, je ne suis pas habitué à ce rythme là, je le sais, je te le dis, et je signe Smile Mais pour le style et l'histoire, je te suis à fond !


7.L'aura des cieux.

Aucune rencontre à part ces hommes. Ce qui était sans surprise vu la saison. L'hiver, peu de courageux se risquaient aux déplacements d'un lieu à un autre ; même pour les courts trajets, de grandes précautions étaient prises.

Jhad ? Velk ? C'était différent... Les Maraudeurs semblaient développer des capacités de résistance face au froid, aux maladies, et à la fatigue. De manière très inégale d'ailleurs.

A la fin de la troisième journée, il fut décidé d'un accord commun, qui ne nécessitait aucun dialogue, qu'il était temps de reprendre des forces, de dormir...
Malgré la confiance qui s'était instaurée silencieusement entre les deux individus, Velk commençait doucement à s'inquiéter. Il n'y avait aucun abri possible à l'horizon et celui-ci s'étendait à perte de vue, et c'est cette nuit qu'ils devraient récupérer (Je pense que c'est inutile de le repréciser). Impossible donc d'aller beaucoup plus loin, sans compter qu'une nuit immobile sans abri, même pour un Maraudeur c'était la mort assurée.

“ Notre abri est là “, lui confia Jhad, en désignant à une cinquantaine de mètres un rocher de forme triangulaire, comme on en voyait beaucoup sur l'est de Rëdona.

Mais l'idée était ridicule aux yeux de Velk, les vents tourneraient plusieurs fois dans la nuit, et ce rocher n'offrirait pas une protection suffisante, même pour un animal à fourrure épaisse.

“ Tu remets en doute mes connaissances, gamin, n'est-ce pas ? C'est une qualité qu'il te faut conserver, croire aveuglement en quelque chose ou quelqu'un est ridicule, et réservé aux sots. Rappelle t'en, dit-il sur un ton presque solennel.
- Vous lisez aussi dans les pensées ? Je ne voulais pas être... rétorqua Velk, gêné.
- N'en dis pas trop, c'est uniquement ton aura qui t'a trahi. Je t'apprendrai bientôt ce que c'est ainsi que comment t'en servir. Et de toute évidence, de quelle manière il te faudra la camoufler... Maintenant réfléchis intelligemment, notre monde n'est construit que sur les débris d'un autre. Notre ciel était le leur, mais notre sol n'existait pas pour eux. Où se trouvait donc les toits de leurs abris... ? “

Jhad se mit à nouveau à esquisser un sourire, au moment même où Velk comprit où il voulait en venir. L'élégant compagnon avait dû encore le percevoir grâce à cette histoire d'aura... Ceci rassura le gamin dans sa déduction et l'incita à agir.
L'enfant se mit à frapper le sol de ses pieds, frénétiquement. Du moins les premières minutes car rapidement la fatigue accumulée se fit ressentir. Impassible, Jhad ne remuait pas un membre, les yeux clos il semblait être en attente de quelque chose...
Un son creux se répercuta sur le rocher suite à un des coups du gamin sur le sol. Jhad ouvrit soudainement les yeux et murmura d'une voix légère, satisfaite et rassurante.

“ Ici... “

Velk regardait le sol avec une énergie semblable à celle d'un affamé devant un plat chaud.
Il gratta le sol pour dégager la poussière à moitié givrée, et découvrit aisément un anneau d'un diamètre d'une vingtaine de centimètres. Complètement glacé.

“ Attend avant de te jeter dessus... dit Jhad pour calmer les ardeurs du jeune l'accompagnant.
- Et vous allez me dire pourquoi ? Enfin, avant que l'on meurt de froid à la surface ? grommela Velk, trahissant son impatience.
- Le métal gelé se brise comme du verre. Ton ignorance sur les lois de l'Hiver n'a d'égal que ton insolence apparemment. Tu vas devoir uriner dessus si tu ne désires pas briser la poignée et nous condamner à une mort certaine... “, répliqua-t-il sans attendre, sur un ton indifférent.

Velk s'exécuta, se plaignant qu'il faisait froid et qu'il ne comprenait pas pourquoi c'était à lui de se geler les extrémités plutôt qu'à Jhad. Ce dernier répondit simplement qu'il était bien trop élevé pour risquer qu'on le voit dans une situation aussi improbable, alors que Velk lui était un rustre qui remplirait sans risque moral cette tâche ingrate.
Malgré le fait que l'explication ne convenait pas du tout au gamin, il finit de s'exécuter en tremblotant. Puis tenta en vain de soulever la plaque liée à l'anneau.

“ Ta force physique est limitée par la puissance de tes muscles, ton aura peut t'aider à surmonter ce détail.
- Un ... détail ? cria Velk complètement essoufflé.
- Oui un détail. Tu es un Maraudeur, tu possèdes « L'aura des cieux », comme nous autres. Il t'appartient de la développer, et de la respecter. Si tu est humble dans tes efforts, elle te servira toujours fidèlement. Elle a sa conscience propre, et est unique. Chaque Maraudeur en possède une complètement différente de ses compagnons. Je t'en dirai plus une fois à l'intérieur...
- « L'aura des cieux... » “, répéta pour lui même le jeune Velk, complètement abasourdi par les révélations de Jhad.

Pendant que le gamin tentait de mettre de l'ordre sans sa tête, pour digérer ce qu'il venait d'entendre, le Maraudeur du 6 ème rang s'approcha de la trappe, saisit la poignée et la souleva sans le moindre effort.

Velk sortit de ses pensées et remarqua ce qui pour lui relevait du miracle... Il répéta à nouveau à voix basse « L'aura des cieux... ». Car il voyait distinctement autour de Jhad, cette lueur qui commençait à lui être familière, mi fade mi colorée. Elle diminuait lentement pendant que Jhad empruntait l'échelle que dissimulait la trappe, il fredonnait cet air de musique classique (si je me souviens bien, tu ne parles pas de musique classique, mais d'une musique harmonieuse qui date sûrement d'avant le C.U., je dis ça parce que j'ai mis un peu moment avant de me souvenir de l'air en question.) entendu quelques jours plus tôt.

Le gamin le suivit machinalement, se retenant à son tour de fredonner cet air si apaisant...

J'aime bien, la description est nickelle à mon avis.
Donc là, c'est la fin de la première partie ?

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Ven 22 Mai 2009 - 22:56

Y a pas encore de partie délimité. Disons que c'est le maximum que j'ai donné sur le net. Je m'arrêtais là car je pense que ca donne un bon premier aperçu du style, univers etc...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Pacô le Sam 23 Mai 2009 - 13:25

Encrier_virtuel a écrit:7.L'aura des cieux.

Aucune rencontre à part ces hommes. Ce qui était sans surprise vu la saison. L'hiver, peu de courageux se risquaient aux déplacements d'un lieu à un autre ; même pour les courts trajets de grandes précautions étaient prises.

Jhad ? Velk ? C'était différent... Les Maraudeurs semblaient développer des capacités de résistance face au froid, aux maladies, et à la fatigue. De manière très inégale d'ailleurs.

A la fin de la troisième journée, il fut décidé d'un accord commun, qui ne nécessitait aucun dialogue, qu'il était temps de reprendre des forces, de dormir...
Malgré la confiance qui s'était instaurée silencieusement entre les deux individus, Velk commençait doucement à s'inquiéter. Il n'y avait aucun abri possible à l'horizon, ce dernier s'étendait à perte de vue, et c'est cette nuit qu'ils devraient récupérer. Impossible donc d'aller beaucoup plus loin, sans compter qu'une nuit immobile sans abri, même pour un Maraudeur c'était la mort assurée. (je la trouve bizarre cette dernière phrase. Toutefois, je n'arrive pas à déterminer ce qui me gêne réellement. Mais ... ça te dit de la revoir? ^^)

« Notre abri est là », lui confia Jhad, en désignant à une cinquantaine de mètres un rocher de forme triangulaire, comme on en voyait beaucoup sur l'est de Rëdona.

Mais l'idée était ridicule aux yeux de Velk, les vents tourneraient plusieurs fois dans la nuit, et ce rocher n'offrirait pas une protection suffisante, même pour un animal à fourrure épaisse.

« Tu remets en doute mes connaissances, gamin, n'est-ce pas ? C'est une qualité qu'il te faut conserver, croire aveuglement en quelque chose ou quelqu'un est ridicule, et réservé aux sots. Rappelle t'en, dit-il sur un ton presque solennel.
- Vous lisez aussi dans les pensées ? Je ne voulais pas être... rétorqua Velk, gêné.
- N'en dis pas trop, c'est uniquement ton aura qui t'a trahi. Je t'apprendrai bientôt ce que c'est, comment t'en servir et le plus important, comment la camoufler... Maintenant réfléchis intelligemment, notre monde n'est construit que sur les débris d'un autre. Notre ciel était le leur, mais notre sol n'existait pas pour eux. Où se trouvait donc les toits de leurs abris... ? “

Jhad se mit à nouveau à esquisser un sourire, au moment même où Velk comprit où il voulait en venir. L'élégant compagnon avait dû encore le percevoir grâce à cette histoire d'aura... Ceci rassura le gamin dans sa déduction et l'incita à agir.
L'enfant se mit à frapper le sol de ses pieds, frénétiquement. Du moins les premières minutes car rapidement la fatigue accumulée se fit ressentir. Impassible, Jhad ne remuait pas un membre, les yeux clos il semblait être en attente de quelque chose...
Un son creux se répercuta sur le rocher suite à un des coups du gamin sur le sol. Jhad ouvrit soudainement les yeux et murmura d'une voix légère, satisfaite et rassurante.

« Ici... »

Velk regardait le sol avec une énergie semblable à celle d'un affamé devant un plat chaud.
Il gratta le sol pour dégager la poussière à moitié givrée, et découvrit aisément un anneau d'un diamètre d'une vingtaine de centimètres. Complètement glacé.

« Attends avant de te jeter dessus... dit Jhad pour calmer les ardeurs du jeune l'accompagnant (ce "l'accompagnant" n'est pas des plus esthétiques).
- Et vous allez me dire pourquoi ? Enfin, avant que l'on meurt de froid à la surface ? grommela Velk, trahissant son impatience.
- Le métal gelé se brise comme du verre. Ton ignorance sur les lois de l'Hiver n'a d'égale que ton insolence apparemment. Tu vas devoir uriner dessus si tu ne désires pas briser la poignée et nous condamner à une mort certaine... », répliqua-t-il sans attendre, sur un ton indifférent.

Velk s'exécuta, se plaignant qu'il faisait froid et qu'il ne comprenait pas pourquoi c'était à lui de se geler les extrémités plutôt qu'à Jhad. Ce dernier répondit simplement qu'il était bien trop élevé pour risquer qu'on le voit dans une situation aussi improbable, alors que Velk lui était un rustre qui remplirait sans risque moral cette tâche ingrate.
Malgré le fait que l'explication ne convenait pas du tout au gamin, il finit de s'exécuter en tremblotant. Puis tenta en vain de soulever la plaque lié à l'anneau.

« Ta force physique est limitée par la puissance de tes muscles, ton aura peut t'aider à surmonter ce détail.
- Un ... détail ? cria Velk complètement essoufflé.
- Oui un détail. Tu es un Maraudeur, tu possèdes « L'aura des cieux », comme nous autres. Il t'appartient de la développer, et de la respecter. Si tu es humble dans tes efforts, elle te servira toujours fidèlement. Elle a sa conscience propre, et est unique. Chaque Maraudeur en possède une complètement différente de ses compagnons. Je t'en dirai plus une fois à l'intérieur...
- « L'aura des cieux... » », répéta pour lui même le jeune Velk, complètement abasourdi par les révélations de Jhad.

Pendant que le gamin tentait de mettre de l'ordre sans sa tête, pour digérer ce qu'il venait d'entendre, le Maraudeur du 6 ème rang s'approcha de la trappe, saisit la poignée et la souleva sans le moindre effort.

Velk sortit de ses pensées et remarqua ce qui pour lui relevait du miracle... Il répéta à nouveau à voix basse « L'aura des cieux... ». Car il voyait distinctement autour de Jhad, cette lueur qui commençait à lui être familière, mi fade mi colorée. Elle diminuait lentement pendant que Jhad empruntait l'échelle que dissimulait la trappe, il fredonnait cet air de musique classique entendu quelques jours plus tôt.

Le gamin le suivit machinalement, se retenant à son tour de fredonner cet air si apaisant...

Je n'ai pas tout compris l'explication du Maraudeur pour trouver l'abri ... Il le savait d'avance hein ?
Mais pourquoi l'ancienne civilisation (nous quoi?) avait des toits à la surface du sol? Shocked

Enfin, sinon, j'ai fait le ménage dans tes guillemets Twisted Evil . Dans le dernier extrait, j'avais rien dit mais là j'ai pris mon courage à deux mains niark niark.

Sinon, pas grand chose d'autre, si ce n'est qu'on se laisse facilement encore captiver ... Mais je ne le dis pas trop, parce que tu risques de prendre goût aux compliments !

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Sam 23 Mai 2009 - 13:30

Je ne prend jamais gout au compliment, je me repose jamais sur mes lauriers rassure toi Smile

J'aimerais votre avis sur la totalité des 7 (imaginer que ça ne fais qu'un) si possible. Votre avis sur le style, l'univers, les personnages etc...

Merci pour ces corrections !

Pour le toit et bien c'est simple. Le sol actuel (du livre) est le plafond des anciens. Suffit que tout est était submerger Rolling Eyes

Quand à savoir si il le savait, ce sont des choses que j'ai pas à indiqué au lecteur, c'est justement des questionnement que je lui suggère par le texte ! Smile Tout comme Jhad avec Velk Wink

D'ailleurs vu ta question dommage que je ne poste pas la suite xD

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Pacô le Sam 23 Mai 2009 - 16:11

Bah en fait, je ne sais pas s'il est super judicieux de faire terminer un chapitre là.
Sauf et je dis bien sauf, si là, il va rencontrer un autre "univers". Et là, oui ce serait plus judicieux. Par autre univers, j'entends que là il va rencontrer ses semblables quoi ...

Ouais, c'est bien ce que je pensais. Mais je pense que oui, ce genre de question doit avoir sa réponse dans les prochains chapitres ...

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Sam 23 Mai 2009 - 16:19

Pacô a écrit:Bah en fait, je ne sais pas s'il est super judicieux de faire terminer un chapitre là.
Sauf et je dis bien sauf, si là, il va rencontrer un autre "univers". Et là, oui ce serait plus judicieux. Par autre univers, j'entends que là il va rencontrer ses semblables quoi ...

Ouais, c'est bien ce que je pensais. Mais je pense que oui, ce genre de question doit avoir sa réponse dans les prochains chapitres ...

Je termine pas spécialement un chapitre ici, j'explique juste que sur le net, de manière publique, je n'ai jamais poster au delà du 7ème mini-chapitre Smile

Pas l'envie qui m'en manque mais je vais pas vous infliger l'intégralité du bouquin ^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Pacô le Sam 23 Mai 2009 - 16:28

Et si nous, nous sommes mazos ? Twisted Evil

Juste pour savoir la suite au moins !

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Sam 23 Mai 2009 - 16:40

Pacô a écrit:Et si nous, nous sommes mazos ? Twisted Evil

Juste pour savoir la suite au moins !

Mais y aura toujours une suite jusqu'à la fin Laughing

Voilà la suite, en exclusivité sur un forum publique ^^. On dis merci à Pacô Rolling Eyes

8.Menace

Velk descendait une vieille échelle rouillée, mais solide. Au rythme lent du murmure de Jhad, qui fredonnait cette antique musique...

Le boyau qu'ils empruntaient pour descendre était relativement large, et obscur. Il était impossible d'en évaluer la largeur, un filet de lumière semblait accompagner les deux Maraudeurs, mais ne s'étendait pas au delà.

A présent que le jeune savait que son aîné était tout à fait capable de capter, chez lui, certains changements émotionnels ; il passait l'essentiel de sa concentration à contrôler ses émotions. Aussi bien par pudeur que par défi envers son compagnon de 6éme rang. Bien sûr, rien ne lui permettait de savoir si c'était efficace ou non, seul le temps lui apporterait une réponse...

Ils arrivèrent enfin au bout de leur descente. Ils mirent pied à terre, mais l'obscurité déconcertante recouvrait la moindre parcelle des lieux...

“ Velk, les souterrains ne sont pas uniquement les vestiges de l'ancien monde. C'est aussi la résidence des secrets liés à nos capacités, dit Jhad sur un ton de regret.
- Où est le rapport entre ces ruines et nous ? répliqua sans attendre l'impatient novice.
- Regarde... “, répondit il doucement en fermant les yeux.

Un frisson parcouru l'échine de l'enfant. Le vent les percuta de plein fouet, il venait de toute les directions. Le bruit provoqué par ce vent était assourdissant.
Quand Jhad ouvrit à nouveau les paupières, ses yeux étaient noir, d'un noir profond dans lequel on se perd avec ivresse... Puis Velk se sentit mal, des vertiges puissants le forcèrent à mettre un genou à terre. Sa vision devint flou mais étrangement l'obscurité des lieux semblait reculer par la même occasion.

“ Les couleurs vont se mélanger, c'est parfois douloureux pour les débutants... Essaie de ne pas crier “, déclara Jhad sur un ton de défi.

Ne pas crier, facile à dire. Velk avait la sensation que des aiguilles lui rentraient doucement dans les orbites. Il se forçait à conserver les yeux ouverts, il ne comptait pas passer pour un lâche devant l'un des siens...
Comme prédit, toutes les couleurs habituelles disparurent pour laisser place aux couleurs du ciel. Les formes restaient floues mais la gène occasionnée par le phénomène s'atténuait rapidement.
Il se sentait... différent.

Après des efforts herculéens, il se redressa et à nouveau, put se tenir sur ses deux pieds.

Le spectacle qui s'offrait à lui était sans précèdent, il se trouvait en haut d'un escalier de métal luisant. Ils se trouvaient au centre d'une pièce gigantesque, en contrebas des formes étranges et immobiles, laissaient supposer que la pièce n'était pas vide.

Jhad, à travers les yeux de l'enfant, n'avait jamais été aussi impressionnant. Tout son être luisait de cette couleur violette. Le bleu sombre ne déambulait pas aléatoirement comme dans la pièce, mais progressait comme une corde autour de son corps, avec une certaine cohérence.
Quand Velk reposa son regard sur l'escalier, il vit qu'en bas se trouvait quelqu'un, ou quelque chose...

Malgré la confusion naissante, due aux couleurs, il semblait que distinguer les êtres vivants n'était pas un problème. Jusqu'ici l'individu était protégé par l'obscurité, mais nul ne peut se cacher des couleurs du ciel...

“ Ennemi ? lâcha Velk sans détourner son attention de l'immobile personnage à une trentaine de mètres de lui.
- Aucun danger pour moi. Il est comme toi, c'est un Maraudeur sans rang. Vu son aura, il n'a que deux ou trois Hivers de moins que toi. Les Maraudeurs sans rang ne peuvent en obtenir un que d'un aîné. Et nous n'accordons que rarement des rangs, et seulement à un Maraudeur par année...
- Aucun danger pour vous.. Il veut ma mort n'est-ce pas ? Je n'ai jamais eu de mal à tuer jusqu'ici, mais je ne pensais pas qu'un jour je devrai affronter l'un des nôtres... Quelqu'un avec le même fardeau... “, se mit à crier Velk, presque pour lui même.

Sa voix se répandit dans la salle et revint avec force sous la forme d'un écho. L'autre sans-rang ne sourcilla pas, ce qui lui laissait penser qu'il avait raison. Ils allaient devoir s'affronter.

“ Tu dois l'affronter seul, surveille tes émotions et reste humble avec l'aura... “, dit Jhad, en guise de conseil.

Velk savait parfaitement que l'affrontement serait inévitable. Mais il était déchiré entre son désir de vivre, et son désir de préserver le sans-rang. Après tout ce n'était comme lui, qu'un enfant, qui devait avoir vécu des expériences atroces. Peut-être même que son histoire avec Yeilune n'était rien comparé à ce que devaient endurer les autres sans-rang. Il n'y avait jamais songé jusqu'ici...

Il descendit l'escalier luisant des couleurs du ciel, le menant vers un héritage qu'il ne comprenait pas très bien. Jusqu'ici il avait tué pour sa survie, face à des personnes qui l'avaient jugé différent. Il lui semblait difficile de devoir abattre l'un des siens sans soucis de conscience. Il trouvait prétentieux de juger à son tour...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Pacô le Dim 24 Mai 2009 - 20:37

Oh que c'est trop d'honneur Twisted Evil .
Corrections la semaine proch', sauf si un morceau de l'équipe passe par là avant Wink .

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Dim 24 Mai 2009 - 20:43

Pacô a écrit:Oh que c'est trop d'honneur Twisted Evil .
Corrections la semaine proch', sauf si un morceau de l'équipe passe par là avant Wink .

Je suis sérieux c'est jamais arrivé Smile

C'est avec plaisir que je le fais ici Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Pacô le Ven 29 Mai 2009 - 20:55

Encrier_virtuel a écrit:
8.Menace

Velk descendait une vieille échelle rouillée, mais solide. Au rythme lent du murmure de Jhad, qui fredonnait cette antique musique...

Le boyau qu'ils empruntaient pour descendre était relativement large, et obscur. Il était impossible d'en évaluer la largeur, un filet de lumière semblait accompagner les deux Maraudeurs, mais ne s'étendait pas au-delà.

A présent que le jeune savait que son aîné était tout à fait capable de capter, chez lui, certains changements émotionnels ; il passait l'essentiel de sa concentration à contrôler ses émotions (oh, venant de toi, je me serais attendu à plus d'originalité: émotionnels/émotions ... arf' ! "sentiments"). Aussi bien par pudeur que par défi envers son compagnon de sixième rang. Bien sûr, rien ne lui permettait de savoir si c'était efficace ou non, seul le temps lui apporterait une réponse...

Ils arrivèrent enfin au bout de leur descente. Ils mirent pied à terre, mais l'obscurité déconcertante recouvrait la moindre parcelle des lieux...

« Velk, les souterrains ne sont pas uniquement les vestiges de l'ancien monde. C'est aussi la résidence des secrets liés à nos capacités, dit Jhad sur un ton de regret.
- Où est le rapport entre ces ruines et nous ? répliqua sans attendre l'impatient novice.
- Regarde... », répondit il doucement en fermant les yeux.

Un frisson parcourut l'échine de l'enfant. Le vent les percuta de plein fouet, il venait de toutes les directions. Le bruit provoqué par ce vent (répétition =>"souffle") était assourdissant.
Quand Jhad ouvrit à nouveau les paupières, ses yeux étaient noirs, d'un noir profond dans lequel on se perd avec ivresse... Puis Velk se sentit mal, des vertiges puissants le forcèrent à mettre un genou à terre. Sa vision devint flou mais étrangement l'obscurité des lieux semblait reculer par la même occasion.

« Les couleurs vont se mélanger, c'est parfois douloureux pour les débutants... Essaie de ne pas crier », déclara Jhad sur un ton de défi.

Ne pas crier, facile à dire. Velk avait la sensation que des aiguilles lui rentraient doucement dans les orbites. Il se forçait à conserver les yeux ouverts, il ne comptait pas passer pour un lâche devant l'un des siens...
Comme prédit, toutes les couleurs habituelles disparurent pour laisser place aux couleurs du ciel. Les formes restaient floues mais la gène occasionnée par le phénomène s'atténuait rapidement.
Il se sentait... différent.

Après des efforts herculéens, il se redressa et à nouveau, put se tenir sur ses deux pieds.

Le spectacle qui s'offrait à lui était sans précédent, il se trouvait en haut d'un escalier de métal luisant. Ils se trouvaient au centre d'une pièce gigantesque, en contrebas des formes étranges et immobiles, laissaient supposer que la pièce n'était pas vide. (de un faudrait se mettre d'accord. De deux, il faudra penser à varier un peu la structure "il se trouvait" et de trois, il va peut être rajouter un "qui" avant "laissaient").

Jhad, à travers les yeux de l'enfant, n'avait jamais été aussi impressionnant. Tout son être luisait de cette couleur violette. Le bleu sombre ne déambulait pas aléatoirement comme dans la pièce, mais progressait comme une corde autour de son corps, avec une certaine cohérence.
Quand Velk reposa son regard sur l'escalier, il vit qu'en bas se trouvait (oui il faudra penser à trouver une autre structure=> "il découvrit quelqu'un ou quelque chose...") quelqu'un, ou quelque chose...

Malgré la confusion naissante, due aux couleurs, il semblait que distinguer les êtres vivants n'était pas un problème. Jusqu'ici l'individu était protégé par l'obscurité, mais nul ne peut se cacher des couleurs du ciel.

« Ennemi ? lâcha Velk sans détourner son attention de l'immobile personnage à une trentaine de mètres de lui.
- Aucun danger pour moi. Il est comme toi, c'est un Maraudeur sans rang. Vu son aura, il n'a que deux ou trois Hivers de moins que toi. Les Maraudeurs sans rang ne peuvent en obtenir un que d'un aîné. Et nous n'accordons que rarement des rangs, et seulement à un Maraudeur par année...
- Aucun danger pour vous.. Il veut ma mort n'est-ce pas ? Je n'ai jamais eu de mal à tuer jusqu'ici, mais je ne pensais pas qu'un jour je devrais affronter l'un des nôtres... Quelqu'un avec le même fardeau... », se mit à crier Velk, presque pour lui même.

Sa voix se répandit dans la salle et revint avec force sous la forme d'un écho. L'autre sans-rang ne sourcilla pas, ce qui lui laissait penser qu'il avait raison. Ils allaient devoir s'affronter.

« Tu dois l'affronter seul, surveille tes émotions et reste humble avec l'aura... », dit Jhad, en guise de conseil.

Velk savait parfaitement que l'affrontement serait inévitable. Mais il était déchiré entre son désir de vivre, et son désir de préserver le sans-rang. Après tout ce n'était comme lui, qu'un enfant, qui devait avoir vécu des expériences atroces. Peut-être même que son histoire avec Yeilune n'était rien comparée à ce que devaient endurer les autres sans-rang. Il n'y avait jamais songé jusqu'ici...

Il descendit l'escalier luisant des couleurs du ciel, le menant vers un héritage qu'il ne comprenait pas très bien. Jusqu'ici il avait tué pour sa survie, face à des personnes qui l'avaient jugé différent. Il lui semblait difficile de devoir abattre l'un des siens sans souci de conscience. Il trouvait prétentieux de juger à son tour...

Pas mal, un peu maladroit parfois, mais plutôt bien je trouve Smile .
Par contre, je ne comprends encore pas trop la logique ... pourquoi le tuer? Où est la spiritualité là-dedans?

Et, va-t-il le tuer finalement? Je te préviens, je m'attends à quelque chose d'original ...
Suite? Very Happy

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  kirlim le Ven 29 Mai 2009 - 21:27

Mince, j'avais pas vu que tu avais posté la suite >< Demain promis, là je vais essayer de faire le concours de Scribea Smile

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Sam 30 Mai 2009 - 15:37

Merci pour tout ça Smile

Et ok j'en posterais encore un ou deux, et bien sur ce sera original, non mais Twisted Evil

Aucun soucis Kirlim, c'est déjà sympa d'y jeter un oeil Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  kirlim le Sam 30 Mai 2009 - 15:52

Encrier_virtuel a écrit:8.Menace

Velk descendait une vieille échelle rouillée, mais solide. Au rythme lent du murmure de Jhad, qui fredonnait cette antique musique...

Le boyau qu'ils empruntaient pour descendre était relativement large, et obscur. Il était impossible d'en évaluer la largeur, un filet de lumière semblait accompagner les deux Maraudeurs, mais ne s'étendait pas au-delà.

A présent que le jeune savait que son aîné était tout à fait capable de capter, chez lui, certains changements émotionnels ; il passait l'essentiel de sa concentration à contrôler ses émotions. Aussi bien par pudeur que par défi envers son compagnon de sixième rang. Bien sûr, rien ne lui permettait de savoir si c'était efficace ou non, seul le temps lui apporterait une réponse...

Ils achevèrent enfin leur descente, puis mirent pied à terre, mais l'obscurité déconcertante recouvrait la moindre parcelle des lieux...

« Velk, les souterrains ne sont pas uniquement les vestiges de l'ancien monde. Ils sont également la résidence des secrets liés à nos capacités, dit Jhad sur un ton de regret.
- Où est le rapport entre ces ruines et nous ? répliqua sans attendre l'impatient novice.
- Regarde... », répondit il doucement en fermant les yeux.

Un frisson parcourut l'échine de l'enfant. Le vent les percuta de plein fouet, il venait de toutes les directions. Le bruit provoqué par ce vent était assourdissant.
Quand Jhad ouvrit à nouveau les paupières, ses yeux étaient noirs, d'un noir profond dans lequel on se perd avec ivresse... Puis Velk se sentit mal, des vertiges puissants le forcèrent à mettre un genou à terre. Sa vision devint floue mais étrangement l'obscurité des lieux semblait reculer par la même occasion.

« Les couleurs vont se mélanger, c'est parfois douloureux pour les débutants... Essaie de ne pas crier », déclara Jhad sur un ton de défi.

Ne pas crier, facile à dire. Velk avait la sensation que des aiguilles lui rentraient doucement dans les orbites. Il se forçait à conserver les yeux ouverts, il ne comptait pas passer pour un lâche devant l'un des siens...
Comme prédit, toutes les couleurs habituelles disparurent pour laisser place aux couleurs du ciel. Les formes restaient floues mais la gène occasionnée par le phénomène s'atténuait rapidement.
Il se sentait... différent.

Après des efforts herculéens, il se redressa et put à nouveau se tenir sur ses deux pieds.

Le spectacle qui s'offrait à lui était sans précédent, il se trouvait en haut d'un escalier de métal luisant. Ils se trouvaient au centre d'une pièce gigantesque, en contrebas des formes étranges et immobiles, laissaient supposer que la pièce n'était pas vide. (ouch, à revoir, je n'ai pas compris)

Jhad, à travers les yeux de l'enfant, n'avait jamais été aussi impressionnant. Tout son être luisait de cette couleur violette. Le bleu sombre ne déambulait pas aléatoirement comme dans la pièce, mais progressait comme une corde autour de son corps, avec une certaine cohérence.
Quand Velk reposa son regard sur l'escalier, il vit qu'en bas se trouvait quelqu'un, ou quelque chose...

Malgré la confusion naissante, due aux couleurs, il semblait que distinguer les êtres vivants n'était pas un problème. Jusqu'ici l'individu était protégé par l'obscurité, mais nul ne peut se cacher des couleurs du ciel.

« Ennemi ? lâcha Velk sans détourner son attention de l'immobile personnage à une trentaine de mètres de lui.
- Aucun danger pour moi. Il est comme toi, c'est un Maraudeur sans rang. Vu son aura, il n'a que deux ou trois Hivers de moins que toi. Les Maraudeurs sans rang ne peuvent en obtenir un que d'un aîné. Et nous n'accordons que rarement des rangs, et seulement à un Maraudeur par année...
- Aucun danger pour vous.. Il veut ma mort n'est-ce pas ? Je n'ai jamais eu de mal à tuer jusqu'ici, mais je ne pensais pas qu'un jour je devrais affronter l'un des nôtres... Quelqu'un avec le même fardeau... », se mit à crier Velk, presque pour lui même.

Sa voix se répandit dans la salle et revint avec force sous la forme d'un écho. L'autre sans-rang ne sourcilla pas, ce qui lui laissait penser qu'il avait raison. Ils allaient devoir s'affronter.

« Tu dois l'affronter seul, surveille tes émotions et reste humble avec l'aura... », dit Jhad, en guise de conseil.

Velk savait parfaitement que l'affrontement était inévitable. Mais il était déchiré entre son désir de vivre, et son désir de préserver le sans-rang. Après tout ce n'était comme lui, qu'un enfant, qui devait avoir vécu des expériences atroces. Peut-être même que son histoire avec Yeilune n'était rien comparée à ce que devaient endurer les autres sans-rang. Il n'y avait jamais songé jusqu'ici...

Il descendit l'escalier luisant des couleurs du ciel, le menant vers un héritage qu'il ne comprenait pas très bien. Jusqu'ici il avait tué pour sa survie, face à des personnes qui l'avaient jugé différent. Il lui semblait difficile de devoir abattre l'un des siens sans souci de conscience. Il trouvait prétentieux de juger à son tour...

Intéressant, des tournures maladroites, mais au moins, je ne ressens pas de manque de description ici, quoique j'aime bien les textes emplis de sentiments, et là, il y en a, mais juste énoncés par rapport à ce que tu pourrais faire (mais là, c'est en fonction des goûts)
Que vas-tu nous faire ? J'attends Smile

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Sam 30 Mai 2009 - 16:04

Merci beaucoup Smile Je copie ça directe sur notre fofo Very Happy

----------

Pacô, pourquoi le tuer? Simple.

Pour récupérer le maitre. (ou le garder dans le cas de Velk)

Vis à vis des rangs, comme l'explique très bien Jhad. Ils leur faut un maitre, absolument.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  kirlim le Sam 30 Mai 2009 - 22:36

Un truc m'a choqué, ce soir, alors que je sirotais de l'orangina, ça m'est revenu je ne sais pas comment :

et seulement à un Maraudeur par année...
Tu parles ici d'année, mais ne parles tu pas d'Hivers depuis le début ? Est-ce volontaire ?

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Pacô le Sam 30 Mai 2009 - 22:45

Est-ce une incohérence ?
Merci pour l'explication cependant Wink .

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 25
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Dim 31 Mai 2009 - 11:28

C'est une incohérence, merci Wink

Vous êtes bien tout les deux Twisted Evil

Et flatteur que même un orangina ne détourne pas tes précieuses pensées de mon oeuvre Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  kirlim le Dim 31 Mai 2009 - 12:26

Attention, un orangina, pendant un anniversaire, avec du gâteau au chocolat devant moi... Tu fais fort ^^'
(plus sérieusement, quelqu'un a dû parler d'un truc qui n'arrive qu'une fois par an, et j'ai tilté :p)

__________________________________
<br>

kirlim
Talent Divin
Talent Divin

Masculin Nombre de messages : 3190
Votre talent : Écriture
Points : 2761
Date d'inscription : 12/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Invité le Dim 31 Mai 2009 - 12:51

Kirlim a écrit:Attention, un orangina, pendant un anniversaire, avec du gâteau au chocolat devant moi... Tu fais fort ^^'
(plus sérieusement, quelqu'un a dû parler d'un truc qui n'arrive qu'une fois par an, et j'ai tilté :p)

Mdr ça reste flatteur Wink

Je vais corriger tout ça Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hiver 86 : Les Maraudeurs.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum